Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Céline Sala, Les Francs-maçons en terres catalanes entre Lumières et Restauration. L’Art royal de Perpignan à Barcelone (1740‑1830)

Éric Saunier
p. 247-248
Référence(s) :

Céline Sala, Les Francs-maçons en terres catalanes entre Lumières et Restauration. L’Art royal de Perpignan à Barcelone (1740‑1830), Paris, Honoré Champion, 2009, 644 p., ISBN : 978 2‑7453‑1857‑2, 20 €

Texte intégral

1Cette étude de Céline Sala, auteure de nombreux articles sur la Franc-maçonnerie roussillonnaise, est la version remaniée d’une thèse de doctorat préparée sous la direction de Pierre-Yves Beaurepaire, soutenue à l’université de Nice en 2006. La recherche, construite à partir du croisement d’un important ensemble d’archives recouvrant à la fois les sources maçonniques déposées à la Bibliothèque nationale de France depuis plus d’un demi siècle et celles ramenées de Russie à Paris il y a dix ans, et les archives issues des fonds publics dont l’exploitation permet de contextualiser le rôle des loges et des francs-maçons dans la société civile, s’inscrit dans le cadre des problématiques et des réflexions méthodologiques engagées par l’historiographie depuis une vingtaine d’années. Dans cette perspective, l’auteure définit deux pistes de recherche visant, pour l’une, à analyser les transformations des pratiques des francs-maçons dues à la crise révolutionnaire et, pour l’autre, à mettre en lumière la propension de ce lieu de sociabilité à exprimer la spécificité de sensibilités culturelles régionales. La pertinence de ces deux axes de recherche est bien mise en évidence dans les premières pages de l’ouvrage, pages dans lesquelles Céline Sala souligne notamment les incidences politiques et culturelles du rattachement tardif du Roussillon à la couronne de France et de sa position de rempart face à l’Espagne, et le fort succès de cette forme de sociabilité (vingt loges – dont cinq pour la seule ville de Perpignan – et plus de 1 000 initiés durant le siècle qui sépare le moment d’émergence de la sociabilité maçonnique en Roussillon de la Révolution de 1830). L’enquête est conduite selon un plan en trois parties. La première partie de l’ouvrage pose la relation existant entre l’espace maçonnique et la province de Roussillon. On y voit essentiellement émerger la tension due à la relation développée entre une société roussillonnaise, franc-maçonne ou profane, jalouse de préserver son indépendance et les contraintes imposées par la vie maçonnique par la dépendance envers la Grande Loge de France puis envers par le Grand Orient de France ; la seconde partie met en évidence la diversité d’un société maçonnique provinciale, cette partie précédant la dernière dans laquelle l’auteure développe ses analyses sur l’interaction entre la société maçonnique, la culture des Lumières et l’événement révolutionnaire.

2L’étude de Céline Sala, outre la minutie et l’importance des sources dépouillées, présente de réelles qualités. Sur le plan méthodologique, l’auteure a le mérite de substituer à la démarche prosopographique, l’établissement d’une série de portraits individuels très
précis fondée sur la diversité des profils maçonniques mise en évidence. Or, cette démarche présente l’intérêt de mettre en lumière de façon convaincante l’importance de l’élément familial dans la dynamique qui anime le développement de la sociabilité maçonnique. Sur le plan méthodologique, on notera également le caractère novateur de l’étude des discours. Celle-ci se fait par une confrontation efficace entre les discours des francs-maçons hors des loges et dans l’espace maçonnique mettant en évidence l’attachement privilégié des francs-maçons au concept de Vertu morale qui est la motivation sociétale de la démarche initiatique engagée par ceux-ci.

3Outre ses qualités méthodologiques, on soulignera également la capacité de cette étude à répondre positivement à son intention de mettre en évidence la propension de la sociabilité franc-maçonne à refléter l’existence d’une sensibilité culturelle régionale, les conclusions à partir de la situation observée dans le Roussillon permettant même, en raison des acquis liés aux travaux de Maurice Agulhon sur la Provence puis de Jean-Marie Mercier sur Avignon, de tracer les contours d’une sociabilité maçonnique méridionale. Si on peut constater la conformité des pratiques maçonniques dans les loges du Roussillon (conformité qui s’exprime dans les gestes festifs et philanthropiques et dans la fréquence des divisions notamment), ce sont en effet de forts particularismes sociologiques qui les caractérisent autour d’une surreprésentation de la noblesse militaire, d’une fermeture au clergé (fermeture qu’explique en partie l’attitude adoptée par l’évêque de Perpignan), de la faiblesse du grand négoce et de la forte présence des milieux artisanaux.

4Si l’on doit saluer la capacité de l’auteure à montrer l’aptitude de la sociabilité maçonnique à refléter une identité régionale et, plus généralement, l’ampleur de cette recherche dont les apports dépassent celles des nombreuses monographies régionales qui constituent toujours la production dominante sur ce sujet, on est cependant moins convaincu par les réponses apportées sur l’interaction entre Franc-maçonnerie et Révolution. Une difficulté réelle réside dans la très forte rétractation de la sociabilité maçonnique dans le Roussillon sous la Restauration. Toutefois, c’est à ce niveau sans doute que Céline Sala aurait pu réintroduire avec profit la démarche prosopographique qui reste d’un intérêt véritable pour parvenir à saisir les inflexions provoquées par les crises majeures sur les pratiques sociales et culturelles des francs-maçons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Saunier, « Céline Sala, Les Francs-maçons en terres catalanes entre Lumières et Restauration. L’Art royal de Perpignan à Barcelone (1740‑1830) », Annales historiques de la Révolution française, 364 | 2011, 247-248.

Référence électronique

Éric Saunier, « Céline Sala, Les Francs-maçons en terres catalanes entre Lumières et Restauration. L’Art royal de Perpignan à Barcelone (1740‑1830) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 364 | avril-juin 2011, mis en ligne le 31 août 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12057

Haut de page

Auteur

Éric Saunier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org