Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Varia

Alla Namazova (dir.), Россия и франция : исторический опыт XVIII-XIX веков. Материалы международной конференции, посвященной 100-летию со дня рождения А.З. Манфреда, 27-29 сентября 2006 года [Russie-France : Expérience historique des XVIIIe-XIXe siècle. Actes de la conférence internationale consacrée au centenaire de A.Z. Manfred, 27-29 septembre 2006], Moscou, Institut d’histoire universelle, 2008, 306 p.

Varoujean Poghosyan
p. 255-257
Référence(s) :

AllaNamazova (dir.), Россия и франция : исторический опыт XVIII-XIXвеков. Материалы международной конференции, посвященной 100-летию содня рождения А.З. Манфреда, 27-29 сентября 2006 года [Russie-France : ExpériencehistoriquedesXVIIIe-XIXesiècle. Actes de la conférence internationale consacrée au centenaire de A.Z. Manfred, 27-29 septembre 2006], Moscou, Institut d’histoire universelle, 2008, 306 p.

Texte intégral

1Les historiens russes ne manquent pas de rendre hommage – et c’est indubitablement leur mérite – à la mémoire de leurs prédécesseurs soviétiques, et particulièrement à d’éminents spécialistes de la Révolution française comme Albert Manfred, Victor Daline et Anatoli Ado ; qu’on pense aux Études historiques sur la Révolution française. Hommages à Victor Daline (à l’occasion du 95e anniversaire de sa naissance) (en russe), sous la direction de A. Tchoudinov, Moscou, 1998 ; à l’Annuaire d’études françaises – 2002 : Les historiens de la France, à l’occasion du centenaire de V M. Daline (1902-1985) (en russe), sous la direction de A. Tchoudinov, Moscou, 2002 ; ou encore : A la mémoire du professeur A.V. Ado. Études contemporaines sur la Révolution française de la fin du XVIIIe siècle (en russe), sous la direction de V Smirnov et D. Bovykine, Moscou, 2003, et à l’Annuaire d’études françaises –2006 : Napoléon et son époque. A l’occasion du centenaire de A.Z. Manfred (1906-1976) (en russe), sous la direction de A. Tchoudinov, Moscou, 2006. Voici donc un nouveau recueil du même genre, consacré à Albert Manfred, l’un des plus remarquables historiens soviétiques, dont le nom est universellement connu parmi les spécialistes de l’histoire de France. Ce recueil, dont les textes sont réunis par Alla Namazova, son élève, comprend les communications présentées à la conférence internationale organisée en 2006 à Moscou à l’occasion du centenaire de la naissance de Manfred.

2La première partie du recueil contient des articles sur l’œuvre de Manfred. A. Namazova, Y. Roubinski, V Smirnov, C. Mazauric étudient son activité dans les sphères scientifique, pédagogique et publique. Ils brossent le portrait d’un grand savant, ayant énormément contribué aux études de l’histoire des relations franco-russes au XIXe siècle et aux époques révolutionnaire et impériale.

3Y. Roubinski met en évidence les divergences entre la conception de Manfred et celle de son maître Eugène Tarlé dans l’interprétation des problèmes du jacobinisme et de la portée historique de l’action de Napoléon (à la différence du libéral Tarlé, Manfred avait soutenu, à la suite d’Albert Mathiez, la tendance apologétique de la dictature Jacobine ; il avait également souligné, outre les aspects négatifs de la politique de Napoléon, les conséquences positives de ses actions pour la France et l’Europe). De manière originale, l’auteur explique la position de Manfred à l’égard de la dictature des Jacobins, non par son conformisme supposé, mais par ce radicalisme romantique (p. 18-20) propre à toute sa génération, comme on peut en juger sur l’exemple de Victor Daline, son meilleur ami et mon maître. Roubinski note à juste titre que les mérites de Manfred n’ont pas été appréciés à leur juste valeur par l’Académie soviétique, dont les membres ont toujours rejeté sa candidature.

4V Smirnov revient sur les mérites de Manfred dans le développement des relations amicales entre les historiens de la France et de l’URSS. Quant à son œuvre, l’auteur valorise surtout son livre de vulgarisation sur la Révolution française (Moscou, 1956), traduit en de nombreuses langues et de grande portée à son époque, sans négliger sa contribution aux études des relations internationales. Smirnov considère d’ailleurs que les études de Manfred sur les relations franco-russes et franco-soviétiques conservent toujours leur portée scientifique. Mais, discutant son approche de l’époque révolutionnaire à la lumière des acquis de la recherche (il s’agit notamment de ceux des représentants du courant critique), il laisse aux générations à venir le soin de porter un jugement définitif sur la pertinence de la réfutation de sa conception marxiste.

5C. Mazauric évoque ses premières rencontres avec Manfred en 1966, en qualifiant ce moment de « très précieux » dans son existence. Il rappelle ses souvenirs de la conférence de Manfred sur « La nature du pouvoir jacobin » à la Sorbonne (1966), ainsi que des débats qui ont suivi chez les annalistes et les chercheurs français marxistes. Il rappelle l’attitude négative de F. Furet et E. Leroy-Ladurie et leur désaccord avec son approche marxiste, à leur avis « unitaire » et « dogmatique », alors que lui-même l’a approuvée dans son ensemble, en la traitant de « dialectique » (p. 38). Il compte parmi les mérites indiscutables de Manfred son insistance à discuter de « l’unité du processus révolutionnaire », regrettant que son œuvre soit aujourd’hui « un peu oubliée » (p. 43). V Smirnov y fait également allusion dans sa contribution à l’étude des relations diplomatiques franco-russes (p. 31). Précisons aussi que C. Mazauric évoque ses rencontres et relations avec plusieurs historiens soviétiques (V Daline, A. Ado, V Smirnov et d’autres) entre 1960 et 1992.

6La partie se poursuit par l’étude de Francine-Dominique Liechtenhan qui, à partir de l’examen des notes laissées par Manfred en marge de La Russie en 1839, discute de sa position sur le livre de A. de Custine. Un appendice (p. 277-306) publie quelques-uns des vers inédits qui permettent de revenir sur les débuts de la carrière d’A. Manfred comme écrivain et poète.

7Les articles insérés dans les deux autres parties correspondent aux intérêts scientifiques de Manfred : la Révolution française, l’époque napoléonienne et les relations franco-russes. L’article de M. Vovelle est le seul qui soit directement en relation avec la Révolution. Il pose un problème assez actuel : est-ce que la Révolution est terminée ? En discutant cette question, ayant suscité tant de controverses, à travers le prisme de l’héritage et de la mémoire, il met surtout en évidence le sort de deux symboles de la Révolution : la Marseillaise et Marianne, M. Vovelle conclut en se demandant si la mémoire de la révolution est devenue une mémoire morte (p. 71).

8A. Namazova, de son côté, discute l’influence de la Révolution sur la société belge. Elle analyse minutieusement la politique extérieure de la France révolutionnaire envers la Belgique jusqu’à son annexion en 1795. Elle souligne ensuite les conséquences des vingt années de la période française dans les domaines législatif, administratif et juridique, soulignant que les mesures adoptées ont beaucoup contribué au développement du commerce et de l’industrie des provinces belges et à l’essor de la bourgeoisie et de la classe ouvrière.

9S. Pojarskaya aborde cette même question pour l’Espagne. Ici, l’influence des idées de la Révolution sur les réalités espagnoles n’a pas été univoque. D’abord, ces idées ne se sont fait sentir qu’après 1808. L’auteur en profite pour débattre de la difficile question de l’influence étrangère sur l’élaboration de la Constitution de 1812 ; d’après elle, la Révolution française aurait laissé une empreinte ineffaçable sur l’Espagne, même si les voies de la transformation de l’Ancien Régime en société moderne portaient toutefois, à la différence de l’expérience belge, des traits nationaux. C’est encore à l’Espagne qu’est consacrée la communication de A. Soghomonyan, qui étudie la manière dont Napoléon explique l’invasion de la péninsule lors de son exil à Sainte-Hélène. En se référant souvent aux conclusions de A. Manfred, il réfute les arguments de l’empereur et soutient que sa politique était exclusivement agressive. L’article que N. Promislov consacre à l’image de la Russie dans Le Moniteur universel à la veille et pendant la guerre de 1812 relève d’une problématique proche ; l’auteur, en effet, met au jour la présentation d’une menace russe, qui justifie une intervention extérieure. A. Mitrofanov, de son côté, tente de comprendre la vision des publicistes français sur la Russie et les relations franco-russes à l’époque du Consulat. Selon lui, en dépit d’une propagande favorable à la Russie, les auteurs français n’étaient pas complètement délivrés des anciens stéréotypes sur la « menace russe » ou la « barbarie des Russes », craignant toujours la puissance de la nouvelle alliée. Ce même sujet, mais avec des positions diamétralement opposées, a attiré l’attention de W. Berelowitch, dans son article « Comment les Russes voyaient-ils l’Europe au XVIIIe siècle ? ». L’auteur rappelle que ce fut Pierre le Grand qui a incité les Russes à s’intéresser à la vie des Européens. Ne niant pas le fait des premières relations de l’élite russe avec l’Europe, l’auteur se tient à l’avis que leur insertion était toutefois limitée, car la Russie « continuait de faire face » à l’Europe, n’ayant pas le désir de s’assimiler à la vie européenne.

10Deux articles concernent l’histoire de la Suède à l’époque napoléonienne. L’approche de V. Roginski est originale. Dans un article sur les relations compliquées de Bernadotte et de Napoléon, il réfute deux constations erronées figurant dans les études de ses collègues soviétiques et russes, à savoir que Bernadotte n’avait jamais été nommé par Napoléon prince héritier du trône de la Suède, mais au contraire, qu’il avait été élu par le riksdag suédois le 21 août 1810. Roginski s’élève également contre les partisans de la soi-disant défection de l’ancien maréchal impérial en 1812-1813, démontrant à partir des « lettres patentes » signées par Napoléon en 1810 que le prince héritier ne s’était pas engagé à s’abstenir d’actions militaires contre la France. De son côté, F. Efrémov étudie l’un des épisodes de la guerre russo-suédoise de 1808-1809, celui du blocus d’un port balte, et conclut que les opérations maritimes n’ont point eu d’influence primordiale sur le résultat de ce conflit.

11Les différents aspects des relations franco-russes sont au cœur des préoccupations de H. Kisséliova et L. Piménova. La première étudie, à travers l’influence de Madame de Staël sur le décembriste Nikolai Tourgueniev, l’empreinte des idées libérales sur la formation du programme politique des décembristes pendant le premier quart du XIXe siècle ; quant à la seconde, elle analyse l’attitude du comte de Langéron, général gouverneur de la Novorussie en 1815-1822, face à la Révolution française et aux réalités russes. À la fois partisan de la Constitution et d’un pouvoir royal fort, il condamnait le despotisme et accordait une place primordiale à la noblesse. Le volume contient encore un article sur P. Stroganov, rédigé par M. Daline et V. Frolov, dans lequel les auteurs décrivent en détail le chemin parcouru par cet homme d’Etat russe avant 1807, quand il est devenu l’un des commandants de l’armée.

12La publication de ce recueil est la meilleure preuve de l’estime profonde des historiens russes à la mémoire d’Albert Manfred dont la vie est un excellent exemple de dévouement à la science historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Varoujean Poghosyan, « Alla Namazova (dir.), Россия и франция : исторический опыт XVIII-XIX веков. Материалы международной конференции, посвященной 100-летию со дня рождения А.З. Манфреда, 27-29 сентября 2006 года [Russie-France : Expérience historique des XVIIIe-XIXe siècle. Actes de la conférence internationale consacrée au centenaire de A.Z. Manfred, 27-29 septembre 2006], Moscou, Institut d’histoire universelle, 2008, 306 p. », Annales historiques de la Révolution française, 356 | 2009, 255-257.

Référence électronique

Varoujean Poghosyan, « Alla Namazova (dir.), Россия и франция : исторический опыт XVIII-XIX веков. Материалы международной конференции, посвященной 100-летию со дня рождения А.З. Манфреда, 27-29 сентября 2006 года [Russie-France : Expérience historique des XVIIIe-XIXe siècle. Actes de la conférence internationale consacrée au centenaire de A.Z. Manfred, 27-29 septembre 2006], Moscou, Institut d’histoire universelle, 2008, 306 p. », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 356 | avril-juin 2009, mis en ligne le 17 décembre 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/10698

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org