Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Révolte à Caen 1812.

Guy Lemarchand
p. 142-145
Référence(s) :

Pierre Coftier et Paul Dartiguenave, Révolte à Caen 1812, Cabourg, éditions Cahiers du Temps 1999, 124 pages.

Texte intégral

1L’émeute qui éclata à Caen à la fin de l’Empire, en 1812, nous est connue dans ses grandes lignes depuis les études qu’en ont données successivement Eugène Canivet en 1871 et Gaston Lavalley en 1896 et 1913. Son retentissement à l’époque et encore aujourd’hui dépasse de beaucoup l’importance du fait lui-même, à la fois parce qu’il s’inscrit dans un contexte de crise économique nationale et de troubles sociaux qui affectent presque la France entière et surtout parce que ce soulèvement très limité fut l’objet d’une répression violente et spectaculaire à l’initiative du gouvernement napoléonien. Deux historiens régionaux de Basse-Normandie ont repris la question à partir d’un dépouillement systématique et étendu des séries M (préfecture) des Archives départementales du Calvados, F (police générale) des Archives nationales, ainsi que d’un récit manuscrit conservé à la bibliothèque municipale de Caen d’un témoin de l’époque, Charles Le Sénécal. Leur travail, clair et précis malgré un plan trop lâche, tente d’établir la synthèse entre l’histoire locale et l’histoire générale. Très soucieux de suivre les sources tout en prenant la distance critique nécessaire, les auteurs ont eu la bonne idée de publier largement des extraits de leurs documents et parfois l’intégralité de ceux-ci, ce qui restitue l’atmosphère propre au régime impérial. Bien réalisé sur le plan matériel, l’ouvrage est agrémenté de diverses gravures du début du xixesiècle puisées surtout dans les fonds du Musée de Normandie de Caen et les Archives municipales de la ville, qui contribuent à éclairer le texte. Il est dommage qu’en ce qui concerne les travaux utilisés, la bibliographie soit présentée de manière assez confuse et qu’elle soit trop courte. On regrettera que n’aient pas été consultés, entre autres, pour comparaison les travaux sur les troubles au xviiiesiècle, et surtout le livre bien connu d’A.Chabert sur les prix et les revenus en 1798-1820 (1949) et les articles de J.Vidalenc sur la crise de 1812 dans le Calvados (Actes du Congrès national des Sociétés savantes de 1959) et de R.Lantier sur 1812 aussi dans la Manche (Revue de la Manche, 1961, 3).

2Comme le montrent P.Coftier et P.Dartiguenave, à l’origine de la révolte de Caen est la misère populaire. Dans le Calvados comme dans le reste de la France, celle-ci est liée à la conjonction de deux crises. Il y a d’abord, évoquée un peu rapidement par les auteurs, la dépression industrielle de 1810-1811 liée à la crise financière en Hollande et en Allemagne et au double blocus britannique et continental. Elle atteint presque directement l’exportation industrielle et du même coup certaines activités importantes de Caen et de sa région. Si les tanneries végètent depuis la seconde moitié du xviiiesiècle, la dentellerie, la draperie et surtout la cotonnade étaient florissantes dans le Calvados au début du xixesiècle. Des fabriques machinistes s’étaient même installées dans le département et dans l’Orne, en particulier à l’initiative de Richard Lenoir. Le marasme frappe donc durement en 1811. Là-dessus arrive une mauvaise récolte frumentaire en1811 qui hausse brutalement le prix du pain en 1812 et prolonge, selon le schéma classique de Labrousse, les difficultés de la manufacture. De plus les neiges et pluies ont été particulièrement graves en janvier 1812 avec des inondations, principalement dans le Pays d’Auge. Et c’est le cortège habituel de la cherté des grains, surtout à partir de février, du chômage, de la mendicité et des abandons d’enfants que traduit l’introduction du «tourniquet aux hôpitaux de Caen, Bayeux, Falaise, Lisieux et Vire, en application du décret impérial du 19 janvier 1811.

3Les troubles en eux-mêmes sont peu étendus, brefs et sans grande violence. Le 2mars, à la halle de la place Saint-Sauveur, les acheteurs veulent faire taxer le blé tout en réclamant «de l’ouvrage, ils bousculent et poursuivent le maire et le préfet du Calvados, le baron Méchin, qui se refusent à leur donner satisfaction, des cailloux sont jetés contre l’hôtel de préfecture et l’on va piller en troupe le moulin à eau de Montaigu dont le propriétaire est soupçonné d’expédier du grain à l’étranger. Les incidents s’arrêtent là, mais la tension à propos des subsistances est vive en mars-avril au faubourg populaire de Vaucelles, à Falaise, Vire et Lisieux propos séditieux, placards incendiaires, lettre anonyme, suicides interprétés par la rumeur comme conséquence funeste de la faim. Des attroupements contre les boulangers ou près des granges ou aux halles sont signalés à Villers-Bocage, Pont-L’Évêque et Carentan.

4Les autorités locales, Méchin en particulier, sans porter créance aux bruits qui courent de complot royaliste soutenu par les croisières de la marine anglaise, ne disposant que d’une douzaine de gendarmes et des compagnies de réserve de médiocre qualité, mobilisent la «garde d’honneur du Calvados mise sur pied à Caen lors de la visite de Napoléon en mai 1811 et formée de propriétaires aisés, ainsi que 300hommes de la garde nationale qui manque d’armes. Le général commandant Cherbourg, alerté, leur envoie 200fantassins cantonnés à Valognes, les administrateurs craignant avant tout, classiquement, la contagion des troubles. Mais pour l’Empereur et Savary cela ne suffit pas le général Durosnel, aide de camp du souverain, est dépêché dès le lendemain en Basse-Normandie avec plus de 1000hommes de la Garde impériale, les pleins pouvoirs et l’aide d’un commissaire général. Aussitôt on procède à 61arrestations – pour leur majorité ouvriers du textile, dentellières et journaliers – sur les indications de la police locale dirigée par un commissaire spécial relevant directement de Savary. Durosnel nomme lui-même une commission militaire qui instruit l’affaire et prononce le jugement dès le 15mars 8prévenus dont 4femmes sont condamnés à mort et immédiatement exécutés, 8 autres feront 8 ans de travaux forcés, 9 subiront 5 ans de réclusion et 25 seront soumis à 5 ans de surveillance de haute police. La rapidité et la brutalité de la sentence, comme le soulignent les auteurs, montrent la volonté d’imposer la terreur de la part du pouvoir faire un exemple sanglant. Certes, il faut y insister plus que ne le dit le livre, la conjoncture peut contribuer à expliquer une telle réaction toute la Normandie, en dehors du Calvados et de la Manche, jusqu’au calme Pays de Bray et toute la France ont connu au printemps 1812 des incidents du même genre que ceux de Caen. Mais, comme l’écrivent les auteurs, ce sont les préparatifs de la campagne de Russie (le détachement de la garde ne reste que 10 jours dans le Calvados) qui donnent le secret de cette violence Napoléon craint la montée des oppositions en son absence et en celle de son armée, et il veut à la fois briser toute manifestation de mécontentement qui pourrait être exploitée par ses adversaires intérieurs et inspirer la peur sociale aux possédants afin qu’ils continuent à le soutenir, alors que l’enthousiasme en sa faveur a fortement baissé depuis plusieurs années. En effet il ne suffit pas de contrôler la presse (depuis un an il n’y a plus qu’un journal dans le département), le danger social et politique est encore grossi par la levée d’hommes de février 1811 qui multiplie particulièrement les déserteurs et insoumis dont les bandes affichent un royalisme de surface, comme le montre plus tard la bagarre avec les gendarmes survenue à Dives en février 1814 rapportée par le livre. À quoi il convient d’ajouter le service de garde-côte contre la flotte anglaise, qui fatigue la population canaise. La police relève aussi le fait qu’un émeutier a évoqué en menaçant, lors du soulèvement aux halles, le sort fait à Henri Belzunce, officier d’un régiment en garnison à Caen détesté par son arrogance et exécuté par la foule en août 1789. Va-t-on recommencer la Révolution et voir monter le danger sans-culotte À la lecture des documents publiés, on voit que l’image du peuple que présentent les autorités et la sentence du 15 mars imprimée et largement diffusée est, comme aux siècles précédents, celle de «la populace et de l’enfant ignorant et faible, tenté à chaque instant par le mal, le vol et la violence contre les personnes et les biens. Dans un premier temps le résultat est acquis les propriétaires, du Conseil municipal à l’évêque de Bayeux, se rassemblent autour de l’Empereur au nom du maintien du «bon ordre, comme en témoignent l’adresse de remerciement au souverain du premier et le mandement aux fidèles du second leur prêchant l’obéissance.

5J’ajouterai une question, à laquelle les données rassemblées par les auteurs permettent de répondre. Si ces événements rappellent fortement les troubles de subsistances de l’Ancien Régime, n’y a-t-il pas également des différences notables avec ceux-ci Si le système ordinaire d’assistance, quoique renforcé par rapport au xviiiesiècle (bureaux municipaux de bienfaisance, ateliers de charité ouverts en 1811, dépôt de mendicité créé à Caen en 1809), s’avère encore totalement insuffisant et dépassé comme avant 1789 par la crise, faute de moyens financiers, il est remarquable que Bonaparte ne se contente pas de réprimer ni d’écraser impitoyablement les adversaires vrais ou supposés du régime (en 1809 déjà la police avait assassiné près de Luc-sur-Mer un émigré ancien chef Chouan, le marquis d’Aché), mais, allant plus loin que la monarchie de Louis XV et Louis XVI, il tente une politique d’interventionnisme économique et social dans la ligne de la dictature jacobine. En ce qui concerne les approvisionnements, après l’émeute, non seulement le préfet fait acheter 10 tonnes de riz au Havre afin de les distribuer dans le département, incitant à en étendre la consommation, et fait également venir du seigle de Belgique, mais encore, en application des décrets du gouvernement de mai, le grain est taxé, les stocks chez les cultivateurs devront être recensés, les réquisitions sont multipliées et contre la spéculation toujours présente du fait de la pénurie, on envoie des garnisaires chez les fermiers soupçonnés de ne pas vendre leurs grains aux halles. Sur le plan social, le 20 mars, des cartes de secours sont délivrées à 4000 indigents de la ville (sur 36000 habitants) pour obtenir du pain à bas prix et, suivant le décret de l’Empereur du 24 mars, 38000 soupes de légumes, riz et pain seront distribués dans le département. On a l’impression d’être revenu à la Révolution dirigiste et sociale de 1793-1794. Malheureusement ce système autoritaire fonctionne mal, les municipalités aux mains des catégories aisées ne mettant aucune bonne volonté pour l’appliquer et l’inertie l’emportant faute aussi de ressources, le préfet lui-même manquant de moyens de contrôle. Ce sera finalement la récolte de 1812, d’un bon niveau, qui détendra la situation. Est-ce dire que le système ait été complètement impuissant et inutile J’en suis moins sûr que les auteurs car d’une part il faut se méfier des plaintes des administrateurs, sous-préfets, préfets, comme sous LouisXIV ou Louis XV, subdélégués et intendants, qui cherchent toujours en face de leurs supérieurs à diminuer leurs responsabilités en grossissant les difficultés qu’ils rencontrent, d’autre part on est obligé d’observer que les troubles, la terreur aidant, il est vrai, ne se sont guère reproduits après la fin mars. Quant aux manifestants de mars condamnés à la prison, la première Restauration, pour illustrer sa volonté pacificatrice, les fera libérer en avril 1814.

6On voit l’intérêt de cette étude qui apporte des faits nouveaux sur l’événement de1812 et qui permet de préciser certains traits du régime napoléonien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Lemarchand, « Révolte à Caen 1812. », Annales historiques de la Révolution française, 323 | 2001, 142-145.

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Révolte à Caen 1812. », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 323 | janvier-mars 2001, mis en ligne le 21 avril 2004, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/1070

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org