Navigation – Plan du site
Vie de la société

Procès-verbal du conseil d’administration de la Société des études robespierristes

samedi 18 octobre 2008

Présents : Serge Aberdam, Marc Belissa, Serge Bianchi, Patrice Bret, Françoise Brunei, Jean-Luc Chappey, Annie Crépin, Annie Duprat, Anne Jollet, Martine Lapied, Hervé Leuwers, Julien Louvrier, Danièle Pingué, Jean-Paul Rothiot, Pierre Serna, Cyril Triolaire.

Excusés : Michel Biard, Philippe Bourdin, Bernard Gainot, Florence Gauthier, Isabelle Laboulais, Mathias Middell, Karine Rance.

La séance s’ouvre à 14 h 30, salle Marc Bloch. Serge Bianchi assure la présidence, Serge Aberdam et Jean-Luc Chappey le secrétariat. Les membres présents manifestent l’émotion que leur a causé le décès de Monique Vovelle. Une discussion s’engage sur la façon dont notre sentiment collectif aurait pu se manifester dans l’immédiat. Comme proposé par Anne Jollet, le conseil d’administration adresse à Michel Vovelle l’expression de sa douleur et de sa sympathie.

Après quelques modifications formelles, le procès-verbal du conseil d’administration du 14 juin 2008 est adopté, ainsi que l’ordre du jour proposé. Sur proposition du Bureau, le calendrier diffusé précédemment est modifié : l’assemblée générale annuelle sera convoquée pour le samedi 28 mars 2009, à 14 h (et non le 31/01) ; le conseil d’administration se réunira le 31 janvier, puis le 6 juin, les deux fois à 14 h.

AHRF : Hervé Leuwers présente la situation de notre revue, en regard de la transition en cours vers l’éditeur A. Colin. Notre nouvel interlocuteur est Sébastien Riault, désormais en charge du pôle « revues ». Notre n° 352, 2008-2, a été le premier a être imprimé / diffusé par Armand Colin, la transition devant être complètement achevée avec le n° 355, 1er de 2009, à dater duquel le retard de parution devrait être résorbé. Les listes d’abonnés que nous avons transmises semblent avoir été trop vigoureusement épurées. Des comparaisons de listes sont en cours pour réenregistrer des cas particuliers ou des abonnés « disparus », dont certains n’étaient plus à jour sans s’en être inquiétés. Si le film plastique d’expédition est médiocre, la fabrication n’a pas connu de problème notable. Les délais vont devenir plus contraignants pour les auteurs et relecteurs, avec des épreuves 1 et 2 assez rapprochées. Un aide-mémoire des usages admis est prévu pour aider les relecteurs. Partie de la discussion avec Sébastien Riault a porté sur des mesures de valorisation. Les numéros thématiques, qui se vendent mieux, seraient annoncés sur le site A. Colin avec 6 mois d’avance. Une réflexion pourrait être menée pour rendre plus attractive la page web des AHRF sur le site d’Armand Colin : comptes rendus en libre consultation ? À terme, rubriques consacrées aux travaux inédits ou aux articles de revue ? Plusieurs membres soulignent qu’il est difficile de donner une réponse sur ces propositions sans avoir traité, par ailleurs, de la question du site propre de la Société (infra).

En juin dernier, Michel Biard et Hervé Leuwers avaient été élus respectivement directeur et rédacteur en chef, le conseil d’administration reportant à ce jour la désignation du reste du comité de rédaction et de celui de lecture, élargi à l’effectif de 14 membres (7 français, 7 étrangers). Après vote du conseil d’administration (16 votants présents, un blanc, un non, 14 oui), le comité de rédaction est formé de M. Biard, H. Leuwers, A. Crépin, P. Dupuy, B. Gainot. Le comité de lecture regroupe : P. Bret, M. Belissa, M. Lapied, A. Duprat, Ph. Minard, P. Serna, Cl. Wolikow, T. Tackett, R. Reichardt, L. Roura, M. Crook, X. Rousseaux, A. Tchoudinov, M. P. Donato.

Marc Belissa signale que le n° 352 des AHRF contient des caracté-risations, voire des attaques, qui débordent assez nettement du cadre d’un débat scientifique. Une discussion s’engage sur les modalités des controverses dans nos colonnes, point sur lequel il existe nombre de précédents. Hervé Leuwers souligne qu’ériger le droit de réponse en principe aboutirait, de fait, à en susciter une avalanche, par exemple à propos de nombreux comptes rendus. Il avance la perspective, à partir du moment où un réel débat se présente, d’utiliser la rubrique « regards croisés » pour lui donner un cadre raisonnable. Pierre Serna pointe que l’usage de cette méthode ne doit pas aboutir à doubler abusivement l’espace rédactionnel consacré à des propos contestés. Le conseil d’administration considère en tout cas que, surtout dans le cadre d’une revue à comité de lecture, l’équipe rédactionnelle a les moyens de gérer les manquements aux règles élémentaires d’un débat argumenté, en adressant aux participants des signaux, si possible préventifs mais si nécessaire rectificatifs.

Finances : Cyril Triolaire présente l’état des finances, après le passage de relais avec Karine Rance. Pendant le passage chez Armand Colin, les difficultés prévisibles portent sur la continuité des abonnements, avec les retards pris dans la dernière période et les reversements... Le budget réel de fonctionnement pour 2008 semble proche de ce qui avait été budgété, le reversement forfaitaire par l’éditeur étant conforme, sauf ajustements, les charges étant légèrement supérieures aux prévisions (augmentation des billets de train) mais les rentrées également, par suite du supplément de subvention CNL pour le centenaire, des bonnes ventes des Politiques de la Terreur comme des Œuvres de Robespierre. Pour le moment, les Tables du centenaire ne sont pas un succès de diffusion (mesures infra). Le financement du volume Ordre public n’est qu’annoncé. Les comptes seront présentés au conseil d’administration de janvier, avant l’assemblée générale de mars.

Local : Serge Aberdam rappelle que nous avons dû évacuer en urgence cet été notre local du Marais. Après diverses démarches, l’intervention de notre ami S. Baron, adjoint au maire d’Ivry-sur-Seine, a permis la mise à disposition d’un local de stockage provisoire. La mairie envisage désormais de nous reloger dans une des boutiques qu’elle a préemptées dans le cadre d’opérations d’urbanisme de longue échéance. L’avantage serait la disponibilité de nos collections et de nos archives, un petit espace de stockage intermédiaire pour envoyer des publications de façon impromptue et la capacité de tenir certaines réunions spéciiques. Le régime serait une « convention d’occupation précaire », au loyer de 6,36 euros par m2 et par mois. La municipalité remet en état (électricité, eau, fermetures) et nous devons rafraîchir et meubler... Une somme de +/- 300 euros/mois (pour +/- 50m2) est trop élevée pour la SER, mais nous avons commencé de rechercher une association avec d’autres revues comparables, pas plus de trois avec nous, en fonction de leurs besoins. Dans ces conditions la proposition de la mairie d’Ivry devient intéressante pour nous. Ce sera d’autant plus le cas que nous utiliserons notre statut juridique (déductions iscales) pour dégager des ressources supplémentaires... Le conseil d’administration estime qu’il y a là une occasion à saisir ; le secrétaire général est mandaté pour continuer les contacts.

Publications : Jean-Luc Chappey attend le tapuscrit du volume Ordre public. En février devrait arriver le tapuscrit de Corinne Legoy, lauréate du prix Albert Mathiez. Des mesures de diffusion supplémentaires des Tables vont être prises, en particulier auprès des bibliothèques...

En matière de publications futures, d’intéressantes propositions sont faites, par exemple par R. Monnier, par la petite fille de Robert Schnerb, de même que par Mathias Middell. Un débat s’ouvre, à partir des expériences vécues ces dernières années et de la diffusion extrêmement inégale de nos publications hors revue. Désormais que la fabrication et la diffusion de cette dernière, à la qualité reconnue, sont passées chez un éditeur professionnel, que nous commençons à rétablir nos finances et à concrétiser une orientation de retour vers un public non exclusivement universitaire (infra), la nécessité apparaît de réfléchir à nos choix de politique éditoriale pour l’avenir. Il s’agit des genres que nous privilégierons, et de leur articulation : textes d’époque, comme ceux de Robespierre ; ouvrages issus de thèses (prix Mathiez) ; traductions de langues rares (Ado a été le dernier en date) ou de l’Anglais (Jeff Horn...) ; colloque ou journées d’étude (beaucoup restent en stock)... Il s’agit aussi des conditions éditoriales pratiques : coédition systématique ou non ; méthodes de promotion, au moins par les auteurs (Politiques de la Terreur) ; nécessité en bref de trouver un public pour nos publications, mais aussi d’obtenir un équilibre financier minimum, sauf à rendre inopérantes les mesures de redressement. Le conseil charge Jean-Luc Chappey, Anne Jollet et Marc Belissa de lui proposer une réflexion sur ce thème, pour sa réunion de janvier.

Activités scientifiques : Serge Bianchi présente les deux journées consacrées aux héros et à l’héroïsation, en avril 2009 à Bordeaux, pour lesquelle la SER est associée au congrès des sociétés savantes et au CTHS. Pierre Serna, pour l’IHRF, également associé, insiste sur le besoin d’une aide financière pour les doctorants qui iront y communiquer. Anne Jollet propose l’organisation d’une (modeste) réception des participants, occasion pour nous de présenter nos publications. Le conseil d’administration décide d’une allocation globale de 1 500 euros, à répartir entre ces deux projets, et charge le Bureau de veiller aux modalités avec l’IHRF et nos membres sur place.

Danièle Pingué fait un point d’étape sur le groupe de travail « Comités de surveillance » et son enquête nationale. Elle rappelle que le conseil d’administration avait voté à ce sujet une subvention de 1 000 euros, en principe renouvelable, en particulier pour faciliter les voyages. Une discussion s’élève sur la façon de mobiliser d’autres ressources pour cette importante initiative, qu’il faudrait assortir de demandes explicites auprès des autorités de tutelle de la recherche. Il faut faire preuve de détermination et se défier de notre tendance à la modestie.

Serge Aberdam, qui n’a pas encore reçu la présentation demandée à Mathias Middell, rappelle le projet de rencontre scientiique en octobre 2009 autour du centenaire de Walter Markov, et des mouvements populaires pendant la Révolution ; il signale divers projets de publications, en particulier celui des Acta et Scripta de Jacques Roux, que M. Biard a accepté de proposer au CTHS, comme Bernard Gainot le fait pour les Œuvres de Babeuf.

Serge Bianchi fait un point sur le projet initié par Jean-Pierre Jessenne d’une rencontre scientifique sur le thème « Enseigner l’histoire de la Révolution française ». Cette initiative correspond visiblement à une attente diffuse et constitue de l’avis du Bureau un enjeu majeur pour l’avenir de la Société. La réforme dite de la Mastérisation crée d’ailleurs d’autres enjeux qu’il faudra cerner. Nous pensons organiser début 2010 cette rencontre de haut niveau, essentiellement destinée aux enseignants du secondaire et du primaire, en toute indépendance par rapport aux consignes ministérielles et rectorales et rendant possible une réelle intervention des intéressés. Un tel projet nécessite, à côté du comité scienti-ique, un comité d’organisation resserré, formé de gens réellement disponibles. Les membres sont invités à faire des propositions ; le Bureau présentera une architecture d’ensemble le 31 janvier.

Avenir du site internet : comme prévu, Julien Louvrier présente la question brièvement, en raison du peu de temps qui reste disponible ; l’actuel site de la SER est interne à Revue.org alors que notre revue commence ces temps-ci à être consultable sur le site d’A. Colin et que les anciens numéros commencent d’émarger sur Persée. Quitter complètement Revue.org serait une option possible, à laquelle Jean-Luc Chappey oppose la possibilité d’utiliser, comme d’autres, leur interface « cahiers de recherches » qui permet par exemple la confrontation entre historiens professionnels et amateurs. Marc Belissa insiste sur la nécessité d’une véritable équipe pour tenir un site indépendant et vivant. La possibilité de rétribuer un Webmestre, évoquée par Anne Jollet, est accueillie avec scepticisme. Le débat qui commence sur le contenu de ce site montre les doublons avec les propositions faites par Armand Colin. En préalable à un débat nécessaire mais qui devra être instruit bien plus largement, Julien Louvrier réservera, pour une somme modique, deux ou trois noms de domaines, à partir du nom de notre société, de ses publications et de ses collections.

Nouvelles adhésions : Par manque de temps, les demandes d’adhésion n’ont pas pu être présentées : elles devront impérativement l’être le 31 janvier. Pour mémoire, elles provenaient de :

  • Michel Westrade, président du Tribunal du Travail de Tournai (H. Leuwers/ Ph. Bourdin)

  • Pierre-Antoine Corouble, professeur des écoles, travaillant sur Boissel (Cl. Mazauric/ H. Leuwers)

  • Daniel Jouteux, directeur d’école à la retraite (Ph. de Carbon-nières/P. Dupuy)

  • Guillaume Colot, professeur d’histoire-géographie, en thèse avec S. Bianchi (Ph. Bourdin/M. Biard)

La séance est levée à 17 h 25.
Serge Aberdam, secrétaire général

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org