Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

Claude Mossé, 1789-1815. Aux larmes, citoyens !

Monaco, Éditions du Rocher, 2007, 256 p., ISBN 978 2 268 06314 0,18 €.
Michel Biard
p. 224-225
Référence(s) :

Claude Mossé, 1789-1815. Aux larmes, citoyens !, Monaco, Éditions du Rocher, 2007, 256 p., ISBN 978 2 268 06314 0,18 €.

Texte intégral

1Semblable ouvrage ne mériterait pas la moindre mention, a fortiori un compte rendu, s’il ne s’agissait de lever une ambiguïté et s’il ne fournissait pas un énième témoignage de ce qui est actuellement livré au « grand public » sous forme de piles épaisses sur les tables de nos librairies. L’éditeur a eu soin d’entourer le bas du livre avec une bande de papier portant l’inscription « coup de gueule », ce qui ne manque pas d’attirer l’œil de l’acheteur potentiel. Cette bande de papier cache ainsi le portrait de l’auteur en IVe de couverture. Aussi convient-il de passer le premier instant de consternation (le mot est faible) pour se convaincre que la grande historienne de l’Antiquité grecque, Claude Mossé, est parfaitement étrangère à l’opération. On ne choisit pas ses homonymes, certes, mais hélas certains sont pour le moins irritants et surtout l’éditeur, lui, a choisi d’entretenir la confusion. Quant au contenu de l’ouvrage, dont la forme est pour le moins stupéfiante (on passe sans cesse et dans le plus grand désordre de 1789 à nos jours, de Robespierre à Bush, etc.), il se veut une attaque en règle contre une Révolution française perçue uniquement comme un temps de déchaînement des violences. Sans grande originalité, si ce n’est par une outrance remarquable des amalgames et la mention d’exemples plutôt inhabituels, l’auteur la rapproche donc de tous les régimes ayant usé de violence : « Robespierre, Staline, Pinochet, Amin Dada et les autres : même combat ! Méthodes identiques ! ». Le tout s’accompagne d’une belle ignorance de l’histoire de la Révolution, quoique la petite biographie de l’auteur nous apprenne qu’il est « historien de formation »... Parmi plusieurs dizaines d’exemples d’erreurs grossières, mentionnons l’existence du « Comité de salut public de Franche-Comté », la « Fête de la Fédération voulue par Robespierre », Babeuf « député du Tiers », ou encore Danton « signant un décret » stipulant l’arrestation immédiate de ceux qui ne portent pas la cocarde tricolore et ce en 1789...

2L’ouvrage n’a rien à voir avec l’écriture de l’histoire et n’est qu’un pamphlet de bien piètre qualité. Qu’il ait pu trouver un éditeur et obtenir une large diffusion laisse rêveur quant à la misère intellectuelle aujourd’hui proposée à notre société. Nous pouvons toujours, bien sûr, revenir, à titre d’antidote salutaire, à la lecture de La fin de la démocratie athénienne de l’historienne Claude Mossé, mais en tant qu’historien et citoyen je m’interroge ici sur le sort de notre propre démocratie, dans la mesure où s’y déroule désormais de plus en plus ouvertement une sorte de guerre à l’intelligence. Accompagnant celle-ci, les ouvrages comme cet appel public « aux larmes » risquent hélas de se multiplier et de contribuer à l’abêtissement généralisé de nos concitoyens gavés de panem et circenses. Il convient assurément de prendre garde au phénomène et de ne point se contenter de l’ignorer par un silence méprisant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biard, « Claude Mossé, 1789-1815. Aux larmes, citoyens ! », Annales historiques de la Révolution française, 351 | 2008, 224-225.

Référence électronique

Michel Biard, « Claude Mossé, 1789-1815. Aux larmes, citoyens ! », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 351 | janvier-mars 2008, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11420

Haut de page

Auteur

Michel Biard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org