Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fernando Berguno Hurtado, Les soldats de Napoléon dans l’indépendance du Chili (1817-1830)

Annie Crépin
p. 198-200
Référence(s) :

Fernando Berguno Hurtado, Les soldats de Napoléon dans l’indépendance du Chili (1817-1830), Paris, L’Harmattan, 2010, 312 p., ISBN 978-2-296-12547-6, 28.50 €.

Texte intégral

1Dans La grande armée de la liberté, ouvrage paru en 2009 et qui a fait l’objet d’un compte rendu dans ces colonnes, Walter Bruyère-Ostells réserve deux chapitres aux anciens combattants de l’Empereur qui furent mêlés aux luttes du Nouveau Monde. C’est exclusivement à ceux qui combattirent en Amérique latine et plus précisément à ceux qui assurèrent l’indépendance du Chili qu’est consacré l’ouvrage de Fernando Berguno Hurtado. En fait ce livre de plus de 300 pages est tiré d’une thèse dirigée par Jean Tulard et Hervé Coutau-Bégarie et soutenue à l’EPHE en 2004. Œuvre d’un diplomate de carrière, chilien francophone qui a suivi à la Sorbonne un cursus d’histoire jusqu’à l’obtention du doctorat, l’ouvrage est directement écrit en français. On peut louer l’auteur de son style que lui envieraient certains auteurs français.

2Le livre est divisé en dix-neuf chapitres, ce qui n’est pas sans conduire à un certain morcellement. Mais le plan choisi par l’auteur, rigoureusement chronologique, et la perspective adoptée, très factuelle du moins dans son livre sinon dans sa thèse, le commandaient. Et, par ailleurs, cela vaut au lecteur une masse d’informations sur les mouvements indépendantistes de l’actuel « cône sud » de l’Amérique latine, sur les campagnes menées contre les Espagnols, puis sur les soubresauts du nouvel état chilien. L’auteur inscrit la trajectoire de ces hommes dans les entreprises de San Martin et de l’armée des Andes, puis dans les luttes internes de la jeune république chilienne qui éprouve bien des difficultés à se stabiliser. Le fait militaire est omniprésent dès la naissance de l’Amérique latine : en retraçant l’histoire de ces officiers, car il ne s’agit que d’anciens officiers de Napoléon et non de soldats en dépit du titre de l’ouvrage, Fernando Berguno Hurtado met ce fait en pleine lumière, en même temps qu’il montre combien ces hommes accentuèrent son importance.

3Il évoque au commencement de son livre les motivations qui les poussèrent à quitter la France pour participer in fine à la création du Chili. Parmi elles, outre le classique besoin d’échapper à l’inaction et à la marginalisation dans la société de la Restauration qui leur refusait la promotion à laquelle ils pensaient avoir droit, il signale les projets de Napoléon qui aurait cherché dès 1809 à favoriser l’indépendance des colonies de l’Espagne. En somme, ces officiers n’auraient fait que prolonger de telles visées, en même temps qu’ils se seraient situés dans la continuité des idéaux de la Révolution et de l’Empire. Encore aurait-il fallu distinguer plus précisément les nuances et même les divergences entre ces idéaux qui ne furent pas un bloc, d’autant que ces divergences se retrouvent dans les choix politiques des ces hommes au cours des luttes internes de l’état chilien. C’est ici qu’on déplore l’absence d’un chapitre de synthèse reprenant ce que l’on apprend de ces officiers au fil des pages, et qui en outre aurait porté sur leur situation initiale dans les armées de Napoléon. Très peu, par exemple, étaient officiers supérieurs, et même l’un d’entre eux, Beauchef, promis à un bel avenir, ne fut sous-lieutenant qu’à partir des Cent-Jours.

4Les chapitres suivants sont consacrés à l’attachement pour la personne de l’Empereur qui pousse quelques-uns d’entre eux à participer, ou à rêver de le faire, aux projets plus ou moins chimériques – et dont il n’est pas sûr qu’ils se soient concrétisés, mis à part le soulèvement de Pernambouc – d’enlèvement de Napoléon à Sainte-Hélène pour le placer à la tête d’une « confédération napoléonienne » composée des débris de l’Amérique espagnole. Un de ces épisodes est lié au Champ d’asile du Texas, car les États-Unis sont un des lieux où se constituent les réseaux de recrutement qui vont alimenter l’armée des Andes. En effet, de telles péripéties aboutissent à ce que ces hommes participent de façon plus réaliste au mouvement d’indépendance aux côtés des Argentins. Ils sont rejoints par les vétérans qui ont gagné directement Buenos Aires. Parmi ceux-ci, se trouvent des officiers étrangers passés au service de Napoléon, dont l’andalou Arcos.

5En 1817 démarre sous la conduite de San Martìn la campagne de libération du Chili. L’auteur narre les différentes phases de cette campagne et en retrace avec minutie tous les épisodes en mettant en lumière des figures de Français ou de vétérans de Napoléon encore illustres dans le Chili contemporain et beaucoup moins en France : tels les ingénieurs militaires et topographes Arcos déjà nommé et Bacler d’Albe, puis Ambroise Cramer, enfin Michel Brayer, ancien général d’Empire qui devient chef d’état-major de l’armée des Andes. Ce dernier tente précisément – mais pas toujours avec succès – d’introduire le modèle d’état-major napoléonien, non sans susciter des oppositions. En effet, d’emblée, certains de ces hommes sont mêlés aux controverses et aux luttes de factions qui surgissent avant même la naissance du Chili au cours de l’expédition qui va fonder le nouvel état. Ce n’est pas leur statut d’étranger qui leur vaut la méfiance de leurs camarades argentins et bientôt chiliens, car aussi bien dans l’armée des Andes se trouvent des Anglais, des Irlandais, des Allemands et des Américains, c’est précisément parce qu’ils ont tellement adopté leur nouvelle patrie qu’ils se mêlent d’avoir des projets pour elle, qui ne recoupent pas nécessairement ceux de San Martìn et de O’Higgins. Ainsi l’auteur prête-t-il à Brayer un projet politique pour le Chili, celui d’en faire un état moderne calqué sur le modèle français. Il affronte San Martìn et tombe en disgrâce, étant donné ses liens avec les adversaires politiques de celui-ci et de O’Higgins.

6Des revers et des défaites puis des victoires ponctuent la campagne qui permettent à Fernando Berguno Hurtado d’évoquer le rôle de Viel, celui de Rondizzoni et surtout celui de Beauchef, « le Bayard de l’indépendance chilienne » (p. 141) : nommé sous-directeur de l’Académie militaire créée en 1817 par la volonté de O’Higgins, il en devient l’âme. Fermée en 1819, l’académie a tout de même le temps de former plus de cent officiers dont beaucoup participent à la victoire décisive de Maipu, au printemps 1818, « point culminant de la présence des militaires français dans l’indépendance du Chili » (p. 117). L’ampleur de cette présence demeure méconnue aujourd’hui par l’historiographie argentine et chilienne, dit l’auteur, car cette victoire succède à la purge consécutive à la disgrâce de Brayer. D’ailleurs, au cours de la campagne menée dans le sud du Chili de la fin de 1818 au début de 1819, la rivalité est très forte entre les officiers français et leurs camarades chiliens et argentins. Cette campagne permet d’évoquer de nouvelles figures, celles des frères Bruix, de Brandsen, qui y participent avec Beauchef et Viel. Mais les premiers combattront ensuite au Pérou, alors que pour les seconds se confirme leur ancrage chilien. Au point d’ailleurs qu’ils veulent continuer à poursuivre les opérations militaires dans le sud et consolider l’armée nationale chilienne, tandis que les autres et plus encore les Argentins veulent délivrer le Pérou suivant les priorités panaméricaines de San Martìn. À ces divergences s’ajoute l’influence des loges franc-maçonnes dont les Argentins et les Chiliens seraient les adeptes : sur ce point encore, il est dommage que l’auteur soit quelque peu allusif. Les Français n’auraient-ils pas eux aussi été membres des loges ?

7Dans la jeune nation chilienne, il existe une présence militaire française très importante, ne serait-ce que, de 1823 à 1829, dans les deuxième et troisième académies militaires : dans la troisième, Viel demeure une figure prééminente et les méthodes françaises seront en vigueur jusqu’après la guerre civile de 1891. Surtout parce que les officiers français, souvent intégrés – non sans difficultés – par leur mariage aux élites, interviennent dans les luttes internes qui jalonnent l’existence du nouvel état, dans une perspective unitaire et centralisatrice, opposée aux prétentions fédéralistes. La guerre civile de 1829 entraîne leur effacement de la vie politique. Si l’armée chilienne adopte le modèle français en 1840 et si, jusque dans les années soixante, persiste l’influence militaire de la France, c’est dû selon l’auteur au prestige et à l’influence de celle-ci.

8On regrettera cependant, mais c’était peut-être inévitable, que la bibliographie francophone – moins importante que la bibliographie hispanophone – soit parfois vieillie et que ne soient pas cités les ouvrages consacrés aux vétérans de Natalie Petiteau et de Walter Bruyère-Ostells.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Crépin, « Fernando Berguno Hurtado, Les soldats de Napoléon dans l’indépendance du Chili (1817-1830) », Annales historiques de la Révolution française, 365 | 2011, 198-200.

Référence électronique

Annie Crépin, « Fernando Berguno Hurtado, Les soldats de Napoléon dans l’indépendance du Chili (1817-1830) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 365 | Juillet-septembre 2011, mis en ligne le 13 décembre 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12152

Haut de page

Auteur

Annie Crépin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org