Navigation – Plan du site
Articles

Justice, vengeance et passé révolutionnaire : les crimes de la Terreur blanche1

Justice, Vengeance and the Revolutionary Past: the Crimes of the White Terror
Stephen Clay
p. 109-133

Résumés

Les crimes de la Terreur blanche – ou de la Réaction, comme était appelé à l’époque cet épisode de la Révolution – posèrent au système judiciaire naissant de la Révolution certains de ses plus grands défis. Durant les années troublées du Directoire et les premières années du Consulat, quand la politique de l’ordre public figurait nécessairement parmi les premières priorités du gouvernement, l’administration et l’application des lois constituaient une partie non négligeable de la consolidation de la République. En effet, le succès du programme politique du Directoire dépendait en grande partie de sa capacité à trouver des agents, dans les administrations locales et dans la magistrature, capables de comprendre et d’appliquer les lois, et ceci, malgré une résistance parfois considérable des populations locales sur les questions de l’émigration, de la désertion, des levées d’hommes, des prêtres réfractaires et de la criminalité en général, et en particulier des crimes politiques. Comme l’illustre le jugement des personnes impliquées dans le massacre des prisons à l’été 1795 dans les Bouches-du-Rhône, indéniablement un des incidents de justice populaire les plus spectaculaires de toute la décennie révolutionnaire, certains de ces crimes politiques se révélèrent être parmi les affaires les plus longues, les plus compliquées et les plus importantes pour le système judiciaire de l’époque. La persistance de la lutte des factions et de l’esprit de parti était perceptible au cours de nombreuses étapes de la procédure judiciaire et influença le jugement de ces crimes politiques. Cet article examine l’origine de la lutte des factions, la tradition de violence populaire, la nature et la violence des périodes de la Réaction, les circonstances de ces massacres dans les prisons, leurs victimes et auteurs présumés, ainsi que les procès interminables liés à ces affaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Une version préliminaire de ce travail a été présentée à la journée d’étude : « Justice et répress (...)
  • 2  Marc BONNEFOY, Les suites du Neuf Thermidor. Terreurs Blanches 1795-1815, Paris, 1892, p. 1-10

1Dans un ouvrage peu connu intitulé Les Suites du neuf Thermidor. Terreurs blanches 1795-1815, écrit en 1892, Marc Bonnefoy posait la question suivante : « Pourquoi donc toujours nous parler de l’échafaud révolutionnaire, des crimes de la Terreur rouge, et jamais de la Terreur blanche ? N’est-il pas temps enfin que l’histoire soit enseignée avec justice » ? Bonnefoy avance ainsi la thèse selon laquelle l’oubli de la Terreur blanche, un oubli délibéré et largement répandu dans la France du XIXe siècle, est en fait un « moyen perfide que les ennemis de la révolution emploient encore pour tromper le peuple et perpétuer les fraudes historiques en grossissant démesurément la terreur rouge » – autrement dit un instrument forgé par les conservateurs pour exagérer les « excès » de la Terreur et masquer les crimes de la Terreur blanche, discréditant ainsi la Révolution2.

  • 3  Louis BLANC, Histoire de la Révolution française, Paris, 1862, t. 12, chapitre 2, p. 46-95 ; Pierr (...)

2Républicain convaincu, Bonnefoy mettait son interrogation polémique au service d’une défense passionnée de la Révolution et d’une attaque contre ses détracteurs ; néanmoins, il reconnaissait que les crimes de la Terreur blanche – que les révolutionnaires et une grande partie des historiens du XIXe siècle ont appelée la Réaction – étaient déjà connus de certains historiens de la période révolutionnaire. En effet, le temps dit de la Réaction occupe une place significative, en particulier dans le Midi, dans la plupart des histoires de la Révolution rédigées au XIXe siècle au niveau national et local3. Louis Blanc, Jules Michelet, François-Auguste Mignet, Pierre-François Tissot ou Edgar Quinet mais également, du côté des historiens régionaux, Jean-Francois André, Pierre Charpenne et Charles Lourde, décrivent, avec parfois de nombreux détails macabres, le déchaînement de violence après la chute de Robespierre, qu’il s’agisse des meurtres isolés ou des massacres perpétrés dans la prison – une violence présentée comme une série de représailles sanglantes dictées par la passion et la vengeance populaires commises à l’encontre des anciens terroristes et patriotes. Dans ces ouvrages, la Réaction était déjà considérée comme une période distincte et digne d’un intérêt tout aussi vif que celui porté à la Terreur elle-même.

  • 4  Albert MATHIEZ, La Réaction Thermidorienne, Paris, A. Colin, 1929, p. 211.
  • 5  Richard COBB, The Police and the People. French Popular Protest 1789-1820, Oxford, Oxford Universi (...)
  • 6  Stephen CLAY, « Les Réactions du Midi : conflits, continuités et violences », AHRF, n° 345, 2006, (...)

3Au début du vingtième siècle, la Réaction devint un sujet de recherche scientifique. Des historiens tels qu’Alphonse Aulard, Albert Mathiez ou Georges Lefebvre, se documentant sur les atrocités de la Réaction, condamnèrent sa justice sommaire et sa violence endémique. Mathiez, pour sa part, compara les natures mêmes de ce qu’il qualifia de Terreur rouge et de Terreur blanche : « La Terreur rouge, presque toujours, avait procédé selon les formes, d’après les lois ; [...] la Terreur blanche, à l’inverse, viole toutes les règles, se moque des lois, c’est une succession d’assassinats purs et simples perpétrés souvent la nuit au domicile des victimes ou dans des prisons dont les portes sont forcées »4. Richard Cobb et Colin Lucas, parmi d’autres, ont également analysé la violence de la Réaction, considérant l’essence même de la période comme à la fois anarchiste et traditionaliste5. Plus récemment, nous avons mis en évidence l’existence de continuités entre la période de la Réaction – voire des Réactions – et les périodes antérieures à la Révolution ; ceci est particulièrement pertinent dans le Midi provençal car elle s’y inscrit dans le combat opposant des factions rivales, touchant aussi bien des petites communes que des grandes, dans lesquelles les appellations de royaliste ou de républicain, elles mêmes parties intégrantes de la lutte partisane, masquent souvent des données socio-économiques et des réalités politiques plus complexes6.

  • 7  Marc-Antoine BAUDOT, Notes historiques sur La Convention nationale, le Directoire, l’Empire et l’e (...)
  • 8  AN, F9 47 ; AD XVIIIc 504 : Opinion de Français, sur les assassinats commis en haine de révolution (...)

4Les historiens de la Réaction – faisant écho aux contemporains tels que Durand Maillane et Antoine Thibaudeau, Marc-Antoine Baudot, Charles Lacretelle et tout spécialement Stanislas Fréron – ont presque tous souligné la nature populaire des violences commises au cours de cette période, l’impunité fréquente dont bénéficièrent les bourreaux, le silence ou la connivence des autorités et surtout, la motivation omniprésente de la vengeance, facteur déterminant de l’enchaînement d’une multitude de crimes. Le nombre même des personnes tuées ou persécutées pendant les différentes Réactions fait l’objet de vives controverses, et les estimations demeurent fort divergentes. Marc-Antoine Baudot assure que « les réacteurs firent périr un beaucoup plus grand nombre d’hommes que tous les tribunaux révolutionnaires ensemble », et il estime les victimes assassinées ou « désignées pour l’être » à 45 000 au moins7. D’autres estimations contemporaines varient entre 2 000 et 30 0008. Du fait des lacunes ou du caractère fragmenté des sources documentaires, des assassinats non déclarés, de la déformation polémique et probable des statistiques, le chiffre exact est bien difficile à établir. Il est incontestable, néanmoins, que la violence de la Réaction fut exercée à grande échelle et de manière prolongée, bien au-delà de l’époque thermidorienne. La violence sous toutes ses formes – physique, verbale, individuelle ou collective – fut véritablement débridée, bien souvent incontrôlable dans la vallée du Rhône et dans le Midi, tout particulièrement dans le Midi provençal.

  • 9  Stephen CLAY, « La question de l’ordre public et la politique de l’état de siège pendant le Direct (...)
  • 10  Stephen CLAY, « Réaction dans le midi : le vocable de la vengeance », dans Dictionnaire des usages (...)

5Les départements du Var, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône furent le théâtre d’une violence presque ininterrompue. Ces derniers figurent dans les archives et l’historiographie comme l’une des régions les plus sujettes aux Réactions singulières et multiples. En Provence, la violence des années révolutionnaires, en particulier après la Terreur, était d’une telle intensité qu’elle devint un problème d’ordre public, nécessitant l’appel fréquent des troupes régulières, l’application de l’état de siège, le recours à la justice militaire et notamment à ses commissions9. La violence générée par la Réaction en Provence, comme ailleurs, devint un sujet d’intenses débats et commentaires nationaux et locaux, impliquant toutes les branches du gouvernement. Les ministères de la Justice, de l’Intérieur et de la Police générale, les corps législatifs et exécutifs, les autorités militaires, administratives et judiciaires exprimèrent des craintes grandissantes face à la violence de la Réaction, sa menace pour la République et pour les républicains. Cette violence a été parfois qualifiée de manière rhétorique comme une longue Saint-Barthélémy des patriotes, et a été représentée sous la forme d’une menace royaliste quasi permanente. Mais la nature exacte de la Réaction, le degré de sa motivation royaliste ou de la soif de vengeance –voire une combinaison des deux – ne peuvent se réduire à une simple explication. Pour autant, au début de l’an IV, le mot « Réaction », dont l’usage avait été de plus en plus courant après Thermidor, était entré dans le lexique politique, tout comme celui de l’expression afférente de « nouvelle Vendée », employée partout en France. Et ce, nulle part ailleurs plus qu’en Provence, où des luttes de factions persistantes, exacerbées à chaque phase de la Révolution, avaient cristallisé un héritage de haine apparemment inextinguible10.

6Bien qu’une grande partie de la violence de la Réaction ait été abondamment et vivement décrite par les contemporains et les historiens, certains aspects du phénomène demeurent largement inexplorés. Les poursuites légales des responsables présumés des crimes de la Terreur blanche, en particulier, ont été peu traitées par l’historiographie. Le rôle joué tant par les administrations départementales, des districts et municipales que par le personnel judiciaire – juges de paix et directeurs du jury notamment – et par les tribunaux eux-mêmes dans le traitement des crimes de la Terreur blanche constitue un chapitre essentiel mais foncièrement négligé de l’histoire de la Révolution française. Les efforts entrepris ou contrariés dans la poursuite des coupables de la violence de la Réaction à travers la France révèlent de nombreux aspects de la politique à l’époque révolutionnaire. Les régimes de la Convention thermidorienne, du Directoire et du Consulat furent non seulement témoins des crimes de la Réaction, mais répondirent à ces crimes de différentes manières, que ce soit administrativement, judiciairement ou militairement.

  • 11  Les massacres dans les prisons ont fait l’objet de peu d’études. Pour une brève approche du problè (...)

7Parmi les crimes imputés à la Réaction, peu furent aussi spectaculaires que la série de massacres commis en prison dans les Bouches-du-Rhône en l’espace d’un peu plus de deux mois, du 22 floréal an III (11 mai 1795) au 3 messidor an III (18 juillet 1795) dans les communes d’Aix, Tarascon et Marseille11. Des groupes d’hommes armés s’introduisirent dans les prisons à quatre reprises et de nombreux prisonniers, en majorité anciens « terroristes » ou sympathisants, furent massacrés, au point d’être parfois rendus méconnaissables. La nouvelle de ces meurtres en masse fut rapidement répercutée en France et ils devinrent emblématiques de la Réaction même. Les efforts déployés pour arrêter et juger les responsables de ces massacres impliquèrent un large éventail de personnalités locales et nationales, et s’étendirent des années du Directoire jusqu’aux premières années du Consulat. La complexité des problèmes soulevés par ces crimes et leur poursuite mit à rude épreuve les institutions judiciaires et politiques de l’époque. Ces crimes et d’autres semblables, faisant partie d’une longue série d’incidents de violence populaire qui remonte aux premières années de la Révolution.

La tradition de la violence et les origines de la Réaction

  • 12  Benjamin CONSTANT, Des réactions politiques,Paris, Champ-Flammarion, 1988, p. 106.
  • 13  AN, F1cIII Bouches-du-Rhône 1.

8Contemporains et historiens sont unanimes à faire le rapprochement entre le phénomène de la Réaction et la soif de vengeance. « Les réactions contre les hommes n’ont qu’un but, la vengeance, et qu’un moyen, la violation de la loi », écrivait Benjamin Constant en 1797 dans Des réactions politiques12.Il observait avec justesse que l’origine des réactions prenait sa source dans l’oppression qu’avait subie un parti de la part d’un autre. La Terreur dans le Midi, comme ailleurs (de même que la révolte fédéraliste), a été le théâtre d’une politique des factions sur une échelle que les témoins n’auraient jamais imaginée, et laisse perplexes les historiens quant à la recherche de ses causes et de ses conséquences. Ces périodes approfondirent les divisions au sein des communes des Bouches-du-Rhône et du Midi par leur intensité et leur férocité. Réfléchissant aux troubles des années précédentes dans son département, le commissaire du pouvoir exécutif des Bouches-du-Rhône remarqua que presque aucune commune n’avait été épargnée par les vengeances personnelles13.

  • 14  Pour une élaboration de cette notion, en particulier l’importance du concept de Réaction, ou plutô (...)

9Profondément enracinée dans la politique locale, la violence de la réaction dans les Bouches-du-Rhône puise ses origines dans les différentes périodes de la Révolution. La décennie révolutionnaire dans les communes de Provence fut marquée dès 1789 par une polarisation rapide des différents partis, chacun renvoyant à des groupes sociaux et à des milieux différents, à des niveaux de revenus, à des pyramides des âges, à des structures de voisinage, à des alliances politiques, chacun se distinguant par des signes de ralliement, des chansons et une idéologie singulière. Chaque commune avait sa propre histoire, ses traditions politiques et sa configuration socio-économique, ses personnalités locales. Les rivalités politiques qui apparurent au début des années 1790 existaient parfois avant la Révolution, et s’intensifièrent au fil des ans. La formation d’un réseau de sociétés populaires dans presque toutes les villes et tous les villages de Provence, la menace réelle ou imaginaire d’une contre-révolution, les troubles provoqués par la Constitution civile du clergé et les enjeux suscités par les élections intensifièrent, souvent de façon sanglante, les rivalités politiques14.

  • 15  AN, H 1274 ; DXXIX 54 ; DXXIXbis 41 ; F7 3659(1). AD Bouches du Rhône, B3680 ; L 122. AM Marseille (...)
  • 16  Les Révolutions de Paris, n°2, 18 au 25 juillet 1789 ;ibid., n° 141, 17-24 mars 1792 ; Le Patriote (...)
  • 17  AN, F7 3659(1).
  • 18  AN, F1bII BDR 9 ; F7 3659(2, 3). AD Bouches-du-Rhône, L 43-44 ; L 126 ; L 292 ; L 297 ; L 943 ; L  (...)
  • 19  Voir en particulier, Fabio SAMPOLI, « Politics and Society in Revolutionary Arles : Chiffonistes a (...)
  • 20  Jacques GUILHAUMOU et Martine LAPIED, « L’action politique des femmes pendant la Révolution frança (...)
  • 21  AN. F1bII BDR 9 ; Médiathèque d’Arles, m 644 ; m 628 ; m 633 ; m 2361, Martine LAPIED, « Les Prove (...)

10La violence populaire, action d’une foule composée à la fois d’hommes et de femmes, fit très tôt son apparition en Provence : elle était, en réalité, constitutive d’une tradition remontant à l’Ancien Régime. Faisant suite à une série d’émeutes populaires au printemps 1789, la violence fit irruption à Aix et Marseille en 1790, prenant la forme d’attaques dirigées contre les symboles de l’Ancien Régime, les personnes aussi bien que les propriétés15. Ce que certains journaux parisiens et provinciaux baptisèrent « la vengeance du peuple » posa dès le début de la Révolution problème aux élites locales et nationales16. Le procureur général syndic du département des Bouches-du-Rhône soulignait la difficulté exceptionnelle d’éteindre les divisions existant dans chaque commune du département et d’imposer la loi face à la violence des factions17. Ces difficultés s’accrurent notablement de l’été 1792 au printemps 1793. L’intensification du mouvement clubiste, notamment à Marseille, contribua à radicaliser encore la politique locale. Des foules s’en prirent à des individus jugés « contre-révolutionnaires », « ennemis du peuple » ou « de la constitution », et ce à Aix, Aubagne, Auriol, Barbentane, Eyragues, Maussane, Marseille et Tarascon18... A Arles, l’une des communes les plus turbulentes de la décennie révolutionnaire, le retour au pouvoir de la faction des Monadiers – dans le monde manichéen de la politique des factions, le succès de l’une signifiait invariablement la défaite de l’autre – se traduisit par des attaques contre les personnes et les propriétés de la faction rivale des Chiffonniers. Là, comme ailleurs, des groupes d’hommes armés, sous couvert de patriotisme, imposèrent des contributions à d’autres citoyens de leurs propres communes, avec une préférence spéciale pour leurs opposants politiques ou leurs ennemis personnels19. Les femmes, elles aussi, prirent part aux luttes politiques, comme instigatrices ou comme victimes de la violence des factions, au début comme à la fin de la décennie révolutionnaire20. En septembre 1792, à Arles toujours, après un été ponctué par une série de meurtres, de « bâtonnées », de pillages et de pendaisons, en partie orchestrés par un soi-disant « comité des sabres », dix-neuf parentes de Chiffonniers furent humiliées et injuriées, promenées en parade sur des ânes à travers les rues, insultées et battues21. Les pendaisons devinrent fréquentes dans d’autres endroits de la région où des personnes, parfois arrachées à la prison, furent pendues aux réverbères. Bien que salués par certains, ces actes de violence suscitèrent une vague d’indignation parmi les élites locales, les administrateurs publics et de nombreux membres des sociétés populaires. Pratiquement tous les corps constitués envoyèrent des adresses réclamant la fin des violences, insistant sur la nécessité de respecter la loi malgré la lenteur de la procédure judiciaire ordinaire, et sur les méfaits que présentait la vengeance populaire.

  • 22  AD Bouches-du-Rhône, L 288 ; L 3043.
  • 23  John CAMERON, « The Revolution of the Sections of Marseilles. Federalism in the department of the (...)
  • 24  AN, F7 4774(29) ; AD Bouches-du-Rhône L 128 ; L 1773 ; L 1839 ; L 1879 ; L 1933 ; L 1935 ; L1939 ; (...)

11Au cours du printemps 1793, malgré les protestations des autorités constituées et les appels à ne punir qu’en accord avec la loi, la violence populaire se poursuivit à Marseille, à Salon, comme dans d’autres lieux des Bouches-du-Rhône, et de façon spectaculaire à Aix, où, de la fin du mois de janvier jusqu’au mois de mars les prisons étaient forcées par des personnes rendues « impatientes » par la lenteur de la justice criminelle22. Les périodes de la révolte fédéraliste et de la Terreur, comprises entre l’été 1793 et l’été suivant, contribuèrent plus que toutes autres, à exacerber les divisions entre les factions et à en créer de nouvelles23. Le conflit de pouvoir entre les sections et les clubs – un conflit avec ses dimensions aussi bien socio-économiques qu’idéologiques – causa la fuite, l’arrestation et l’exécution d’individus de chaque groupe, tout comme de leurs amis, alliés et membres de leurs familles. Les deux groupes justifiaient leurs actions en faisant appel à la loi, qu’ils fussent fédéralistes ou clubistes24. Beaucoup d’entre eux, impliqués dans les crimes de la Réaction plus tard, l’avaient déjà été dans les conflits des années précédentes.

  • 25  AD Bouches-du-Rhône, L 3123-3125 ; L 3128.
  • 26  Ibid.

12De manière significative, nombreux furent les individus jugés et arrêtés par la tribunal révolutionnaire des Bouches-du-Rhône et la commission militaire, qui, à l’exemple des Chiffonniers d’Arles, avaient joué un rôle dans la vie politique de leurs communes au cours des premières années de la Révolution ; ceci confère à la période de la Terreur une dimension locale prononcée25. Il existe à ce titre une corrélation indéniable entre le nombre de personnes jugées dans chaque commune par les tribunaux des Bouches-du-Rhône et l’intensité des troubles ou des luttes de faction observée dans ces communes entre 1789 et 1793. Cinq communes rassemblent le nombre le plus élevé de prévenus déférés en 1793-1794 devant le tribunal révolutionnaire : Marseille (464), Aubagne (59), Aix (57), Arles (39) et Tarascon (33), chacune avec un passé révolutionnaire bien chargé. Non moins significatif, bien que légèrement différent, le rapport entre le nombre de personnes condamnées à mort dans ces communes et le degré de violence subi par celles-ci au cours de la Réaction l’année suivante : 28 % des accusés à Aubagne, 38 % à Arles, 41,8 % à Marseille, 48 % à Tarascon et 63 % à Aix, les trois dernières villes ayant été le théâtre d’un massacre perpétré dans les prisons en 179526. De tels chiffres sont loin de tout expliquer, mais traduisent néanmoins l’existence d’un véritable lien entre l’intensité de la Terreur et l’intensité correspondante de la Réaction : à la géographie politique de la période 1793-1794 – voire des années antérieures – répond celle des années suivantes.

13Cette violence imprégnait les périodes successives des luttes des deux partis, qui avaient marqué les relations politiques locales et régionales depuis le début de la Révolution. Il serait simpliste, néanmoins, de réduire un phénomène aussi complexe que la Terreur à une affaire de factions ou à un vaste règlement de compte, que ce soit dans les Bouches-du-Rhône ou ailleurs. Cette dimension est constitutive du phénomène, certes, mais celui-ci fut plus que cela : selon l’avis d’un grand nombre de ceux qui étaient chargés de sa mise en œuvre, elle était une affirmation et une consolidation de la République.

  • 27  Réaction en grande partie tolérée, voire facilitée dans les Bouches-du-Rhône et d’autres départeme (...)
  • 28  Pour une approche de cet épisode en Provence, voir Stephen CLAY, « Les Réactions du Midi », op. ci (...)

14Loin d’être aveugle, la violence des réactions de l’an III (ou des années suivantes, particulièrement celle de l’an V, qui fut une autre vague de réaction antiterroriste, et même plus généralement antijacobine)27 visait des cibles spécifiques : les individus qui avaient joué un rôle actif dans la Terreur, ou des clubistes trop souvent assimilés aux « terroristes »28. Cette vengeance s’apparentait ainsi à une forme de vengeance personnelle entre individus se connaissant souvent, de vue voire de nom, qui mettait en danger l’ordre public et posait problème aux institutions judiciaires.

Les crimes de la Réaction : meurtres et massacres

  • 29  Moniteur universel, n° 241, 1er prairial an III.
  • 30  Paul CADROY, Rapport du représentant du peuple Cadroy, sur ses diverses missions dans les départem (...)

15Dans les Bouches-du-Rhône, comme ailleurs, la Réaction vit la continuation de deux nouvelles formes de justice présentes dans les politiques locales et nationales depuis 1789 : la justice institutionnelle des tribunaux et les formes récurrentes de justice populaire. Au cours de l’an III, puis, plus tard, dans les Bouches-du-Rhône, les autorités locales et nationales – administratives, judiciaires et militaires – édictèrent proclamation sur proclamation, arrêté sur arrêté appelant à substituer les tribunaux à la violence de la foule, la justice d’État à la vengeance privée. Dénoncer comme sommaire et inhumainement expéditive, la justice de la Terreur, devint un lieu commun du discours politique de l’an III ; elle était condamnée comme la négation des principes de la légalité. Le représentant en mission dans le département, Jean Michel Chambon, remarquait à la veille des massacres dans les prisons la différence entre la lenteur des procédures criminelles contre les anciens « terroristes » par rapport à ce qu’il considérait comme la justice expéditive de la Terreur29. C’est précisément la lenteur de la justice ordinaire qui attisa le désir de vengeance privée et de justice populaire. Même un représentant en mission comme Paul Cadroy dont l’antipathie pour les anciens terroristes devait rendre son propre rôle dans les massacres de la région plus que problématique, admettait que « les vengeances particulières, outrées par le silence et l’action des lois, s’exerçaient comme par droit de nature »30.

  • 31  AN, BB18 183.
  • 32  AM Aix, LL 244.

16L’héritage de la haine, la politique de la vengeance furent à l’ordre du jour, comme le disaient les autorités locales, à l’hiver et au printemps 1794-1795. La soif de revanche dépassait la capacité des autorités locales, et même militaires, à juguler la violence. Des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants – sur lesquels il subsiste des documents ! – furent volés, battus, mutilés, assassinés, arrêtés arbitrairement, forcés de fuir, et souffrirent d’atteintes à leur propriété ; parmi eux, certains avaient joué un rôle majeur, ou secondaire, au cours de la Terreur, d’autres, en tant qu’amis, voisins ou parents, étaient coupables par association31. Quelques-uns avaient acquis des biens nationaux, avant de se retrouver harcelés, battus et mis à mort, quelquefois par les anciens propriétaires eux-mêmes. Bourreaux et victimes se connaissaient souvent. De manière récurrente, les représentants et les autorités constituées du département, des districts et des communes condamnèrent les actes de violence arbitraires commis dans plusieurs endroits de la région, et implorèrent les citoyens de renoncer aux haines personnelles et de ne pas suppléer la justice. « Citoyens, n’imitez point vos bourreaux », s’exclamait Chambon, « que la Loi seule atteigne les scélérats qui osent encore souiller la terre de la liberté ! Laissez à la justice à distinguer, dans les complices présumés de ces hommes de sang, l’erreur du crime »32. A en juger par le nombre croissant d’actes de vengeance commis au cours du printemps, il semble que ces exhortations n’eurent qu’un faible écho : d’ailleurs, la prolifération d’affiches semblables dans les lieux publics suggère que la plupart de ces exhortations furent vaines.

  • 33  AN, 4629 ; AD Bouches-du-Rhône L 504bis ; L 1014 ; L 1714 ; L 1813bis ; L 1841 ; L 1857 ; L 3038 ; (...)
  • 34  AN, DIII30 ; F7 3659(3) ; F7 7291 ; BB18 176. AD Bouches-du-Rhône, L 84 ; L 882 ; L 895 ; L 1014 ; (...)

17Non que la justice régulière fût restée inactive. Les dénonciations contre les anciens « terroristes », « buveurs de sang » affluèrent dans les comités de surveillance des communes nouvellement épurées – dénonciations contre des individus et des comités qui avaient prétendument levé des contributions forcées, commis des actes arbitraires, porté des dénonciations mensongères, dilapidé des propriétés –, certaines de ces plaintes datant de l’été et de l’automne 179233. Il faut bien reconnaître que les agents nationaux et administrateurs des districts et des communes nouvellement en place, et le personnel judiciaire, en grande partie formé d’anciens émigrés ou fédéralistes, déplorèrent, au moins de façon rhétorique, la violence généralisée, et que certains prirent des mesures pour arrêter et juger les anciens « terroristes ». Néanmoins, au même moment, le langage des autorités était agressivement anti-terroriste ; des termes comme « monstre », « brigand », « scélérat », « buveur de sang » étaient largement utilisés pour stigmatiser non seulement les anciens terroristes mais bien souvent d’autres clubistes34. Sans surprise, la neutralité de ces fonctionnaires, pour ne pas dire leur indifférence, leur négligence, ou leur complicité avérée dans les crimes de la Réaction, fut le sujet d’un débat houleux, mais dépourvu de conclusion. Leur responsabilité tout comme celle des représentants thermidoriens en mission comme Paul Cadroy, Jean Michel Chambon et Jacques Christophe Mariette dans l’apparente impunité des coupables provoqua l’adoption d’une législation, des polémiques, ainsi que des accusations explicites et implicites dans la presse et au sein même des assemblées nationales.

  • 35  AN, D III 29-30 ; AD Bouches-du-Rhône L 893 ; L 1040 ; L 1517 ; L 3038. AM Tarascon, 1D1.
  • 36  AN, D III 29(Aix) ; AD Bouches-du-Rhône, L 3020 ; 3025 ; AM Salon, 2D 2/2 ; Bibliothèque Méjanes, (...)
  • 37  AD Bouches-du-Rhône, L 1014,3020,3025, 3027 ; Roux ALPHLRAN, op. cit., fol. 55 et 64.

18Encouragé par la législation du printemps de l’an III et l’indulgence des administrateurs locaux, le retour des émigrés se conjugua avec la soi-disant lenteur de la justice pour générer une situation explosive et une crise de l’autorité. La violence avait engendré la violence. Les cours de justice locale étaient soumises à une très forte pression populaire pour voir juger les terroristes : les pétitions affluèrent de toute la France à la Convention, y compris des communes d’Arles, de Marseille et de Tarascon, réclamant justice contre « les agents et les complices de cette sanguinaire faction »35. Dans les Bouches-du-Rhône, quelques anciens terroristes furent officiellement jugés par le tribunal criminel au printemps et à l’été 1795, notamment lors du procès de l’affaire de Salon, qui impliqua plus de 49 accusés, la procédure initiée par les fédéralistes à l’été 1793 ayant été rouverte, et qui se conclut par l’exécution de huit accusés, parmi lesquels figurait l’ancien maire de la ville pendant la Terreur, et par l’emprisonnement de cinq autres pour abus d’autorité – dont deux furent assassinés lors du massacre dans la prison d’Aix du 22 floréal36. D’autres, comme deux terroristes d’Aix convaincus d’être les auteurs des pendaisons de 1792, ou bien Louis François Isoard, l’un des jacobins de Marseille les plus actifs, furent également exécutés devant une foule immense, venue parfois de loin pour assister au spectacle37. L’ordre ne put être maintenu au cours du procès et de l’exécution qu’avec l’aide de la force armée.

  • 38  AN, F7 7130 ; F7 7291 ; BB18 177. AD Bouches-du-Rhône L 3151, 201E, 1322. AD Gard, L 3151 ; AD Var (...)
  • 39  AN, BB18 177 ; AD Bouches-du-Rhône, L 3048, 3048bis, 3051 ; AD Gard, L 3151.
  • 40  Le nombre d’anciens clubistes de Marseille tués dans le Fort Saint-Jean est peut-être même plus él (...)
  • 41  MOULINAS, Les Massacres de la Glacière. Enquête sur un crime impuni. Avignon 10-17 octobre 1791, A (...)
  • 42  AD Bouches-du-Rhône, L 1294 ; AD Vaucluse, 1L 87 ; BM Avignon, ms 2530.

19Dans la course qui les opposait, la justice populaire l’emporta à quatre reprises de façon spectaculaire sur la justice régulière au cours d’une série de massacres dans les prisons, qui choquèrent les contemporains par leur amplitude et leur férocité. Commencés à Aix le 22 floréal III (11 mai 1795), puis à Tarascon le 6 prairial (25 mai), à Marseille le 17 prairial (5 juin) et encore les 2 et 3 messidor III (20-21 juin) à Tarascon, ces massacres coûtèrent la vie à 173 personnes, hommes et femmes, dont une jeune fille de quinze ans38. Tous ces massacres furent prémédités et commis de nuit par des foules d’hommes armés dont le nombre variait : les observateurs parlent de 400 à 450 personnes dans la foule qui fit irruption dans les prisons à Aix, de 200 à 300 pour le premier massacre de Tarascon, d’environ 120 pour celui du Fort Saint-Jean à Marseille, d’une cinquantaine d’hommes pour le dernier massacre de Tarascon39. Parmi les assaillants, certains étaient venus d’autres communes pour prendre part au massacre de masse et, à Marseille, au moins deux Lyonnais figuraient parmi les « égorgeurs ». Cependant, la plupart des assaillants étaient originaires de la commune où furent commis les massacres, leurs victimes également, des hommes et femmes arrêtés parfois seulement quelques jours auparavant dont le nom était connu des agresseurs. La plupart des victimes, mais pas toutes, étaient d’anciens « terroristes » : à Tarascon, trois avaient appartenu au comité de surveillance de l’an II, l’un avait été juge de paix au même moment ; au Fort Saint-Jean, l’une des victimes avait été administrateur dans la commune d’Aubagne au cours de la Terreur, une autre concierge d’une prison de Marseille, une autre enfin, ancien juge du tribunal révolutionnaire de Paris ; à Aix, deux furent membres de l’administration terroriste de Salon ou impliqués dans une émeute organisée par la société populaire de Marseille. D’autres tués avaient été membres de la société populaire de leur commune ; au moins 37 des 96 personnes assassinées au Fort Saint-Jean à Marseille avaient appartenu à la puissante société populaire, ou entretenaient des liens avec ses membres40. Le passé politique de plusieurs d’entre eux demeure obscur. Un certain nombre de combinaisons père/fils et mère/fille figuraient parmi les agresseurs comme parmi les victimes. Certains agresseurs vinrent expressément pour tuer une personne précise. Les meurtres étaient commis avec brutalité et de manière expéditive : les victimes étaient poignardées, abattues, brûlées, mutilées à mort et de manière dramatique jetées du haut des tours du château de Tarascon sur les rochers en contrebas. Les corps furent parfois la cible de moqueries et de mutilations. Dans leur nature et leur logique, ces massacres rappellent le célèbre massacre de la Glacière commis à Avignon en 1791 et les contemporains relevèrent leur ressemblance avec les massacres de septembre 179241. Les tueries commises par une fouie armée dans les prisons de Lyon le 15 floréal III suivent une configuration similaire, qui aurait inspiré, selon certains, les massacres commis ultérieurement dans le Sud42.

  • 43  AN, F7 7130 ; BB18 179 ; AD Bouches-du-Rhône, L 3022, 3048, 3048bis, 3051. 3077 ; 201E 1322 ; 152 (...)
  • 44  Colin LUCAS, « Résistances populaires à la Révolution dans le Sud-Est, » dans Mouvements populaire (...)

20Les documents judiciaires révèlent le profil socioprofessionnel des victimes et de ceux qui furent officiellement accusés d’avoir participé au massacre. Victimes et bourreaux appartenaient généralement aux mêmes milieux socio-économiques. Le monde de l’artisanat est, numériquement, le plus représenté. Dans le cas des deux massacres pour lesquels l’information est la plus complète, à Tarascon et à Marseille, respectivement 58 et 68 % des victimes dont la profession nous est connue étaient artisans ; on observe une proportion comparable parmi les accusés : sur les 84 personnes accusées d’avoir participé aux deux massacres de Tarascon, 40 % étaient artisans ; à Marseille, sur un total de 22 personnes jugées à différents moments pour leur implication dans le massacre, 45 % étaient artisans43. La différence entre victimes et bourreaux peut s’expliquer en partie par la présence à Tarascon et à Marseille de petits commerçants et occasionnellement par celle de propriétaires. Dans ces pourcentages, victimes et accusés correspondent au schéma plus général des opprimés et des oppresseurs – pour reprendre le langage de la période – pendant les périodes de la Réaction, principalement pendant les ans III et V : parmi les personnes originaires de 18 communes des Bouches-du-Rhône qui, en l’an VI, réclamèrent des indemnités pour les souffrances variées qu’elles avaient subies, 34 % étaient artisans et 30 % cultivateurs, venant pour la plupart des plus petites communes du département ; plus spécifiquement, à Tarascon, elles étaient des artisans à 62 % et ceux identifiés comme leurs agresseurs à 41 % ; à Marseille, sur les 377 personnes qui se disaient persécutées, 42 % étaient artisans44. Par conséquent, la violence de la Réaction n’impliqua pas directement les élites politiques ou économiques de ces communes. Le lieu de résidence et l’âge sont deux facteurs qu’il convient de remarquer : sur les 22 personnes impliquées dans le massacre de la prison de Fort Saint-Jean, 19 résidaient en ville et, à Tarascon, tous les accusés étaient originaires de cette ville ou de ses alentours – un chiffre qui infirme la proposition fréquemment avancée par les autorités locales selon laquelle la violence avait été le fait d’étrangers. L’étude de l’âge des personnes jugées par les tribunaux démontre la forte participation d’hommes jeunes : parmi les accusés du Fort Saint-Jean, 59 % avaient entre 25 et 35 ans, et la moitié des personnes jugées moins de 30 ans au moment du massacre ; à Marseille, l’âge moyen d’un égorgeur est de 34 ans. L’expérience de la révolte fédéraliste et de la Terreur est critique : parmi les personnes déférées devant les tribunaux pour leur participation au massacre dans les prisons, certaines avaient subi au cours de la Terreur la prison, des amendes ou l’émigration.

  • 45  AN, D III 29-30 ; F7 3659(3) ; AD Bouches-du-Rhône, L 130 ; AM Marseille, 13D 21.
  • 46  AM Marseille, 13D art 21.
  • 47  AN. D III 29 ; AD Bouches-du-Rhône, I. 84 ; 14J 110 ; AM Marseille, 1D 16.
  • 48  AN, F7 3281 ; F7 4628-9 ; BB18 176 ; AD Bouches-du-Rhône, L84 ; L1059bis.
  • 49  AN, BB18 177 ; AD Bouches-du-Rhône, L 3048 ; L 3051.
  • 50  AD Bouches-du-Rhône, L 84 ; L 3020 ; Bibliothèque Méjanes, Ms 874 (1086).
  • 51  Malcom CROOK, « La dernière insurrection jacobine du midi : La révolte de Toulon en Floréal/Prairi (...)

21Selon toutes les autorités, le motif des massacres était la vengeance. « Le peuple, dans sa vengeance, n’a pas écouté le cri de la loi », écrivait la municipalité de Tarascon à la Convention le jour du premier massacre. D’autres administrations recouraient à des expressions telles que « le délire de la vengeance », « la colère du peuple », « la multitude dominée par la furie et la vengeance », ou « les actes de vengeances » commis à travers l’ensemble du département et de la région45. La plupart de ces autorités réclamèrent – en vain – que les lois remplacent les vengeances privées. Comme le notait la municipalité de Marseille dans une proclamation : « Tout homme se rend évidemment coupable, lorsqu’il substitue ses passions et ses volontés à l’exercice de la loi »46. Au même moment, nombre de ces autorités prétendaient comprendre, parfois même sympathiser, avec l’indignation populaire à l’encontre de la lenteur que mettait la justice à juger les « coupables »47. Dans les semaines précédant les tueries, les administrations locales exprimèrent à maintes reprises leur inquiétude en ce qui concernait la sécurité des prisons, reconnaissant explicitement que les prisonniers étaient exposés à des dangers croissants en raison de l’indignation du peuple contre la Terreur et les « terroristes »48. Vivant dans une atmosphère de peur constante, les prisonniers de Tarascon et de Marseille certifièrent plus tard que des groupes d’hommes armés et menaçants venaient, dans les jours précédant le massacre, régulièrement les narguer, les insulter et les voler, eux et leurs compagnons de cellule49. A Aix, le jugement de 28 anciens terroristes impliqués dans l’émeute du 5 vendémiaire visant le représentant en mission, livre les coulisses immédiates du massacre50. Mais le soulèvement de Toulon du 29 floréal au 1er prairial constitue un épisode bien plus important dans l’explication de la violence des mois suivants, l’événement ayant suscité une vague de panique et d’horreur dans tout le Sud de la France, particulièrement dans les départements du Var, du Vaucluse, de la Drôme et du Gard, créant une atmosphère meurtrière que la plupart des autorités tinrent pour responsable des actes de violence individuels ou collectifs survenus dans ces départements51.

  • 52  AN, F1bII Gard 1 ; F7 7291 ; BBI8 183 ; AD Bouches-du-Rhône L 84, 242, 882, 895, 899, 1014, 1018,1 (...)
  • 53  AN, BB18 183 ; BB18 189 ; AM Marseille 1 Iart 759 ; 3 I87.
  • 54  AN, BB18 183 ; AD Bouches-du-Rhône L 337 ; AM Marseille I2 (police non-classé).

22Il est indéniable que la révolte de Toulon fournit le prétexte d’une partie de cette violence dans les villes comme à la campagne. La mobilisation des gardes nationaux dans ces départements, ainsi que l’accès spontané de rage conduisirent à l’une des vagues d’action antiterroriste les plus intenses jamais connues dans le Sud-Est52. Rares furent les communes épargnées, même si l’on peut discerner en termes d’intensité une géographie de la violence, suivant un schéma identifiable : la violence était la plus forte là où la Terreur et les conflits des années précédentes avaient été les plus intenses. La vengeance, comme le déploraient les contemporains avec tant de véhémence, fut loin d’être aveugle. Ses victimes, qu’elles aient été la femme du président du tribunal révolutionnaire ou l’ancien maire terroriste d’Aubagne, pour ne donner que deux exemples parmi les plus frappants, furent prévisibles, leur assassinat souvent planifié53. Trois ans plus tard, lorsque les survivants furent invités à témoigner des persécutions qu’ils avaient subies, des centaines, d’hommes et de femmes, venant de non moins de 18 communes témoignèrent, désignés par les autorités comme victimes de persécutions royalistes54. Si la fiabilité de ces témoignages est difficilement vérifiable, le seul nombre de personnes venues rapporter leurs souffrances multiples suggère l’échelle de persécution qui valut à la région la réputation bien méritée d’avoir été l’un des théâtres majeurs de la Réaction. Statuer sur le caractère royaliste de cette réaction dépend avant tout de la définition que l’on donne du royalisme, étant donnée l’élasticité du concept qui recouvre une grande diversité d’options politiques. Les victimes des persécutions décrivaient volontiers leurs opposants et leurs agresseurs comme royalistes, dans le langage polarisé de l’époque. Sans doute des convictions politiques et des sentiments de revanche personnelle étaient-ils liés au point qu’il leur était impossible de les démêler, ce qui devait avoir des conséquences sur les efforts d’analyse postérieurs. Il n’y a aucun doute, en revanche, que le désir d’éliminer des ennemis personnels et politiques au moyen de la violence physique posait aux autorités locales et nationales des problèmes d’ordre public et de justice, qui auraient préoccupé tout régime.

Les crimes et leur poursuite : une affaire politique

  • 55  Moniteur universel, n° 131, 11 pluviôse an III.
  • 56 Ibid., n° 184, 4 germinal an III ; ibid., n° 183, 3 germinal an III ; ibid., n° 188, 8 germinal an (...)
  • 57 Ibid., n° 253, 13 prairial an III ; ibid., n° 275, 5 messidor an III ; ibid., n° 278, 8 messidor an (...)
  • 58 Ibid., n° 279, 9 messidor an III.
  • 59  Ibid., n° 365, 5e jour complémentaire an III.

23Des descriptions des massacres apparurent rapidement dans les journaux en France, devenant le sujet des conversations de cafés et, ce qui est plus important, elles furent rapportées devant la Convention nationale. Pendant le printemps et l’été 1795, les crimes du Midi attirèrent l’attention des députés et devinrent un sujet de débat national. La nature et l’héritage de la Terreur, ou du « système de la Terreur » constituèrent un thème récurrent, hantant presque chacune des séances où étaient débattus la question de la responsabilité individuelle et collective, le sort des députés impliqués dans les activités répressives des années précédentes, la nécessité pour la Convention de juger les coupables. Au cours de ces mois, des délégations des sections parisiennes vinrent régulièrement à la Convention réclamer justice contre les anciens « terroristes », et les pétitions pour leur jugement affluèrent à l’Assemblée de diverses provinces, en particulier de celles où la Terreur avait eu le plus grand impact. Le langage entendu à la Convention était ouvertement anti-terroriste : il était question de « buveurs de sang », « cannibales », « tigres », « scélérats », « brigands », « monstres ». Certains députés comme Pierre Joseph Duhem rétorquaient que le terme « terroriste » était trop facilement et trop largement appliqué, stigmatisant les innocents55. Des députés décriaient les méfaits de la justice révolutionnaire et du « Tribunal de Sang », comme était dénommé avec mépris le tribunal révolutionnaire de Paris ; ils faisaient l’éloge du règne de la justice et des lois restaurées, soutenaient-ils, depuis le 9 Thermidor56. Cependant la haine de la Terreur et la crainte de sa résurgence furent contrebalancées par une inquiétude croissante face aux violences grandissantes en province comme dans le Midi Sud-Est – violences qui, aux yeux de beaucoup, discréditaient la cause de la Révolution tout autant que la Terreur elle-même. Plusieurs individus comme Louis Legendre et Etienne Mollevaut condamnèrent l’empire de la vengeance et le règne des égorgeurs57. Au cours de la séance du 6 messidor an III (24 juin 1795), André Marie Chénier dans son rapport sur les assassinats commis à Lyon, déplora comme « un jour de deuil pour la patrie, [celui] où la vengeance prend la place et le nom de la justice, où l’accusé, fût-il coupable ne peut plus attendre en sûreté dans sa prison », et ordonna des poursuites contre les auteurs et les complices de ces assassinats58. La Convention resta âprement divisée sur la question de la Terreur dans les mois suivants, certains députés insistant sur la nécessité de juger promptement les anciens « terroristes », d’autres condamnant la violence qui se poursuivait, certains encore adoptant les deux positions. Rares furent ceux qui, comme Jean Lambert Tallien, réclamèrent vengeance pour les assassinats commis à Marseille et pour tout « le sang qui [coulait] dans le Midi »59.

  • 60  AN, D III30 ; F7 3659(3) ; C 348 ; AD Bouches-du-Rhône, L 893, 899,1014. AM Aix, LL 81. AM Arles D (...)
  • 61  AN, F7 3659 (3).
  • 62  AN, BB18 179 ; BB18 183 ; BB18 189 ; AD Bouches-du-Rhône, L 1518 ; L 1553 ; L 3049 ; AM Salon, 2D (...)
  • 63  AN, D III 30.

24Les réponses officielles n’étaient pas moins divisées dans les moments qui suivirent les massacres dans les prisons et la violence locale. Bien que la plupart des autorités aient prétendu être outrées par ces tueries, beaucoup dans le même temps considéraient qu’une telle explosion de vengeance était en partie justifiée, ou du moins compréhensible, compte tenu des crimes des « terroristes ». Le sentiment anti-jacobin, que ce soit dans le discours officiel ou dans les actes individuels de violence, restait vif dans la région60. À Tarascon, Salon, Marseille et à Avignon, les autorités craignirent de nouveaux massacres dans les prisons. Isnard, le représentant en mission, résumait ainsi le problème : « La colère du peuple est le supplément terrible du silence des lois »61. La violence persista effectivement pendant tout l’été dans les villes et à la campagne, perpétrée parfois par ceux-là mêmes qui avaient pris part aux massacres, voire par les unités de la garde nationale chargées d’escorter les prisonniers62. Au milieu des assassinats, les demandes pour les jugements immédiats des terroristes étaient encore persistantes : « Les mânes de nos frères ne sont point apaisés », écrivait la société politique régénérée de Marseille à la Convention, « leur sang innocent ne cesse de crier vengeance. La justice, à qui seule la vengeance est réservée, entend depuis longtemps ce cri terrible, et n’a point encore répondu. Représentant, que devons-nous augurer de ce silence opiniâtre ? La vindicte publique commande impérieusement que les plus grands forfaits soient expiés par le plus grand supplice »63.

  • 64  Précis de l’événement du Fort Saint-Jean, La soirée du 17 prairial III.
  • 65  AN, F7 3659(3) ; BB18 176-177 ; AD Bouches-du-Rhône, L 84, 131, 242, 987, 1015, 1044 ; AM Tarascon (...)
  • 66  AM Avignon 1J 2

25Cependant, tandis que l’administration départementale des Bouches-du-Rhône, et en différentes occasions, les représentants du peuple Chambon, Isnard et Guérin, comme le Comité de Sûreté générale, ordonnaient des enquêtes pour trouver les responsables des massacres des prisons, peu d’efforts furent entrepris pour les appréhender. Les autorités locales s’empressèrent de nier toute responsabilité dans les jours suivant les massacres. Trois jours après le massacre du Fort Saint-Jean, la municipalité de Marseille ordonna l’impression de mille affiches pour être envoyées dans les départements français afin d’y diffuser une version officielle du massacre présenté comme « une rébellion des prisonniers »64 Le représentant Chambon accusa l’ensemble de la municipalité de la ville, le district et son procureur syndic de négligence, ce que rejetèrent les accusés avec emphase65. D’autres, comme le procureur syndic d’Avignon, accusèrent les magistrats locaux d’entourer les meurtres d’un silence suspect66. Les archives des juges de paix dans le département des Bouches-du-Rhône confirment le faible nombre d’enquêtes criminelles entreprises contre les égorgeurs.

  • 67  Journal des hommes libres, n° 104, 24 fructidor an III ; ibid., n° 117, 6 vendémiaire IV ; ibid., (...)
  • 68  Moniteur universel, n° 8, 8 vendémiaire IV ; ibid., n° 18, 18 vendémiaire IV.
  • 69  Ibid, n° 24, 24 vendémiaire IV.

26La presse républicaine, notamment le Journal des hommes libres, avertit ses lecteurs que « les égorgeurs bien connus ne sont pas poursuivis, parce que ce sont les honnêtes gens », dressant la liste de plusieurs personnes prétendument responsables des assassinats67. Ce n’est qu’à la fin du mois de septembre 1795, près de trois mois après le dernier grand massacre commis dans le Midi, qu’une discussion sérieuse s’engagea à la Convention sur les moyens d’identifier et de punir les « égorgeurs ». La violence dans le Midi fut invariablement décrite comme royaliste et contre-révolutionnaire, partie intégrante d’un complot contre la République68. Lors de la séance du 19 vendémiaire an IV (11 octobre 1795), Pierre Louis Bentabole insista sur l’importance de prendre des « mesures salutaires » destinées à punir les auteurs des meurtres dans le Midi avant que la Convention ne se sépare69.

  • 70  Ibid., n° 34, 4 brumaire IV ; ibid., n° 24, 24 vendémiaire IV ; ibid., n° 28, 28 vendémiaire IV.
  • 71  Fréron fut envoyé en mission dans le département des Bouches-du-Rhône par décret de la Convention (...)

27Dix jours plus tard, Marie Joseph Chénier, distinguant parmi les départements de la République ceux des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse comme ceux où, selon lui, les massacres avaient été les plus fréquents, proposa un décret, rapidement adopté, aux termes duquel, sous peine d’être tenus légalement responsables et rendus passibles de poursuites criminelles, les officiels locaux, notamment les maires, procureurs de communes, juges de paix et accusateurs publics furent tenus de dénoncer et de poursuivre les attaques et les meurtres dans la région – un moyen de combattre ce que Bentabole ou Legendre à Paris, et d’autres en province, décrivaient comme une négligence coupable70. La Convention pour sa part prit le ferme engagement d’enrayer les progrès du royalisme dans le midi en envoyant l’ex-conventionnel Stanislas Fréron en mission dans les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse, la Drôme, le Gard, les Hautes et Basses Alpes71.

  • 72  AN, F7 4277 ; F7 7130 ; F7 7147a ; BB18 875.
  • 73  AN, AFI1I 98 (435) ; AD Bouches-du-Rhône. L 85 ; L 950 ; AM Marseille, ID 16-17 ; 4D 10 ; 13D art. (...)
  • 74  AM Marseille, 13 D art. 22.
  • 75  AD Bouches-du-Rhône, L 1015 ; L 1212 ; AM Marseille. 13D art. 22.
  • 76  AN, F1bII BDR 1-31 ; AF III 98 ; AD Bouches-du-Rhône, L 85 ; AM Arles, D5 ; AM Salon, 1D3.
  • 77  AN, F7 4629 ; F7 7093 ; F7 7130 ; AFIII 98(435) ; AFIII*106 ; BB18 174 ; AFIII* 106 ; AD Bouches-d (...)

28La mission de Fréron, s’étendant sur six mois de la fin octobre 1795 à la mi-avril 1796, fut le premier effort véritable pour enquêter sur les crimes de la Réaction dans les Bouches-du-Rhône. Fréron déclara qu’il était venu rétablir le « règne des lois » et qu’avec l’aide de celle du 29 vendémiaire an IV (21 octobre 1795), il avait pour mission, comme les autres représentants du peuple en mission – comme toutes les autorités constituées – d’arrêter tous ceux qui seraient suspectés ou accusés d’assassinats et de les livrer aux tribunaux. II ne perdit pas de temps à mettre son programme en œuvre. Le jour suivant son arrivée, le 9 brumaire an IV (31 octobre 1795), il édicta un arrêté obligeant la municipalité d’Aix à justifier des recherches qu’elle avait entreprises contre les auteurs du massacre commis dans cette ville en floréal an III et, le lendemain, il ordonna l’arrestation de quatre personnes soupçonnées d’y avoir participé72. Convaincu que les administrateurs avaient encouragé les meurtres, ou tout du moins qu’ils n’avaient rien fait pour les prévenir, Fréron révoqua la municipalité ainsi que le district de Marseille et son procureur, dont certains membres figuraient également sur la liste des émigrés73. De surcroît, il fit désarmer les grenadiers et les chasseurs formant partie de la garde nationale de la ville, affirmant qu’ils comptaient parmi eux certains « égorgeurs »74. Enfin, il révoqua les neuf juges de paix coupables de n’avoir pas poursuivi devant les tribunaux les auteurs et les complices des massacres, des assassinats et des actes arbitraires commis dans la région75. À la place des personnes révoquées, Fréron nomma d’anciens membres de la société populaire de la ville. Quatre mois plus tard, la majeure partie des administrations municipales du département avait été épurée et était occupée principalement par d’anciens « terroristes », sous le prétexte, entre autres accusations, qu’elles avaient protégé les assassins au cours de la Réaction76. De telles mesures, ajoutées à la relaxe d’un grand nombre de prisonniers, parmi lesquels d’anciens « terroristes » amnistiés par la loi du 4 brumaire, sema la panique chez ceux qui redoutaient le retour aux méthodes arbitraires de la Terreur et conduisit à s’interroger sur le caractère constitutionnel des actions de Fréron77.

  • 78  AD Bouches-du-Rhône. L 3048 ; L 3077 ; 2Y 277 ; AD Gard, L 3151 ; AD Bouches-du-Rhône ; 2Y 262 ; 2 (...)
  • 79  AD Bouches-du-Rhône, L 3051.
  • 80 Ibid., L 532 ; L 1813bis ; L 1893 ; 10 81 ; AM Aix, LL 182. Céline ADDOUM,L’émigration des Aixois p (...)
  • 81  AN, C 390 ; Moniteur universel, n° 84 ; du 24 Frimaire an IV.
  • 82  AN, BB18 176 ; AM Tarascon, 2D 4.

29Au cours des six mois suivants, du 9 frimaire an IV (30 novembre 1795) au 11 prairial an IV (30 mai 1796), trois des juges de paix de Marseille prirent les dépositions, arrêtèrent des suspects, interrogèrent les personnes accusées d’avoir pris part au massacre du Fort Saint-Jean et à d’autres actes de violence, ce qui conduisit à l’incarcération d’environ 25 personnes, au nombre desquelles l’ancien commandant du Fort Saint-Jean78. De la même manière, à Tarascon, des témoins – pour la plupart, comme ceux du Fort Saint-Jean, des survivants – firent des dépositions à partir du 21 prairial an IV (9 juin 1796), et certains accusés furent interrogés79. Les officiers de justice – juges de paix, directeurs de jury, président ou accusateur public du tribunal criminel – conduisant ces enquêtes avaient tous un passé politique marqué. Jean Antoine Ailhaud, président du tribunal criminel, Casimir Constan, l’accusateur public, et Antoine Tassy, directeur du jury à Aix, avaient participé à la révolte fédéraliste ainsi que Claude Rousty, le juge de paix de Tarascon, chargé de poursuivre les auteurs du massacre commis dans la prison de cette ville ; appartenant à la faction opposée, Joseph Sue, Claude Dandaille, Jacques Thomas, juges de paix de Marseille, avaient été d’anciens membres de la société populaire, Sue ayant été l’un des principaux membres du comité de surveillance de la ville pendant la Terreur80. Chaque parti accusa l’autre de partialité et de se servir de sa position pour subvertir la justice : les accusations de partialité, de violation de la légalité, d’obstruction à la justice, abondent dans la correspondance officielle ; les termes de « royaliste », « terroriste » y sont fréquemment employés. À Paris, les anciens représentants Chambon et Mariette, et surtout Cadroy, tous présents dans le département au cours des massacres du printemps 1795, furent dénoncés dans une pétition signée par plusieurs milliers de Marseillais pour complicité de meurtre, pour avoir organisé les assassinats du Midi et permis le massacre du Fort Saint-Jean81. Les patriotes locaux, parfois même les administrations départementales dominées par les Jacobins, condamnèrent les différents juges de paix et les tribunaux pour n’avoir pas poursuivi les meurtriers, les accusant de négligence et de complicité. « Comment voulez vous, écrivait le commissaire local à Aubagne, que ce juge de paix provoque des punitions contre ces assassins, attendu que lui même boit et mange tous les jours avec les mêmes hommes que du temps des égorgeurs ». À Tarascon, son homologue protestait contre le fait que les « égorgeurs » bénéficiaient de la protection d’un juge de paix local anciennement émigré82.

  • 83  AN, F1bII Bouches du Rhône 30 ; F7 7202 ; BB18 316 ; BB18 175 ; BB18 176-179 ; BB18 184 ; AM Taras (...)
  • 84  AMTarascon 2D 4.

30Les différents directeurs du jury, tous d’anciens fédéralistes, chargés de poursuivre les auteurs des massacres, furent chacun accusé d’avoir abusé de leur pouvoir et d’avoir protégé les « assassins royaux »83. Ce que les autorités décrivirent comme la menace permanente des « égorgeurs » provenait en effet, selon elles, de l’échec des personnels en charge de la justice à accomplir leur devoir et à accepter leur responsabilité. Le commissaire du pouvoir exécutif attaché à la municipalité de Tarascon, par exemple, se plaignait de ce que « les égorgeurs impunis menacent sans cesse de leurs sanglants poignards les citoyens paisibles, amis des lois, et de leur patrie »84. Le tribunal criminel lui-même fut accusé d’avoir fomenté un complot pour protéger les égorgeurs, voire pour détruire la République. Ces autorités considéraient en outre que l’impunité accordée aux criminels sapait les fondements de la République. Quelle que soit la validité de ces récriminations réciproques, il est certain que la justice, et plus spécifiquement la justice concernée par les crimes de la Réaction, fut hautement politisée et en proie aux factions.

  • 85  Stanislas FRERON,Mémoire historique sur lu réaction royale et sur les massacres du Midi, Paris, 18 (...)
  • 86  Courrier républicain, n° 979, 1er thermidor an IV ; ibid., n° 999, 21 thermidor an IV ; Le Gardien (...)
  • 87 L’Ami du Peuple, n°14l, 23 thermidor an IV ; ibid., n° 143, 25 thermidor an IV ; ibid., n° 146, 28 (...)

31Les accusations les plus sévères portées contre la conduite des administrateurs locaux, du personnel judiciaire et des représentants en mission à l’époque vinrent de Fréron lui-même dans son célèbre Mémoire historique sur la Réaction royale et sur les massacres du Midi, un large document qui expose la complaisance, la complicité, la connivence, la lâcheté de ces fonctionnaires, une attitude qui facilita et encouragea les persécutions de la Réaction, une persécution que Fréron décrit comme royaliste85. Très vite épuisé, le mémoire de Fréron fit connaître les crimes de la Réaction et suscita une vague de protestation aussi bien que d’indignation. Les députés envoyés en mission dans la région, pour certains originaires de la région comme Maximin Isnard et Pierre-Toussaint Durand de Maillane, entre autres, s’empressèrent de réfuter les attaques et les insinuations de Fréron, et certains journaux conservateurs ou royalistes le décrivirent comme un tissu de mensonges86. A l’inverse, Le Journal des hommes libres, La Sentinelle et l’Ami du Peuple en imprimèrent des extraits, dont ils faisaient les preuves irréfutables de l’ampleur du carnage perpétré dans le Midi et, plus localement L’Observateur du Midi à Marseille l’acclama comme une histoire de « nos malheurs et [d]es crimes inouïs de nos sanguinaires réacteurs en chefs »87. Mais si le mémoire de Fréron avertit l’opinion publique d’une partie de la violence ayant lieu dans le Midi, les crimes de la Réaction demeuraient impunis.

  • 88  AN, BB18 177 ; AD Bouches-du-Rhône, L 3001 ; L 3022 ; L 3048 ; L 3048bis ; L 3089 ; 3051 ; 14J 130 (...)
  • 89  AN, F7 7130 ; F7 7179 ; F7 7202 ; F7 7211 ; BB18 179 ; BB18 180 ; AD Bouches-du-Rhône, L 3000 ; AM (...)
  • 90  AN, BB18 175 ; BB18 177 ; BB18 179 ; BBI8 186.

32Les différents jugements de tous ceux qui étaient accusés d’avoir participé aux massacres dans les prisons d’Aix, Tarascon, Marseille s’étendent sur les cinq années suivantes et s’achèvent en 180188. 109 personnes en tout, dont 2 femmes, furent jugées : 22 pour Marseille, 84 pour Tarascon, 3 pour Aix. 88 accusés furent jugés lors d’un procès avec jury en diverses occasions dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Gard, du Vaucluse et du Var, les 41 autres (dont certains, jugés deux fois, avaient déjà été jugés en l’an VI, puis mis en arrestation et jugés à nouveau) par le tribunal spécial des Bouches-du-Rhône en l’an IX. 103 personnes inculpées de ces crimes furent acquittées et mises en liberté, les 6 autres, dont une femme jugée par le tribunal criminel du Var furent condamnées à mort, soit un ratio d’acquittement de 94 %. Des accusations de partialité, de corruption et de négligence furent avancées à plusieurs reprises lors de ces jugements. En effet, les tribunaux criminels – leurs présidents, accusateurs publics, directeurs du jury et jurys – des ans IV et V, avant le coup d’État de Fructidor et l’épuration de la magistrature, étaient tenus directement pour responsables de ce qui était généralement considéré comme des erreurs judiciaires et des impunités criminelles89. Ces imputations donnèrent lieu à des contre-accusations90. Une lutte de pouvoir fit rage en l’an IV et l’an V, opposant les factions au sein du pouvoir judiciaire et des administrations, ce qui transforma, par d’autres moyens, la justice en une forme de champ de bataille. Non pas que la partialité ait présidé à tous les jugements du tribunal criminel. Mais dans les affaires politiques – comme souvent dans les vastes procès des massacres des prisons de l’an III – la présence d’hommes impliqués dans la politique des factions compliqua et sans doute compromit la poursuite de la justice.

33Durant les années troublées du Directoire et les premières années du Consulat, quand la politique de l’ordre public figurait nécessairement parmi les premières priorités du gouvernement, l’application des lois constituait une partie non négligeable de la consolidation de la République. En effet, le succès du programme politique du Directoire dépendait en grande partie de sa capacité à trouver des agents dans les administrations locales et dans la magistrature, capables de comprendre et d’appliquer les lois. Les crimes de la Terreur blanche, motivés pour la plupart par la vengeance, présentèrent au système judiciaire naissant de la Révolution française l’un de ses plus grands défis et mirent à l’épreuve l’efficacité et l’intégrité du système. Comme l’illustre le jugement des massacres des prisons des Bouches-du-Rhône, certains de ces crimes figurèrent parmi les affaires les plus longues, les plus compliquées et les plus importantes, auxquelles fut confronté le système de la justice criminelle de toute la période révolutionnaire. La poursuite de ces crimes généra des conflits entre les autorités administratives locales et le personnel judiciaire et devint un sujet de débat d’importance nationale. L’idée que l’esprit de parti n’était pas propice pour rendre une justice impartiale était un thème constamment évoqué par toutes les autorités localement et nationalement constituées. Le personnel judiciaire des Bouches-du-Rhône, de la région – comme dans de nombreuses autres régions de France – était fréquemment condamné pour son esprit partisan, son incompétence, sa négligence, particulièrement pendant le Directoire. « Le silence des lois » formait un thème largement répandu dans la correspondance officielle de la période, une critique et un défi pour la République.

34Le fait que les révolutionnaires exaltèrent la loi et la procédure légale comme une source d’ordre public et de bonheur collectif ne nécessite aucune démonstration. Des débuts à la fin de la décennie révolutionnaire, le désir d’établir l’empire des lois ou le « règne des lois » fut une préoccupation du gouvernement, local et national, quel que soit le régime révolutionnaire. L’amour de la liberté fut invariablement associé à l’obéissance aux lois dans le discours révolutionnaire. De même, à partir de 1789, les révolutionnaires affirmèrent que le crime ne devrait être puni que par les lois et les institutions judiciaires. Les incidents répétés de violence populaire, que ce soit dans les Bouches-du-Rhône, le Midi provençal ou les autres régions de France, incitèrent les autorités à rappeler l’importance d’accorder aux institutions judiciaires le droit exclusif de venger le crime. Néanmoins, à Paris en 1792 comme dans le Sud-Est en 1795, la « lenteur des formes » fut la cause et la justification d’une violence populaire qui, selon plusieurs, discréditait la Révolution.

  • 91  AN, BB18 179.
  • 92  AD Bouches-du-Rhône, L 242.

35D’où la nécessité pressante d’établir un système de justice crédible et viable : « La justice, rien que la justice ne peut pacifier les départements du midi », observait le commissaire du pouvoir exécutif auprès de la municipalité d’Aix le 10 fructidor IV (27 août 1796)91. Les crimes de la Réaction illustrent de manière dramatique certaines difficultés inhérentes à l’établissement d’un système judiciaire dans des départements encore déchirés par les factions, où l’héritage de la haine déterminait une grande partie de la vie politique. Là bas, la volonté et les moyens d’exécuter la loi étaient souvent otages de contingences personnelles ou politiques, ce qui révèle parfois la faiblesse des gouvernements révolutionnaires face au problème de l’ordre public. Comme le remarquait le procureur général syndic du département des Bouches-du-Rhône le jour du massacre des prisons à Aix : « Les passions et surtout la vengeance sont quelques fois plus fortes que la loi »92.

Haut de page

Notes

1  Une version préliminaire de ce travail a été présentée à la journée d’étude : « Justice et répression politique sur la Révolution française », organisée à Paris I, par l’IHRF, le 16 décembre 2005.

2  Marc BONNEFOY, Les suites du Neuf Thermidor. Terreurs Blanches 1795-1815, Paris, 1892, p. 1-10

3  Louis BLANC, Histoire de la Révolution française, Paris, 1862, t. 12, chapitre 2, p. 46-95 ; Pierre CHARPENNE, Les grands épisodes de la Révolution dans Avignon et le Comtat, Avignon, 1901, t. 4, p. 44-176 ; Charles LOURDE, Histoire de la Révolution à Marseille et en Provence depuis 1789 jusqu’au Consulat (1838-1839), réimp. Marseille, J. Laffitte, 1974 ; Jules MICHELET, Histoire de la Révolution française, Paris, 1862, t. 3, p. 1964-1970 ; François-Auguste MIGNET, Histoire de la Révolution française depuis 1789 jusqu’en 1814, Paris, 1833, t. 2, p. 157 ; M. POUJOULAT, Histoire de la Révolution française, Tours, 1848, t. 2, p. 165 ; Edgar QUINET, La Révolution, Paris 1869, t. 2, p. 238-283 ; Pierre-François TISSOT, Histoire complète de la Révolution française, t.6, 1835, p. 415-416.

4  Albert MATHIEZ, La Réaction Thermidorienne, Paris, A. Colin, 1929, p. 211.

5  Richard COBB, The Police and the People. French Popular Protest 1789-1820, Oxford, Oxford University Press, 1970, p. 131-150 ; ibid., Reactions to the French Revolution, Oxford, Oxford University Press, 1972, p. 20-62 ; Colin LUCAS, « The Problem of the Midi in the French Revolution », Transactions of the Royal Historical Society, vol. 28, 1978, p. 1-25.

6  Stephen CLAY, « Les Réactions du Midi : conflits, continuités et violences », AHRF, n° 345, 2006, p. 55-91.

7  Marc-Antoine BAUDOT, Notes historiques sur La Convention nationale, le Directoire, l’Empire et l’exil des volants, Genève, 1974, p. 76, 292.

8  AN, F9 47 ; AD XVIIIc 504 : Opinion de Français, sur les assassinats commis en haine de révolution, séance du 8 prairial VII.

9  Stephen CLAY, « La question de l’ordre public et la politique de l’état de siège pendant le Directoire à Marseille », dans Philippe BOURDINet Bernard GAINOT, dir., La République directoriale, Paris, SER, 1998, t. II, p. 861-883 ; Jonathan DEVLIN, « The Army, Politics and Public Order in Directorial Provence, 1795-1800 », History Journal, 32, 1989, p. 87-106.

10  Stephen CLAY, « Réaction dans le midi : le vocable de la vengeance », dans Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), fasc. 6, Paris, Klincksieck, 1999, p. 157-186 ; Raymonde MONNIER, « Un mot nouveau en politique : réaction sous Thermidor... ibid., p. 127-156.

11  Les massacres dans les prisons ont fait l’objet de peu d’études. Pour une brève approche du problème, voir Stephen CLAY, « Le Massacre du fort Saint-Jean, un épisode de la Terreur blanche à Marseille », dans Michel VOVELLE, dir., Le tournant de l’an III : réaction et terreur blanche dans la France révolutionnaire, Paris, Ed. CTHS, 1997, p. 579-583 et Paul GAFFAREL, « Les massacres royalistes dans le département des Bouches-du-Rhône aux premiers mois de 1795. Episode de la Réaction thermidorienne », Annales des Facultés de Droit et de Lettres d’Aix, 1909, p. 1-66.

12  Benjamin CONSTANT, Des réactions politiques,Paris, Champ-Flammarion, 1988, p. 106.

13  AN, F1cIII Bouches-du-Rhône 1.

14  Pour une élaboration de cette notion, en particulier l’importance du concept de Réaction, ou plutôt de Réactions, comme clé importante de compréhension de la vie politique dans le Midi Sud-Est, voir Stephen CLAY, « Les Réactions du Midi », op. cit.

15  AN, H 1274 ; DXXIX 54 ; DXXIXbis 41 ; F7 3659(1). AD Bouches du Rhône, B3680 ; L 122. AM Marseille, 1D1. BNF, Lb39 8730. Bibliothèque Mejanes, ms 873, Courrier de Marseille, 5 mai 1790, Monique CUBELLS, « L’émeute du 25 mars 1789 à Aix-en-Provence », dans Mouvements populaires et conscience sociale, Paris, 1985, p. 401-408 ; ibid., « Aix-en-Provence en 1789. Le mouvement et la Résistance », Dix-huitième siècle, n° 20, 1988, p. 161-177 ; Paul GAFFAREL, « Les Bastilles Marseillaises », La Révolution française, 72, 1919, p. 314-325.

16  Les Révolutions de Paris, n°2, 18 au 25 juillet 1789 ;ibid., n° 141, 17-24 mars 1792 ; Le Patriote Français, n° 907, 3 février 1792 ; Journal des départements méridionaux, et des débats des Amis de la Constitution de Marseille, n° 67, 7 août 1792 ; ibid., n° 97, 16 octobre 1792.

17  AN, F7 3659(1).

18  AN, F1bII BDR 9 ; F7 3659(2, 3). AD Bouches-du-Rhône, L 43-44 ; L 126 ; L 292 ; L 297 ; L 943 ; L 1943 ; L 1936 ; L 3064 ; L 3104. AM Arles 2D ; D422. AM Marseille, 1D 10 ; 4D2 ; 4D12. Médiathèque d’Arles, Ms 637 : Pierre VERAN, Journal historique de la Révolution dans Arles, 8 vols. Cyril BELMONTE, Les Luttes Politiques à Aubagne sous la Révolution Française, 1789-1799, mémoire de maîtrise, Université d’Aix-en-Provence, 1999.

19  Voir en particulier, Fabio SAMPOLI, « Politics and Society in Revolutionary Arles : Chiffonistes and Monnaidiers », PhD, Yale University, 1982.

20  Jacques GUILHAUMOU et Martine LAPIED, « L’action politique des femmes pendant la Révolution française », dans Christine FAURÉ, éd., Encyclopédie politique et historique des femmes, Europe, Amérique du Nord, Paris, 1997, p. 139-168 ; Martine LAPIED, « Conflictualité urbaine et mise en visibilité des femmes dans l’espace politique provençal et comtadin de L’Ancien Régime à la Révolution française », Provence historique, 202, 2000.

21  AN. F1bII BDR 9 ; Médiathèque d’Arles, m 644 ; m 628 ; m 633 ; m 2361, Martine LAPIED, « Les Provençales actrices de la Révolution ? L’exemple des Arlésiennes », dans Christine LE BOZEC et Éric WAUTERS, dir., En hommage à Claude Mazauric. Pour la Révolution Française, Rouen, 1998, p. 157-161.

22  AD Bouches-du-Rhône, L 288 ; L 3043.

23  John CAMERON, « The Revolution of the Sections of Marseilles. Federalism in the department of the Bouches-du-Rhône in 1793 », PhD, University of North Carolina, 1971 ; Stephen CLAY, « Les Réactions du Midi », op. cit. ; Jacques GUILHAUMOU, Marseille Républicaine (1791-1793), Paris, Presses de la FNSP, 1992.

24  AN, F7 4774(29) ; AD Bouches-du-Rhône L 128 ; L 1773 ; L 1839 ; L 1879 ; L 1933 ; L 1935 ; L1939 ; L 1995 ; L 2011 ; BM de Clermont-Ferrand, ms 360 ; Martine LAPIED, « Le rôle des comités de surveillance dans la circulation de l’information, à partir de l’étude des comités du Sud-Est », AHRF, 4, 2002.

25  AD Bouches-du-Rhône, L 3123-3125 ; L 3128.

26  Ibid.

27  Réaction en grande partie tolérée, voire facilitée dans les Bouches-du-Rhône et d’autres départements provençaux par le général Amédée Willot, le commandant de la 8e division militaire à l’anti-terrorisme notoire.

28  Pour une approche de cet épisode en Provence, voir Stephen CLAY, « Les Réactions du Midi », op. cit. ; Jonathan DEVLIN, « A problem of royalism : General Amedee Willot and the French Directory », Renaissance and Modem Studies, 33, 1990, p. 125-143.

29  Moniteur universel, n° 241, 1er prairial an III.

30  Paul CADROY, Rapport du représentant du peuple Cadroy, sur ses diverses missions dans les départemens méridionaux Paris, frimaire an IV, p. 21.

31  AN, BB18 183.

32  AM Aix, LL 244.

33  AN, 4629 ; AD Bouches-du-Rhône L 504bis ; L 1014 ; L 1714 ; L 1813bis ; L 1841 ; L 1857 ; L 3038 ; L 3064 ; 2Y24 ; AM Tarascon, 3D2. ; Médiathèque d’Arles, M 815.

34  AN, DIII30 ; F7 3659(3) ; F7 7291 ; BB18 176. AD Bouches-du-Rhône, L 84 ; L 882 ; L 895 ; L 1014 ; L 1018.

35  AN, D III 29-30 ; AD Bouches-du-Rhône L 893 ; L 1040 ; L 1517 ; L 3038. AM Tarascon, 1D1.

36  AN, D III 29(Aix) ; AD Bouches-du-Rhône, L 3020 ; 3025 ; AM Salon, 2D 2/2 ; Bibliothèque Méjanes, ms. 1438 : Journal historique de tout ce qui s’est passé de remarquable dans Aix ; depuis le dimanche 26 avril 1795 jusqu’au dimanche 31 décembre 1797, pour servir à rédiger des mémoires, fol. 36-42.

37  AD Bouches-du-Rhône, L 1014,3020,3025, 3027 ; Roux ALPHLRAN, op. cit., fol. 55 et 64.

38  AN, F7 7130 ; F7 7291 ; BB18 177. AD Bouches-du-Rhône L 3151, 201E, 1322. AD Gard, L 3151 ; AD Var, 2L 783 ; AM Marseille 16H. 3 bis ; BM Avignon, ms 1675.

39  AN, BB18 177 ; AD Bouches-du-Rhône, L 3048, 3048bis, 3051 ; AD Gard, L 3151.

40  Le nombre d’anciens clubistes de Marseille tués dans le Fort Saint-Jean est peut-être même plus élevé, mais comme les listes de membres du club ont largement disparu, ayant été perdues ou détruites, ce nombre est difficile à établir avec précision.

41  MOULINAS, Les Massacres de la Glacière. Enquête sur un crime impuni. Avignon 10-17 octobre 1791, Aix, Edisud, 2003 ; Le Messager du Soir, n° 1055 (22 messidor III) ; Moniteur universel, n° 350, 20 fructidor III ; ibid., n° 8, 8 vendémiaire IV.

42  AD Bouches-du-Rhône, L 1294 ; AD Vaucluse, 1L 87 ; BM Avignon, ms 2530.

43  AN, F7 7130 ; BB18 179 ; AD Bouches-du-Rhône, L 3022, 3048, 3048bis, 3051. 3077 ; 201E 1322 ; 152 U 3 ; AD Gard L 3151 ; AD Vaucluse 7 L 28 ; 7 L 85 ; AD Var, 2 L 783 ; 2 L 989. La bibliothèque de Marseille possède un document d’une authenticité douteuse (ms 2065), qui date probablement de la fin du dix-neuvième siècle, rapportant les noms de quatre-vingt onze « auteurs présumés ou certains du massacre ». Compte tenu de la nature problématique du document, nous n’y avons pas eu recours pour les estimations ci-dessus.

44  Colin LUCAS, « Résistances populaires à la Révolution dans le Sud-Est, » dans Mouvements populaires et conscience sociale, op. cit., p. 473-485 ; AN, BB18 183 ; AM Marseille 12 (non-classé).

45  AN, D III 29-30 ; F7 3659(3) ; AD Bouches-du-Rhône, L 130 ; AM Marseille, 13D 21.

46  AM Marseille, 13D art 21.

47  AN. D III 29 ; AD Bouches-du-Rhône, I. 84 ; 14J 110 ; AM Marseille, 1D 16.

48  AN, F7 3281 ; F7 4628-9 ; BB18 176 ; AD Bouches-du-Rhône, L84 ; L1059bis.

49  AN, BB18 177 ; AD Bouches-du-Rhône, L 3048 ; L 3051.

50  AD Bouches-du-Rhône, L 84 ; L 3020 ; Bibliothèque Méjanes, Ms 874 (1086).

51  Malcom CROOK, « La dernière insurrection jacobine du midi : La révolte de Toulon en Floréal/Prairial an III », dans Actes du 133e et du 114e Congrès national des Sociétés savantes, Paris, 1989, p. 463-371 ; Édmond POUPE, « La Répression de la Révolte Terroriste de Toulon fin Floréal an III ». Le Var historique et géographique, 1924, p. 283-312.

52  AN, F1bII Gard 1 ; F7 7291 ; BBI8 183 ; AD Bouches-du-Rhône L 84, 242, 882, 895, 899, 1014, 1018,1045,1297,1554 ; AD Drôme L 47 ; AD Rhône, IL 207 ; AD Vaucluse, IL 86 ; 1L 137 ; 1L 225 ; 3L 5 ; 3L 34 ; 4L 40 ; 4L 72 ; 5L 16 ; 6L 99 ; 15L 34 ; AD Var, IL 250 ; AM Aix, LL 81 ; LL 94 ; LL 250 ; AM Arles, D 349 ; H128 ; AM Avignon ID 15 ; AM Marseille, 13D 21 ; 12 (police non-classé) ; AM Salon 2D/2/ 2 ; 2D 3/1 ; AC Tarascon 2D2.

53  AN, BB18 183 ; BB18 189 ; AM Marseille 1 Iart 759 ; 3 I87.

54  AN, BB18 183 ; AD Bouches-du-Rhône L 337 ; AM Marseille I2 (police non-classé).

55  Moniteur universel, n° 131, 11 pluviôse an III.

56 Ibid., n° 184, 4 germinal an III ; ibid., n° 183, 3 germinal an III ; ibid., n° 188, 8 germinal an III ; ibid., n° 212, 2 floréal an III ; ibid., n° 216, 6 floréal an III ; ibid., n° 227,17 floréal an III ; ibid., n° 231, 21 floréal an III ; ibid, n° 228, 18 floréal an III.

57 Ibid., n° 253, 13 prairial an III ; ibid., n° 275, 5 messidor an III ; ibid., n° 278, 8 messidor an III.

58 Ibid., n° 279, 9 messidor an III.

59  Ibid., n° 365, 5e jour complémentaire an III.

60  AN, D III30 ; F7 3659(3) ; C 348 ; AD Bouches-du-Rhône, L 893, 899,1014. AM Aix, LL 81. AM Arles D5. AM Marseille 4D3. AM Salon 2D 2/2.

61  AN, F7 3659 (3).

62  AN, BB18 179 ; BB18 183 ; BB18 189 ; AD Bouches-du-Rhône, L 1518 ; L 1553 ; L 3049 ; AM Salon, 2D 3/1 ; AM Tarascon 1 Dl.

63  AN, D III 30.

64  Précis de l’événement du Fort Saint-Jean, La soirée du 17 prairial III.

65  AN, F7 3659(3) ; BB18 176-177 ; AD Bouches-du-Rhône, L 84, 131, 242, 987, 1015, 1044 ; AM Tarascon, D2 25.

66  AM Avignon 1J 2

67  Journal des hommes libres, n° 104, 24 fructidor an III ; ibid., n° 117, 6 vendémiaire IV ; ibid., n° 8, 15 brumaire IV.

68  Moniteur universel, n° 8, 8 vendémiaire IV ; ibid., n° 18, 18 vendémiaire IV.

69  Ibid, n° 24, 24 vendémiaire IV.

70  Ibid., n° 34, 4 brumaire IV ; ibid., n° 24, 24 vendémiaire IV ; ibid., n° 28, 28 vendémiaire IV.

71  Fréron fut envoyé en mission dans le département des Bouches-du-Rhône par décret de la Convention nationale le 18 vendémiaire IV (10 octobre 1795) et, deux jours plus tard, sa mission fut étendue au Gard, au Vaucluse, au Var, et aux Hautes et Basses-Alpes. Voir Alphonse AULARD, Recueil des Actes du Comité de Salut Publie, avec lu correspondance officielle des Représentants en mission et le registre du Conseil exécutif provisoire, t.28, p. 325, 389-90. Pour les instructions du comité général sur sa mission, voir ibid., p. 357.

72  AN, F7 4277 ; F7 7130 ; F7 7147a ; BB18 875.

73  AN, AFI1I 98 (435) ; AD Bouches-du-Rhône. L 85 ; L 950 ; AM Marseille, ID 16-17 ; 4D 10 ; 13D art. 22.

74  AM Marseille, 13 D art. 22.

75  AD Bouches-du-Rhône, L 1015 ; L 1212 ; AM Marseille. 13D art. 22.

76  AN, F1bII BDR 1-31 ; AF III 98 ; AD Bouches-du-Rhône, L 85 ; AM Arles, D5 ; AM Salon, 1D3.

77  AN, F7 4629 ; F7 7093 ; F7 7130 ; AFIII 98(435) ; AFIII*106 ; BB18 174 ; AFIII* 106 ; AD Bouches-du-Rhône L 243 ; L1015 ; AM Arles D 423 ; AM Salon 2D 2/2.

78  AD Bouches-du-Rhône. L 3048 ; L 3077 ; 2Y 277 ; AD Gard, L 3151 ; AD Bouches-du-Rhône ; 2Y 262 ; 2Y 277.

79  AD Bouches-du-Rhône, L 3051.

80 Ibid., L 532 ; L 1813bis ; L 1893 ; 10 81 ; AM Aix, LL 182. Céline ADDOUM,L’émigration des Aixois pendant la période révolutionnaire (Exode des émigrés 1789-1825), Mémoire de maîtrise, Université d’Aix-en-Provence, 2001.

81  AN, C 390 ; Moniteur universel, n° 84 ; du 24 Frimaire an IV.

82  AN, BB18 176 ; AM Tarascon, 2D 4.

83  AN, F1bII Bouches du Rhône 30 ; F7 7202 ; BB18 316 ; BB18 175 ; BB18 176-179 ; BB18 184 ; AM Tarascon, 2D 4 ; BM Avignon, ms 2757 ; L’Observateur du Midi, n° 3, 11 germinal an IV ; ibid., n°15, 10 prairial IV ; ibid., n° 23, 20 messidor an IV ; ibid., n°27, 10 thermidor an IV ; ibid., n° 30, 26 thermidor an IV.

84  AMTarascon 2D 4.

85  Stanislas FRERON,Mémoire historique sur lu réaction royale et sur les massacres du Midi, Paris, 1824. Les Mémoires de Fréron, un mélange de commentaires partisans et de plusieurs centaines de pièces justificatives, demeurent la collection de documents la plus complète sur la Réaction, surtout dans les Bouches-du-Rhône, y compris sur les massacres de l’an III.

86  Courrier républicain, n° 979, 1er thermidor an IV ; ibid., n° 999, 21 thermidor an IV ; Le Gardien de la Constitution, n° 211, 3 thermidor an IV ; ibid., n° 222, 14 thermidor an IV ; Gazette française, n° 1681, 25 thermidor an IV ; L’Historien, n° 263. 23 thermidor an IV ; JM n° 25, thermidor an IV ; Le Messager du Soir, n° 285, 13 thermidor an IV ; ibid., n° 293, 21 thermidor an IV ; Le Miroir, n° 99, 20 thermidor an IV.

87 L’Ami du Peuple, n°14l, 23 thermidor an IV ; ibid., n° 143, 25 thermidor an IV ; ibid., n° 146, 28 thermidor an IV ; Journal des hommes libres, n° 262, 5 thermidor IV ; ibid., n° 263, 6 thermidor IV ; L’Observateur du Midi, n° 28, 16 thermidor an IV ; La Sentinelle. n° 393, 3 thermidor an IV.

88  AN, BB18 177 ; AD Bouches-du-Rhône, L 3001 ; L 3022 ; L 3048 ; L 3048bis ; L 3089 ; 3051 ; 14J 130 ; 152U 3 ; 152U 8. AD Gard, L 3151 ; AD Vaucluse, 7L 85 ; 2U 30 ; AD Var, 2L 783 ; 2L 866.

89  AN, F7 7130 ; F7 7179 ; F7 7202 ; F7 7211 ; BB18 179 ; BB18 180 ; AD Bouches-du-Rhône, L 3000 ; AM Tarascon 2D 4.

90  AN, BB18 175 ; BB18 177 ; BB18 179 ; BBI8 186.

91  AN, BB18 179.

92  AD Bouches-du-Rhône, L 242.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stephen Clay, « Justice, vengeance et passé révolutionnaire : les crimes de la Terreur blanche », Annales historiques de la Révolution française, 350 | 2007, 109-133.

Référence électronique

Stephen Clay, « Justice, vengeance et passé révolutionnaire : les crimes de la Terreur blanche », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 350 | octobre-décembre 2007, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11265 ; DOI : 10.4000/ahrf.11265

Haut de page

Auteur

Stephen Clay

Institut d’études politiques de Paris, 27 rue Saint-Guillaume, 75337 Paris cedex 07, sclay@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org