Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Yannick Marec, Vers une République sociale ? Un itinéraire d’historien. Culture politique, patrimoine et protection sociale aux xixe et xxe siècles

Claude Mazauric
p. 215
Référence(s) :

Yannick Marec, Vers une République sociale ? Un itinéraire d’historien. Culture politique, patrimoine et protection sociale aux xixe et xxe siècles, Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2009, 543 p., ISBN 978‑2‑87775‑476‑7, 39 €

Texte intégral

1Yannick Marec s’est imposé depuis longtemps comme l’historien majeur des politiques de prévention sociale, en France, depuis la fin du xviiie siècle. Si son œuvre de chercheur, pourtant très diverse, peut être rapportée à ce seul déterminant général, c’est qu’elle est guidée par le vaste objectif d’éclairer et de rendre perceptibles les conditions d’ensemble, sociales, politiques, culturelles, épistémologiques, qui ont présidé à la mise en place des législations et réglementations de la protection sociale, significatives de l’époque contemporaine. C’est dans cet esprit que Yannick Marec a constamment, et cela depuis des décennies, élargi le champ de ses enquêtes, n’hésitant pas par exemple à investir le terrain de l’histoire de la Révolution française et de ses effets durables, celui de la « culture politique » post-révolutionnaire, les questions de l’héritage patrimonial institutionnel et architectural et de ses usages, l’approche biographique (ici, par exemple, à propos de Jules Siegfried ou de Maurice Lachâtre, premier éditeur de la traduction française du premier Livre du Capital de Marx), le mouvement des pratiques professionnelles, les idéologies, la place des institutions locales urbaines dans leur diversité comparée. Dans ce recueil imposant, le troisième qu’il publie après la parution de sa thèse de doctorat d’État (Pauvreté et protection sociale aux xixe et xxe siècles…, 2006) et du précédent volume, préfacé par Maurice Agulhon (Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen…., 2002), livres, l’un et l’autre couronnés par l’Académie des sciences morales et politiques, voici qu’il nous offre un nouvel ensemble de ses grands travaux. Certains remontent aux années 1970‑1980 qui marquaient son entrée dans la carrière d’enseignant-chercheur, d’autres très récents traduisent l’intérêt renouvelé de leur auteur pour les questions de « patrimoine », notamment hospitalier, mais surtout pour l’interprétation de ce que recouvre le « modèle social républicain » établi à la fin du xixe siècle, entièrement revisité, transformé et « révolutionné », pourrait-on dire, aux lendemains de la Libération avec l’application d’une bonne partie du programme du Conseil national de la Résistance dont l’installation de la Sécurité sociale peut être tenue pour le fait majeur. On rappellera à ce propos que Yannick Marec est Vice-président du Conseil scientifique du Comité d’histoire de la Sécurité sociale, ce qui explique les éloges, d’ailleurs mérités, que le préfacier Michel Lagrave qui en est le Président, ne manque pas de décerner à l’auteur du recueil.

2Dans le vaste ensemble des questions abordées et traitées dans le recueil, deux domaines intéressant plus particulièrement les historiens de la période révolutionnaire, peuvent être dégagés : le premier est relatif à l’établissement du calendrier républicain et à l’entreprise systématique d’installation du système métrique et d’unification des poids et mesures, plus généralement à l’emploi de l’« arithmétique révolutionnaire » à Rouen pendant la Révolution française (Première partie « Les mesures et les hommes », p. 27‑53). C’était au moment de leur première parution, des travaux pionniers et d’une grande précision documentaire, que leurs auteurs avaient engagés au sein de l’IREM (Institut de recherches et d’études mathématiques) de Rouen. Yannick Marec y étudiait en particulier, à la suite de Witold Kula, les résistances sociales et culturelles à l’effort de rationalisation du temps et d’universalisation de la rationalité de type mathématique qui fut corrélatif du mouvement de fond de la Révolution : des données toujours utiles que le regard actuel jeté sur elles par leur auteur, non seulement n’invalide pas, mais qu’il sait au contraire fort bien replacer dans le débat plus récent sur les voies et les formes de la « révolution culturelle » qui s’est épanouie en France de 1789 à 1799. Il en va de même de l’autre domaine abordé par Yannick Marec et qui concerne le constituant Jacques-Guillaume Thouret (Deuxième partie « Culture et politique », p. 241‑268) : il ne s’agit pas ici de la biographie de Thouret qui est magistralement traitée dans le Dictionnaire des constituants publié par Edna Lemay, mais de l’image du politicien « modéré », protagoniste avéré du compromis de classe entre les possédants autour d’un projet politique fédérateur, que le xixe siècle, à l’époque de l’apologie du « gouvernement représentatif », puis le xxe siècle républicain de centre-droit, n’ont périodiquement jamais cessé d’honorer et de célébrer, au besoin en oubliant la participation active de Thouret à la « Terreur tricolore » de l’été de 1791 ! Voilà une belle étude sur la « mémoire politique » dans son rapport à l’histoire, à son renouvellement sous l’influence de l’École méthodique, et en fin de compte, attentive à marquer l’importance de la victoire républicaine après 1879. En « prolongement (sic) », retenons le coup d’œil rétrospectif et prudent de Yannick Marec sur la célébration du Bicentenaire de 1989 à Rouen : un moment que le sénateur-maire, Jean Lecanuet, alors président de l’UDF et qui présidait aussi le Conseil général du département, n’hésita finalement pas à « commémorer », certes de manière assez confidentielle, mais en faisant appel au soutien de la Société d’émulation de la Seine-maritime, fondée en 1792, avec un objectif qui n’était évidemment pas d’exalter « la Révolution », du moins de n’en pas ignorer l’immense portée historique, ne serait-ce qu’en raison de son effort de réorganisation de l’espace national sous la forme des « départements » à laquelle il apporta un soutien enthousiaste !

3Donc, un bel ensemble d’histoire solidement médité, remarquablement illustré et impeccablement édité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Mazauric, « Yannick Marec, Vers une République sociale ? Un itinéraire d’historien. Culture politique, patrimoine et protection sociale aux xixe et xxe siècles  », Annales historiques de la Révolution française, 361 | 2010, 215.

Référence électronique

Claude Mazauric, « Yannick Marec, Vers une République sociale ? Un itinéraire d’historien. Culture politique, patrimoine et protection sociale aux xixe et xxe siècles  », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 361 | juillet-septembre 2010, mis en ligne le 22 mars 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11757

Haut de page

Auteur

Claude Mazauric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org