Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Justice et hommes de loi

Hugues Daussy, Frédérique Pitou, dir., Hommes de loi et politique (XVIe – XVIIe siècles)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 258 p., ISBN 2-7535-0412-7, 20 €.
Ugo Bellagamba
p. 183-185
Référence(s) :

Hugues Daussy, Frédérique Pitou, dir., Hommes de loi et politique (XVIe – XVIIe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 258 p., ISBN 2-7535-0412-7, 20 €.

Texte intégral

1Hommes de loi et politique (XVIe – XVIIIe siècles), publié sous la direction de Hugues Daussy et de Frédérique Pitou, ne déroge pas aux exigences de qualité, de diversité et d’interdisciplinarité qui ont fait la réputation des ouvrages parus dans la collection « Histoire » des Presses universitaires de Rennes. Il réunit treize articles, agrémentés d’une introduction synthétique de Frédérique Pitou. Les auteurs (pour lesquels il manque un dictionnaire biographique en fin de volume) représentent cinq centres de recherche (CEHJ, CEMMC, CERHILIM, CERHIO, IRHIS), cinq universités (celles du Maine, de Bordeaux III, de Paris IV Sorbonne, de Limoges et de Lille III), le CNRS et l’Institut Universitaire de France. Le volume s’enrichit d’autant de parcours, de méthodologies et d’approches complémentaires, à la croisée de l’anthropologie, de l’histoire des idées et, bien entendu, de l’histoire du droit et de la justice.

2Partant du constat, déjà vérifié, que la culture transversale des juristes de l’Ancien Régime « les amène à réfléchir au gouvernement des sociétés humaines et à y participer », les directeurs d’ouvrage et leurs auteurs ont partagé l’ambition de dépasser cet acquis et de « s’interroger sur l’existence d’une culture politique commune aux hommes de loi ». Les trois derniers siècles de l’Ancien Régime (XVIe – XVIIe – XVIIIe) jusqu’à la Révolution constituent le cadre chronologique de cette étude XVIIe qui porte successivement sur trois corps d’hommes de loi, envisagés par ordre hiérarchique décroissant : parlementaires, magistrats « moyens » (ceux des présidiaux) et avocats.

3Les sources utilisées offrent une intéressante diversité : aux archives parlementaires s’ajoutent nombre de discours politiques, de chroniques, de harangues, de pamphlets, de libelles, de mémoires d’avocats, de généalogies, et, bien entendu, d’archives privées. Elles permettent aux auteurs de composer une mosaïque, qui s’étend dans le temps politique et dans l’espace territorial, dont l’interprétation justifie tout le recueil.

4Si la prédisposition des hommes de loi à l’engagement politique est vérifiée, sa concrétisation s’analyse tantôt comme un élan collectif, fréquent chez les parlementaires, tantôt comme le fruit d’un choix individuel, surtout chez les avocats. Ces derniers, en raison de leur amour immodéré de l’indépendance, rechignent à aliéner leur liberté de parole. L’unanimisme de l’engagement semble décroître de concert avec l’éminence de la position judiciaire. C’est pourquoi il paraît logique, en prenant le contre-pied du plan de l’ouvrage, d’examiner de prime abord les communications concernant les auxiliaires de justice.

5Loïc Damiani, Hervé Leuwers et Laurent Coste se partagent utilement les époques et les sources. Le deuxième, auteur d’un ouvrage récent sur L’invention du barreau français (1660 – 1830) (Éd. de l’EHESS, 2006), rappelle que, si les avocats savent faire preuve d’un solide « esprit de corps » lorsqu’il s’agit de défendre leur règles professionnelles, ils avancent souvent en ordre dispersé, voire en franc-tireurs, dans la bataille politique. Mémoires et grèves sont moins fréquents que le repli prudent sur le Palais. Si leur liberté de parole individuelle favorise le débat public, elle ne le structure pas. Laurent Coste vérifie cette hypothèse en montrant la tendance naturelle de l’avocat à faire 1’« école buissonnière » de la barre pour atteindre la tribune locale, avec le soutien décisif de sa famille. Les fonctions municipales lui sont accessibles, depuis la charge de jurat jusqu’à celle de maire. Toutefois, là encore, les descendants d’un avocat « politisé » opèrent souvent un repli professionnel. C’est Loïc Damiani qui apporte ici la contribution la plus novatrice : les avocats parisiens, dont le rôle a souvent été exagéré par l’historiographie, se révèlent, sous sa plume, incapables de donner une cohérence à leurs engagements : tantôt complotant contre Mazarin, tantôt se réfugiant sous la robe du cardinal, ils apparaissent pragmatiques et calculateurs, et dénués de vision à long terme.

6Michel Cassan, Frédérique Pitou, Didier Boisson et Vincent Meyzie nous éclairent sur l’aptitude politique des rouages « moyens » de la justice d’Ancien Régime. Deux images dominent : celle du « magistrat parfait », aussi cultivé qu’obéissant, et celle de « l’absolutisme triomphant ». Se considérant comme les orateurs officiels de la monarchie, les magistrats des présidiaux servent le roi au XVIIe siècle (Cassan). Mais la Révolution fait éclater cet unanimisme passif et gauchit leurs parcours en période de crise. Ainsi, Ménard de la Groye devient président d’un tribunal criminel en novembre 1792, tout en poursuivant, depuis les États généraux jusqu’au Conseil de Cinq-Cents, une carrière politique active, marquée par l’approbation sans réserve de la constitution civile du clergé (Boisson). Ces officiers « moyens » semblent moins attachés à leurs traditions que les avocats. Preuve en est la lutte fratricide des magistrats du présidial du Mans au sujet de la réforme Lamoignon (Pitou). Ils acceptent l’effondrement de l’ancien monde et en tirent les conséquences, notamment économiques. Les sources épistolaires brutes viennent renforcer cette hypothèse (Meyzie).

7Qu’en est-il enfin des grands parlementaires ? Hugues Daussy, Emmanuel Potier, Sylvie Daubresse, Estelle Grouas, Caroline le Mao et Olivier Chaline se penchent sur la question. La reconquête du droit de remontrances au XVIIIe siècle, après une éclipse due à l’intransigeance de Louis XIV, leur fournit l’instrument idéal de contestation politique. La cour souveraine de Rennes, associant le refus de l’absolutisme à la défense des libertés bretonnes, relaie ainsi la résistance des États de Bretagne aux taxations non consenties, par une démission collective du 22 mai 1765 (Chaline). Mais, à l’autre extrémité du champ chronologique, c’est la personnalisation des engagements politiques qui domine. Les parcours d’Innocent Gentillet et de Claude Groulart, tous deux protestants, l’attestent. Le contexte religieux l’explique, la conscience politique se mêlant à celle religieuse, lorsqu’il s’agit de soutenir Henri de Navarre (Daussy, Potier). Jacques-Auguste de Thou, lui, instrumentalise l’histoire, répudiant les Valois au nom de l’excellence d’un Henri IV, guidé par Dieu (Grouas). En contrepoint, la chronique du parlement de Paris, transféré à Tours en 1589, montre qu’il continue docilement son activité juridictionnelle, jusque dans ses vicissitudes les plus dérisoires (Daubresse). Toutefois, c’est dans les archives privées des magistrats bordelais du XVIIe siècle que se trouve la plus belle découverte (Le Mao). S’il émet encore des remontrances après l’édit de 1673, le parlement de Bordeaux s’y révèle engagé dans un dialogue sous-jacent avec la monarchie : les parlementaires travaillent en commission à des mesures qu’ils s’enorgueillissent de réprouver en assemblée. Sous la résistance affichée se déploie un clientélisme bien réel.

8En conclusion, puisque les parlementaires s’avèrent moins enclins à la révolte qu’à la soumission, puisque les avocats, s’ils ouvrent la voie à l’opinion, ont des préoccupations centripètes, ce sont les plus « moyens » des juristes qui semblent avoir le mieux compris les enjeux de la politique. Refusant de servir ou de se servir, ils passent du tribunal à la tribune lorsque les changements du temps l’imposent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ugo Bellagamba, « Hugues Daussy, Frédérique Pitou, dir., Hommes de loi et politique (XVIe – XVIIe siècles) », Annales historiques de la Révolution française, 350 | 2007, 183-185.

Référence électronique

Ugo Bellagamba, « Hugues Daussy, Frédérique Pitou, dir., Hommes de loi et politique (XVIe – XVIIe siècles) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 350 | octobre-décembre 2007, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11313

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org