Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Culture littéraire et théâtrale en Révolution

Isabelle Brouard-Arends et Laurent Loty (dir.), Littérature et engagement pendant la Révolution française

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 202 p., ISBN 978-2-7535-0434-9, 15 €.fr
Michel Biard
p. 202-205
Référence(s) :

Isabelle Brouard-Arends et Laurent Loty (dir.), Littérature et engagement pendant la Révolution française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 202 p., ISBN 978-2-7535-0434-9, 15 €.

Texte intégral

1Ce petit ouvrage rassemble les communications d’une journée d’étude tenue à l’Université de Rennes 2 en juin 2005. La plupart des auteurs ne sont pas historiens, enseignant en majorité les Lettres. L’ouvrage est d’emblée marqué par la présence de quelques images, placées dès les toutes premières pages, avec des commentaires pour le moins étonnants. C’est tout d’abord une représentation de Rousseau jetant « un œil sur sa Création [la majuscule est dans l’original] : la Révolution ». Et elle est précédée de deux images superposées, une gravure illustrant la démolition de la Bastille, une photographie du mur de Berlin envahi par la foule devant la porte de Brandebourg en novembre 1989, avec cette question : « En quoi le 14 juillet 1789 a-t-il changé depuis le 9 novembre 1989 ? »... Fort heureusement, les actes de cette journée d’étude n’en sont pas moins susceptibles de retenir l’attention des lecteurs des AHRF. Serge Bianchi, ici seul historien spécialiste de la période, propose une brève synthèse sur le théâtre et l’engagement politique sur les scènes de l’an II, dans laquelle il parvient à évoquer tant les auteurs que les acteurs, aussi bien les pièces représentées que le publie ou la critique. Ce sont là des choses connues, certes, mais la synthèse est fort utile par sa présence dans cet ouvrage. Tout au plus peut-on se demander si la notion de « théâtre de l’an II », utilisée par l’auteur, est vraiment pertinente ? Mais il s’agit là d’un débat qui nous entraînerait trop loin du présent compte rendu. La seconde communication, sous la plume de Martial Poirson, revient sur la fameuse affaire de la pièce de François de Neufchâteau, Paméla. Il entend montrer « la généalogie du scandale » qui conduit en 1793 à la fermeture du Théâtre de la Nation, ci-devant Français, et évoquer « l’archéologie du scandale », c’est-à-dire étudier les versions successives au gré de la censure. Les analyses sont souvent tout à fait dignes d’intérêt, notamment sur le texte lui-même et le fait qu’il ait pu être tenu pour « anti-révolutionnaire ». Toutefois, diverses affirmations sont douteuses : pour ne citer que trois exemples parmi d’autres, le texte reprend l’idée reçue, mais rien moins que prouvée archives à l’appui, d’une hostilité tenace de Collot d’Herbois aux Comédiens Français ; le Comité de Salut public ne prenait pas des « arrêts », mais des arrêtés ; enfin, et nettement plus gênant, qu’est-ce que cette « classe politique » évoquée pour l’année 1793 ?

2Après ces deux communications consacrées au théâtre, viennent deux textes formant une seconde partie intitulée « la fiction et la loi. Influences ». Pour évoquer les « fictions utopiques », Anne-Rozenn Morel prend tout d’abord comme exemple les œuvres de Beffroy de Reigny, plus connu sous le nom de Cousin Jacques. Celui-ci est l’auteur d’une vingtaine de pièces de théâtre, de fictions utopiques (sur le thème de « la lune » ou de l’île déserte), de plusieurs journaux et de divers ouvrages parmi lesquels son célèbre Dictionnaire néologique des hommes et des choses [...] qui lui a servi à régler bien des comptes à coup de notices biographiques assassines. Les écrits du Cousin Jacques sont souvent riches par l’imagination qui s’y trouve déployée. Toutefois, à les commenter sans les replacer dans leur contexte politique précis, Anne-Rozenn Morel en vient parfois à prendre pour argent comptant les affirmations pourtant fantaisistes de l’auteur qu’elle étudie. En effet, à la suivre, Beffroy de Reigny serait presque le père d’une sorte de constitution idéale, susceptible en 1793 d’« abolir les pouvoirs illimités » (encore un « cliché » tenace) et qui aurait même été copiée en partie par la Constitution de l’an I (selon Beffroy lui-même, écrivant en... 1800). À lire cela, on en serait presque « dans la lune » comme Nicodème ! En revanche, revenant à son tour vers la scène théâtrale, Philippe Corno propose des analyses plus convaincantes à propos des représentations du divorce dans diverses œuvres, en inscrivant d’emblée son propos dans un - juste - refus des affirmations de Marvin Carlson qui ne voyait dans ces sujets qu’un « genre de spectacle politiquement neutre ». Il montre, au contraire, comment évoquer dans les théâtres le divorce est le plus souvent éloigné d’une quelconque neutralité politique. Installer le thème du divorce au cœur d’une œuvre théâtrale peut évidemment servir un engagement politique, même si Philippe Corno a raison de préciser que seules des analyses fines, prenant en compte les textes théâtraux, la critique, les réactions du public, peuvent permettre de déterminer s’il s’agit ou non de littérature « engagée ». Aussi affirme-t-il avec raison : « Si le divorce dans le théâtre de la Révolution n’est finalement pas l’indice infaillible d’une forme d’engagement politique [...] sa seule présence doit être une invitation à aller voir un peu plus loin que les scènes de ménage auxquelles certains pourraient vouloir le réduire ».

3Les deux communications suivantes portent sur « la littérature et la science ». Utilisant notamment Mercier et Mme de Staël, Joël Castonguay-Bélanger évoque « le choix des sciences morales et politiques contre le désengagement des sciences expérimentales ». Il rappelle les accusations portées contre les scientifiques, supposés peu soucieux d’un quelconque engagement politique et prompts à se soumettre au pouvoir pour favoriser leurs recherches (et plus encore leurs carrières). Joël Castonguay-Bélanger critique une telle vision, affirmant qu’il s’agit là avant tout d’une « réaction au cloisonnement [... et] au mouvement de spécialisation qu’on observait alors dans les sciences exactes [...] ». Force est hélas de constater qu’un autre cloisonnement dommageable amène l’auteur à omettre toute une série de travaux récents sur l’histoire des sciences (le n°2-2000 des AHRF aurait par exemple pu offrir ici matière à réflexion). Julia V. Douthwaite, après quelques pages d’un « survol de l’historiographie révolutionnaire des sciences et des techniques », qui donne parfois le vertige tant les raccourcis sont simplificateurs, propose quant à elle une étude sur la science et les scientifiques dans les romans français entre 1789 et 1800. On pourra y trouver des références utiles, de La Science sansculotlisée (1794) aux « romans noirs » écrits sous le Directoire, dans lesquels la « science » peut être utilisée à des fins « perverses » pour peu que soit par exemple mis en scène un « chimiste malfaisant ». Toutefois, il ne s’agit là que d’un aperçu d’une enquête lancée en 2004, encore en cours, et qui demandera d’ailleurs à Julia V. Douthwaite de mieux cerner les catégories politiques dans lesquelles elle entend ranger les auteurs.

4Enfin, la quatrième et dernière partie, sous le titre « Engagements en rupture. La femme et le poète, pour une humanité future », rassemble deux textes, l’un d’Huguette Krief, le second d’Yves Citton. Dans le premier, l’auteur revient sur la place des femmes et de leur engagement politique, en fondant sa démonstration sur des œuvres et auteurs connus, comme Olympe de Gouges et Mme de Staël, ou un peu moins connus comme Constance Pipelet et Jean Devaines, dont un pamphlet caricature la « folie féminine » de vouloir se mêler des affaires publiques là où les femmes devraient se borner à la sphère privée (Lettres de la Comtesse de** au chevalier de **, 1789). Dans le second texte, Yves Citton entend pour sa part nuancer le portrait classique d’un André Chénier engagé dans une lutte politique contre la Révolution et au final y perdant sa tête sur l’échafaud. L’évocation des différentes interprétations des écrits et prises de position de Chénier, notamment en 1792 (songeons bien sûr à l’affaire des Suisses de Châteauvieux), donne à penser, et ce n’est pas le moindre mérite de cette communication. C’est une autre image du poète qui nous est ici proposée, non celle d’un homme qui agit par l’écriture tout en se tenant politiquement en retrait, ni celle d’un personnage qui aurait eu une cohérence politique et s’y serait constamment tenu, mais celle d’un homme de plume qui « nourrit une écriture de la souffrance », un « engagement par l’affect ».

5Au terme de ce petit ouvrage, qui s’achève par un index utile pour retrouver les divers auteurs mentionnés dans les communications, l’impression est quelque peu mitigée. En effet, le passionnant y voisine avec le banal, la synthèse avec le flou de l’esquisse, le renvoi à de multiples pistes dans les notes avec d’autres notes hélas presque vides. Toutefois, en dépit des réserves émises, il va de soi que je conseille la lecture de l’ensemble, d’autant que certaines des communications annoncent des travaux à venir qui devraient être tout à fait dignes d’intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biard, « Isabelle Brouard-Arends et Laurent Loty (dir.), Littérature et engagement pendant la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, 351 | 2008, 202-205.

Référence électronique

Michel Biard, « Isabelle Brouard-Arends et Laurent Loty (dir.), Littérature et engagement pendant la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 351 | janvier-mars 2008, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11396

Haut de page

Auteur

Michel Biard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org