Navigation – Plan du site
Hommage

Pour Paolo Viola (1948-2005)

Pierre Serna
p. 203-206

Texte intégral

1Ceux qui, comme Paolo Viola, sont tombés amoureux de la Sicile, savent bien que si tout ne fonctionne pas dans l’île en forme de trident, par une étrangeté encore à expliquer, la compagnie des cars bleus qui sillonnent en tous sens ce coin de Méditerranée n’est jamais en retard ! Toujours ponctuel donc, un autobus azur me menait invariablement, régulièrement, de Catane à Palerme où j’allais écouter les conseils d’un maître d’abord, devenu ensuite et rapidement un ami.

2Partant pour ces terres méridionales, Michel Vovelle m’avait chaleureusement conseillé de me présenter auprès de son collègue turinois, ex-professeur de l’École Normale Supérieure de Pise que le destin et les rencontres avaient toujours poussé davantage au sud…

3Écrasé de chaleur, je parvenais chez le professeur Viola, dont les yeux couleur de grand bleu, et le sourire si mélancolique m’accueillirent cette première fois et tant d’autres. La voix douce mais ferme, un accent un peu traînant au service d’une intelligence d’une vivacité étonnante et de tous les instants, lui conféraient un indicible charme et un calme qui ne lui ôtaient en rien la volonté de lutter contre les injustices d’une société italienne et du conservatisme universitaire, et de ses oligarchies, sous toutes les latitudes.

4Qui doit rédiger une nécrologie ? un ami de jeunesse ? un compatriote du défunt ? Je ne puis pour ma part que témoigner avec modestie sur le Paolo Viola que j’ai connu, celui des années 1990, lorsque l’Italie vivait la fin de la Première République, lorsqu’il écrivait son œuvre non traduite en français Il crollo dell’antico regime (la chute de l’Ancien Régime paru chez Donzelli, 1993).

5Du Paolo Viola, jeune et brillant étudiant de l’École Normale Supérieure de Pise engagé dans les luttes de sa génération en 1968 et dans les années suivantes, je sais peu ; du Paolo Viola élève de Furio Diaz et continuateur d’une réflexion sur le rapport entre la rupture révolutionnaire et la philosophie des Lumières, d’autres auraient pu écrire. Du Paolo Viola, auditeur du séminaire d’Albert Soboul, et réfléchissant à une thèse d’histoire sociale sur le Paris révolutionnaire, après avoir soutenu un premier mémoire avec A. Soboul, en 1971, je ne connais pas tous les secrets de génération que les historiens nés comme lui vers 1948, voudront peut-être rappeler et transmettre, pour lui rendre hommage. Tant d’universitaires italiens pourraient dire quel détecteur de talents fut le jeune et brillant professeur à l’École Normale Supérieure de Pise et l’ardeur qui l’animait lorsqu’il fit paraître Il terrore (Sansoni, Firenze, 1975). Cette première œuvre marquait l’influence de l’historiographique classique, mais déjà Paolo Viola affirmait son indépendance mettant en relief la responsabilité du gouvernement révolutionnaire dans la répression du mouvement populaire, citant les travaux de Daniel Guérin à une époque où il n’était pas toujours bien vu de mentionner les travaux de l’historien trotskiste.

6Tous s’accorderont à dire la droiture de son engagement. Paolo Viola, de par sa culture politique et sa conscience d’historien, était convaincu de la nécessaire existence d’une société civile, conscient de l’importance de l’activité intellectuelle comme posture citoyenne, face à toutes les expressions des pouvoirs arbitraires passés et présents qu’il ne pouvait personnellement supporter.

7Je puis en témoigner pour un de ces derniers combats lorsque la Sicile, dévorée par le cancer de la mafia dans le début des années 1990, mit en scène dans le mouvement de la Rete (le réseau) le sursaut d’une communauté de jeunes adultes voulant rompre avec les logiques anciennes et désirant imposer un modèle de gouvernance nouveau, plus transparent, résolument honnête et surtout courageux, dans un espace où la loi du silence, de l’adoubement et de la féodalité brutale, avec ses formes rappelant une espèce d’Ancien Régime se manifestaient encore de la façon la plus violente dans cette extrémité de l’Europe.

8Paolo Viola voulut participer à ce combat avec d’autres universitaires siciliens d’une probité totale. Il perdit souvent, ne se fit pas que des amis mais persista dans sa volonté de mener de façon intègre le vaisseau de la faculté des sciences politiques dont il fut le doyen en ces années 90.

9C’est durant cette période qu’il dirigea son travail vers des chemins jusque là peu arpentés qui me passionnèrent car il me permit de les emprunter avec lui : la réflexion sur le pouvoir exécutif, la question de l’anti-politique, la question de la révolution et de la nation et tout dernièrement de nouveau la question de la violence de la terreur.

10Dans Il truono vuoto (Einaudi Torino , 1989), Paolo Viola, tout en rendant hommage à Albert Soboul et à sa capacité à penser l’originalité du jacobinisme de l’an II, ne soulignait pas moins l’importance radicale du questionnement de François Furet à l’égard de la révolution politique. Désormais, L’historien, ayant fui le confort du nord de l’Italie pour choisir des conditions d’enseignement plus difficiles à Palerme mais plus en accord avec ses convictions, allait penser en toute liberté, et affirmer son indépendance, hors de tout cadre imposé.

11Dès les premières pages, il soulevait la question du transfert de souveraineté durant l’été 1789, comme marque constitutive de la révolution. Du monarque à la Nation, le transfert de la légitimité du pouvoir représentait une épreuve d’une dangerosité réelle, la révolution « suspendue » au dessus d’un vide, dans l’entre-deux que représentait cette passation forcée de la légalité. Le fameux « trône vide » (ou l’horreur de ceux qui veulent toujours construire de l’ordre dans la tourmente et terminer au plus vite les révolutions…) représentait le lieu de toutes les potentialités : démocratiques quand la politique s’inventait hors de toutes contraintes, radicales lorsque les forces du maintien de l’ordre disparues avec le monarque, la violence exprimait à son tour la rupture révolutionnaire. Paolo Viola savait bien alors l’importance qu’il y avait à décrire les mouvements de foule, les constructions spontanées de la ré-appropriation du pouvoir exécutif, s’imposant souvent comme un pouvoir d’exécution, plutôt que d’étudier les discours des Constituants loin de ces formes de politisation « d’en bas ». En clair, comment commence une révolution ?

12Cette question là, sur l’origine de la révolution, et la libération de tous ses potentiels, Paolo Viola ne cessa plus alors de se la poser et poursuivait sa réflexion en reposant différemment la même interrogation structurant sa réflexion : que se passe-t-il lorsqu’un pouvoir de 1400 ans s’effondre en trois ou quatre semaines ? Comment s’écroule l’Ancien Régime ? De quelle force se pare cette révolution pour assumer une telle part « destruens » comme il aimait le dire ? Ici une nouvelle piste de recherches fut soulevée qu’il n’abandonna plus : la question du rapport entre le centre et la périphérie, la dynamique entre Paris et la Province et surtout l’échec programmé dès la fin de l’année 1789 d’une décentralisation réussie et l’impossibilité d’une prise en compte positive d’un fédéralisme démocratique très tôt empêché par les députés à Paris. Dans cette perspective, ses études sur le Dauphiné et la Bretagne demeurent très originales. Il développa dans cet ouvrage un des aspects les plus originaux de son travail, à propos de l’anti-politique. Derrière ce vocable se trouve une proposition majeure pour comprendre une politique du peuple en Révolution. L’historien avait repéré dans le Sud-Est de la France des attitudes qui rejetaient catégoriquement, au nom d’un principe jusnaturaliste, les règles de la politique, avec ses compromis, ses accords, imposant une radicalité, des postures et des engagements, non reconnus par les élites sociales mais révélateurs de la constitution d’un espace parallèle où une politisation populaire allait se développer et s’affirmer dans le processus révolutionnaire. Son intuition de l’importance d’un personnage comme Dufourny, avec la dimension démocratique et déjà marginale de ses positions, ouvrait un axe de compréhension originale de la décennie, à partir de certains acteurs, dits secondaires.

13Conscient de l’importance de cette piste de recherches et du champ encore ouvert et délaissé par les historiens français, il soutint sans hésiter le travail novateur d’Antonio de Francesco, Il governo senza testa, movimento democratico e federalismo nell Francia rivoluzionaria, 1789-1795 (Morano, Napoli, 1992). Son intérêt alla jusqu’à tenter une histoire comparée des périphéries européennes et plus particulièrement de la Sicile et de la Bretagne comme l’illustrent les rencontres qu’il organisa avec Marcel Morabito, entre Rennes et Palerme, ainsi que son article récent « Identité périphérique et intégration nationale, mastro don Gesualdo e il problema della politicizzazione della Sicilia » in Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2004, n°4.

14  Désormais l’histoire de la révolution se trouvait liée à son chantier sur la période contemporaine comme le démontre E legale perqué lo voglio io. Attualità delle rivoluzione francese, Laterza, Roma-Bari, 1994), vaste réflexion sur la notion de transition en politique, regard sans concession sur l’histoire de la Révolution Française, et de son devenir politique et historiographique. De plus en plus son regard se portait sur les révolutions du XIXe siècle et les courants historiographiques du XXe siècle, ce qui lui permettait d’animer un pan entier de l’Institut Gramsci Sicilien et de veiller à la constitution d’un fonds d’archives contemporaines de qualité.

15Toutes ces recherches n’avaient de sens que parce que Paolo Viola était un remarquable professeur, captivant les étudiants de première année des universités de Calabre ou de Palerme, tout comme ceux des séminaires de recherches de l’École Normale Supérieure de Pise.

16Il leur consacra sa dernière œuvre L’Europa Moderna. Storia di un’identita (Einaudi, Torino, 2004), dont il corrigea les épreuves à l’hôpital, s’intéressant à l’histoire dramatique du XXe siècle, dans lequel il percevait un crépuscule pour l’Europe désormais incapable d’assumer une direction civilisatrice, marquée par l’épreuve de 1914-1918, vrai « tournant suicidaire » du siècle dernier, selon ses propos. Le temps des révolutions atlantiques était bien révolu, celui des pires catastrophes européennes encore à venir.

17Malgré le pessimisme de ce constat et la maladie qui le gagnait, Paolo Viola poursuivait encore ses interrogations, tentant toujours de penser la modernité du fait révolutionnaire, la notion de rupture en histoire, et les questions plus embarrassantes mais qui le captivaient récemment, des rapports entre les révoltes des antipolitiques et les révolutions des patriotes et de leurs dérives dans les révolutions de la nation (« les révolutions nationales » disait-il lorsqu’il voulait provoquer un débat avec ses interlocuteurs français !).

18Il est difficile d’exprimer le vide que laisse Paolo Viola. À défaut de le combler, une traduction enfin d’une de ces œuvres majeures, sous les auspices de la Société des études robespierristes, serait un hommage amplement mérité en mémoire d’un passeur de l’histoire de 1789, en hommage à un fin connaisseur et penseur de la Révolution française, à un homme tout simplement de qualité, à un ami italien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Serna, « Pour Paolo Viola (1948-2005) », Annales historiques de la Révolution française, 343 | 2006, 203-206.

Référence électronique

Pierre Serna, « Pour Paolo Viola (1948-2005) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 343 | janvier-mars 2006, mis en ligne le 17 novembre 2008, consulté le 23 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/10442

Haut de page

Auteur

Pierre Serna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org