Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La police secrète du Premier Empire

Bernard Gainot
p. 145-146
Référence(s) :

Nicole Gotteri (édit.), La police secrète du Premier Empire, Bulletins quotidiens adressés par Savary à l’Empereur de juillet à décembre 1811, tome 3, Paris, Honoré Champion, 1999, 440 p. + index (133 p.).

Texte intégral

1Ce volume est le troisième édité dans la collection Pages d’archives, par les soins de Nicole Gotteri. La période couverte est celle du ministère Savary, de juin à décembre 1810 (tome 1), puis de janvier à juin 1811 (tome 2); ce volume couvre donc la période juillet-décembre 1811. L’entreprise s’inscrit dans la suite des cinq volumes publiés par Ernest D’Hauterive et Jean Grassion, entre 1908 et 1964, qui couvraient le ministère Fouché, de 1806 à 1810.

2La source principale, ce sont les minutes de la sous‑série F7, rédigées par Desmarest (chef de la première division du ministère), et Jean‑André François (rédacteur du bulletin de police). Ces deux fonctionnaires étaient déjà en place sous Fouché. Une copie du bulletin de police était envoyée à la secrétairerie d’État impériale (sous‑série AFIV).

3Le bulletin est rédigé quotidiennement à partir de sources diverses: les rapports des commissaires de police, bien sûr, mais aussi les rapports des préfets et sous‑préfets, ainsi que ceux des officiers de la gendarmerie.

4Les rubriques permettent une accumulation de faits de nature et de provenances diverses. Les rapports administratifs sont complétés par les bulletins des journaux étrangers, traductions de gazettes de divers pays européens, source fondamentale pour étudier l’émergence d’une opinion publique européenne à l’âge du proto‑nationalisme.

5Cette année 1811 est en effet celle où le Grand Empire connaît son extension territoriale maximum, dans une stabilité relative, si on excepte la question ibérique, sujet d’un grand nombre de bulletins. Mais d’autres craquements se font déjà sentir; la rupture avec Alexandre de Russie, la montée des nationalismes allemands, l’attitude équivoque du souverain suédois. Il est également possible de suivre les manifestations et les effets de la crise frumentaire, à travers les variations des mercuriales, les «émotions ouvrières», et la politique de secours publics.

6Il s’agit d’une entreprise de longue haleine, du plus grand intérêt pour approfondir et renouveler nos connaissances, tant sur le travail des administrateurs, que sur les mentalités des administrés à travers toute l’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gainot, « La police secrète du Premier Empire », Annales historiques de la Révolution française, 323 | 2001, 145-146.

Référence électronique

Bernard Gainot, « La police secrète du Premier Empire », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 323 | janvier-mars 2001, mis en ligne le 10 avril 2006, consulté le 28 juin 2017. URL : http://ahrf.revues.org/1073

Haut de page

Auteur

Bernard Gainot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org