Navigation – Plan du site
Articles

Déconstruction et ouverture : l’apport de la célébration du bicentenaire de la guerre d’indépendance espagnole

Deconstruction and Overture: The contributions of the celebration of the Bicentennial of the War of Spanish Independence
Jean-Philippe Luis
p. 129-151

Résumés

Le bicentenaire de la guerre d’Indépendance a été commémoré avec faste en Espagne et a donné lieu à de très nombreuses publications. L’événement a suscité et accompagné une rénovation historiographique majeure de la lecture de ce moment historique. La version « officielle » d’un soulèvement populaire national, dans lequel une nation unie mais dotée de faibles moyens était parvenue à vaincre l’occupant étranger a été mise à mal, à travers de nombreux travaux sur la construction de la mémoire de l’événement. La guerre est désormais replacée dans toute sa complexité, guerre contre un occupant étranger, mais aussi révolution et guerre civile, et a été longuement analysée comme un mythe puissant utilisé dans la construction de la nation espagnole durant tout le xixe siècle et jusqu’au franquisme. La guerre d’Indépendance apparaît désormais comme le moment d’ouverture de la sphère du politique en Espagne et un laboratoire des expériences politiques du xixe siècle espagnol. Par ailleurs, le regard sur le conflit s’est affranchi des frontières pour embrasser l’ensemble de l’Europe et même le continent américain, insistant ainsi sur les différentes interactions permettant d’éclairer le phénomène. La guerre d’Indépendance ressort de cette rénovation renforcée dans sa place de rupture profonde dans l’histoire de l’Espagne.

Haut de page

Texte intégral

La portée de l’événement

  • 1  Parmi les nombreux catalogues d’exposition : Francisco Quirós, Juan Carlos Castañon (dir.), Madrid (...)
  • 2  José Álvarez Junco, « ¿Hacer ciencia o hacer patria ? », Revista de Libros no 145, janvier 2009.

1Le bicentenaire du déclenchement de la guerre d’Indépendance a été pour l’Espagne un événement culturel majeur qui a mobilisé historiens, éditeurs, médias et politiques au-delà même, en amont et en aval, de l’année 2008. L’événement a marqué le grand public par les cérémonies organisées, par une avalanche éditoriale, par des numéros spéciaux des magazines hebdomadaires des grands quotidiens, par des expositions, ou par la sortie du film à gros budget (16 millions d’euros) Sangre de mayo consacré au soulèvement madrilène du 2 mai 18081. Cette célébration a été l’occasion d’accélérer une révision historiographique qui avait débuté quinze ans plus tôt et qui remettait en cause la version « officielle » d’un soulèvement populaire national, dans lequel une nation unie mais dotée de faibles moyens était parvenue à vaincre l’occupant étranger incarné par la prestigieuse et toute puissante armée napoléonienne. Pour José Alvarez Junco, qui a été pionnier dans cette remise en cause, il s’agissait de « mettre à mal un mythe, un récit légendaire sur une période fondatrice, nourri de héros et de martyrs qui incarnent des valeurs qui étaient censées structurer de manière pérenne nos sociétés »2. La guerre d’Indépendance est alors analysée comme un mythe puissant utilisé dans la construction de la nation espagnole durant tout le xixe siècle, une nation qui serait née avec la révolution libérale accompagnant une guerre qui a enfanté la constitution de Cadix, promulguée en 1812.

  • 3  El País, 21 novembre 2005, p. 13.
  • 4  Jean-Philippe Luis, « Balance historiográfico del bicentenario de la Guerra de la Independencia : (...)

2Pour le grand public, le débat s’est focalisé sur la nature de la résistance aux Français : était-elle liée à l’existence d’un sentiment national préexistant, ou ce sentiment est-il né à la faveur du conflit ? En d’autres termes, la nation espagnole est-elle née avec la guerre d’Indépendance ? Nombreuses ont été les publications de vulgarisation fidèles au mythe nationaliste traditionnel, qu’il soit conservateur ou libéral. Les historiens ont été entraînés dans la bataille médiatique, en particulier dans la polémique qui débuta en 2005 entre José Alvarez Junco et Antonio Elorza par grands quotidiens interposés. Pour ce dernier, « la nation espagnole ne fut pas une invention de la révolution libérale » et affirmer le contraire n’est qu’un alibi servant à « la thèse catalaniste »3. On le voit : l’écho rencontré par le bicentenaire de la guerre d’Indépendance est fortement lié à la situation post-nationale dans laquelle se trouve l’Espagne, un pays travaillé par les nationalismes régionaux, où le nationalisme traditionnel, désigné péjorativement sous l’expression « d’espagnolisme », a été discrédité par le franquisme. Globalement, la communauté des historiens ne s’est cependant pas laissée contaminer par la récupération politique du débat historiographique, ce qui n’exclut pas bien sûr d’intenses controverses scientifiques, dont se sont fait l’écho les plus de cinquante colloques ou congrès qui se sont tenus de 2004 à 20084.

  • 5  Les essais historiographiques publiés depuis 2008 : Gonzalo Butrón Prida, José Saldaña Fernández, (...)
  • 6  François Dosse, La renaissance de l’événement, Paris, PUF, 2010.

3Il ne s’agit pas ici de faire un inventaire historiographique, encore moins de prétendre à l’exhaustivité. De solides mises au point ont déjà été publiées en Espagne et Jean-René Aymes a réalisé en français une large et très complète recension des publications liées au bicentenaire5. Faisant abstraction de la production médiocre et nombreuse qui, comme lors de toute commémoration, envahit les rayons des librairies, mon propos consiste avant tout à mettre en lumière les grands axes de la rénovation historiographique en cours et de proposer son insertion dans les tendances historiographiques actuelles. En effet, l’intérêt des travaux portant sur ce long conflit dépasse très largement le cadre de l’histoire de l’Espagne car ceux-ci renvoient à une histoire des révolutions du monde occidental durant la séquence révolutionnaire de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle, et font la part belle aux perspectives historiographiques les plus présentes actuellement, en particulier la « renaissance de l’événement » sous l’angle de sa construction narrative, l’histoire culturelle du politique ainsi qu’un élargissement des perspectives reflétant l’influence d’une forme d’histoire globale6.

  • 7  Il s’agit des colloques de Clermont-Ferrand (8‑9 novembre 2007), Aix-en-Provence (24‑25 avril 2008 (...)
  • 8  Jean-René Aymes, L’Espagne contre Napoléon. La guerre d’Indépendance espagnole (1806‑1813), Paris, (...)
  • 9  Voir les précisions de Natalie Petiteau dans : « Napoléon et l’Espagne », Mélanges de la Casa de V (...)

4Si le bicentenaire de la guerre d’Indépendance a été un moment très fort en Espagne, il est largement passé sous silence dans les pays d’Europe qui furent influencés par le conflit. Ce constat est particulièrement vrai en France. Certes, on ne commémore guère les défaites, mais même l’écho du phénomène qui se déroulait outre-Pyrénées a laissé indifférents la presse, le public français ainsi que, pour une bonne part, les historiens. Seules six manifestations scientifiques se sont tenues7. Le milieu de l’édition ne s’est pas intéressé à la question : les grands éditeurs de sciences humaines n’ont pas suscité la rédaction d’une nouvelle synthèse, les publications ont été très rares et souvent n’apportaient rien de neuf. Les exceptions se comptent sur les doigts d’une main : la réédition de l’ouvrage devenu classique de Jean-René Aymes, deux thèses et deux ouvrages collectifs récents8. Les grands spécialistes de l’Empire ne se sont penchés que de manière secondaire sur l’épisode espagnol9. Les articles dans les revues d’histoire pour le grand public ont été très rares et seules deux revues scientifiques françaises ont accordé une place à l’événement (les AHRF en 2004 et les Mélanges de la Casa de Velázquez en 2008).

  • 10  Outre celles de Richard Hocquellet et de Jean-Marc Lafon déja citées : Christian Demange, El Dos d (...)

5Cette constatation ne doit pas occulter le rôle parfois important des historiens non espagnols dans la rénovation historiographique en cours, qu’ils soient Britanniques (Charles Esdaile, Ronald Fraser), Italiens (Vittore Scotti Douglas) ou Français. Dans les années 1970, deux historiens français de l’Espagne, Jean-René Aymes et Gérard Dufour, avaient fait partie des pionniers de l’opération de dépoussiérage des travaux portant sur la guerre d’Indépendance. Leurs études, traduites, ont rencontré un écho important en Espagne et ils occupent aujourd’hui une place de premier plan dans les manifestations du bicentenaire. Depuis la fin des années 1990, leur apport a été complété par six thèses importantes soutenues en France10. Enfin, l’institution française qu’est la Casa de Velázquez a joué un rôle majeur dans les célébrations scientifiques du bicentenaire. Les pratiques croissantes d’échanges scientifiques entre pays européens, mais aussi entre les deux rives de l’Atlantique, ont stimulé la réflexion et participé au rejet de l’enfermement de l’étude du conflit dans « une histoire nationale » de type positiviste. L’approche scientifique a très largement primé sur l’origine géographique des chercheurs et on peut véritablement parler de chantiers européens de recherche pour certains colloques ou publications.

6Le regard porté sur l’événement ressort transformé par la rénovation historiographique en cours, une rénovation qui a puisé avant tout dans une histoire culturelle et juridico-anthropologique du politique, dans une perspective internationale du conflit et dans une histoire militaire rénovée. Au total, la guerre d’Indépendance espagnole telle qu’elle est décrite en 2011 reste profondément ancrée dans un territoire mais ne peut être comprise que dans une perspective spatiale beaucoup plus large. Elle apparaît aussi comme un moment complexe qui mêle une résistance patriotique à l’occupant français, une révolution et une guerre civile, les trois se mêlant avec des différences d’intensité et de tempo en fonction des régions considérées.

Mythes et déconstruction de l’événement

  • 11  José Álvarez Junco, « La invención de la Guerra de la Independencia », Studia Historica. Historia (...)
  • 12  Cecilio López Alonso, La Guerra de la Independencia o sea, triunfos de la heroica España contra Fr (...)
  • 13  José Alvarez Junco, « La invención de la Guerra de la Independencia », op. cit., p. 91.
  • 14  Mater dolorosa. La idea de España en el siglo xix, Madrid, Taurus, 2001.

7Le processus de déconstruction de l’événement « guerre d’Indépendance » a débuté en 1994 avec la publication de l’article de José Alvarez Junco intitulé de manière volontairement provocatrice « L’invention de la guerre d’Indépendance »11. Effectuant une recherche sémantique sur les dénominations du conflit qui a embrasé l’Espagne de 1808 à 1814, l’auteur insiste sur la pluralité des expressions utilisées avant même la fin du conflit : « révolution espagnole », « notre glorieuse révolution », « la sainte révolution » « lutte pour l’indépendance », « Guerre d’Espagne » en France, « Peninsular War » pour les Britanniques. Ce n’est qu’au début des années 1830 qu’émerge le qualificatif de guerre « d’Indépendance », au travers de deux grands récits12. Alvarez Junco en conclut que la « guerre d’Indépendance « est une création culturelle, comme le sont tous les concepts que nous utilisons pour interpréter le monde »13. Cette création s’est imposée en écho aux indépendances des anciennes colonies américaines afin de faire émerger un projet d’État nation porté par les libéraux. La nation espagnole n’est donc pas antérieure à la guerre, elle est créée par les libéraux à la faveur de la révolution et de l’élaboration de la constitution de Cadix de 1812. L’approche d’Alvarez Junco a été développée dans la vaste synthèse qu’il publia en 2001 et apparaît très marquée par l’historiographie anglo-saxonne très influente en Espagne : l’histoire politico-sociale anglaise dans la tradition des travaux d’Eric Hobsbawn sur la nation, mais aussi les Cultural Studies14.

  • 15  Mariano Esteban de Vega, « La guerre d’Indépendance dans l’historiographie du xixe siècle », dans (...)
  • 16  Pablo Fernández Albaladejo, Materia de España. Cultura política e identidad en la España Moderna, (...)
  • 17  Antonio Moliner Prada, « Introducción », dans Antonio Moliner Prada, La Guerra de la Independencia (...)

8La thèse d’Alvarez Junco a été parfois violemment rejetée, ou, de manière plus constructive, fortement nuancée, en particulier parce que l’expression « indépendance de la nation » a été utilisée à plusieurs reprises dans la presse patriotique pendant le conflit15. Par ailleurs, les modernistes ont montré qu’émerge dès le xviiie siècle une réflexion sur la nation espagnole au sein même de l’institution monarchique16. Ainsi, la déconstruction de l’événement ne doit pas faire oublier que : « la guerre d’Indépendance n’est ni le produit du franquisme ni une simple invention conceptuelle des libéraux »17. Néanmoins, le grand mérite d’Alvarez Junco est d’avoir suscité une série de travaux sur les mythes construits au xixe siècle autour du conflit qui ont abouti à la fin de ce siècle à une lecture commune à toutes les sensibilités politiques. Ces dernières, tout en divergeant sur les causes et les conséquences de l’événement, percevaient celui-ci comme le soulèvement d’une nation pluriséculaire luttant en 1808 pour sa liberté.

  • 18  Pierre Géal, « Un siglo de monumentos a la Guerra de la Independencia », dans Sombras de Mayo. Mit (...)
  • 19  Richard Hocquellet, « Una experiencia compleja. La “Guerra de la Independencia” a través de la tra (...)

9La mythification de la guerre d’Indépendance a débuté lors du conflit même. Ainsi, les Cortes ont suscité et reçu jusqu’en 1814 une profusion de projets de monuments commémoratifs18. Toutefois, un véritable discours cohérent sur la guerre d’Indépendance ne s’impose vraiment qu’à partir des années 1830. Les acteurs avaient une lecture diversifiée de leur expérience, jusqu’à ce qu’émerge dans ces années-là un discours stéréotypé, un récit normé des événements fondés sur l’héroïsme des patriotes19. Dans les années 1850, le libéralisme conservateur au pouvoir offre une vision « officielle » de la guerre, présentée comme le moment où l’essence libérale de la nation a pris forme. C’est cette interprétation qui prévaut dans la grande histoire d’Espagne de Modesto Lafuente, dont la publication débute en 1850, un ouvrage qui jouera jusqu’aux années 1960 le rôle qu’a joué le Lavisse en France.

  • 20  Voir en particulier l’introduction : Stéphane Michonneau, « La guerra de la Independencia y la “cu (...)
  • 21  Ricardo Garcia Carcel, El sueño de la nación indomable. Los mitos de la Guerra de la Independencia(...)
  • 22  Plusieurs articles sur ces thèmes dans Sombras de Mayo, op. cit. Voir aussi : Emilio de Diego, « L (...)
  • 23  Pierre Géal, « La Guerre d’Indépendance et les politiques de mémoire pendant le Sexenio Democrátic (...)
  • 24  Ignacio Peiró Martín, La Guerra de la Independencia y sus conmemoraciones (1908, 1958 y 2008), Zar (...)

10Dans le sillage des pistes ouvertes par Alvarez Junco, l’étude des mythes de la guerre d’Indépendance a donné lieu à l’édition de deux des livres importants du bicentenaire. Le premier, l’ouvrage collectif Sombras de Mayo s’inscrit résolument dans la dynamique déconstructiviste20. En revanche, El sueño de la Nación indomable (« Le rêve de la nation indomptable ») de Ricardo García Cárcel s’en écarte et doit son originalité au fait d’avoir été écrit par un moderniste, ce qui bannit toute perspective téléologique et inscrit le phénomène dans une profondeur temporelle souvent absente des travaux des contemporanéistes. Pour cet auteur : « la génération de 1808 n’inventa ni la guerre nationale, ni la nation espagnole du jour au lendemain. Il conviendrait de parler de re-création, de re-accommodation de constructions historiques préalables »21. Si cette interprétation amène une divergence marquée avec les conclusions d’Alvarez Junco sur la genèse et la nature de la nation espagnole, les deux approches s’avèrent méthodologiquement complémentaires et stimulantes pour mener des travaux de terrain sur les différents supports de transmission de la mémoire. On a ainsi interrogé, durant le conflit comme dans la construction mémorielle postérieure de celui-ci, les arts (la musique, la peinture), le théâtre, la littérature, les fêtes, avec en particulier la thèse pionnière déjà évoquée de Christian Demange sur les célébrations du 2 mai 1808, les monuments, la production historiographique, la célébration du centenaire22. Ces travaux montrent le caractère pluriel d’une part des modalités de célébration de la mémoire de l’événement et d’autre part du contenu de ce dernier qui varie en fonction des tendances politiques, mais aussi, variante très importante, en fonction des lieux. Chronologiquement, les célébrations restèrent pendant longtemps timides par crainte de valoriser la mobilisation populaire. Comme le montrent Pierre Géal et Christian Demange, la révolution de 1868 et les six années de régime démocratique qui suivent sont marquées par une accélération de la mise en avant de la mémoire de 180823. La droite conservatrice ne se rallie vraiment au nationalisme que par la suite et le centenaire, en 1908, voit la récupération de la guerre d’Indépendance par la jeune monarchie nationaliste et militariste d’Alphonse XIII24. Ainsi, l’étude de la mémoire de la guerre d’Indépendance s’est avérée une entrée pertinente dans la compréhension de l’originalité de la construction d’une identité nationale espagnole jusqu’au début du xxe siècle.

  • 25  Emilio La Parra, « Fernando VII : impulso y freno a la sublevación de los españoles contra Napoléó (...)
  • 26  Pedro Rújula, « El francés invasor de 1808 », dans Xosé M. Núñez Seixas, Francisco Sevillano Caler (...)

11Deux mythes furent particulièrement écornés. Tout d’abord celui du caractère unanime et spontané du soulèvement contre les Français, symbolisé par l’insurrection madrilène du 2 mai 1808. On savait depuis longtemps que l’embrasement de la péninsule n’était pas dû à cette insurrection. Le soulèvement débuta véritablement le 23 mai quand les Espagnols eurent connaissance des abdications de Charles IV et de son fils Ferdinand à Bayonne le 5 mai et du changement de dynastie, grâce à la lecture de La Gaceta de Madrid du 20 mai. Par ailleurs, de nombreux travaux ont montré que la révolte a été largement suscitée, préparée et encadrée par les partisans de l’infant Ferdinand, souvent désignés sous le nom de « parti aristocratique », un groupe qui luttait depuis plusieurs années contre la toute puissance du favori du roi Charles IV et de la reine, Manuel de Godoy. Les travaux d’Emilio La Parra ont permis d’établir une chronologie fine de la partie qui s’est jouée durant l’hiver et le printemps 180825. Partisans de Godoy et de Ferdinand ont freiné les risques de soulèvement populaire contre les Français car les deux groupes pensaient bénéficier de l’appui de Napoléon. Les fernandinos étaient même prêts à accepter des concessions territoriales pour prix de l’appui de l’Empereur. Ce ne fut que quand les ambiguïtés de ce dernier furent levées, quand le changement de dynastie s’imposa, qu’ils changèrent d’attitude, en appelant et organisant la mobilisation populaire. De manière très révélatrice, la foule insurgée prit alors pour cible non seulement les Français, mais aussi les représentants de l’autorité centrale qui avaient été nommés par Godoy et qui étaient perçus comme des partisans des Français. Les ressorts de la mobilisation, qui ont été décryptés en particulier par Pedro Rújula, permettent la construction en un temps très bref de l’image nouvelle du Français comme figure de l’ennemi26.

  • 27  Dès les années 1980, Gérard Dufour avait mis en relief le rôle du clergé afrancesado. Enrique Mart (...)
  • 28  Ronald Fraser, La maldita guerra de España. Historia social de la guerra de la independencia 1808‑ (...)
  • 29  Un panorama par région dans : Revista de Historia Militar, Extra 1, 2008. L’Aragon et l’Andalousie (...)

12L’insurrection ne fut donc pas spontanée. Elle ne fut pas non plus unanime, ni socialement, y compris parmi le clergé, ni géographiquement27. Seules les villes se soulevèrent. Les campagnes ne suivirent que plusieurs semaines plus tard, donnant au mouvement une capacité d’action et une puissance démographique qu’il n’aurait jamais eues sans elles28. Les études locales se sont développées et, même si le meilleur côtoie parfois une démarche positiviste désuète, celles-ci commencent à permettre de dessiner une carte fort contrastée de la guerre sur l’ensemble du territoire du royaume29. Un contraste majeur est en particulier apparu entre une Castille résistante, et une Andalousie qui, à partir de son invasion en 1810, est marquée, comme l’a révélé Jean-Marc Lafon, par une faiblesse de la guérilla et une importance de la collaboration avec les Français.

  • 30  Charles Esdaile, La guerra de la independencia. Una nueva historia, Barcelona, Crítica, 2004, p. 4 (...)
  • 31  Vittorio Scotti Douglas, « La guérilla espagnole dans la guerre contre l’armée napoléonienne », AH (...)
  • 32  « Rebeldes, combatientes y guerilleros », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38 (1), 2008, p. 115‑1 (...)
  • 33  Lluis Roura, « Guerra pequeña y formas de mobilización armada en la Guerra de la Independencia », (...)
  • 34  Ronald Fraser, La maldita guerra, op. cit., p. 799‑800.

13La guérilla comme expression populaire de la lutte magnifiée par la tradition constitue un autre grand mythe remis en question. La charge est brutale chez Charles Esdaile : les actions militaires de la guérilla auraient été plus négatives que positives. Il aurait été plus judicieux selon lui que les hommes engagés dans la guérilla fussent utilisés dans les troupes régulières. Par ailleurs, la guérilla se serait apparentée très souvent à une forme de banditisme pesant lourdement sur les populations : « dépouillés du voile patriotique, de nombreux guérilleros se révélèrent être des bandits qu’ils n’avaient jamais cessé d’être », « loin de vivre parmi le peuple, ils vivaient à ses crochets, le terrorisant sans pitié […] »30. Ces affirmations ont bien sûr suscité des réactions parfois passionnées. Vittorio Scotti Douglas reconnaît que la guérilla n’a certes pas vaincu seule les Français, mais insiste sur le fait que son appui a été déterminant pour les troupes régulières et qu’elle a empêché dans un premier temps que la France soumette très rapidement le pays31. Pour Antonio Moliner Prada, les motivations de défense locale de la communauté étaient certes essentielles et la guérilla fut pour certains « un mode pour survivre et pour supporter l’adversité provoquée par la guerre, la faim et le désespoir ». Toutefois, si « tous les guérilleros ne furent pas des saints, […] ils ne furent pas non plus tous des bandits opportunistes »32. Ce mode de combat n’est pas totalement nouveau en Espagne où il s’inspire de pratiques d’Ancien Régime, ni dans d’autres territoires européens occupés par la France33. La démarche de Ronald Fraser a reposé sur une « histoire sociale par en bas » qu’il avait déjà expérimentée dans ses travaux sur la guerre civile espagnole de 1936‑1939. À cet effet, il a réalisé une importante base de données qui propose une photographie du phénomène guérillero en 1811. Ce dernier apparaît comme important mais non massif : environ 70 000 hommes, soit l’équivalent des quatre armées espagnoles qui pratiquaient la guerre « ordinaire », et un peu plus que l’armée de Wellington (60 000 hommes). La guérilla est aussi moins populaire qu’on ne le pensait : les milieux populaires sont minoritaires parmi les guérilleros dont on connaît la profession. En revanche, nombreux sont les étudiants, les militaires et les ecclésiastiques34. Enfin, le phénomène guérillero connaît quantitativement d’importantes variations en fonction des régions. Au total, sans adhérer aux conclusions parfois volontairement provocatrices de Charles Esdaile et sans nier l’existence d’une résistance patriotique, il est clair que l’image d’une guérilla expression d’un peuple valeureux se soulevant unanimement pour défendre l’Espagne a vécu.

Processus révolutionnaire et nature de la révolution espagnole

  • 35  Jean-Philippe Luis, « Questions autour de l’avènement de la modernité politique en Espagne (fin xv (...)
  • 36  Une mise en relation de ces deux courants dans : Javier Fernández Sébastián, « Política antigua-po (...)
  • 37  Marieta Cantos Casenave, Fernando Durán López, Alberto Romero Ferrer (eds.), La guerra de pluma. E (...)

14L’apport des travaux du bicentenaire a été déterminant dans l’approche politique de la guerre d’Indépendance, ce qui permet de rejoindre la question plus globale de l’entrée des sociétés d’Ancien Régime dans la modernité politique au tournant des xviiie et xixe siècles35. Le renouveau historiographique est issu de deux sources principales. La première est celle d’une histoire du droit et du constitutionalisme, depuis longtemps très dynamique en Espagne, qui a contribué à faire voler en éclats le cliché d’une France servant de modèle institutionnel unique. La deuxième est celle d’une histoire politique marquée par les théories de la politisation, des cultures politiques ou par l’histoire des concepts36. Cette histoire politique a bénéficié des très importants travaux sur la presse menés en particulier par le groupe de recherche très dynamique de l’Université de Cadix, par Alberto Gil Novales et autour de la revue en ligne El argonauta español, élaborée à l’Université de Provence37.

  • 38  Outre les travaux précédemment cités sur la crise politique, un bon exemple de ceci dans l’ensembl (...)
  • 39  Jean-Pierre Dedieu, Après le roi. Essai sur l’effondrement de la monarchie espagnole, Madrid, Casa (...)

15La guerre a été un formidable facteur d’accélération du temps politique, d’ouverture d’un espace public politique autonome à la faveur de l’effondrement brutal de l’État d’Ancien Régime. Sans véritable résistance, s’est estompée la vieille image d’un corps social prompt à défendre son territoire, mais fondamentalement apolitique, à l’exception d’une poignée d’individus issus des élites. L’attention a été portée de manière privilégiée sur le temps court de la crise de 1808 qui a été décryptée dans ses multiples facettes38. Le débat purement théorique sur le passage brutal d’un monde à un autre a été limité et a été surtout renouvelé depuis les années 1990 par les travaux sur l’Amérique espagnole de François-Xavier Guerra et d’Annick Lempérière. Il pourrait être relancé par la toute récente interprétation novatrice et très stimulante proposée par Jean-Pierre Dedieu qui examine la rupture sous l’angle des théories de l’économie des conventions39. Le débat a plutôt porté sur le degré d’ouverture de la société espagnole à la politique à la veille de la guerre d’Indépendance, et sur les modalités et la nature de cette naissance de la politique moderne pendant la guerre.

  • 40  Richard Hocquellet, Résistance et révolution, op. cit.. « La notion de bien public pour les membre (...)
  • 41  Jean-René Aymes, « Le débat idéologico-historiographique autour des origines françaises du libéral (...)
  • 42  Jean-Baptiste Busaall, « La révolution constitutionnelle de 1812 dans la monarchie espagnole : une (...)
  • 43  Outre l’article de Jean-Baptiste Busaall précédemment cité, voir entre autres : José Álvarez Junco(...)
  • 44  Joaquín Varela-Suanzes Carpegna, « Las Cortes de Cádiz y la Constitución de 1812 » dans Antonio Mo (...)
  • 45  María Cruz Romeo, « Liberales y liberalismo en un contexto de guerra » dans Pedro Rújula y Jordi C (...)

16La thèse du regretté Richard Hocquellet, publiée il y a dix ans et développée ensuite dans de nombreux articles et interventions lors des colloques du bicentenaire, a constitué une étape majeure dans la compréhension du processus. En étudiant les juntes qui se sont soulevées au printemps 1808, Hocquellet a montré comment l’univers mental des Espagnols restait fondamentalement celui de la société traditionnelle d’Ancien Régime. C’est toutefois, à partir de la réactivation de la vieille théorie pactiste que le concept de souveraineté de la nation s’est progressivement imposé en moins de deux ans et a débouché sur la promulgation de la constitution de Cadix40. La description d’une originalité de la voie vers la révolution a été en grande partie confortée par l’apport des constitutionnalistes qui se sont penchés sur la culture constitutionnelle des Espagnols à la veille de la guerre et sur les sources théoriques de la constitution de Cadix. Assimiler la constitution de 1812 à la constitution française de 1791 est le fruit d’une construction historiographique qui ne débute vraiment qu’en 1814 sous la plume des auteurs contre-révolutionnaires qui stigmatisaient dès 1810 l’œuvre libérale en la présentant comme un produit d’importation41. Il ne s’agit pas de nier le rôle de la France, mais de mettre en évidence une triple influence : à la philosophie politique française du xviiie siècle s’ajoutent celle du monde germanique et anglo-saxon ainsi que la tradition politico-juridique espagnole. La constitution de Cadix proclame la souveraineté de la nation, mais ne se veut pas une rupture avec le passé. Elle est marquée au contraire par un fort historicisme qui fait revendiquer le retour à une « Constitution historique de la Monarchie » que l’on souhaite adapter aux temps nouveaux. L’influence du droit naturel s’accompagne du recours à la vieille doctrine pactiste. Ainsi, Locke, Rousseau, Smith ou Montesquieu cohabitent avec Thomas d’Aquin, Suárez ou Vitoria dans les références utilisées dans les écrits des premiers libéraux. Il découle de cette conception une omniprésence de la nation, soigneusement définie, et un souci de son unité qui n’est pas sans rappeler la priorité ancienne donnée à l’unité de la communauté. Par ailleurs, alors que la France révolutionnaire « plaçait les droits naturels de l’individu au-dessus de l’édifice établi par la nation souveraine, les Cortes s’intéressèrent exclusivement à la garantie des droits de la Nation »42. Des points de désaccord existent toutefois entre historiens du droit sur la nature profonde de cette constitution de 1812. Pour certains (José María Portillo Valdès, Marta Lorente, Jean-Baptiste Busaall), les constituants ont ignoré les droits individuels et il s’agit avant tout d’une constitutionnalisation des lois fondamentales de la monarchie43. La révolution ne serait donc pas pensée par les acteurs comme une véritable rupture, mais comme la variante « constitutionnalisée » d’une culture politico-juridique dont les fondements anthropologiques restaient ceux de la société d’Ancien Régime. L’autre lecture, celle de Joaquín Varela Suanzes-Carpegna ou d’Ignacio Fernández Sarasola, insiste sur la rupture. Ils estiment qu’il existe bien une affirmation des droits individuels, mais que ces derniers sont dispersés dans le texte constitutionnel. L’historicisme qui indéniablement prévaut serait pour une bonne part le fruit des circonstances : la lutte contre les Français rendait politiquement et intellectuellement difficile de se réclamer, au moins en partie, des postulats théoriques privilégiés dans l’expérience révolutionnaire menée au nord des Pyrénées44. Cette interprétation rejoint celle d’historiens du politique tels María Cruz Romeo ou Juan Sisinio Pérez Garzón qui insistent sur la radicalité des positions des libéraux en 1811‑1813, un libéralisme vécu comme la promesse d’une nouvelle société, plus égalitaire45.

  • 46  Madrid, Iustel, 1987. Voir l’excellent commentaire : Claude Morange, « Lecture critique de l’ouvra (...)

17La révolution libérale n’est qu’une facette de la politisation. L’expérience du pouvoir napoléonien en est une autre et ce, dès la convocation de l’assemblée de notables réunie à Bayonne pour adopter un texte constitutionnel. La portée de cette « constitution » a été réévaluée. Comme pour tous les pays satellites de l’Empire, le modèle est bien la constitution de l’an VIII. Toutefois, Napoléon fut contraint de faire davantage de concessions qu’en République batave, qu’au royaume de Westphalie, que dans le duché de Varsovie ou qu’au royaume de Naples. Il fit sien le discours historiciste de régénération des anciennes lois du royaume. L’assemblée réunie à Bayonne eut un caractère représentatif plus formel que dans les autres pays satellites et elle obtint un pouvoir constituant. Avec d’importantes limites, il y eut bien un processus de discussion et d’adaptation à l’Espagne du modèle élaboré par l’empereur. Ignorée pendant très longtemps, la constitution de Bayonne de 1808 est désormais considérée comme la première expérience constitutionnelle espagnole et constitue le premier des neuf volumes de la grande collection « Las constituciones españoles », qui a pour ambition de publier et de commenter l’intégralité des textes constitutionnels espagnols jusqu’à nos jours46.

  • 47  Miguel Artola, Los afrancesados, publié en 1953 est régulièrement republié depuis. Manuel Moreno A (...)
  • 48  Juan López Tabar, Los famosos traidores. Los afrancesados durante la crisis del Antiguo Régimen (1 (...)
  • 49  Outre l’ouvrage de Jean-Marc Lafon déjà cité, voir le chapitre VIII (« La anti-España : los afranc (...)
  • 50  Gérard Dufour,Goya durante la Guerra de la Independencia, Madrid, Cátedra, 2009.
  • 51  Juan Pro Ruiz, « Afrancesados : sobre la nacionalidad de las culturas políticas », dans Manuel Pér (...)
  • 52  Armando Alberola, Elisabel Larriba (eds.), Las élites y la « revolución de España (1808‑1814). Est (...)

18Les efforts des élites réunies à Bayonne pour hispaniser le texte proposé par Napoléon traduisent l’existence d’un courant réformateur issu de la tradition des Lumières qui était prêt à changer de dynastie. Prenant le relais d’une historiographie libérale centenaire, quelques publications valorisent l’expérience de ces hommes, ainsi que la figure de Joseph Ier qui a été l’objet d’une biographie très fournie47. Grâce à l’indispensable thèse de Juan López Tabar, en grande partie construite autour d’une base de données recensant 4172 afrancesados, on connaît mieux les hommes et les femmes qui furent obligés de s’exiler à partir de 1813 pour sauver leur vie48. L’afrancesamiento apparaît ainsi comme un phénomène d’élites sociales, mais il est difficile de le réduire, comme cela a pendant longtemps été fait, à un ensemble cohérent de réformateurs modérés. Il existait des afrancesados révolutionnaires, d’autres conservateurs et le basculement dans le camp du roi Joseph Bonaparte n’était bien souvent pas lié à des questions idéologiques, mais plutôt à des logiques de réseaux antérieurs à 1808, à des situations personnelles et locales particulières. Ainsi, l’attention a été portée sur les hommes qui ont changé de camp, sur le cas des élites andalouses qui se sont ralliées massivement en 1810 à l’occupant ou sur les motivations liées à des frustrations antérieures49. Le parcours sinueux de Goya reconstitué de manière remarquable par Gérard Dufour fournit un excellent exemple de ces « âmes grises » qui tentent de survivre entre déchirements, convictions et opportunisme50. L’afrancesamiento apparaît donc autant comme une expérience à inscrire dans le temps de la guerre et dans l’espace de la péninsule que comme un positionnement politique. Une culture politique des afrancesados n’est pas à rechercher dans une idéologie cohérente, mais plutôt dans une culture cosmopolite, qui était à cette époque transmise le plus souvent au travers de la langue française, une culture « transnationale, hybride, métissée », qui se nourrit des expériences menées durant la guerre et du rejet dont l’afrancesamiento a été l’objet après la guerre51. Au travers des afrancesados apparaît une des dimensions majeures de la guerre d’Indépendance : une fracture profonde du monde des élites et des modalités de régulation de l’accès à ces dernières52.

  • 53  Claude Morange, « Sur la “révolution” de 1808‑1814. Pour une vision dynamique et dialectique du pr (...)
  • 54  Marion Reder Gadow, « La violencia en la vida cotidiana durante la Guerra de la Independencia. Un (...)
  • 55  Pedro Rújula, « La guerra como aprentizaje político. De la Guerra de la Independencia a las guerra (...)

19Ce rapide parcours des formes de la politisation mises en lumière dans le cadre du bicentenaire souligne la rapidité du processus. Pour reprendre les propos de Claude Morange : « la radicalisation des Cortes, qu’elle fut due ou non à l’anormalité de la situation, ne saurait être considérée comme l’aboutissement logique du processus antérieur »53. On s’inscrit donc dans un modèle de politisation différent de celui décrit par Roger Chartier pour la France dans Les origines intellectuelles de la Révolution française, un modèle espagnol qu’il faudrait plus fermement examiner au regard des autres espaces européens marqués par l’invasion des armées françaises. Enfin, la politisation par la guerre a marqué le processus du sceau de la mobilisation populaire et de la violence, un terrain d’étude qui ne commence qu’à être défriché54. Le poids de la violence constitue un lourd héritage pour les expériences politiques postérieures, en particulier pour la contre-révolution qui est désormais perçue comme partie intégrante du processus de politisation55.

La fin de l’hispanocentrisme

  • 56  Antonio Ventura, « Portugal na guerra peninsular (1807‑1814) : una visao de conjunto », dans Franc (...)
  • 57  De nombreux éléments dans le chapitre VI (« El Salvador inglés : Wellington ») de Ricardo García C (...)
  • 58  La guerra de la independencia, op. cit.
  • 59  Un bon panorama dans Francisco Miranda Rubio, Guerra, sociedad y política (1808‑1814), op. cit., a (...)
  • 60  Quelques exceptions : Jean-René Aymes : « La guerre d’Espagne dans la presse impériale (1808‑1814) (...)
  • 61  Ce dernier fournit une étude très complète des quelques 4000 membres de la gendarmerie qui opéraie (...)

20C’est une histoire militaire dépoussiérée, symbolisée par la mutation connue par la Revista de Historia Militar, qui a d’abord contribué à faire sortir la guerre d’Indépendance des limites étroites des frontières de l’Espagne. Le théâtre du conflit est élargi à l’ensemble de la péninsule : la question espagnole est intimement liée à celle du Portugal (où l’on parle d’ailleurs de Guerras Peninsulares) dont elle en partage le territoire et les ressorts politiques. Ceci conduit donc à étendre le champ chronologique du conflit à 1807, date de l’invasion du Portugal par les troupes françaises56. Enfin, les actions menées sur ce territoire dépendaient de l’ensemble des guerres de l’Empire napoléonien. La présence militaire française dans la péninsule, et donc l’ampleur de la résistance, est étroitement liée aux impératifs stratégiques globaux de l’empereur. Par ailleurs, le poids considérable de l’aide militaire et financière anglaise, longtemps passée au second plan, a été mis en valeur dans de nombreux colloques et publications, sans aller toujours jusqu’aux thèses de Charles Esdaile qui, reprenant une tradition britannique ancienne, voit dans cette aide la principale cause de la défaite française, dévalorisant par là même la guérilla ainsi que le rôle de l’armée régulière espagnole57. Esdaile va même à contre-courant d’une tradition solidement établie par Napoléon lui-même selon laquelle le conflit espagnol aurait joué un rôle majeur dans l’effondrement de l’Empire. Pour l’historien britannique, l’Espagne n’est qu’un terrain secondaire dans l’histoire des guerres napoléoniennes58. L’inscription européenne du conflit n’en est pas moins marquée par la diversité de l’origine des troupes issues de la Grande Armée : le rôle des Italiens et des Polonais a été particulièrement mis en valeur59. L’écho de la guerre en France et en Angleterre n’était pas terra incognita, mais la question a été trop rarement traitée60. En revanche, on en sait beaucoup plus sur les troupes françaises grâce aux thèses de Jean-Marc Lafon et de Gildas Lepetit61.

  • 62  José Cepeda Gómez, « La invención de dos mitos : norteamericanos y españoles ante sus guerras de i (...)
  • 63  Ronald Fraser, La maldita guerra, op. cit., n. 146, p. 541.
  • 64  Vittorio Scotti Douglas, « La presencia napoleónica en Italia y la respuesta popular », Revista de (...)
  • 65  Jean-Yves Guiomar, L’invention de la guerre totale, Paris, Éditions du Félin, 2004 ; David A. Bell(...)

21L’approche comparatiste apporte un éclairage nouveau, même s’il reste beaucoup à faire en la matière. L’une des études les plus stimulantes est celle qui met en relation les guerres d’Indépendance espagnole et nord-américaine62. Toutes deux partagent une même complexité (guerre civile, résistance et révolution) et ont donné lieu à une mythification fondatrice de la nation. Le comparatisme n’a toutefois été développé qu’autour de deux thèmes : la guérilla et la révolution libérale. Il semble désormais acquis que l’Espagne n’a pas inventé la « petite guerre », dont les formes ont existé lors de conflits antérieurs, ainsi que dans d’autres espaces européens à la même période, par exemple en Italie ou en Prusse. La particularité de la guérilla espagnole ne vient pas « de son originalité, mais de sa portée »63. L’ampleur du phénomène a été soulignée par les contemporains et a pu servir de référent à d’autres luttes contre un occupant64. Il est toutefois regrettable que les auteurs, à l’exception de Lluis Roura, ne se soient pas vraiment emparés de la notion de « guerre totale » européenne65.

  • 66  Ignacio Fernández Sarasola, « La Constitución española de 1812 y su proyección europea e iberoamer (...)
  • 67  Irene Castells, « Le libéralisme insurrectionnel espagnol (1814‑1830) », AHRF, no 336, 2004, p. 22 (...)

22On a déjà relevé l’importance de l’interrogation sur les influences étrangères dans le libéralisme espagnol. Le bicentenaire a aussi permis de mieux appréhender le mouvement inverse : celui du poids de l’exemple espagnol dans les expériences révolutionnaires du Portugal, de l’Italie et jusqu’au mouvement décembriste russe. La constitution de 1812 est le symbole d’un libéralisme historiciste, monarchique, localiste, insurrectionnel, un libéralisme vouant un culte à la nation66. Cette voie révolutionnaire, très différente de celle qui a été suivie en France, a connu un écho très important dans des pays catholiques aux pouvoirs locaux forts qui connaissaient, sous des formes diverses, une occupation étrangère. Avec le succès du pronunciamiento du général Riego en 1820 qui rétablit la constitution de Cadix, l’Espagne offre un véritable modèle de révolution, qui a directement inspiré le Portugal et l’Italie67.

  • 68  Par exemple dans le dossier de la revue Hispania Nova : 1807‑1814 : guerra, revolución e independe (...)
  • 69  Dans une bibliographie foisonnante, je me limiterai à quelques titres marquants. François Xavier G (...)
  • 70  Annie Jourdan, « Les révolutions républicaines d’Occident (1770‑1789/1800). Propositions en termes (...)
  • 71  Guy Lemarchand, « La Révolution atlantique aujourd’hui. Mythe ou réalité ? », dans Pour la Révolut (...)

23Le concept de révolution occidentale, préféré à celui de révolution atlantique, sert de toile de fond explicite mais aussi très souvent implicite à l’élargissement du regard porté sur l’expérience révolutionnaire de Cadix. Ces notions sont adoptées, mais toutefois rarement interrogées, à l’exception de certaines communications du congrès réuni en mars 2009 à Cadix et intitulé : « Liberty, Liberté, Libertad. De Filadelfia a Cádiz. El mundo hispánico en la era de las revoluciones occidentales »68. La rareté de l’insertion dans ce débat est probablement liée au fait que la dimension atlantique du moment révolutionnaire s’est imposée comme une évidence au travers d’un des grands apports du bicentenaire : l’identité des processus en Espagne et dans l’Amérique hispanique. Les travaux menés quelques années en amont du bicentenaire ont permis de mettre en relation l’historiographie sur l’Amérique espagnole avec une historiographie péninsulaire espagnole qui l’ignorait jusqu’alors très largement. Ce rapprochement a permis de faire prendre conscience que la monarchie hispanique était pensée comme un tout, ce que traduit l’article premier de la Constitution de Cadix qui définit la nation espagnole par la « réunion des Espagnols des deux hémisphères ». Il existe certes des différences majeures avec la péninsule (la question des races, la distance physique avec le pouvoir royal, l’immensité et le fractionnement de l’espace), néanmoins, on trouve sur les deux rives de l’Atlantique une même culture politique, le sentiment indiscuté, à quelques rares exceptions près, d’appartenir à un même ensemble. Grâce à la voie ouverte par François-Xavier Guerra depuis le début des années 1990, on sait que les indépendances ne sont pas le résultat d’un processus interne arrivé à maturité, mais constituent un mouvement enclenché par la guerre d’Indépendance et la vacance du pouvoir. Comme dans la péninsule, la guerre a ouvert un espace politique puis a marqué les formes de la politisation. La résistance, menée dans un premier temps dans un cadre mental traditionnel, s’est transformée en révolution libérale dans certains territoires américains69. Les textes qui y ont été produits sont issus de la même culture politique et « constitutionnelle » que celle qui donna naissance à la constitution de Cadix. Pour cette raison, rien n’était encore joué avant 1814 : l’idée de sauver la monarchie hispanique restait tout à fait envisageable. La démarche adoptée pour l’Amérique a grandement facilité la compréhension du processus politique entre 1808 et 1810 dans la péninsule, en particulier à partir des travaux de Richard Hocquellet. Ainsi, l’historiographie sur l’Amérique hispanique a servi de terrain d’expérimentation méthodologique. Stimulée par les célébrations actuelles des bicentenaires des indépendances, cette historiographie, que l’on ne peut qu’évoquer ici, est en plein renouvellement. Le chantier du concept de révolution occidentale n’est demeure pas moins ouvert à l’aune de l’exemple hispanique. Il reste d’autant plus à interroger dans une dynamique chronologique globale que les modèles élaborés par J. Godechot et R. Palmer ignoraient l’Espagne. Se trouve-t-on dans le prolongement de la phase des « révolutions républicaines d’Occident » ou s’agit-il d’une phase différente70 ? Par ailleurs, on a depuis longtemps reproché au concept de « révolution atlantique » de ne pas assez tenir compte des spécificités locales71. En effet, si le catalyseur de la crise, à savoir l’invasion de la péninsule par Napoléon, est bien externe, les modalités de la révolte et de la révolution hispanique sont largement endogènes, ce qui conduit à souscrire aux propos de Jean-Clément Martin :

  • 72  Contre-Révolution, Révolution et Nation, Paris, Le Seuil, 1998, p. 19.

« Au-delà des apparences de similarité, il n’y eut que des réalités ancrées dans leur passé respectif, dépendantes de leurs contradictions internes, entre lesquelles il n’est possible ni souhaitable de postuler une unité ou d’établir des classements, mais à partir desquelles il est nécessaire de comprendre comment des engrenages différents ont donné des résultats spécifiques »72.

24Dans la mesure où il existe une grande similarité des processus et des fondements intellectuels dans les territoires des monarchies hispanique et portugaise de part et d’autre de l’Atlantique, peut-on en déduire que le monde ibérique est finalement le seul vrai espace d’une révolution atlantique ?

De nouveaux chantiers

  • 73  Elena Fernández García, Las mujeres en los inicios de la revolución liberal 1808‑1823, Tésis docto (...)
  • 74  Waltraud Maierhofer, Gertrud Roesch, Caroline Bland (eds.), Women against Napoleon, Frankfurt/ New (...)

25Les trois thèmes relevés ici ont marqué une avancée historiographique majeure dans le cadre des célébrations du bicentenaire. Ils ne doivent pas faire oublier l’existence de domaines secondaires mais nouveaux et prometteurs. J’en relèverai surtout deux : l’histoire du genre et l’histoire économique de la guerre. Le premier bénéficie d’une grande et récente vitalité en Espagne. L’attention est portée sur les actrices qui se révélèrent à la faveur de la guerre, mais aussi sur les mythes patriotiques construits à partir des figures populaires féminines de la résistance (avant tout Agustina de Aragón ou Manuela Malasaña)73. Il ne s’agit pas simplement d’une histoire des acteurs féminins du conflit, qui restait largement indispensable car presque inexistante, mais aussi d’une histoire de la construction de la féminité comme catégorie sociale qui s’insère explicitement dans une perspective comparatiste avec des travaux menés pour la même période dans d’autres espaces74.

  • 75  Esteban Canales a été un précurseur : « 1808‑1814 : démographie et guerre en Espagne », AHRF, no 3 (...)
  • 76  Voir la troisième partie de l’ouvrage collectif Emilio La Parra (éd.), La guerra de Napoleón en Es (...)
  • 77  « Tributación francesa en Navarra durante la Guerra de la Independencia », dans Antonio Moliner Pr (...)

26Les conséquences démographiques et surtout économiques du conflit ont mis longtemps à émerger : pas avant 2007 dans les programmes des colloques et ouvrages collectifs75. La désorganisation des circuits économiques a retenu le plus souvent l’attention, avec un intérêt particulier pour les difficultés d’approvisionnement dans la vie quotidienne76. Seule la Navarre a toutefois donné lieu à des travaux approfondis, ceux de Francisco Miranda Rubio, qui s’est penché sur le financement de la guerre dans une région occupée par les Français et sur les conséquences de la mise en vente des biens municipaux77.

  • 78  Francisco Miranda Rubio (éd.), Fuentes documentales para el estudio de la Guerra de la Independenc (...)
  • 79  Vittorio Scotti (éd.), Dal Molise alla Catalogna. Gabriele Pepe e le sue esperienze nella guerra d (...)
  • 80  www.constitucion1812.org

27L’ampleur de la rénovation historiographique en cours s’est accompagnée d’un travail considérable de recension puis de publication de sources78. L’université de Saragosse et l’Instituto Fernando « el Católico », sont en pointe en la matière par le nombre et par la qualité des publications et des études préliminaires. Certaines de ces sources sont inédites, tel le passionnant journal de Faustino Casamayor ou l’autobiographie de l’Italien Gabriele Pepe, d’autres sont des éditions fac-similé, des traductions ou de nouvelles publications d’ouvrages classiques79. L’effort de numérisation a lui aussi été considérable, en particulier au travers des 300 000 images de la guerre (vie quotidienne, caricatures, affiches, dessins…) mises en ligne par l’Archivo Histórico Nacional, ainsi que de la possibilité de consultation en ligne de la presse de l’époque grâce notamment à la Biblioteca Nacional de España et à la Fundación centro de estudios constitucionales 1812 de Cadix80.

  • 81  Le chantier vient juste d’être ouvert dans Pedro Rújula, « A vueltas con la Guerra de la Independe (...)

28L’ampleur des chantiers ouverts explique qu’une grande synthèse qui tienne compte de la multiplicité des terrains explorés fasse toujours défaut, même s’il existe des ouvrages remarquables. Il reste enfin à réaliser ce qui s’était révélé particulièrement fécond aux lendemains du bicentenaire de la Révolution Française. Une histoire du bicentenaire de la guerre d’Indépendance en dirait long sur l’importance actuelle des usages publics de l’histoire et sur l’organisation et les conflits de pouvoirs dans l’Espagne du début du xxie siècle81.

Haut de page

Notes

1  Parmi les nombreux catalogues d’exposition : Francisco Quirós, Juan Carlos Castañon (dir.), Madrid 1808. Guerra y territorio. Mapas y planos 1808‑1814, Madrid, Ed. Museo de Historia, 2008.

2  José Álvarez Junco, « ¿Hacer ciencia o hacer patria ? », Revista de Libros no 145, janvier 2009.

3  El País, 21 novembre 2005, p. 13.

4  Jean-Philippe Luis, « Balance historiográfico del bicentenario de la Guerra de la Independencia : las aportaciones científicas », Ayer, no 75, 2009 (3), p. 303‑325.

5  Les essais historiographiques publiés depuis 2008 : Gonzalo Butrón Prida, José Saldaña Fernández, « La historiografía reciente de la Guerra de la Independencia : reflexiones ante el Bicentenario », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38 (1), 2008, p. 243‑270 ; Antonio Calvo Maturaba, Manuel Amador González Fuertes, « Monarquía, Nación y Guerra de la Independencia : debe y haber historiográfico en torno a 1808 », Cuadernos de Historia Moderna. Anejos, VII, 2008, p. 321‑377 ; Manuel Moreno Alonso, « La Guerra de la Independencia : la bibliografía del bicentenario », Historia Social, no 64, 2009, p. 139‑162 ; Pedro Rújula, « A vueltas con la Guerra de la Independencia. Una visión historiográfica del bicentenario », Hispania, Revista española de Historia, 2010, no 235, p. 461‑492 ; Jean-René Aymes, « La commémoration du bicentenaire de la Guerre d’Indépendance (1808‑1814) en Espagne et dans d’autres pays », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, no 5, 2009 et no 7 2010, http://ccec.revues.org/index2997.html.

6  François Dosse, La renaissance de l’événement, Paris, PUF, 2010.

7  Il s’agit des colloques de Clermont-Ferrand (8‑9 novembre 2007), Aix-en-Provence (24‑25 avril 2008), Bayonne (22‑24 mai 2008 et 4‑5 juillet), auxquels s’ajoutent deux tables rondes (Paris, Colegio de España 15 mai 2008, Marseille, 21 juin 2008).

8  Jean-René Aymes, L’Espagne contre Napoléon. La guerre d’Indépendance espagnole (1806‑1813), Paris, Nouveau Monde Éditions/Fondation Napoléon, 2003 ; Richard Hocquellet, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne (1808‑1812), Paris, La Boutique de l’Histoire, 2001 ; Jean-Marc Lafon, L’Andalousie de Napoléon. Contre-insurrection, collaboration et résistances dans le midi de l’Espagne (1808‑1812), Paris, Nouveau monde éditions/Fondation Napoléon, 2007 ; Gérard Dufour, Elisabel Larriba (dir.), L’Espagne en 1808. Régénération ou révolution ? Actes du colloque L’Espagne en 1808. Régénération ou révolution ?, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2009 ; Jean-Philippe Luis (dir.), La guerre d’Indépendance espagnole et le libéralisme au xixe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2011. Jean-René Aymes donne le détail des autres publications (« La commémoration du bicentenaire », op. cit., 2009, §16‑26).

9  Voir les précisions de Natalie Petiteau dans : « Napoléon et l’Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38 (1), 2008, p. 13‑31.

10  Outre celles de Richard Hocquellet et de Jean-Marc Lafon déja citées : Christian Demange, El Dos de Mayo. Mito y fiesta nacional (1808‑1958), Madrid, M. Pons-CEPC, 2004 ; Xavier Abeberry Magescas, Le gouvernement central de l’Espagne sous Joseph Bonaparte. Effectivité des institutions monarchiques et de la justice royale, thèse de doctorat en droit, Université Paris XII, 2001 ; Jean-Baptiste Busaall, La réception du constitutionnalisme français dans la formation du premier libéralisme espagnol (1808‑1820), thèse de doctorat en droit, Université Aix-Marseille III, 2006 ; Gildas Lepetit, « La manière la plus efficace de maintenir la tranquillité » ? L’intervention de la gendarmerie impériale en Espagne (1809‑1814), thèse de doctorat en histoire, Université Paris IV, 2009.

11  José Álvarez Junco, « La invención de la Guerra de la Independencia », Studia Historica. Historia Contemporánea, vol. XII, 1994, p. 75‑99.

12  Cecilio López Alonso, La Guerra de la Independencia o sea, triunfos de la heroica España contra Francia en Cataluña, Tarragona, Imp. A. Berdeguer, 1833 ; José Muñoz Maldonado, Historia política y militar de la Guerra de la Independencia de España contra Napoleón Bonaparte, de 1808 a 1814, escrita sobre los documentos ayténticos del gobierno, Madrid, Imp. José Palacios, 1833.

13  José Alvarez Junco, « La invención de la Guerra de la Independencia », op. cit., p. 91.

14  Mater dolorosa. La idea de España en el siglo xix, Madrid, Taurus, 2001.

15  Mariano Esteban de Vega, « La guerre d’Indépendance dans l’historiographie du xixe siècle », dans Jean-Philippe Luis (dir.), La guerre d’Indépendance, op. cit., p. 57‑72.

16  Pablo Fernández Albaladejo, Materia de España. Cultura política e identidad en la España Moderna, Madrid, ed. Pons, 2007.

17  Antonio Moliner Prada, « Introducción », dans Antonio Moliner Prada, La Guerra de la Independencia (1808‑1814), Barcelone, Nabla ediciones, 2007, p. 9.

18  Pierre Géal, « Un siglo de monumentos a la Guerra de la Independencia », dans Sombras de Mayo. Mitos y memorias de la Guerra de la Independencia en España (1808‑1908), Madrid, Casa de Velázquez, 2007, p. 135‑166.

19  Richard Hocquellet, « Una experiencia compleja. La “Guerra de la Independencia” a través de la trayectoria de algunos de sus actores », dans Sombras de mayo, op. cit., p. 45‑64.

20  Voir en particulier l’introduction : Stéphane Michonneau, « La guerra de la Independencia y la “cuestión nacional” española », dans Sombras de mayo, op. cit., p. XI-XIX ; Lluís Ferran Toledano González, « La Guerra de la Independencia como mito fundador de la memoria y de la historia nacional española », dans Antonio Moliner Prada, La Guerra de la Independencia, op. cit., p. 543‑574.

21  Ricardo Garcia Carcel, El sueño de la nación indomable. Los mitos de la Guerra de la Independencia, Madrid, Temas de Hoy, 2008, p. 20.

22  Plusieurs articles sur ces thèmes dans Sombras de Mayo, op. cit. Voir aussi : Emilio de Diego, « La verdad construida : la propaganda en la Guerra de la Independencia », dans Antonio Moliner Prada (dir.), La Guerra de la Independencia, op. cit., p. 209‑254 ; Mariano Esteban de Vega, « Castilla y España en la “Historia general” de Modesto Lafuente » dans Mariano Esteban de Vega, Antonio Morales Moya, ¿Alma de España ? Castilla en las interpretaciones del pasado español, Madrid, Marcial Pons, 2005, p. 87‑140 ; Raquel Sánchez García, La historia imaginada. La Guerra de la Independencia en la literatura española, Madrid, CSIC-Doce calles, 2008 ; Marie Salgues, Teatro patriótico y nacionalismo en España : 1859‑1900, Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza, 2010.

23  Pierre Géal, « La Guerre d’Indépendance et les politiques de mémoire pendant le Sexenio Democrático (1868‑1874) » et Christian Demange, « La Mémoire progressiste du Dos de Mayo et les pratiques révolutionnaires du Sexenio démocratique (1868‑1874) », dans Jean-Philippe Luis (dir.), La guerre d’Indépendance, op. cit., p. 33‑44 et 45‑56.

24  Ignacio Peiró Martín, La Guerra de la Independencia y sus conmemoraciones (1908, 1958 y 2008), Zaragoza, Instituto « Fernando el Católico », 2008.

25  Emilio La Parra, « Fernando VII : impulso y freno a la sublevación de los españoles contra Napoléón », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38 (1), 2008, p. 33‑52.

26  Pedro Rújula, « El francés invasor de 1808 », dans Xosé M. Núñez Seixas, Francisco Sevillano Calero (éd.), Los enemigos de España. Imagen del otro, conflictos bélicos y disputas nacionales (siglos XVI-XX), Madrid, CEPC, 2010, p. 141‑164.

27  Dès les années 1980, Gérard Dufour avait mis en relief le rôle du clergé afrancesado. Enrique Martínez Ruiz, Margarita Gil Muñoz, La Iglesia española contra Napoleón. La guerra ideológica, San Sebastián de los Reyes, Editorial Actas, 2010 ; Jean-Marc Lafon, « Église et sentiments religieux dans la lutte espagnole contre Napoléon (1808‑1814 »), dans Jean-François Muracciole, Frédéric Rousseau (éd.), Combats. Hommage à Jules Maurin, Paris, M. Houdiard Éd., 2010, p. 407‑417.

28  Ronald Fraser, La maldita guerra de España. Historia social de la guerra de la independencia 1808‑1814, Madrid, Crítica, 2006.

29  Un panorama par région dans : Revista de Historia Militar, Extra 1, 2008. L’Aragon et l’Andalousie sont les régions qui ont donné lieu à plusieurs publications de grande qualité. Parmi celles-ci : Francisco Javier Maestrojuan Catalán, Ciudad de vasallos, nación de héroes (Zaragoza : 1809‑1814), Zaragoza, 2003 ; « Aproximaciones a la Guerra de la Independencia », Jerónimo Zurita, no 83, 2008 ; Trocadero, no 20, 2008 ; José Miguel Delgado Barrado (dir.), Andalucía en guerra, 1808‑1814, Jaén, Universidad de Jaén, 2010. Quelques titres marquants pour d’autres régions : Antoni Moliner Prada, Catalunya contra Napoleón. La guerra del francés, 1808‑1814, Lleida, Pagès éd., 2007 ; Francisco Miranda Rubio, « El reino de Navarra, un espacio singular en la Guerra de la Independencia », Revista de Historia Militar, 2, 2005, p. 153‑190 ; Juan José Sánchez Arreseigor, Vascos contra Napoleón, Madrid, Editorial Actas, 2010. Je renvoie au bilan historiographique de Jean-René Aymes pour plus de détails.

30  Charles Esdaile, La guerra de la independencia. Una nueva historia, Barcelona, Crítica, 2004, p. 457‑458. Du même auteur : España contra Napoleón : guerillas, bandoleros y el mito del pueblo en armas (1808‑1814), Barcelone, Edhasa, 2006, p. 333.

31  Vittorio Scotti Douglas, « La guérilla espagnole dans la guerre contre l’armée napoléonienne », AHRF, no 336, 2004, p. 91‑106.

32  « Rebeldes, combatientes y guerilleros », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38 (1), 2008, p. 115‑134, p. 132‑133. Son ouvrage de référence : La guerilla en la guerra de la Independencia, Madrid, 2004.

33  Lluis Roura, « Guerra pequeña y formas de mobilización armada en la Guerra de la Independencia », dans J. A. Armillas (éd.), La Guerra de la Independencia, Zaragoza, 2001, vol. 1, p. 275‑301.

34  Ronald Fraser, La maldita guerra, op. cit., p. 799‑800.

35  Jean-Philippe Luis, « Questions autour de l’avènement de la modernité politique en Espagne (fin xviiie siècle-1868), Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, no 3, 2008, http://ccec.revues.org/index2523.html

36  Une mise en relation de ces deux courants dans : Javier Fernández Sébastián, « Política antigua-política moderna. Una perspectiva histórico-conceptual », La naissance de la politique moderne en Espagne (milieu du xviiie siècle, milieu du xixe siècle), Mélanges de la Casa de Velázquez, t. 35‑1, 2005, p. 165‑181. Voir aussi Lluis Roura i Aulinas, « Guerra de Independencia e inicios de revolución », Cuadernos de Historia Moderna, Anejos VII, 2008, p. 73‑90.

37  Marieta Cantos Casenave, Fernando Durán López, Alberto Romero Ferrer (eds.), La guerra de pluma. Estudios sobre la prensa de Cádiz en el tiempo de las Cortes (1810‑1814), 3 volumes, Cádiz, Universidad de Cádiz, 2008. Alberto Ramos Santana, Alberto Romero Ferrer (eds.), 1808‑1812 : los emblemas de la libertad, Cadix, Universidad de Cádiz, 2009 ; Alberto Gil Novales, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos españoles durante la Guerra de la Independencia, Madrid, CSIC, 2009 ; El Argonauta español (http://argonauta.imageson.org)

38  Outre les travaux précédemment cités sur la crise politique, un bon exemple de ceci dans l’ensemble des articles de la première des trois parties de l’ouvrage : Emilio La Parra (dir.), La guerra de Napoleón en España. Reacciones, imágenes, consecuencias, Alicante, Universidad de Alicante-Casa de Velázquez, 2010 ; Emilio de Diego (dir.), El comienzo de la Guerra de la Independencia. Congreso internacional del bicentenario, Madrid, Actas, 2009.

39  Jean-Pierre Dedieu, Après le roi. Essai sur l’effondrement de la monarchie espagnole, Madrid, Casa de Velázquez, 2010.

40  Richard Hocquellet, Résistance et révolution, op. cit.. « La notion de bien public pour les membres des municipalités espagnoles à la fin de l’Ancien Régime », Siècles, 2001, no 13, p. 41‑54 ; Id., « Les Patriotes espagnols en révolution. La convocation des Cortès extraordinaires de Cadix (1808‑1810) », Revue Historique, no 623, juillet-décembre 2002, p. 657‑692.

41  Jean-René Aymes, « Le débat idéologico-historiographique autour des origines françaises du libéralisme espagnol : Cortes de Cadix et constitution de 1812 », Historia Constitucional, no 4, 2003, http://hc.rediris.es/04/index.html; Ignacio Fernández Sarasola, « La influencia de Francia en los orígenes del constitucionalismo español », Forum Historiae Iuris, 2005, http://www.forhistiur.de/zitat/0504sarasola.htm

42  Jean-Baptiste Busaall, « La révolution constitutionnelle de 1812 dans la monarchie espagnole : une rénovation de l’ordre juridique traditionnel », dans L’idée contractuelle dans l’histoire de la pensée politique, Aix-en-Provence, PUAM, 2008, pp. 419‑438, p. 437.

43  Outre l’article de Jean-Baptiste Busaall précédemment cité, voir entre autres : José Álvarez Junco y Javier Moreno Luzón (éd.), La Constitución de Cádiz, historiografía y conmemoración : homenaje a Francisco Tomás y Valiente, Madrid, CEPC, 2006 ; Carlos Garriga, Marta Lorente Sariñena, Cádiz, 1812 : la constitución juridiccional, Cádiz, 1812, Madrid, CEPC, 2007.

44  Joaquín Varela-Suanzes Carpegna, « Las Cortes de Cádiz y la Constitución de 1812 » dans Antonio Moliner Prada (éd.), La Guerra de la Independencia, op. cit., p. 385‑423 ; Ignacio Fernández Sarasola, « La portée des droits individuels dans la Constitution espagnole de 1812 », dans Jean-Philippe Luis (dir.), La guerre d’Indépendance, op. cit., p. 91‑110.

45  María Cruz Romeo, « Liberales y liberalismo en un contexto de guerra » dans Pedro Rújula y Jordi Canal (éd.), Guerra de Ideas. Política y cultura en la España de la Guerra de la Independencia, Zaragoza, Institución « Fernando el Católico »/ Martial Pons, 2011, à paraître ; Juan Sisinio Pérez Garzón, Las Cortes de Cádiz. El nacimiento de una nación liberal (1808‑1814), Madrid, Síntesis, 2007.

46  Madrid, Iustel, 1987. Voir l’excellent commentaire : Claude Morange, « Lecture critique de l’ouvrage d’Ignacio Fernández Sarasola, La Constitución de Bayona (1808) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, 4 | 2009, http://ccec.revues.org/index2761.html.

47  Miguel Artola, Los afrancesados, publié en 1953 est régulièrement republié depuis. Manuel Moreno Alonso, José Bonaparte, un rey republicano en el trono de España, Madrid, La esfera de los libros, 2008. Dans une autre perspective : Xavier Abeberry Magescas, « Joseph I et les afrancesados », AHRF, no 336, 2004, p. 169‑184.

48  Juan López Tabar, Los famosos traidores. Los afrancesados durante la crisis del Antiguo Régimen (1808‑1833), Madrid, Biblioteca Nueva, 2001.

49  Outre l’ouvrage de Jean-Marc Lafon déjà cité, voir le chapitre VIII (« La anti-España : los afrancesados ») de Ricardo García Cárcel, El sueño de la nación indomable, op. cit.

50  Gérard Dufour,Goya durante la Guerra de la Independencia, Madrid, Cátedra, 2009.

51  Juan Pro Ruiz, « Afrancesados : sobre la nacionalidad de las culturas políticas », dans Manuel Pérez Ledesma, María Sierra (eds.), Culturas políticas : teoría e historia, Zaragoza, Institución « Fernando el Católico », 2010, p. 205‑231, p. 230‑231.

52  Armando Alberola, Elisabel Larriba (eds.), Las élites y la « revolución de España (1808‑1814). Estudios reunidos en homenaje al profesor Gérard Dufour, Alicante, Universidad de Alicante, 2010.

53  Claude Morange, « Sur la “révolution” de 1808‑1814. Pour une vision dynamique et dialectique du processus », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38 (1), 2008, p. 155‑172, p. 165.

54  Marion Reder Gadow, « La violencia en la vida cotidiana durante la Guerra de la Independencia. Un factor desestabilizador », dans Emilio de Diego (dir.), El comienzo, op. cit., p. 477‑516 ; José María Cardesín, « Motín y magnicidio en la Guerra de la Independencia : la voz de « arrastrar » como modelo de violencia colectiva », Historia Social, no 62, 2008, p. 27‑47.

55  Pedro Rújula, « La guerra como aprentizaje político. De la Guerra de la Independencia a las guerras carlistas », dans El carlismo en su tiempo : geografías de la contrarrevolución. I jornadas de estudio del carlismo, Estella, Pampelune, Gobierno de Navarra, 2008, p. 41‑64. Id., « La guerre d’Indépendance et les origines politiques de la contre-révolution », dans Jean-Philippe Luis (dir.), La guerre d’Indépendance, op. cit., p. 159‑176.

56  Antonio Ventura, « Portugal na guerra peninsular (1807‑1814) : una visao de conjunto », dans Francisco Miranda Rubio (éd.), Guerra, sociedad y política (1808‑1814), Pampelune/Tudela, vol. 1, 2008, p. 733‑754. Antonio Ventura a été l’organisateur d’une grande exposition sur la Guerra Peninsular à la Bibliothèque Nationale du Portugal en 2007‑2008 (catalogue publié en 2007 par la BNP sous le titre Guerra Peninsular : 200 anos). Voir aussi Carlos Guardado Da Silva (éd.), A Guerra Peninsular, Lisbonne, ed. Colibri/Torres Vedras, 2009.

57  De nombreux éléments dans le chapitre VI (« El Salvador inglés : Wellington ») de Ricardo García Cárcel, El sueño de la nación indomable, op. cit.

58  La guerra de la independencia, op. cit.

59  Un bon panorama dans Francisco Miranda Rubio, Guerra, sociedad y política (1808‑1814), op. cit., avec des articles de Jan Stanislaw Ciechanowski (p. 199‑208), Charles Esdaile (p. 255‑282), Vittorio Scotti Douglas (p. 723‑732) et Jean-René Aymes (p. 101‑120). Vittorio Scotti Douglas domine la recherche italienne sur la guerre d’Indépendance. Entre autres, de cet auteur : Ancora sugli Italiani durante la Guerra de la Independencia. Atti de la giornata internazionale di Studio, Milano 24 de gennaio 2008, Milan, Edizione comune di Milano, 2008.

60  Quelques exceptions : Jean-René Aymes : « La guerre d’Espagne dans la presse impériale (1808‑1814) », AHRF, no 336, 2004, p. 129‑145 ; « Les maréchaux et les généraux napoléoniens. Pour une typologie des comportements face à l’adversaire », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38 (1), 2008, p. 71‑93 ; « Las interpretaciones francesas de la guerra de la Independencia », dans Antonio RodrÍguez de la Heras, Rosario Ruiz Franco (éd.), 1808 controversias historiográficas, Madrid, Actas, 2010, p. 115‑145 ; Gérard Dufour, « La visión de España en Francia », Revista de historia militar, no Extra 1, 2008, p. 239‑255.

61  Ce dernier fournit une étude très complète des quelques 4000 membres de la gendarmerie qui opéraient dans le nord de la péninsule. En l’absence de la publication à ce jour d’une version abrégée de sa thèse évoquée plus haut, voir : « La manière la plus efficace de maintenir la tranquillité ? La place de la gendarmerie impériale dans le dispositif français du nord de l’Espagne (1810‑1814) », AHRF, no 348, 2007, p. 87‑100 ; « Une mort sans gloire ? La mortalité de la gendarmerie impériale en Espagne (1809‑1814), Revue Historique des Armées, no 259, 2010, p. 13‑22.

62  José Cepeda Gómez, « La invención de dos mitos : norteamericanos y españoles ante sus guerras de independencia », dans Antonio RodrÍguez de la Heras, Rosario Ruiz Franco (éd.), 1808 controversias, op. cit., p. 194‑208.

63  Ronald Fraser, La maldita guerra, op. cit., n. 146, p. 541.

64  Vittorio Scotti Douglas, « La presencia napoleónica en Italia y la respuesta popular », Revista de historia militar, Nº Extra 1, 2006, p. 89‑118 ; « La guerra de guerilla y la Constitución de Cádiz. Dos hitos modélicos para el Risorgimento italiano », dans Sombras de mayo […], op. cit., p. 397‑414.

65  Jean-Yves Guiomar, L’invention de la guerre totale, Paris, Éditions du Félin, 2004 ; David A. Bell, The First Total War, Napoleon’s Europe and the Birth of Warfare as We Know It, Boston/New York, Houghton Miflin Company, 2007 ; Lluis Roura, « La guerra moderna : art, diversitat i irregularitat », Actas del VI congres d’Historia Moderna de Catalunya 2008, sous presse.

66  Ignacio Fernández Sarasola, « La Constitución española de 1812 y su proyección europea e iberoamericana », dans Joaquín Varela Suanzes-Carpegna (éd.), Modelos constitucionales en la historia comparada. Fundamentos. Cuadernos monográficos de teoría del Estado, derecho público e historia constitucional, 2, 2000, p. 355‑466 ; Vittorio Scotti Douglas, « Independencia, guerra popular, constitución : modelos españoles para la Europa decimonónica », dans Francisco Acosta Ramírez, Marta Ruiz Jiménez (éd.), Actas del Congreso Internacional “Baylen 1808‑2008” : Bailén, su impacto en la nueva europa del siglo XIX y su proyección futura, Jaén, Universidad de Jaén, 2009, p. 47‑80.

67  Irene Castells, « Le libéralisme insurrectionnel espagnol (1814‑1830) », AHRF, no 336, 2004, p. 221‑234. Seule la révolution piémontaise a donné lieu à une étude approfondie. Gonzalo Butrón Prida, Nuestra sagrada causa. El modelo gaditano en la revolución piemontesa de 1821, Cádiz, Ayuntamiento de Cádiz, 2006. En français, du même auteur : « Liberté, nation et révolution. Le modèle révolutionnaire espagnol en Italie au début des années 1820 », dans Jean-Philippe Luis (dir.), La guerre d’Indépendance, op. cit., p. 177‑191.

68  Par exemple dans le dossier de la revue Hispania Nova : 1807‑1814 : guerra, revolución e independencia en la península ibérica y en las colonias americanas, no 8, 2008.

69  Dans une bibliographie foisonnante, je me limiterai à quelques titres marquants. François Xavier Guerra, Annick Lemperiere, Espacios Públicos en Iberoamérica. Ambigüedades y problemas. Siglos XVIII-XIX, México, Fondo de Cultura Económica, 1999 ; José María Portillo Valdés, Crisis atlántica, autonomía e independencia en la crisis de la monarquía hispana, Madrid, Fundación Carolina/CEHI/M. Pons, 2006 ; Roberto Breña, El primer liberalismo español y los procesos de emancipación de América, 1808‑1824. Una revisión historiográfica del liberalismo hispánico, México, Centro de Estudios Internacionales, 2006.

70  Annie Jourdan, « Les révolutions républicaines d’Occident (1770‑1789/1800). Propositions en termes de configurations », dans Robert Chagny (dir.), La Révolution française. Idéaux, singularités, influences, Presses Universitaires de Grenoble, 2002, p. 219‑235.

71  Guy Lemarchand, « La Révolution atlantique aujourd’hui. Mythe ou réalité ? », dans Pour la Révolution française. Recueil d’études réunies par C. Le Bozec et E. Wauters, Rouen, PUR, 1998, p. 501‑507.

72  Contre-Révolution, Révolution et Nation, Paris, Le Seuil, 1998, p. 19.

73  Elena Fernández García, Las mujeres en los inicios de la revolución liberal 1808‑1823, Tésis doctoral, Universidad autónoma de Barcelona, 2007. Cet auteur a livré plusieurs articles dans des actes de colloques ou revues. Irene Castells, Gloria Espigado, María Cruz Romeo (éd.), Heroínas y Patriotas. Mujeres de 1808, Madrid, Cátedra, 2009.

74  Waltraud Maierhofer, Gertrud Roesch, Caroline Bland (eds.), Women against Napoleon, Frankfurt/ New-York, Campus Verlag, 2007.

75  Esteban Canales a été un précurseur : « 1808‑1814 : démographie et guerre en Espagne », AHRF, no 336, 2004, p. 37‑52.

76  Voir la troisième partie de l’ouvrage collectif Emilio La Parra (éd.), La guerra de Napoleón en España, op. cit. ; ainsi que la quatrième partie de : Emilio de Diego (dir.), El comienzo de la Guerra de la Independencia, op. cit.

77  « Tributación francesa en Navarra durante la Guerra de la Independencia », dans Antonio Moliner Prada (éd.), La Guerra de la Independencia, op. cit., p. 425‑486.

78  Francisco Miranda Rubio (éd.), Fuentes documentales para el estudio de la Guerra de la Independencia, Pamplona, Ediciones Eunate, 2002.

79  Vittorio Scotti (éd.), Dal Molise alla Catalogna. Gabriele Pepe e le sue esperienze nella guerra del Francès, Campobasso, AGR ed., 2009. Publiés à Saragosse par l’Instituto Fernando « el Católico » : Faustino Casamayor, Zaragoza 1808‑1814, 3 volumes, études introductives de Pedro Rújula, Carlos Franco de Espés et Herminio Lafoz Rabaza (2008), Charles Richard Vaughan, Narrativa del sitio de Zaragoza, éd. de José Luis Cintora (2008) ; Général Louis-François Lejeune, Los sitios de Zaragoza, étude et prologue de Pedro Rújula, 2009. Signalons aussi la très belle édition (2008) fac-similé de l’Atlas lié aux mémoires du maréchal Suchet, publié en 1834. Des exemples chez d’autres éditeurs : Conde de Toreno, Historia del levantamiento, guerra y revolución de España, étude préliminaire et notes de Richard Hocquellet, Urgoiti editores, Pampelune, 2008 ; Jean-Baptiste, baron de Marbot, memorias : campañas de Napoleón en la Península Ibérica, Madrid, Castalia, 2008.

80  www.constitucion1812.org

81  Le chantier vient juste d’être ouvert dans Pedro Rújula, « A vueltas con la Guerra de la Independencia, op. cit., p. 465‑468.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Luis, « Déconstruction et ouverture : l’apport de la célébration du bicentenaire de la guerre d’indépendance espagnole », Annales historiques de la Révolution française, 366 | 2011, 129-151.

Référence électronique

Jean-Philippe Luis, « Déconstruction et ouverture : l’apport de la célébration du bicentenaire de la guerre d’indépendance espagnole », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 366 | octobre-décembre 2011, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://ahrf.revues.org/12233 ; DOI : 10.4000/ahrf.12233

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Luis

Université Blaise Pascal
Département d’Histoire
UFR LLSH, 29 bd Gergovia, 63037, Clermont-Ferrand cedex 1, 04-73-34-65-93
J-Philippe.LUIS@univ-bpclermont.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org