Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Culture littéraire et théâtrale en Révolution

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Sade moraliste. Le Dévoilement de la pensée sadienne à la lumière de la réforme pénale au XVIIIe siècleGenève, Droz, coll. « Bibliothèque des Lumières », 2005, 576 p, ISBN 2-600-00993-0,107.30 €.

Catriona Seth
p. 207-208
Référence(s) :

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Sade moraliste. Le Dévoilement de la pensée sadienne à la lumière de la réforme pénale au XVIIIe siècle, Genève, Droz, coll. « Bibliothèque des Lumières », 2005, 576 p, ISBN 2-600-00993-0,107.30 €.

Texte intégral

1N’en déplaise au regretté Maurice Lever, auteur de la préface, le titre Sade moraliste est loin de faire frémir. Il paraît au contraire se rattacher à une lecture relativement conventionnelle et peu novatrice des œuvres et de la philosophie du « divin marquis ». Ce contresens liminaire reflète assez bien le contenu de l’ouvrage. En effet, Jeangène Vilmer donne l’impression que lui seul a compris l’auteur de Justine. Nous lisons sous sa plume des attaques répétées et virulentes contre les interprétations de spécialistes bien plus chevronnés que lui et dont l’apport aux études sadiennes est infiniment supérieur comme Annie Le Brun ou Michel Delon. L’auteur semble faire le procès des exégètes qui l’ont précédé : « Si l’on a beaucoup manqué Sade, depuis deux siècles, c’est qu’on l’a peu lu philosophiquement. Allons plus loin : c’est à la littérature, qui s’en est fait une chasse gardée, que l’on doit la plupart des ravages commis par la critique sadienne » (p. 57). On a du mal à trouver une quelconque preuve de l’appropriation exclusive par les littéraires de l’œuvre de Sade. On en a au moins autant à adhérer à la démarche de l’auteur de Sade moraliste. Le critique gagnerait à élargir ses horizons, à apprendre la tolérance, à donner droit de cité à des approches diverses. Le regret est d’autant plus vif que le sous-titre de l’ouvrage de Jeangène Vilmer (« Le dévoilement de la pensée sadienne à la lumière de la réforme pénale au XVIIIe siècle ») laissait attendre une approche bien plus stimulante qu’elle ne l’est en réalité. Son développement comprend trois parties. La première est essentiellement descriptive et inclut de nombreux résumés -parfois avec des redites - des principales « affaires » de la vie de Sade : les débauches avec Jeanne Testard en 1763, l’épisode d’Arcueil avec Rose Keller en 1768, le scandale de Marseille en 1772... Un premier chapitre offre une évocation, en trois temps, de l’évolution du droit pénal entre 1740 et 1814 (Ancien Régime ; Révolution, Terreur et Directoire ; Napoléon). On peut s’étonner de cette scission entre Révolution et Terreur ou de la décision d’appeler « La justice de Napoléon » une période qui démarre en 1799. Dans l’ensemble, cette partie, en deux chapitres de 40 et de 64 pages, aurait grandement gagné à être abrégée et véritablement problématisée : en l’état actuel des choses, elle tourne très rapidement au catalogue. La seconde section repose sur l’hypothèse éculéé d’un « ordre correcteur » libertin. La troisième, « L’ordre sadien, ou ordre corrigé », dégage, selon son sous-titre, de l’ordre sadien, des Principes de philosophie pénale développés en trois chapitres, le premier de 8 pages, le second de... 86 !

2Si l’on est content de voir rappelés certains aspects du droit et de la procédure d’Ancien Régime, de noter l’importance réelle concédée, par exemple, à la figure d’un législateur réformateur utopiste Zamé. dans Aline et Valcour, ou encore de trouver une confrontation des textes romanesques comme de la correspondance de Sade, il est désolant de noter que les conclusions restent superficielles ou peu convaincantes. Le critique moralisateur prêche volontiers, conseillant fortement au lecteur « outre d’être attentif à chacune des étapes, en voyant comment elle hérite sa légitimité de plusieurs voies précédentes, de respecter scrupuleusement l’ordre de la démonstration, pour en mieux saisir la force » (p. 66). Ajoutons que le style est souvent maladroit (comme ici : « Lever en déduit que la détention n’a pu durer « pas plus de deux mois au maximum, juillet et août 1771 », ce qui est une hypothèse nécessairement vraie dans le référentiel des informations reçues »). Il abuse des adverbes ainsi que de « propédeutique » qui revient au détour de multiples phrases. Les relatives se succèdent parfois en cascades. Les nombreuses coquilles trahissent une relecture inefficace voire inexistante. Si la bibliographie est importante par sa taille, elle ne comprend pas un certain nombre de travaux récents essentiels. L’ensemble tient plus du dossier de travail que de l’essai. Il déçoit dans une collection généralement marquée par son sérieux. Un peu plus d’humilité aurait certainement conduit à un résultat plus probant pour le lecteur. Recul et rigueur manquent en de nombreux endroits. C’est dommage compte tenu du travail qui a dû être fourni par l’auteur de ce décevant Sade moraliste, illustration des « platitudes » de la critique « ordinaire » (p. 498). Philosophe, encore un effort...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catriona Seth, « Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Sade moraliste. Le Dévoilement de la pensée sadienne à la lumière de la réforme pénale au XVIIIe siècleGenève, Droz, coll. « Bibliothèque des Lumières », 2005, 576 p, ISBN 2-600-00993-0,107.30 €. », Annales historiques de la Révolution française, 351 | 2008, 207-208.

Référence électronique

Catriona Seth, « Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Sade moraliste. Le Dévoilement de la pensée sadienne à la lumière de la réforme pénale au XVIIIe siècleGenève, Droz, coll. « Bibliothèque des Lumières », 2005, 576 p, ISBN 2-600-00993-0,107.30 €. », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 351 | janvier-mars 2008, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11402

Haut de page

Auteur

Catriona Seth

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org