Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

André Dangirard, La vie quotidienne en Vendée avant la Révolution. Journal inédit de Dangirard, le « pape » des protestants de La Rochelle (1781), présenté par Alain Gérard

La Roche-sur-Yon, Centre Vendéen de Recherches Historiques, 2005,304 p., ISBN 2-911253-23-X, 22 €.
Anne de Mathan
p. 210-211
Référence(s) :

André Dangirard, La vie quotidienne en Vendée avant la Révolution. Journal inédit de Dangirard, le « pape » des protestants de La Rochelle (1781), présenté par Alain Gérard, La Roche-sur-Yon, Centre Vendéen de Recherches Historiques, 2005,304 p., ISBN 2-911253-23-X, 22 €.

Texte intégral

1Alain Gérard présente le Journal de mon voyage en Poitou par Pierre Dangirard, un protestant né à la Rochelle en 1725, banquier à Paris puis retiré au pays vers 1760. Souffrant probablement d’un cancer du colon, ce dernier part à la campagne en 1781 chez des amis au cœur du bocage bas-poitevin et il tient la chronique de la vie quotidienne de cette petite communauté réformée.

2L’introduction présente quelques faiblesses : Alain Gérard constate qu’au XVIe siècle, la moitié de la noblesse du Bas-Poitou embrasse la Réforme, mais que le protestantisme sort laminé de la décennie révolutionnaire, pour reconnaître plus loin que le protestantisme a été en réalité décapité par les dragonnades un siècle auparavant. Cherchant à comprendre pourquoi cette région, autrefois marquée par le calvinisme, souvent favorable à la République, bascule dans la contre-révolution, il suggère que l’affaiblissement de la foi réformée au XVIIIe siècle fournit une des causes de la Vendée, mais l’on peut douter que des pratiques religieuses routinières, à cause de pasteurs gyrovagues peu présents et pas toujours dignes, puissent être remplacées par un catholicisme ardent. Il s’autorise parfois quelques facilités : Dangirard, inutilement qualifié de « pape » du protestantisme, est « propulsé en plein Bas-Poitou, cette future Vendée que l’histoire révèlera à elle-même » (p. 20), comme si la destinée, voire l’essence de cette région, résidait dans la guerre civile. L’empathie tient en outre lieu de rigueur scientifique : « Tout un monde s’esquisse, dont il faut, pour se l’imaginer concrètement, avoir soi-même un peu goûté de la saveur de telles petites républiques paroissiales rivales et solidaires, fortes en tout cas d’une ruralité inentamée » (p. 42). Le propos est enfin idéologiquement connoté : le Comité clandestin qui dirige la communauté poitevine, comporte 14 anciens dont 6 perpétuels, ce qui réalise « l’idéal de démocratie de compétences cher aux Lumières » (p. 17) ! Le Bas-Poitou est décrit comme un « conservatoire de culture paysanne [...] d’avant l’individualisme moderne et la haine de classe » (p. 42). L’an II est évidemment une « dérive terroriste de la Révolution » (p. 50).

3On prend certes plaisir à ce tableau de la vie familiale modifiée par la mode de la nature, où les mères allaitent leurs petits et les pères s’inquiètent de la poussée d’une dent. On remarque la modernité du mémorialiste qui aurait aimé « ouvrir » un enfant hydrocéphale et voir l’État s’impliquer dans la santé publique. À la description de ces fêtes de village qui dégénèrent en batailles entre paroisses rivales, on vérifie l’une des conditions de possibilité de l’action contre-révolutionnaire (R. Dupuy). On retrouve le loyalisme monarchique chez ce protestant qui recopie une prière pour Marie-Antoinette enceinte. Ce journal peut émouvoir par les souffrances de son auteur qui reste digne, curieux des autres, volontiers caustique à l’égard des mœurs des papistes, de leurs curés et de leurs saints, néanmoins très soucieux des lents progrès de la tolérance. Toutefois émaillé de notations triviales – « j’ai fait beaucoup de matières moulées et ayant de la consistance, et cela sans effort et dans douleur » (p. 99), « j’ai beaucoup souffert au fondement » (p. 212), etc... –, la représentativité de ce témoignage qui n’avait certainement pas été conçu pour être publié, paraît assez étroite et sa publication semble s’adresser en priorité à l’érudition locale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne de Mathan, « André Dangirard, La vie quotidienne en Vendée avant la Révolution. Journal inédit de Dangirard, le « pape » des protestants de La Rochelle (1781), présenté par Alain Gérard », Annales historiques de la Révolution française, 351 | 2008, 210-211.

Référence électronique

Anne de Mathan, « André Dangirard, La vie quotidienne en Vendée avant la Révolution. Journal inédit de Dangirard, le « pape » des protestants de La Rochelle (1781), présenté par Alain Gérard », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 351 | janvier-mars 2008, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11408

Haut de page

Auteur

Anne de Mathan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org