Navigation – Plan du site
Hommage

Antoine Pelletier (1926-2008)

Jacques Bernet
p. 197-198

Texte intégral

1Notre collègue Antoine Pelletier est décédé à Milly-sur-Thérain, le 16 mai 2008 à 82 ans. Il y était né le 19 février 1926, troisième fils, du côté paternel, d’une grande famille d’agriculteurs de Courroy, hameau de Milly-sur-Thérain, et d’une mère d’origine roubaisienne.

2Son adolescence devait être profondément marquée par la Seconde Guerre mondiale et l’occupation, période où ses deux frères aînés, François et Michel, s’engagèrent activement dans la Résistance et y laissèrent leur vie, comme le rappelle une stèle apposée sur l’ancienne école de Courroy : le premier, né en 1920, ayant rejoint la France libre, fut parachuté d’Algérie en France dans le Vaucluse, en mars 1944, arrêté en juillet et

3fusillé à Signes (Bouches-du-Rhône), le 12 août 1944 ; le second, né en 1922, appartint au réseau Vengeance, qui réalisait surtout des sabotages de voies ferrées ; il fut arrêté à Paris en septembre 1943 et fusillé au Mont-Valérien, le 15 mars 1944. Seul fils survivant, Antoine devait évoquer longuement leur mémoire dans son « roman vrai », Autrement qu’ainsi, un beau livre autobiographique fort émouvant publié en 1991 aux éditions Quintette (Paris).

4Antoine Pelletier fi t des études de philosophie et d’histoire à la Sorbonne, qu’il poursuivit aux USA après la guerre, en bénéficiant d’une bourse d’études à l’Université d’Harvard ; il y rencontra en 1947 sa première épouse, étudiante boursière italienne au Smith College et future professeure d’italien. Enseignant à l’Institut français de Copenhague de 1951 à 1957, il revint en France, obtenant l’agrégation d’histoire en 1958 et enseignant l’histoire-géographie au lycée Félix Faure de Beauvais jusqu’en 1964. Détaché ensuite au CNRS, pour y poursuivre ses recherches sur la Révolution française, il participa à la création de l’Université de Vincennes au lendemain de mai 1968, avant d’être muté à celle de Paris I - Sorbonne, où il fut, dans le cadre de l’Institut d’histoire de la Révolution française, le collaborateur d’Albert Soboul puis de Michel Vovelle, comme assistant, maître-assistant et maître de conférences en histoire moderne, jusqu’à sa retraite, prise en octobre 1991.

5Il connut alors, en quelque sorte, une seconde carrière comme agriculteur, en reprenant l’exploitation familiale de Milly-sur-Thérain avec sa seconde épouse dans le cadre d’une EARL, en coopération avec un jeune agriculteur.

6Comme historien de la Révolution française, Antoine Pelletier a plus particulièrement travaillé sur Babeuf en sa période « picarde », publiant en 1965 dans le n° 179 des Annales historiques de la Révolution française, l’important article « Babeuf feudiste », considéré par Victor Daline comme une contribution fondamentale et novatrice sur la carrière pré-révolutionnaire du tribun, et complété par une étude sur « Le comte de Castéjà », un gros client du feudiste Babeuf, parue en 1966 dans La Revue du Nord. Il y mettait en évidence la notion de « bien commun » explicitée par Babeuf dès avant 1789, comme élément central de son projet social, à la fois héritier des utopies des Lumières et précurseur du socialisme contemporain.

7Notre collègue avait publié auparavant chez Seghers en 1954 un recueil de poésies, symptomatiquement intitulé « Parti pris », et écrit de nombreux articles dans les revues Esprit, puis La Nouvelle critique et La Pensée, rappelant son engagement politique d’intellectuel de gauche, longtemps adhérent du Parti communiste français. Il a également réalisé, en collaboration avec le philosophe Jean-Jacques Goblot, un ouvrage didactique, Matérialisme historique et histoire des civilisations, paru aux Éditions sociales en 1969.

8Antoine Pelletier avait soutenu amicalement la création de la Société d’histoire moderne et contemporaine de Compiègne, participant avec Albert Soboul à l’assemblée fondatrice d’octobre 1977, où il fut élu membre du bureau pour la saison 1977-1978.

9Toutes nos condoléances à son épouse Geneviève, sa fille Claire et son fils François.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bernet, « Antoine Pelletier (1926-2008) », Annales historiques de la Révolution française, 354 | 2008, 197-198.

Référence électronique

Jacques Bernet, « Antoine Pelletier (1926-2008) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 354 | octobre-décembre 2008, mis en ligne le 14 décembre 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11034 ; DOI : 10.4000/ahrf.11034

Haut de page

Auteur

Jacques Bernet

jbernet@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org