Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Des Manuscrits de Sieyès 1773-1799

Raymonde Monnier
p. 199-201
Référence(s) :

Des Manuscrits de Sieyès 1773-1799, sous la direction de Christine Fauré, Paris, Honoré Champion, collection Pages d’archives, 1999, 577 p.

Texte intégral

1On connaissait le destin des papiers de Sieyès. Hippolyte Fortoul s’était penché le premier sur ces manuscrits, mais son travail n’avait pas abouti à une publication. En 1939, Paul Bastid les croyait définitivement perdus. Les Archives nationales ont réussi à réunir aux papiers du fonds Fortoul l’ensemble des manuscrits restants, achetés aux descendants collatéraux de Sieyès en 1967. On peut saluer cette édition courageuse de manuscrits, certes classés – les auteurs ont choisi de publier ceux réunis en cahiers et constituant des ensembles – mais d’un abord difficile et dont le classement (fait en partie par Fortoul) peut paraître factice pour certains d’entre eux, ainsi des Fragments politiques. Les spécialistes de Sieyès, mais aussi tous ceux qui s’intéressent à la pensée du xviiie siècle et de la Révolution, pourront désormais grâce à cette publication approcher le mythe sans se risquer dans une recherche en archives. On pourra suivre, au fil des pages, l’essentiel d’une quête intellectuelle sans cesse reprise, avec les retours sur les mots, les notions politiques, l’approfondissement méthodique d’une démarche, la recherche d’un art politique et d’un équilibre constitutionnel moins en phase avec les idées de ses contemporains que sa célèbre brochure Qu’est-ce que le Tiers État? L’auteur inspira en son temps, on le sait, autant de respect que d’incompréhension.

2Une grande partie des manuscrits publiés ici sont des papiers de jeunesse, fruits de mûres réflexions au terme des années studieuses de séminaire, une période qu’il aime rappeler dans son entreprise continuée d’autoconstruction de soi, parlant de «la hauteur où je m’étais mis en 1765 et années suivantes jusqu’à la Révolution». C’est à cette période qu’appartiennent les Lettres aux économistes, les Délinéamens politiques (1773-1775) et une bonne partie du Grand Cahier Métaphysique. Sa réflexion critique sur les théories économiques peut paraître inachevée et pauvre à côté des grandes œuvres des économistes de son temps, comme le Tableau économique de Quesnay ou la Richesse des nations d’Adam Smith. Sieyès a raison de refuser de considérer avec les physiocrates que la terre est seule source de richesse: «C’est le travail qui forme la richesse». Jacques Valier, qui introduit cette partie des manuscrits, souligne les intuitions de Sieyès en la matière, et aussi les insuffisances d’une critique mal argumentée. Car s’il sent que la richesse est «jouissance», il ne perçoit pas l’importance de la valeur d’échange, de la marchandise; il s’en tient à l’idée du marché et du «juste prix». S’il manque d’enthousiasme pour l’économie politique naissante – «dans la société tout est compliqué» – la méthode qui s’appuie sur les catégories, les notions (valeur, besoins), les «classes», et sur la mise en tableaux, inspire sa démarche dans la recherche d’un nouveau système politique.

3Les Fragments politiques mêlent des textes de l’époque révolutionnaire, toutes époques confondues, sur la Constitution, les Droits de l’homme, des considérations personnelles, des citations et des textes qui ne sont pas de Sieyès, comme la première pétition du Champ-de-Mars du 16 juillet 1791 (non identifiée?). La présentation critique est ici plus que délicate. Mais on y retrouve aussi les intérêts constants du législateur, les formulations très personnelles sur l’égalité par exemple – «l’égalité n’est que la non-inégalité du fait de la loi » – ou la primauté de la représentation: «Elle est le premier corps organisé; le peuple dispersé n’est pas un corps organisé». Là comme dans les Délinéaments, Sieyès affirme une théorie politique dont on peut suivre la remarquable continuité autour des notions clés: les Droits de l’homme, la loi, la représentation, «l’activité» des citoyens, la liberté (il n’y a rien d’illimité, surtout pas la liberté). «Il n’y a qu’un pouvoir, celui de la loi, qui vient de la nation même», un dispositif qu’on retrouve dans les tableaux et les figures, celle de la représentation du gouvernement par exemple. Les méthodes quantitatives de la science économique, la représentation de ses équilibres, soutiennent son refus de la société privilégiée et son dispositif politique. On y voit Sieyès à la recherche, comme Condorcet, d’une théorie combinatoire, de la meilleure combinaison possible sur les trois bases du territoire, de la population et des richesses, un système fonctionnel qui repose tout entier sur les élections.

4Christine Fauré dans l’introduction souligne les apports de ces manuscrits. Ces notes de lecture, ces réflexions, ces tableaux sont de véritables instruments sur lesquels Sieyès forge sa théorie et sa langue politique, avec des néologismes qui sont autant de nouveaux concepts, pour faire passer la vigueur de sa pensée politique. Sur son rapport à Rousseau, elle adopte contre B. Baczko et M. Gauchet, une position proche de celle de P. Pasquino. La lecture des manuscrits permet de préciser la divergence profonde d’un nouvel art social qui met l’emphase sur le lien entre le système représentatif et le système économique basé sur la division du travail. La mise à distance du rousseauisme et du républicanisme après l’expérience jacobine ne peut occulter l’influence possible d’autres théories politiques, notamment à travers Harrington, dont Sieyès connaît l’Oceana. L’historien américain John G.A. Pocock a attiré l’attention depuis les années 1970 sur le langage de l’humanisme civique comme source majeure de la politique moderne, théorie qu’on ne peut continuer d’ignorer, et que la lecture des manuscrits de Sieyès invite à prendre au sérieux s’agissant de la période révolutionnaire. La théorie pratique ne prend pas en compte que les droits, mais les institutions et les mœurs, ainsi des moyens du bonheur qui sont la lumière (l’éducation) et la simplicité des mœurs (contre l’envie). «On peut faire des changements subits dans les institutions politiques, tout bouleverser; mais les mœurs sont soumises à d’autres lois, et les changements politiques eux-mêmes deviennent infaisables, à proportion de leur union avec les mœurs». Sieyès partage avec Harrington le goût de la recherche d’un nouveau langage, dont rendent compte ses papiers personnels, ceux de 1789-1800 comme ses écrits de jeunesse.

5Jacques Guilhaumou, qui a transcrit le Grand Cahier métaphysique, met en valeur dans les notes et l’introduction à cette partie, l’éclairage nouveau qu’apportent ces manuscrits sur le rapport de Sieyès à la théorie du langage: «Chaque science a sa langue propre; elle ne commence vraiment à exister que quand on commence à faire sa langue». La première partie du GCM est une réflexion très riche sur l’œuvre des deux «statuaires métaphysiciens» que sont Bonnet et Condillac. La seconde, plus tardive (début du xixe siècle), est une lecture critique des «nouveaux métaphysiciens», désignés encore comme l’école de Condillac, c’est-à-dire les Idéologues. Sieyès se confronte au courant philosophique français au moment où Bonaparte éclipse celui-ci de la scène parisienne, et où il est lui-même confronté à Paris à la philosophie allemande, notamment à Guillaume de Humbolt. Apparaît alors l’originalité d’une pensée qui n’est réductible ni à l’idéologie ni à la pensée allemande, et dont une des constantes, comme le souligne J. G., porte sur «la métaphysique du langage», ce qui donne au GCM une cohérence à forte teneur linguistique, construite dans l’esprit du temps sur l’image de «trois mondes». «C’est dans le monde lingual que se fait la communication des idées par le commerce des signes, ou si vous voulez, les mots sont la monnaie qui mesure toutes les valeurs idéales. Il est curieux de voir comment les hommes ont simplifié la forme, le titre et le poids de cette monnaie. Si ce brassage avait pu se faire par une autorité compétente, nous aurions une langue de bon aloi. Mais! les besoins, voilà l’autorité qui prescrit; les circonstances, voilà ce qui détermine la pratique ». De la lecture critique de Bonnet et Condillac à qui il reprend la fiction de la statue pour observer «l’ordre des sensations, des actions et des connaissances», afin d’appréhender les rapports et les combinaisons  multiples dont résulteront des «combinaisons nouvelles», on suivra dans ces manuscrits la cohérence d’une pensée préoccupée du passage de l’ordre métaphysique à l’ordre social, à l’ordre pratique: «Ramenons l’homme à son but. Il veut être heureux, et toute son activité se porte à lui procurer du bonheur». Loin des visions à priori, cette publication qui espérons-le sera continuée, nous introduit à un penseur politique pragmatique, fort éloigné des abstractions qu’on a pu lui attribuer, et plus largement à la réflexion d’un dirigeant révolutionnaire sur la philosophie et la science politique de son temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymonde Monnier, « Des Manuscrits de Sieyès 1773-1799 », Annales historiques de la Révolution française, 324 | 2001, 199-201.

Référence électronique

Raymonde Monnier, « Des Manuscrits de Sieyès 1773-1799 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 324 | avril-juin 2001, mis en ligne le 21 avril 2004, consulté le 28 juin 2017. URL : http://ahrf.revues.org/1102

Haut de page

Auteur

Raymonde Monnier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org