Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mémorable Marmontel, 1799‑1999

Lise Andries
p. 125-126
Référence(s) :

Mémorable Marmontel, 1799‑1999, Études réunies par Kees Meerhoff et Annie Jourdan, C.R.I.N. 35, Amsterdam‑Atlanta, 1999, 174 p.

Texte intégral

1Ce recueil de onze contributions a été publié dans les Cahiers de recherches des instituts néerlandais de langue et de littérature françaises (C.R.I.N.), à l’occasion du bicentenaire de la mort de Marmontel. Faisant appel à des spécialistes internationaux de cet auteur comme Robert Granderoute et John Renwick, le volume met principalement l’accent sur trois grands thèmes, l’œuvre romanesque et son rapport à l’Histoire, la réception européenne et américaine de Marmontel au xviiie siècle, notamment aux Pays‑Bas (voir les articles de K. Meerhoff, de H. Bots et J. de Vet), la pensée théorique.

2Dans leur introduction, Kees Meerhoff et Annie Jourdan rappellent d’abord certains éléments biographiques, l’enfance provinciale de ce fils de maître‑tailleur qui écrira sa première tragédie en 1748, à 25 ans, et sera reçu très vite dans les salons parisiens grâce à Voltaire qui le prend sous sa protection, sa contribution à l’Encyclopédie de Diderot par des articles de littérature, son élection à l’Académie française, puis sa nomination à la fonction d’historiographe du roi, à la suite de Voltaire. La carrière de cet homme qui dirigea aussi Le Mercure de France pendant de longues années, peut donc être qualifiée de brillante. Mais que reste‑t‑il aujourd’hui de cette œuvre, très bien accueillie à l’époque? Sans doute davantage la part théorique que les contes et les romans, et en particulier les Éléments de littérature publiés en 1787, dont le contenu inaugure le protocole d’une science de la littérature et fonde son enseignement, en proclamant la prépondérance de la langue française sur le latin et la nécessité de joindre à la rhétorique l’étude de la philosophie.

3Au xviiie siècle, ce sont surtout les Contes moraux, Bélisaire (1767) et le théâtre chanté, avec des pièces comme Le Huron ou Lucile, qui sont appréciés. L’Amérique des grandes découvertes est alors à la mode. Lorsque Marmontel les utilise comme toile de fond de ses œuvres, c’est pour souligner le fanatisme et la cupidité des conquistadors, pour prêcher la tolérance religieuse et pour saluer, au passage, l’accès récent de la jeune république américaine à l’indépendance. Pour J. Renwick, Marmontel a «un sens très sûr du goût moyen». Certes, il combat le fanatisme mais il n’a ni la fougue incisive de Voltaire, ni la franchise idéologique de l’abbé Raynal dans l’Histoire des deux Indes. Marmontel est un homme de compromis. Il se fait plutôt le défenseur de l’humanisme chrétien en invoquant les deux grands modèles que sont pour lui Fénelon et Massillon. Sur le plan de l’écriture romanesque, il s’inscrit dans les nouveaux courants esthétiques apparus autour de 1760, qui donnent toute sa place à l’expression de la sensibilité vertueuse.

4Si les articles d’A. Becq et de J.-P. Sermain soulignent l’originalité de la démarche de l’écrivain lorsqu’il se fait théoricien de la littérature et définit, par exemple, avec rigueur dans sa Poétique française, les différents genres poétiques, de la tragédie à la fable et aux «pièces fugitives» que l’époque aimait tant, Marmontel reste beaucoup plus conservateur dans sa tâche d’historiographe du roi. Lors des événements de 1789, il renonce assez vite à s’en faire le chroniqueur, comme sa fonction aurait pu l’y conduire. Il ne comprend pas les enjeux politiques de la Révolution, il la juge trop violente et trop démocratique. Ses Mémoires, écrits sous le Directoire, sont ceux d’un vieil homme, près de mourir, qui se souvient avec nostalgie de l’âge d’or de l’Ancien Régime et de ses succès passés, littéraires et mondains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lise Andries, « Mémorable Marmontel, 1799‑1999 », Annales historiques de la Révolution française, 323 | 2001, 125-126.

Référence électronique

Lise Andries, « Mémorable Marmontel, 1799‑1999 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 323 | janvier-mars 2001, mis en ligne le 21 avril 2004, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/1032

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org