Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le Spectateur de théâtre à l’âge classique (XVIIe-XVIIIe siècles), textes réunis et présentés par Bénédicte Louvat-Molozayet Franck Salaün

Michel Biard
p. 184-185
Référence(s) :

Le Spectateur de théâtre à l’âge classique (XVIIe-XVIIIe siècles), textes réunis et présentés par Bénédicte Louvat-Molozayet Franck Salaün, Montpellier, L’Entretemps éditions, 2008, 272 p., ISBN 2-912877-76-5, 25 €

Texte intégral

1Ce petit ouvrage entend évoquer le spectateur et le public, concepts qui s’affirment au XVIIIe siècle, notamment lorsque le public apparaît comme « un pouvoir mystérieux, mais bien réel » (Franck Salaün). Parfois personnifié (Restif de la Bretonne le nomme « Monseigneur le public »), il peut être utilisé contre les critiques, ainsi que le souligne Beaumarchais dans sa volonté de dénoncer « l’imposture des critiques dont le jugement se substitue à celui des spectateurs » (Franck Salaün). Il va de soi que le tout est important pour saisir les enjeux théâtraux au cours de la Révolution française, en un moment où, plus que jamais, les théâtres sont des espaces publics à conquérir, tandis que les cabales littéraires se mêlent volontiers au politique. Toutefois, seule une dizaine de contributions de ce volume concerne le XVIIIe siècle et beaucoup se limitent même à sa première moitié, tandis que la période révolutionnaire n’apparaît quasiment pas. Choix des auteurs sans doute, tout à fait respectable au demeurant, même si le dialogue aurait pu être intéressant avec les spécialistes du théâtre d’époque révolutionnaire.

2Plusieurs textes abordent le regard porté par tel ou tel philosophe sur spectateurs et public, notamment Rousseau (André Charrak) et Diderot (Franck Salaün, avec chez Diderot de belles pages sur l’idée d’un spectateur devant être « comme submergé, emporté par ses émotions » dans un théâtre « susceptible de revivifier l’esprit national »). Pour ne mentionner que quelques-unes des autres contributions, citons celle de Pierre Pasquier et Anne Surgers sur les salles de spectacle et les réflexions qu’elles suscitent chez ceux qui entendent proposer de nouveaux théâtres où les spectateurs jouiraient de façon « égalitaire » de conditions de vision et d’audition optimales ; celle de Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval à propos des spectateurs dans les théâtres privés de la seconde moitié du siècle (ici, « le » spectateur, ce peut être aussi bien un nombre très limité dans le cadre d’une « représentation intime » que plusieurs centaines d’individus), spectateurs dont les réactions s’inscrivent dans le cadre et les usages d’une sociabilité mondaine ; ou encore celle de Magali Soulatges, « La dramaturgie de l’horrible au XVIIIe siècle : épuisement ou réinvention du spectacle tragique ? ». On lira dans cette dernière des développements passionnants sur les réactions du public face aux violences montrées, ou simplement évoquées, sur scène. Le corps malmené du spectateur fait, selon elle, écho au corps violenté du personnage et au corps convulsif de l’acteur. Ainsi naît un « corps à corps violent de l’acteur et du spectateur, résultat d’un processus d’action/réaction qui fait jouer, au sens mécanique du terme, la fascination/répulsion ». Gageons que des récits de violences réelles au cours de la Révolution pourraient être lus, en partie, à la lumière de ce qu’écrit Magali Soulatges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biard, « Le Spectateur de théâtre à l’âge classique (XVIIe-XVIIIe siècles), textes réunis et présentés par Bénédicte Louvat-Molozayet Franck Salaün », Annales historiques de la Révolution française, 357 | 2009, 184-185.

Référence électronique

Michel Biard, « Le Spectateur de théâtre à l’âge classique (XVIIe-XVIIIe siècles), textes réunis et présentés par Bénédicte Louvat-Molozayet Franck Salaün », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 357 | juillet-septembre 2009, mis en ligne le 09 décembre 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/10622

Haut de page

Auteur

Michel Biard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org