Navigation – Plan du site
Varia

Paris et Londres en miroir, extraits du Babillard de Jean-Jacques Rutlidge

Jean-Pierre Gross
p. 215-217
Référence(s) :

Paris et Londres en miroir, extraits du Babillard de Jean-Jacques Rutlidge, présentation et notes de Raymonde Monnier, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2010, 153 p., ISBN 978-2-86272-544-4, 15 €.

Texte intégral

1Raymonde Monnier nous livre ici des extraits du Babillard de Jean-Jacques Rutlidge, sous forme de lettres fictives adressées au journal par un Français en voyage à Londres et un Anglais en voyage à Paris. Précisons d’emblée que ces lettres ont été publiées par l’auteur de mai 1778 à février 1779, soit dix ans avant la Révolution. Écrivain français installé à Paris, descendant d’une famille irlandaise catholique immigrée en France après le renversement des Stuart, Jean-Jacques Rutlidge (1742-1794) deviendra bientôt un journaliste engagé et militant, partisan de réformes radicales, et participera au premier moment républicain qui s’exprime en 1790-1791. Raymonde Monnier nous a déjà fait connaître son itinéraire politique dans le Paris révolutionnaire, ainsi que l’évolution de sa pensée sociale, dans la revue French Historical Studies (2003), puis dans son ouvrage Républicanisme, patriotisme et Révolution française (2005). Elle en résume ici, dans une longue introduction, les étapes les plus marquantes.

2Calqué en grande partie sur le Tatler et le Spectator de Joseph Addison et Richard Steele, source d’inspiration du Tableau de Paris de son ami Sébastien Mercier, l’échange épistolaire conçu par Rutlidge compose un tableau vivant et contrasté des mœurs et usages des deux capitales à la fin des années 1770. Échelonné sur une dizaine de mois, il traite des amusements et des désagréments d’un voyage en diligence entre Paris et Calais et Londres et Douvres, des travers d’un peuple français attaché à ses souverains, qui tient un discours uniforme et subit la tyrannie de la mode, et d’un peuple anglais mû par l’intérêt et l’amour de soi, mais qui a reçu le souffle de la liberté et se targue d’excentricité. L’amour de la liberté se rencontre surtout dans les clubs où se manifestent la convivialité masculine, le libertinage et la dissipation du beau monde londonien, ainsi que dans les tavernes où, toutes classes confondues, chacun se sent chez soi et ne reconnaît ni gêne ni contrainte.

3Outre quelques portraits tracés avec la verve de La Bruyère, les correspondants se régalent d’une dissertation sur la langue et la littérature anglaise, où dominent les maîtres incontestés que sont Milton et Pope. Ainsi, entre les mains de tels génies, la souplesse du vers blanc anglais a pu engendrer la magie du Paradis perdu, tandis que la traduction de l’Iliade en couplets héroïques a permis d’atteindre le sommet du classicisme, dépassant en beauté l’original. On passe tout naturellement à une critique comparée du théâtre à Londres et à Paris. Sur le thème de la jalousie, on met en regard l’Othello de Shakespeare et la Zaïre de Voltaire. Les réflexions sur la scène parisienne se bornent essentiellement à une mise en cause du marivaudage omniprésent, même chez Beaumarchais, dont le Barbier de Séville, monté en 1775, fait l’objet d’une appréciation mitigée. Le drame bourgeois est dénigré sous la rubrique du comique larmoyant, symptôme de la décadence des mœurs théâtrales françaises. Raymonde Monnier nous accompagne dans ce labyrinthe culturel et littéraire avec des notes précises et éclairantes.

4Ce n’est qu’accessoirement que Rutlidge aborde, dans ce recueil, le thème du discours politique anglais, chez William Pitt père, Edmund Burke et Lord North, maîtres d’une éloquence publique encore inconnue en France, l’art de parler et de persuader, et le talent d’insinuer, qui caractérisent les débats des deux chambres. Tandis qu’en France le public n’a que le choix entre les grands orateurs du barreau, tels Cochin, Le Normand et Linguet, et les prédicateurs qui se complaisent dans les oraisons funèbres. Si seulement ces rhéteurs se pénétraient du caractère essentiel de leur ministère, au lieu de céder aux petitesses de l’ambition et de la vanité, la France connaîtrait une éloquence digne de Démosthène et de Cicéron, mais pour cela il faudrait que la soif du bien public se substituât au fanatisme. Or c’est précisément sous ce rapport que l’Angleterre excelle : dans la huitième lettre du voyageur français à Londres, qui constitue le dernier extrait du recueil, Rutlidge en vante la supériorité. Sous l’influence de la liberté civile dont ils jouissent depuis l’expulsion de Jacques II, de la liberté indéfinie de la presse et du pouvoir de s’exprimer sans contrainte, les Anglais, même ceux des classes inférieures, ont acquis l’habitude de se comporter en citoyens. Phénomène inconnu en France, où un despote orgueilleux est séparé de la masse de ses sujets par la barrière des lâches courtisans. Plus un peuple a le droit de parler et d’être écouté, souligne l’auteur, moins il sera emporté et séditieux. Telle est « la cause efficiente de l’amour de l’ordre », qui aboutit à « la police naturelle de la société ». Ainsi, la justice anglaise peut s’exercer sereinement, comme le prouvent les cas contraires des deux amiraux, Byng et Keppel, jugés par leurs Pairs, le premier condamné à mort en 1757, le second renvoyé absous en 1778, sentences approuvées par la Nation tout entière.

5Réflexion politique significative qui annonce, de manière embryonnaire, la contribution de Rutlidge au débat sur la liberté et l’égalité sous la Révolution. Dans son introduction, Raymonde Monnier analyse finement la genèse de cette pensée radicale qui s’inspire de l’Esprit des lois de Montesquieu et du républicanisme anglais. Rutlidge fera connaître en France les théories de James Harrington. Partisan de la liberté du commerce, il s’oppose néanmoins au capitalisme libéral et au monopole, et rédige pour Necker un projet de législation des subsistances où les greniers d’abondance agissent comme mécanisme de péréquation. Il sera chargé de défendre la cause des boulangers de la capitale contre le monopole exercé par la Compagnie Leleu. Dans son nouveau journal Le Creuset, « ouvrage politique et critique » qu’il lance en 1791 pour passer au crible les travaux de l’Assemblée nationale, Rutlidge propose une théorie du gouvernement civil inspirée de l’Oceana d’Harrington et de la pensée républicaine de Milton. Membre actif du club des Cordeliers, il avance la notion d’une répartition humaine et juste des propriétés sur la base d’une loi agraire, du partage égal des héritages et de l’institution d’un impôt progressif.

6Certes, l’idéal politique qui s’exprime ainsi, conjuguant égalité et liberté républicaine dans la recherche du bien commun, est encore à l’état d’ébauche dans les aimables entretiens qui caractérisent les extraits du Babillard publiés ici. Ces Lettres de voyage nous donnent néanmoins un premier aperçu du parcours d’un penseur dont nous commençons à apprécier toute l’originalité. Espérons que Raymonde Monnier trouvera l’occasion de nous présenter des écrits complémentaires, de l’époque de sa maturité, qui nous permettent de mieux appréhender tous les aspects de sa doctrine républicaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Gross, « Paris et Londres en miroir, extraits du Babillard de Jean-Jacques Rutlidge  », Annales historiques de la Révolution française, 365 | 2011, 215-217.

Référence électronique

Jean-Pierre Gross, « Paris et Londres en miroir, extraits du Babillard de Jean-Jacques Rutlidge  », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 365 | Juillet-septembre 2011, mis en ligne le 13 décembre 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12178

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Gross

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org