Navigation – Plan du site
Varia

Tristan Coignard, Peggy Davis et Alicia C. Montoya (dir), Lumières et Histoire. Enlightenment and History

Marc Belissa
p. 202-203
Référence(s) :

Tristan Coignard, Peggy Davis et Alicia C. Montoya (dir), Lumières et Histoire. Enlightenment and History, Paris, Honoré Champion, 2010, ISBN 978-2-7453-1924-1, 70 €.

Texte intégral

1Ce douzième volume de la collection « Études internationales sur le xviiie siècle » reprend quinze communications présentées dans le cadre du Séminaire International des jeunes dix-huitièmistes qui s’est tenu à Québec en septembre 2006. Les textes présentés sont en anglais (7) et en français (8).

2Comme l’écrit la préface de Marc-André Bernier : « l’idée encore tenace, suivant laquelle le xviiie siècle serait resté étranger à l’histoire, est elle-même, comme l’observe Ernst Cassirer dans la Philosophie des Lumières, “une idée sans aucun fondement historique” ». En effet, loin d’être étrangères à l’histoire, les Lumières ont au contraire mis en valeur une méthode critique qui s’inscrit dans l’opposition au Discours sur l’Histoire Universelle de Bossuet et qui s’appuie sur un empirisme hostile à « l’esprit de système ». Dans le même temps, les Lumières se sont interrogées sur une philosophie de l’histoire dans laquelle les notions de progrès et de perfectibilité de l’humanité sont à la fois centrales et questionnées.

3Ce rapport des Lumières à l’histoire est ici interrogé par des jeunes spécialistes des idées politiques, de la littérature surtout, de l’histoire de l’art et paradoxalement par peu d’historiens proprement dits. La plupart des communications sont le fruit de thèses plus ou moins récemment soutenues ou en cours d’achèvement.

4Le volume est divisé en trois parties : « Réinventer l’Antiquité » (8 textes), « Imaginer de nouveaux mondes » (3 textes), « Penser les Révolutions » (5 textes), qui reflètent l’état des recherches en cours présentées.

5L’Antiquité est évidemment centrale dans la réflexion historique du xviiie siècle. Les auteurs les plus divers ont « cherché à se penser à travers une appropriation narrative et rhétorique du passé par-delà l’opposition des Anciens et des Modernes qui avait divisé la République des Lettres à la fin du règne de Louis XIV » (Marc-André Bernier, p. 11). L’histoire ancienne permet de disposer non seulement de leçons d’histoire mais aussi de penser les catégories du politique dans le cadre de la réflexion sur le républicanisme. Mais les « antiquités » ne renvoient pas seulement au monde gréco-romain. La vogue des « antiquités nationales » au xviiie siècle est également au centre du processus de compréhension historique des Lumières. À travers les exemples de Wieland, Rousseau, Sade ou des Lumières écossaises, les auteurs s’intéressent en particulier aux effets de modèles et de translations entre Antiquité, Moyen-Âge et modernité.

6Dans la deuxième partie (qui comprend trois contributions), c’est la construction de l’histoire des « nouveaux mondes » non-européens au xviiie siècle qui est interrogée, notamment à travers l’Histoire philosophique et politique des Deux Indes de Raynal, mais aussi grâce aux historiens de l’Amérique du monde hispanophone comme Juan Baptista Muñoz ou Francisco Javier Clavijero.

7La dernière partie – « Penser les révolutions » – intéressera particulièrement les lecteurs des AHRF. Les auteurs reviennent sur la polysémie du terme au xviiie siècle et sur le passage progressif d’une conception cyclique « des révolutions » à une conception plus linéaire du développement historique à l’épreuve de la Révolution française. La première contribution de cette partie due à Rémy Duthille est consacrée au discours comparatif de la Revolution Society de Londres sur les révolutions de 1688 et 1789. Anne-Rozenn Morel s’intéresse ensuite à la place du temps et de l’histoire dans les fictions utopiques révolutionnaires, Marc Lerner revient sur la construction du « passé national » des Suisses à la fin du xviiie siècle. Ian McGregor Morris interroge les effets de comparaison entre antiquité et modernité dans les Ruines de Volney et chez Chateaubriand.

8Comme souvent dans ce type de recueil, l’impression d’ensemble est plus kaléidoscopique que synthétique. Ces recherches mettent néanmoins en évidence la dimension proprement historique de la réflexion des Lumières et remettent heureusement en cause les lieux communs sur le prétendu « non-historicisme » des Lumières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Belissa, « Tristan Coignard, Peggy Davis et Alicia C. Montoya (dir), Lumières et Histoire. Enlightenment and History », Annales historiques de la Révolution française, 365 | 2011, 202-203.

Référence électronique

Marc Belissa, « Tristan Coignard, Peggy Davis et Alicia C. Montoya (dir), Lumières et Histoire. Enlightenment and History », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 365 | Juillet-septembre 2011, mis en ligne le 13 décembre 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12157

Haut de page

Auteur

Marc Belissa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org