Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Historia agraria

Irène Castells
p. 159-160
Référence(s) :

Historia agraria, n° 16 (juillet‑décembre 1998). 291 pages.

Texte intégral

1Cette revue appartient à l’association d’historiens agraires espagnols (Séminaire d’histoire agraire, SEHA) à laquelle participent des économistes, des sociologues et des géographes. Le SEHA tient depuis longtemps une réunion scientifique avec une périodicité bi-annuelle à laquelle assistent des professeurs d’universités européennes et latino‑américaines ainsi que des organismes similaires, comme l’association des spécialistes du monde rural français et l’Institut « Alcide Cervi » de Rome.

2Au début de sa parution, en 1991, cette revue portait le nom de Noticiario de Historia Agraria. Son nom actuel est Historia Agraria et elle a déjà atteint le numéro 18 (année IX, 1999). Elle est publiée semestriellement mais tend à devenir trimestrielle et elle constitue, en Espagne, la seule référence pour ces thèmes après la disparition de Agricultura y Sociedad. Elle est sans doute la première publication en langue castillane ouverte aux collaborateurs de l’Amérique latine. Elle n’est absolument pas fermée du point de vue chronologique car il y a des apports qui concernent aussi bien l’âge antique que l’actualité.

3Ce volume correspond en grande partie au contenu du huitième Congrès du SEHA, qui a eu lieu à Salamanque en mai 1997 et dont est publiée ici la conférence inaugurale prononcée par Ch. Dyer (professeur d’histoire médiévale dans la School of History de l’université de Brimingham) portant sur « L’histoire des niveaux de vie en Angleterre, 1200‑1800. Problèmes et points de vue » (pp. 101‑117). Sont également publiées ici, sous l’épigraphe de « Études » (pp. 121‑246), les exposés les plus remarquables du congrès cité ci‑dessus.

4La première partie de la revue, celle des « Débats et Propositions », est consacrée à l’exposé de D. Gallego Martinez : « De la société rurale dans l’Espagne contemporaine et du concept de société capitaliste : un essai » (pp. 13‑53). L’auteur y réalise une reconstruction très schématique des caractéristiques et des modes d’évolution des sociétés rurales dans l’Espagne contemporaine et formule une proposition de redéfinition du concept de société capitaliste à partir de la réflexion faite sur l’abondante production historiographique durant les dernières années des nouvelles générations d’historiens agraires. La discussion dont elle a fait l’objet apparaît dans les répliques effectuées par M. Gonzalez de Molina et R. Garrabou (pp. 55‑80) auxquelles a répondu D. Gallego lui‑même (pp. 81‑97).

5Les quatre articles que comprend la section « Études » couvrent une période qui s’étend du début de l’époque moderne jusqu’à 1940. Le premier d’entre eux, celui de T.A.Mantecon Movellan (pp.121‑151), porte sur le thème controversé des relations entre politique et culture populaire et le situe dans la région Cantabrique rurale de l’Ancien Régime. Son cadre de référence théorique est la pensée de Habermas et sa méthodologie s’appuie sur la reconstruction du vocabulaire politique de base consacré dans les communications rurales et élaboré à partir de la documentation judiciaire (pp.121‑151). L’étude de J.Millan et de Rafael Zurita (pp.153‑181) part de l’analyse monographique d’une famille noble de Valence dont ils suivent l’évolution depuis la moitié du xviiie siècle jusqu’à la fin du xixe siècle, dans le but d’explorer l’utilité d’une histoire sociale de la politique lorsque l’on analyse les caractéristiques et les stratégies des divers secteurs nobiliaires dans le contexte de changement social qu’a supposé la révolution libérale espagnole. Vicente Roncalés s’occupe également du contexte de Valence dans : « Propriété et risque dans l’expansion citricole de Valence durant le dernier tiers du xixe siècle  » (pp. 183‑208). Finalement, E.Saguer y Hom apporte des données qui sont favorables à la thèse du progrès de la propriété paysanne dans la période 1860‑1940, en prenant l’exemple de la région catalane du Baix Empordà (pp.209‑233).

6Il faut souligner la qualité remarquable de ces travaux et l’ampleur et l’actualité de la biographie dont tous ces auteurs se servent.

7Il faut dire la même chose de l’intérêt théorique et méthodologique que présente la note bibliographique à caractère monographique de M. T. Pérez Picazo : « Trois études sur la fonctionnalité de la production familiale paysanne dans le processus de développement du capitalisme agraire » (pp. 237‑246). La dernière section est consacrée à la « Critique et compte rendu de livres » (pp. 249‑291). Parmi elles, il faut relever la traduction espagnole du livre de Ch. windler, Élites locales, señores, reformistos. Redes clientelares y Monarqua hacia finales del Antiguo Regimen (Séville, 1997), réalisée par E.Garcia Monerris (pp. 256-260). L’œuvre de Ch. Windler renforce l’idée que même si la crise de l’Ancien Régime en Espagne n’annonce pas une révolution sociale, elle a été capable d’entamer un processus de redistribution des équilibres politiques et de recomposition des réseaux clientélistes, ce qui va à l’encontre de l’idée de l’existence d’une continuité entre l’Ancien Régime et la Révolution.

8En résumé, la consultation de cette revue devient indispensable pour tous les spécialistes du monde agraire hispanique. Mais il faut aussi attirer l’attention sur le fait que son existence contribue actuellement non seulement à une importante révision méthodologique de cette thématique mais aussi à des révisions historiographiques décisives portant sur le rôle du monde rural dans le changement historique, aussi bien dans une optique économique que dans une optique sociale, politique et culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Castells, « Historia agraria », Annales historiques de la Révolution française, 322 | 2000, 159-160.

Référence électronique

Irène Castells, « Historia agraria », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 322 | octobre-décembre 2000, mis en ligne le 26 avril 2006, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/1004

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org