Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Alan Forrest, The Legacy of the French Revolutionary Wars. The Nation-in-Arms in French Republican Memory

Annie Crépin
p. 216-218
Référence(s) :

Alan Forrest, The Legacy of the French Revolutionary Wars. The Nation-in-Arms in French Republican Memory, New York, Cambridge University Press, 2009 410 p., ISBN 978‑0‑521‑81062‑3, 55 £

Texte intégral

1À la suite des travaux qu’il a conduits pendant trois ans dans un séminaire de Princeton et qui ont été publiés en 2003 par l’éditeur de The Legacy sous le titre The People in Arms. Military Myth and National Mobilization since the French Revolution (et dont l’auteur de ces lignes a rendu compte en 2004 dans la revue en ligne H France), Alan Forrest donne une belle et dense synthèse de plus de 250 pages, consacrée aux concepts de nation en armes, de levée en masse et de citoyen-soldat et surtout à leur influence, déterminante jusqu’à nos jours, sur le modèle républicain français et sur le type d’armée idéal selon les Français. Dans les années cinquante, Richard D. Challener, cité par l’auteur, avait écrit The French Theory of the Nation in Arms 1866‑1939. Mais là où l’historien américain prenait pour point de départ les désastres de 1870 et 1871, tout au plus le Second Empire, Alan Forrest, lui, analyse, du moins dans deux chapitres sur lesquels on insistera davantage pour un lecteur des AHRF – son ouvrage en comporte dix, plus deux d’introduction et de conclusion – les origines de ce qu’il préfère appeler, à juste titre selon nous, légende plutôt que mythe. Il s’en explique en introduction : à la différence d’un mythe une légende a toujours un fondement historique avéré, ici les idéaux d’égalité et de citoyenneté que la Révolution française inventa. D’où la force et la persistance de cette légende même lorsque changèrent le contexte historique et les conditions techniques de l’art de la guerre. C’est dire qu’Alan Forrest écrit une histoire militaire, une histoire politique, une histoire culturelle. Il est vrai que l’histoire militaire elle-même est devenue politique et culturelle.

2Le chapitre qui entame l’étude évoque la création de la légende. L’historien montre bien le caractère circonstanciel – lié à la conjoncture historique – du processus qui devait aboutir à l’armée de l’an II. Peut-être aurait-il fallu rappeler plus vigoureusement que les hommes politiques de la Révolution n’avaient aucun plan préconçu et qu’ils agirent sous l’empire de la nécessité ; au demeurant les sympathies de la plupart d’entre eux n’allaient pas au service militaire obligatoire, comme le prouvent sous la Constituante, les réformes de l’armée de métier qu’ils voulaient donc maintenir. Ce n’est que rétrospectivement que le fait que les citoyens assument la défense de la patrie fut perçu comme une nouvelle voie pour révolutionner la société. L’auteur rappelle la vision historiographique désormais classique de la levée en masse du 23 août 1793 ; une mesure de circonstance mais qui, parce qu’elle est égalitaire, va prendre un relief extraordinaire dans la formation de la légende. Le sentiment d’égalité est renforcé par la notion de masse vue comme unanimité et comme reflet du peuple entier. La légende est aussi éminemment liée aux victoires de l’armée de l’an II et il s’opère un transfert entre l’image du volontaire, issu de la Garde nationale, elle-même représentation idéale de l’armée citoyenne – alors qu’Alan Forrest montre avec pénétration que les choses sont plus complexes et qu’elle est aussi une force de répression – et celle du requis qui n’a rien d’un volontaire mais auquel on attribue le dévouement et le sens du sacrifice censés être les vertus du premier. Rétrospectivement aussi, Valmy est perçue comme une victoire de la nation en armes, victoire qui devait forcément advenir, en dehors de toute autre considération d’instruction et de formation militaires des combattants puisqu’elle était la victoire d’une juste cause.

3L’auteur montre dans des pages fort intéressantes l’évolution de l’image du soldat et l’héroïsation de celui qui est perçu comme un citoyen modèle à travers la création artistique, picturale, graphique ou théâtrale. Alan Forrest fait remarquer que, bien que les levées familiarisent les Français avec le fait militaire – dans bien des familles, un fils, un frère ou un mari sont volontaires ou requis – ce ne sont pas les valeurs militaires à proprement parler ni la gloire, encore moins les batailles qui sont glorifiées. Ces dernières sont très peu représentées. Le combattant apparaît moins en tant que tel qu’en tant que citoyen. L’auteur poursuit son propos avec l’étude des fêtes mais nous le chicanerons quelque peu sur ce point car dans les fêtes aussi, selon nous, c’est le citoyen-soldat qui est honoré beaucoup plus que le soldat. Ce que l’historien reconnaît lui-même quelques pages plus loin en disant que les choses ne changent véritablement que sous le Directoire et le Consulat qui sont le sujet du chapitre suivant.

4En effet, l’auteur analyse l’inflexion qui se manifeste alors et qui est repérable dans les motivations qui animent les soldats et qu’on exige d’eux, glissant du « pur » patriotisme à des qualités militaires plus traditionnelles, l’esprit de corps, l’obéissance et le désir de gloire. Mais ces soldats sont devenus des conscrits. On aurait aimé qu’Alan Forrest montre l’influence de la légende sur la loi Jourdan qui empêche du même coup qu’on en revienne à l’armée de métier traditionnelle, même si l’armée nouvelle n’est plus celle de l’an II et que les conscrits retenus de longues années sous les drapeaux se professionnalisent de fait. Le brouillage dont il s’agit est éprouvé par les soldats eux-mêmes, comme ils l’expriment dans les lettres qu’Alan Forrest a analysées dans un autre ouvrage (Napoleon’s Men. The soldiers of the Revolution and Empire, dont l’auteur de ces lignes a fait le compte-rendu dans le no 334 des AHRF). Car, que ce soit dans les combats de la Révolution ou ceux de l’Empire, l’expérience des réalités de la guerre est la même, d’autant qu’il se produit alors peu de changements dans l’art de la guerre. L’alternance des moments de gloire avec des périodes de dépression et des instants d’horreur – oblitérant quelque peu les raisons idéologiques pour lesquelles on est parti – est semblable au cours des deux périodes.

5Ce chapitre est aussi l’histoire d’un nouveau transfert, l’éclat des triomphes de Napoléon rejaillissant sur le concept républicain de nation en armes mais celui-ci faisant oublier que l’élan libérateur est devenu conquête. Transfert soigneusement entretenu par l’empereur, maître en matière de création de mythes. Mais le glissement repéré par l’historien n’est pas complet basculement, c’est pourquoi nous serons plus nuancés que l’auteur à propos du fait que les conscrits de Napoléon ne pouvaient plus du tout se considérer comme des libérateurs ou des patriotes idéalistes à l’instar des soldats de l’an II ; certains se perçurent comme tels cependant, et c’est cette légende qui selon nous permet à Napoléon d’exiger – et d’obtenir – de ses troupes bien davantage que les « rois de guerre » de l’Ancien Régime.

6Ce glissement, l’auteur l’analyse aussi à travers les expressions artistiques et dans les pages qui leur sont consacrées on retrouve ce qui est un des apports les plus fructueux de l’ouvrage, qu’Alan Forrest évoque la grande peinture où le fait militaire devient prédominant à travers la représentation des batailles – en fait des victoires, la bataille d’Eylau étant une exception –, ou les images d’Épinal où il commence à le devenir, Pellerin s’intéressant initialement aux sujets religieux. Les fêtes impériales sont également étudiées avec soin par l’auteur, même s’il aurait pu rappeler que les conflits de préséance entre préfets et généraux prouvent qu’on n’est pas dans une situation où l’armée est privilégiée, comme l’ont montré les travaux de Jean-Paul Bertaud.

7En tout cas ce glissement ne fait pas oublier la force des sentiments qui entourent les notions de levée en masse et de nation en armes. Dès que la situation devient critique, en 1814, l’empereur fait appel à elles, quelquefois avec succès, même pour la levée des conscrits qui sont rien moins que volontaires. Nous ne suivrons pas l’auteur cependant sur la composition des corps francs en 1814 qui ne sont pas tous des armées privées, comme il l’affirme page 62 ; par exemple en Seine-et-Marne, des groupes sont formés spontanément par d’anciens soldats de la Révolution – et aussi d’anciens conscrits.

8Les chapitres qui suivent passionneront le/la dix neuviémiste. L’auteur démontre la survie et la nouvelle jeunesse de la légende dans les périodes de « basses eaux », c’est-à-dire la première moitié du xixe siècle, et, ce qui ne fait que la renforcer, la « contamination » réciproque de la perception des guerres de la Révolution et de celles de l’Empire. On admire l’analyse pénétrante qui est réservée à la publication des journaux de marche, des lettres et des mémoires des combattants et à la recomposition de la mémoire elle-même. On aurait aimé toutefois que le cheminement de la légende soit également vu dans les débats parlementaires qui eurent lieu lors du vote des lois conscriptionnelles ; si la loi Gouvion-Saint-Cyr qui devait inspirer toutes les lois de conscription jusqu’à celle de 1872 rejette les gros bataillons, forme de levée en masse, elle sacralise le lien entre citoyenneté et défense et la figure du citoyen-soldat qui est aussi une partie de la légende parce que ce lien est jugé à l’origine des victoires qui, même en 1818, ne sont pas taboues et aussi parce qu’il est le symbole de l’égalité, même si elle demeure formelle dans le système conscriptionnel des monarchies censitaires. Et selon nous cet idéal n’est pas l’apanage exclusif de la gauche radicale, comme il est dit page 104, non plus que le souhait que la Garde nationale, dont l’historien retrace les avatars pendant les monarchies censitaires, devienne une armée citoyenne. Ensuite sont étudiées la reprise de la légende et son adaptation par les républicains réalistes de la IIIe République, marqués par la défaite et par le surgissement de la Commune qui est pourtant en un sens la mise en échec de la légende. Il y a de nouveau des pages éclairantes sur le rôle des manuels scolaires en vigueur dans l’école publique aussi bien que dans l’école privée catholique, sur les conférences et les cours dispensés à Saint-Cyr, et même dans l’enseignement supérieur.

9Enfin Alan Forrest examine le devenir de la légende pendant la première guerre mondiale et postérieurement – plus longuement que ne pouvait le faire Challener. Alors qu’elle semble destinée à s’affaiblir au fur et à mesure que la France est confrontée à de nouveaux défis, il n’en est rien, car 1918 semble le triomphe de la nation en armes, et elle demeure opératoire ou du moins jette « ses derniers feux » pendant les périodes de crise, notamment dans l’action des résistants au cours de la seconde guerre mondiale. Mais les appelés de la guerre d’Algérie, les derniers conscrits qui combattirent, pouvaient difficilement se percevoir comme héritiers des soldats de l’an II tandis qu’au contraire l’adversaire s’en prévalait.

10Que la conscription ait ensuite survécu jusqu’en 1996 est un fait essentiellement politique lié à la résonance de la légende et qui prouve la force de celle-ci puisqu’il y avait longtemps que sa nécessité militaire s’était évanouie, telle est la conclusion de cet ouvrage riche et clair.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Crépin, « Alan Forrest, The Legacy of the French Revolutionary Wars. The Nation-in-Arms in French Republican Memory », Annales historiques de la Révolution française, 361 | 2010, 216-218.

Référence électronique

Annie Crépin, « Alan Forrest, The Legacy of the French Revolutionary Wars. The Nation-in-Arms in French Republican Memory », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 361 | juillet-septembre 2010, mis en ligne le 22 mars 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11760

Haut de page

Auteur

Annie Crépin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org