Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Jacques de Cauna, Marion Graff, La traite bayonnaise au xviiie siècle, instructions, journal de bord, projets d’armement

Frédéric Régent
p. 185
Référence(s) :

Jacques de Cauna, Marion Graff, La traite bayonnaise au xviiie siècle, instructions, journal de bord, projets d’armement, Pau, Éditions Cairn, 2009, 180 p.,
ISBN 978‑2-35068‑1603, 18 €.

Texte intégral

1De nombreux mémoires de master d’excellente qualité dorment dans les armoires des bibliothèques des centres de recherche. Il faut donc louer l’initiative de cette publication qui présente à la fois les résultats d’un mémoire de master, mais aussi une longue introduction à l’étude de la traite négrière bayonnaise. Cet ouvrage est formé de deux parties, l’une rédigée par Jacques de Cauna, historien très connu pour ses ouvrages sur Saint-Domingue pendant la période coloniale française (Au temps des isles à sucre : Histoire d’une plantation de Saint-Domingue au xviiie siècle, Karthala, 2004 ; Toussaint Louverture et l’indépendance d’Haïti, Karthala, 2004 ; L’Eldorado des Aquitains : Gascons Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique xviie-xviiie siècles, Atlantica, 1998), l’autre par Marion Graff qui prépare un master 2 sur la traite bayonnaise. Dans une présentation générale d’une quarantaine de pages, Jacques de Cauna évalue l’importance de Bayonne dans le commerce colonial français. La participation de ce port s’élève à 10 % du commerce colonial. L’auteur souligne le décalage entre les neuf expéditions négrières lancées depuis Bordeaux au xviiie siècle, selon le répertoire de Jean Mettas (Répertoire des expéditions négrières françaises au xviiie siècle, Paris, CNRS, 1984, tome II) et le nombre d’évocations liées à la traite beaucoup plus nombreuses. L’auteur en évoque quelques-unes et insiste sur le fait qu’il en existe certainement d’autres. De plus, les armateurs de Bayonne n’hésitent pas à prendre des parts dans les expéditions négrières des autres ports, notamment celles de Bordeaux, mais aussi d’Espagne. Il faut ajouter également les armateurs bayonnais ayant pratiqué la traite de manière illégale après 1815. Toutefois, les données numériques, mêmes réajustées, indiquent que Bayonne se situe à la marge des grands ports négriers français que sont Nantes, Bordeaux, Le Havre, La Rochelle ou même Saint-Malo. Dans sa longue présentation, l’auteur évoque ensuite les migrations de Bayonnais vers les Antilles, l’implantation bayonnaise à Saint-Domingue et pour finir la présence de gens de couleur et de Noirs à Bayonne. Les éléments de cette présentation sont tirés de l’abondante bibliographie de l’auteur qui présente également un certain nombre de pistes d’histoire locale. La deuxième partie, d’une trentaine de pages, rédigée par Marion Graff est consacrée à la description des différentes opérations effectuées pour mener une expédition négrière (préparation, armement du navire, équipage, marchandises de traite, vivres, sites de traite, traversées et revente des esclaves en Amérique). Cette étude n’est donc pas une monographie exhaustive sur la traite bayonnaise, mais présente à travers des documents tirés des archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, ce qui caractérise une expédition négrière. La troisième partie qui correspond à la moitié du livre, transcrit des documents d’archives particulièrement intéressants sur la traite bayonnaise, comme des instructions d’un armateur à un capitaine de navire négrier, un journal de bord, ou encore plusieurs états de marchandises de traite. L’intérêt de ce livre réside dans la grande qualité des documents présentés et leur approche didactique. Ce livre sera particulièrement intéressant pour les enseignants du secondaire et du supérieur souhaitant élaborer un cours sur la traite négrière à partir d’exemples tirés de sources d’archives. Il constitue une première étape dans la connaissance de la traite bayonnaise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Régent, « Jacques de Cauna, Marion Graff, La traite bayonnaise au xviiie siècle, instructions, journal de bord, projets d’armement », Annales historiques de la Révolution française, 362 | 2010, 185.

Référence électronique

Frédéric Régent, « Jacques de Cauna, Marion Graff, La traite bayonnaise au xviiie siècle, instructions, journal de bord, projets d’armement », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 362 | octobre-décembre 2010, mis en ligne le 25 mars 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11902

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org