Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gabriel BONNOT DE Mably, Principes des négociations pour servir d’introduction au droit public de l’Europe

Florence Gauthier
Référence(s) :

Gabriel BONNOT DE Mably, Principes des négociations pour servir d’introduction au droit public de l’Europe, introduction et notes de Marc Belissa, Paris, Kimé, 2001, 176 p., ISBN 2-84174-236-9, 135 FF.

Texte intégral

1Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785), philosophe, historien, diplomate, critique de l’économie politique, a consacré plusieurs ouvrages aux questions de politique mondiale, de relations entre les peuples, ce que l’on appelait à l’époque le « droit des gens » dont il a renouvelé les fondements. Mably publicistel oui, et au sens plein du terme car, Marc Belissa le rappelle dans l’introduction, ce mot désignait alors un spécialiste du droit public.

2À l’époque où il était secrétaire du cardinal de Tencin, ministre des Affaires étrangères, Mably publia Du droit public de l’Europe (1746) qui constitue son grand œuvre, le noyau de sa réflexion et sur lequel il revint sans cesse. Il compléta ce premier travail par les Principes des négociations pour servir d’introduction au droit public de l’Europe ( 1757), objet de l’actuelle réédition, suivi de ses Entretiens de Phocion sur le rapport de la morale avec la politique (1763) en guise de conclusion au même ouvrage, dont il donnait une nouvelle édition revue et largement complétée en 1764 (ces ouvrages ont été réédités dans Mably, Œuvres complètes, Paris, Desbrières, 1794-1795, t. 5, 7 et 10).

3Étudiant avec intelligence et finesse comment les différents pays européens ont mené leurs conquêtes, tout en négociant des traités, Mably met en lumière l’apparition de ce qu’il appelle « le droit public de l’Europe » et montre comment ce mouvement de contraires, « guerres-traités », constitua un frein réel aux conquêtes : car l’objet des négociations consiste précisément à « empêcher » la guerre.

4Par ailleurs, cherchant à comprendre les causes des obstacles concrets à un progrès du « droit des gens » de son temps, il les situe dans les politiques des puissances européennes, dans leur propre droit constitutionnel comme dans leur commerce de domination accompagnant leurs conquêtes coloniales hors d’Europe. Il constate que le système économique européen possède un dangereux caractère expansionniste. Analysant les étapes de l’enrichissement par le commerce, il établit un rapport de causalité avec l’extension des guerres, du chômage et de la mendicité.

5L’introduction de Marc Belissa nous conduit à un rappel nécessaire des débats autour du « droit des gens » et de son évolution du XVIe au XVIIIe siècle. Le choc de la « découverte » de l’Amérique et de ses peuples rendit l’idée d’unité chrétienne, héritée du Moyen Âge, caduque. Les conquêtes et les violences exercées par des Européens en Amérique ont ouvert une critique de la colonisation, de la guerre offensive, des politiques de puissance et conduisirent les humanistes, et en premier lieu l’École de Salamanque, à repenser les principes du « droit des gens ». En avançant l’idée que l’humanité avait des droits, les humanistes l’accompagnèrent de la nécessité de penser la « politique » à un niveau qui ne pouvait plus être seulement local : l’existence même de l’empire colonial européen imposait en effet de poser les problèmes à une échelle devenue mondiale, cosmopolitique.

6Cependant, au XVIIe siècle, les théoriciens du « droit des gens » se sont souvent compromis dans un contexte de politiques de puissance en plein essor. Il fallut beaucoup de courage pour parvenir à remettre en cause le « droit de guerre » sous Louis XIV. Puis, au XVIIIe siècle, la pensée des humanistes réapparut et fut repensée dans le cadre d’un « système de la paix ». La pratique de la diplomatie vit se multiplier les traités et construisit des notions comme celles de balance ou d’équilibre des puissances. Les Principes des négociations de Mably s’inscrivent dans cet essor de la diplomatie, mais affrontent aussi la réflexion conceptuelle : « critique humaniste de la guerre, doctrine jus naturaliste du droit des gens, littérature diplomatique et réflexion philosophique sur l’ordre européen des souverains, la contribution de Mably est capitale », écrit Marc Belissa. Ce qui explique le succès que connut alors Mably comme fondateur d’une science morale de la « politique et de la cosmopolitique ».

7Ses concepts de puissance, d’ordre juridique mondial, de moralisation des relations entre les gens, les peuples et les États ont sans doute encore beaucoup à nous apprendre. Nous les retrouvons au centre de la réflexion actuelle sur l’avenir du monde, à un moment où la société internationale traverse une crise grave et déjà trop prolongée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Gauthier, « Gabriel BONNOT DE Mably, Principes des négociations pour servir d’introduction au droit public de l’Europe », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 333 | juillet-septembre 2003, mis en ligne le 07 décembre 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/10802

Haut de page

Auteur

Florence Gauthier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org