Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Hélène BLAIS et Isabelle LABOULAIS (dir.) Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850)

Paris, L’Harmattan, « Histoire des sciences humaines », 2006, ISBN 2-296-00157-2, 30 €.
Jean-Luc Chappey
p. 208-209
Référence(s) :

Hélène BLAIS et Isabelle LABOULAIS (dir.) Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Paris, L’Harmattan, « Histoire des sciences humaines », 2006, ISBN 2-296-00157-2, 30 €.

Texte intégral

1Cet ouvrage, édité par Hélène Biais et Isabelle Laboulais, nous offre le résultat de deux journées d’étude organisées en janvier 2003 par la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme et s’impose déjà comme une contribution essentielle à l’analyse des transformations de l’ordre des savoirs au tournant des XVIIIe et XIXe siècle. Appuyée sur une bibliographie particulièrement riche, l’introduction, qui mêle très adroitement réflexion méthodologique et bilan historiographique, offre un tableau exhaustif des principaux chantiers et renouvellements théoriques qui ont marqué l’histoire d’un savoir géographique caractérisé - avant son institutionnalisation - par son statut éclaté et complexe. Prenant le contre-pied d’une histoire linéaire et téléologique et en partant d’objets différents (des projets scientifiques, des sociétés savantes, des acteurs...), les auteurs montrent au contraire le caractère fragmentaire de ces savoirs et pratiques rassemblés sous une notion de « géographie » dont on peine à définir - et c’est justement là l’intérêt majeur de cette entreprise archéologique - la cohérence et l’unité. On peut encore saluer les auteurs pour avoir cherché à « sortir » d’une approche franco-française et avoir étendu la réflexion à l’Allemagne et à l’Angleterre (Charles Withers, « Un tour d’horizon de la géographie en Grande-Bretagne, 1750-1830 », un déplacement de perspective particulièrement utile. Trois grands thèmes structurent l’ensemble du recueil : la place de la géographie dans l’organisation institutionnelle et épistémologique des savoirs (1. « Les savoirs géographiques ») ; le caractère hybride d’une configuration de savoir par le biais des pratiques (2. « Les pratiques géographiques ») ou des acteurs (3. « Quelques postures singulières »). De manière souvent originale et stimulante, les différents articles cherchent ainsi à dégager, par touches, les fondements épistc-mologiques, méthodologiques et institutionnels de l’émergence progressive d’une géographie qui naît au carrefour de plusieurs savoirs et de logiques autant scientifiques que politiques. Comme le souligne Isabelle Laboulais (« La géographie dans les arbres encyclopédiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle) qui tente de « pister » la géographie dans les divers arbres des connaissances figurés par les différentes éditions de l’Encyclopédie, il convient de souligner autant l’éclatement que l’omniprésence de ce savoir qui, faute d’être monopolisé par les seuls « géographes de métiers », se retrouve aussi bien chez les naturalistes (Serge Briffaut, « Le temps du paysage. Alexandre de Humboldt et la géohistoire du sentiment de nature »), les hommes de lettres (Gabriel Thibault, « Bernardin de Saint-Pierre et la géographie ») que chez les administrateurs (DominiqueMargairaz, « La géographie des administrateurs ») ou les ingénieurs topographes (Valeria Pansini, « La géographie appliquée à la guerre. Le travail des topographes militaires (1760-1820) »). Or, il convient de constater que son caractère inclassable ou « en miettes » est en partie la raison du rôle central que la géographie joue - dans cette dynamique de proximité et de voisinage qui la lie à d’autres formes de connaissances et de pratiques -, un rôle essentiel dans le processus de formalisation, de normalisation ou de marginalisation de savoirs proches ou concurrents comme l’histoire, l’astronomie ou l’anthropologie. Dans cette perspective, on comprend mieux, comme le montre Hélène Biais (« La géographie académique entre sciences et belles-lettres autour de la scission de 1803 »), les enjeux qui émergent en 1803 lors de la réorganisation de l’Institut national : dispersée entre l’Académie des Sciences et l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, la géographie cesse de participer à cette configuration républicaine des savoirs qui, mise en place sous le Directoire, visait à construire une science générale de l’homme susceptible de perfectionner l’individu et les sociétés. Plurielles, les géographies analysées dans cet ouvrage ne sont pas moins traversées de dynamiques disciplinaires comme le montrent Isabelle Surun (« Les sociétés de géographie dans la première moitié du XIXe siècle : quelle institutionnalisation pour quelle géographie ? ») dans son étude des logiques d’institutionnalisation à l’œuvre dans les sociétés savantes du XIXe siècle ou Daniel Nordman (« Les sciences historiques et géographiques dans l’exploration scientifique de l’Algérie -vers 1840-vers 1860 - ») dans son analyse des mutations des pratiques liées aux voyages et expéditions scientifiques. Soucieux des méthodes et des instruments utilisés par les différents types de « géographes », les auteurs font émerger les étapes et les conditions de possibilités tant sociales que théoriques (pensons en particulier au rôle joué par les notions de « paysage » ou de « frontières naturelles » et aux nouvelles modalités de lecture de l’espace qu’elles induisent) de l’autonomisation progressive de la géographie. A travers les différents objets étudiés qui permettent de croiser des approches diverses (histoire intellectuelle, sociale, politique...) et justifient encore l’intérêt de travailler sur une période chronologique large (1750-1850), l’ouvrage offre une réflexion méthodologique particulièrement précieuse et propose de nouvelles pistes pour renouveler, à l’écart des théories classiques des « influences » et des « précurseurs », une histoire des savoirs qui montre encore sa vitalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Chappey, « Hélène BLAIS et Isabelle LABOULAIS (dir.) Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850) », Annales historiques de la Révolution française, 349 | 2007, 208-209.

Référence électronique

Jean-Luc Chappey, « Hélène BLAIS et Isabelle LABOULAIS (dir.) Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 349 | juillet-septembre 2007, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11271

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Chappey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org