Navigation – Plan du site
Compte rendus

L’abbé Grégoire. Écrits sur les noirs

Tome 1; 1789 – 1808; tome 2; 1815 – 1827.Présentation de Rita Hermon-Belot, Paris, L’Harmattan, 2009, 2 vol. , 226 et 190 p., ISBN 978‑2‑296‑08 179‑9 et 978‑2‑296‑08 179‑6, 24 et 20,50 €.
Bernard Gainot
p. 262-263
Référence(s) :

L’abbé Grégoire. Écrits sur les noirs, Tome 1; 1789 – 1808; tome 2; 1815 – 1827.Présentation de Rita Hermon-Belot, Paris, L’Harmattan, 2009, 2 vol. , 226 et 190 p., ISBN 978‑2‑296‑08 179‑9 et 978‑2‑296‑08 179‑6, 24 et 20,50 €

Texte intégral

1Il s’agit d’un regroupement des principaux ouvrages de Grégoire sur la question de la couleur, la question coloniale, l’évolution de l’État d’Haïti. Les textes sont regroupés par ordre chronologique, avec une présentation de Rita Hermon-Belot, qui fait autorité depuis son beau travail sur l’abbé Grégoire, La politique et la vérité, paru en 2000.

2Dans le tome1, nous trouvons le Mémoire en faveur des gens de couleur, de 1789, qui marque l’intervention de Grégoire sur la question de l’égalité raciale, qui restera inscrite à l’horizon de ses combats jusqu’à la fin de sa vie. Ce texte illustre notamment l’infléchissement des positions de la Société des Amis des noirs, de la lutte prioritaire pour une abolition de la traite et une abolition graduelle de l’esclavage vers un combat pour la destruction immédiate de l’édifice ségrégationniste dans les sociétés coloniales. Les deux textes suivants prolongent cette prise de position initiale.

3La Notice sur la Sierra-Leone de 1795 est l’orientation prise par le courant abolitionniste français après le décret du 16 pluviôse en II, en faveur d’une « colonisation nouvelle », c’est-à-dire le projet d’implantation d’établissements en Afrique, reposant sur le travail libre et les transferts culturels et technologiques, destinés à mettre un terme au commerce négrier. À ma connaissance, c’est la première fois que ce texte important est mis à la disposition du public.

4Les deux textes suivants illustrent l’engagement de Grégoire en faveur d’une régénération du clergé colonial; l’Épître des évêques réunis (le clergé constitutionnel) aux pasteurs et aux fidèles des colonies françaises, de 1798, et l’apologie de Barthélémy de Las Casas, de 1800.

5La grande pièce de ce premier tome est La littérature des nègres, de 1808, à la fois défense et illustration du courant philanthropique contre ses détracteurs, et manifeste en faveur de la contribution des Africains à la civilisation universelle.

6Le tome 2 reprend d’abord les ouvrages qui illustrent l’engagement de Grégoire contre la traite, qui connaît un nouvel essor avec la Restauration; De la traite et de l’esclavage des noirs et des blancs, de 1815; et Des peines infâmantes à infliger aux négriers, puisque le trafic des esclaves est désormais illégal, au regard d’un droit international qui se cherche (1822). La même année, Grégoire livre une nouvelle pièce de son projet d’écriture d’une grande histoire de l’esclavage, projet qu’il caresse depuis longtemps, mais qu’il ne mènera pas à son terme, avec Observations préliminaires sur une nouvelle édition d’un ouvrage intitulé Histoire du commerce homicide appelé traite des noirs. Les quatre derniers textes concernent plus particulièrement Haïti, et illustrent les relations tumultueuses que l’abbé entretint avec le premier État noir indépendant du continent américain. Grégoire se pose en instituteur moral de la jeune nation dans ses Considérations sur le mariage et le divorce (1823), puis réaffirme fortement ses convictions dans De la liberté de conscience et de culte à Haïti (1824) et De la noblesse de la peau (1826), marquant l’opposition irréductible entre le christianisme et le préjugé de couleur. Enfin, L’épître aux Haïtiens, de 1827, qui clôt la série, et qui se termine par la formule de désenchantement par rapport aux espoirs que Grégoire avait pu placer dans la jeune république noire; « Haïtiens, adieu! ».

7Ces textes importants auraient peut-être pu être complétés par les échanges épistolaires avec l’abolitionniste anglais Clarkson, où Grégoire rappelle, contre ce qui est, selon lui, la dérive autoritaire du Royaume du Nord de Christophe, son attachement à la forme républicaine de l’État.

8L’auteur a choisi de placer en annexe les interventions de Grégoire dans les débats à l’Assemblée nationale constituante en mai 1791 autour de l’égalité politique des citoyens de toutes les couleurs, interventions certes très importantes, mais que l’on trouve plus facilement, et qui auraient nécessité une présentation spécifique.

9Au total, il faut saluer cette mise à la disposition des lecteurs intéressés par l’abolitionnisme et par la forte personnalité de Grégoire, de textes de référence, dont le rapprochement souligne la constance d’un engagement et la rectitude d’une pensée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gainot, « L’abbé Grégoire. Écrits sur les noirs », Annales historiques de la Révolution française, 360 | 2010, 262-263.

Référence électronique

Bernard Gainot, « L’abbé Grégoire. Écrits sur les noirs », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 360 | avril-juin 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11830

Haut de page

Auteur

Bernard Gainot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org