Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les Lumières

Annie Duprat
p. 124-125
Référence(s) :

Dominique Poulot, Les Lumières, Paris, Presses Universitaires de France, collection Premier Cycle, 2000.

Texte intégral

1Dans une collection bien connue des étudiants d’histoire et qui par la qualité scientifique d’ensemble des ouvrages proposés s’adresse d’ailleurs bien au-delà des préoccupations des enseignements dispensés en Deug, voici venu le temps de la réflexion la plus à jour des acquis récents des recherches et de l’historiographie sur un sujet presque inépuisable, les «Lumières». On retrouve ici, avec bonheur, la précision et l’ampleur de l’érudition maîtrisée dont l’auteur nous avait précédemment fait montre dans ses précédents ouvrages. En effet, spécialiste de l’histoire des pratiques culturelles étudiées tant dans leurs aspects conceptuels que matériels, après nous avoir offert une très importante Bibliographie de l’histoire des musées de France (C.T.H.S., 1994), instrument de travail documentaire indispensable à tous ceux que les questions de muséologie intéressent, et, surtout, son étude minutieuse des politiques successives qui, de la Révolution au premier xixesiècle, ont posé les bases de la politique de l’État en France en matière de constitution et de sauvegarde du patrimoine, dans Musée, nation, patrimoine (Gallimard, 1997).

2L’originalité de l’ouvrage présenté ici réside dans le choix très original de la répartition des chapitres selon des thématiques qui nous éloignent de la perception convenue des «Lumières» qui sont habituellement présentées d’abord sous l’angle de la réflexion philosophique. En trois grandes parties (le mouvement et ses acteurs – les vecteurs et les pratiques – les sentiments et l’action) l’auteur choisit de présenter les apports intellectuels des Lumières dans leur siècle (développement du mouvement des sciences, réécriture des concepts philosophiques, et surtout émergence de la figure de l’intellectuel), puis de montrer comment se forgent et se transmettent les idées nouvelles (à travers le développement des récits de voyage), et comment elles se perçoivent dans le paysage de la ville. La dernière partie du livre semble s’inscrire déjà dans le mouvement sensualiste de la fin du xviiiesiècle en étudiant de façon très originale les «politiques d’amélioration» (titre du chapitre 7), en d’autres termes, plus convenus, le «despotisme éclairé») mais l’ouvrage se préoccupe également de la notion de «bonheur», en étudiant la quête de reconnaissance de l’individu, voire de l’individualisme tout en réservant une place originale à la situation de la femme dans la société du xviiiesiècle. En conséquence, on ne sera pas étonné de considérer la part importante que Dominique Poulot consacre à l’étude du «Beau sensible», à la création des premières collections publiques d’œuvres d’art à côté des collections privées. L’espace public prend alors le pas sur la sphère de l’intime et le «collectionnisme» explique à la fois la multiplication des écoles et la critique du modèle académique forgé au siècle précédent. Manuel destiné théoriquement aux étudiants de Deug d’histoire, ce livre va beaucoup plus loin que ce public étroit on peut parfois même craindre qu’il ne leur soit pas directement profitable en lecture primaire.

3La démarche de l’auteur est donc très originale et très stimulante par la nouveauté de ses approches, dont rendent compte les titres des parties et des chapitres. Le revers de la médaille réside justement dans ce choix qui éloigne les lignes consacrées à «l’invention de l’opinion» (pp. 207-242), sujet brûlant si l’on compare ne seraient-ce que les écrits de Keith Baker face à ceux de Robert Darnton ou encore d’Arlette Farge, des pages conclusives mais également perspectives sur «Lumières et révolutions (pp. 386-391). La richesse de la matière, la précision des connaissances exposées et la constante rigueur bibliographique (le foisonnement des références marquées sobrement à la façon anglo-saxonne en témoigne, mais on regrettera l’absence de renvois systématiques dans la bibliographie générale) font donc de cet ouvrage bien plus qu’un manuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Duprat, « Les Lumières », Annales historiques de la Révolution française, 323 | 2001, 124-125.

Référence électronique

Annie Duprat, « Les Lumières », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 323 | janvier-mars 2001, mis en ligne le 21 avril 2004, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/1030

Haut de page

Auteur

Annie Duprat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org