Navigation – Plan du site
Comptes rendus

John-Francis Bosher, French Finances 1770-1795: From Business to Bureaucracy

Marie-Laure Legay
p. 206-207
Référence(s) :

John-Francis Bosher, French Finances 1770-1795: From Business to Bureaucracy, Cambridge, Cambridge University press, 2008 (1re éd. 1970), XVI - 370 p., ISBN-13 9780521089081, 24.99 €

Texte intégral

1Les presses universitaires de Cambridge ont pris l’heureuse initiative de rééditer l’ouvrage de John-F. Bosher sur l’administration des finances françaises. Professeur à la York University de Toronto, l’auteur comblait à l’époque un vide historiographique saisissant, les mécanismes des finances n’ayant pas encore été démontés clairement malgré les travaux de Marcel Marion. En outre, Bosher, en couvrant les années 1770-1795, réduisait la rupture de 1789 au profit d’une chronologie réformatrice courant de Turgot à la séparation de la Convention (1795), parti qui ne contribua pas peu à la notoriété de l’ouvrage.

2Celui-ci se compose de deux parties, la première consacrée à l’administration centrale des finances (le roi, le conseil, le ministre, les comptables, la chambre des comptes), et la seconde à la « révolution bureaucratique » avec en premier lieu une analyse du mouvement réformateur, des réformes elles-mêmes de 1771 à 1781, puis des années de « réaction » (1781-1787). La réforme du Trésor de mars 1788 à 1791, l’unification des caisses, la nationalisation de la dette constituent les points forts de l’ouvrage. Au fil de sa démonstration, l’auteur soutient que cette administration financière est passée d’une structure capitaliste, encore dominée par les gens d’affaires, à une structure bureaucratique, grâce à l’action éclairée des réformateurs. En appendice, on trouve la liste des receveurs et trésoriers généraux en exercice de 1771 à 1791, liste que l’on peut compléter à l’aide de l’étude de Pierre-François Pinaud sur les receveurs généraux des finances de 1790 à 1865 (1990). Évidemment, les limites soulignées lors de la première édition demeurent : Bosher a isolé son étude de tout substrat socio-économique ou socio-politique. La négociation du numéraire, quand bien même eut-elle été menée par une Trésorerie réformée, continuait pourtant d’enrichir des réseaux d’argent déjà repérés avant la Révolution, ce que montrera Michel Bruguière (1986). De même, on peut encore reprocher à l’auteur de n’avoir pas dit un mot sur les finances locales, dans une monarchie qui n’avait pas encore achevé sa centralisation.

3Depuis 1970, le champ d’études couvert par J.-F. Bosher a été revisité, ce qui lui confère un côté désuet, le lot sans doute de bien des ouvrages précurseurs. Si l’on en reste à l’objet précis de l’auteur, la modernisation du Trésor, il faut indiquer que la chronologie a été très largement repensée. En amont, la rupture fondamentale, repérable à l’échelle de l’Europe, est la liquidation des dettes de la guerre de Succession d’Espagne (1703-1714), et non les années « Turgot ». Les réformes comptables qui s’ensuivirent (édit de juin 1716, déclaration d’octobre 1723 concernant les registres journaux) révèlent à l’envi que l’œuvre réformatrice était déjà en voie d’exécution, largement inspirée par les milieux d’affaires. Le néo-mercantilisme des ministres Orry et Machault doit également être saisi pour comprendre les renoncements décisifs à la science administrative dans les années suivantes. Après quoi, les réformes, comme celle initiée par Laverdy pour toiletter les états du roi (1767-1772), dont Bosher ne dit mot, n’apparaissent plus que comme des plâtres sur une jambe de bois. Même si les efforts de Necker (1779-1781) ont été continués par la formation d’un véritable trésor public en 1788 et 1791 et l’introduction des premiers comptes centraux en partie double, cette « bureaucratisation » (plus exactement, la suppression des officiers de finances) n’enleva rien de la puissance des hommes d’argent. Pour faire court, Bosher a montré par exemple l’attachement de Necker au principe de la régie, mais l’on sait depuis peu qu’il en a confié l’administration aux hommes de la Ferme générale déjà en place. De même, les efforts de Calonne pour venir à bout de l’insoumission comptable et gestionnaire du ministre de la Marine, le maréchal de Castries, atténuent l’idée d’une « réaction » des années 1781-1787. En aval, l’année 1795 reste sujette à caution ; mieux aurait-il valu adopter soit l’année 1797 et la mise au pas des commissaires de la Trésorerie à la suite de l’affaire de la compagnie de Dijon, soit les années 1800-1801 et la mise en œuvre d’une direction du Trésor. L’étude institutionnelle de John-Francis Bosher doit donc impérativement être rapprochée des travaux récents qui tiennent plus volontiers compte du contexte socio-politique et débouchent sur une analyse plus globale de la gestion des finances publiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Legay, « John-Francis Bosher, French Finances 1770-1795: From Business to Bureaucracy », Annales historiques de la Révolution française, 357 | 2009, 206-207.

Référence électronique

Marie-Laure Legay, « John-Francis Bosher, French Finances 1770-1795: From Business to Bureaucracy », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 357 | juillet-septembre 2009, mis en ligne le 09 décembre 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/10675

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Legay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org