Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Justice et hommes de loi

Claire Dolan, dir., Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle

Laval (Québec), Presses de l’Université Laval, 2005, 828 p., ISBN 2-7637-8268-X, 35 €
Jean Bart
p. 185-186
Référence(s) :

Claire Dolan, dir., Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle, Laval (Québec), Presses de l’Université Laval, 2005, 828 p., ISBN 2-7637-8268-X, 35 €.

Texte intégral

1Si l’histoire des institutions judiciaires et des magistrats fait l’objet depuis plusieurs décennies de nombreuses études liées à un renouvellement historiographique, tous ceux – et aujourd’hui toutes celles – qui, sans juger, aident d’une manière ou d’une autre à rendre la justice ou à appliquer ses décisions, ont longtemps été laissés dans l’ombre, à la double exception notable des avocats et, dans une certaine mesure, des notaires. L’objectif du colloque tenu à Québec en septembre 2004 était de mettre en lumière les « intermédiaires entre la justice et les populations », et d’analyser leurs rôles respectifs, dans une perspective résolument comparatiste. Le projet était de très vaste ampleur, tant du point de vue chronologique : du Moyen Âge à nos jours, que du point de vue géographique : de la vieille Europe (Roumanie, Suisse, Belgique, France, Angleterre) au Canada, en abordant des organisations fort différentes. Une telle disparité, peu favorable à la cohérence des comparaisons, était encore renforcée par la variété des fonctions ou des missions, comme par celle des statuts d’un personnel bigarré allant des bourreaux aux experts, en passant par les sergents, les gendarmes, les gardes forestiers, les commissaires de police, les huissiers, les procureurs, les greffiers, les curés, les arbitres... sans oublier, bien sûr, les avocats et les notaires. N’était-ce pas trop embrasser pour bien étreindre ? Cet écueil inhérent à tout colloque au domaine aussi étendu a été, dans une large mesure, esquivé, grâce à une introduction synthétique de l’organisatrice de la rencontre (Claire Dolan, « Regards croisés sur les auxiliaires de justice, du Moyen Âge au XXe siècle »), ainsi qu’au plan de présentation des quarante-six contributions retenues.

2Sur un aussi large champ, il n’est guère étonnant que la décennie révolutionnaire française n’ait pas suscité une grande curiosité : si l’on s’en tient au strict cadre chronologique, l’on retiendra la contribution d’Emmanuel Berger qui, dans notre revue a publié, en 2004 (n° 3, p. 41-62), un article intitulé « Le modèle judiciaire libéral mis à l’épreuve : la surveillance des juges sous le Directoire ». Au colloque de Québec, il a présenté le résultat de ses recherches sur le rôle effectif des juges de paix et des directeurs de jury en ce qui concerne l’opportunité des poursuites pénales dans quatre arrondissements judiciaires belges, sous le titre : « Les officiers de police judiciaire sous le Directoire : des auxiliaires de justice protecteurs des libertés individuelles » (p. 157-174). Se fondant sur une étude statistique et qualitative des abandons de poursuites, en matière de vagabondage et de mendicité, de propos contre-révolutionnaires et d’infractions à la police des cultes, l’auteur montre que ceux qui devaient décider de continuer ou d’arrêter la marche de la procédure ont fait preuve, au sein du département de la Dyle et d’une partie du département de Jemmapes, d’une certaine indépendance à l’égard du pouvoir exécutif, en faisant respecter, dans la mesure du possible, les libertés des citoyens. Mais cela sera, assurément, de courte durée, en raison des réformes intervenues dès le début du Consulat.

3Si l’on élargit l’angle chronologique, de part et d’autre de la Révolution, la moisson est plus abondante : le rôle en matière de justice et le statut des sergents de ville, commissaires de police, gardes forestiers, huissiers, procureurs, arbitres, curés, médecins, chirurgiens, sages-femmes... sont étudiés ici ou là au siècle des Lumières, de même qu’au début du XIXe siècle, ceux des gendarmes, des bourreaux, des « suppléants de paix », des experts. Au total un patchwork non dépourvu d’attrait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Bart, « Claire Dolan, dir., Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle », Annales historiques de la Révolution française, 350 | 2007, 185-186.

Référence électronique

Jean Bart, « Claire Dolan, dir., Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 350 | octobre-décembre 2007, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11320

Haut de page

Auteur

Jean Bart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org