Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre Mélandri, Serge Ricard (dir.), Les États-Unis face aux révolutions, de la Révolution française à la victoire de Mao en Chine

Paris, L’Harmattan, 2006, 226 p., ISBN 2-296-01277-9 21.35 €.
Marc Belissa
p. 227-229
Référence(s) :

Pierre Mélandri, Serge Ricard (dir.), Les États-Unis face aux révolutions, de la Révolution française à la victoire de Mao en Chine, Paris, L’Harmattan, 2006, 226 p., ISBN 2-296-01277-9 21.35 €.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif regroupe historiens et américanistes autour du thème de l’attitude des États-Unis face aux révolutions depuis la création de la république fédérale jusqu’au XXe siècle. Seules les quatre premières contributions (un peu moins d’une centaine de pages) concernent notre période au sens large (jusqu’en 1830).

2Issue elle-même d’une révolution victorieuse, la République américaine entretient une relation complexe avec les révolutions qui l’ont suivie. Elle passe longtemps — au moins jusque dans les dernières décennies du XIXe siècle — pour une puissance favorisant, ou du moins voyant d’un bon œil, les mouvements de contestation des anciens pouvoirs en Europe et dans le monde colonisé. Puis avec la révolution russe, elle devient une puissance associée à la lutte contre-révolutionnaire et au soutien aux dictatures civiles ou militaires dans le monde entier. En réalité, les Américains n’ont jamais constitué un bloc face aux mouvements révolutionnaires : l’opinion a toujours été, dès l’origine, très divisée sur ce point. L’attitude des États-Unis face aux révolutions est plus complexe qu’il n’y paraît. Elle est en partie déterminée, selon les deux éditeurs scientifiques du recueil, par l’idée, abondamment ressassée outre-Atlantique, de l’exceptionnalisme américain : la révolution américaine est un modèle insurpassable et tous les mouvements postérieurs doivent se juger à son aune. Si elle est un mouvement unique, produit de circonstances particulières, les autres peuples sont-ils dignes de l’imiter ? Ainsi, dès le début des révolutions dans l’Empire espagnol, des voix s’élèvent contre le fait d’assimiler les mouvements révolutionnaires en cours à ceux de 1776.

3La première contribution est celle de Claude Fohlen sur « Les pères fondateurs et la Révolution française ». Sa thèse est classique : les dirigeants américains et l’opinion publique seraient passés de l’admiration pour la révolution de 1789-1791 à la répulsion pour la révolution radicale à partir du 10 Août qui met fin au pouvoir du roi qui les avait soutenus dans leur lutte contre l’Angleterre, répulsion accentuée sous le Directoire par les conflits maritimes. On peut ne pas être convaincu par ce schéma et penser que, dès la fin de 1789, une partie des dirigeants américains, Washington et Hamilton en tête, sont de plus en plus hostiles à la révolution populaire. Lors de l’affaire de Nootka en 1790, Hamilton propose d’ailleurs au cabinet de profiter de la situation pour se débarrasser de l’alliance franco-américaine qui lui semble être un obstacle au rapprochement, nécessaire selon lui, avec l’Angleterre. De même, une bonne partie de l’opinion, et notamment les partisans de Jefferson et Madison, restent de fermes soutiens de la République française, y compris en pleine « Terreur » et se soucient assez peu du sort de Louis XVI. Si les affaires Genet en 1793, puis XYZ en 1797, contribuent à tendre à l’extrême les relations entre les deux républiques, une partie importante de l’opinion américaine reste pourtant favorable à la République française dans son combat contre les puissances européennes. La deuxième contribution est celle de Marie-Jeanne Rossignol sur l’attitude des États-Unis face à la révolution de Saint-Domingue. Elle montre que la République américaine n’a jamais officiellement considéré la révolution noire comme un mouvement de même nature que celles de l’Amérique du Nord ou de France, même si quelques voix minoritaires ont fait le rapprochement. La peur d’une contagion de l’insurrection des esclaves aboutit à l’exclusion de la république noire malgré les accords de commerce initiaux avec Toussaint-Louverture. Le troisième article, de Sylvia Hilton, pose la question des rapports entre les États-Unis et les colonies espagnoles sous l’angle de la construction des identités sur leurs frontières communes. Monica Henry aborde ensuite le problème plus général de la reconnaissance par les États-Unis des républiques hispano-américaines. Les mouvements révolutionnaires dans l’Amérique espagnole suscitent des réactions contrastées : sympathie ou méfiance, mais surtout volonté initiale de ne pas se départir de la doctrine officielle, et fondatrice depuis 1793, de la neutralité dans les conflits qui concernent les puissances européennes. Les Hispano-américains font pression sur le gouvernement américain et, sous la présidence de Monroe, obtiennent gain de cause en 1822.Monica Henry montre que ce n’est qu’après avoir réglé le contentieux avec l’Espagne dans le traité transcontinental que les Américains se sont décidés à reconnaître les indépendances et à sortir de leur neutralité. La politique américaine relève plus du walchful waiting que de la solidarité avec les voisins du sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Belissa, « Pierre Mélandri, Serge Ricard (dir.), Les États-Unis face aux révolutions, de la Révolution française à la victoire de Mao en Chine », Annales historiques de la Révolution française, 349 | 2007, 227-229.

Référence électronique

Marc Belissa, « Pierre Mélandri, Serge Ricard (dir.), Les États-Unis face aux révolutions, de la Révolution française à la victoire de Mao en Chine », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 349 | juillet-septembre 2007, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11305

Haut de page

Auteur

Marc Belissa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org