Navigation – Plan du site
Articles

Face à la france révolutionnée : l’économie britannique dans les guerres de la Révolution et de l’Empire

Confronted with Revolutionary France: the British economy in the Wars of the Revolution and the Empire
Guy Lemarchand
p. 129-158

Résumés

Comment l’économie britannique a-t-elle supporté la longue épreuve de presque vingt-deux ans de guerre contre la France révolutionnaire et le conflit a-t-il entravé son développement ? La victoire a couronné l’effort, mais ce ne fut pas sans difficultés graves et, contradictoirement, sans d’importants avantages finalement acquis. Globalement, les pratiques et structures du capitalisme industriel ont nettement progressé. Très marquée par l’économétrie rétrospective à l’échelle nationale, l’historiographie anglaise récente fournit à nos questions des réponses assez précises, quoique discutées. Mais il paraît nécessaire de replacer aussi l’économie dans les cadres généraux de la société et des institutions politiques pour comprendre le sens de l’évolution.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  T. S. ASHTON, La révolution industrielle (1948), trad. française, Paris, 1955.
  • 2  W. ROSTOW, Les étapes de la croissance économique (1960), trad. française, Paris, 1962.
  • 3  Ph. DEANE, W. COLE, British economic growth 1688-1959, Cambridge, 1962.
  • 4  E. L. JONES, Agriculture and the industrial revolution, Oxford 1974.
  • 5  P. O'BRIEN, C. KEYDER, Economic growth in Britain and France 1780-1914, Londres, 1978.
  • 6  F. CROUZET, « Vers une économie d'exportation », publié en anglais en 1980 et repris dans F. CROUZ (...)
  • 7  E. A. WRIOLEY, R. S. SCHOFIELD, The population history of England 1541-1871. A reconstruction, Cam (...)
  • 8  N. F. R. CRAFTS, British economic growth during the industrial revolution, Oxford 1984. On y ajout (...)
  • 9  G. CLARK dans J. MOKYR (ed.), The British industrial revolution. An economic perspective, Oxford 1 (...)
  • 10  E. KERRIDGE, Agrarian problems in the sixteenth century and after, Londres, 1969.
  • 11  J. HOPPIT, « Counting the industrial revolution », Economic History Review, 1990, 2.
  • 12  Entre autres les critiques de D. S. Landes dans J. MOKYR (ed.), op. cit.
  • 13  F. CROUZET, L'économie britannique et le Blocus continental (1958), réédition complétée, Paris 198 (...)

1Impressionnés par les résultats des traités de Vienne et de Paris de 1815 pour la puissance britannique, par l’extension des bases de son empire colonial pendant les guerres précédentes et la pénétration de son commerce dans diverses parties du monde, et par l’accélération de la révolution industrielle dans les décennies suivantes en Angleterre, au Pays de Galles et en Écosse, les historiens au XXe siècle y ont vu tout à la fois le signe du « retard français » du XIXe siècle et la preuve de l’aisance relative avec laquelle le gouvernement de Londres, de Pitt à lord Liverpool, premier ministre à la longévité aussi remarquable que celle du précédent (1812-1827), aurait vaincu la Révolution et l’Empire napoléonien. Cette vision assez triomphaliste pour la Grande-Bretagne apparaît particulièrement dans la synthèse de T. S. Ashton de 19481. En 1960 W. Rostow2 soulignait que la France avait tardé par rapport à la Grande-Bretagne pour prendre le décollage économique (le fameux « take-off »), ce qui impliquait que la voie britannique du développement vers la civilisation moderne était la meilleure. Puis, dans les quarante-cinq ans qui ont suivi, ont été élaborées dans la recherche historique d’outre-Manche des reconstitutions statistiques à l’échelle nationale de l’économie du pays et de son évolution depuis la fin du XVIP siècle jusqu’aux années 1950 ou au moins jusqu’à la fin du XIXe siècle. Il y eut surtout deux grandes entreprises fondées toutes deux sur les concepts et les agrégats chiffrés de la macro-économie. Ce fut d’abord, séduisant par sa nouveauté et sa hardiesse, l’essai de Deane et Cole3. S’en dégageait l’idée que la croissance avait été rapide pendant le XVIIIe siècle, que l’agriculture avait modifié ses structures et fortement augmenté sa production dès la première moitié du siècle, ce qui avait facilité l’accélération ensuite des progrès de l’industrie. Celle-ci aurait été activée par l’exportation, particulièrement à partir des années 1780 et au début du XIXe siècle, la part du produit national consacrée à l’investissement ayant brutalement augmenté. Ces vues pouvaient coïncider à peu près avec celles de Rostow, et d’autre part elles minimisaient les aspects négatifs des guerres de la Révolution et de l’Empire. Cependant la construction fut rapidement remise en cause, en premier lieu par des travaux sur divers secteurs, tels que l’agriculture où E. L. Jones4 et P. O’Brien5 montrèrent que les progrès avant 1800 ont été réels mais plus lents que ne le voulaient Deane et Cole. E Crouzet6 réduisit l’importance et le rôle moteur de l’exportation jusqu’à 1800. L’évolution de la population à l’échelle de l’Angleterre historique7 fut précisée et on mit en valeur la forte poussée du peuplement de 1780 à 1830. Mais surtout une seconde construction macroéconomique8 est publiée en 1984 qui contredit Deane et Cole sur de nombreux points. Selon Crafts le changement économique a été lent au XVIIIe siècle jusqu’aux années 1820 et il n’y a pas eu de take-off ni de discontinuité majeure dans le taux national d’investissement à la fin du siècle, taux qui augmente alors effectivement mais lentement. L’exportation a toujours pris une part importante de l’accroissement de la production industrielle, l’industrie et l’agriculture étant plus avancées à la fin du XVIIe siècle que ne l’avaient établi Deane et Cole. La période des guerres 1793-1815 ne marque aucun fléchissement, et même plutôt une augmentation, dans le taux de croissance de la production marchande globale. Toutefois les dates-jalons choisies par l’auteur pour calculer des moyennes annuelles de cette production marchande ne permettent guère de cerner le moment en question : 1780-1801 = + 1,35 %/an, 1801-11 = 2,34, 1811-21 = 1,72, 1821-31 = 2,50. Des critiques ont été aussi formulées contre ce second essai. Sur l’agriculture, selon G. Clark9, l’essentiel des gains de productivité a eu lieu avant 1770, et même les progrès décisifs (trèfle, développement de l’élevage) ont eu lieu avant 1700, ce qui rejoint l’ouvrage ancien de E. Kerridge10. Les sources utilisées ont été contestées : registres de douanes et d’excise gâtés par la fraude, rapports d’époque sur l’industrie omettant une partie des régions11... Pour certaines données les marges d’erreur dépassent 40 %. La méthode elle-même paraît incertaine : empilement d’hypothèses - comme Deane et Cole - qui s’enchaînent à partir de données fragiles, variabilité des résultats suivant les dates retenues pour le calcul des coefficients interannuels12. Le principe même de la comptabilité économique nationale semble peu adapté à la réalité de la situation avant le chemin de fer : hétérogénéité interne du marché et différenciation extrême entre les régions. Aujourd’hui même les agrégats de cette comptabilité apparaissent discutables dans leur composition interne : fondés sur des flux monétaires ils mettent sur le même plan des revenus ou des dépenses tels que ceux liés à la production de l’acier ou des composants électroniques et ceux d’une activité semi-parasitaire comme la publicité ; ils peuvent connaître des gonflements notables à la suite de l’expansion d’épidémies sur le plan sanitaire ou de la multiplication des accidents automobiles dont l’utilité est douteuse. Au moins au XXIe siècle reposent-ils sur des données statistiques nombreuses et assez sûres, ce qui n’est pas le cas pour le XVIIIe et une partie du XIXe siècle où les chiffres sont rares, presque inexistants dans les sources pour divers secteurs (agriculture, industries secondaires, commerce de détail...), et souvent incertains. Pourtant on ne peut ignorer ces travaux rétrospectifs car ils reposent sur de vastes enquêtes documentaires et s’efforcent de tenir compte d’une multiplicité de composantes pas toujours prises en considération en France, telles que les taux d’intérêt, le volume du crédit ou les prélèvements et dépenses de l’État. De plus les auteurs de cette économétrie déploient dans sa mise en œuvre une inventivité et une ingéniosité indéniables. F. Crouzet, en republiant en 1987 sa thèse de 1958 sur les effets du blocus continental sur l’économie britannique (1806-1814)13, a ajouté sur la période 1780-1815 une mise au point importante qui emploie les données de la macro-économie en s’efforçant de ne pas s’y enfermer. Il convient donc à partir de ce matériel et de diverses études sectorielles de préciser la conjoncture pendant la vingtaine d’années de guerre contre la France, puis de mesurer les effets contradictoires du conflit et de voir enfin si la grande transformation de la révolution industrielle commencée avant 1793 s’est poursuivie, à quel rythme, et suivant quel coût social.

Persistance des crises anciennes et instabilité du développement marchand

  • 14  A. H. JOHN, « Farming in war-time 1793-1815 », dans ed. E. L. JONES, G. E. MINGAY, Land, labour an (...)

2Bien qu’ayant bénéficié d’une reprise économique accélérée après la fin de la guerre d’Indépendance américaine, vague qui la porte en 1792 à un niveau de prospérité sans précédent au XVIIIe siècle, et quoiqu’elle ne subisse jusqu’à 1815 hors de l’Irlande aucune invasion ni choc financier équivalent à l’épisode des assignats et mandats territoriaux, la Grande-Bretagne n’en a pas moins connu pendant les French Wars des moments extrêmement difficiles sur le plan matériel et social. Ce sont d’abord les classiques crises de subsistances qui, en dépit du développement et de la modernisation de l’appareil économique, continuent à sévir14. Elles n’ont évidemment plus la gravité de celles du XVIe et du début du XVIIe siècle, la dernière disette importante date de 1697-99 et se situe en Écosse essentiellement, région alors moins avancée que l’Angleterre et le Pays de Galles. Il n’en reste pas moins que sur 22 récoltes de 1793 à 1815, 14 sont inférieures à la moyenne de l’époque, ce qui pousse au premier chef les prix agricoles à la hausse. Ils doublent entre 1790 et 1812, et pour l’indice 100 en 1720-1744 on est à 143 pour 1783-92, mais à 210 en 1793-1801 et encore à 257 en 1803-1813. La première très mauvaise année de la série est 1794 où la moisson marque un recul de 25 % sur 1793, ce qui est suivi en 1795 d’une récolte meilleure mais encore insuffisante. En mai 1795 le prix du quarter de froment atteint 108 s à Londres, 160 à Leicester, au lieu de 50-60 s en 1793, et l’hiver est particulièrement rude. La situation est pire que lors de la dernière grande crise, celle de 1756-57. Puis survient la mauvaise récolte de 1799 suivie de pluies à l’été 1800 qui gâtent les épis et retardent le battage. Il se produit deux montées successives des prix agricoles, de décembre 1799 à mai 1800, et de l’automne au printemps 1801. Après un assez long répit, 1808 est à nouveau fortement déficitaire et se reproduit la hausse, mais on ne dépasse pas 79 s/quarter pour la moyenne Angleterre-Pays de Galles de 1808, et en 1809 le prix se stabilise tout en restant élevé. Le produit de 1809 n’est pas meilleur et la hausse repart jusqu’à 106 en octobre pour redescendre doucement ensuite. Quatrième crise : en 1811 non seulement le blé manque mais les pommes de terre font également défaut. Et les possibilités d’importation de denrées sont réduites par l’extension du déficit de récolte sur le continent, à commencer par la France. 1812 est meilleur mais toujours insuffisant. Ainsi le prix du froment pour l’Angleterre et le Pays de Galles est à 87 s/quarter en juillet 1811, 134 en juin 1812, 152 en août. Le retour à la paix ne signifie évidemment pas la fin de ces perturbations. Comme en France la moisson de 1816 est faible et le prix du froment à Londres, qui était à 50 s en 1815, passe à 103 s à la fin de l’hiver 1816-17.

3Un signe de la persistance de la gravité de telles crises de type ancien est fourni par leurs répercussions démographiques, modestes par rapport aux siècles précédents mais réelles. En 1795 la courbe de la mortalité marque une pointe de 9,7 % sur la moyenne des trois années précédentes, en 1801 on monte à 11,8 %, en 1818 il n’y a que + 4,6 % (et en année-récolte 4,9 %) parce que les importations de grains ont pu augmenter rapidement et la conjoncture générale longue des prix céréaliers s’est inversée depuis 1813 et est à la baisse sauf accidents. De plus chacun de ces épisodes se traduit par une vague de troubles de subsistance d’autant plus forte que, à côté de facteurs extérieurs qui peuvent également agir négativement, la manufacture se ralentit avec la cherté des denrées suivant l’« effet Labrousse » classique. En 1795 les autorités sont d’abord surprises par l’étendue géographique des manifestations populaires, du Sud-Ouest de l’Angleterre au Nord, affectant aussi bien les mineurs et fondeurs d’étain de Cornouailles que les tisserands du West Riding ou des journaliers travaillant aux enclosures. Bien que l’ancienne législation contre l’accaparement ait été abrogée en 1791 et 1792, sous la pression des foules certains juges de paix lancent quelques poursuites contre des spéculateurs. En 1799-1801 les incidents sont plus nombreux encore et touchent cette fois l’Ecosse. Des grèves à revendications salariales apparaissent alors, de même en 1809, quoique plus limitées. En 1817 nombre d’artisans ruraux individuels se mobilisent à côté des ouvriers des filatures de coton des grandes villes et des mineurs : tricoteurs, potiers, $cloutiers, tisserands à bras.

  • 15  E. P. THOMPSON, La formation de la classe ouvrière anglaise (1963), trad. Paris 1988 ; J. STEVENSO (...)

4Mais à chaque fois l’agitation tend à passer du plan économique au plan politique15, car si la crise dure et si les autorités ne font rien contre elle, c’est le régime et la guerre extérieure qu’il mène qui sont en cause. En 1795 le mécontentement vis-à-vis de la cherté développe l’action des clubs pour la réforme du Parlement dans le Lancashire et le Leicestershire, qui ne se font pas faute de dénoncer la sous-alimentation et la misère. Même Londres est touchée et d’octobre à décembre ont lieu les manifestations de la Société de Correspondance de la ville (L. C. S.) conspuant la guerre et Pitt. En 1799-1801 des billets, des assemblées nocturnes, en particulier dans les districts manufacturiers, reprennent les mots d’ordre radicaux. Il en va de même en 1809 où se multiplient les pétitions pour la paix et encore en 1812 où, au printemps, à côté des émeutes taxatrices se développe une vague de meetings pour la paix et la réforme, affectant même Londres en avril. En 1817 ressurgissent les comités et meetings radicaux et au printemps Londres est envahi par les « blanketeers », chômeurs venus des régions industrielles du Nord avec leur couverture pour camper et exiger des mesures de secours du Parlement.

  • 16  Outre sa thèse déjà mentionnée cf. F. CROUZET, « The impact of the French wars on the British ccon (...)

5À cause même de la modernisation de son économie qui la met sur ce plan dès le XVIIIe siècle à la pointe des États européens, la Grande-Bretagne connaît d’autres crises propres au développement marchand et derrière lui à la mise en place du système capitaliste. En effet seconde catégorie de commotions : celles qui affectent directement l’industrie et qui sont liées à la conjoncture commerciale internationale16. Car aujourd’hui tous les historiens conviennent de l’importance exceptionnelle et croissante du commerce extérieur dans la vie de l’économie britannique. L’exportation représente au milieu du XVIIIe siècle au moins 10-12 % du produit national, 18 % en 1800. Après la rupture de la paix d’Amiens l’expansion des ventes à l’étranger s’est poursuivie, quoique cette fois probablement plus lentement que l’accroissement du produit national. Néanmoins les chiffres qu’on a, provenant surtout des calculs de Deane et Cole, sont sans doute trop faibles car les deux auteurs ont exagéré le produit national de la période et donc la part de l’exportation s’en trouve amoindrie. En outre le commerce extérieur comporte de grandes quantités de matières premières nécessaires aux industries (coton d’Amérique et d’Orient, laine espagnole, cuirs d’Amérique, fers de la Baltique, matériaux de construction navale du Nord) et réexportations surtout vers l’Europe de denrées tropicales qui font vivre de nombreuses maisons de négoce. Le total de ces opérations avec les exportations représenterait 40 % du produit national en 1780, 50 % en 1801, encore plus de 38 % en 1810-12. Et il est possible que déjà le passage, qui commence dans cette période, des fabrications domestiques à la consommation de biens commercialisés ait eu pour conséquence un élargissement du marché du travail avec une participation plus grande des femmes et des enfants, par conséquent une dépendance accentuée vis-à-vis de l’emploi. Fréquemment aussi ce type de crise se combine avec une crise de subsistances et devient alors particulièrement grave si le blocage extérieur dure. En effet la dépression est déclenchée par des événements internationaux qui entravent le commerce avec l’étranger et le trafic maritime océanique.

6En 1793 c’est l’ouverture de la guerre le 1er février qui jette l’inquiétude et perturbe les circuits du négoce. Mais dès novembre 1792, au constat de la médiocrité de la récolte de l’année, le prix des grains avait déjà augmenté, restreignant le marché intérieur, et on se trouvait en fait à la fin du cycle de croissance vive d’après 1783. Comme il apparaît vite que la supériorité de la Royal Navy et de la flotte marchande, et l’alliance avec la première coalition permettent de maintenir les échanges extérieurs, le mauvais pas est franchi dès la fin de 1793. La deuxième crise est provoquée par l’occupation des Provinces-Unies, client et fournisseur important de l’Angleterre, par les soldats de Brune en décembre 1795 et le retournement de l’Espagne en 1796 en faveur de la France. Dès 1797 la situation est à peu près redressée, car tout à la fois les alliés de la France laissent faire le trafic avec l’Angleterre, les neutres demeurant actifs, et les Britanniques trouvent de nouveaux circuits ou réaniment d’anciens, en particulier du côté de la Scandinavie et des Hanséates, du Portugal à défaut de l’Espagne directement, et jusqu’en 1802 de l’Italie. Sous l’Empire frappe le Blocus Continental décidé par Napoléon avec le décret de Berlin (21 novembre 1806) accompagné de l’occupation de Lubeck, Brème et surtout Hambourg, la grande place de commerce international du Nord de l’Europe (16-19 novembre 1806). F. Crouzet a décrit minutieusement le scénario des effets de cette politique. En réalité il fallut un an pour installer le système. L’hostilité officielle de la Russie, de la Prusse et du Danemark ferme presque la Baltique. Il en va de même pour la Hollande du roi Louis, le Portugal et l’Espagne. En même temps, la Grande-Bretagne réplique à l’empereur par une sorte de contre-blocus, les Ordres en Conseil de novembre-décembre 1807 qui prétendent interdire aux neutres les pays européens et les obliger à ne commercer qu’avec elle. Du coup, aussitôt, avec les États-Unis dont la flotte ne cesse de grandir dépassant le million de tonneaux en 1806, ses relations économiques et politiques se dégradent et le Congrès répond à l’injonction par l’embargo sur les marchandises britanniques (décembre 1807). Au début 1808 la crise commerciale est évidente. Mais, avec le soulèvement de mai-juin, l’Espagne se rouvre, puis une partie de ses colonies et le Brésil, tandis que l’alliance avec la Suède, la complaisance des gouvernements européens, même la Hollande, et le refus des Américains d’aller jusqu’à la guerre assurent une reprise rapide à la fin de l’année. La crise suivante, qui éclate dans le premier semestre 1810, est à la fois une dépression par fin de cycle et engorgement des stocks à la suite du boom de 1809, et un effet d’un nouveau resserrement par Napoléon du Blocus Continental. Ayant les mains libres par la paix de Vienne, il occupe les côtes de Hollande dont il prononce l’annexion à la France, dispose des troupes le long des côtes de l’Allemagne, et force la Prusse et la Suède à rompre avec l’Angleterre. L’Espagne est bloquée par la conquête de l’Andalousie et le Portugal à la fin de 1810 menacé par l’armée de Masséna. En même temps les marchés du Brésil et de l’Amérique espagnole s’avèrent décevants. Le marasme se prolonge en 1811 et malgré des améliorations en 1812, il est dû cette fois surtout à la détérioration des relations avec les États-Unis qui, sentant leur force et leur besoin d’exporter, veulent secouer le joug britannique. En novembre 1810 le président Madison exige la suspension des Ordres en Conseil et, la Grande-Bretagne rejetant longtemps cette réclamation, Washington déclare la guerre en juin 1812, conflit qui dure jusqu’à décembre 1814. Dès le début 1811 les exportations anglaises vers les États-Unis s’effondrent. La reprise viendra des défaites de Napoléon en Russie dont la nouvelle parvient à Londres en novembre 1812. Dans les huit premiers mois de 1813 le rapport de force international se renverse complètement avec les échecs français en Allemagne et en Espagne, et le commerce britannique se redresse rapidement. Quant à la crise commerciale de la fin de 1815 jusqu’à 1817, elle est le résultat de l’optimisme spéculatif de l’après-guerre et constitue classiquement une crise de fin de « prospérité de récupération » due à l’engorgement des stocks de marchandises par rapport à un marché qui augmente moins vite que la production et les échanges, comme au lendemain de l’arrêt des opérations armées de la guerre de Sept Ans en 1763 qui avait frappé Londres aussi bien que Lisbonne ou Amsterdam.

7Ces secousses commerciales n’atteignent pas seulement les maisons de négoce international, l’armement maritime et l’activité des grands ports, Londres, Bristol, Liverpool. Elles provoquent par arrêt des commandes la dépression dans les industries qui exportent largement, au premier chef la cotonnade, le lainage, la bonneterie, la céramique, le cuir ou la petite métallurgie. En 1812 la métallurgie primaire elle-même est touchée. Les fabrications dont les matières sont importées peuvent connaître la pénurie, telle la soierie en 1808 ou la toilerie de lin en 1811-12. En 1795 sont ainsi ravagés particulièrement le Lancashire, le Yorkshire et le Warwickshire. Le Luddisme, qui apparaît pour la première fois en février 1811 dans une région de textile près de Nottingham, est lié à la situation de concurrence libre entre les travailleurs dans le cadre du rétrécissement des débouchés, aggravée soudain par la mise en place des machines destinées à économiser les frais de main-d’œuvre. C’est pourquoi d’ailleurs il va persister pendant plusieurs décennies.

  • 17  I. P. H. DUFFY, Bankruptcy and insolvency in London during the industrial revolution, Londres 1985 (...)

8Troisième catégorie de crises, déjà développée au XVIIIe siècle : la crise financière17. Le signe essentiel en est l’accroissement du nombre des faillites des maisons de commerce et plus encore des maisons de banque qui ne font plus que du crédit et éventuellement des placements boursiers plus ou moins volatiles. S’y rattachent les variations du volume de l’escompte de la Banque d’Angleterre, qui joue souvent comme organisme de réescompte, et celui des banques privées locales qui agissent elles-mêmes sur le volume de leurs émissions de papier-monnaie convertible en numéraire. L’instrument essentiel est la lettre de change avec endossement dont l’utilisation est maintenant quotidienne dans le négoce. Ainsi les marchands des ports anglais reçoivent des colons des îles en paiement des esclaves ou des produits européens qu’ils expédient aux Antilles, des lettres de change sur Londres qui elles-mêmes ont été tirées par des marchands de Nouvelle Angleterre et couvrent des achats de denrées tropicales que ceux-ci ont faits en Jamaïque ou à la Barbade. Portés à l’escompte pour obtenir avant échéance de l’argent liquide, ces effets sont gardés en portefeuille par les banques ou les créanciers afin d’en encaisser les agios. De plus existent des pratiques de crédits réciproques qui sont autant d’avances de fonds à court terme : les exportateurs britanniques consentent délais et reports de paiement à leurs clients d’outre-mer et reçoivent de leurs fournisseurs de produits anglais les mêmes avantages, tandis que les marchands importateurs consentent à ces pratiques vis-à-vis des fabricants anglais qui utilisent les matières qu’ils se sont procurées en Europe ou en Amérique. On devine la souplesse mais également la fragilité d’un tel système : le moindre germe de méfiance déclenche le gonflement de l’escompte pour se débarrasser des titres douteux, la baisse des liquidités des banques, la fuite devant leurs billets dont on demande le remboursement ou la conversion en billets plus solides de la Banque d’Angleterre qui elle-même voit ses disponibilités se réduire. Ce brutal retournement du climat des affaires survient après une phase de croissance de quelques années qui a gonflé les échanges, le volume des effets, les escomptes et le prix des produits par l’excitation de la demande réelle et de la demande spéculative. Ainsi en 1793, avec la nouvelle de la guerre, la méfiance vis-à-vis des papiers monnaies et des effets est à son comble en avril-juin et on se rue sur des liquidités qui tendent alors à se cacher. Les entreprises tardent à couvrir leurs dépenses, certaines ne peuvent plus honorer les effets dont elles sont débitrices et font faillite. Par le biais des titres en portefeuille, des crédits réciproques et des fonds déposés d’une firme à l’autre, c’est la contamination d’un secteur à l’autre, d’une ville à l’autre, et le rétrécissement de l’escompte provoque de nouvelles faillites. Le scénario se reproduit à peu près en 1803 à la reprise de la guerre, en 1806 avec les victoires de Napoléon sur la troisième coalition, en 1808, 1810-12, 1815-17.

9S’y ajoute fréquemment une crise des finances publiques et une dépréciation monétaire. En effet l’État est partiellement lié à la Banque d’Angleterre et même indirectement aux banques et maisons de commerce. La banque d’Angleterre consent des avances au gouvernement sous forme d’achats de bilis of Exchequer et elle couvre les reconnaissances de dette (unfound) et ordres de paiement émis par le Trésor, la caisse de la guerre, celle de la marine ou d’autres organismes officiels. De plus avec le concours de diverses banques, elle place les emprunts d’État le plus souvent en rentes, (found) budgétés dans la dette, et en conserve pour elle en portefeuille. Pour comprendre la première de ces crises, 1797, il faut se souvenir que Pitt en 1786 avait fait adopter un plan de résorption de la dette publique sur 35 ans et fait admettre que les surplus budgétaires y seraient désormais consacrés ; en outre si de nouvelles dépenses devaient être nécessaires, elles seraient financées par des impôts à créer. Avec la guerre il couvre d’abord l’augmentation des dépenses militaires par l’emprunt, et la dette, de 241,6 m £ en 1792, s’élève lentement, puis s’accélère pour arriver en janvier 1797 à 359,2, ce qui entraîne une dépréciation de la rente dont le titre consolidé passe entre les mêmes dates de 90 £ à 50 £. Dans le même temps les avances de la Banque d’Angleterre et les titres d’institutions publiques ont été multipliés, si bien que, voyant son encaisse métallique fondre (6 m £ en 1795, 1,086 en février 1797), la Banque d’Angleterre, organisme privé qui doit des dividendes à ses actionnaires, restreint ses crédits à l’économie et le numéraire, l’or avant tout mais l’argent et même le cuivre également, se raréfient. Au début de 1797, avec la menace de débarquement français, la panique apparaît et on se rue aux guichets de l’établissement afin de se faire rembourser les papiers. Comme le déficit de l’État ne cesse de grandir depuis 1793 et monte à 169 % du revenu de l’année, le cours du change de la £, monnaie-reine internationale en 1790, a de bonnes raisons de s’effriter sensiblement. Alors en février 1797 le Privy Council du roi suspend la convertibilité du papier-monnaie, ce qui sera maintenu jusqu’à 1821, et les banques, y compris la principale, sont autorisées à émettre de petits coupures de 2 à 1 £. Ces mesures, l’absence de concrétisation du danger français et la reprise des affaires stabilisent la situation.

10L’inconvertibilité assurant aux porteurs de valeurs publiques une sécurité contrainte, les secousses suivantes, financières et monétaires, n’ont pas la même gravité. La plus notable se situe en 1810 et elle est liée à la détérioration de la balance commerciale devenue déficitaire, nettement plus qu’aux finances publiques. Elle se déclenche en juillet à la suite de la faillite d’une grande banque de Londres liée aux spéculations du commerce extérieur, puis une seconde en septembre avec, en chaîne, l’écroulement de banques et maisons de commerce de province, le nombre des faillites annuelles passant de 1098 en 1809 à 1799 en 1810, tandis que le change sur Hambourg est 18 % au-dessous du pair et même 31 % en 1811. Encore une fois l’argent se fait rare et le taux d’intérêt monte à 5 % et davantage. La détente générale de 1813 calme l’atmosphère. Toutefois on peut remarquer qu’en augmentant considérablement ses émissions de billets inconvertibles, la Banque d’Angleterre et derrière elle les banques privées ont assuré la couverture des déficits budgétaires parfois énormes - la terreur de tous les MRS Fenouillard de tous les temps - et financé indirectement au jour le jour une partie des frais de guerre.

La guerre et ses effets

  • 18  J. WILLIAMSON, « Why was British growth so slow during the industrial revolution ? », Journal of E (...)

11Comme toujours et en particulier pour l’économie française pendant la Révolution et l’Empire, on ne peut affirmer que la guerre incessante n’a eu que des effets destructifs, pas plus qu’elle n’a servi totalement les intérêts du vainqueur, la Grande-Bretagne. Les historiens britanniques en réalité sont divisés sur la question, malgré les virtuosités des calculs de la macro-économie. Crafts ne laisse guère d’effets aux guerres 1793-1815, ni négatifs ni positifs. Williamson leur attribue au contraire la lenteur relative de la croissance pendant ces années, surtout à cause des lourds prélèvements effectués sur les capitaux et la main-d’œuvre. J. Mokyr adopte une position moyenne : le conflit a ralenti l’investissement productif civil, mais dans une proportion moindre que ne le soutient Williamson. O’Brien estime que le taux d’expansion de la production industrielle a bien décéléré de 1793 à 1819 et que le niveau de consommation a été inférieur de 10 à 20 % à ce qui aurait pu être atteint si l’économie avait continué à progresser sur le rythme des années antérieures à 179318. Du côté des conséquences négatives, les plus évidentes pèsent sur le commerce extérieur dont on a dit l’importance pour les Britanniques.

  • 19  Ed. J. MOKYR, The economies of the industrial resolution, Totowa (USA) 1985.
  • 20  F. CROUZET, L'économie britannique... ; P. BUTEL, « Traditions et renouvellement dans le négoce bo (...)

12Pour autant elles ne sont pas toutes faciles à appréhender. En matière de pertes de navires marchands, le chiffre de 11 000 navires a été avancé, valant avec leur cargaison 62 m £ mais ce total paraît surévalué car il suppose qu’une grande partie de la flotte de commerce ait ainsi disparu. D’autre part et en compensation, la Royal Navy a coulé et saisi de nombreux bâtiments ennemis, mais nous ne savons rien sur le sujet. De toute façon le conflit a fait s’élever les coûts du transport maritime : augmentation des primes d’assurance qui représenteraient 2,5 % du revenu national chaque année de 1806 à 1813, auxquelles il faudrait ajouter l’augmentation des taux de fret qui, selon Mokyr, fut énorme à cause des risques encourus à frauder sur le Blocus19. D’après l’expérience des guerres précédentes, on sait que l’exigence des patrons de navires variait, de l’augmentation du cinquième au - rarement - doublement. Plus grave est la perte épisodique ou durable de certains débouchés. On a vu qu’avec le Blocus continental une bonne partie de l’Europe avait été fermée de la fin 1807 à la fin 1808 et de 1810 à 1812. Mais des difficultés sont apparues avant et on décèle au moins un ralentissement de la croissance du commerce extérieur de 1793 à 1797 et de 1803 jusqu’à 1815 et même 1826, ce qui indique que la guerre n’est pas le seul facteur décélérateur, en dépit de bonnes années comme 1809 et 1814. Cependant la plupart de ces arrêts des courants commerciaux ont été rarement complets. Même avec la France, avec le contrôle des deux gouvernements par les licences officielles de trafic qu’ils accordent, des échanges non insignifiants se sont maintenus, chaque partie y trouvant son compte, pour l’un le moyen de dégager ses entrepôts encombrés de denrées tropicales, pour l’autre l’allégement des chais de Bordeaux des stocks de vins et alcools. Joue également la contrebande par les îles Anglo-Normandes. Cela explique qu’avec la paix les circuits traditionnels se rétablissent très vite20. Il faut également envisager la pression qu’exerce le conflit sur le prix des produits du grand commerce et la détérioration pour la Grande-Bretagne des termes de l’échange, les importations indispensables se renchérissant, les exportations et réexportations voyant leur prix baisser à mesure qu’elles restent sur les quais des ports anglais. F. Crouzet évalue le manque à gagner entre 1796-1800 et 1811-15 au chiffre sévère de 17 %, ce qui, à considérer les fluctuations violentes des importations et la baisse des prix des cotonnades vendues à l’étranger, paraît être un minimum. Même si cette diminution des prix est partiellement imputable au progrès technique et à la diminution des prix de revient, un état du marché plus favorable aurait permis de maintenir les prix de vente et d’accroître les profits.

  • 21  P. K. O'BRIEN, Public finance... ; P. MATHIAS P. K. O'BRIEN, « Taxation in Britain and France 1715 (...)
  • 22  D'après les évaluations à prix courants de Ph. Deane (Economic History Review, 1957, avril) repris (...)

13Plus aisée à mesurer et sans doute plus grave est la ponction directe et indirecte sur la masse des capitaux et des revenus due aux besoins militaires et diplomatiques21. En valeur nominale les sommes prélevées sont beaucoup plus importantes que dans les conflits précédents et réduites à prix constants elles demeurent considérables. A prix courants les French Wars ont coûté 1039 m £ soit presque le triple du revenu national du Royaume-Uni (avec l’Irlande) de 181222, contre 124 m £ soit un peu plus du quart du revenu national de 1780 pour la guerre d’Indépendance américaine. Dans les deux premières années du conflit l’augmentation de la dépense publique est modeste, mais à partir de 1795 elle fait verser à nouveau dans le déficit budgétaire et s’amplifie rapidement. Pourtant jusqu’à 1798 le gouvernement arrive à trouver le financement en utilisant les excédents budgétaires de la période de paix, avec quelques augmentations d’impôts et surtout le développement des emprunts et des papiers des caisses publiques. Avec un déficit budgétaire de plus du double des recettes, la crise de 1797 oblige à changer de méthode sous peine de banqueroute. Alors on continue à recourir à la dette, mais en en modérant la croissance, sauf dans les quatre dernières années de la guerre et même pendant quelques années après le retour de la paix. Ainsi elle passe de 426,9 m £ en 1799 à 516,4 en 1803, 599 en 1809 et on atteint 744,9 en 1815 et encore 843,3 en 1818. Toutefois, à prix constants le freinage de l’emprunt apparaît nettement : en 1793-97 en moyenne 18 m £, en 1798-1812 : 11 m, 1813-1816 : 18 m ; en 1793-1800 l’emprunt couvrait 44 % des dépenses de l’État, en 1800-1815 seulement 22 %. Il faut donc maintenant mettre en œuvre d’autres ressources afin de faire face à des dépenses de l’État en expansion très forte et qui vont arriver dans les années 1810 à représenter le quart du revenu national annuel. Évidemment ce sont les nécessités de la guerre qui entraînent ce mouvement : alors que les dépenses militaires s’élèvent en 1793-97 à 22 m £/an, elles arrivent à 84 m en 1815. Pitt et ses successeurs vont jouer avant tout sur la fiscalité et c’est l’innovation constituée par l’income-tax établie en 1799 et dont la quotité est aisément modulée suivant les besoins. Il donne d’abord 5-6 m £/an, mais le presque doublement du tarif à partir de 1807 en double aussi le produit (1807 : 12 m £, 1815 : 14,3). En même temps les impôts indirects sont augmentés et l’assiette des articles taxés s’étend. Des droits de convois ad valorem sont créés et surtout 21 taxes nouvelles sont mises en place sur des produits courants comme la chandelle, le coton brut, la cire, le vin et la bière. En 1805 l’excise sur le houblon, la bière et les alcools donne 11,5 m £ sur les 22,5 m du total récolté par ces taxes. Il en va de même pour les douanes (customs duties). Le timbre (stamp) sur les documents légaux et même les journaux est alourdi. L’impôt total et les revenus réguliers arrivent en 1802 à couvrir 59,6 % de la dépense publique, 84,9 % en 1810 mais 70,1 % en 1815, l’impôt représentant toujours plus de 60 % des ressources. Au total après 1810 le gouvernement prélèverait selon P. O’Brien 20 % du revenu national, ce qui tout de même accapare une partie non négligeable de l’épargne privée aux dépens de l’investissement civil.

  • 23  F. CROUZET, L'économie britannique... ; du même, The impact...
  • 24  E. WRIGLEY, R. S. SCHOKIELD, The population... op. cit. ; E. WRIGLEY, « The growth of population i (...)

14La guerre, c’est aussi la mobilisation d’une partie de la main-d’œuvre adulte masculine, soit après 1802 environ 500 000 hommes et un peu moins avant, partant 4-6 % de la force de travail disponible. De plus il y eut 210 000 tués23. Y eut-il pour autant pénurie de bras ? La masse de ceux qui sont recrutés vient de la campagne, sans qualification et normalement occupés à des tâches de travailleur agricole, dans le bâtiment ou les travaux courants de l’artisanat. On peut fortement douter que l’économie d’alors ait entretenu le plein-emploi régulier, et les descriptions d’époque laissent l’impression d’un chômage endémique dans les régions de vieille agriculture céréalière et d’un chômage périodique urbain, lors des mauvaises années dans les secteurs d’industries nouvelles et aussi dans les campagnes de proto-industrie exportatrice. La poussée démographique agit dans le même sens. Crafts calcule des taux de croissance de population qui sont éloquents : 1760-80 : 0,69 %/an, 1780-1801 : 0,97, 1801-31 : 1,45... Tout à la fois la régression du célibat, la baisse de l’âge au mariage et par conséquent une forte fécondité qui atteint jusqu’à 3,06 en 1816, donnent des taux bruts de natalité qui rajeunit le peuplement et multiplie la demande d’emplois : 35,9 %o pour l’Angleterre en 1771, 41,9 %o en 181624.

15Quant aux effets positifs de la guerre, il y a le plus évident qui n’est peut-être pas le plus important : le surcroît d’affaires apporté par les commandes militaires. Sept séries seulement d’activités sont concernées, mais elles figurent à peu près toutes parmi les plus développées dans l’économie globale de l’époque. En premier lieu se trouve la sidérurgie, mais selon F. Crouzet le rôle des armements a été surestimé et n’absorberait que 10 % de la production de fonte et de fer par an. La petite métallurgie fournit les armes légères, mais elle a été réduite jusqu’à la révolte de l’Espagne à laquelle la Grande-Bretagne expédie de grandes quantités d’armes et l’entretien de l’armée de Wellington dans la Péninsule Ibérique. Évidemment il y a pour l’équipement des hommes la draperie et la confection pour les uniformes, le cuir et les chaussures. On connaît assez bien l’activité des chantiers navals dont l’essor est assez net : au total on construit pour 6821 t. de navires en 1788-92, 7150 en 1793-97, 10 333 en 1803-1807, 12 179 en 1813-1817. Enfin il a fallu demander à l’agriculture les vivres, les chevaux et les fourrages nécessaires, débouchés assurés pour un pays où la consommation intérieure est limitée par un nombre d’habitants plus faible qu’en France. Probablement plus conséquents sont les bénéfices tirés du conflit pour le commerce extérieur. Ils résultent à la fois de l’élimination des anciens rivaux sur les circuits des échanges mondiaux, Français et accessoirement Hollandais et même Espagnols. Les Britanniques deviennent les maîtres de trois secteurs commerciaux notables. L’empire Ottoman n’est pas en lui-même alors un très gros client ni fournisseur, mais il n’est pas négligeable et la possession de Malte et des îles Ioniennes acquise officiellement en 1814 permet d’accroître le trafic non seulement vers les possessions turques mais aussi, à travers la Grèce et la Bosnie, vers l’Europe centrale. Dans les Caraïbes la mise hors-jeu de Saint-Domingue donne libre carrière au trafic des West Indies. Même si dans l’immédiat la pénétration fortement intensifiée en Amérique espagnole et au Brésil n’a pas répondu à tous les espoirs, elle n’en est pas moins riche d’avenir. Ainsi pour la part des manufacturés exportés en valeur, l’ensemble Proche-Orient Amérique latine (auxquels sont malheureusement ajoutés l’Asie (Indes) et, faible, l’Afrique) passe de 8,1 % en 1772-74 à 13,3 % en 1804-1806 et 29 % en 1834-1836. Avec le concours de gré ou de force de la plupart des alliés et des neutres sauf, tardivement, des États-Unis, Londres a vu confirmée et accentuée sa position d’entrepôt mondial avec l’écroulement d’Amsterdam.

Poursuite de la révolution industrielle et croissance globale

  • 25  G. HAWKF, « Reinterprétations of the industriel révolution », dans ed. R O.'BRIEN, R. QUINAULT, Th (...)

16La révolution industrielle en 1793 n’est pas tout à fait une nouveauté en Grande-Bretagne. Les premiers linéaments en apparaissent dès la fin du XVIIe siècle, mais c’est après 1760 qu’elle s’est réellement construite. La définition en demeure délicate et discutée. Il s’agit tout à la fois de la succession d’inventions techniques en quelques décennies autour de l’apparition de la machine-outil et de la création d’une source d’énergie indépendante des éléments naturels et des forces animales et humaines. Il s’ensuit un bond de la productivité du travail sans précédent historique ; toutefois, même en Angleterre, l’augmentation de 1 %/an pour la productivité globale ne sera atteinte que dans les années 1830-60. C’est aussi la mise en place d’un système d’extension de la marchandisation de la vie fondé sur la libre entreprise et la concurrence. Son développement, une fois déclenché, a un caractère auto-soutenu et suppose un bouleversement des structures sociales et des structures géographiques du pays25. L’enregistrement des brevets montre un mouvement global de fort accroissement, irrégulier quoique non arrêté par les French Wars : après une hausse de 1765 à 1783 pour arriver à 64 en 1783, se produit une nouvelle augmentation de 1792 à 1802 (102 en 1801), une régression et une forte reprise de 1815 à 1825 (250 en 1825). Par rapport à l’ouverture du conflit les grandes inventions n’ont que 15 ans ou moins, la mule-jenny à 400 broches pour la filature date de 1779, le métier à tisser de 1785, le puddlage dans la sidérurgie de 1785, la machine à vapeur à double effet de 1780. Or en quelques décennies, en dépit des hostilités, ces procédés sont successivement adoptés. Dans le tissage du coton puis de la laine, le nombre des métiers mécaniques est dès 1813 de 2400, et de 55 000 en 1829. Pour la fonte au coke, il y avait déjà en 1788 53 hauts-fourneaux effectuant 78 % de la production totale, en 1806 ils sont 195 et en produisent 96 %. On compte en 1795 150 machines de Watt installées, en 1830 elles sont 15 000 (France 3000). Qu’est-ce qui pousse les entrepreneurs dans cette voie ? Certes le marché, on l’a vu, est instable et l’augmentation massive de la production va faire baisser les prix de vente : à Manchester le prix de la livre de fil de coton passe de 30 s en 1790 à 6 s 9 d en 1807, 3 s 2 d en 1829. Mais avec l’accroissement des débouchés dû à cette diminution et surtout le progrès de la productivité, les perspectives de profit sont alléchantes. Avec une spinning-jenny un ouvrier peut donner 8 à 80 fils dans le temps d’un au rouet ; dans le tissage du coton, alors que le métier à main tenu par un opérateur de 25 ans ou plus fournit 2 pièces de tissu par semaine, le métier mécanique avec un ouvrier de 15 ans, moins cher, produit en 1823 7 pièces et, plus perfectionné en 1826, 12 pièces. Le remplacement des premiers mécanismes par de plus efficaces relève également les bénéfices : ainsi la machine de Watt consomme en charbon 7,5 1 p/cv/heure alors que la Newcomen en 1769 en nécessitait 30.

17Les progrès techniques ont donc fortement contribué à augmenter la production industrielle. Cependant dans les secteurs où ils se produisent ils n’empêchent pas le maintien de l’utilisation des procédés anciens et, partant, de la proto-industrie. Dans la draperie le nombre des tisserands à bras augmente jusqu’à 1820-30 et si le factory-system s’impose, il le fait au fil des décennies et n’élimine pas le domestic-system en quelques années. Même dans les mines de charbon le début de concentration qui apparaît depuis la fin du XVIIIe siècle, ne supprime pas les exploitations de familles paysannes. De plus des secteurs importants tels que le cuir ou la toilerie de lin ne connaissent encore que peu ou pas d’évolution technique. Mais, bien que pour la production marchande nationale, les taux d’accroissement annuel de la production industrielle totale donnés par Crafts, s’ils sont plus sûrs que ceux de Deane et Cole, ne permettent pas de cerner la période des guerres révolutionnaires, ils laissent tout de même deviner également un maintien d’une croissance notable : 1760-80 : 1,51 %, 1780-1801 : 2,11 %, 1801-31 : 3,00 %. Les chiffres calculés par J. Esteban Cuenca également pour la production industrielle totale, très globaux chronologiquement et optimistes, vont dans le même sens (1760-1800 : + 2,61 %/an, 1800-1830 : 3,18). Différents, les indices de Deane et Cole révèlent aussi une croissance globale avec une décélération : pour 100 en 1841 : 1790 : 18, 1801 : 23, 1811 : 24, 1821 : 57. Plus intéressants et souvent repris par les travaux postérieurs malgré la fragilité de certains chiffres, sont les taux décennaux établis aussi par Crafts pour 13 industries majeures, secteurs nouveaux comme le coton, le fer ou le papier et secteurs traditionnels comme le cuir, la chandelle ou la bière qui travaillent essentiellement pour le marché intérieur, et le lainage, base de l’exportation de la Grande-Bretagne depuis le XIIIe siècle.

Taux de croissance annuel par décennie en %

Taux de croissance annuel par décennie en %
  • 26  J. ESTEBAN CUENCA, « British textiles prices 1770-1831 : are British growth rates worth revi-sing (...)
  • 27  Ph. RIDEN, « The output of the British iron industry before 1870 », Economic History Review, 1977, (...)

18Le cas du cuivre est à mettre à part avec ses deux décennies de régression, lesquelles sont dues à l’épuisement des mines anciennes, encore qu’on peut constater que dès 1811-21 il reprend une belle croissance par la mise en activité de nouveaux gisements. Pour les 12 autres secteurs, il n’y en a que 5 qui connaissent une décennie de régression. Une seule se situe avant les guerres, celle du lin, et peut s’expliquer par la montée rivale du coton qui a alors son meilleur taux de croissance. Pour la soie, toujours moins développée qu’en France, la crise se situe en 1790-1801 et peut être liée aux difficultés d’approvisionnement en soie grège venue du continent européen et à l’extrême cherté de ce textile sur le marché national. Le fer, le cuir et la bière sont en phase négative en 1811-21, ce qui pourrait s’expliquer par les secousses du débouché intérieur, lui-même atteint par les crises d’exportation et de finance qui restreignent le pouvoir d’achat britannique. Et globalement le moment 1793-1815 semble avoir marqué à travers ces chiffres un ralentissement de croissance, surtout en 1801-1811, mais une croissance tout de même, d’autant qu’en 1811-1821 les taux des 8 branches voisinent ou dépassent ceux de 1780-1790. Cette impression positive est confirmée par les chiffres absolus de production que l’on a pour plusieurs secteurs. Un tableau en indices dressé par C. Knick Harley26 pour 11 secteurs en 1770 et en 1815 montre une expansion qui va de 50 % (soie, alimentation et boissons, laine) au doublement (confection, papier, bâtiment) ou davantage (mines, métaux) avec en tête multiplié par 20 le coton, mais il part en 1770 d’un niveau très bas. Les importations de coton brut (mais une petite partie est réexportée) indiquent 15,5 m lbs par an en 1781-90, 30,1 en 1791-1800, 66,9 en 1801-10 et 98,7 en 1811-20. La consommation de laine passe de 85 m lbs en 1772 à 98 en 1799, 102 en 1805, 240 en 1840. La production de charbon est en 1790 de 6 m t, 10 en 1800, 12,5 en 1820 ; 4000 t. de cuivre par an sont obtenues en 1790-89, 6500 en 1810-15 ; la fonte passe de 90 000 t en 1790 à 120 000 en 1795, 180 000 en 1800, 400 000 en 1810, 320 000 en 1820, et tout en demeurant importatrice de fer brut l’Angleterre à partir des années 1800 devient exportatrice nette de quantités croissantes de fer brut27.

  • 28  Ph. DEANE, « Capital formation in Britain before the railway age », dans dir. F. Crouzet, Capital (...)
  • 29  P. MATHIAS, The first industrial nation. An economic history of Britain 1700-1914, Londres 1969 ; (...)

19Mais la révolution industrielle ne peut se mettre en place sans être soutenue par un progrès des équipements économiques. Sans parler du cabotage, les voies navigables représentent vers 1790 3200 km dont un tiers de canaux construits à partir de 1755. L’effort en ce domaine s’est continué malgré la guerre : de 1790 à 1800 il est investi 3 m £ dans les voies navigables, soit plus que de 1755 à 1790. Le nombre d’actes ouvrant la création de canaux est de 3 pour le quinquennat 1785-89, 10 en 1795-99, 6 en 1800-1804, 3 en 1805-1809, 8 en 1810-14, 6 en 1815-19. Il en va de même pour les constructions routières et les ponts : de 1800 à 1810 3,5 m £/an y sont consacrés. Le plus remarquable de l’époque est dans les travaux d’érection de quais et docks dans les ports : de 1800 à 1820 on y dépense 8 m £28. L’équipement financier s’accroît aussi très sensiblement29. Les banques privées à Londres sont 67 en 1797, 104 en 1807, en province on en compte (sans l’Écosse) : 280 en 1793, 370 en 1800, 438 en 1805, 654 en 1810, 626 en 1815, seulement 577 en 1817, mais ensuite la croissance reprend lentement. Évidemment il y a gonflement de la masse monétaire : en m £ :

  • 30  Compte-rendu critique de D. A. Farnie de CRAFTS, British economic growth... English Historical Rev (...)

20Il apparaît d’abord que la frappe monétaire a connu des restrictions sensibles liées aux à-coups des échanges extérieurs, aux sorties de fonds à fins diplomatiques dégradant la balance des paiements, particulièrement après 1800, à la thésaurisation lors des crises. En outre l’émission croissante de monnaie fiduciaire en partie liée à l’escompte des traites et les avances en comptes-courants ont permis de répondre à nombre de difficultés. Enfin l’exportation, donc la suprématie commerciale planétaire, et la puissance politique ont joué un rôle fondamental dans l’essor général et en particulier dans l’expansion de certains secteurs de pointe30. D’après Crafts en % :

21F. Crouzet calcule que les exportations de marchandises britanniques (qui sont en grande majorité autour de 70-75 % des produits industriels) augmentent en valeur nominale de 6,9 %/an de 1781 à 1792, 5,9 % en 1792-1802, 3,1 % en 1802-1814, ce qui vérifie une fois de plus le mouvement de l’industrie, croissance et décélération.

22De tels résultats supposent une augmentation de l’investissement absolue et relativement au produit national, mais finalement celle-ci paraît modeste, en rapport avec les décélérations déjà relevées. Deux évaluations ont été établies, celle de Crafts semblant la plus nettement en correspondance avec l’évolution des productions, mais il est remarquable que les chiffres de Feinstein montrent malgré leur optimisme une légère inflexion négative entre 1801-10 et 1811-20.

  • 31  C. FEINSTEIN, « Capital accumulation in the industrial revolution », dans ed. R. FLOUD D. Mc CLOSK (...)
  • 32  M. OVERTON, Agricultural revolution in England. The transformation of the agrarian economy 1500-18 (...)

Taux investissement total / produit national en %3132

Taux investissement total / produit national en %3132

23Les quantités absolues à prix constants données également par Feinstein indiquent une augmentation notable des fonds, qui confirme le maintien d’un certain dynamisme malgré les difficultés. F. Crouzet a tracé un schéma vraisemblable des orientations majeures de ces investissements pendant les guerres : de 1798 à 1803 agriculture, filatures de coton, métallurgie primaire, canaux et docks ; après un freinage de la hausse, on retrouverait en 1809-10-1812 l’agriculture, les ports mais peu l’industrie. Même si on n’est pas convaincu par le détail de ses chiffres, l’accroissement du total des facteurs de productivité pour 1770-1801 et 1801-1831 présentés par J. Mokyr dans l’ouvrage dirigé par Floud et Johnson confirme les progrès réalisés, et aussi inclinent à penser que les taux de profit n’ont pu à terme qu’être améliorés. Et bonne partie de ceux-ci précisément va être réinvestie.

24Quelle que soit l’importance de l’exportation dans l’économie britannique, le marché intérieur reste l’essentiel globalement pour l’industrie, et du même coup, même si des quantités croissantes de céréales sont importées pour nourrir les Anglais, on ne peut séparer l’industrie des bases agricoles qui fournissent à la fois des débouchés, des matières premières et éventuellement des capitaux et de la main-d’œuvre au reste de l’économie. Or les calculs macro-économiques s’accordent pour montrer une accélération de la croissance de la production agricole à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, malgré les mauvaises récoltes signalées.

  • 33  J. DAUNTON, An economic and social history of Britain 1700-1850, Oxford, 1995.
  • 34  M. TURNER, Enclosures in Britain 1750-1830, Londres 1984 ; J. R. WORDIE. « The chronology of Engli (...)
  • 35  J. D. CHAMBERS, G. E. MINGAY, The agricultural revolution 1750-1880, Londres 1966.
  • 36  P. BAIROCH. « Les trois révolutions agricoles du monde développé : rendements et productivité de 1 (...)

25Cette expansion qui porte sur les grains et sur l’élevage a été stimulée par les hauts prix agricoles qui augmentent de 1790 à 1813 de 2,5 %/an pour les grains et de 2,7 % pour les produits animaux - soit pour l’époque une véritable inflation -, nettement plus que les manufacturés (baisse des termes de l’échange industrie-agriculture aux dépens de l’industrie de 17 % de 1796-1800 à 1811-1815). Ils sont eux-mêmes excités par - outre le défaut de récolte - la croissance démographique, par une urbanisation plus poussée que sur le continent (villes de plus de 5000 hab. Angleterre 1801 : 27,5 %, France 11,1 %), par l’irrégularité de l’emploi qui pèse sur les salaires à la baisse et sur le prix de location de la terre à la hausse. La majeure partie du bénéfice de ce gonflement de la production a été confisquée par l’augmentation de la rente foncière qui en nominal double au moins en Angleterre de 1795 à 1810 et est nettement supérieure à la hausse des prix33 ; après 1813 elle se maintient encore en dépit de la baisse des prix. Ce mouvement s’accompagne d’une tendance au raccourcissement des baux qui en facilite l’exercice. Les propriétaires ont dépensé ces sommes en partie dans le confort et le luxe, mais également en développant l’investissement sur leurs domaines, en particulier les enclosures. Celles-ci vont de pair avec la concentration des exploitations et de la propriété sous la pression du marché du travail en expulsant les petits fermiers souvent endettés et, une fois les travaux terminés, les journaliers chassés par une meilleure organisation de la production qui accroît la productivité. 43 % des actes d’enclosure parlementaire (1730-1840) sont adoptés en 1793-1815 et on passe de 132 actes en 1785-89 à 450 en 1800-1801, et 547 en 1810-1814 (maximum) avec des pointes en 1811 (122), 1801 (117), 1809 (115)34. Le lien entre progrès agronomique et enclosures n’a pas la simplicité et l’immédiateté que A. Young et à sa suite J. D. Chambers35 ont vantées, mais à terme elles ont contribué à intensifier la production. Ainsi la Grande-Bretagne se situe en tête des États pour la productivité agricole : exprimée en calories produites par actif agricole par an elle donne 13,2 en 1800 (France 6,5) et 13,5 en 1831 (France 7,9), l’une des raisons majeures étant une plus grande utilisation du cheval : en 1820 : 5,8 chevaux/100 acres arables (contre en France en 1812 : moins de 2,2)36. La part de l’agriculture dans le revenu national est remontée provisoirement (en 1801 : 33 %, en 1811 : 36 %, mais 26 % en 1821) et la proportion de la rente investie dans l’agriculture, accrue en valeur absolue, passe bien selon Crafts de 6 % en 1761-70 à 16 % en 1801-10, mais une part est allée jusque vers 1820 vers des placements dans l’industrie et surtout dans les canaux.

26La croissance rapide - même décélérant - de l’industrie et du commerce a des répercussions sur la structure de l’emploi, et derrière elle sur la structure sociale. Sur la répartition de la population par familles on a les données de Lindert et Williamson (1982, 1983) reprises par Crafts, et celles de Deane et Cole.

27Les journaliers en 1759 sont en très grande majorité d’emploi agricole. En 1801-3 une partie minoritaire non estimée a glissé vers l’artisanat ou le commerce.

28Bien qu’on ne puisse raccorder directement entre eux ces éléments hétérogènes, on y distingue tout de même pour la fin du XVIIIe siècle et les débuts du XIXe siècle une croissance de l’emploi industriel et des employés des transports, en dépit de la prospérité de l’agriculture. P. Bairoch, utilisant des recherches au XIXe siècle, était arrivé (1964) à 35 % des actifs dans l’agriculture en 1811 et 45 % dans l’industrie et le commerce. Cela signifie sur le plan social l’augmentation - unique alors en Europe par son ampleur - en nombre absolu et en proportion des entrepreneurs et, davantage, des ouvriers d’usines ou des artisans de la proto-industrie.

Un contexte socio-politique difficile et finalement maîtrisé

29La construction de la révolution industrielle n’a donc été que ralentie par la guerre, mais par ailleurs le conflit, par la victoire et les acquis implicites qu’il a apportés à la Grande-Bretagne a fourni à l’appareil économique de celle-ci déjà en place en 1792 des éléments d’accélération future, après les traités de paix. Le maintien du mouvement de croissance des forces productives, aussi bien suivant les techniques nouvelles que suivant les méthodes anciennes, a été fondé dans ces années sur une expansion démographique exceptionnelle (trois fois celle de la France au début du XIXe siècle) donnant une main-d’œuvre jeune plus docile, nombreuse, à bas prix, des taux de profit élevés, des conditions de transport intérieures et extérieures favorables avec une marine qui est la première du monde dès 1790, des structures commerciales et financières modernisées et actives de longue date, et également une géographie naturelle généreuse (eau abondante, élevage sur herbe, charbon, position en Europe). Mais il y a eu aussi une volonté politique qui ne s’est pas démentie de 1793 jusqu’à la victoire et encore pendant la décennie suivante. Elle a pour l’essentiel servi le développement capitaliste de l’économie jusqu’au moment où, après 1820, elle finit par l’entraver car le développement lui-même créé une situation nouvelle. En effet d’abord on doit se demander qui depuis 1793 a payé la plus grande partie de l’effort de guerre et a subi la majorité des inconvénients liés aux aléas du conflit ?

  • 37  P. O'BRIEN, « The political economy of British taxation 1660-1813 », Economic History Review, 1988 (...)

30En dépit de l’income-tax et de la limitation du recours à l’emprunt, l’évolution de la politique financière a fait porter le prélèvement de l’État de façon préférentielle sur les impôts indirects de grande consommation, excises et customs duties37.

Part dans le revenu public

Part dans le revenu public

(*) Le timbre ne représente qu’une petite part de l’agglomérat.

31La preuve est donnée de la lourdeur de cette fiscalité qui grève les prix courants par le fait suivant, entre autres : en 1808 lorsque la taxe sur le café est diminuée des deux tiers, l’importation en est multipliée par 9 en un an. Mais la tentation d’y recourir est d’autant plus grande que la manipulation des taux et de l’assiette de ces taxes agit immédiatement sur le volume des rentrées fiscales : ainsi le produit des droits de douane peut passer en quelques années, de 1793 à 1799, de 3,557 m £ à 7,056. Cette politique va continuer dans l’immédiat après-guerre et on arrive en 1822, à avoir des droits de douanes qui représentent jusqu’à 64 % de la valeur du produit importé. La part des taxes dans la production par tête en Angleterre est de 24 % en 1790, encore 24 % en 1800 et 36 % de 1803 à 1812 ; et on retrouve à peu près les mêmes chiffres à propos des produits alimentaires, point sensible des budgets familiaux des humbles.

32Du côté des impôts directs, l’income-tax prend en fait une part du revenu frappé inférieure à la quotité officielle. A cause de la non-vérification par l’administration fiscale, la propriété foncière ne paie pas sur la totalité de ce qu’elle encaisse, et le commerce et l’industrie échappent encore davantage. Avec la suppression de l’income-tax, la part de l’excise et des douanes dans le revenu public passe dans les années 1820 à 70 %. Par contre la rente publique est servie régulièrement pendant la guerre et le taux d’intérêt se maintient en gros à 20 % au-dessus du taux de la période de paix. En 1792 il est de 3,3 %, monte à 5,9 % en 1797 et reste à 5 % jusqu’à 1805, pour augmenter à nouveau à la fin du conflit jusqu’à 1816.

33Mais les catégories populaires paient également par le jeu du marché dont la « main invisible » ne tient pas toujours un bouquet de roses et manie parfois la hache et brise les vies. Il faut évoquer ici la querelle entre historiens britanniques des années 1960-1990 sur l’évolution des salaires réels. Un point au moins paraît faire l’accord : le niveau de vie ouvrier selon l’affirmation de Taylor (1975) est resté largement derrière l’augmentation de la richesse nationale pendant le début du XIXe siècle. Par contre, pour l’établissement des séries de salaires nominaux, les difficultés s’accumulent comme en France : incertitude sur la qualification des dénominations d’emplois, extrême variabilité des taux dans l’espace et dans le temps. Du côté des dépenses on cerne mal le coût des légumes, des loyers ou du bois à brûler. Faut-il également des résultats annuels très irréguliers ou des moyennes par exemple décennales, mais qui écrasent l’effet des crises ? F. Crouzet a établi (1987) une moyenne quinquennale en indices de sept séries de salaires réels qui portent surtout sur des rémunérations collectées dans le Sud de l’Angleterre et Londres et assez peu dans le Nord et parmi lesquelles le bâtiment est abondamment représenté, davantage que les industries. M. Overton plus récemment propose la série décennale élaborée à la suite d’une enquête nationale du groupe d’études démographiques et sociales de Cambridge.

Salaires réels

Salaires réels

34Malgré des différences dues en partie à l’adoption de périodes de durée inégale, il y a tout de même accord pour relever une baisse après 1790, une stabilisation ou remontée au début du XIXe siècle, une nouvelle dégradation à la fin des guerres suivie avec la paix d’une reprise.

  • 38  E. J. Hobsbawm, « The British standard of living 1790-1850 » (1957) repris dans ed. J. TAYLOR, The (...)

35Peut-être plus convaincante est l’idée d’E. Hobsbawm38 de saisir le niveau de vie des salariés en utilisant les consommations qu’on peut, faut-il ajouter aujourd’hui, recouper par certaines données de Crafts où l’on devine les effets, entre autres, de l’inflation :

Consommation alimentaire nationale :

1760-1800 : + 0,5 %/ an Population : + 0,8 %/an

1801-1831 : +1,5 %/an Population : + 1,45 %/an

Consommation par habitants :

1700 : 100

1780 : 96,4

1801 : 106,0

1821 : 116,3

1831 : 128,9

Consommation privée nationale :

1788-92 : 83 % de la dépense nationale

1793-1812 : 72 %

1813-1815 : 64 %

Pour la consommation alimentaire individuelle, on ne note pas d’élévation sensible avant 1840

36Quand on tient compte de la rigidité nominale des salaires agricoles, de l’irrégularité des salaires industriels de fabriques avec les baisses nominales lors des crises, et du chômage périodique partiel et total lié à ces secousses, ainsi que du chômage chronique, surtout dans le Sud et le Centre (le chiffre de 10 % de chômage par rapport à la population active masculine, est considéré comme un minimum national permanent, sans doute sous-estimé), on ne peut échapper à l’impression d’un affaissement du niveau de vie des salariés pendant les guerres et quelques années encore après. La situation de 1790 ne serait retrouvée qu’après 1830. De plus on n’a que très peu d’éléments sur les salaires, généralement aux pièces, de la proto-industrie qui en face de l’usine dans le textile ne peut résister qu’en diminuant ses exigences et vivre de plus en plus mal, en dépit de leur petit jardin familial à légumes qui faisaient la joie des personnes de la bonne société. L’augmentation de la proportion des vagabonds indiquée dans le tableau de l’emploi des familles de 1759-1801-3 de Crafs mentionné plus haut va dans le même sens.

  • 39  J. D. MARSHALL, « The old poor law 1795-1834 », Londres 1968 ; J. RULE, Albion's people. English S (...)
  • 40  I. R. CHRISTIE, « Conservation and stability in British Society », dans M. Pmup (ed.), The French (...)

37Certes, en face de la pauvreté, trois procédures et institutions sont en Grande-Bretagne en place ou nouvellement mises en action. C’est d’abord la vieille loi des pauvres d’Elisabeth I avec sa levée de poor rates dans le cadre de la paroisse sur la richesse des propriétaires et dont les fonds sont destinés à distribuer des secours aux indigents et entretenir les workhouses, qui ne constituent rien d’autre que des ateliers de travail forcé dont le bas prix fait pression sur les salaires. Depuis 1722-23 les paroisses peuvent se grouper pour les construire et appliquer le maintien obligatoire des assistés sur le lieu. Incontestablement à partir de la fin du XVIIIe siècle la taxe des pauvres s’alourdit (12-13 s par £ de biens possédés) et les sommes prélevées à l’échelle de l’Angleterre grossissent : 2 m £ en 1784, 4,07 en 1802, 6,67 en 1812, 7,5 en 1818, maximum séculaire. S’ajoute, adopté en 1795, le speenhamland-system : la pratique pour les juges de paix d’indexer les salaires sur le prix du pain et de distribuer des aides en nature ou en argent, même à des travailleurs en activité, en proportionnant éventuellement le secours au nombre d’enfants. Néanmoins les subsides attribués demeurent très modestes et irréguliers (vers 1795 : 1 s 6 d à 2 s 6 d/semaine par enfant) dans le temps, ils sont loin d’être devenus habituels et la règle de l’échelle mobile du salaire reste rarement appliquée. Dans les comtés agricoles du Sud ils sont fréquents, mais beaucoup moins dans le Nord, et à partir de 1805-1810 le système est de plus en plus critiqué comme récompensant la paresse ou le mauvais esprit39. Enfin agit aussi la charité privée en face du paupérisme : les distributions d’aumônes aux villageois sur les grands domaines, particulièrement en 1801, les initiatives de municipalités comme celle de Manchester organisant des soupes populaires en 1799-1800, la création de Friendly societies de 50 à 100 membres sur une base locale (en 1801 7200 sociétés seraient sur pied avec 648 000 membres et des fonds de 500 000 £). Là encore l’effort paraît s’être ralenti après ces deux grandes crises où l’on sent également le souci des milieux dirigeants de rassemblement de la nation face aux périls du moment40 plus que le désir d’améliorer en profondeur la situation sociale.

  • 41  F. O'GORMAN, « Pitt and thc Tory réaction to the French Révolution 1789-1815 », dans H. T. DIKINSO (...)

38Quant à la volonté politique évoquée plus haut, dans cette position difficile entre Bonaparte et l’agitation « jacobine », on la trouve dans le front uni que présentent les élites à partir de 1793, en dépit de réelles divisions entre elles. Elle persiste bien la vieille opposition entre le landed interest et le moneyed interest. Le premier domine encore et, alors que l’effort militaire ralentit la révolution industrielle par l’augmentation des coûts et prélèvements qu’il entraîne et pèse sur le commerce, il impose la continuation de la guerre, par exemple en 1808 contre les pétitions pour la paix où se mêlent les signatures d’ouvriers et aussi de négociants et d’entrepreneurs. Au retour de la paix il fait adopter les corn laws de 1815 et 1819 qui maintiennent le prix des grains assez élevé, restreignant les débouchés de l’industrie. Par contre, décidée dès 1816, la suppression de l’income-tax ne pouvait mécontenter personne parmi les magnats fonciers, la gentry, les grands négociants ni la banque. Cependant, dès l’ouverture de la guerre et jusqu’après les traités de paix, à la Chambre des Communes se sont constituées des majorités étendues qui n’ont jamais fait défaut aux premiers ministres successifs. Pitt entre les élections de 1790 et celles de 1796, voit sa majorité passer de 160 à 250. En juillet 1794 les Whigs modérés du duc de Portland entrent au gouvernement et en janvier 1795 une motion pour la paix est repoussée largement par les deux assemblées. Ensuite Addington en 1802 dispose de près de 200 voix aux Communes, Portland en 1807 de 150 et Liverpool en 1812 de 150. À la Chambre des lords les créations de paieries nouvelles assurent également un soutien constant au Cabinet : sur 46 paieries nouvelles de 1802 à 1830, 35 sont données à des diplomates, des généraux et des juges proches du gouvernement41

  • 42  Cl. EMSLEY, « Repression "terror" and the rule of the law during the decade of the French Revoluti (...)

39Et, au moins en matière de politique intérieure, deux orientations essentielles font l’accord entre les principales factions des élites. C’est l’abandon progressif des vieilles réglementations mercantilistes protectrices des intérêts populaires au profit d’un libéralisme de fait : le pouvoir de régler les salaires que possédaient les juges de paix disparaît de fait sans bruit dans les années 1805-10, en 1814 le statut des apprentis de 1563 est aboli, à partir de 1822 ce sont les prescriptions du Book of orders for relief of dearth (1586) qui sont peu à peu supprimées officiellement, mais elles étaient tombées en désuétude avant. Seconde orientation : briser toute opposition qui remettrait en cause le statu quo social et politique, qu’elle ait pour thème principal la vie chère, les salaires ou la réforme parlementaire. Ainsi à chaque crise notable répond une brutale répression législative et policière : en 1794 la suspension de l’habeas corpus et en 1795 le treason act et le seditious meetings act ; contre les grèves les Combination acts de 1799-1800, contre le luddisme, le déploiement de la force armée et les poursuites au nom de la liberté et de la propriété, droits menacés par les émeutiers, et le scénario se répète encore en 1817 alors que règne la paix, avec suspension de l’habeas corpus et interdiction des meetings. Ces lois s’accompagnent de l’utilisation des espions et délations, des procès expéditifs et même d’exécutions42. En 1816 sur 2000 prévenus arrêtés et jugés il y eut 250 condamnations à mort, et quoiqu’on dise a posteriori de la clémence, tout de même 17 pendaisons pour des « crimes » qui ne sont que de la désobéissance. En outre les manifestations des groupes Church and King, violentes et destinées à intimider les radicaux et non-conformistes, sont encouragées par les autorités, sans parler de l’emploi par celles-ci de l’idéologie nationaliste.

  • 43  Sur le lien entre mécontentement économique et revendication politique, W. ROSTOW, « Business cycl (...)

40On peut donc dire que les coûts des guerres ont été supportés pour l’essentiel par la communauté et en son sein particulièrement par les classes populaires et une partie des classes moyennes nouvelles, tandis que les profits tirés des effets du conflit ont été encaissés par des personnes privées, manufacturiers de Manchester, négociants et armateurs de Londres ou Bristol, propriétaires du Bassin de Londres, rentiers ou planteurs de la Jamaïque. Une très vieille pratique sociale, la lutte de classe, n’était pas ici un simple fantasme d’esprits archaïques et rancis. A plusieurs reprises, notamment en 1793-95, 1799-1801 et 1815-17, il y eut une véritable tension révolutionnaire mettant en cause le régime, où la conjoncture économique alimenta le mécontentement politique des classes nouvelles et anciennes. Mais les vieilles élites longtemps surent vaincre ces oppositions sans rien modifier d’important dans les pratiques et institutions en place, jusqu’à 1828-183243. Alors, dans ce nouvel épisode dramatique, avec la réforme électorale de 1832, il fallut commencer à céder, le rapport de forces dans le pays du fait même de l’évolution économique et de la révolution industrielle tendant à s’inverser au profit des catégories sociales en développement et d’une partie des vaincus des enclosures et du domestic-system.

Haut de page

Notes

1  T. S. ASHTON, La révolution industrielle (1948), trad. française, Paris, 1955.

2  W. ROSTOW, Les étapes de la croissance économique (1960), trad. française, Paris, 1962.

3  Ph. DEANE, W. COLE, British economic growth 1688-1959, Cambridge, 1962.

4  E. L. JONES, Agriculture and the industrial revolution, Oxford 1974.

5  P. O'BRIEN, C. KEYDER, Economic growth in Britain and France 1780-1914, Londres, 1978.

6  F. CROUZET, « Vers une économie d'exportation », publié en anglais en 1980 et repris dans F. CROUZET, De la supériorité de l'Angleterre sur la France. L'économique et l'imaginaire XVIIe-XX, siècle, Paris, 1985.

7  E. A. WRIOLEY, R. S. SCHOFIELD, The population history of England 1541-1871. A reconstruction, Cambridge, 1981.

8  N. F. R. CRAFTS, British economic growth during the industrial revolution, Oxford 1984. On y ajoutera C. LEE, The British economy since 1700 : a macro-economic perspective, Cambridge, 1986 ; ed. R. FLOUD P. JOHNSON, The Cambridge economie history of modem Britain, t. I, Industrialisation 1700-1860, Cambridge 2004 : synthèse la plus récente qui reprend Deane et Cole, Wrigley et Crafts et y ajoute des travaux parus depuis 1986, utile mais avec des virtuosités mathématiques qui étonnent parfois face aux limites des sources et par l'ultramodernisme des concepts utilisés, peu en rapport avec le contexte pour certains d'entre eux.

9  G. CLARK dans J. MOKYR (ed.), The British industrial revolution. An economic perspective, Oxford 1993.

10  E. KERRIDGE, Agrarian problems in the sixteenth century and after, Londres, 1969.

11  J. HOPPIT, « Counting the industrial revolution », Economic History Review, 1990, 2.

12  Entre autres les critiques de D. S. Landes dans J. MOKYR (ed.), op. cit.

13  F. CROUZET, L'économie britannique et le Blocus continental (1958), réédition complétée, Paris 1987. Sur la fraude qui déforme le Blocus, S. MARZAGALLI, Les boulevards de la fraude. Le négoce maritime et le Blocus continental 1806-1813 Bordeaux, Hambourg, Livourne, Lille, 1999. Depuis une dizaine d'années le chantier de recherche en Grande-Bretagne sur l'économie s'est ralenti, comme le notent H. T. Dickinson et P. Dupuy, les maitres d'œuvre du numéro spécial des Annales Historiques de la Révolution Française sur « Les îles britanniques et la Révolution française » (n° 4-2005).

14  A. H. JOHN, « Farming in war-time 1793-1815 », dans ed. E. L. JONES, G. E. MINGAY, Land, labour and population in the industrial revolution, Londres, 1967.

15  E. P. THOMPSON, La formation de la classe ouvrière anglaise (1963), trad. Paris 1988 ; J. STEVENSON, « Popular radicalism and popular protest 1789-1815 », dans ed H. T. DICKINSON (ed.), Britain and the French revolution 1789-1815, Londres 1989.

16  Outre sa thèse déjà mentionnée cf. F. CROUZET, « The impact of the French wars on the British cconomy », dans ed. H. T. DICKINSON (ed.), op. cit.

17  I. P. H. DUFFY, Bankruptcy and insolvency in London during the industrial revolution, Londres 1985 ; J. HOPPIT. « Financial crisis in the eightenth century », Economic History Review, 1986, I ; P. K. O'BRIEN, « Public finance and the wars with France 1793-1815 », dans H. T. DICKINSON, op. cit.

18  J. WILLIAMSON, « Why was British growth so slow during the industrial revolution ? », Journal of Economies. History. 1984, 3 ; J. MOKYR, « Has the industrial revolution been crowded out ? », Journal of Economic History, 1990, 2.

19  Ed. J. MOKYR, The economies of the industrial resolution, Totowa (USA) 1985.

20  F. CROUZET, L'économie britannique... ; P. BUTEL, « Traditions et renouvellement dans le négoce bordelais sous la Restauration », dans J.-R Poussou dir., L'économie française du XVIIIe au XXe siècle. Perspectives nationales et internationales, Mélanges offerts à François Crouzet, Paris, 2000.

21  P. K. O'BRIEN, Public finance... ; P. MATHIAS P. K. O'BRIEN, « Taxation in Britain and France 1715-1810. A comparison », Journal of European Economic History, 1976, 3. Pour une comparaison internationale : dir. R. BONNEY, Systèmes économiques et finances publiques, Paris 1996.

22  D'après les évaluations à prix courants de Ph. Deane (Economic History Review, 1957, avril) reprises par P. BAIROCH, Révolution industrielle et sous-développement, Paris, 1964.

23  F. CROUZET, L'économie britannique... ; du même, The impact...

24  E. WRIGLEY, R. S. SCHOKIELD, The population... op. cit. ; E. WRIGLEY, « The growth of population in the 18th century England », Past and Present, 1983, 1. Pour une comparaison avec la France (et la Suède), E. WRIGLEY, « Historic demography and economy », Annales de Démographie historique, 1993.

25  G. HAWKF, « Reinterprétations of the industriel révolution », dans ed. R O.'BRIEN, R. QUINAULT, The industrial revolution and British society, Cambridge 1993 ; F. COCHET, G. M. HENRY, Les révolutions industrielles. Processus historiques, développements économiques, Paris, 1995 ; P. VERLEY, La révolution industrielle, Paris 1997.

26  J. ESTEBAN CUENCA, « British textiles prices 1770-1831 : are British growth rates worth revi-sing again ? », Economie History Review 1994, l. C. KNICK Hary dans ed. J. MOKYR (ed.), The economics... ; J.-P. Rioux, La révolution industrielle 1780-1880, Paris 1971 ; C. FOHLEN, Qu'est-ce que la révolution industrielle ?, Paris 1971 ; R. MARX, La révolution industrielle en Grande-Bretagne, Paris 1972.

27  Ph. RIDEN, « The output of the British iron industry before 1870 », Economic History Review, 1977, 3 ; M. W. FLINN, The history of the British coal industry 1700-1830, Oxford 1984.

28  Ph. DEANE, « Capital formation in Britain before the railway age », dans dir. F. Crouzet, Capital formation in the industrial revolution, Londres 1972.

29  P. MATHIAS, The first industrial nation. An economic history of Britain 1700-1914, Londres 1969 ; P. HUDSON, The industrial revolution, Londres, 1991.

30  Compte-rendu critique de D. A. Farnie de CRAFTS, British economic growth... English Historical Review 1987, 1 ; F. CROUZET, L’économie britannique...

31  C. FEINSTEIN, « Capital accumulation in the industrial revolution », dans ed. R. FLOUD D. Mc CLOSKEY, The economic history of Britain since 1700, t. I., 1700-1860, Cambridge 1981.

32  M. OVERTON, Agricultural revolution in England. The transformation of the agrarian economy 1500-1850, Cambridge 1996 ; E. WRIGLEY, « Urban growth and agricultural change. England and the continent in early modern period », dans R. ROTBERY (ed.), Th. RABB, Population and economy, Cambridge 1986 ; R. C. ALLEN, « Tracking the agricultural revolution », Economic History Review, 1999, 2.

33  J. DAUNTON, An economic and social history of Britain 1700-1850, Oxford, 1995.

34  M. TURNER, Enclosures in Britain 1750-1830, Londres 1984 ; J. R. WORDIE. « The chronology of English enclosure 1500-1914 », Economic History Review, 1983, I.

35  J. D. CHAMBERS, G. E. MINGAY, The agricultural revolution 1750-1880, Londres 1966.

36  P. BAIROCH. « Les trois révolutions agricoles du monde développé : rendements et productivité de 1800 à 1985 », Annales ESC, 1989, 2 ; E. WRIGLEY, Continuity, chance and change. The character of the industrial revolution in England, Cambridge 1988. T. C. BARKER, « Le grand avantage de la petite Angleterre », dans J.-P. Poussou (dir.), L'économie française... Pour une comparaison avec la France à long terme, P. K. O'BRIEN, « Path depency or why Britain became an industrialized and urbanized economy long before France », Economic History Review, 1996, 2.

37  P. O'BRIEN, « The political economy of British taxation 1660-1813 », Economic History Review, 1988, 1 ; W. J. ASHWORTH, Customs and excise - Trade, productivity and consumption in England 1640-1845, Oxford 2003.

38  E. J. Hobsbawm, « The British standard of living 1790-1850 » (1957) repris dans ed. J. TAYLOR, The standard of living in Britain in the industrial révolution, Londres 1975.

39  J. D. MARSHALL, « The old poor law 1795-1834 », Londres 1968 ; J. RULE, Albion's people. English Society 1714-1815, Londres, 2002 ; ed. P. DENIZOT, C. REVANGER, Pauvreté et assistance en Grande-Bretagne 1688-1834, Aix-en-Provence, 1999.

40  I. R. CHRISTIE, « Conservation and stability in British Society », dans M. Pmup (ed.), The French Revolution and British popular polines, Cambridge 1991.

41  F. O'GORMAN, « Pitt and thc Tory réaction to the French Révolution 1789-1815 », dans H. T. DIKINSON (ed.), op. cit. ; M. W. Mc CAHILL, « Peerage creations and the changing character of the British nobility 1750-1830 », English Historical Review, 1981, 2.

42  Cl. EMSLEY, « Repression "terror" and the rule of the law during the decade of the French Revolution », English Historical Review, 1985, 4 ; E. HOBSBAWM, « Les soulèvements dans la campagne anglaise 1790-1850 », Annales ESC 1968, 1.

43  Sur le lien entre mécontentement économique et revendication politique, W. ROSTOW, « Business cycles, harvests and politics », repris dans J. HOPPIT, W WRIGLEY (ed.), The industrial revolution in Britain, 2 vol. Oxford 1994 (recueil très commode de 34 articles anciens).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Taux de croissance annuel par décennie en %
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/11242/img-1.png
Fichier image/png, 172k
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/11242/img-2.png
Fichier image/png, 37k
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/11242/img-3.png
Fichier image/png, 69k
Titre Taux investissement total / produit national en %3132
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/11242/img-4.png
Fichier image/png, 74k
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/11242/img-5.png
Fichier image/png, 141k
Titre Crafts
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/11242/img-6.png
Fichier image/png, 55k
Titre Deane et Cole
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/11242/img-7.png
Fichier image/png, 37k
Titre Part dans le revenu public
Légende (*) Le timbre ne représente qu’une petite part de l’agglomérat.
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/11242/img-8.png
Fichier image/png, 61k
Titre Salaires réels
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/11242/img-9.png
Fichier image/png, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Lemarchand, « Face à la france révolutionnée : l’économie britannique dans les guerres de la Révolution et de l’Empire », Annales historiques de la Révolution française, 349 | 2007, 129-158.

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Face à la france révolutionnée : l’économie britannique dans les guerres de la Révolution et de l’Empire », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 349 | juillet-septembre 2007, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11242 ; DOI : 10.4000/ahrf.11242

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

Université de Rouen, 4 Parc de Cailly, 76130 Mont-Saint-Aignan, guy-lemarchand@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org