Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Maréchal Alexandre Berthier, Bernard Gainot et Bruno Ciotti, 14 juin 1800. Marengo

Cyril Triolaire
p. 274-276
Référence(s) :

Maréchal AlexandreBerthier, Bernard Gainot et Bruno Ciotti, 14 juin 1800. Marengo, Clermont-Ferrand, LEM, 2010, 109 p., ISBN 978‑2-917575‑13‑0, 17.90 €

Texte intégral

1À Marengo, les armées françaises remportent sur les bataillons autrichiens une victoire dont le récit laisse à la postérité les images d’un Bonaparte génial à la manœuvre et d’un général Desaix courageux dans le sacrifice. C’est ce moment de Marengo, épisode peu glorieux sur le terrain et dont le tournant à l’avantage des troupes républicaines relève autant d’initiatives hasardeuses que de l’étonnante déstabilisation des positions ennemies, que les éditions de la Maison ont décidé de mettre à l’honneur. En décidant de rééditer l’officiel récit du maréchal Alexandre Berthier, connu sous le titre de Relation de la bataille de Marengo, sans enlever un mot ni une virgule à sa cinquième version de 1805, elles offrent à lire le déroulement d’une journée littéralement revisitée. Bien plus que les mouvements des troupes ou la peinture topographique quasi scientifique de laquelle ses études au Génie n’auraient jamais dû le détourner à l’heure de l’écriture, Berthier consacre la seule gloire bonapartiste et définit le paradigme de la bataille napoléonienne pour longtemps. La démonstration de ce chef d’état major de l’armée des Alpes et d’Italie devenu ministre de la Guerre est un véritable instrument de légitimation du pouvoir de Bonaparte. C’est cette entreprise littéraire éminemment politique, destinée à séduire les consciences et renforcer l’autorité du premier Consul, que l’éditeur choisit de faire découvrir à son lecteur ; et en l’invitant à goûter, en introduction, les réflexions de Bernard Gainot sur la construction du « récit-propagande » et à le dépasser en conclusion en suivant l’analyse de Bruno Ciotti de la dernière campagne de Desaix (reprenant un article publié dans le numéro 324 d’avril-juin 2001 des AHRF, p. 83‑97), il le met à l’évidence dans les meilleures conditions.

2Bernard Gainot questionne le passage du réel au récit chez Berthier. Jamais le maréchal ne témoigne ; au contraire, il démontre, de manière implacable, d’un style vif, comment Bonaparte a supposément survolé Marengo pour vaincre les troupes autrichiennes de Mélas. Car Marengo fut un « fait politique tout autant qu’une bataille » (p. 2) et sa Relation un récit réinventé. La victoire de Marengo participe alors autant à l’entreprise de légitimation d’un pouvoir fragile qu’elle n’assure à nouveau à la France le contrôle de l’Italie septentrionale et démontre la supériorité stratégique de Bonaparte. Cette Relation, commandée, cinq fois retouchée et préservée in extremis dans son ultime version – à un moment où, devenu empereur et roi d’Italie, Napoléon jugea inapproprié de la conserver –, offre à apprécier un processus de réécriture historique et ses enjeux.

3Rééditée (p. 11‑72) telle qu’elle sortit des presses de l’Imprimerie impériale en 1805 et augmentée de huit illustrations couleurs, d’une belle qualité, reproduisant planches et perspectives de Marengo (deux des illustrations sont toutefois empruntées à la version de 1803), la Relation de Berthier est tout à la gloire de Bonaparte. En cinq temps successifs, les premières campagnes transalpines (12 p.), l’expédition d’Égypte et de Syrie (2 p.), les mouvements de l’armée de réserve (10 p.), la bataille de Marengo (40 p.) et la capitulation (8 p., reprenant l’intégralité de la Convention [signée] entre les généraux en chef des armées française et impériale en Italie), le maréchal peint une épopée militaire tout à l’avantage du seul Bonaparte, ne laissant que des miettes aux Murat, Masséna ou Lannes avant l’épisode proprement dit de Marengo. Le récit ne vit que par et pour le général en chef des armées. Bonaparte apparaît tout à la fois supérieur, brillant, pétri de génie, clairvoyant, habile, vif, prompt, tacticien hors pair. Les mots de Berthier l’héroïsent. Les semaines égyptiennes sont exclusivement évoquées pour peindre une France au bord de la guerre civile, aux mains des factions et gouvernée sans force, et élever Bonaparte au rang de sauveur, les manœuvres rhénanes pour dramatiser la situation générale dans le sud de la France et faire de son intervention la seule solution à un dénouement heureux. Comme sur un échiquier, face à un ennemi agissant toujours noblement et même habilement, Bonaparte pense l’avancée de chaque pièce. Les déplacements hasardeux deviennent des coups de maître et « la retraite » française un « mouvement de manœuvre » génial ; un immuable sens de la victoire semble présider à chaque manœuvre, obligeant au final l’ennemi à demander lui-même l’ouverture de négociations.

4Le récit du maréchal trouve un nouvel écho lorsque Bruno Ciotti clôt cet opus en revenant sur le rôle réellement joué par le général Desaix et celui que Bonaparte a aussi voulu lui faire tenir. L’auteur saisit chronologiquement l’effet de l’intégration de Desaix à l’armée de réserve puis ses engagement et action personnels le 14 juin 1800, en fin d’après-midi, avant d’analyser l’utilisation de sa mort par Bonaparte. Il montre parfaitement comment Desaix saisit immédiatement l’enjeu politique du mouvement militaire engagé aux environs de San Giuliano et, comment, alors que Bonaparte « fait piètre figure en comparaison » (p. 98), son intervention évite non seulement la déroute aux troupes françaises mais renforce par là même la posture du premier Consul – qui ne peut être alors défait au moment où Moreau collectionne les succès sur le Danube et d’autres se préparent à le remplacer, éventuellement, à Paris. L’impulsion décisive donnée par le général Desaix est bien mise en lumière et l’instrumentalisation de sa mort à des fins personnelles très justement décryptée. Bonaparte entend immédiatement dépasser le peu d’émoi suscité par la mort de Desaix dans les rangs subalternes et payer le tribut d’estime qu’il doit à son compagnon. Le premier Consul corrige les rapports officiels trop secs – notamment ceux de Berthier –, et réclame que ses mérites soient loués, ouvrant ainsi la voie à toute une littérature de circonstance dans les jours suivants – seulement évoquée par l’auteur – faisant de Desaix un héros tombé au champ de gloire, mais surtout un simple exécutant des dispositions pensées par Bonaparte.

5Plus que la simple réédition annotée de cette Relation de Berthier, cet ouvrage déconstruit pour mieux l’analyser un « récit-propagande ». L’amateur de batailles napoléoniennes, comme le spécialiste, y trouvera matière à nourrir sa connaissance critique d’un événement autant militaire que politique. Afin de saisir tous les enjeux de cette réécriture et d’en mesurer la portée globale, le lecteur gagnera à parcourir les pages de Jean-Paul Bertaud sur la militarisation de l’imaginaire public (Quand les enfants parlaient de gloire. L’armée au cœur de la France de Napoléon, Paris, Aubier, 2006), de Natalie Petiteau sur la construction de l’image d’un empereur de guerre donnant la paix (Les Français et l’Empire, Paris, La Boutique de l’Histoire/Université d’Avignon, 2008) et enfin d’Annie Jourdan sur l’usage que Napoléon fait de l’Histoire et la manière dont il façonne son image, entre guerre et culture, lors des campagnes italiennes (Napoléon. Héros, imperator, mécène, Paris, Aubier, 1998).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Triolaire, « Maréchal Alexandre Berthier, Bernard Gainot et Bruno Ciotti, 14 juin 1800. Marengo », Annales historiques de la Révolution française, 364 | 2011, 274-276.

Référence électronique

Cyril Triolaire, « Maréchal Alexandre Berthier, Bernard Gainot et Bruno Ciotti, 14 juin 1800. Marengo », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 364 | avril-juin 2011, mis en ligne le 31 août 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12082

Haut de page

Auteur

Cyril Triolaire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org