Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Annie Crépin, Histoire de la conscription

Philippe Catros
p. 179-180
Référence(s) :

Annie Crépin, Histoire de la conscription, Paris, Gallimard, Folio histoire, 2009, 528 p., ISBN 978-2-07-034683-7, 8.70 €

Texte intégral

1Il en a été de la conscription comme de la plupart des institutions fondatrices de la France contemporaine ; on a tant cru les connaître, elles ont tellement paru transparentes à elles-mêmes, qu’elles ont longtemps échappé au regard critique de l’historien. Mais depuis que des recherches récentes ont renouvelé l’histoire du fait militaire, celles du recrutement militaire et du service militaire ont été revisitées, comme nous le montre Annie Crépin – une des principales contributrices de ce renouveau – dans son Histoire de la conscription.

2L’ouvrage fait la part belle à la période révolutionnaire et au xixe siècle, époques de gestation et de construction du modèle français de l’armée nationale. Il commence par l’étude des velléités de réformes militaires de la fin de l’Ancien Régime et par l’analyse du premier système d’armée nationale institué par la Constituante. À l’époque des Lumières, personne ou presque n’envisage une conscription militaire – entendue comme système d’obligation collective plus que comme un service militaire personnel. Il n’y a guère que Rousseau et Mably à vouloir faire de chaque citoyen un soldat. La principale préoccupation des réformateurs militaires comme des penseurs civils – que l’on songe à Montesquieu par exemple – était, à l’inverse, de détacher l’armée du souverain pour en faire une institution publique. Quant à la population, à la veille de la Révolution, elle semblait réticente à toute forme de service obligé comme en témoignent les résistances à la milice et les cahiers de doléance.

3De même, peu nombreux sont les Constituants qui, comme Dubois-Crancé, proposent d’établir une conscription nationale pour recruter l’armée permanente. La première Assemblée révolutionnaire ne reproduit pourtant pas à l’identique l’organisation militaire de la monarchie absolue. Elle supprime la milice, mais plus encore, elle place l’armée de ligne sous le contrôle du pouvoir civil. Non seulement, à l’avenir, les engagements seront passés devant les nouvelles institutions municipales, mais l’Assemblée s’arroge le droit de contrôler les effectifs sous les drapeaux et l’usage qu’en fera le pouvoir exécutif. Ainsi, la troupe qui, avant 1789, était considérée comme le bras armé du roi, se métamorphose en une première forme d’outil militaire de la nation. Cependant la Constituante ne se sépare pas sans avoir institué une conscription, plus civile que militaire certes, puisque tous les citoyens actifs et leurs fils doivent le service de la garde nationale.

4Sans la guerre, la conscription militaire de 1798 n’aurait sans doute jamais vu le jour. Car c’est l’effort de guerre qui a convaincu les Jacobins de la nécessité d’instituer un régime d’obligation militaire. Respectant le sacro-saint principe de l’égalité, la loi de 1798 rejette le remplacement qui avait été autorisé lors de la levée des 300000 hommes de février 1793, mais elle se garde bien de transformer la nation en un vaste camp militaire à l’instar de la levée en masse d’août 1793. Si le principe d’un service militaire est proclamé haut et fort, dans la réalité peu d’hommes seront appelés sous les drapeaux, si l’on en croit Jourdan, le principal instigateur de la nouvelle loi. De même, la loi n’entend pas substituer une nation armée milicienne à l’armée permanente. Au contraire, c’est au sein d’un noyau actif permanent que les recrues viendront s’initier au métier des armes ; ces mouvements réguliers d’hommes entre la société civile et la société militaire devant rapprocher celles-ci.

5Le point faible de la loi de 1798 résidait dans son mode de recrutement. Le Consulat y remédie rapidement tout en modérant la portée de l’obligation puisque le remplacement est toléré. Jourdan avait annoncé que les levées d’hommes seraient modérées ; elles le demeurent sous le Consulat et au début de l’Empire. Ce n’est que dans les dernières années du régime que la conscription impériale dérape. Abolie en 1814, la conscription est refondée par la loi Gouvion Saint Cyr de 1818. Le mode de recrutement napoléonien est restauré à quelques exceptions près : les contingents levés sont modiques, mais le temps de service est allongé et le remplacement est légalisé. Ce système reste quasiment inchangé jusqu’au Second Empire. La société qui est toujours restée rétive à tout service obligatoire s’en contente, d’autant que le remplacement est à la portée des classes moyennes. À la veille de la guerre de 1870, le principe d’un service militaire obligatoire est encore loin d’être accepté même au sein de la garde mobile que Napoléon III tente d’imposer.

6Cette époque où la conscription se maintient sans le service obligatoire ne doit pas être négligée. Non seulement elle permet l’enracinement du mode de recrutement, à tel point qu’une grande partie des résistances au recrutement s’estompe, mais elle suscite également un lent travail d’acculturation et de « civilisation des mœurs ». Pour les classes populaires, le passage par la caserne se traduit, entre autres, par un apprentissage de l’hygiène et des exercices physiques destinés à fortifier le corps.

7Il faut attendre le traumatisme de la défaite de 1871 pour qu’un service militaire personnel soit institué. Après la gauche qui le réclamait depuis les monarchies censitaires, la droite monarchiste s’y rallie également. Mais le compromis de 1872 est ambivalent. Les républicains veulent en faire le moyen d’une « nationalisation » de l’armée tandis que les conservateurs voient le passage sous les drapeaux comme un procédé de régénération de la nation. Les enjeux du débat militaire de la IIIe République sont déjà présents. Faut-il maintenir un service long pour une partie du contingent afin de conserver un fort noyau de soldats expérimentés, ou au contraire, raccourcir le temps de service et faire de l’armée la grande école militaire de la nation ?

8Le combat fut long et rude mais, en 1905, les radicaux réussissent enfin à imposer le service généralisé de deux ans. Le modèle français de la « nation armée », pour reprendre les termes d’Annie Crépin, est définitivement mis en place. Le succès des républicains n’est pas seulement une victoire politique. Il arrive à un moment où la société française, longtemps réticente face à l’impôt du sang, accepte, sans grand enthousiasme certes, le service militaire généralisé. Mieux, la conscription devient même un véritable rite de passage pour la jeunesse masculine. Cette mutation s’explique en grande partie par le profond travail de rapprochement entre la nation et son appareil militaire effectué par la IIIe République.

9La victoire de 1918, c’est aussi le triomphe de cette nation armée républicaine, mais celui-ci est équivoque. Le développement de la guerre moderne marginalise de plus en plus le citoyen-soldat au détriment du professionnel. Le colonel de Gaulle l’avait annoncé dès l’entre-deux-guerres ; la déroute de 1940, puis le choix de la dissuasion nucléaire, le confirment. Mais le mythe de la nation armée est revivifié par la Résistance, et la Guerre froide nécessite de maintenir la nation sous les armes. Néanmoins, avec l’apaisement des tensions en Europe, l’armée nationale conscriptionnelle devient obsolète.

10Pourtant la suppression du service militaire ne clôt pas le débat sur la question d’un service national comme en témoignent les nombreuses, mais infructueuses, propositions d’instauration d’un service civil faites depuis 1997, et qui ont toutes été motivées par la crainte de voir se déliter l’unité nationale dont la conscription, comme le montre Annie Crépin, a été un des principaux ciments.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Catros, « Annie Crépin, Histoire de la conscription », Annales historiques de la Révolution française, 362 | 2010, 179-180.

Référence électronique

Philippe Catros, « Annie Crépin, Histoire de la conscription », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 362 | octobre-décembre 2010, mis en ligne le 25 mars 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11899

Haut de page

Auteur

Philippe Catros

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org