Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cesare Vetter (éd.), La felicità è une idea nuova in Europa. Contributo al lessico della rivoluzione francese

Tomo I, Trieste, Edizione Università di Trieste, 2005, 270 pages, ISBN 88-8303-183-0,20 €.
Jacques Guilhaumou
p. 217-219
Référence(s) :

Cesare Vetter (éd.), La felicità è une idea nuova in Europa. Contributo al lessico della rivoluzione francese, Tomo I, Trieste, Edizione Università di Trieste, 2005, 270 pages, ISBN 88-8303-183-0,20 €.

Texte intégral

1Au cours des années 1970 et 1980, le laboratoire de lexicologie politique de l’ENS-Saint-Cloud, constitue, à l’initiative d’Annie Geffroy et de l’équipe « 18e-Révolution française » une textothèque « Révolution française » avec des textes issus de divers auteurs et de publications centrales de la période révolutionnaire (Marat, Hébert, Robespierre, Jacques Roux, les Déclarations des droits, les discours à l’Assemblée, les Archives parlementaires, etc.). Rien d’exhaustif donc, mais de nombreux éléments lexicaux disponibles pour des études quantitatives et qualitatives qui ont nourri partiellement, en association avec la partie « Révolution française », du Trésor de la langue française, la publication de monographies lexicales dans le Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), disponible sous la forme de huit volumes publiés entre 1985 et 2006, et dont nous continuons à assurer la co-direction avec Raymonde Monnier et Marie-France Piguet.

2Constituée sur la base d’enregistrements « vieillis », mais partiellement mis à jour, cette textothèque demeure encore active pour une part, par exemple avec les corpus Marat (L’Ami du peuple) et Hébert (Le Père Duchesne) à l’initiative d’André Salem, Agnès Steuckardt et moi-même. Mais la majeure part de ses éléments est en cours de redéfinition numérique sur la base Politext de Damon Mayaffre et dans la textothèque « discours contemporain » de Paris XII (Pierre Fiala), et de ce fait demeure peu disponible, faute aussi de jeunes chercheurs travaillant sur les dimensions lexicales et discursives des langages révolutionnaires. Oui plus est, la génération « intermédiaire », en particulier Marc Deleplace, Didier Le Gall et Sophie Wahnich, après avoir fait leurs premiers travaux en analyse de discours, s’oriente vers d’autres horizons certes connexes.

3Venu d’Italie, et plus précisément de l’Université de Trieste, l’initiative en ce domaine de Cesare Vetter, et des jeunes chercheurs qui l’entourent, présentement dans le premier volume (deux autres volumes sont en préparation) Marco Marin, s’avère donc d’autant plus importante pour une relance de la dynamique des recherches lexico-sémantiques sur les langages de la Révolution française.

4En effet Cesare Vetter a entamé une nouvelle et vaste entreprise de numérisation de textes révolutionnaires, d’abord l’ensemble du journal de Marat, des discours de Robespierre, du journal d’Hébert, des œuvres de Saint-Just, et d’autres textes d’auteurs (Lequinio sur le bonheur par exemple), avec de nouvelles entrées en perspective, et la plus ambitieuse sur le long terme, le Moniteur Universel. Ce corpus, pour cause de droits d’éditeur, ne peut être mis en ligne pour le moment sur une base de données, par exemple Politex, mais peut le devenir après accord entre le site et les éditeurs. Il sert donc d’abord aux travaux du groupe de nos collègues italiens. En son sein, Marco Marin a charge de la partie méthodologique : il précise ce qu’il en est des apports de la linguistique computationnelle, mieux connue en France sous l’expression de « linguistique de corpus ». Il décrit les différents outils quantitatifs, et leurs résultats. Il propose donc un guide à la lecture fort utile pour comprendre, et utiliser, les matériaux lexicaux présentés dans les deux tiers de l’ouvrage.

5L’autre versant de cette entreprise prometteuse consiste au recours à l’histoire des concepts, présentement autour de l’idée de bonheur, pour donner corps aux analyses en corpus. Certes, il convenait d’abord de dresser le profil juridique de la notion de bonheur, ce que fait Gabrielle Valera dans le présent ouvrage. En liant d’emblée l’idée de bonheur au débat sur la liberté positive/liberté négative, aux enjeux du concept procédural de justice, à la question du consensus et la frontière public/privé, cette chercheur arrive à circonscrire la logique d’un lexique qui nous entraîne du principe d’existence/connaissance au principe de conservation/autoconservation vers la science politique. L’idée de bonheur est alors soumise à divers scénarios, l’un pris dans l’articulation entre la nature morale de la socialité et la direction positive de l’État, l’autre plus orienté vers la capacité juridique de l’agent, une troisième introduisant, au plus près de l’expérience révolutionnaire, l’art et sa propension à l’artifice, avec une part normative plus prégnante que dans les deux cas précédents.

6Cependant il reste les formulations de base : « Le but de la Révolution est le bonheur du peuple », formule bien connue de 1793 qui trouve son attente dans une autre formule tout aussi connue, sous la plume de Saint-Just, « Le bonheur est une idée neuve en Europe », véritable label de la quête du « bonheur commun ». Index, listes de fréquence et contextes du mot bonheur dans les textes de Robespierre et Saint-Just, ainsi que de notions associées (terreur, démocratie, liberté, etc.) saisies dans leurs contextes permettent alors de réfléchir de manière exhaustive sur la connexion ou non entre ces notions, de reconstituer des filières discursives où se tissent les interprétations historiographiques.

7Mot, syntagme, lexie, expression, notion, concept, idée, formule configurant l’idée de bonheur, voilà un ensemble de critères méthodologiques souvent difficile à manier. Les instruments proposés, les plus simples, nous aident à s’y retrouver en leur sein, avant même le recours à des méthodes plus complexes, la lexicométrie d’un côté, l’analyse de discours de l’autre. Souhaitons donc que cette initiative, qui va se préciser dans deux autres volumes, repose les bases d’avancées méthodologiques déjà éprouvées, mais qui ne sont pas passées dans l’usage commun des historiens, historiens des idées inclus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Guilhaumou, « Cesare Vetter (éd.), La felicità è une idea nuova in Europa. Contributo al lessico della rivoluzione francese », Annales historiques de la Révolution française, 349 | 2007, 217-219.

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Cesare Vetter (éd.), La felicità è une idea nuova in Europa. Contributo al lessico della rivoluzione francese », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 349 | juillet-septembre 2007, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11294

Haut de page

Auteur

Jacques Guilhaumou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org