Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli, Atlas de la Révolution française. Circulation des hommes et des idées 1770‑1804

Michel Biard
p. 259-260
Référence(s) :

Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli, Atlas de la Révolution française. Circulation des hommes et des idées 1770‑1804, Paris, Éditions Autrement, 2010, 80 p., ISBN 978‑2-7467‑1434‑2, 17 €

Texte intégral

1Voici un petit ouvrage d’une consultation simple, qui rendra bien des services, et qui ne saurait être réduit au statut de pâle imitation de la toujours précieuse série des Atlas de la Révolution française publiée par les éditions de l’EHESS. Le thème retenu suscite d’emblée curiosité et intérêt, d’autant qu’il se trouve au centre tant des débats anciens et des polémiques autour de la « révolution atlantique » que des chantiers ouverts ou renouvelés sur les voyages et circulations, les transferts culturels, les colonies, les biens nationaux, la guerre, etc. Les deux auteurs ont choisi de suivre un plan d’ensemble chronologique, mais qui fait la part belle aux approches thématiques à l’intérieur des quatre parties successives : la révolution de 1789 tout d’abord resituée parmi les révolutions de la seconde moitié du siècle ; 1789‑1792, « la France en Révolution » ; 1792‑1799, sous un titre « la radicalisation révolutionnaire » qui ne concerne pourtant pas toutes ces années, loin s’en faut ; enfin « la France de Bonaparte : une consolidation de la Révolution ». Selon le schéma habituel de cette collection nommée « Atlas/Mémoires », l’ouvrage se compose de cartes et de divers graphiques accompagnés de commentaires et brefs textes de synthèse. La prise en compte des années du Consulat est la bienvenue, même si parfois le lecteur aurait çà et là souhaité un élargissement des réflexions vers l’Empire (mais il est vrai qu’un Atlas de l’Empire napoléonien existe dans la même collection, dû aux plumes de Jean-Luc Chappey et Bernard Gainot).

2On découvrira ici de très belles et utiles cartes sur les « révoltes et révolutions en Europe et aux Amériques », sur les colonies, sur l’économie et notamment le commerce, sur la circulation des informations et des savoirs, ou encore des cartes sur des sujets plus étroits mais ô combien significatifs (ici les itinéraires de trois savants, là ceux de quatre préfets, etc.). Tous les sujets liés aux travaux personnels de Silvia Marzagalli et de Pierre-Yves Beaurepaire nous valent des cartes neuves, ainsi que des analyses souvent passionnantes en dépit des contraintes imposées aux auteurs par un nombre si limité de signes. Par ailleurs, de nombreuses cartes sont reprises d’autres ouvrages (notamment les Atlas de la Révolution française évoqués ci-dessus et les travaux de Michel Vovelle), mais retravaillées et transformées par une mise en couleurs qui accroît souvent leur lisibilité immédiate. En revanche, selon un processus hélas bien connu, cela amène aussi à la reprise d’erreurs ou de classements sommaires comme l’atteste par exemple la carte rangeant les sociétés populaires en sociétés montagnardes ou sociétés girondines (copie de celle présente dans le tome 6 de l’Atlas de l’EHESS consacré aux sociétés politiques, donc avec ses erreurs et/ou approximations). De la même façon, d’autres affirmations éternellement recopiées d’un livre à un autre finissent par être agaçantes, à commencer par la trop fameuse « fuite à Varennes » (p. 36). Plaidons ici pour que cesse enfin l’emploi de cette préposition accolée de façon aberrante au nom de Varennes, de même qu’il faut souhaiter que puisse un jour prochain disparaître la sempiternelle référence aux prétendus « pleins pouvoirs » donnés aux représentants du peuple en mission (p. 41). Ce ne sont là cependant que des broutilles qui ne doivent pas, bien sûr, remettre en cause l’ensemble de l’ouvrage, mais elles auraient pu si aisément être évitées qu’elles en sont d’autant plus fâcheuses, de même que quelques erreurs pour certaines cartes (ainsi, la guerre des farines située au sud de la Loire presque comme si la Vendée en était l’épicentre [p. 12], ou encore la chouannerie repérée uniquement en Bretagne [p. 38]).

3Cet Atlas de la Révolution française comporte une version résumée du calendrier républicain, une chronologie sélective et une courte bibliographie. En dépit des quelques critiques ci-dessus, répétons que ce petit ouvrage sera fort utile, notamment aux étudiants qui ont hélas souvent du mal à situer les événements révolutionnaires dans l’espace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biard, « Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli, Atlas de la Révolution française. Circulation des hommes et des idées 1770‑1804 », Annales historiques de la Révolution française, 364 | 2011, 259-260.

Référence électronique

Michel Biard, « Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli, Atlas de la Révolution française. Circulation des hommes et des idées 1770‑1804 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 364 | avril-juin 2011, mis en ligne le 31 août 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12072

Haut de page

Auteur

Michel Biard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org