Navigation – Plan du site
Sources

Ode à Catherine II – Une création inconnue de Jean-Louis Carra

Stefan Lemny
p. 163-166

Texte intégral

  • 1  Stefan Lemny, Jean-Louis Carra (1742-1793), parcours d’un révolutionnaire, Paris, L’Harmattan, 200 (...)

1Dans la biographie consacrée à Jean-Louis Carra, nous avons fait le point sur plusieurs détails concernant son séjour en Russie. Les lettres inédites conservées dans les archives d’Argenson de la Bibliothèque universitaire de Poitiers nous ont appris par exemple que, après avoir caressé un instant le rêve d’un voyage aux États-Unis, Carra quitte l’Angleterre pour gagner l’empire du Nord : le 12 février 1774, il écrivait de Saint-Pétersbourg à son protecteur, le marquis Voyer d’Argenson, qu’il avait acquis une place auprès d’un grand seigneur de Moscou grâce au ministre russe à Londres1.

  • 2  Albert Lortholary, Le Mirage russe en France au XVIIIe siècle, Paris, Ed. Contemporaines, 1951, p. (...)

2Ce voyage n’a rien d’extraordinaire. Les envoyés diplomatiques de Russie ne ménageaient pas leurs efforts pour soutenir les candidats à l’aventure russe, une aventure qui séduit de plus en plus les Européens au XVIIIe siècle. Les philosophes en donnent l’exemple. Avec les Lettres philosophiques de Voltaire, la « septentriomanie » triomphe, et nombreux sont ceux qui pensent comme lui que « c’est du Nord […] que nous vient la lumière »2. D’ailleurs, pendant son périple russe, le futur révolutionnaire semble avoir rencontré un autre voyageur important, Diderot, qui aurait « bien voulu se charger », selon les dires de Carra, de transmettre personnellement ses lettres au marquis d’Argenson.

  • 3  Léonce Pingaud, Les Français en Russie, Paris, Perrin, 1886, p. 80-87.

3L’intérêt qu’inspire la Russie aux voyageurs occidentaux n’est pas seulement d’ordre philosophique. Nombre d’entre eux sont attirés par la promesse d’un emploi dans les bureaux officiels, dans l’armée ou dans l’enseignement, ou comme secrétaires et précepteurs dans les riches familles3. C’est le cas de Carra, bien que nous ne sachions pas dans quelle grande maison il a enseigné, ni la société qu’il a pu fréquenter, à part l’entourage du ministre français en Russie, Durand de Ditroff, avec lequel il fut en contact.

4Le voyage commencé sur de bons espoirs (« si mon sort est assez heureux alors dans ce pays-ci – écrit-il à Voyer d’Argenson –, j’y bâtirai une cabane et un tombeau ») fi nit mal : l’imprévisible Carra se dirige au début de l’année 1775 vers une nouvelle destination, la Moldavie, où, toujours mécontent, il n’aura pas davantage de raisons d’être satisfait.

  • 4  L’exemplaire se trouve à Niedersächsiche Staats- und Univeritätsbibliothek de Göttingen, plus préc (...)

5Voilà a priori tout ce que l’on pouvait dire du séjour russe de Carra au moment où nous avons eu la surprise de trouver un texte inconnu jusqu’ici4 : il s’agit d’une Ode à Catherine II. Impératrice de toutes les Russies sur la paix triomphante qu’elle vient de conclure avec les Turcs (8 pages), signée « Carra » et publiée à Saint-Pétersbourg, à l’imprimerie de l’Académie impériale des sciences, en 1774.

6Le texte complète la liste des débuts littéraires du futur révolutionnaire, se situant chronologiquement entre la poésie l’Ode sur les volcans (parue dans le Mercure de France, août 1768) ou les quelques ouvrages des années 1772-1773 (Le faux philosophe démasqué, le « roman philosophique » Odazir, ou le jeune Syrien, le Système de la raison, ou Prophète philosophe, publié en 1773, selon les précisions de l’auteur dans l’édition de 1791), et la reprise à rythme soutenu de son activité de publiciste, après son retour en France en 1776.

7Cette création inconnue de Carra n’offre pas plus de chance de convaincre sur la teneur de son talent littéraire que ses autres œuvres. Voici un exemple :

« Russes, vous triomphez. Votre illustre Amazone
Enseigne aux autres rois à régir les humains.
C’est la suprême loi des plus sages destins
Qui sur sa tête auguste a mis une couronne.
Catherinea paru pour être tour à tour
La Minerve du Nord, de son peuple l’amour.
De la haute sagesse empruntant les maximes,
Son esprit s’est rempli des principes sublimes
Qui font du cœur de l’homme un foyer de vertus.
Elle vient consoler des savants abattus ;
Prescrire à ses sujets l’amour de la science ; Régner sur la raison & non sur l’ignorance »,
etc. etc.

8Quelles que soient ses qualités littéraires, l’Ode à Catherine II de Carra retient l’attention à plusieurs titres. D’une manière générale, c’est une pièce de plus dans la riche littérature européenne de facture encomiastique dédiée aux maîtres de Saint-Pétersbourg depuis Pierre le Grand jusqu’à Catherine II. Son modèle n’est pas difficile à deviner. Nous pensons plus particulièrement à l’ode de Voltaire À l’impératrice de Russie Catherine II, à l’occasion de la prise de Choczim par les Russes, en 1769, qui a rendu célèbre l’image de « Minerve du Nord » reprise, comme on le voit, par Carra.

9S’exerçant ainsi, notre auteur cédait-t-il, une fois de plus, aux thèmes qui étaient à la mode à cette époque, tout comme il a répondu à la « fureur encyclopédique », à la séduction de la philosophie, aux expériences physiques et à celles des frères Montgolfier ou à la tentation du mesmérisme ? On peut le supposer.

10N’oublions pas cependant le prétexte le plus important de cette ode : l’impressionnante victoire de Catherine II contre les Ottomans lors de la guerre de 1768-1774 !

« Des rives du Danube au pied du mont Taurus
L’Echo retentissoit du bruit de ses armées.
Et les mers du midi sont encor alarmées
De voir tous ses vaisseaux remplis de Turcs vaincus.
Le brave Polonais, l’audacieux Tartare
Ont senti les effets de son pouvoir vainqueur.
Délivrés aujourd’hui d’un voisin trop barbare
Ils connoitront bientôt les vertus de son cœur ».

  • 5  Carra, Essai particulier de politique dans lequel on propose un partage de la Turquie européenne, (...)

11L’auteur de ces vers était-il fasciné à ce point par les événements militaires de la scène Est-européenne, qu’il devait connaître lors de son séjour en Russie ? Peut-être. Ou du moins l’était-il au moment où il écrivait cette ode. Car, trois ans plus tard, son enthousiasme devant l’avancée des Russes semble s’être éteint : il considère alors que « le meilleur parti pour la cour de Pétersbourg serait de s’occuper simplement de l’intérieur de son empire »5.

12La découverte de cette ode ne nous introduit pas seulement dans le laboratoire des idées parfois contradictoires d’un homme qui cherche opiniâtrement à cette date son chemin dans la république des lettres. Elle nous permet également d’envisager d’autres motivations de son écriture, susceptibles d’éclairer la biographie de l’auteur. L’Ode à Catherine II n’est-t-elle pas un exemple révélateur de la persévérance du futur révolutionnaire en vue d’obtenir les faveurs de hauts protecteurs, et pourquoi pas, quelques subsides financiers. La pratique était courante à l’époque, et non pas seulement en Russie : il suffi t de rappeler l’ironie de Laurence Sterne à l’égard des auteurs de dédicaces, vues comme un moyen de gagner des gratifications sonnantes et trébuchantes (La vie et les opinions de Tristram Shandy, gentilhomme). Carra se montre fort habile dans cet art de la flatterie, comme le prouvent les louanges adressées au cardinal de Rohan, en guise d’ouverture de son Histoire de la Moldavie et de la Valachie (1777), ou au prince Henri de Prusse, auquel il avait dédié ses Nouveaux principes de physique (1781).

13Quelles que soient ses motivations intimes, ce nouveau texte de Carra indique que son passage en Russie a pu laisser plus de traces que ce que l’on croyait précédemment. Le fait qu’en pleine période révolutionnaire, deux de ses écrits furent traduits en russe (Histoire de la Moldavie et de la Valachie, en 1791, et Odazir, en 1793) est un élément supplémentaire qui justifie de telles interrogations : comment expliquer autrement le choix de ces traductions dans la lointaine Russie ? Par le prestige que l’auteur commençait à avoir sous la Révolution dans l’opinion publique de son pays et qui n’a pas échappé à ceux qui l’ont connu durant son voyage ? Ou y a-t-il un quelconque rapport avec l’allégeance littéraire faite par Carra envers la souveraine de toutes les Russies en 1774 ? On peut espérer que les archives russes auront un jour d’autres surprises à nous révéler à ce sujet.

Haut de page

Notes

1  Stefan Lemny, Jean-Louis Carra (1742-1793), parcours d’un révolutionnaire, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 66-68.

2  Albert Lortholary, Le Mirage russe en France au XVIIIe siècle, Paris, Ed. Contemporaines, 1951, p. 168.

3  Léonce Pingaud, Les Français en Russie, Paris, Perrin, 1886, p. 80-87.

4  L’exemplaire se trouve à Niedersächsiche Staats- und Univeritätsbibliothek de Göttingen, plus précisément à la Bibliotheca Aschiana, sous la cote 4 P GALL II, 1350. Nous l’avons identifié grâce au cédérom Hand Press Book, le catalogue collectif des livres anciens réalisé par le Consortium of European Research Libraries et consultable sur place à la BNF.

5  Carra, Essai particulier de politique dans lequel on propose un partage de la Turquie européenne, Constantinople [en réalité : Paris], 1777, p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefan Lemny, « Ode à Catherine II – Une création inconnue de Jean-Louis Carra », Annales historiques de la Révolution française, 354 | 2008, 163-166.

Référence électronique

Stefan Lemny, « Ode à Catherine II – Une création inconnue de Jean-Louis Carra », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 354 | octobre-décembre 2008, mis en ligne le 14 décembre 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11013 ; DOI : 10.4000/ahrf.11013

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org