Navigation – Plan du site
Articles

L’univers matériel et la construction de l’identité bourgeoise : le cas Le Couteulx

Le Couteulx, identité bourgeoise, univers matériel, siège social, capitalisme familial, anoblissementThe Material Universe and the Construction of a Bourgeois Identity: the case of Le Couteulx
Richard Flamein
p. 3-30

Résumés

L’enjeu historiographique de cet article est de mesurer la dimension non verbale de la construction de l’identité bourgeoise à travers l’exemple de la famille Le Couteulx sur une période allant du xviie siècle au début du xixe siècle. La conversion de l’univers matériel en valeurs sociales identifiables interroge la « fluidité » de la norme et les mécanismes de l’ascension. Tous ne relèvent pas de la manifestation du statut social dans la sphère publique, mais de stratégies convergentes de préservation, de transmission, organisant la reproduction sociale et consacrant, au-delà de la Révolution, l’affirmation d’un ordre bourgeois. Par l’analyse des sièges sociaux, des pratiques de gestion du capital et des enjeux de l’anoblissement, on ébauche une description de la dynamique sociale qui échappe au langage des sources classiques du discours sur la mobilité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sarah Maza, The myth of the French bourgeoisie: An essay on the social imaginery 1750‑1850, Cambri (...)
  • 2  Sur les acquis historiographiques du concept habermassien d’espace public voir, en particulier, St (...)
  • 3  Leora Auslander, « Beyond Words », The American Historical Review, vol. 110, no 4, octobre 2005, p (...)
  • 4  Si les concepts de révolution du consommateur, de société de consommation ou de consommation de ma (...)

1La bourgeoisie fait-elle autre chose que de dire ce qu’elle est? Peut-on admettre, avec Sarah Maza que la bourgeoisie n’existe pas parce qu’elle n’articule pas verbalement avant la Révolution, dans le champ politique, son identité1? L’historienne américaine nous invite, par là même, à mesurer les modes d’expression ou d’affirmation d’un groupe social qui ne relèvent pas uniquement de la linguistique : l’univers matériel bourgeois, dans son interaction avec l’espace public2 participe à la publicité de la dynamique sociale. Il est une facette de sa construction identitaire et permet de mieux comprendre les formes de la mobilité sociale d’Ancien Régime. La difficulté vient, en partie, de notre manque d’aisance face au « langage composé » des sources non-écrites3. Aussi, le « rapport bourgeois à l’objet », s’il existe, n’est pas réductible aux « signes extérieurs de richesse », comme le montrent les recherches récentes de l’historiographie anglo-saxonne4. L’enjeu est plutôt la restitution, au moins partielle, d’un véritable langage non-verbal producteur de codes sociaux.

  • 5  Je lui exprime ici ma gratitude. Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme dans la France mod (...)
  • 6  Lynn Hunt, « La visibilité du monde bourgeois », dans Jean-Pierre Jessenne (dir.), Vers un ordre B (...)

2L’approche pour être satisfaisante se doit d’être concrète et on me pardonnera d’« user » encore, à cette fin, des Le Couteulx : famille de négociants d’origine rouennaise, devenus banquiers à Paris dans la seconde moitié du xviie siècle, bien connue grâce à la synthèse importante que leur a consacré Michel Zylberberg5. Le caractère dynastique de ce capitalisme familial permet de restituer la langue matérielle d’un « monde bourgeois » sur le temps long : débordant la période révolutionnaire, se prolongeant au cœur de la Restauration, la trajectoire des Le Couteulx, entre la fin du xvie et le début du xixe siècle propose une lecture possible d’une ascension sociale vers la haute bourgeoisie au travers et, peut être, par-delà la Révolution française, autorisant une réflexion sur la mise en œuvre d’un « ordre bourgeois »6. Trois pistes sont explorées pour donner consistance à cette démarche : le siège social dans sa mobilité et sa capacité à produire des hiérarchies au sein du monde marchand, le capital que les mécanismes de reproduction sociale placent au cœur de la construction identitaire, enfin, les manifestations matérielles de l’anoblissement produisant un discours sur l’utilité sociale et son inflexion dans le champ révolutionnaire.

Le siège social et l’identité bourgeoise

  • 7  Voir Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, t (...)

3Les sièges sociaux n’ont pas fait l’objet d’une attention soutenue de l’historiographie. Pour des raisons difficiles à définir, l’univers matériel de la direction d’entreprise demeure mal connu7. Pourtant, leur géographie reflète autant la mobilité des réseaux que les enjeux de l’insertion et de la redistribution sociale.

Les dirigeants de Le Couteulx et Cie

Les dirigeants de Le Couteulx et Cie

Gras : dirigeants parisiens.
(C) : formation à Cadix.
Ital. : n’est pas le fils d’un dirigeant de Le Couteulx et Cie.

  • 8  AD Seine-Maritime, 2E1/2750, 5 août 1680. Achat de la maison rue de l’Épicerie par Étienne Ier ave (...)
  • 9  Ibid., 2E12/25, 11 décembre 1699. Achat en commun et à part égale du siège social rouennais de la (...)
  • 10  Jochen Hoock, « Réunions de métiers et marché régional. Les marchands réunis de la ville de Rouen (...)
  • 11  David Ier est quartenier, à partir de 1620, du quartier Martainville où se trouve la rue Malpalu, (...)
  • 12  Voir Guillaume Daudin, Commerce et prospérité, la France au xviiie siècle, Paris, PUPS, 2005, p. 2 (...)

4Deux siècles d’entreprise Le Couteulx se condensent, à Rouen, sur trois axes : l’ancienne rue Malpalu, paroisse Saint-Maclou, la rue de l’Épicerie, paroisse Saint-Denis, entre la cathédrale et la halle aux draps, où les Le Couteulx acquièrent, en 1680, leur premier siège social8, enfin, en 1699, la rue aux Ours, où l’entreprise installe durablement son siège, dans un ensemble important regroupant plusieurs corps de logis autour de deux cours, jusqu’à sa disparition, dans le premier quart du xixe siècle9. La mobilité du siège social rouennais, à la fin du xviie siècle, doit être replacée dans le cadre d’un affrontement corporatiste et procédurier qui oppose les marchands-drapiers aux merciers-grossiers, lors de la difficile mise en place d’une réglementation de la commercialisation du drap. La restructuration de la profession des marchands qui en découle, dans la conjoncture économique difficile de la seconde moitié du xviie siècle, entraîne une redistribution importante de leur localisation à Rouen : la paroisse Saint-Maclou, où résident les Le Couteulx, « connaît entre 1656 et 1687 un recul, supérieur à la moyenne de sa population marchande d’environ 45% »10. Elle s’accompagne d’un déclin sensible des effectifs de marchands bourgeois rouennais en exercice à cette époque, en particulier des marchands-drapiers, contraints de se diversifier à la fois dans leurs activités et leur localisation : les Le Couteulx qui ont exercé dans ce quartier d’importantes responsabilités marchandes et municipales abandonnent, pourtant, la rue Malpalu où les marchands-drapiers exerçaient traditionnellement leur métier depuis le début du xviie siècle11. Ces tensions corporatistes permettent de mieux comprendre, sans l’expliquer totalement, la création de la branche parisienne de Le Couteulx et Cie, ainsi que l’orientation progressive, vers 1670, d’une partie de ses activités vers les services bancaires, afin de faciliter l’activité commerciale dans un premier temps, puis progressivement, comme une source de profit moins dépendante des aléas économiques12. Elles ébauchent de nouvelles formes de concentration au sein de certains îlots, comme celui de la rue aux Ours, où les grandes familles marchandes se mêlent à la robe, favorisant l’affirmation d’« une strate supérieure du négoce », au sommet de l’échelle de la marchandise, consolidant sa position dans l’espace public, conjuguant le droit et la réputation, renforçant la différenciation sociale au sein de la marchandise, par le cumul des compétences et les alliances matrimoniales « de proximité ». Cette dynamique fournit également une clé importante pour expliquer la complémentarité par une spécialisation relative des activités entre les deux directions : Rouen se consacrant à la manufacture et au négoce, Paris se livrant aux activités plus financières. La « fluidité » des dirigeants entre les deux sièges tend, d’ailleurs, à se restreindre en avançant dans le xviiie siècle, Parisiens et Rouennais plaçant leurs fils indifféremment dans un siège ou dans l’autre, jusqu’aux années 1740. Ensuite, les branches parisiennes se stabilisent, tandis qu’une certaine mobilité existe encore du siège normand vers la capitale, soulignant le transfert du centre de gravité de l’entreprise vers Paris, dans le deuxième tiers du xviiie siècle.

  • 13  Nicolas Lyon-Caen, Un roman bourgeois sous Louis XIV? Récits de vie marchande et mobilité sociale  (...)
  • 14  Voir Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement xviie-xviiie siècles, Paris (...)
  • 15  AN, MC Et. CXIII/222, 30 septembre 1706. Inventaire des papiers de Joachim Seiglière de Boisfranc.

5À Paris, les localisations successives du siège, plus nombreuses (la société déménage ses locaux à huit reprises entre 1613 et 1812) traduisent un travail souvent renouvelé de « mise en visibilité » de la réussite de l’entreprise dans un univers concurrentiel dans lequel la plupart des nouveaux-venus risquent le rejet au sein des professions libres, en deçà des corporations marchandes13. Cette mobilité doit cependant être nuancée : toutes les implantations, entre 1630 et 1790, sont contenues dans un triangle étroit compris entre les églises Saint-Leu, Saint-Eustache et la rue Montorgueil, au nord du quartier des Halles, véritable centre de gravité de l’économie parisienne14. Cette mobilité relative s’inscrit, également, dans un contexte de renouvellement soutenu des sociétés de banque où la longévité des Le Couteulx fait figure d’exception : seuls trois établissements, sur les trente-six recensés par l’Almanach en 1704, ont traversé le demi-siècle et ont survécu à la banqueroute de Law. En 1749, neuf banques seulement sur les soixante-huit sociétés dénombrées – soit environ 13% – ont plus de vingt années d’existence. Les Le Couteulx ne sont d’ailleurs pas implantés tout à fait au cœur de ce monde bancaire parisien dont l’épicentre se trouve dans le quartier compris entre la Seine et le sud des Halles – les rues Thibotodée, du Bourdonnais, des Deux Boulles – et à l’est, à proximité des rues Saint-Martin et Quincampoix. L’insertion du siège social dans le tissu urbain hiérarchise l’espace public : une économie du prestige incite les Le Couteulx à rechercher, à l’intérieur d’un périmètre restreint préservant les réseaux de la sociabilité, de l’information commerciale, dans un micro marché immobilier à l’échelle du quartier ou de la rue, l’immeuble en adéquation avec la représentation de la position qu’ils occupent dans la société. Plus que d’une ségrégation spatiale, il s’agit d’un redéploiement social du logement, préservant les réseaux de proximité, mais redistribuant les hiérarchies sociales. À trois reprises, au xviie siècle, la direction parisienne déplace son siège dans la rue de la Grande Truanderie, paroisse Saint-Eustache, mais à des niveaux différents de loyers et de prestige, abandonnant au final, à partir de 1678, la somme annuelle considérable de 2 000 livres pour la location d’une grande maison neuve avec porte cochère15.

  • 16  AD Seine-Maritime, 2E1/2750, 5 août 1680. Achat d’une maison rue de l’Épicerie, paroisse Saint-Den (...)
  • 17  Ibid., 2E13/32, 14 juillet1719. Achat d’un ensemble de corps de logis adjacent au siège de rue aux (...)
  • 18  Ibid., 2E7/35, 28 juillet 1708. Contrat de mariage de Louise-Catherine Boëtte et d’Antoine III et (...)
  • 19  Voir Olivier Zeller, « Un mode d’habiter à Lyon au xviiie siècle. La pratique de la location princ (...)
  • 20  AN, MC Et. XCVIII/512, 26 décembre 1750. Exécution du testament de Jean X Le Couteulx.
  • 21  Ibid., XCVIII/622, 9 Juin 1777. Licitation de l’hôtel d’Auch par Catherine-Paule Le Couteulx, la m (...)
  • 22  Le cour Mandar est, à l’origine, un ensemble d’immeubles de rapport percé au sein de l’îlot consti (...)

6Les acquisitions de sièges par Le Couteulx et Cie, à partir de la fin du xviie siècle, se font en indivision entre les dirigeants et s’organisent, à Paris, comme à Rouen, dans l’exiguïté et la plasticité des quartiers centraux anciens16. La mobilité sociale se manifeste, alors, par le remaniement du bâti et la sociabilité de voisinage : le rachat des propriétés mitoyennes17, la rénovation ou la reconstruction coûteuse des hôtels particuliers, mais aussi la consolidation des formes de solidarité par les alliances commerciales et endogamiques entre voisins. Au début du xviiie siècle, deux dirigeants rouennais épousent deux sœurs de la riche famille négociante Boëtte, en affaires avec les Le Couteulx dans les expéditions malouines qui demeure dans l’hôtel voisin du siège de la rue aux Ours18. La vocation, à la fois professionnelle et résidentielle des sièges révèle un mécanisme de distribution longitudinal articulant comptoir et offices, au rez-de-chaussée, autour d’une cour avec porte cochère, tandis que les pièces d’habitation sont orientées, dans la mesure du possible, vers le jardin. Les pièces de prestige, éclairées en « lanterne », en interface entre espaces public et privé, souvent au premier étage, prennent leur lumière sur la cour et le jardin. Les logements vastes permettent non seulement la cohabitation des différents dirigeants, l’hébergement des associés provinciaux, mais également, les pratiques de locations19 : les deux propriétaires de la rue Montorgueil perçoivent un loyer de la société qui s’élève à 3 650 livres par an et louent également un corps de logis de l’hôtel d’Auch à un marchand bourgeois de la ville de Paris, beau-frère de l’un d’eux pour 1 500 livres annuelles, ainsi que deux maisons attenantes20. La spéculation immobilière n’est pas absente de la gestion des sièges : Jacques-Jean Le Couteulx du Molay, devenu seul propriétaire du siège de la rue Montorgueil21 choisit de remembrer les parcelles de l’îlot, d’en détruire le bâti, en 1790, afin de procéder à une opération immobilière locative d’ampleur avec l’architecte Charles-François Mandar22.

  • 23  Louis Bergeron, op. cit., tome I, p. 7.
  • 24  Louis-Sébastien Mercier, Le tableau de Paris, Amsterdam, 1783, art. 635 : Bâtiments.
  • 25  AN, T 188, Séquestres révolutionnaires, Papiers de Broglie. Voir Alexandre Gady, Les hôtels partic (...)
  • 26  AN, Juridictions extraordinaires : tribunal révolutionnaire, fonds W. 437, 29 novembre 1793. L’ord (...)
  • 27  Pierre-Nicolas Berryer, Souvenirs, Paris, 1839, tome I, p. 169.
  • 28  Félix Clerembray, La Terreur à Rouen : 1793‑1794‑1795, Rouen, Office d’édition du livre d’histoire (...)
  • 29  Essentiellement, les manufactures d’huile de baleine de Saint-Sever, de tabac de Morlaix et les fo (...)

7À la veille de la Révolution, la localisation des sièges sociaux parisiens de Le Couteulx et Cie accompagne le glissement accéléré du vieux centre vers l’ouest et les faubourgs : à cette époque, le nouveau mur d’octroi provoque une redistribution sociale significative de la population aisée de la capitale, suivie par l’activité financière23. Le percement d’environ soixante-dix rues s’accompagne d’une fièvre spéculative24. En 1788, la banque parisienne se trouve dans un croissant qui comprend le Palais-Royal et la rue de Richelieu à l’ouest, suivant, au nord, un axe reliant la place des Victoires à la porte Saint-Denis et s’achevant par les implantations anciennes des rues Saint-Martin et Beaubourg (voir carte). Au début de la Révolution, les dirigeants de Le Couteulx et Cie abandonnent le « triangle des Halles » pour installer le siège parisien place Louis Le Grand – la future place Vendôme – en 1790, dans le prestigieux hôtel d’Évreux, propriété, depuis 1787 du banquier Louis Pourrat, beau-père de Laurent-Vincent Le Couteulx de la Noraye25. Dans le contexte de la guerre engagée contre l’Espagne, le Comité de sûreté générale charge Ducange de leur arrestation à cette adresse, le 9 frimaire an II (29 novembre 1793), pour intelligence avec les ennemis de la République, ainsi que celle de tous les dirigeants parisiens de Le Couteulx et Cie26. Conduits à la Conciergerie, ils y sont détenus pendant plusieurs mois, le siège faisant l’objet d’un séquestre strict27. Tous, à l’exception de Louis Pourrat échappent à la guillotine28. La branche parisienne est alors mise en liquidation et la mort de Laurent-Vincent, le 16 brumaire an III (6 novembre 1794) oblige Canteleu à transférer le siège d’une nouvelle société recentrée sur les activités manufacturières et maritimes, au 56 de la rue du Faubourg Saint-Honoré29.

  • 30  Jules et Félix Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris, Paris, chez Fél (...)
  • 31  AN, MC, Et. CXVIII/733, 16 avril 1811. Papiers de l’inventaire après décès de Laurent-Barthélemy. (...)
  • 32  Ibid., XXVIII/746, 18 novembre 1813. Dissolution de Faveau, Le Couteulx et Cie.
  • 33  Installée place des Victoires en 1749, la banque Tourton & Ravel transporte son siège rue des Deux (...)
  • 34  Max Gerard, Messieurs Hottinguer, banquiers à Paris, Paris, Draeger Frères, 1968, p. 99 et 100.

8Après la Révolution, la banque ne s’accommode plus des rues étroites et boueuses des vieux quartiers; ce déplacement traduisant aussi une transformation de la fortune parisienne, tant dans sa structure que dans la mise en forme de sa réussite. Les établissements parisiens connaissent alors une forte concentration autour de la rue du faubourg Poissonnière, entre les faubourgs Montmartre et Saint-Denis, puis à l’ouest de la rue de Richelieu, autour du futur boulevard des Italiens : ici, la banque parisienne s’ouvre sur le faubourg Richelieu et la Chaussée-d’Antin. Jean-Barthélemy Le Couteulx et Cie est dissoute en 1808, en partie à cause d’un procès l’opposant à la banque espagnole Saint-Charles et une dernière société est créée, la même année, au 30 de la rue d’Hauteville30, entre les faubourgs Saint-Denis et Poissonnière, sous le nom de Fauveau, Le Couteulx et Cie, associant à Alexandre-François Fauveau, les fils de trois dirigeants parisiens de la société31. Le décès prématuré de deux d’entre eux entraîne la dissolution, en novembre 1813 et l’abandon du dernier siège social des Le Couteulx à Paris32. Si le nombre d’établissements recensés, par l’Almanach Royal, entre 1788 et 1818 se révèle très stable, 49 en 1788 contre 51 en 1818, le monde de la banque a changé : seuls huit établissements – soit 16,3% – ont survécu à la Révolution et à l’Empire, les maisons Busoni, Caccia, Delessert, Lefevre, Mallet, Perregaux, Rougemont et surtout Tourton-Ravel qui devient, avec la disparition de Le Couteulx et Cie, la plus ancienne banque de Paris33. Plus qu’à un renouvellement de la bourgeoisie de banque, – elle se renouvelait déjà à un rythme soutenu sous l’Ancien Régime –, on assiste à sa transformation en profondeur par la professionnalisation des pratiques, la participation aux affaires de finances qui exigent des compétences portées par une nouvelle génération de banquiers incarnée par les Perrier, Rothschild, Lafitte ou encore Hottinguer, installé rue du Sentier en 1818 et qui a été formé chez Le Couteulx et Cie avant la Révolution34.

9Les sièges sociaux des Le Couteulx traduisent différentes dimensions de la mobilité sociale : ils rendent visible la consolidation et l’affirmation d’une élite marchande dans un double phénomène de concentration sociale et de redistribution dans l’espace. Ils montrent, à la fois, la solidité et le crédit d’une entreprise dans un contexte d’assez forte précarité des établissements et traduisent également une transformation progressive des enjeux du capital dans le mode de propriété et l’organisation du bâti. Les acquisitions assez tardives, puis les ventes par licitation des sièges dans la seconde moitié du xviiie siècle, offrent un second niveau de lecture, plus délicat, d’une redistribution de la position sociale entre branches, au sein de la famille posant, dans le cadre de l’anoblissement, le problème plus large de la convertibilité possible de la réussite économique en « valeur sociale ».

La convertibilité du capital

  • 35  Voir Fanny Cosandey, Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, EHESS, 20 (...)

10Autant qu’un instrument de domination dans la sphère économique et sociale, on peut lire dans le capital un élément constitutif d’une identité. Il y a, dans sa gestion par les Le Couteulx, une manière d’être dans l’espace public, de conjuguer de façon transversale avec les hiérarchies, de produire et de vivre une représentation de l’ordre social, d’interroger la norme dans le cadre de la société d’ordre d’Ancien Régime35. L’ascension sociale des dirigeants de Le Couteulx et Cie se fonde essentiellement sur la consolidation, la maîtrise et la transmission d’un capital qui détermine, dans une large mesure, un aspect essentiel de l’identité bourgeoise : celui de la continuité et de la pérennité des affaires, gage de la crédibilité de la société et de son inscription dans la durée.

  • 36  AN, MC, Et.XCVIII/622. 9 juin 1777. Licitation de l’hôtel d’Auch à Catherine Paule Le Couteulx, mè (...)
  • 37  Il s’agit de Geneviève Dufour, veuve de Jean VIII entre 1660 et 1681 et de Louise Fouäche, veuve d (...)
  • 38  Jean-Baptiste-Étienne, avocat et seigneur des Muttes, anobli par lettres patentes en 1764, il rejo (...)

11La dimension familiale de ce capitalisme constitue un élément essentiel dont il apparaît nécessaire d’analyser les mécanismes de transmission. Ils relèvent, chez les Le Couteulx, d’un usage strict de la cooptation. Les successions de pères en fils représentent plus de 80% des désignations de dirigeants et dans 60% des cas, elles concernent des fratries. La génération qui dirige la société dans la seconde moitié du xviie siècle réunit cinq fils de Jean IV sur six dirigeants. Le plus souvent, après 1735, les dirigeants de Le Couteulx et Cie sont cousins, les différentes branches de la famille s’« individualisant » progressivement. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la fratrie devient l’exception pour disparaître totalement à la veille de la Révolution. Il semble ainsi que, la « barrière » de l’admission à l’entrée du capital étant franchie, le capitalisme familial, dans le cas des Le Couteulx, relève essentiellement de la transmission patrilinéaire au sein de branches familiales devenues parallèles et s’accompagne, peu avant la Révolution, de l’abandon par licitation de la propriété indivise des sièges : les du Molay acquièrent, en 1777, le siège de la rue Montorgueil pour 250 000 livres, les Verclives, en 1783, celui de la rue au Ours pour 105 000 livres36. Les apports « exogènes » de dirigeants font figure d’exception : un neveu et deux veuves participent au capital quand les décès trop rapprochés menacent la cohésion du capital ou la branche d’extinction, rappelant, comme le montre Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, le rôle parfois très actif joué par ces dernières en matière d’entrepreneuriat37. Enfin, deux dirigeants, Jean-Baptiste-Étienne en 176738 et Jean-Barthélemy en 1770, se détournent d’une carrière parlementaire pour rejoindre le siège parisien. L’équilibre entre les deux directions est maintenu jusqu’à la troisième génération avec un maximum de trois dirigeants par siège entre 1697 et 1738. Les générations suivantes n’en comptent plus que deux, mais avec un renouvellement plus important en faveur de la capitale. Après 1780, Paris l’emporte avec trois dirigeants sur quatre, tandis que Rouen passe aux mains de la dynastie des Verclives. La séparation d’intérêts entre les deux sièges de la société, dont le capital reste commun jusqu’au début du xixe siècle et malgré un système d’investissements croisés, est également précipitée par les difficultés financières que rencontre la direction parisienne à partir de 1785, notamment à cause de la perte du monopole du trafic des piastres avec l’Espagne et celle de Rouen menacée par le traité de commerce avec l’Angleterre de 1786. Pendant la Révolution, les dernières générations consolident encore le phénomène de reproduction sociale en ajoutant à l’hérédité une séparation de plus en plus nette entre les branches familiales : la sixième génération se caractérisant, en 1808, par une stabilité absolue de la transmission, associant sur Paris trois dynasties distinctes de la famille – les de la Noraye, les du Molay et les Canteleu –, tandis que la branche rouennaise des Verclives, associée à la puissante famille havraise des Fouäche ne voit pas de successeur parisien prendre la direction de la rue aux Ours après le décès de Barthélemy-Pierre en 1805.

  • 39  AN, G/7/721, 4 juillet 1704. Lettre de Boisguilbert au contrôleur général Chamillart.
  • 40  AN, MC, Et. XV/363,26 et 28 novembre 1698. Papiers de l’inventaire après décès de Antoine Ier Le C (...)
  • 41  Voir Herbert Lüthy, « Necker et la Compagnie des Indes », Annales. Économies, Sociétés, Civilisati (...)
  • 42  Il est probable que ce classement ait fait l’objet de contestations ou de remises en cause puisqu’ (...)

12L’importance du capital constitue une composante acceptable du discours bourgeois de la réussite sociale, non sans quelques réserves. Pierre Le Pesant de Boisguilbert présente, en 1704, la maison Le Couteulx comme « la plus fameuse banque de France » et affirme, se fondant sur une estimation généreuse, que la branche de Rouen dispose de « deux millions vaillants »39. Cette estimation, souvent reprise, doit être considérée avec prudence : les contrats de société renouvelés en 1697 et 1698 maintiennent la participation au capital de chaque dirigeant pour les deux branches à hauteur de 150 000 livres, pour un total non négligeable de 900 000 livres dans un contexte de pénurie forte du numéraire et de ralentissement des échanges. La valeur totale du capital de la société – et pas uniquement de la branche rouennaise – n’est portée à 2 400 000 livres qu’en 1720. La somme de deux millions de livres avancée par l’économiste reflète, sans doute, davantage le crédit dont disposent les Le Couteulx, à cette date et les capitaux qu’ils sont supposés pouvoir mobiliser par leur réseau, plutôt qu’un montant immédiatement disponible. Les contrats, renouvelés à échéances régulières, le plus souvent pour trois années, sous seing privé permettent de reconstituer, tant bien que mal, les fluctuations du capital, ainsi que la part contributive de chaque dirigeant. Celui de Le Couteulx et Cie s’accroît de manière significative, dans le premier quart du xviiie siècle, avec un maximum en 1720 pour se stabiliser, en 1762, autour de 1 200 000 livres40. Ce capital assez considérable, comparativement à celui de la plupart des établissements bancaires de l’époque41, constitue, avec l’ancienneté, une des caractéristiques principales de la gestion des Le Couteulx et contribue à assurer la réputation de sérieux et de solidité de l’entreprise. Il relève, pour une part, de l’« effet mécanique » du nombre des dirigeants impliqués dans la direction – six en 1720, quatre en 1762 –, le « droit d’entrée » reculant de 400 à 300 000 livres pendant la même période. Il est aussi le fruit d’un « effet cumulé » et de choix stratégiques permis par la durée exceptionnelle, conjuguée à la transmission patrilinéaire rigoureuse de l’entreprise limitant le plus possible la dispersion. Le « classement » discutable, établi par l’Almanach royal pour la première moitié du xviiie siècle situe les Le Couteulx, de manière récurrente, mais discontinue, parmi les quatre premières banques parisiennes. L’ancienneté et la stabilité de l’entreprise en sont, dans une large mesure, la cause42.

  • 43  AN, MC Et. XCVIII/581, 20 et 21 novembre 1768. Papiers de la succession et partage de Jacques VII (...)
  • 44  Cité dans Max Gerard, Messieurs Hottinguer, banquiers à Paris, Paris, Draeger Frères 1968, p. 99 e (...)
  • 45  Guillaume Daudin, Commerce et prospérité, la France au xviiie siècle, Paris, PUPS, 2005, p. 251‑25 (...)
  • 46  Voir Charles Carriere, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économi (...)
  • 47  Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme […], op. cit., p. 172.

13La variabilité du retour sur investissement interroge la dimension collective de la gestion du capital et la responsabilité personnelle de chaque dirigeant, renvoyant à une hiérarchisation entre les différentes branches familiales : à ce titre, faut-il encore parler d’une fortune familiale ou d’une somme d’investissements individuels? Le capital retiré peut être très variable selon l’implication du dirigeant ou ses résultats dans la société : si Jacques VII et Antoine-Louis engagent, chacun, une participation à hauteur de 300 000 livres dans le renouvellement du contrat de 1762, la part du premier, lors de son décès en 1768 est estimée à 434 187 livres, tandis que celle du second, en 1779, s’élève « seulement » à 342 269 livres43. L’absence d’une gestion véritablement collective semble poser problème à la veille de la Révolution : le jeune commis d’origine suisse, Jean-Conrad Hottinguer, qui travaille depuis 1784 chez Le Couteulx et Cie souligne le relatif désordre qui règne dans l’organisation et la gestion de l’entreprise dont il dresse, tant bien que mal, la comptabilité en partie double44. Il se souvient également des fortes divergences qui opposent les dirigeants. Il est plus difficile encore de prendre la mesure du profit : une estimation toujours délicate à établir, l’absence dans les archives de livres de comptes qui ne sont d’ailleurs pas toujours d’une grande fiabilité, un contexte concurrentiel qui invite à la discrétion, enfin, la publicité autour du profit qui peut être mal venue pour des raisons fiscales constituent autant d’obstacles au décryptage de la rentabilité réelle du capital45. Il apparaît, néanmoins, qu’il s’établit progressivement une perception plus claire de l’inégale vitesse de rendement du capital dont la prise en compte accélère, à la fois, la spécialisation de chaque branche et la complémentarité des pratiques dans le cadre d’investissements croisés, industriels et financiers, entre les deux sièges. La spécialisation géographique – Rouen est l’avant-port de Paris – n’explique pas tout : la variabilité des taux de profit a pour effet une différenciation croissante des investissements. Si les deux sièges participent également à la percée de la banque privée aux xviie et xviiie siècles, il apparaît que l’investissement commercial appelle une immobilisation souvent plus longue de fonds importants, avec un risque non négligeable de pertes et une exposition plus immédiate aux fluctuations économiques. La prudence des Le Couteulx à l’égard de l’investissement commercial est manifeste vers 1750. Elle se traduit par une approche différenciée de la construction du profit sans aboutir, cependant, à une spécialisation totale entre les deux sièges46. Il y a là une construction lente et souvent empirique de la profession de banquier, sur le substrat des réseaux du négoce, longtemps centrée, dans le cas des Le Couteulx, sur les lettres de change et le trafic des métaux précieux. La maîtrise progressive de l’outil financier ouvre la voie à l’émergence d’une élite restreinte de négociants-banquiers au xviiie siècle, puis de financiers toujours en lien avec la marchandise, mais de plus en plus spécialisée en matière de compétences et fermée en terme de recrutement social. La longévité de la société repose, aussi, sur la capacité de ses dirigeants à réaliser des investissements croisés entre banque et négoce : les Parisiens financent l’économie de la traite organisée par l’intermédiaire du siège rouennais depuis le Havre, ces derniers participent à la spéculation sur la rente avec les principaux financiers de l’époque47. Elle consolide encore la position d’une élite issue de la marchandise, mais dont les champs de compétences et les réseaux de sociabilité internationaux sont considérablement élargis.

  • 48  AD Seine-Maritime, 2E7 / 35, 28 juillet 1708. Contrat de mariage d’Antoine III et de Louise-Cather (...)

14Les pratiques matrimoniales participent amplement à l’économie du capital des Le Couteulx et contribuent de façon non négligeable à sa « mise en visibilité », dans un souci de préservation des intérêts familiaux. Ces pratiques procèdent d’une combinaison qui associe une endogamie de plus en plus affirmée pour les hommes, à une volonté manifeste, en tout cas au xviie siècle, d’exogamie concernant les filles vers les familles de la petite noblesse. L’endogamie se révèle, pour la branche parisienne, à cette époque, un puissant levier d’intégration au sein d’une élite marchande dans des stratégies complexes de compensation, conjuguant reproduction sociale et intérêts corporatistes. Les Le Couteulx ont alors régulièrement recours, jusqu’au début du xviiie siècle, aux mariages entre fratries consolidant leurs relations avec des familles négociantes bien instituées : les Le Brest ou de Berny à Paris, les Bouëtte à Rouen. La manifestation dans la sphère publique d’une ascension maîtrisée situe le lignage dans un « marché matrimonial » étroit où comptent l’ancienneté du lignage, l’implication dans la vie publique et, bien entendu, la conjonction indispensable d’intérêts matériels et commerciaux. Cette « vigilance endogamique » se traduit par une inflation éloquente du nombre et de la qualité des signataires des contrats de mariage : pas moins de cent-quinze signatures accompagnent celui d’Antoine III et de Louise-Catherine Bouëtte en 1708, soulignant la valeur de discours public, en matière d’intégration sociale, d’un tel document48.

  • 49  Les dots passent, dans le premier quart du xviiie siècle, la barre des 60 000 livres pour atteindr (...)

15La transformation des logiques matrimoniales des Le Couteulx au xviiie siècle reflète une évolution importante du rapport au capital dans les décennies qui précédent la Révolution, sa préservation s’exerçant dans le cadre d’une reproduction sociale stricte : on peut s’étonner d’assister au « verrouillage » des choix matrimoniaux de ses dirigeants qui pratiquent, de façon soutenue, l’endogamie croisée entre les différentes branches de la famille donnant lieu à de multiples alliances consanguines nécessitant de fréquentes dispenses, tandis que la valeur des dots et des apports au mariage atteint des sommets49. La consanguinité nuance l’individualisation des branches, croisant les intérêts de chacune et contribuant à une situation intermédiaire entre directions de fratries et rivalités autour du contrôle du capital. Cette forte endogamie consanguine constitue, dans les faits, une économie du capital qui présente plusieurs avantages : elle permet au lignage dépourvu de descendance masculine de contribuer indirectement à la poursuite de l’entreprise et facilite les stratégies de rapprochement entre les branches des Aubris et des de la Noraye, par exemple, toutes deux anoblies par lettres patentes en 1756, consolidant la cohésion de la direction parisienne, mais assurant, aussi, la primauté de certains lignages sur les autres, précipitant l’anoblissement des autres branches et provoquant les acquisitions par licitation des sièges sociaux. Il semble de « tradition familiale » que les descendants des Aubris épousent des filles de la Noraye consolidant, voire fusionnant sur plusieurs générations, deux branches des Le Couteulx, tandis que Catherine-Paule de la Noraye, la veuve de Jacques VII des Aubris acquiert seule l’hôtel d’Auch, en 1777, siège parisien de la rue Montorgueil, qu’elle transmet à son fils unique, Jacques-Jean Le Couteulx du Molay, marié à son tour à une de la Noraye dégageant ainsi une dynastie « dominante » au sein de la nébuleuse familiale.

  • 50  AD Seine-Maritime, 2E 2/110, 6 juin 1775. Contrat de mariage entre Jean-Barthélemy
    et Anne Le Cout (...)
  • 51  Ibid., 2E2/148, le 19 septembre 1805. Papiers de l’inventaire après décès de Barthélemy-Pierre.
  • 52  La dot de ce mariage n’est pas pleinement représentative des pratiques familiales des Le Couteulx (...)
  • 53  Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnair (...)

16Le cas de Jean-Barthélemy Le Couteulx de Canteleu qui choisit de s’allier à la branche rouennaise des Verclives se révèle plus complexe. Antoine IV Le Couteulx de Verclives épouse en 1762, en troisième noce, moyennant une dot non négligeable de 80 000 livres, la sœur de Jean-Barthélemy. L’obtention d’une dispense est compliquée par le fait qu’il s’agit du troisième mariage consanguin consécutif d’Antoine IV : en l’occurrence, il épouse la nièce après avoir épousé la tante. Mais il est aussi le frère d’Anne Le Couteulx, la future épouse de Jean-Barthélemy; ce système d’alliances croisées entre fratries d’une même famille a nécessité plusieurs dispenses de consanguinité et la dot qu’apporte la sœur d’Antoine IV est considérable, d’un montant de 647 000 livres50. L’alliance rouennaise entre Verclives et Canteleu tempère l’influence sur l’entreprise des dirigeants parisiens, au moins jusqu’au début du xixe siècle : le départ de Jean-Barthélemy pour Paris et le décès prématuré de Barthélemy-Pierre, le fils d’Antoine IV précipitent la fin de cet équilibre51. La dot exceptionnelle d’Anne Le Couteulx dans l’histoire familiale constitue également une exception pour l’époque52. La quarantaine d’élus du Tiers prise en compte par Timothy Tackett53 connait une dot moyenne de 60 000 livres : Jacques-François Begouën-Demeaux et Jean-Barthélemy Le Couteulx de Canteleu sont deux députés du Tiers dont la dot des épouses dépasse les 600 000 livres, vers 1775. Mais il faut constater que ces familles normandes se situent, par la même occasion, dans la partie supérieure des dots aristocratiques de l’Assemblée dont la moyenne des cas retenus est estimée autour de 250 000 livres.

17Ce négoce richissime, fraîchement anobli, siégeant parmi le Tiers occupe, par le poids du capital, une position intermédiaire et paradoxale dans la structure sociale d’Ancien Régime : sans faire, au plein sens du terme, partie de la noblesse, il ne se confond plus avec le tiers état qu’il représente pourtant. Il manque aux Le Couteulx, à la veille de la Révolution, à la fois l’ancienneté du lignage et la légitimité d’un discours sur l’égalité sociale. Quel sens donner à l’anoblissement quand on aspire à l’abolition des privilèges? Cette inflexion du discours dans la sphère publique, par la participation au champ politique implique la redéfinition de la notion d’utilité sociale et sa conversion sur le terrain de l’honorabilité.

La trace matérielle de l’honorabilité : donner du sens à l’anoblissement

  • 54  Voir Guy Chaussinand-Nogaret, « Capital et structure sociale sous l’Ancien Régime », Annales, Écon (...)
  • 55  AD Seine-Maritime, 3B 55 (fo 212), février 1756. Lettres d’anoblissement de Jean-Étienne Ier et Ba (...)

18La conversion vers l’anoblissement par l’achat d’une charge complète l’affirmation d’une position prépondérante au sein du négoce, sans en effacer complètement, toutefois, le caractère dérogeant54. L’administration royale, pointant l’« inévitable trahison de la marchandise » et son abandon pour le second ordre promeut, par les lettres d’anoblissement, son utilité sociale et affirme, dans la sphère publique, l’honorabilité de l’ascension bourgeoise55. Les dirigeants de Le Couteulx et Cie en saisissent l’ambivalence qui, tout en les distinguant du reste de la marchandise, ne les place qu’à l’orée du second ordre.

  • 56  AN, MC, Et. LVII/411, 8 juillet 1754. Papiers de l’inventaire après décès
    d’Étienne III Le Couteul (...)
  • 57  AD Seine-Maritime, 15 Fi Fonds Vanier, Quelques notes sur la famille Le Couteulx (1952‑1953).
  • 58  AN, MC, Et. XV/520, 19 août 1721. Papiers de l’inventaire de Barthélemy II Le Couteulx.
  • 59  Ibid., LVII/411, 8 juillet 1754. Papiers de l’inventaire après décès d’Étienne III Le Couteulx.
  • 60  AD Seine-Maritime, 2E 2/125, 23 septembre 1784. Contrat de mariage de son fils Jean-Barthélemy.
  • 61  Voir Adolphe Cheruel, Dictionnaire historique des institutions, mœurs et coutumes de la France, Pa (...)

19C’est dans le cadre d’une différenciation sociale au sein du monde négociant que prend sens, d’abord, le processus d’anoblissement des Le Couteulx56. Entre 1698 et 1750, 52% d’entre-eux sont qualifiés uniquement de « marchands bourgeois », on en dénombre jusqu’à 80% dans les actes compris entre 1738 et 1750, période que l’on peut caractériser comme celle de l’intégration la plus aboutie des Le Couteulx au sommet du négoce, tant parisien que normand. Ensuite, ils sont de plus en plus nombreux à revendiquer un titre qui les lie, soit au monde de la petite noblesse issue des offices, soit à celui des Chambres de commerce – les charges municipales, quoique nombreuses, semblent moins sollicitées, avant 1750 –57. Les offices ont un prix, il peut être élevé : Barthélemy II fait l’acquisition, le 4 août 1706, de l’un des quarante offices créés par Louis XIV, dans une période de difficultés économiques, moyennant la somme de 70 000 livres58. Son cousin Étienne III, achète, à la même époque, « l’état et office de secrétaire du roi », mais il doit, à plusieurs reprises verser au trésorier Bertin des sommes non négligeables : 10 000 livres en 1715, 10 666 livres en 1731 et en 1744, 19 333 livres59. Barthélemy-Thomas Le Couteulx, qui ne dirige pas la société, acquiert en 1767 la charge très importante de premier président de la Cour des Comptes aides et finances de Normandie pour la somme considérable de 280 000 livres : il est alors qualifié dans les actes de « chevalier conseiller du roi en tous ses conseils »60. L’aristocratie, par la bouche de Saint-Simon, ne voit dans ce procédé qu’une façon de « battre monnaie avec de la cire et du parchemin » rapportant, certes, à l’État près de 4 000 000 de livres61.

  • 62  Depuis 1751, les nobles sont autorisés à faire le commerce de gros sans être inscrits dans un corp (...)
  • 63  Jean-Marie Constant, La société française aux xvie, xviie et xviiie siècles, Gap, Paris, Ophrys, 1 (...)
  • 64  AN, MC Ét, XCVIII/538, 13 juin 1757 avec ajout du 10 juillet. Achat de la terre du Molay par Jacqu (...)
  • 65  AD Seine-Maritime, 2E2/81, 12 novembre1760. Achat du fief, seigneurie et châtellenie d’Hacqueville (...)
  • 66  AN, MC Ét. XCVIII/633, 14 mars 1780. Achat par l’intermédiaire d’Antoine IV de la terre et seigneu (...)
  • 67  Ibid., CVIII/590, 23 mars 1771. Achat par Le Couteulx du Molay pour 180 000 livres de la Malmaison (...)
  • 68  Ils tiennent à Louveciennes, le samedi et le dimanche, un salon prestigieux qui reçoit le navigate (...)
  • 69  Éric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles. 600 F (...)

20La rupture s’opère au milieu du xviiie siècle avec les premières lettres d’anoblissement accordées en 1756 à deux dirigeants rouennais, Jean-Étienne Ier et Barthélemy Ier, les intéressés se retirant aussitôt du tableau du corps des marchands-drapiers afin d’échapper à la capitation62 et plus tard, avec celles octroyées à deux avocats du parlement de Normandie, en 1764, distinguant, au sein de la famille Le Couteulx, la branche parlementaire. Entre 1751 et 1786, 80% des dirigeants mentionnés dans les successions le sont désormais avec le titre d’« écuyer », suivi du nom éponyme d’une propriété ou d’une seigneurie. Si la pratique de l’agrégation coutumière est rendue plus délicate par la multiplication des contrôles d’usurpation au xviie siècle – les Aubris et de la Noraye portent le nom de fermes probablement acquises à la fin de ce siècle –, la seigneurie ne prend sens véritablement qu’en étant inscrite dans une ascension sociale déjà engagée dans la voie de l’anoblissement à laquelle elle confère un certain lustre par son importance et les revenus qui lui sont attachés63. Elle donne ainsi son nom au lignage, le distinguant des autres branches familiales. Les nouveaux anoblis multiplient les achats de propriétés, à un rythme très soutenu, dans la seconde moitié du xviiie siècle : une première vague d’acquisitions conséquentes est opérée, dès 1757, par les fils de Jean-Étienne Ier anobli l’année précédente, avec l’achat des fiefs et seigneuries du Molay, près de Bayeux et du Puy de la Vallée, en Picardie64; une seconde,dans les années 1760, dans le Vexin Normand, entre Les Andelys et Gisors, avec les seigneuries de Hacqueville et de Richeville, Verclives et de Farceaux, véritable étape sur la route entre Paris et Rouen, reliant les deux sièges. Il s’agit d’acquisitions importantes, dont deux, celles du Molay et de Farceaux, dépassent les 400 000 livres65. Ces acquisitions sont l’amorce d’un changement du mode de vie en terme de domiciliation multiple : à partir de 1770, les achats de « campagnes » dans une proximité relative des sièges s’accélèrent, à Canteleu, près de Rouen, par Jean-Barthélemy en 178066 et en Île de France, à la Malmaison en 1771, à Villeflix en 1782, à Louveciennes en 1787 et à Auteuil en 179267. Les deux propriétés voisines de la Malmaison et de Louveciennes sont le cadre d’une sociabilité croisée de salon68 dont l’esprit va du badinage, au pamphlet politique, souvent teintée de fraternité maçonnique69. Au total, entre 1754 et la Révolution, les dirigeants de Le Couteulx et Cie consacrent près de 2 000 000 de livres à l’achat de propriétés.

  • 70  Voir Robert Descimon, « Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme entreprise », dans Wolfg (...)
  • 71  Christine Favre-Lejeune, Les secrétaires du roi de la grande chancellerie de France (1672‑1789), P (...)
  • 72  Jacques Le Goff, Robert Descimon, Alain Guery, « Un État des temps modernes? », dans André Bruguie (...)

21Le cumul des responsabilités et des offices implique, à cette époque, des choix hiérarchisés dans la publicité de la dignité : si les responsabilités au sein des chambres de commerce sont volontiers mises en avant dans le deuxième tiers du xviiie siècle, elles sont supplantées largement dans les décennies qui précédent la Révolution par les offices, ainsi que par les fonctions municipales les plus importantes : Antoine-Louis Le Couteulx de la Noraye est maire de Rouen en 1764, Antoine IV Le Couteulx de Verclives entre 1774 et 1776. La construction de la titulature révèle autant l’ascension sociale que le caractère « composite » de la notabilité70. Les Le Couteulx ont certainement peu d’illusion sur le prestige véritable de la charge, mais ils n’ignorent pas que l’office ouvre la voie aux réseaux des manieurs d’argent que le pouvoir royal utilise pour « drainer les finances » des élites du royaume71, favorisant le terrain fertile de « l’échange entre argent et honneur, constitutif du privilège »72.

  • 73  AD Seine-Maritime., C. 1092, Observations préliminaires de la Chambre de commerce de Normandie sur (...)
  • 74  Le Guide National, ou liste des noms et demeures des principaux personnages de
    la capitale, à Pari (...)
  • 75  AN, F4774 10, Fonds du Ministère de l’Intérieur, Mémoire des citoyennes Le Couteulx au Comité de (...)

22L’honorabilité des Le Couteulx prend une nouvelle dimension, dans les années qui précédent la Révolution par une participation active aux débats publics sur des questions essentiellement d’économie et de finances qui permet une meilleure compréhension de l’engagement d’une famille dans le champ politique pendant la Révolution. La branche parisienne, en 1785, fait l’objet d’une campagne acérée de libelles, soutenue par le publiciste Brissot et par Mirabeau, à l’initiative du ministre Calonne qui dénonce la spéculation à laquelle se livrent les Le Couteulx avec l’argent espagnol. On publie De la Banque d’Espagne dite de Saint-Charles, suivi d’une Lettre du comte de Mirabeau à M. Le Couteulx de la Noraye. La branche rouennaise n’est pas en reste : après avoir opposé des remontrances en 1786, au nom de la Chambre de commerce de Rouen, sur le traité avec l’Angleterre73, Jean-Barthélemy Le Couteulx de Canteleu est désigné par le pouvoir royal l’année suivante au nombre des six membres du Tiers qui composent l’Assemblée provinciale de Normandie. Il se prononce clairement, en 1788, dans un Mémoire présenté à la ville de Rouen, en faveur du doublement des membres du Tiers et du vote par tête, dénonçant les privilèges fiscaux et prônant la transformation des États-généraux en Assemblée nationale. La conversion des anoblis dans le champ de la représentativité politique est pesée par les assemblées provinciales, l’année suivante : si Jean-Barthélemy est élu député du Tiers, au second rang derrière Thouret à Rouen, la candidature de Laurent-Vincent est rejetée devant l’assemblée de Paris hors-les-murs, bien que ce dernier ait plaidé pour la distinction entre une noblesse de mérite et celle acquise à prix d’argent. Modérés en matière économique, les Le Couteulx se montrent plus conservateurs dans le champ politique : proches de Sieyès qu’ils reçoivent à la Malmaison, ils sont membres du club des Feuillants à partir de juillet 1791 et, fidèles à la monarchie constitutionnelle, se prononcent en faveur d’un procès du roi par un jury de citoyens, dans un opuscule anonyme intitulé Le cri de la conscience. Cette modération les expose à la dérision tant révolutionnaire que contre-révolutionnaire, atteignant la réputation, moquant le nom, mais portant le coup, en priorité, à l’utilité sociale : un savoureux pamphlet recense au nombre des figures majeures des débuts de la Révolution Jean-Barthélemy Le Couteulx, mais lui attribue pour adresse la « rue Vide-Gousset, au bureau des assignats-monnaye »74, plus tard, sous le Directoire, la presse royaliste dénonce la connivence opportuniste des milieux d’affaires avec le pouvoir et prête à de Canteleu le surnom de « Cauteleux ». Lors de la Terreur, les citoyennes Le Couteulx peuvent affirmer dans une lettre ouverte adressée au Comité de salut public que leurs maris n’avaient pas souhaité être anoblis, qu’ils auraient « préféré aux futiles distinctions recherchées par la vanité, l’avantage de se rendre constamment utiles à leur patrie »75.

  • 76  Natalie Petiteau, Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au xixe siècle (1808‑1914), Paris, La (...)
  • 77  AN, MC, Et. CXVII/993, 28 thermidor an IX de la République, inventaire après décès de Geneviève-So (...)
  • 78  Ibid., CXVII/982, 29 brumaire an V. Contrat de mariage Pauline-Laurette et de Louis-Jules-César de (...)

23Les titres retrouvent leurs droits sous le Directoire et plus encore sous l’Empire : le pouvoir a bien compris le rôle que peuvent jouer les « nobles refaits » dans la reconstruction de l’ordre social76. Les Le Couteulx saisissent l’occasion de convertir dans le nouveau champ politique l’anoblissement d’Ancien Régime : les titres s’alourdissent et s’inscrivent dans une solution de continuité, parfois étrange, allant de l’Ancien Régime à la Restauration. Si Jacques-Jean Le Couteulx du Molay est qualifié, en 1801, de « propriétaire demeurant ordinairement à Meung », il devient, en 1823, « Baron Le Couteulx, chevalier de l’ordre royal de la légion d’honneur, ancien trésorier général de la caisse de l’extraordinaire »77. La Révolution et l’Empire ont accéléré, de façon significative, l’intégration de l’ancienne marchandise anoblie : la fidélité ou l’opportunisme lui conférant les quartiers de noblesse qui lui faisaient défaut auparavant. La Révolution a aussi encouragé la fusion de la vieille aristocratie avec les derniers anoblis d’Ancien Régime : Pauline-Laurette Le Couteulx, la fille de Jacques-Jean épouse, en 1796, dotée de 300 000 livres, Louis-Jules-César de Noailles. Son frère, Jacques-Félix Le Couteulx du Molay, futur préfet de Côte-d’Or demeure fidèle aux pratiques matrimoniales familiales et s’unit pour la quatrième génération consanguine consécutive, en 1804, à sa cousine Alexandrine-Sophie Le Couteulx de la Noraye, par un contrat de mariage signé par deux altesses sérénissimes de l’Empire, Cambacérès et Lebrun78. Anciens banquiers, négociants, manufacturiers formés dans la succursale de Cadix, les Le Couteulx deviennent hommes politiques, polytechniciens, auditeurs au Conseil d’État, hauts fonctionnaires, associés aux plus grandes familles, siégeant dans les conseils d’administration, alliés aux plus anciens lignages de l’aristocratie, faisant valoir, indépendamment des régimes, par une présence diffuse, croisée, mais incontournable au sommet de l’État, le poids et l’influence durable des réseaux d’une élite réinventée.


*

  • 79  Guy Chaussinand-Nogaret, La noblesse au xviiie siècle, op. cit., p. 54‑55 et François-Joseph Ruggi (...)
  • 80  Luc Boltanski, Laurent Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallima (...)

24La mobilité sociale des Le Couteulx, nous apprend que la société d’ordres d’Ancien Régime est sans doute moins figée qu’on ne le pense. La maîtrise du discours public conciliant le prestige, la pérennité ou l’honorabilité est sous tendue par la capacité à déplacer la norme sociale tout en l’intériorisant – la construction de la titulature, la reconstruction de la notabilité. Elle montre que l’ascension des Le Couteulx sous l’Ancien Régime est tout sauf linéaire : elle se décompose en plusieurs plans – le négoce, la finance, la noblesse, la représentation politique – qui se répondent, se superposent ou se complètent permettant la conversion de la valeur dans le champ de l’utilité sociale. Une constante de l’identité bourgeoise tient-elle dans cette quête d’un « état », c’est-à-dire d’une réussite sociale légitimée par le principe de l’utilité commune? Une relecture du sens de l’anoblissement s’impose : certaines vertus considérées volontiers comme « bourgeoises », au xixe siècle, liées au travail ou à la fortune sont, en fait, « consubstantielles de la notion même de noblesse » si on les considère en perspective79 : elles doivent être regardées, non pas comme l’affirmation tardive d’une identité, mais comme le produit d’un discours public sur le mérite lentement construit qui plonge ses racines dans le pouvoir d’Ancien Régime, rendant, par là même, délicate l’affirmation d’un « ordre bourgeois » sorti armé de la Révolution. Il existe une solution de continuité sur deux siècles chez les Le Couteulx, lisible au travers de l’univers matériel, par-delà le « catalyseur révolutionnaire », dont il ne faut pas, cependant, sous estimer le rôle en terme de filtrage et de cristallisation de la position sociale. Cet univers, en apparence polysémique et fragmenté, participe à la construction de la valeur et à sa reconnaissance dans une convergence du discours qui ne peut nous échapper80. L’adéquation du signe et du sens relève du décryptage soigneux d’un univers, le plus souvent, non verbal dont il reste à mesurer la variabilité des niveaux de production – collectif, individuel ou exogène –, comme l’organisation de la réception dans la sphère publique – la localisation d’un siège social, l’anoblissement ou le choix d’une alliance, par exemple. Dans quelle proportion les pratiques matérielles sont-elles les matrices futures d’un discours sur l’identité bourgeoise, comme on peut l’observer, dans le cas des Le Couteulx, pour le capital ou l’endogamie? Sans doute, ce travail en cours montre-t-il encore de manière insuffisante tout le caractère fragmentaire et stratifié, mais convergeant de la construction d’une identité bourgeoise dans ses assises matérielles et par les modes de manifestation où elle recompose ses enjeux dans un dialogue constant avec l’espace public – le siège social, les contrats de mariage, l’engagement politique. Mobilité, redistribution, concentration établissent à des niveaux différents, dans des registres variés, une trace – plus qu’une image – cohérente du caractère pluriel et discuté d’une construction identitaire collective, en deçà du champ de l’affirmation, mais dans une convergence du sens, des pratiques et des moyens.

Haut de page

Notes

1  Sarah Maza, The myth of the French bourgeoisie: An essay on the social imaginery 1750‑1850, Cambridge, Harvard University Press, 2003, p. 5‑6.

2  Sur les acquis historiographiques du concept habermassien d’espace public voir, en particulier, Stéphane van Damme, « Farewell Habermas? Deux décennies d’études sur l’espace public aux xviie et xviiie siècles », dans Les dossiers du Grihl, Historiographie et méthodologie, Les dossiers de S. Van Damme, 2007. Il ne s’agit pas ici d’opposer catégoriquement espaces privé et public, l’un pouvant être constitutif de l’autre, voir Dena Goodman, « Public sphere and private life : toward a synthesis of current historiographical approaches to the Old Regime », History and Theory,
no 31, 1992, p. 1‑20.

3  Leora Auslander, « Beyond Words », The American Historical Review, vol. 110, no 4, octobre 2005, p. 1015‑1045.

4  Si les concepts de révolution du consommateur, de société de consommation ou de consommation de masse restent discutés pour le xviiie siècle (voir Jan de Vries pour les Pays-Bas), les notions d’émulation en matière de consommation, même pour les plus pauvres ( le « populuxe » de Cissie Fairschilds) ou d’imitation d’un modèle aristocratique (le « semi-luxury » de Maxine Berg) soulignent l’intérêt d’une réflexion plaçant au cœur de la culture matérielle les pratiques distinctives : les significations implicites sont-elles dans les objets (Lorna Weatheril) ou dans les situations sociales dans lesquelles ils sont placés (Arjun Appadurai)? Dans la perspective d’une histoire du « sujet », une lecture par le « genre » (Victoria de Grazia) éclaire encore la diversité des pratiques de consommation d’un jour différent.

5  Je lui exprime ici ma gratitude. Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme dans la France moderne, la dynastie Le Couteulx, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001.

6  Lynn Hunt, « La visibilité du monde bourgeois », dans Jean-Pierre Jessenne (dir.), Vers un ordre Bourgeois? Révolution et changement social, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 372.

7  Voir Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, thèse de doctorat, Paris, Université de Paris IV, 1975 et plus récemment, Jean Lambert-Dansette, Histoire de l’entreprise et des chefs d’entreprise en France, 1830‑1880, Paris, Chemin de la Mémoire, L’Harmattan, 2000‑2003, 3 vol. 

8  AD Seine-Maritime, 2E1/2750, 5 août 1680. Achat de la maison rue de l’Épicerie par Étienne Ier avec ses deux associés parisiens, Jacques III et Antoine Ier.

9  Ibid., 2E12/25, 11 décembre 1699. Achat en commun et à part égale du siège social rouennais de la rue aux Ours à Henri Henriquez, pour 39 000 livres.

10  Jochen Hoock, « Réunions de métiers et marché régional. Les marchands réunis de la ville de Rouen au début du xviiie siècle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, mars-avril 1988, no 2, p. 303‑304.

11  David Ier est quartenier, à partir de 1620, du quartier Martainville où se trouve la rue Malpalu, son frère Jean IV lui succède en 1638, il est alors deuxième consul de la juridiction consulaire, puis devient échevin moderne en 1644.

12  Voir Guillaume Daudin, Commerce et prospérité, la France au xviiie siècle, Paris, PUPS, 2005, p. 249

13  Nicolas Lyon-Caen, Un roman bourgeois sous Louis XIV? Récits de vie marchande et mobilité sociale : les itinéraires des Homassel, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2008. Les Le Couteulx disposent déjà dans la capitale d’un facteur et de plusieurs loges dans les foires parisiennes de Saint-Lendit et de Saint-Germain lors de leur installation.

14  Voir Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement xviie-xviiie siècles, Paris, 1989, p. 270 et Natacha Coquery, L’hôtel aristocratique, le marché du luxe à Paris au xviiie siècle, Paris, 1998, p. 64.

15  AN, MC Et. CXIII/222, 30 septembre 1706. Inventaire des papiers de Joachim Seiglière de Boisfranc.

16  AD Seine-Maritime, 2E1/2750, 5 août 1680. Achat d’une maison rue de l’Épicerie, paroisse Saint-Denis à Rouen, ibid., 2E12/25, 11 décembre 1699. Achat du siège de la rue aux Ours, AN, MC, Et. XXIX/408, 7 mai 1732. Reconnaissance d’acquisition par Jacques VI et Jean X de l’hôtel d’ Auch.

17  Ibid., 2E13/32, 14 juillet1719. Achat d’un ensemble de corps de logis adjacent au siège de rue aux Ours à la riche famille Asselin, propriétaire de l’hôtel voisin pour 40 000 livres.

18  Ibid., 2E7/35, 28 juillet 1708. Contrat de mariage de Louise-Catherine Boëtte et d’Antoine III et Ibid., 2E7/43, 7 septembre 1712. Contrat de mariage de Marie-Anne Boëtte et de Barthélemy Ier, dotées chacune de 30 000 livres.

19  Voir Olivier Zeller, « Un mode d’habiter à Lyon au xviiie siècle. La pratique de la location principale » Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, tome XXXV, 1988 no 1, p. 36‑60. Les Le Couteulx sous-louent puis louent de façon régulière des parties des sièges sociaux.

20  AN, MC Et. XCVIII/512, 26 décembre 1750. Exécution du testament de Jean X Le Couteulx.

21  Ibid., XCVIII/622, 9 Juin 1777. Licitation de l’hôtel d’Auch par Catherine-Paule Le Couteulx, la mère de Jacques-Jean.

22  Le cour Mandar est, à l’origine, un ensemble d’immeubles de rapport percé au sein de l’îlot constitué par l’ancien siège social de la rue Montorgueil et les jardins de l’hôtel de Charost voisin.

23  Louis Bergeron, op. cit., tome I, p. 7.

24  Louis-Sébastien Mercier, Le tableau de Paris, Amsterdam, 1783, art. 635 : Bâtiments.

25  AN, T 188, Séquestres révolutionnaires, Papiers de Broglie. Voir Alexandre Gady, Les hôtels particuliers de Paris, du Moyen-Âge à la Belle-Époque, Paris, Éditions Parigramme, 2008, 327 p. 204‑205, ainsi que les gravures extraites de l’ouvrage de Jean Mariette, L’architecture française, Paris, 1727.

26  AN, Juridictions extraordinaires : tribunal révolutionnaire, fonds W. 437, 29 novembre 1793. L’ordre d’arrestation concerne également Jacques-Jean du Molay, Barthélemy-Jean-Louis et Louis Pourrat,

27  Pierre-Nicolas Berryer, Souvenirs, Paris, 1839, tome I, p. 169.

28  Félix Clerembray, La Terreur à Rouen : 1793‑1794‑1795, Rouen, Office d’édition du livre d’histoire, 1994 (réed.).

29  Essentiellement, les manufactures d’huile de baleine de Saint-Sever, de tabac de Morlaix et les fonderies de cuivre de Romilly-sur-Andelle.

30  Jules et Félix Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris, Paris, chez Félix Lazare, 1844, p. 279‑280.

31  AN, MC, Et. CXVIII/733, 16 avril 1811. Papiers de l’inventaire après décès de Laurent-Barthélemy. Les statuts de la société prévoient que Laurent-Barthélemy, le fils de Barthélemy-Jean-Louis, soit rejoint en 1810 dans le capital par Barthélemy-Alphonse, fils de Jean-Barthélemy et Jacques-Félix, fils de Jacques-Jean Le Couteulx du Molay.

32  Ibid., XXVIII/746, 18 novembre 1813. Dissolution de Faveau, Le Couteulx et Cie.

33  Installée place des Victoires en 1749, la banque Tourton & Ravel transporte son siège rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur en 1788, puis, rue du Mont Blanc sous la raison sociale Tourton, Ravel et Cie.

34  Max Gerard, Messieurs Hottinguer, banquiers à Paris, Paris, Draeger Frères, 1968, p. 99 et 100.

35  Voir Fanny Cosandey, Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, EHESS, 2005, p. 15‑17.

36  AN, MC, Et.XCVIII/622. 9 juin 1777. Licitation de l’hôtel d’Auch à Catherine Paule Le Couteulx, mère de Jacques-Jean et AD Seine-Maritime, 2E2/124, 22 avril1783. Licitation du siège de la rue aux Ours en faveur d’Antoine IV.

37  Il s’agit de Geneviève Dufour, veuve de Jean VIII entre 1660 et 1681 et de Louise Fouäche, veuve de Barthélemy-Pierre Le Couteulx de Verclives, entre 1805 et 1824, voir Édouard Delobette, Ces « Messieurs du Havre ». Négociants, commissionnaires et armateurs de 1680 à 1830, Thèse de doctorat, soutenue à l’Université de Caen, sous la direction du professeur André Zysberg, 2005, 2 547 p. Sur le rôle des veuves, voir Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001.

38  Jean-Baptiste-Étienne, avocat et seigneur des Muttes, anobli par lettres patentes en 1764, il rejoint la direction parisienne en 1767 qu’il abandonne en 1781.

39  AN, G/7/721, 4 juillet 1704. Lettre de Boisguilbert au contrôleur général Chamillart.

40  AN, MC, Et. XV/363,26 et 28 novembre 1698. Papiers de l’inventaire après décès de Antoine Ier Le Couteulx. Ibid., XV/520,19 août 1721. Inventaire après décès de Barthélemy II, papiers. Ibid., XCVIII/569, 4 décembre 1765. Inventaire après décès de Jean-Jacques-Vincent, papiers.

41  Voir Herbert Lüthy, « Necker et la Compagnie des Indes », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, no 5, 1960, p. 854 et Marcel Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, A. Picard, 1923, p. 36, art. « Banque ».

42  Il est probable que ce classement ait fait l’objet de contestations ou de remises en cause puisqu’il est abandonné pour l’ordre alphabétique dans l’édition de 1749.

43  AN, MC Et. XCVIII/581, 20 et 21 novembre 1768. Papiers de la succession et partage de Jacques VII Le Couteulx du Molay. Ibid., XCVIII/635, 30 juillet 1780. Partage de la succession du dirigeant rouennais Antoine-Louis.

44  Cité dans Max Gerard, Messieurs Hottinguer, banquiers à Paris, Paris, Draeger Frères 1968, p. 99 et 100. Sur les pratiques comptables, voir Yannick Lemarchand, « À la conquête de la science des comptes. Variations autour de quelques manuels français de teneur de livres », dans Jochen Hoock, Pierre Jeannin et Wolfgang Kaiser (dir.), Ars mercatoria. Manuels et traités à l’usage des marchands, 1420‑1820, t. III, Analyses, 1470‑1700.

45  Guillaume Daudin, Commerce et prospérité, la France au xviiie siècle, Paris, PUPS, 2005, p. 251‑257.

46  Voir Charles Carriere, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Marseille, A. Robert, 1973, 2 vol. , p. 945‑946.

47  Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme […], op. cit., p. 172.

48  AD Seine-Maritime, 2E7 / 35, 28 juillet 1708. Contrat de mariage d’Antoine III et de Louise-Catherine Bouëtte.

49  Les dots passent, dans le premier quart du xviiie siècle, la barre des 60 000 livres pour atteindre un maximum de 647 000 livres en 1775; les apports au mariage des époux suivent une évolution comparable, franchissant à la même époque les 300 000 livres pour atteindre le million en 1769. Il y a bien là un seuil franchi en termes de niveau de fortune.

50  AD Seine-Maritime, 2E 2/110, 6 juin 1775. Contrat de mariage entre Jean-Barthélemy
et Anne Le Couteulx de Verclives.

51  Ibid., 2E2/148, le 19 septembre 1805. Papiers de l’inventaire après décès de Barthélemy-Pierre.

52  La dot de ce mariage n’est pas pleinement représentative des pratiques familiales des Le Couteulx dont la moyenne se situe, le plus souvent, en deçà de 100 000 livres au xviiie siècle.

53  Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997, Annexes p. 291‑292.

54  Voir Guy Chaussinand-Nogaret, « Capital et structure sociale sous l’Ancien Régime », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, no 2, 1970, p. 464.

55  AD Seine-Maritime, 3B 55 (fo 212), février 1756. Lettres d’anoblissement de Jean-Étienne Ier et Barthélemy Ier. Sur le débat public, voir l’Abbé Coyer, La noblesse commerçante, Paris, 1756 et Développement et Défense de la noblesse commerçante, Paris, 1757.

56  AN, MC, Et. LVII/411, 8 juillet 1754. Papiers de l’inventaire après décès
d’Étienne III Le Couteulx.

57  AD Seine-Maritime, 15 Fi Fonds Vanier, Quelques notes sur la famille Le Couteulx (1952‑1953).

58  AN, MC, Et. XV/520, 19 août 1721. Papiers de l’inventaire de Barthélemy II Le Couteulx.

59  Ibid., LVII/411, 8 juillet 1754. Papiers de l’inventaire après décès d’Étienne III Le Couteulx.

60  AD Seine-Maritime, 2E 2/125, 23 septembre 1784. Contrat de mariage de son fils Jean-Barthélemy.

61  Voir Adolphe Cheruel, Dictionnaire historique des institutions, mœurs et coutumes de la France, Paris, 1855, p. 24.

62  Depuis 1751, les nobles sont autorisés à faire le commerce de gros sans être inscrits dans un corps de marchand, AD Seine-Maritime, 2E13/63, 19 novembre 1756. Renonciations de maîtrise de Jean-Étienne Ier, de d’Antoine I V, de Barthélemy Ier.

63  Jean-Marie Constant, La société française aux xvie, xviie et xviiie siècles, Gap, Paris, Ophrys, 1994, tableaux statistiques pour la Beauce p. 144.

64  AN, MC Ét, XCVIII/538, 13 juin 1757 avec ajout du 10 juillet. Achat de la terre du Molay par Jacques VII au duc de Chaulnes, près de Bayeux moyennant 480 000 livres, plus 40 000 livres de travaux. Ibid., XCVIII/538, 23 juin 1757. Jean-Étienne II achète la seigneurie du Puy de la Vallée pour 145 000 livres.

65  AD Seine-Maritime, 2E2/81, 12 novembre1760. Achat du fief, seigneurie et châtellenie d’Hacqueville et Richeville, ibid., 2E2/96, 2 mai1768. Achat de Verclives par Antoine IV et AN, MC, CXVIII/562. 13 octobre 1768, Antoine Louis et Hélène Olympe Palerne achètent Farceaux pour 410 000 livres dont 310 000 au comptant.

66  AN, MC Ét. XCVIII/633, 14 mars 1780. Achat par l’intermédiaire d’Antoine IV de la terre et seigneurie de Canteleu.

67  Ibid., CVIII/590, 23 mars 1771. Achat par Le Couteulx du Molay pour 180 000 livres de la Malmaison. Ibid., XCVIII/643, 22 février 1782. Barthélemy-Jean-Louis de la Noraye achète le domaine de Villeflix. Ibid., XCVIII/668, 28 mars 1787. Laurent-Vincent acquiert le château de Voisins à Louveciennes pour 121 000 livres. Ibid., XCVIII/692, 26 mai 1792. Achat par Jean-Barthélemy Le Couteulx de Canteleu d’une propriété à Auteuil contre une rente annuelle de 4 000 livres.

68  Ils tiennent à Louveciennes, le samedi et le dimanche, un salon prestigieux qui reçoit le navigateur La Pérouse, Jacques-Louis David, Condorcet, Lavoisier, André Chénier, Choderlos de Laclos, Gouverneur Morris, Benjamin Constant… La même société est reçue le lundi à la Malmaison par Geneviève-Sophie Le Couteulx, avec Delille, Marmontel, Sieyès, Pablo de Olavide… Voir Antoine Lilti, Le monde des salons, sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

69  Éric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles. 600 Francs – Maçons de 1770 à 1830, Rouen, Publication des Universités de Rouen et du Havre, 1998.

70  Voir Robert Descimon, « Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme entreprise », dans Wolfgang Reinhard (éd.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Paris, PUF, 1996, p. 159. Voir aussi Nicolas Schapira, Un professionnel des lettres au xviie siècle : Valentin Conrart, une histoire sociale, Paris, Éditions Champ Vallon, 2003, p. 44 et « Occuper l’office. Les secrétaires du roi comme secrétaires au xviie siècle. », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine 2004-1 (no 51‑1), p. 36 à 61.

71  Christine Favre-Lejeune, Les secrétaires du roi de la grande chancellerie de France (1672‑1789), Paris, SEDOPOLS, 1986 et Françoise Bayard, Le monde des financiers au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988, p. 309‑311.

72  Jacques Le Goff, Robert Descimon, Alain Guery, « Un État des temps modernes? », dans André Bruguiere et Jacques Revel (dir.), Histoire de la France, Paris, Seuil, 2000, vol. IV, « La longue durée de l’État », p. 216.

73  AD Seine-Maritime., C. 1092, Observations préliminaires de la Chambre de commerce de Normandie sur le traité de commerce entre la France et l’Angleterre.

74  Le Guide National, ou liste des noms et demeures des principaux personnages de
la capitale, à Paris, chez tous les marchands d’assignats, probablement 1790‑1791.

75  AN, F4774 10, Fonds du Ministère de l’Intérieur, Mémoire des citoyennes Le Couteulx au Comité de salut public. Elles ajoutent « qu’ils avaient été disposés à abandonner leurs titres au ministre Terray qui leur imposait une taxe sur les nouveaux anoblis ».

76  Natalie Petiteau, Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au xixe siècle (1808‑1914), Paris, La boutique de l’Histoire Éditions, 1997.

77  AN, MC, Et. CXVII/993, 28 thermidor an IX de la République, inventaire après décès de Geneviève-Sophie Le Couteulx de la Noraye, ibid., CXVIII/929. 10 mars 1823, inventaire parisien de Jacques-Jean du Molay.

78  Ibid., CXVII/982, 29 brumaire an V. Contrat de mariage Pauline-Laurette et de Louis-Jules-César de Noailles, ibid., CXVIII/704, 14 messidor an XII. Contrat de mariage entre Jacques-Félix et Alexandrine-Sophie.

79  Guy Chaussinand-Nogaret, La noblesse au xviiie siècle, op. cit., p. 54‑55 et François-Joseph Ruggiu, Les élites, op. cit., p. 84.

80  Luc Boltanski, Laurent Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991, p. 164,

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les dirigeants de Le Couteulx et Cie
Légende Gras : dirigeants parisiens.(C) : formation à Cadix.Ital. : n’est pas le fils d’un dirigeant de Le Couteulx et Cie.
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/11839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
URL http://ahrf.revues.org/docannexe/image/11839/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Flamein, « L’univers matériel et la construction de l’identité bourgeoise : le cas Le Couteulx », Annales historiques de la Révolution française, 362 | 2010, 3-30.

Référence électronique

Richard Flamein, « L’univers matériel et la construction de l’identité bourgeoise : le cas Le Couteulx », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 362 | octobre-décembre 2010, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11839 ; DOI : 10.4000/ahrf.11839

Haut de page

Auteur

Richard Flamein

Doctorat à l’Université de Rouen, 2 rue Pierre Lamotte,76560 Douveville
carrache@msn.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org