Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Varia

Marc Belissa, Gilles Ferragu, textes réunis par, Acteurs diplomatiques et ordre international. Fin XVIIIe siècle-XIXe siècle

Edmond Dziembowski
p. 301-303
Référence(s) :

Marc Belissa, Gilles Ferragu, textes réunis par, Acteurs diplomatiques et ordre international. Fin XVIIIe siècle-XIXe siècle, Paris, Kimé, 2007, 138 p., ISBN 978-2-84174-426-8, 19 €

Texte intégral

1Ce recueil regroupe les contributions des participants à une journée d’étude consacrée à l’ordre international et à ses acteurs de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle. L’ouvrage entend donner un éclairage sur « un chantier historiographique ouvert » en répondant à plusieurs questions. Comment les diplomates « ont-ils compris, analysé, pensé ou simplement vécu cette transition entre ordre ancien et ordre nouveau ? Comment évoluent les structures et les réseaux diplomatiques dans cette période ? ».

2Depuis 1989, l’expression « nouvel ordre international » s’est imposée pour dési­gner une situation qui, dans les faits, s’avère pour le moins désordonnée. Comme le rappelle Marc Belissa (« Révolution française et ordre international »), la perplexité des contem­porains, révolutionnaires et contre-révolutionnaires réunis, était tout aussi grande face aux bouleversements qui touchèrent l’Europe après 1792. L’abbé de Pradt y voyait un « désordre général », qui avait été « introduit par le premier partage de la Pologne et confirmé par la guerre d’Amérique ». Les révolutionnaires regardaient, eux aussi, le dépeçage de 1772 comme le premier coup porté à ce que nous appelons l’ordre ancien. La confrontation de l’ordre ancien aux nouveautés de l’ère des révolutions est au centre de l’étude de Joseph Visser (« Entre deux nations : le chevalier d’Annemours, consul à Baltimore (1778-1793) »), qui nous fait découvrir un diplomate aux références idéologiques et à la formation pratique « fondamentalement attachées aux formes classiques de la diplomatie » confronté à « la nouveauté de l’espace politique » des États-Unis d’Amérique.

3Andreas Osiander nous propose une analyse décapante des mutations de l’ordre européen au temps des révolutions (« Le problème de l’ordre européen à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle : rupture ou continuité ? »). Pour l’auteur, « les conflits idéolo­giques opposant la France révolutionnaire et napoléonienne à d’autres acteurs européens sont le catalyseur plutôt que la cause de la transformation du système européen – transfor­mation dont l’aspect le plus essentiel me semble être, précisément, le remplacement des princes “demi-souverains” de l’Ancien Régime [...] par des pouvoirs étatiques forts ». En mettant l’accent sur la « semi-souveraineté » des monarques du XVIIIe siècle, Osiander ne nous paraît pas très éloigné des thèses révisionnistes de Nicholas Henshall (The Myth of Absolutism. Change and Continuity in Early Modern Monarchy, Londres, Longman, 1992). Ce qu’il avance dépasse cependant le débat historiographique sur le « mythe » de l’absolutisme. Ses conclusions nous invitent en effet à réexaminer la question de la rupture opérée dans l’ordre européen par l’épisode révolutionnaire et impérial. « La période révolutionnaire et napoléonienne a-t-elle donc vu le remplacement d’un ordre interna­tional par un autre ? Tout bien pesé, je dirais que non », affirme Osiander, qui regarde l’ordre européen du XIXe siècle « comme une adaptation de celui du XVIIIe siècle, plutôt qu’un ordre nouveau ».

4Les contributions des deux historiens dix-neuviémistes qui figurent dans ce recueil prolongent cette réflexion et, ce faisant, relancent à leur manière le débat ouvert lors de la sortie du livre d’Arno Mayer sur la « persistance de l’Ancien Régime » dans l’Europe du XIXe siècle (The Persistence of the Old Regime : Europe to the Great War, New York, Pantheon Books, 1981). « La diplomatie est-elle modernisable au XIXe siècle ? » se demande Gilles Ferragu. En mettant l’accent sur le conservatisme des chancelleries européennes, son étude répond globalement par la négative. Consacrée aux conceptions de la diplomatie en vigueur au début de la IlIe République, la contribution d’Isabelle Dasque offre du grain à moudre aux modernistes (« Les élites diplomatiques de la Répu­blique face aux mutations de l’ordre international à la fin du XIXe siècle : une réaction aristocratique ? »). À la lecture de ces pages, l’on est saisi par l’imprégnation de l’Ancien Régime chez les diplomates du Quai d’Orsay de la fin du XIXe siècle. Fascination pour la diplomatie française des XVIIe et XVIIIe siècles, attachement au principe de l’équilibre européen et à l’idéal aristocratique du métier d’ambassadeur, goût du secret : tout se passe comme si la Révolution n’avait jamais éclaté et même comme si les transformations décelables à la fin du XVIIIe siècle avaient été occultées.

5L’on regrettera que les problèmes de terminologie n’aient pas fait l’objet d’appro­fondissements plus importants. En particulier, la notion d’« ordre » mériterait un examen attentif. Marc Belissa écrit que les hommes du XVIIIe siècle parlaient « plutôt de système que d’ordre pour décrire cette réalité ». Oui, mais s’agit-il vraiment de la même réalité ? Dans sa contribution, Marc Belissa nous éclaire sur la conception de Francis d’Invernois du « système » qui prévalait jusqu’à la Révolution. Cette vision, qui se décalque sur la conception blackstonienne de l’équilibre des pouvoirs de la constitution britannique, est certes très idéalisée. Elle s’inscrit néanmoins dans une tradition déjà ancienne. Les écrits diplomatiques du siècle ne cessent de décrire une espèce de mécanique internationale reposant sur l’interdépendance de ses différentes composantes. Si la mécanique fonctionne sans qu’intervienne le moindre élément perturbateur, alors l’Europe connaît, comme l’écrit l’auteur de l’ Antidote au congrès de Rastadt que cite Belissa, « un état de calme et d’ordre général ». Pour cet auteur, l’« ordre » n’est que la résultante de la bonne marche du « système » européen.

6Ce petit ouvrage montre en tout cas que la voie tracée mérite d’être approfondie. Comme c’est le cas pour ce recueil, il convient de dépasser la coupure traditionnelle entre l’histoire moderne et l’histoire contemporaine, préjudiciable à l’appréhension des dyna­miques, des ruptures et des continuités. L’histoire des relations internationales a longtemps été regardée comme le domaine où régnait sans discussion l’approche « événementielle ». Ce livre montre que cette époque est bel et bien révolue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edmond Dziembowski, « Marc Belissa, Gilles Ferragu, textes réunis par, Acteurs diplomatiques et ordre international. Fin XVIIIe siècle-XIXe siècle », Annales historiques de la Révolution française, 352 | 2008, 301-303.

Référence électronique

Edmond Dziembowski, « Marc Belissa, Gilles Ferragu, textes réunis par, Acteurs diplomatiques et ordre international. Fin XVIIIe siècle-XIXe siècle », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 352 | avril-juin 2008, mis en ligne le 18 décembre 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11046

Haut de page

Auteur

Edmond Dziembowski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org