Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Rentrée littéraire

Pierre Silvain, Julien Letrouvé colporteur / Christophe Donner, Un roi sans lendemain

Lagrasse, Verdier, 2007, 120 p., ISBN 978-2-86432-509-3, 11 € / Paris, Grasset, 2007, 378 p., ISBN 978-2-246-62581-0, 20.90 €
Jean-Clément Martin
p. 200-202
Référence(s) :

Pierre Silvain, Julien Letrouvé colporteur, Lagrasse, Verdier, 2007, 120 p., ISBN 978-2-86432-509-3, 11 €

Christophe Donner, Un roi sans lendemain, Paris, Grasset, 2007, 378 p., ISBN 978-2-246-62581-0, 20.90 €

Texte intégral

1La Révolution française a été et demeure un formidable moment dans lequel les auteurs de fictions ont allègrement pioché. Les deux romans, qui relèvent de la rentrée littéraire de 2007, s’inscrivent dans cette longue tradition, pourtant peu rappelée dans les critiques qui leur sont accordées aujourd’hui. Sans doute s’affranchissent-ils l’un et l’autre de l’écriture ordinaire du roman historique pour privilégier l’introspection et l’exploration des couches profondes de l’inconscient, même si Christophe Donner revendique de participer à l’écriture de l’histoire en tant que telle. Dans les deux cas, sur fond d’histoire comprise comme une fable symbolique, il s’agit de la découverte de soi par le héros, de l’acceptation de son destin et de son identité. L’homosexualité finalement rejetée dans le livre de Donner, sans doute affrontée en face par le colporteur de Silvain est notamment au cœur de ces ouvrages.

2Si le rapport à Valmy dans Julien Letrouvé colporteur est explicite, le livre n’en parle que pour évoquer des passages de troupes, la rencontre d’un déserteur allemand et sa mise à mort. La rupture d’un monde sert de toile de fond à l’inflexion d’une vie, qui bascule, après la bataille, dans une destinée nouvelle et onirique. L’originalité de Silvain tient à son écriture fictionnelle évocatrice, et dans sa volonté de donner, comme par inadvertance, des leçons générales sur l’Histoire. Son colporteur analphabète, fasciné par le livre, n’arrive pas à s’établir entre l’univers féminin et naturel dans lequel il s’est formé, et le monde des hommes, soldats brutaux, violeurs et brûleurs de livres, dans lequel il est jeté. L’épisode de Valmy joue comme une métaphore autour des Lumières et de leurs ombres. Le déserteur a grandi dans le palais de Frédéric II, à Potsdam ce qui lui permet de parler français, avant de subir des outrages à Dresde, dans la Saxe, profondément germanique. Valmy signale alors la mise en place des dévastations du XXe siècle. La barbarie rôde évidemment sur les bords du lac de Wannsee à côté de Potsdam, passé dans les mémoires pour le plan nazi de destruction des juifs d’Europe qui fut concocté sur ses rives. Entre le roi érudit et les hordes barbares, les innocents n’ont pas d’espace.

3Il en est tout autrement du livre consacré à Louis XVII, avec ce titre évocateur : Un roi sans lendemain. L’intrigue est curieusement mise en place, puisqu’il s’agit de la conversion d’un homme à l’hétérosexualité, à la recherche historique et à la cause de la royauté catholique. Le héros, romancier pressenti pour écrire un scénario de film consacré au petit roi, s’affranchit de toutes les contraintes sociales et culture familiale, pour revenir sur un itinéraire personnel et bâtir une nouvelle vie. Cette quête passe par une démonstration historique qui occupe seule la deuxième moitié du livre : Louis XVII, enfant conscient d’être roi de France, a été tué par Hébert, alors qu’il s’affirmait contre son père trop faible, sa mère et sa sœur. Les légendaires et les anecdotes les plus scandaleuses courant sur la période révolutionnaire se mêlent, affirmées sans aucune prise de distance, pour se conclure dans la bénédiction accordée au cœur certifié être celui d’un Habsbourg. Du passé, ne ressortent que des personnages symboliques porteurs d’idéals-types. Louis XVII est tout à la fois sacré, conscient de sa place dans l’histoire du pays, marqué par la dépravation et, sans doute plus gravement, en opposition à ses parents et à sa sœur. Sa mort et sa sanctification posthume renvoient au « chemin de croix » du héros du roman, qui d’échecs en révélations arrive à sa propre « révolution » qui le rend à lui-même.

4Ce roman initiatique peut être lu comme un témoignage sur notre époque à la recherche de repères ancrés dans un passé sacralisé, refusant les trente dernières années. Cependant il entend aussi dénoncer les faiblesses de l’histoire scientifique, prétention ruinée par les incohérences historiques – au moins pour ceux qui connaissent tant soit peu l’histoire. Peut-on penser que l’abstention des historiens scientifiques à traiter des questions apparemment anecdotiques et secondaires continue à entretenir des espaces flous, jugés facilement tabous. À un moment où l’histoire nationale est peu enseignée dans le secondaire, le risque est grand d’un divorce entre les spécialistes des périodes antérieures au XXe siècle, et des lecteurs toujours fascinés par des destinées estimées mystérieuses, dans lesquelles ils trouveront des symboles aisément détournables. Si la fiction de Silvain relève d’un genre classique, celle de Donner s’apparente plutôt à ces essais « transgressifs » heurtant volontairement la connaissance établie pour répondre à des angoisses individuelles au nom d’interrogations métaphysiques. Même si ce genre d’entreprise est fréquent, il convient sûrement de prendre la mesure des conséquences possibles, et sans aucun doute d’essayer de répondre, en tant qu’historien, à ces demandes d’imaginaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Clément Martin, « Pierre Silvain, Julien Letrouvé colporteur / Christophe Donner, Un roi sans lendemain », Annales historiques de la Révolution française, 350 | 2007, 200-202.

Référence électronique

Jean-Clément Martin, « Pierre Silvain, Julien Letrouvé colporteur / Christophe Donner, Un roi sans lendemain », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 350 | octobre-décembre 2007, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11336

Haut de page

Auteur

Jean-Clément Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org