Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

David Bell, The First Total War, Napoleon’s Europe and the Birth of Warfare as We Know It

Boston & New York, Houghton Miflin Company, 2007, 420 p., ISBN 0-618-34865-4, 27 $
Jean-Clément Martin
p. 213-215
Référence(s) :

David Bell, The First Total War, Napoleon’s Europe and the Birth of Warfare as We Know It, Boston & New York, Houghton Miflin Company, 2007, 420 p., ISBN 0-618-34865-4, 27 $

Texte intégral

1Les événements contemporains influençant radicalement l’écriture de l’histoire, il n’est pas étonnant que les guerres de la période révolutionnaire et impériale soient lues actuellement en utilisant le concept de « guerre totale » théorisé par Carl Schmitt. Elles se sont inscrites évidemment dans les débats autour des guerres et des totalitarismes du XXe siècle, et maintenant dans les comparaisons avec les guerres menées notamment contre le terrorisme. L’auteur s’engage ici dans cette dernière voie, s’adressant explicitement à un lecteur américain de notre siècle. Rappelant que les pertes américaines sont l’équivalent du bilan humain de deux week-ends et demi sur les routes aux Etat-Unis, il manifeste d’emblée son refus des tabous. Montrant les Lumières comme le temps pendant lequel la guerre, devenue objet de répulsion, est censée devoir disparaître de l’histoire universelle, avant que le XIXe ne popularise une fascination romantique pour cette activité, il étudie cette charnière du XVIIIe au XIXe siècle, pendant laquelle a basculé l’image de la guerre.

2Le livre, construit chronologiquement de la guerre en Corse à la fin du XVIIIe siècle aux guerres napoléoniennes, défend une thèse que l’on peut résumer ainsi : alors que la culture militaire de l’Ancien Régime mettait en œuvre un contrôle du corps viril unissant autant la séduction que la force, expliquant que les aristocrates aillent au combat empanachés et que le coût du soldat était élevé, progressivement la guerre est devenue une affaire de masse, dans laquelle le prix de l’individu a fondu tandis que l’accoutumance à l’horreur s’est généralisée. La violence sauvage était limitée aux confins de la guerre ordinaire dans un XVIIIe siècle marqué par la culture des Lumières, convaincu de l’entrée dans un monde cosmopolitique et pacifique. La Révolution, notamment après les journées d’octobre 1789, renverse la culture aristocratique en même temps qu’elle insiste sur l’héroïsme national et la dimension virile de la guerre. L’élan des volontaires, puis surtout la militarisation croissante de la société sont consacrés par la victoire de Valmy, qui lance le pays dans une guerre impétueuse, transformée peu à peu en guerre de masse. La radicalité politique confirme cette évolution qui s’appuie sur le culte des martyrs et le refus de la complexité. En découle notamment la violence en Vendée, qui serait le premier lieu de cette guerre totale, où la vengeance, la guerre civile échappent à tout contrôle. Napoléon en tournant à son profit l’énergie libérée accentue la professionnalisation de l’armée, renforce la culture héroïque, comme le lien personnel entre soldats et chef. La violence devient liée à la gloire, et la guerre nourrit la guerre. Les atrocités ne sont plus contrôlées alors que l’armée devient le pivot politique du pays. Les guerres napoléoniennes prennent la suite avec l’enfoncement dans l’enchaînement des campagnes, l’incapacité d’arrêter la guerre et enfin l’enfermement dans la guerre d’Espagne, puis la campagne perdue en Russie, alors que les armées ennemies se rénovent elles aussi grâce à la militarisation de leur société. La réussite, si l’on peut dire cela ainsi, de cette évolution étant que le romantisme de la guerre touche notamment les Allemands.

3Le livre, parcouru de rapides comparaisons avec la situation actuelle, déploie un récit agréable à lire, documenté, dont les grandes phases sont scandées, délivrant une leçon que l’on ne peut que suivre. Cependant, la description de la culture de l’Ancien Régime, fine, n’est pas accompagnée d’une présentation aussi approfondie de la culture des époques suivantes, la narration des atrocités en Espagne se substituant même à la compréhension des phénomènes rapportés. La guerre révolutionnaire aurait pu être expliquée par les débats politiques et idéologiques, qui demeurent peu évoqués. Le récit est ample, sans doute adapté à un public américain, mais éloigné des débats relatifs à la Révolution, tels que le livre de Jean-Yves Guiomar les avait exposés (L’invention de la guerre totale, Éditions du Félin, 2004). On peut regretter que la discussion menée par Jean-Yves Guiomar sur la définition même de la guerre totale et les usages du mot ne soit pas prolongée par David Bell qui identifie la guerre totale avec une mobilisation d’un pays militarisé autour d’un projet guerrier et viril. Plus largement, la lente montée vers ce que Jean-Yves Guiomar appelle « l’invention » de la guerre totale n’est pas exposée par David Bell, là où le premier montre comment les acteurs s’engagent dans cette invention qui va leur échapper (l’exemple des mois d’octobre-novembre 1791 est révélateur, p. 70-71), le second, par grands aplats, brosse une histoire cavalière. Sans doute les deux approches se complètent-elles d’une certaine façon, on peut cependant douter de l’articulation. Là où Guiomar insiste sur l’événement, le jeu incertain de l’acteur, le « doing » et récuse toute vision téléologique de l’histoire, Bell écrit une histoire événementielle certes qui rend compte d’un déroulement inexorable.

4Deux objections viennent alors en utilisant simplement des livres récents. D’une part, le mouvement vers la « guerre totale » qui sur le fond n’est pas niable, doit cependant être remis dans la perspective venue du XVIIe siècle (voire du XVIe) et pas seulement du XXe ou du XXIe siècles. La volonté de civiliser la guerre par les Lumières trouve alors un autre sens. Il ne s’est pas agi du résultat d’une prise de conscience sur la guerre, mais plutôt d’une réaction aux horreurs commises auparavant et à la misère des soldats. En outre, comme Hervé Drévillon l’a montré c’est bien une mutation lente qui a affecté l’armée et la notion même du militaire dans la France depuis la fin du XVIIe siècle (L’impôt du sang, le métier des armes sous Louis XIV, Tallandier, 2005). D’autre part, si la période révolutionnaire ouvre le champ des possibles, et permet certainement cette « brutalisation » des combats, pour emprunter le concept à George Mosse qui avait évoqué les guerres napoléoniennes, il y a eu conjonction de dimensions contradictoires. Les études de Laurence Montroussier (Éthique et commandement, Economica, 2005) ou l’article de Thomas Hippler (« Les soldats allemands dans l’armée napoléonienne d’après leurs autobiographies : micro-républicanisme et dé-civilisation », AHRF, 2007, 2, p. 117-130) montrent notamment la complexité des attitudes, loin d’être unifiées ou uniformes, et l’importance des conflits des représentations que vit chaque individu par exemple autour de l’honneur, de l’attachement à la patrie. S’il est facile de conclure à la naissance du nationalisme par excès d’universalisme chez les révolutionnaires français, la constatation du nationalisme anglais ou allemand oblige à chercher d’autres explications que le lien entre libération démocratique et violence guerrière. En outre les réactions des contemporains n’ont pas été unanimement favorables à la guerre, que l’on pense simplement aux tableaux qui après 1808 insistent sur les blessés et les morts, ou que l’on lise les mémoires des soldats qui adoptent souvent des positions très réservées. Adopter une lecture trop globale, qui gomme ainsi les interventions contradictoires et mêlées des acteurs, nous semble alors aller à rencontre même du propos qui voudrait rendre la compréhension de la guerre totale accessible à tout un chacun et appropriable par l’intelligence et la volonté. Reste un livre agréable, stimulant, pertinent sur de nombreux points, et qui rappelle l’obligation pour les historiens de demeurer à l’écoute de leur propre temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Clément Martin, « David Bell, The First Total War, Napoleon’s Europe and the Birth of Warfare as We Know It », Annales historiques de la Révolution française, 350 | 2007, 213-215.

Référence électronique

Jean-Clément Martin, « David Bell, The First Total War, Napoleon’s Europe and the Birth of Warfare as We Know It », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 350 | octobre-décembre 2007, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 24 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11387

Haut de page

Auteur

Jean-Clément Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org