Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Bourdin (dir.), La Fayette entre deux mondes

Marc Belissa
p. 252-254
Référence(s) :

Philippe Bourdin (dir.), La Fayette entre deux mondes, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2009, ISBN, 978‑2-84516‑413‑0, 20 €

Texte intégral

1À moins de considérer le La Fayette de l’inusable et inénarrable Gonzague Saint-Bris comme une contribution historiographique, les actes de la journée d’études qui s’est tenue au Puy-en-Velay le 7 septembre 2007 à l’initiative du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » de l’Université de Clermont-Ferrand sont, à ma connaissance, le seul ouvrage scientifique produit pour le deux cent cinquantenaire de la naissance de La Fayette en France. Cette initiative de Philippe Bourdin et des chercheurs qui l’entourent est donc unique.

2Étrange revers de l’histoire pour un personnage qui s’est toujours beaucoup préoccupé de son image et de sa postérité ! Le « héros des deux mondes » est aujourd’hui celui d’un seul : le Nouveau, tandis que l’Ancien le boude…

3Invité au printemps 2007 par l’Alliance Française aux États-Unis pour faire une tournée de conférences sur La Fayette, j’avais déjà eu l’occasion de constater l’extraordinaire différence de représentation du « héros des deux mondes » des deux côtés de l’Atlantique : héros sans tâche en Amérique, « Gilles César » et piètre politique dans l’Ancien Monde. Cette figure du Janus renoue en quelque sorte avec les représentations bifaces de La Fayette des années 1789-1792. Les actes de cette journée d’études permettent de comprendre cette dichotomie en mettant en avant la question de l’ambiguïté fondamentale de la personne, de l’action et des images de La Fayette de la période de la guerre d’Indépendance au xixe siècle.

4L’ouvrage, introduit par Philippe Bourdin, comprend huit contributions.

5La première est celle d’Étienne Taillemite, l’auteur de la dernière biographie historique consacrée à La Fayette en 1989. Elle est consacrée au rôle militaire du marquis dans la guerre d’Indépendance américaine. La deuxième contribution est due à la plume de Bruno Ciotti qui s’est intéressé à la dimension proprement militaire dans la campagne de La Fayette en 1792. Bruno Ciotti revisite la question des capacités stratégiques et tactiques du général et la manière dont elles furent mises en œuvre (ou non) dans la première campagne militaire de la France révolutionnaire.

6Philippe Bourdin étudie ensuite l’évolution de l’image politique de La Fayette pendant la Révolution à Paris et dans sa région natale de la Basse-Auvergne. Philippe Bourdin s’appuie sur un corpus de gravures, d’estampes, etc. qui mettent notamment en valeur la figure du Janus révolutionnaire/aristocrate en 1790‑1791, puis la construction de la figure du traître en 1792. La Fayette ne redevient une figure politique «positive» qu’en 1830 où l’on reprend des éléments des représentations de 1789.

7Karine Rance s’intéresse à la période d’emprisonnement et d’émigration de La Fayette entre 1792 et 1800. Plus exactement, elle aborde, elle aussi, la figure de la Fayette sous l’angle de la confusion et de la complexité : difficilement soluble dans la contre-révolution, « émigré » mais surtout déserteur de l’armée française, et pourtant emprisonné dans des conditions difficiles par les Autrichiens, La Fayette ne relève pas des typologies « classiques » de l’émigration. Karine Rance s’attache également à décrire les réseaux internationaux de soutien dont bénéficie l’ex-général, et en particulier à celui des diplomates américains en Europe comme William Short, Gouverneur Morris et Thomas Pinckney, mais aussi les « amis » à Londres comme Lally-Tollendal. Elle analyse aussi la situation particulière du général parmi les exilés à Hambourg entre la libération et son retour en France.

8Les deux contributions suivantes sont consacrées à la période post-napoléonienne de la carrière de La Fayette. La première des deux, due à François Weill, étudie les enjeux politiques et symboliques du voyage de La Fayette aux États-Unis en 1824‑1825. Premier « visiteur officiel » à effectuer une visite triomphale à travers les États-Unis alors même qu’il n’est qu’une personne privée et qu’il ne porte aucun caractère officiel, La Fayette est, une fois de plus, une figure ambiguë. Cette tournée sert d’abord à renforcer l’image libérale du général à destination de la France de Charles X, elle est également utile aux Américains pour diffuser une interprétation mémorielle des fondements de leur République et pour établir ou renforcer le lien idéologique entre la geste fondatrice de la guerre d’Indépendance et l’Amérique des années 1820. La deuxième contribution sur la période de la Restauration est une analyse du « fayettisme » à Lyon par Fabrice Boyer. Les différentes dimensions – symboliques, organisationnelles, etc. – de ce « fayettisme » montrent qu’il dépasse, et de loin, l’action politique de l’ancien général qui est autant « instrument utilisé par les opposants à la politique réactionnaire » qu’acteur politique.

9Le texte de Tangi Villerbu renvoie ensuite à la question de la place de la « mémoire » de La Fayette dans la construction de l’histoire de la Révolution américaine en France entre 1850 et 1950.

10Enfin, la dernière contribution du volume est une « bio-iconographie » due à Élisabeth Dravet à partir d’un corpus de représentations de la figure de La Fayette sur divers supports du début de sa carrière politique jusqu’à sa mort.

11Les contributions rassemblées dans ce volume dressent un portrait complexe dans lequel la construction de la figure politique de La Fayette semble importer plus que son action proprement dite. Il est néanmoins dommage que l’historiographie récente ait plus ou moins abandonné l’étude concrète de sa politique. Ainsi, par exemple, son activité de « lobbyiste » dans le domaine commercial en faveur des États-Unis dans les années 1783‑1789 n’a suscité aucune nouvelle recherche. De même, son action politique des années 1789‑1791 reste encore peu explorée. Jacques de Cock, l’éditeur avec Charlotte Goetz des Œuvres complètes de Marat, avait pourtant écrit il y a quelques années de fort belles et intéressantes pages au sujet de « l’affaire des mouchards » dénoncée par Marat. Il est dommage qu’aucun chercheur (à ma connaissance) n’ait continué dans cette direction, car l’image de La Fayette qui émerge trop souvent en fait plus une icône qu’un acteur politique. Il est vrai qu’il est autant l’un que l’autre, comme le montrent bien les études rassemblées dans ce volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Belissa, « Philippe Bourdin (dir.), La Fayette entre deux mondes », Annales historiques de la Révolution française, 364 | 2011, 252-254.

Référence électronique

Marc Belissa, « Philippe Bourdin (dir.), La Fayette entre deux mondes », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 364 | avril-juin 2011, mis en ligne le 31 août 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12065

Haut de page

Auteur

Marc Belissa

fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org