Navigation – Plan du site
Articles

Essais de défi­­ni­­tion. Déla­­tion, dénon­­cia­­tion, déla­­teur, dénon­­cia­­teur dans les dic­­tion­­naires fran­­çais jusqu’à la révo­­lu­­tion1

An Attempt at Definition. Déla­­tion, dénon­­cia­­tion, déla­­teur, dénon­­cia­­teur in French dictionaries until the Revolution
Stefan Lemny
p. 3-31

Résumés

Les ambi­­guï­­tés qui per­­sistent de nos jours dans la défi­­ni­­tion de la dénon­­cia­­tion et de la déla­­tion ont une longue his­­toire. Elles remontent aux dic­­tion­­naires dits « des mots » qui ont mar­­qué les débuts de la lexi­­co­­gra­­phie fran­­çaise. Les dic­­tion­­naires « des choses » ont ensuite appro­­fondi cette ana­­lyse. Mais la contri­­bu­­tion la plus impor­­tante, réper­­cu­­tée dans la grande Ency­­clo­­pé­­die, a été appor­­tée par les dic­­tion­­naires juri­­diques.
Un regard his­­to­­rique per­­met de mieux appré­­cier ces évo­­lu­­tions dans les dic­­tion­­naires de la période révo­­lu­­tion­­naire. Le contenu idéo­­lo­­gique devient alors extrê­­me­­ment visible et, dou­­blé d’une approche juri­­dique nou­­velle, contri­­bue à une redé­­fi­­ni­­tion de ces concepts. Au nom des valeurs morales et civiques de la répu­­blique, la plu­­part des auteurs s’accor­­de­­ront à ban­­nir la déla­­tion tout en encou­­ra­­geant la dénon­­cia­­tion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Un grand merci à Yann-­Arzel Durelle-­Marc, qui a relu ce texte et m’a fait part de ses pré­­cieus (...)
  • 2  Jean-­François Gayraud, La dénon­­cia­­tion, PUF, 1995, p. 15‑16.

1Les auteurs d’études sur la déla­­tion ou sur la dénon­­cia­­tion sont sou­­vent confron­­tés à la confu­­sion qui existe entre ces termes. Se démar­­quant des spé­­cia­­listes qui parlent d’une syno­­ny­­mie entre les deux mots, Jean-­François Gayraud consi­­dère que la dénon­­cia­­tion et la déla­­tion « n’en demeurent pas moins dif­­fé­­rentes », bien qu’elles soient des « facettes oppo­­sées d’un phé­­no­­mène unique »2.

2Ce n’est pas seule­­ment dans l’usage actuel des termes que ce besoin de cla­­ri­­fi­­ca­­tion concep­­tuelle est néces­­saire. Si l’on tient compte du fait que le lan­­gage est lui-­même sujet d’his­­toire, et que cette his­­toire peut révé­­ler des inter­­pré­­ta­­tions par­­fois dif­­fé­­rentes de la séman­­tique actuelle, l’étude du phé­­no­­mène oblige à bien pré­­ci­­ser la conno­­ta­­tion que ces mots ont revê­­tue dans le passé. C’est l’idée qui nous a conduit à cher­­cher la signi­­fi­­ca­­tion des termes « déla­­tion », « dénon­­cia­­tion », « déla­­teur », « dénon­­cia­­teur » jusqu’à la Révo­­lu­­tion, quand les pra­­tiques et l’idéo­­lo­­gie révo­­lu­­tion­­naires ont influ­­encé pro­­fon­­dé­­ment les concep­­tions en la matière. Pour cela, nous avons foca­­lisé l’ana­­lyse uni­­que­­ment sur les défi­­ni­­tions pro­­po­­sées par les dic­­tion­­naires et les ency­­clo­­pé­­dies. Tout comme nous ouvrons ce genre d’ouvrage contem­­po­­rain afin d’y trou­­ver le sens d’un mot dont la compré­­hen­­sion exacte nous échappe, ainsi nous avons consulté les dic­­tion­­naires de l’Ancien Régime et de la période révo­­lu­­tion­­naire, en quête d’inter­­pré­­ta­­tions que les mots en ques­­tion ont ins­­pi­­rées à l’époque. Il s’agit de sur­­croît d’une caté­­go­­rie d’ouvrages essen­­tiels pour le respect de la pré­­ci­­sion de la langue, ouvrages que les futurs révo­­lu­­tion­­naires ont pu ren­­contrer pen­­dant leur for­­ma­­tion intel­­lec­­tuelle ou leurs lec­­tures, y compris, plus tard, sous la Révo­­lu­­tion.

  • 3  Jean-­Claude Waquet, La conju­­ra­­tion des dic­­tion­­naires. Vérité des mots et véri­­tés de la (...)
  • 4Le grand ate­­lier his­­to­­rique de la langue fran­­çaise : his­­toire des mots du Haut Moyen-­Âg (...)

3Les dic­­tion­­naires dans les­­quels Jean-­Claude Waquet a recher­ché les mots « cabale », « complot », « conju­­ra­­tion » et « conspi­­ra­­tion »
– des termes qui ont sou­­vent été en rap­­port avec l’un des prin­­ci­­paux sujets des dénon­­cia­­tions ou des déla­­tions – nous ont sem­­blé de ce point de vue un échan­­tillon digne d’atten­­tion3. Nous avons donc uti­­lisé dans une pre­­mière par­­tie le même cor­­pus d’ouvrages, du Dic­­tion­­naire françois-­latin de Robert Estienne, publié en 1539, jusqu’au Grand voca­­bu­­laire françois (1767‑1774) et au Dic­­tion­­naire cri­­tique de la langue fran­­çaise de Féraud (1787) – cor­­pus auquel nous avons ajouté les quelques textes faci­­le­­ment consul­­tables depuis 2002 grâce à l’édi­­tion élec­­tro­­nique du Grand ate­­lier his­­to­­rique de la langue fran­­çaise4.

  • 5  Comme par exemple l’ouvrage de Nicolas de La Mare, Traité de la police, I-­II, Paris, 1705.
  • 6  Bernard Quemada, Les dic­­tion­­naires du fran­­çais moderne, Paris, Didier, 1968, p. 567 sq. ; An (...)

4Mais, à la dif­­fé­­rence de l’étude qui nous a servi de modèle, nous avons éga­­le­­ment pris en consi­­dé­­ra­­tion d’autres dic­­tion­­naires que ceux stric­­te­­ment de langue ou « des mots », à savoir les dic­­tion­­naires dits « des choses » ou des notions, comme les dic­­tion­­naires ency­­clo­­pé­­diques et les dic­­tion­­naires concer­­nant quelques domaines par­­ti­­cu­­liers de connais­­sance (le droit en géné­­ral, le droit cano­­nique, les pra­­tiques mili­­taires ou même les « mœurs »), sans tenir compte d’autres ouvrages de réfé­­rence, tels les manuels ou les trai­­tés juri­­diques ou de police, etc…5 Les tra­­vaux biblio­­gra­­phiques de Bernard Quemada et ses contri­­bu­­tions ulté­­rieures nous ont lar­­ge­­ment gui­­dés dans ce choix6.

5Le carac­­tère compo­­site des textes qui en résulte illustre ainsi l’objec­­tif essen­­tiel de la pré­­sente ana­­lyse qui n’envi­­sage ni une étude du lan­­gage poli­­tique, ni une étude stric­­te­­ment lexi­­co­­gra­­phique ou de méta­lexico­­gra­­phie his­­to­­rique. Notre but est tout sim­­ple­­ment de retrou­­ver les inter­­pré­­ta­­tions suc­­ces­­sives autour des termes res­­pec­­tifs, avant et pen­­dant la Révo­­lu­­tion, telles qu’elles ont été pro­­po­­sées par les éru­­dits de la langue et par les spé­­cia­­listes dans les autres domaines du savoir (juristes, phi­­lo­­sophes, mora­­listes, etc…).

Un long héri­­tage lexi­­co­­gra­­phique

  • 7  Giovanni Balbi, Summa quae vocatur Catholicon, Venetiis, H. Liechtenstein, 1487.
  • 8Dic­­tion­­naire éty­­mo­­lo­­gique de la langue fran­­çaise, Oscar Bloch, Walther von Wartburg (d (...)

6On compren­­drait dif­­fi­­ci­­le­­ment ce par­­cours séman­­tique sans en rap­­pe­­ler le point de départ : les dic­­tion­­naires latins, à commen­­cer par le Catholicon de Jean de Gènes7, ouvrages qui rap­­pellent le voca­­bu­­laire uti­­lisé dans l’anti­­quité romaine8. Férus de lit­­té­­ra­­ture et d’his­­to­­rio­­gra­­phie latine, les auteurs des pre­­miers dic­­tion­­naires fran­­çais connais­­saient bien la figure clas­­sique du delator – per­­son­­nage ins­­ti­­tué en accu­­sa­­teur public contre les abus commis par un tiers –, mais ils étaient inévi­­ta­­ble­­ment confron­­tés à la dif­­fi­­culté de lui trou­­ver le mot fran­­çais cor­­res­­pon­­dant dans le contexte d’une juri­­dic­­tion dif­­fé­­rente, le seul en mesure d’exer­­cer le rôle d’accu­­sa­­teur public étant l’offi­­cier public repré­­sen­­tant le détenteur des droits de haute jus­­tice (le pro­­cu­­reur du roi ou du sei­­gneur). Cette dif­­fi­­culté était d’autant plus embar­­ras­­sante que la pra­­tique dénon­­cia­­trice persistait à l’abri du code moral chré­­tien et des normes juri­­diques médié­­vales.

  • 9  Jean-­Claude Waquet, op. cit., p. 180.
  • 10  Edgar E. Bran­­don, Robert Estienne et le dic­­tion­­naire fran­­çais au xvie siècle, Genève, Slat (...)
  • 11  Terence R. Wooldridge, Les débuts de la lexi­­co­­gra­­phie fran­­çaise : Estienne, Nicot et le Th (...)

7Les hési­­ta­­tions concer­­nant la défi­­ni­­tion des termes « déla­­tion » ou « déla­­teur » en sont l’illus­­tra­­tion. Le Dic­­tion­­naire françois-­latin de Robert Estienne (1539), qui « rend par­­fois le latin dans un lan­­gage qui est celui de la féo­­da­­lité »9 contient une entrée « déla­­teur », mais son expli­­ca­­tion est ren­­voyée ailleurs (« cher­chez Défé­­rer »), selon le sys­­tème de grou­­pe­­ment par famille de mots10. Ce dic­­tion­­naire a eu un énorme suc­­cès à tra­­vers ses nom­­breuses édi­­tions, réédi­­tions et réim­­pres­­sions, mais aussi à travers l’influ­­ence qu’il a exer­­cée sur d’autres dic­­tion­­naires qui ont mar­­qué les débuts de la lexi­­co­­gra­­phique fran­­çaise11 : le Dic­­tion­­naire françois-­latin de Jacques Dupuys et de Jean Nicot (Paris, 1573) ; Le Grand dic­­tion­­naire françois-­latin (Lyon, 1625) de Jean Nicot ; le Thresor de la langue françoise tant ancienne que moderne d’Aimar de Ranconnet et de Jean Nicot (Paris, 1606).

8L’ Invantaire des deus langues, françoise et latine (Lyon, 1636) de Philibert Mon­et consti­­tue une autre avan­­cée dans la lit­­té­­ra­­ture lexi­­co­­gra­­phique inau­­gu­­rée par Estienne. L’auteur renonce au ren­­voi « déla­­teur, cher­chez défer­­rer ». « Déla­­teur » trouve main­­te­­nant sa place dans l’ordre alpha­­bé­­tique des entrées, étant défi­­ni comme syno­­nyme d’« accu­­sa­­teur », tan­­dis que « déla­­tion » est inter­­pré­­tée comme « accu­­sa­­tion » et « dénon­­cer », comme « accu­­ser », qui signi­­fie « faire savoir un ordon­­nant au public ou au privé ».

  • 12  Jean-­Claude Waquet, op. cit., p. 147.

9Il fau­­dra pour­­tant attendre la fin du xviie siècle pour assis­­ter au renou­­vel­­le­­ment des défi­­ni­­tions en ques­­tion, alors même que ce genre de tra­­vaux connaît une évo­­lu­­tion notable en termes de rigueur et que la pen­­sée poli­­tique s’ins­­tille dans leur tex­­ture lexi­­co­­gra­­phique12.

  • 13Cf. Laurent Bray, César-­Pierre Richelet, 1626‑169 : bio­­gra­­phie et œuvre lexi­­co­­gra­­phique(...)

10Les nou­­veau­­tés appor­­tées par le Dic­­tion­­naire françois de Pierre Richelet (Genève, 1680) n’ont encore rien d’excep­­tion­­nel à part le fait que ce pre­­mier dic­­tion­­naire fran­­çais entiè­­re­­ment mono­­lingue pro­­pose des défi­­ni­­tions, en renon­­çant à indi­­quer les éty­­mo­­lo­­gies latines13.

  • 14  Alain Re­y, Antoine Furetière : un pré­­cur­­seur des Lumières sous Louis XIV, Fayard, 2006 ; Fran (...)

11C’est le Dic­­tion­­naire uni­­ver­­sel d’Antoine Furetière (La Haye, 1690), véri­­table « ency­­clo­­pé­­die bour­­geoise14 », paru deux ans après la mort de son auteur, qui marque le moment le plus nova­­teur dans l’inter­­pré­­ta­­tion des mots qui nous occupent.

12« Déla­­teur » reçoit ici une expli­­ca­­tion des­­ti­­née à une longue for­­tune : ce « terme de palais » désigne l’« accu­­sa­­teur secret » ou le « dénon­­cia­­teur envers un prince ou les magis­­trats, d’un crime commis, d’une conju­­ra­­tion » ; les exemples choi­­sis se rap­­portent pour­­tant à l’ancienne Rome, où les déla­­teurs étaient « forts communs & forts odieux ».

  • 15  Marine Roy-­Garibal, Le Par­­nasse et le palais : l’œuvre de Furetière et la genèse du pre­­mier d (...)

13À la dif­­fé­­rence de Richelet, Furetière intro­­duit une entrée pour la « déla­­tion », consi­­dé­­rée comme syno­­nyme de « dénon­­cia­­tion », avec une pré­­ci­­sion concer­­nant le cadre plus par­­ti­­cu­­lier de son appli­­ca­­tion, à savoir les « crimes de lèse-­majesté », où l’« on arrête sou­­vent sur une simple déla­­tion ». De plus, Furetière va au-­delà de l’inter­­pré­­ta­­tion stric­­te­­ment éty­­mo­­lo­­gique, et glisse quelques « sen­­tences morales »15 : il est « dan­­ge­­reux – rappelle-­­t-il – d’être dénoncé à l’inqui­­si­­tion », ou, « c’est une grande tra­­hi­­son de dénon­­cer son ami ».

14Dans l’immé­­diat, le fameux Dic­­tion­­naire de l’Aca­­dé­­mie françoise, publié en 1694, ignore les ensei­­gne­­ments de Furetière. Ses auteurs opèrent à bien des égards un retour en arrière dans leur manière d’agen­­cer les mots, ce qui conduit à ce que les expli­­ca­­tions concer­­nant les mots « déla­­teur » et « déla­­tion » soient ren­­voyées à l’entrée « défé­­rer », comme dans l’ancien dic­­tion­­naire d’Estienne.

15La trop grande conci­­sion des défi­­ni­­tions est l’autre inconvé­­nient du dic­­tion­­naire de 1694 : le « déla­­teur » est ainsi tout sim­­ple­­ment l’accu­­sa­­teur secret, le dénon­­cia­­teur ; la « déla­­tion » c’est l’accu­­sa­­tion secrète, la dénon­­cia­­tion ; « dénon­­cer » c’est décla­­rer, publier, tan­­dis que le « dénon­­cia­­teur » est celui qui défère quelqu’un en jus­­tice et la « dénon­­cia­­tion » est la décla­­ra­­tion, la publi­­ca­­tion.

16Il est vrai que les édi­­tions de 1718, 1740 et 1762 du Dic­­tion­­naire de l’Aca­­dé­­mie françoise aban­­donnent le clas­­se­­ment trou­­blant pro­­posé en 1694 au pro­­fit de l’ordre alpha­­bé­­tique et que les Immor­­tels intro­­duisent ulté­­rieu­­re­­ment quelques modi­­fi­­ca­­tions par rap­­port aux expli­­ca­­tions ini­­tiales. Mais, rap­­porté à l’impor­­tance de ce dic­­tion­­naire dans la nor­­ma­­li­­sa­­tion de la langue fran­­çaise, l’éclai­­rage éty­­mo­­lo­­gique quant à ces termes reste insi­­gni­­fiant. Il ne peut, en consé­­quence, se compa­­rer avec la contri­­bu­­tion de Furetière, qui, sous-­estimée par les Immor­­tels, sera valo­­risée par un autre ouvrage très uti­­lisé au xviiie siècle : le Dic­­tion­­naire uni­­ver­­sel françois et latin, dit de Trévoux, paru ini­­tia­­le­­ment en 1704, qui connaî­­tra plu­­sieurs édi­­tions (la 2e en 1721, la 7e en 1771) et réim­­pres­­sions.

17En effet, sa pre­­mière édi­­tion reprend les défi­­ni­­tions pro­­po­­sées par Furetière en 1690, aux­­quelles le nou­­vel édi­­teur ajoute quelques pré­­ci­­sions ori­­gi­­nales, qui trouvent cette fois-­ci leur place à l’entrée « accu­­sa­­tion », trai­­tée d’une manière rapide par Furetière. Après les consi­­dé­­ra­­tions sur le droit civil en France par rap­­port au droit romain, ce der­­nier pré­­cise que dans son pays

« (…) il n’y a que le pro­­cu­­reur géné­­ral ou les sub­­sti­­tuts qui puissent for­­mer une accu­­sa­­tion, excepté pour le crime de lèse-­majesté, & pour le crime de fausse mon­­naye, où l’accu­­sa­­tion est ouverte à toutes sortes de per­­sonnes. Dans les autres crimes, les par­­ti­­cu­­liers ne peuvent être que dénon­­cia­­teurs, [c’est nous qui sou­­li­­gnons] & demander répa­­ra­­tion de l’offense pour les dom­­mages & inté­­rêts ».

18La pré­­ci­­sion res­treint ainsi le sens de la dénon­­cia­­tion et efface l’image du dénon­­cia­­teur qui, en se sub­­sti­­tuant à l’accu­­sa­­teur, devient un acteur presque ordi­­naire dans le fonc­­tion­­ne­­ment du rouage juri­­dique. Le « dénon­­cia­­teur » serait ainsi dif­­fé­­rent de celui que le Trévoux consi­­dère comme étant un déla­­teur, repre­­nant en cela la défi­­ni­­tion de Furetière, à savoir le « dénon­­cia­­teur envers un prince ou les magis­­trats, d’un crime commis, d’une conju­­ra­­tion », un per­­son­­nage que les deux dic­­tion­­naires placent cepen­­dant exclu­­si­­ve­­ment dans la Rome ancienne.

19L’ambi­­guïté rele­­vée est symp­­to­­ma­­tique d’une étape dans la défi­­ni­­tion des mots, laquelle se carac­­té­­rise par la pré­­émi­­nence des tra­­vaux lexi­­co­­gra­­phiques. Pour élar­­gir et faire avan­­cer l’inter­­pré­­ta­­tion, il fau­­dra attendre l’entrée en jeu d’autres dic­­tion­­naires, dits « des choses », davan­­tage centrés sur la trans­­mis­­sion des connais­­sances (y compris des concepts d’inté­­rêt pra­­tique et des noms propres) que par leur défi­­ni­­tion stric­­te­­ment lexi­­co­­gra­­phique.

20Le Dic­­tion­­naire his­­to­­rique et cri­­tique de Pierre Bayle (1697) repré­­sente un cas à part dans la série des dic­­tion­­naires des choses : s’il ne contient aucune entrée sur les mots en ques­­tion, l’index retient néan­­moins les « déla­­teurs » parmi ses sujets et men­­tionne les pages où le mot figure dans l’ensemble de l’ouvrage.

21Cette lec­­ture croi­­sée du bref commen­­taire de l’index et des pas­­sages aux­­quels il ren­­voie per­­met in fine de reconsti­­tuer les idées de l’auteur à l’égard des déla­­teurs. Celui-­ci montre le carac­­tère « tout à fait déplo­­rable » de ces gens et le mépris qu’ils ins­­pirent, tout en les consi­­dé­­rants comme un mal néces­­saire au fonc­­tion­­ne­­ment de la société : « déla­­teurs compa­­rés aux chiens – on peut lire dans l’index – qu’il faut pour le bien public lais­­ser aboyer après tout le monde. » L’article auquel ren­­voie l’index à ce pro­­pos, expose cepen­­dant un point de vue plus nuancé. S’appuyant sur l’exemple de Cicéron, Castellan concluait par exemple « qu’afin de répri­­mer l’audace des nova­­teurs, il fal­­lait pro­­té­­ger et favo­­ri­­ser pour le bien de la Répu­­blique les chiens qui aboient après eux. » Pierre Bayle est d’un autre avis :

« On ne peut nier que cette maxime ne soit d’usage pour le bien public, et sur­­tout dans un temps de trouble, mais il est cer­­tain d’ailleurs qu’elle est une source d’injus­­tices. Il faut déplo­­rer là-­dessus le sort de l’homme, et la néces­­sité fatale qui oblige à sacri­­fier en tant de ren­­contres, le droit des par­­ti­­cu­­liers à l’uti­­lité du public. » (p. 794)

22Mal­­gré l’absence d’une entrée pour ce terme, le Dic­­tion­­naire his­­to­­rique et cri­­tique nour­­rit la réflexion sur la déla­­tion par sa manière de sur­­mon­­ter l’ana­­lyse lexi­­co­­gra­­phique, propre aux dic­­tion­­naires de langues, et de por­­ter l’atten­­tion sur la mora­­lité des dénon­­cia­­tions en rap­­port avec le fonc­­tion­­ne­­ment de la société. Une piste qui sera reprise plus tard par la grande Ency­­clo­­pé­­die.

Les défi­­ni­­tions juri­­diques : Brillon, de Ferri­ère…

  • 16  Serge Dauchy, « Intro­­duc­­tion » au volume Les Recueils d’arrêts et dic­­tion­­naires de juris­­ (...)

23Chro­­no­­lo­­gi­­que­­ment par­­lant, le Dic­­tion­­naire his­­to­­rique et cri­­tique n’est pas le pre­­mier dic­­tion­­naire « des choses » à se pen­­cher sur le voca­­bu­­laire de la dénon­­cia­­tion. Nul domaine du savoir n’était plus concerné par le besoin de cla­­ri­­fi­­ca­­tion concep­­tuelle et pra­­tique que le domaine juri­­dique, confronté au quo­­ti­­dien aux affaires de dénon­­cia­­tion ou d’accu­­sa­­tion. Depuis la fin du xviie siècle, la science juri­­dique connaît une pro­­fonde évo­­lu­­tion, carac­­té­­ri­­sée par une ten­­dance à l’uni­­fi­­ca­­tion et à la théo­­ri­­sa­­tion du droit, illus­­trée entre autres par « le pas­­sage des recueils d’arrêts aux dic­­tion­­naires »16. Ainsi a vu le jour le Dic­­tion­­naire civil et cano­­nique (Paris, 1687) de Pierre-­Jacques Brillon, un ouvrage adressé en prio­­rité aux gens de lois fami­­lia­­ri­­sés avec le lan­­gage et les sources judi­­ciaires, notam­­ment avec le droit ecclé­­sias­­tique et romain et les commen­­taires des célèbres cano­­nistes et juris­­consultes, etc.

24Pour l’auteur, avo­­cat au Par­­le­­ment et redou­­table légiste, la « déla­­tion n’est plus un mot fran­­çais ». C’est la rai­­son pour laquelle la nou­­velle édi­­tion du dic­­tion­­naire (Nou­­veau dic­­tion­­naire civil et cano­­nique de droit et de pra­­tique, Paris, 1707 ; nouv. éd. en 1717) renonce à l’entrée « déla­­tion » (pré­­sente dans l’édi­­tion de 1687) et réserve une place seule­­ment aux mots « dénon­­cia­­teur », « dénon­­cia­­tion » et « dénon­­cia­­tion de nou­­velle œuvre ».

25D’autres pré­­ci­­sions don­­nées par le dic­­tion­­naire concernent la dis­­tinction exis­­tante entre « la dénon­­cia­­tion » et « l’accu­­sa­­tion ». En se fon­­dant sur la lec­­ture des anno­­ta­­tions de Carondas à la Somme rurale de Bouteillier, l’auteur rap­­pelle « la dif­­fé­­rence entre celui qui seule­­ment se plaint au juge afin d’avoir jus­­tice, et le dénon­­cia­­teur » : « le déla­­teur & l’accu­­sa­­teur se prennent sou­­vent pour un même, mais pro­­pre­­ment par le droit fran­­çais, le déla­­teur est entendu celui lequel déferre et accuse secrè­­te­­ment, n’ayant inté­­rêt par­­ti­­cu­­lier au fait qu’il dénonce ».

26Ces idées ont trouvé peu d’écho dans l’immé­­diat dans d’autres dic­­tion­­naires : seul le Dic­­tion­­naire de Trévoux, cal­­qué sur le Furetière, éta­­blit, à par­­tir de 1704, ces mêmes dis­­tinctions signa­­lées par Brillon entre « l’accu­­sa­­tion » et « la dénon­­cia­­tion. »

  • 17  D’un contenu presque iden­­tique mais moins riche est le Dic­­tion­­naire uni­­ver­­sel, chro­­no­ (...)

27On doit éga­­le­­ment à cet auteur la publi­­ca­­tion d’un riche recueil d’arrêts et de juge­­ments concer­­nant les diverses affaires en matière civile, cri­­mi­­nelle et ecclé­­sias­­tique ; inti­­tulé Dic­­tion­­naire des arrests ou juris­­pru­­dence uni­­ver­­selle des Par­­le­­ments de France et autres tri­­bu­­naux (Paris, 1711, réédité en 1727 et 1781‑1784), l’ouvrage contient, dans l’ordre alpha­­bé­­tique des sujets trai­­tés, les entrées « dénonce », « dénon­­cia­­teur » et « dénon­­cia­­tion », qui four­­nissent des pré­­ci­­sions sur les pra­­tiques juri­­diques autour de ces concepts17.

28Mais c’est sur­­tout le Dic­­tion­­naire de droit et de pra­­tique de Claude-­Joseph de Ferri­ère (Paris, 1739‑1740) qui apporte la contri­­bu­­tion la plus connue à l’expli­­ca­­tion (sous forme de dic­­tion­­naire) du lan­­gage et de la réa­­lité juri­­dique du phé­­no­­mène qui nous préoccupe. Comme Brillon et les auteurs du Dic­­tion­­naire de Trévoux, Ferri­ère opère la même dis­­tinction entre le droit romain, où « chaque par­­ti­­cu­­lier pou­­vait intenter l’accu­­sa­­tion », et la situa­­tion en France, où « les par­­ti­­cu­­liers ne peuvent être que des dénon­­cia­­teurs », l’acte d’accu­­sa­­tion étant du seul res­­sort de l’ins­­ti­­tution du pro­­cu­­reur, sou­­li­­gnant ainsi la « grande dif­­fé­­rence entre accu­­sa­­teur et dénon­­cia­­teur ».

29L’exa­­men des réa­­li­­tés juri­­diques dans les articles « dénon­­cer », « dénon­­cia­­teur » et « dénon­­cia­­tion » per­­met une constata­­tion inté­­res­­sante sur l’afflu­ence de ces pra­­tiques et le besoin de les conte­­nir.

« Sui­­vant nos Ordon­­nances, il est libre à cha­­cun de se rendre dénon­­cia­­teur d’un crime, et d’exci­­ter par cette dénon­­cia­­tion le minis­­tère public à qui la ven­­geance des crimes a été confiée. Mais la dénon­­cia­­tion qui est per­­mise parmi nous n’a lieu que pour les crimes qui inté­­ressent le public, et dont la pour­­suite est négli­­gée par ceux qui en sont char­­gés. »

30Et comme si la der­­nière idée n’était pas suf­­fi­­sam­­ment claire, la nou­­velle édi­­tion du dic­­tion­­naire, publiée en 1749 (rééditée en 1769) par Bou­­cher d’Argis, recom­­mande aux pro­­cu­­reurs du roi ou des sei­­gneurs de ne pas

« (…) rece­­voir indis­­tinc­­te­­ment tous les dénon­­cia­­teurs qui se pré­­sentent […]. La dénon­­cia­­tion des per­­sonnes infâmes de fait ou de droit, des per­­sonnes pauvres et sans qua­­lité, ne doit point être admise, non plus que celle d’une per­­sonne de bas état qui vou­­drait dénon­­cer une per­­sonne de consi­­dé­­ra­­tion. »

Le temps de la grande Ency­­clo­­pé­­die

  • 18  Le Dic­­tion­­naire mili­­taire d’Aubert de La Chesnaye Des Bois (2e édi­­tion, 1745) apporte un t (...)

31Sommes-­nous vers le milieu du xviiie siècle devant un phé­­no­­mène si pré­­oc­­cu­­pant d’ubi­­quité dénon­­cia­­trice18 ? En tout cas, c’est de ce moment que date l’ana­­lyse la plus impor­­tante de ces termes à tra­­vers la grande Ency­­clo­­pé­­die, ana­­lyse qui est cepen­­dant le fruit d’une mise en valeur des contri­­bu­­tions pré­­cé­­dentes appor­­tées par les dic­­tion­­naires juri­­diques et notam­­ment par le Dic­­tion­­naire de droit et de pra­­tique.

  • 19  Witold Wolodkiewicz, « Antoine-­Gaspard et André-­Jean Bou­­cher d’Argis, père et fils, juristes é (...)

32D’ailleurs, si l’Ency­­clo­­pé­­die avait traité la juris­­pru­­dence avec une extrême compé­­tence dans l’éten­­due de ses connais­­sances, c’est prin­­ci­­pa­­le­­ment grâce à un col­­la­­bo­­ra­­teur de marque : Antoine-­Gaspard Bou­­cher d’Argis, l’auteur de l’édi­­tion de 1749 du dic­­tion­­naire de Ferri­ère19 qui signe les entrées « déla­­teur », « dénon­­cia­­teur » et « dénon­­cia­­tion ». Il y reprend l’essen­­tiel des inter­­pré­­ta­­tions pro­­po­­sées dans le Dic­­tion­­naire de droit et de pra­­tique et insiste sur la dis­­tinction entre l’accu­­sa­­tion et la dénon­­cia­­tion ou la déla­­tion : les entrées « accu­­sa­­teur » et « accu­­sa­­tion » traitent exclu­­si­­ve­­ment des aspects juri­­diques en rap­­port direct avec ces mots et renon­­cent à insis­­ter sur les pra­­tiques de dénon­­cia­­tion ou de déla­­tion, qui trouvent leur place dans les articles les concer­­nant. Dans l’entrée « accu­­sa­­teur », il sub­­siste une seule pré­­ci­­sion : « le par­­ti­­cu­­lier qui révèle en jus­­tice un crime où il n’est point inté­­ressé, n’est point accu­­sa­­teur, mais simple dénon­­cia­­teur, attendu qu’il n’entre pour rien dans la pro­­cé­­dure. » Bien plus que le Dic­­tion­­naire de droit et de pra­­tique, la
grande Ency­­clo­­pé­­die éli­­mine ainsi la confu­­sion entre l’accu­­sa­­tion et la dénon­­cia­­tion, d’un côté, et entre la dénon­­cia­­tion et la déla­­tion, de l’autre.

33Cet ouvrage pro­­pose en outre plu­­sieurs réflexions visant à mieux dis­­tin­­guer la déla­­tion de la dénon­­cia­­tion. En évo­­quant le cas de la déla­­tion en France, Bou­­cher d’Argis consi­­dère que « la qua­­lité de déla­­teur & celle de dénon­­cia­­teur est dans le fond la même chose ». Pour argu­­men­­ter cette opi­­nion, il insiste sur la dis­­cor­­dance qu’il constate entre la défi­­ni­­tion juri­­dique du terme et son usage réel :

« en France – observe-­­t-il – on ne se sert que du terme de dénon­­cia­­teur ; mais comme ce qui est réglé dans le droit pour les déla­­teurs a rap­­port aux dénon­­cia­­teurs, nous expli­­que­­rons ici ce qui se trouve dans les lois contre ces sortes de per­­sonnes, tant sous la qua­­lité de déla­­teur que sous celle de dénon­­cia­­teurs. »

34Le dis­­po­­si­­tif juri­­dique exis­­tant en France lui donne l’impres­­sion qu’en géné­­ral « les déla­­teurs ou dénon­­cia­­teurs sont regar­­dés peu favo­­ra­­ble­­ment » bien qu’ils soient « néan­­moins auto­­ri­­sés, tant en matière cri­­mi­­nelle qu’en matière de police et de contra­­ven­­tion aux édits et décla­­ra­­tions concer­­nant la per­­cep­­tion des deniers publics ou pour les contra­­ven­­tions aux sta­­tuts et règle­­ments des Arts et Métiers ». En revanche, comme dans le Dic­­tion­­naire de droit et de pra­­tique, l’auteur laisse pla­­ner une cer­­taine ambi­­guïté quand il écrit qu’il lui « semble [c’est nous qui sou­­li­­gnons] […] que la qua­­lité de déla­­teur s’applique sin­­gu­­liè­­re­­ment aux dénon­­cia­­tions les plus odieuses », une idée que nous avons ren­­contrée éga­­le­­ment dans d’autres dic­­tion­­naires.

35Le déla­­teur et le dénon­­cia­­teur sont-­ils donc « la même chose » ? Ou se distinguent-­ils par la nature de leur acte ?

36La confu­­sion entre­­te­­nue par Boucher d’Argis se dis­­sipe grâce à Diderot, dans l’article « Dénon­­cia­­teur, accu­­sa­­teur, déla­­teur » : l’asté­­risque qui pré­­cède son titre est la marque de ses contri­­bu­­tions. Par ailleurs, le phi­­lo­­sophe signe de la même manière l’article « Déla­­teurs », faisant référence à l’his­­toire ancienne, un autre domaine dont il a par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment la charge dans l’ensemble de la grande Ency­­clo­­pé­­die.

37Ces termes, peut-­on y lire, dési­­gnent la « même action faite par dif­­fé­­rents motifs ; celle de révé­­ler à un supé­­rieur une chose dont il doit être offensé, et qu’il doit punir ». Toute la dis­­tinction entre les trois caté­­go­­ries de per­­son­­nages repose ainsi sur la moti­­vation de leur action.

« L’atta­­che­­ment sévère à la loi semble être le motif du dénon­­cia­­teur ; un sen­­ti­­ment d’hon­­neur ou un mou­­ve­­ment rai­­son­­nable de ven­­geance ou de quelque autre pas­­sion, celui de l’accu­­sa­­teur ; un dévoue­­ment bas, mer­­ce­­naire et ser­­vile ou une méchan­­ceté qui se plaît à faire mal […], celui du déla­­teur. On est porté à croire que le déla­­teur est un homme vendu ; l’accu­­sa­­teur, un homme irrité ; le dénon­­cia­­teur, un homme indi­­gné. Quoique ces trois per­­son­­nages soient éga­­le­­ment odieux aux yeux du peuple, il est des occa­­sions où le phi­­lo­­sophe ne peut s’empê­­cher de louer le dénon­­cia­­teur, et d’approu­­ver l’accu­­sa­­teur ; le déla­­teur lui paraît mépri­­sable dans toutes. Il a fallu que le dénon­­cia­­teur sur­­mon­­tât le pré­­jugé, pour dénon­­cer ; il fau­­drait que l’accu­­sa­­teur vain­­quît la pas­­sion et quelque­­fois le pré­­jugé, pour ne point accu­­ser ; on n’est point déla­­teur, tant qu’on a dans l’âme une ombre d’élé­­va­­tion, d’hon­­nê­­teté, de dignité. »

38Diderot va ainsi au-­delà de l’inter­­pré­­ta­­tion stric­­te­­ment lin­­guis­­tique ou juri­­dique pour pri­­vi­­lé­­gier une réflexion phi­­lo­­sophique, fon­­dée sur l’appré­­cia­­tion morale de l’action, comme Pierre Bayle l’avait déjà fait. Si, juri­­di­­que­­ment, rien ne per­­met de dis­­tin­­guer « la déla­­tion » de « la dénon­­cia­­tion », seule « la dénon­­cia­­tion » étant défi­­nie par la juris­­pru­­dence, comme l’article de Bou­­cher d’Argis l’a mon­­tré, le juge­­ment moral fait toute la dif­­fé­­rence : c’est à tra­­vers cet exa­­men qu’il est pos­­sible de louer le dénon­­cia­­teur ou, au contraire, de dis­­crédi­­ter le déla­­teur.

  • 20  Robert Darnton, L’aven­­ture de l’« Ency­­clo­­pé­­die » : 1775‑1800. Un best-­seller au siècle de (...)

39L’on connaît l’effet consi­­dé­­rable de la grande Ency­­clo­­pé­­die sur l’opi­­nion éclai­­rée avant, pen­­dant et après la Révo­­lu­­tion20 : l’influ­­ence de son inter­­pré­­ta­­tion autour des mots que nous étu­­dions dans les autres dic­­tion­­naires de langues et des choses en offre une illus­­tra­­tion supplémentaire.

  • 21  Suzanne Tucoo-­Chala, Charles-­Joseph Panckoucke et la librai­­rie fran­­çaise : 1736‑1798, Pau, M (...)
  • 22  Seule ori­­gi­­na­­lité de cette édi­­tion : elle cite un pas­­sage attri­­bué au Dau­­phin de Fra (...)

40Les articles autour de ce sujet parus dans Le grand voca­­bu­­laire françois (Paris, Panckouke, 1767‑1774) reprennent des pas­­sages entiers de la grande Ency­­clo­­pé­­die, dans la rédac­­tion sup­­po­­sée de Joseph Nicolas Guyot, homme de loi, membre de la Société de gens de lettres, qui a col­­la­­boré à la nou­­velle entre­­prise éty­­mo­­lo­­gique21. La nou­­velle édi­­tion du livre de l’abbé Girard, Synonymes françois, parue en 1769 s’enri­­chit d’une entrée pour les mots « accu­­sa­­teur, dénon­­cia­­tion, déla­­teur », inexis­­tante dans l’édi­­tion ori­­gi­­nale de 1736, entrée qui repro­­duit à la lettre l’article de la grande Ency­­clo­­pé­­die22. Nicolas Beauzée, l’auteur de l’édi­­tion de 1769, était par ailleurs un gram­­mai­­rien réputé, ayant col­­la­­boré en cette qua­­lité à l’œuvre de Diderot et d’Alembert.

  • 23  Cette der­­nière édi­­tion a été repro­­duite en fac-­similé par les Édi­­tions Praxis – C. Lacour (...)

41Les tra­­vaux juri­­diques sont par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment révé­­la­­teurs de la contri­­bu­­tion de la grande Ency­­clo­­pé­­die à la compré­­hen­­sion de ces termes, même si les effets n’ont pas été immé­­diats et géné­­raux. Le Dic­­tion­­naire ou traité de la police géné­­rale des villes, bourgs, paroisses et sei­­gneu­­ries de la cam­­pagne d’Edme de la Poix de Fréminville paru en 1758, réédité en 177123, reste dans la par­­faite conti­­nuité des ouvrages cités de Brillon ou Ferri­ère. La nou­­velle édi­­tion du Dic­­tion­­naire de droit et de pra­­tique de Claude-­Joseph de Ferri­ère (Paris, 1769) enre­­gistre les amé­­lio­­ra­­tions appor­­tées par son auteur jusqu’à sa mort en 1747, puis par son édi­­teur, et ne laisse transparaître aucune influence de l’Ency­­clo­­pé­­die dans la défi­­ni­­tion de ces mots.

42Ce n’est pas le cas du Dic­­tion­­naire de droit cano­­nique et de pra­­tique bénéficiale, publié en 1761 par Pierre-­Toussaint Durand de Maillane. Sans nom­­mer expres­­sé­­ment Antoine-­Gaspard Bou­­cher d’Argis ou la fameuse Ency­­clo­­pé­­die, l’auteur par­­tage leur idée selon laquelle « la dénon­­cia­­tion n’est autre chose que la décla­­ra­­tion secrète du crime d’une per­­sonne » ou, en d’autres mots, que le dénon­­cia­­teur est exac­­te­­ment la même per­­sonne que le déla­­teur : « le dénon­­cia­­teur est celui qui fait une dénon­­cia­­tion en jus­­tice ; on l’appelle aussi déla­­teur. »

43Les défi­­ni­­tions de l’Ency­­clo­­pé­­die sont reprises presque mot à mot par les œuvres juri­­diques majeures publiées jusqu’à la Révo­­lu­­tion par l’infa­­ti­­gable Panckoucke, à commen­­cer par l’impo­­sant Réper­­toire uni­­ver­­sel et rai­­sonné de juris­­pru­­dence civile, cri­­mi­­nelle, cano­­nique (1775‑1783) de Joseph-­Nicolas Guyot, avec son édi­­tion ulté­­rieure de 1784‑1785 et son Sup­­plé­­ment de 1786. Les articles « déla­­teur », « dénon­­cia­­teur » et « dénon­­cia­­tion » du Réper­­toire uni­­ver­­sel repro­­duisent presque entiè­­re­­ment les articles cor­­res­­pon­­dants de l’Ency­­clo­­pé­­die, peut-­être à tra­­vers une lec­­ture inter­­mé­­diaire : la réfé­­rence à Montesquieu pour évo­­quer les « vices » et les « talents » des déla­­teurs dans la Rome sous Tibère n’est pas sans rap­­pe­­ler l’article cité du Grand voca­­bu­­laire françois, auquel Guyot avait par ailleurs col­­la­­boré.

  • 24  Witold Wolodkiewicz, loc. cit., p. 187‑204.

44Ce der­­nier avait par­­ti­­cipé ensuite à l’Ency­­clo­­pé­­die métho­­dique. Juris­­pru­­dence (1782‑1789) du diligent Panckoucke aux côtés d’un autre émi­­nent juriste, André-­Jean Bou­­cher d’Argis, le fils d’Antoine-­Gaspard Bou­­cher d’Argis24 qui avait contri­­bué à la grande Ency­­clo­­pé­­die, avec plusieurs entrées dont les mots qui nous inté­­ressent.

  • 25  Françoise Briegel, « Asser­­vir les juge­­ments à la lettre, c’est en ban­­nir la jus­­tice » : la (...)

45Il n’est pas éton­­nant que les défi­­ni­­tions soient réitérées, par­­fois absor­­bées dans le « patch­­work » de concep­­tions pénales qui carac­­té­­rise l’ensemble de l’ouvrage25. En effet, ses articles sont plus déve­­lop­­pés, mais ils perdent de leur cohé­­rence dans leur inter­­pré­­ta­­tion à cause des sources contra­­dic­­toires uti­­li­­sées. Exemple carac­­té­­ris­­tique : dans l’article « accu­­sa­­teur » l’on pré­­cise que ce sujet « dif­­fère essen­­tiel­­le­­ment du dénon­­cia­­teur » (tome I, p. 111), une ana­­lyse tirée direc­­te­­ment du Dic­­tion­­naire de droit et de pra­­tique de Claude-­Joseph de Ferri­ère (Paris, 1769) tan­­dis que dans l’article « déla­­teur » l’on consi­­dère que « les termes de déla­­teur, dénon­­cia­­teur, accu­­sa­­teur sont à peu près syno­­nymes » (tome III, p. 583), et l’on ren­­voie ensuite aux dis­­tinctions sou­­le­­vées par la grande Ency­­clo­­pé­­die.

  • 26  Marie Leca-­Tsiomis, « L’Ency­­clo­­pé­­die et ses pre­­miers épi­­gones », dans Le tra­­vail des (...)

46L’emprise de cette der­­nière sur les tra­­vaux juri­­diques est en réso­­nance avec son impor­­tance dans l’ensemble du pay­­sage intel­­lec­­tuel pré-­révolutionnaire. Les autres pro­­jets ency­­clo­­pé­­diques en consti­­tuent un autre exemple comme le montrent les termes en dis­­cus­­sion. L’Ency­­clo­­pé­­die d’Yverdon et l’édi­­tion de 1771 du Dic­­tion­­naire de Trévoux sont cal­­qués sur son modèle. Le fait est d’autant plus remar­­quable dans le der­­nier ouvrage, réputé « dic­­tion­­naire des Jésuites », dont les édi­­tions pré­­cé­­dentes ont été à l’anti­­pode de l’esprit phi­­lo­­sophique de l’Ency­­clo­­pé­­die26.

47Enfin, un autre ouvrage de réfé­­rence de l’époque – le Dic­­tion­­naire uni­­ver­­sel des sciences morales, éco­­no­­mique, poli­­tique et diplo­­ma­­tique ou Biblio­­thèque de l’homme d’État et du citoyen de Jean-­Baptiste Robi­­net (Londres, 1777 et suiv.) – repro­­duit mot à mot l’article paru dans l’Ency­­clo­­pé­­die d’Yverdon, et propage par son biais l’ensei­­gne­­ment en la matière de la grande Ency­­clo­­pé­­die.

Un bilan pré-­révolutionnaire mitigé

  • 27  Voir les édi­­tions du Dic­­tion­­naire de Richelet parues après l’Encyclopédie ou même après 1789 (...)

48L’influ­­ence consi­­dé­­rable exer­­cée par l’Ency­­clo­­pé­­die n’est pas la seule à carac­­té­­ri­­ser le pay­­sage intel­­lec­­tuel jusqu’à la Révo­­lu­­tion et à déter­­mi­­ner l’inter­­pré­­ta­­tion des concepts véhi­­cu­­lés dans la société fran­­çaise. Les ouvrages qui l’ont pré­­cé­­dée ont gardé tout leur cré­­dit comme outils de la langue fran­­çaise. Les édi­­tions du Dic­­tion­­naire de Richelet27, parues après l’Encyclopédie ou même après 1789, ont scru­­pu­­leu­­se­­ment gardé les défi­­ni­­tions des édi­­tions pré­­cé­­dentes, sans tenir compte des nou­­velles inter­­pré­­ta­­tions des mots qui nous inté­­ressent. C’est le cas éga­­le­­ment de la nou­­velle édi­­tion du Dic­­tion­­naire de l’Aca­­dé­­mie fran­­çaise, parue en 1762 ou de l’Abrégé du […] Dic­­tion­­naire de Trévoux, publié la même année par Pierre-­Charles Berthelin. Le Dic­­tion­­naire por­­ta­­tif de la langue fran­­çaise extrait du grand dic­­tion­­naire de Pierre Richelet (Lyon, 1775), qui met un signe d’éga­­lité entre « déla­­tion », « accu­­sa­­tion », « dénon­­cia­­tion » ou « déla­­teur », « accu­­sa­­teur », « dénon­­cia­­teur » a cepen­­dant l’ori­­gi­­na­­lité d’intro­­duire l’entrée « déla­­trice », note de fémi­­ni­­sa­­tion du lan­­gage de la dénon­­cia­­tion, illus­­trée éga­­le­­ment par le dic­­tion­­naire de Linguet, qui contient l’adjec­­tif « dénon­­cia­­trice ». Le Dic­­tion­­naire cri­­tique de la langue fran­­çaise de Jean-­François Féraud (Marseille, 1787‑1788) se contente quant à lui d’expli­­quer briè­­ve­­ment dans une seule entrée les mots « déla­­teur, déla­­tion » et dans une autre, les mots « dénon­­cer, dénon­­cia­­teur, dénon­­cia­­tion », et reprend les expli­­ca­­tions don­­nées par d’anciens dic­­tion­­naires.

49Les dic­­tion­­naires de langue, les dic­­tion­­naires ency­­clo­­pé­­diques et les dic­­tion­­naires juri­­diques consti­­tuent cer­­tai­­ne­­ment les tra­­vaux les plus appro­­priés pour appré­­cier le lan­­gage de la dénon­­cia­­tion, mais pas les seuls. Pen­­dant les décen­­nies pré-­révolutionnaires, quand le nombre d’ouvrages de ce genre est en crois­­sance, d’autres auteurs cherchent à défi­­nir ces mots, en fai­­sant preuve par­­fois d’une cer­­taine ori­­gi­­na­­lité.

  • 28  « Les déserts autre­­fois peu­­plés de séna­­teurs/Ne sont plus habi­­tés que par leurs déla­­teur (...)

50Pour expli­­quer le terme « déla­­teur », le Dic­­tion­­naire his­­to­­rique des mœurs, usages et cou­­tumes des Fran­­çais (par Aubert de La Chenaye Des Bois, d’après Quérard, paru en 1767, rap­­pelle l’aspect odieux de ce per­­son­­nage dans l’ancienne Rome, tel qu’il était connu dans la plu­­part des dic­­tion­­naires – les vers de Racine à l’appui28 – et insiste sur le dis­­po­­si­­tif répres­­sif ou tout sim­­ple­­ment sur le mépris qui existe en France à l’égard des faux déla­­teurs, « ces pestes publiques ». La lec­­ture du concept est prin­­ci­­pa­­le­­ment mora­­li­­sa­­trice et prag­­ma­­tique, en accord avec l’objec­­tif géné­­ral de l’ouvrage : sai­­sir « les traits frap­­pants, sin­­gu­­liers et utiles » [c’est nous qui sou­­li­­gnons] du « vaste champ » de l’his­­toire de France.

51La dénon­­cia­­trice n’est pas seule­­ment stig­­mati­­sée. Dans d’autres types de dic­­tion­­naires, elle semble ins­­pi­­rer un regard posi­­tif : pour le Voca­­bu­­laire de guerre ou recueil des prin­­ci­­paux termes de guerre, par Dupain de Mon­tesson (1783), « dénon­­cer un sol­­dat », c’est tout sim­­ple­­ment « ins­­truire son capi­­taine & le régi­­ment de sa déser­­tion », et « dénon­­cer une troupe », c’est « don­­ner avis de sa posi­­tion, de sa force, de sa marche ou de son objet ».

52Il ne fau­­dra cepen­­dant pas en déduire que ces termes sont incontour­­nables pour tous les auteurs des dic­­tion­­naires, notam­­ment quand ceux-­ci ont un carac­­tère sélec­­tif visant les idées phi­­lo­­sophiques, morales et poli­­tiques. Le Dic­­tion­­naire phi­­lo­­sophique de Vol­­taire (1764) et l’Anti-­dictionnaire phi­­lo­­sophique de Louis-­Mayeul Chaudon (Paris, 1775) ne les men­­tionnent pas. Pas plus que le Dic­­tion­­naire poli­­tique publié par Frédéric le Grand sous le nom de D. Johann Volkna (Londres, 1762), qui évoque pour­­tant cer­­tains « mots hon­­teux ou abo­­mi­­nables » (« conspi­­ra­­tion », « accu­­sa­­tion », « calom­­nia­­teurs », « calom­­nie », « complots ») ou l’ouvrage de Joseph de La Porte, L’esprit de l’Ency­­clo­­pé­­die, (1768) où l’on trouve une repro­­duc­­tion « des articles les plus curieux, les plus agréables, les plus piquants, les plus phi­­lo­­sophiques de ce grand dic­­tion­­naire ».

53La lec­­ture des mots étu­­diés à tra­­vers plu­­sieurs dic­­tion­­naires et dans une longue perspec­­tive tem­­po­­relle montre la diver­­sité des inter­­pré­­ta­­tions et le che­­min pro­­gres­­sif de cla­­ri­­fi­­ca­­tion concep­­tuelle.

54Les anciennes confu­­sions n’ont pas été pour autant tota­­le­­ment écar­­tées. Si les auteurs de cer­­tains ouvrages sont par­­ve­­nus à une inter­­pré­­ta­­tion assez con­sensuelle pour dis­­tin­­guer l’accu­­sa­­tion de la dénon­­cia­­tion, ils n’ont pas réussi à s’accor­­der sur d’autres sujets, comme par exemple la dis­­tinction entre la dénon­­cia­­tion et la déla­­tion. S’agit-­il des « termes rela­­tifs à une même action », comme le pré­­tend la grande Ency­­clo­­pé­­die et Le grand voca­­bu­­laire françois ? « La qua­­lité de déla­­teur et celle de dénon­­cia­­teur sont[-elles] dans le fond la même chose », comme le pré­­cise à son tour l’auteur de L’Ency­­clo­­pé­­die d’Yverdon ? Ou, les mots « ne sont point syno­­nymes », comme l’indique le Dic­­tion­­naire de Trévoux dans son édi­­tion de 1771 ?

55Cette diver­­sité d’inter­­pré­­ta­­tions repré­­sente la pre­­mière réa­­lité à laquelle étaient confron­­tés les usa­­gers de ces dic­­tion­­naires.

56L’évo­­lu­­tion dans la défi­­ni­­tion des mots que nous avons obser­­vée par l’ana­­lyse sys­­té­­ma­­tique d’un dic­­tion­­naire à l’autre n’appa­­rais­­sait guère aux yeux des lec­­teurs de l’époque, dont les futurs révo­­lu­­tion­­naires, sauf, peut-­être, au regard de certains qui auraient pu se livrer eux-­mêmes à de telles compa­­rai­­sons. Pour la plu­­part d’entre eux, ces ouvrages consti­­tuaient des réfé­­rences valables, ce qui explique la place conservée par les grands clas­­siques du genre, d’Estienne à Furetière, ont conti­­nué à conser­­ver leur impor­­tance même après les tra­­vaux ency­­clo­­pé­­diques de pres­­tige réa­­li­­sés au xviiie siècle.

57En dépit de ces réserves, les dic­­tion­­naires exa­­mi­­nés ici nous per­­mettent d’explo­­rer en par­­tie quelques pré­­li­­mi­­naires de la pen­­sée révo­­lu­­tion­­naire, en tenant compte des legs trans­­mis par l’Ancien Régime. Hommes du renou­­veau, les révo­­lu­­tion­­naires n’en res­­tent pas moins tri­­bu­­taires, du point de vue intel­­lec­­tuel, des acquis d’avant 1789, y compris en matière lexi­­co­­gra­­phique.

Rup­­tures et conti­­nui­­tés sous la Révo­­lu­­tion

58Si les dic­­tion­­naires ont contri­­bué à la for­­ma­­tion intel­­lec­­tuelle des futurs révo­­lu­­tion­­naires, il n’est pas évident qu’ils les aient accom­­pa­­gnés de la même façon pen­­dant la Révo­­lu­­tion. Cet évé­­ne­­ment marque, par ailleurs, une étape par­­ti­­cu­­lière dans l’évo­­lu­­tion des pré­­oc­­cu­­pa­­tions ency­­clo­­pé­­diques et lexi­­co­­gra­­phiques.

59La cadence de ces publi­­ca­­tions ne fai­­blit pas. Elle connaît des périodes riches (1790, 1796‑1800, 1802‑1803), et une grande syn­­cope, pen­­dant l’année 1793 : au total, sor­­ti­­ront envi­­ron trente nou­­veaux titres et de nou­­velles édi­­tions, sans comp­­ter leurs diverses réim­­pres­­sions ou les ultimes volumes de l’Ency­­clo­­pé­­die métho­­dique – ves­­tiges d’une autre époque, parus en 1789 et même en 1791.

  • 29  Carla Hesse, « La logique cultu­­relle de la loi révo­­lu­­tion­­naire », Annales. Éco­­no­­mies, (...)
  • 30  Françoise Briegel, loc. cit., p. 312.

60Il s’impose de pré­­ci­­ser que la plu­­part de ces publi­­ca­­tions n’ont pas l’enver­­gure de celles parues sous l’Ancien Régime. Les troubles révo­­lu­­tion­­naires ont peut-­être décou­­ragé le zèle des auteurs, mais ils ont ali­­menté simul­­ta­­né­­ment leur ana­­lyse, mal­­gré les dif­­fi­­cultés d’appré­­cia­­tion juri­­diques géné­­rées, pen­­dant les pre­­mières années de la Révo­­lu­­tion, à cause de la pré­­émi­­nence de la loi pénale sur la loi consti­­tution­­nelle et de la confu­­sion juri­­dique29. Les ques­­tions pro­­vo­­quées par le brusque chan­­ge­­ment poli­­tique de 1789 et par la rup­­ture judi­­ciaire opé­­rée par le Code civil de 1791 ne trou­­vaient pas dans l’immé­­diat leurs réponses dans l’encyclopédisme et la tra­­di­­tion lexi­­co­­gra­­phique, que les hommes de lettres avaient culti­­vés avec ardeur jusqu’à la veille de la Révo­­lu­­tion. La débâcle finan­­cière subie par l’Ency­­clo­­pé­­die métho­­dique, notam­­ment à cause des volumes por­­tant sur la juris­­pru­­dence, en est une bonne illus­­tra­­tion, ceci en dépit des argu­­ments déployés par Panckoucke pour sau­­ver son pro­­jet et prou­­ver qu’« on ne peut pas dire qu’il est devenu inutile depuis la Révo­­lu­­tion » (Sur une opi­­nion qui commence à se répandre dans le public, que la Révo­­lu­­tion rend inutiles plu­­sieurs dic­­tion­­naires de l’Ency­­clo­­pé­­die métho­­dique, 179130).

61L’éclipse des grands tra­­vaux savants est en par­­tie compen­­sée par le suc­­cès que connaissent des dic­­tion­­naires d’une autre fac­­ture, éla­­bo­­rés à la hâte en accom­­pa­­gne­­ment des polé­­miques poli­­tiques et idéo­­lo­­giques sou­­le­­vées par la Révo­­lu­­tion en marche.

  • 31  Voir les mul­­tiples tra­­vaux de Jacques Guilhaumou, dont L’avè­­ne­­ment des portes-­parole de l (...)

62À un moment où la langue subit de pro­­fonds bou­­le­­ver­­se­­ments31, l’objec­­tif de ces dic­­tion­­naires consiste à expli­­ci­­ter le sens des nou­­veaux mots, comme l’indique, par exemple, le titre de l’ouvrage de Pierre-­Nicolas Chantreau, Dic­­tion­­naire natio­­nal et anec­­do­­tique pour ser­­vir à l’intel­­li­­gence des mots dont notre langue s’est enri­­chie depuis la Révo­­lu­­tion, et à la nou­­velle signi­­fi­­ca­­tion qu’ont reçue quelques anciens mots (1790). Le Dic­­tion­­naire rai­­sonné de 1790 aspire éga­­le­­ment à expli­­quer « plu­­sieurs mots qui sont dans la bouche de tout le monde, et ne pré­­sentent pas d’idées bien nettes », comme le Nou­­veau Dic­­tion­­naire de Adrien-­Quentin Buée (1792), qui sou­­haite « ser­­vir à l’intel­­li­­gence des termes mis en vogue par la Révo­­lu­­tion ». Cepen­­dant, ni l’un ni l’autre de ces dic­­tion­­naires ne contiennent d’entrées pour les mots qui nous inté­­ressent.

63Faut-­il pour autant en conclure qu’ils n’appar­­tiennent pas à la caté­­go­­rie des vocables dont la langue « s’est enri­­chie depuis la Révo­­lu­­tion » ou qui y ont gagné une « nou­­velle signi­­fi­­ca­­tion » ? Faut-­il pen­­ser qu’ils ne fai­­saient pas par­­tie des « mots qui sont dans la bouche de tout le monde, et ne pré­­sentent pas des idées bien nettes » ?

64On est tenté de pen­­ser que leur oubli est dû à la rédac­­tion pré­­ci­­pitée de ces ouvrages et à l’impos­­si­­bi­­lité de réper­­to­­rier la tota­­lité des mots à trai­­ter. On ne sau­­rait autre­­ment s’expli­­quer l’absence des concepts qui nous pré­­oc­­cupent dans le dic­­tion­­naire de Pierre-­Nicolas Chantreau, qui contient les mots « complot », « conju­­ra­­tion » et loue la « modé­­ra­­tion » et la « pers­­pi­­ca­­cité » du Comité des recherches de Paris, lequel « a mis la plus grande saga­­cité à décou­­vrir les conju­­ra­­tions for­­mées et à for­­mer » ou son « zèle dans l’affaire de M. de Besenval ». C’est éga­­le­­ment le cas d’un autre ouvrage : le Nou­­veau dic­­tion­­naire fran­­çais […], composé par un aris­­to­­crate (juin 1790), qui comprend les mots « comité » (y compris celui de recherches) et « conspi­­ra­­tion », mais pas « dénon­­cia­­tion ». Et pour­­tant, en conclu­­sion de son ouvrage, l’auteur par­­tage le sen­­ti­­ment qu’il « est infi­­ni­­ment plus aisé dans ce moment de dénon­­cer les gens que de leur répondre », d’où son sou­­hait de dédier son livre, iro­­ni­­que­­ment, à l’Assem­­blée natio­­nale : « Je méprise la dénon­­cia­­tion beau­­coup moins cepen­­dant que les dénon­­cia­­teurs ; mais pour leur évi­­ter la peine de remettre cet ouvrage au Comité des recherches, je pren­­drai des moyens pour lui en faire par­­ve­­nir un exem­­plaire » (p. 132‑133).

  • 32  Lucien Jaume, Le dis­­cours jaco­­bin et la démo­­cra­­tie, Paris, Fayard, 1989, p. 192‑215 ; Anto (...)

65L’absence d’entrées spé­­ci­­fiques concer­­nant ces termes dans cer­­tains dic­­tion­­naires ne devrait donc pas être inter­­pré­­tée comme signe de désaf­­fec­­tion à leur sujet, et invite à rela­­ti­­vi­­ser l’impor­­tance du cor­­pus en ques­­tion pour la période révo­­lu­­tion­­naire alors que les réflexions autour de nou­­veaux concepts trouvent des formes d’expres­­sion plus riches dans les assem­­blées natio­­nales suc­­ces­­sives et les clubs, ainsi que dans la presse et dans les autres publi­­ca­­tions, jusqu’ici mieux étu­­diées32. Mais, en dépit de cette pré­­ci­­sion, ces dic­­tion­­naires conti­­nuent à gar­­der leur inté­­rêt et nous permettent de prendre la mesure d’un voca­­bu­­laire en plein bou­­le­­ver­­se­­ment.

66Pen­­dant les pre­­mières années de la Révo­­lu­­tion, l’esprit polé­­mique de ces ouvrages saute aux yeux. Le Nou­­veau dic­­tion­­naire fran­­çais, à l’usage de toutes les muni­­ci­­pa­­li­­tés (1790) est pré­­senté d’emblée à ses lec­­teurs comme étant « composé par un aris­­to­­crate ». Le Petit dic­­tion­­naire des grands hommes et des grandes choses qui ont rap­­port à la Révo­­lu­­tion (1790) est aussi l’œuvre d’une « société d’aris­­to­­crates », qui annonce dès l’avant-­propos ses concep­­tions poli­­tiques.

67L’auteur du Dic­­tion­­naire laco­­nique, véri­­dique et impar­­tial, paru en 1791, ne s’ins­­crit pas dans la même lignée aris­­to­­cra­­tique, mais, se pré­­sen­­tant comme « un citoyen inac­­tif, ni enrôlé, ni soldé », il laisse entendre clai­­re­­ment ses options poli­­tiques. Son ouvrage se veut « laco­­nique » – précise-­­t-il – car « si l’on met­­tait en dic­­tion­­naire toutes les sot­­tises de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise il fau­­drait rem­­plir des volumes in-­folio pour les nom­­brer » (p. 14).

68Contrai­­re­­ment à cette inter­­pré­­ta­­tion néga­­tive de la Révo­­lu­­tion, qui pré­­do­­mine dans les dic­­tion­­naires parus en 1790 et en 1791, l’auteur de l’Extrait d’un dic­­tion­­naire inutile (1790) (peut-­être Jean-­Pierre Gallais, 1756‑1820, connu pour­­tant comme un publi­­ciste monar­­chiste) défend un autre point de vue :

« Je crois en la révo­­lu­­tion, je res­­pecte l’Assem­­blée natio­­nale, et me sou­­mets à ses décrets ; je dis ana­­thème au clergé dépouillé de ses biens, et à la noblesse dépouillée de ses titres : je me range du côté du peuple par deux rai­­sons : la pre­­mière, c’est qu’il est le maître ; la seconde, que sa cause prête infi­­ni­­ment au sen­­ti­­ment. » (p. VIII)

69Cette confron­­ta­­tion idéo­­lo­­gique est essen­­tielle pour le rôle des dic­­tion­­naires dans la défi­­ni­­tion des mots au début de la Révo­­lu­­tion. Le Petit Dic­­tion­­naire des grands hommes et des grandes choses (1790), dont le signa­­taire « mau­­dit la Révo­­lu­­tion », pro­­pose, quant à lui, une entrée sur la « déla­­tion », qui rend hom­­mage à Jean François de La Harpe « pour avoir écrit que la déla­­tion désho­­no­­rait un peuple, que le mot seul désho­­no­­rait une langue, et qu’il fal­­lait chas­­ser de notre dic­­tion­­naire un mot aussi odieux » (p. 30). Le Dic­­tion­­naire laco­­nique (1791) montre la même aver­­sion pour le mot « dénon­­cia­­teur », qui a éga­­le­­ment droit à un article, extrê­­me­­ment véhé­­ment : « dénon­­cia­­teur, ver­­mine de l’État, peste publique qui trans­­forme le citoyen en mou­­chard ou en valet de pied du bour­­reau, pour traî­­ner ses frères sous le glaive des bou­­chers » (p. 14). Cette cri­­tique mor­­dante d’une pra­­tique qui gagne de l’impor­­tance dans la société révo­­lu­­tion­­naire s’annonce de plus en plus dan­­ge­­reuse. Même l’auteur d’une ana­­lyse compré­­hen­­sive de cette réa­­lité (Jean-­Pierre Gal­­lois ?) exprime son inquié­­tude à la fin de l’article « Dénon­­cia­­tion », paru dans l’Extrait d’un dic­­tion­­naire inutile (1790). Pour­­quoi le Comité des recherches de l’Assem­­blée, qui reçoit chaque jour des dénon­­cia­­tions, n’y donne-­­t-il pas suite – se demande-­­t-il – afin de dési­­gner au plus vite le cou­­pable, qui « doit se trou­­ver néces­­sai­­re­­ment dans le dénon­­cia­­teur ou dans le dénoncé » ? […] « Le Comité des recherches nous fera quelque jour rai­­son de ces pour­­quoi ; de peur d’y être ren­­voyé nous-­mêmes, nous gar­­de­­rons un silence prudent, et nous pas­­se­­rons au dépar­­te­­ment », à savoir l’article sui­­vant du dic­­tion­­naire (p. 100). L’auteur a aupa­­ra­­vant accepté la néces­­sité de la dénon­­cia­­tion, et reconnu que « tout citoyen peut et doit être dénon­­cia­­teur dès qu’il a la moindre connais­­sance d’une conspi­­ra­­tion contre le prince ou contre l’État s’il ne veut pas en deve­­nir complice » (p. 96).

70Son argu­­men­­ta­­tion trouve ses sources autant dans les idées nées pen­­dant le temps révo­­lu­­tion­­naire que dans la lec­­ture de la grande Ency­­clo­­pé­­die. Les dis­­tinctions faites par Diderot entre « dénon­­cia­­teur », « accu­­sa­­teur » et « déla­­teur » sont ainsi renou­­ve­­lées sous une forme légè­­re­­ment adap­­tée, mais aboutissent à la même conclu­­sion : « Quoique ces trois per­­son­­nages soient éga­­le­­ment odieux au sen­­ti­­ment, il est des occa­­sions où la réflexion ne peut s’empê­­cher de louer le dénon­­cia­­teur et d’approu­­ver l’accu­­sa­­teur ; mais il est impos­­sible de jus­­ti­­fier le déla­­teur dans aucun cas » (p. 97).

71« D’où vient donc qu’on veut éri­­ger la déla­­tion en vertu ? » L’auteur se tourne vers l’actua­­lité brû­­lante des pra­­tiques dénon­­cia­­trices et des dis­­cus­­sions publiques qui en résultent. Il cite les pro­­pos de Mirabeau qui a dit que la déla­­tion « est la plus impor­­tante de nos nou­­velles ver­­tus », ainsi que ceux de La Harpe que nous avons déjà men­­tion­­nés dans le Petit dic­­tion­­naire des grands hommes et des grandes choses. À la dif­­fé­­rence de ce der­­nier dic­­tion­­naire, ouver­­te­­ment polé­­mique, l’auteur de l’Extrait d’un dic­­tion­­naire inutile apporte une inter­­pré­­ta­­tion plus nuan­­cée : « D’où vient ? – répond-­il à sa propre ques­­tion – C’est que dans une grande crise, il faut bien ren­­ver­­ser les idées reçues, et la langue, ainsi que la morale, prend alors un nou­­veau carac­­tère » (p. 97‑98). Il ne stig­­matise donc pas le voca­­bu­­laire, ni les pra­­tiques qu’il désigne. Il pré­­fère les situer dans le contexte de la réa­­lité his­­to­­rique, et dénon­­cer en revanche l’inac­­tion des ins­­ti­­tutions (en l’occur­­rence le Comité des recherches de l’Assem­­blée) appe­­lées à réagir aux dénon­­cia­­tions et aux déla­­tions.

  • 33  Entre autres, il est l’auteur d’une Pétition à l’Assem­­blée natio­­nale, sur l’encou­­ra­­ge­­men (...)

72L’impor­­tance du texte mérite d’être sou­­li­­gnée pour le carac­­tère nuancé de son inter­­pré­­ta­­tion, mais aussi pour son influ­­ence sur les dic­­tion­­naires. La manière dont P.-N. Gautier33 traite la « dénon­­cia­­tion » dans son Dic­­tion­­naire de la consti­­tution et du gou­­ver­­ne­­ment fran­­çais, publié l’« an III de la liberté », en est l’illus­­tra­­tion. Cal­­qué, pra­­ti­­que­­ment, sur l’article de l’Extrait d’un dic­­tion­­naire inutile, il sou­­tient la même idée, en évi­­tant toute ambi­­guïté. Le dic­­tion­­naire contient en outre une entrée pour « déla­­tion », avec un ren­­voi au mot « dénon­­cia­­tion » qui rap­­pelle les dif­­fé­­rences sou­­li­­gnées par Diderot entre « accu­­sa­­tion », « déla­­tion » et « dénon­­cia­­tion ». Mais l’auteur semble sur­­tout avoir en tête l’inter­­pré­­ta­­tion figu­­rant dans l’Extrait d’un dic­­tion­­naire inutile. Comme son auteur, P.-N. Gautier pré­­cise le droit et le devoir qui reviennent à « tout citoyen […] de dénon­­cer les abus d’auto­­rité de ceux qui gou­­vernent, lorsqu’il en a la preuve. Ne pas le faire, c’est l’auto­­ri­­ser, c’est le favo­­ri­­ser, c’est encou­­rir la même peine ». Il n’hésite pas à reprendre l’expres­­sion de Mirabeau, incri­­mi­­née dans l’Extrait d’un dic­­tion­­naire inutile, pour en don­­ner une nou­­velle ver­­sion, dans laquelle la « dénon­­cia­­tion » – et non plus la « déla­­tion » – devient « la pre­­mière de nos nou­­velles ver­­tus ». Pour Gautier, admi­­ra­­teur de Mirabeau (« un des plus fermes défen­­seurs de la liberté »), il ne s’agit là que d’une erreur : « Mirabeau s’est trompé en disant la déla­­tion est la pre­­mière etc., c’est la dénon­­cia­­tion qu’il vou­­lait dire. Il se por­­tait dans ce moment le dénon­­cia­­teur et non le déla­­teur d’un ministre. »

73Tout en repre­­nant à son compte les défi­­ni­­tions des tra­­vaux pré­­cé­­dents, l’auteur du Dic­­tion­­naire de la consti­­tution et du gou­­ver­­ne­­ment fran­­çais ajoute quelques allusions à la nou­­velle légis­­la­­tion fran­­çaise concer­­nant la dénon­­cia­­tion : le décret du 14 décembre 1789 sur la consti­­tution des muni­­ci­­pa­­li­­tés, le décret du 2 juin 1790 pour encou­­ra­­ger les dénon­­cia­­tions. Ce rap­­pel est symp­­to­­ma­­tique pour les dic­­tion­­naires parus dans le récent régime consti­­tution­­nel, qui, en dépit de sa fra­­gi­­lité, était en mesure de régle­­men­­ter le fonc­­tion­­ne­­ment de la société révo­­lu­­tion­­naire.

74C’est dans ce contexte que les dic­­tion­­naires de droit (dic­­tion­­naires de la consti­­tution, des lois, de légis­­la­­tion, de droit civil, de police civile et judi­­ciaire) ont eu un rôle impor­­tant dans la défi­­ni­­tion des mots : cinq des vingt dic­­tion­­naires (titres nou­­veaux, réédi­­tions) parus entre 1794 et 1803 illus­­trent ce domaine. C’est le cas du Dic­­tion­­naire de la police admi­­nis­­tra­­tive et judi­­ciaire et de la jus­­tice cor­­rec­­tion­­nelle d’Auguste-­Charles Guichard (1796), qui dis­­tingue « la dénon­­cia­­tion offi­­cielle » de « la dénon­­cia­­tion civique » et – inci­­ta­­tion directe à l’action ! – pré­­sente une « for­­mule d’une dénon­­cia­­tion civique. » Le grand Dic­­tion­­naire rai­­sonné des lois de la Répu­­blique fran­­çaise (24 volumes) de Joseph Nicolas Guyot traite aussi du « déla­­teur », du « dénon­­cia­­teur » et du « dénon­­cia­­teur » (volume VII, 1798‑1799), et fai­­t la syn­­thèse entre les leçons tirées de Montesquieu et des ency­­clo­­pé­­distes et la pro­­cé­­dure pénale révo­­lu­­tion­­naire. L’auteur – un juriste réputé de l’Ancien Régime qui s’est mis au ser­­vice du régime répu­­bli­­cain –, publie éga­­le­­ment une « for­­mule de dénon­­cia­­tion civique », selon l’exemple de Guichard, et pro­­pose l’élar­­gis­­se­­ment des mesures de récom­­penses pécu­­niaires non pas seule­­ment au béné­­fice des dénon­­cia­­teurs des faux-­monnayeurs, mais aussi de « ceux qui s’en prennent aux compa­­gnies de voleurs qu’on voit s’orga­­ni­­ser fré­­quem­­ment » (tome VII, p. 308).

75Quelques ouvrages font cepen­­dant excep­­tion. Le Dic­­tion­­naire sur le nou­­veau droit civil (1798‑1799), signé par « le citoyen » Q.-V Tennesson, est muet à ce sujet. Le Dic­­tion­­naire de légis­­la­­tion de 1799‑1800 n’est pas un dic­­tion­­naire pro­­pre­­ment dit mais plu­­tôt, comme l’indique la deuxième par­­tie de son titre, une « table alpha­­bé­­tique des lois ren­­dues depuis l’an 1789 », avec des entrées pour les mots « accu­­sa­­teurs », « accu­­sa­­tion », « accu­­sés », « dénon­­cia­­teurs », « dénon­­cia­­tion ».

  • 34  Une autre édi­­tion de ce dic­­tion­­naire date­­rait de 1790, mais nous ne l’avons pas iden­­ti­­ (...)
  • 35  La Ve édi­­tion connaît une seule dif­­fé­­rence : elle éli­­mine les sens pré­­cé­­dents de « dén (...)
  • 36Dis­­cours pro­­noncé par Cabanis, en offrant au conseil [des Cinq-­Cents] la nou­­velle édi­­tion (...)

76Le rôle des dic­­tion­­naires de droit dans la défi­­ni­­tion de ces mots sous la Révo­­lu­­tion va presque de pair avec un autre phé­­no­­mène : après l’éclipse pas­­sa­­gère obser­­vée au début de la Révo­­lu­­tion, la tra­­di­­tion lexi­­co­­gra­­phique se réins­­talle dans le pay­­sage intel­­lec­­tuel avec la réédi­­tion des quelques titres de dic­­tion­­naires publiés avant 1789. Le Dic­­tion­­naire por­­ta­­tif […] extrait du grand dic­­tion­­naire de Pierre Richelet, un ouvrage de modestes pro­­por­­tions, re­publié dans l’édi­­tion d’Étienne-­Augustin de Wally (1795, 1798, 1803, 1811)34, n’apporte aucune nou­­veauté à pro­­pos des termes que nous étu­­dions par rap­­port à celle de 1756. Il en va de même du pres­­ti­­gieux Dic­­tion­­naire de l’Aca­­dé­­mie fran­­çaise : en dépit de la col­­la­­bo­­ra­­tion de quelques intel­­lec­­tuels pres­­ti­­gieux de la Révo­­lu­­tion (Sélis, Garat, notam­­ment), sa Ve édi­­tion de 1798 uti­­lise les mêmes défi­­ni­­tions que celle de 174035. Cabanis en donne peut-­être la rai­­son : « Il était impor­­tant – disait-­il – de mar­­quer ce pas­­sage de l’état ancien de la langue à son état nou­­veau », mais pour cela il était d’abord néces­­saire « d’avoir son inven­­taire exact, dressé dans les der­­niers temps de la monar­­chie »36. Le Dic­­tion­­naire de l’Aca­­dé­­mie appa­­raît ainsi comme le miroir d’un monde révolu plu­­tôt que d’une société bou­­le­­ver­­sée par les muta­­tions révo­­lu­­tion­­naires.

77Cer­­tains autres dic­­tion­­naires nés sous l’Ancien Régime et réédi­­tés sous la Révo­­lu­­tion sont plus récep­­tifs à ces chan­­ge­­ments. L’ouvrage de Gabriel Girard, Syno­­nymes françois, publié en 1769 par Nicolas Beauzée, est réédité tel quel en 1797 et en 1809. En revanche, le dic­­tion­­naire de Syno­­nymes fran­­çais de Pierre Joseph André Roubaud, (1785‑1786), revoit ces termes dans son édi­­tion de 1796 et fait une dis­­tinction impor­­tante entre « déla­­tion » et « dénon­­cia­­tion ».

78L’auteur du Dic­­tion­­naire uni­­ver­­sel des syno­­nymes de la langue fran­­çaise paru en 1800 – une compi­­la­­tion des ouvrages pré­­cé­­dents de Girard, Beauzée, Roubard « et autres écri­­vains célèbres » – revient éga­­le­­ment sur les contra­­dic­­tions entre ces défi­­ni­­tions et trouve un moyen commode pour évi­­ter de don­­ner sa propre opi­­nion : il publie l’article « accu­­sa­­teur, dénon­­cia­­teur, déla­­teur » de Girard (via Beauzée), et, juste à côté, celui de Roubaud sur le même sujet, dont l’inter­­pré­­ta­­tion est oppo­­sée. La solu­­tion fera son che­­min. Le pro­­cédé sera réuti­­lisé par le Nou­­veau voca­­bu­­laire françois (1803‑1804), puis par le Nou­­veau dic­­tion­­naire uni­­ver­­sel des syno­­nymes de la langue fran­­çaise de François Guizot (1809), pro­­mis à une longue car­­rière au xixe siècle.

  • 37  Éd. par Re­mi Ollivier, d’après Bar­­bier, ou par Sagnier et Fauvelle, d’après Quérard, selon le c (...)

79L’exemple de l’Esprit de l’Ency­­clo­­pé­­die est aussi symp­­to­­ma­­tique. Paru ini­­tia­­le­­ment en 1768, sans aucune entrée concer­­nant les termes qui nous inté­­ressent, l’ouvrage voit le jour en 1798‑1800 dans une édi­­tion revue et aug­­men­­tée37, enri­­chie d’un article por­­tant sur l’« accu­­sa­­tion secrète », défi­­nie comme « la déla­­tion d’un crime ou délit, vrai ou faux, faite à un ministre de la jus­­tice, par une par­­tie pri­­vée ».

80Enfin, Le Nou­­veau Ferri­ère, ou Dic­­tion­­naire de droit et de pra­­tique, publié par C.-H. Dagar (ou d’Agar) en 1803‑1804, est une autre illus­­tra­­tion de cette pro­­pen­­sion à ravi­­ver l’héri­­tage lexi­­co­­gra­­phique de l’Ancien Régime, qui durera de 1794 jusqu’ au cré­­pus­­cule de la pre­­mière période répu­­bli­­caine.

81Les réédi­­tions des dic­­tion­­naires clas­­siques et les nou­­veaux dic­­tion­­naires de droit ont ainsi beau­­coup contri­­bué à la dif­­fu­­sion d’une nou­­velle concep­­tion sur la déla­­tion et la dénon­­cia­­tion à cette époque. Les dic­­tion­­naires de langues (à l’excep­­tion des dic­­tion­­naires réédi­­tés ou compi­­lés dans la conti­­nuité de Girard) ignorent le plus sou­­vent ces mots : ils ne figurent ni dans le Nou­­veau dic­­tion­­naire fran­­çais publié par Léo­­nard Snetlage (1795), ni dans Le Néo­logiste fran­­çais de Charles Frédéric Reinhard (1796), ni dans le Dic­­tion­­naire néo­­lo­­gique des hommes et des choses de Louis-­Abel Beffroy de Reigny (1799‑1800), absence qui se jus­­ti­­fie néan­­moins, dans ce der­­nier cas, par le fait que l’ouvrage avait été arrêté après la publi­­ca­­tion du troi­­sième volume, bien avant la lettre « D » de la « déla­­tion » et de la « dénon­­cia­­tion ». Les rares excep­­tions – notam­­ment la Néo­­lo­­gie ou Voca­­bu­­laire de mots nou­­veaux (1801) de Louis-­Sébastien Mer­­cier, et Dic­­tion­­naire éty­­mo­­lo­­gique des mots françois déri­­vés du grec (1802‑1803) – n’apportent rien d’ori­­gi­­nal, de même que, dans un autre domaine, le Nou­­veau dic­­tion­­naire mili­­taire d’Alexandre-­Toussaint de Gaigne (Paris, 1801).

82La défi­­ni­­tion juri­­dique de ces concepts par les dic­­tion­­naires de droit et, simul­­ta­­né­­ment, la re­consi­­dé­­ra­­tion des tra­­di­­tions lexi­­co­­gra­­phiques de l’Ancien Régime dans les quelques réédi­­tions que nous avons pu obser­­ver, ont porté un coup déci­­sif à l’inter­­pré­­ta­­tion polé­­mique pro­­pa­­gée par les dic­­tion­­naires au début de la Révo­­lu­­tion. L’humour et l’iro­­nie qui s’y expri­­maient n’étaient plus de bon aloi pour réflé­­chir sur le sens de mots qui avaient acquis une telle impor­­tance lors du pro­­ces­­sus révo­­lu­­tion­­naire, notam­­ment depuis la Ter­­reur. À par­­tir de 1794, année de publi­­ca­­tion du Dic­­tion­­naire de la consti­­tution et du gou­­ver­­ne­­ment fran­­çais par P.-N. Gautier, le ton est donné par une ana­­lyse plus appro­­fon­­die, qui vise à mieux pré­­ci­­ser les concepts à la lumière de leurs consé­­quences pra­­tiques, juri­­diques.

83La mise sur le même plan de l’« accu­­sa­­tion », de la « déla­­tion » et de la « dénon­­cia­­tion » per­­dure dans cer­­tains dic­­tion­­naires – les réédi­­tions du Dic­­tion­­naire por­­ta­­tif de la langue françoise de Richelet (1795, 1797, 1803), le Dic­­tion­­naire de l’Aca­­dé­­mie (1798 et éd. suiv.) – mais les nou­­veaux dic­­tion­­naires sont davan­­tage impré­­gnés de l’esprit de la grande Ency­­clo­­pé­­die, dans la conti­­nuité des pré­­ci­­sions appor­­tées par Diderot, qui ont dis­­sipé les confu­­sions. La nou­­velle édi­­tion des Syno­­nymes françois de Gabriel Girard (an VII) est fidèle à cette concep­­tion.

84Dans cette même perspec­­tive, les dic­­tion­­naires de la Révo­­lu­­tion gagnent en clarté en affir­­mant la dif­­fé­­rence entre, d’un côté, l’accu­­sa­­teur, et, de l’autre, le déla­­teur et le dénon­­cia­­teur, et, sur­­tout, entre les deux der­­niers. La grande Ency­­clo­­pé­­die avait répandu l’idée que « ces trois per­­son­­nages [sont] éga­­le­­ment odieux aux yeux du peuple ». Le dic­­tion­­naire de l’abbé Roubaud va plus loin. Contrai­­re­­ment à la grande Ency­­clo­­pé­­die, qui reste pour­­tant sa réfé­­rence, il indique que « c’est à la jus­­tice que l’accu­­sa­­teur s’adresse ; c’est une juste et légi­­time ven­­geance qu’il sol­­li­­cite, c’est une action par­­ti­­cu­­lière, et ce rôle n’a pas le carac­­tère odieux des autres » (Syno­­nymes fran­­çais, an IV, 1796, p. 456). En revanche, le Dic­­tion­­naire de la consti­­tution de P.-N. Gautier (1794) donne une autre vision : pour lui, « la dénon­­cia­­tion dif­­fère de la déla­­tion ». Pour Guyot, « la qua­­lité de déla­­teur et celle de dénon­­cia­­teur repré­­sentent la même chose », mais il consi­­dère cepen­­dant que « la qua­­lité de déla­­teur a quelque chose de plus odieux que celle de dénon­­cia­­teur » (Dic­­tion­­naire rai­­sonné des lois de la Répu­­blique fran­­çais, tome VII, 1798‑1799, p. 147‑148). Roubaud pro­­pose une lec­­ture presque simi­­laire : il admet « le carac­­tère odieux » du dénon­­cia­­teur et du déla­­teur, par rapport à l’accu­­sa­­teur, mais se contre­­dit lui-­même lorsqu’il brosse un tableau compa­­ra­­tif des deux pre­­miers :

« Le dénon­­cia­­teur est celui qui annonce, qui mani­­feste, qui rend un fait public ; c’est celui qui défère à la jus­­tice, à la société, un crime, un complot qui inté­­resse la sûreté publique ; c’est l’élan sublime de Cicéron contre Verres et Catilina ; c’est l’action du Ministre public qui veille au salut de la Patrie. Le déla­­teur épie et dépose sour­­de­­ment ; le dénon­­cia­­teur se découvre : le pre­­mier est un lâche assas­­sin qui pro­­fite de son crime ; le second est un cham­­pion géné­­reux [c’est nous qui sou­­li­­gnons], qui court les risques d’un combat, à la suite duquel est la peine infli­­gée aux calom­­nia­­teurs » (Syno­­nymes fran­­çais, 1796, p. 457).

85L’éloge de « l’élan sublime » et du « cham­­pion géné­­reux » trou­­ve­­rait ainsi dif­­fi­­ci­­le­­ment sa place dans le por­­trait d’un per­­son­­nage « odieux ».

86La consé­­quence la plus impor­­tante de cette lec­­ture compa­­rée entre le déla­­teur et le dénon­­cia­­teur dans les dic­­tion­­naires sous la Révo­­lu­­tion est une redé­­fi­­ni­­tion anta­­go­­niste de leurs rôles, qui, à force de juger sévè­­re­­ment le pre­­mier, offre une posi­­tion nou­­velle, hono­­rable, au second. L’auteur de l’Esprit de l’Ency­­clo­­pé­­die de 1798‑1800 rédige un réqui­­si­­toire magis­­tral contre l’« accu­­sa­­tion secrète », défi­­nie comme « déla­­tion d’un crime ou délit, vrai ou faux », tout en accep­­tant l’idée que les déla­­tions sont néces­­saires, mais seule­­ment – précise-­­t-il – « en consé­­quence de la fai­­blesse du gou­­ver­­ne­­ment ».

87Le prix moral à payer par la société en ce cas est énorme. Car les déla­­tions

« […] rendent les hommes faux et per­­fides. Celui qui peut soup­­çon­­ner un déla­­teur dans son conci­­toyen y voit bien­­tôt un ennemi : on s’accou­­tume à mas­­quer ses sen­­ti­­ments, et l’habi­­tude que l’on contracte de les cacher aux autres faits bien­­tôt qu’on se les cache à soi-­même. Mal­­heu­­reux les hommes dans cette triste situa­­tion ! Ils errent sur une vaste mer, occu­­pés uni­­que­­ment à se sau­­ver des déla­­teurs, comme d’autant de monstres qui les menacent ; l’incer­­ti­­tude de l’ave­­nir couvre pour eux d’amer­­tume le moment présent. Pri­­vés des plai­­sirs si doux de la tran­­quillité et de la sécu­­rité, à peine quelques ins­­tants de bon­­heur répan­­dus çà et là sur leur mal­­heu­­reuse vie, et dont ils jouissent à la hâte et dans le trouble, les consolent-­ils d’avoir vécu. Est-­ce parmi de pareils hommes que nous trou­­verons d’intré­­pides sol­­dats, défen­­seurs du trône, de la patrie ? […]

Qui peut se défendre de la calom­­nie, quand elle est armée du bou­­clier impé­­né­­trable de la tyran­­nie, le secret ? Quel misé­­rable gou­­ver­­ne­­ment que celui où le sou­­ve­­rain soup­­çonne un ennemi dans cha­­cun de ses sujets, et se croit forcé pour le repos public de trou­­bler celui de chaque citoyen ? » (tome I, 1798, p. 74‑75).

88Par consé­­quent, conclut l’auteur, « tout gou­­ver­­ne­­ment, soit répu­­bli­­cain, soit monar­­chique, doit infli­­ger au calom­­nia­­teur la peine décer­­née contre le crime dont il se porte accu­­sa­­teur » (ibid.), ou, comme il le dit dans le cha­­pitre por­­tant sur les « déla­­teurs », où il cite Montesquieu : « Les bons princes n’ont point eu de déla­­teurs ; et dans tout gou­­ver­­ne­­ment ils ne peuvent être en règne que lorsque la tyran­­nie y domine » (tome III, p. 169).

89Tan­­dis que le déla­­teur devient la cible du plus grand mépris (« lâche assas­­sin »), le dénon­­cia­­teur est pré­­senté comme un exemple de civisme répu­­bli­­cain : il est « un bon citoyen », et « tout citoyen est obligé de dénon­­cer les abus d’auto­­rité de ceux qui gou­­vernent », selon le Dic­­tion­­naire de la consti­­tution de Gautier (1794), qui voit éga­­le­­ment dans la dénon­­cia­­tion « la sauve-­garde de nos droits » (p. 150). Le Dic­­tion­­naire de la police admi­­nis­­tra­­tive et judi­­ciaire d’Auguste-­Charles Guichard (1796), qui avait défini deux formes de dénon­­cia­­tions (offi­­cielle et civique) réitère ce mes­­sage. Plus nuancé, Roubaud n’admet le rôle du dénon­­cia­­teur « que lorsque le crime dénoncé compro­­met véri­­ta­­ble­­ment la sûreté publique ». Il sou­­lève la dif­­fi­­culté de dis­­tin­­guer les « hommes qui se rendent cou­­pables de déla­­tion, alors qu’ils se parent du titre dénon­­cia­­teur », et conclut, sous l’influ­­ence de la grande Ency­­clo­­pé­­die, que « le moral de celui qui dénonce imprime à son action son propre carac­­tère » (Syno­­nymes fran­­çaises, 1796, p. 458). Louis-­Sébastien Mer­­cier fait éga­­le­­ment l’apo­­lo­­gie du dénon­­cia­­teur, en citant La Harpe, selon lequel, « sous l’ère répu­­bli­­caine, tout citoyen témoin d’un délit doit en deve­­nir le dénon­­cia­­teur » (Néo­­lo­­gie ou Voca­­bu­­laire de mots nou­­veaux, 1801, p. 163).

90En accord avec l’inci­­ta­­tion à la dénon­­cia­­tion, cer­­tains dic­­tion­­naires publient des « for­­mules » de dénon­­cia­­tion, ou insistent sur les récom­­penses pécu­­niaires (Dic­­tion­­naire de la police admi­­nis­­tra­­tive et judi­­ciaire de Guichard, Syno­­nymes fran­­çais de Roubaud, Dic­­tion­­naire rai­­sonné des lois de la Répu­­blique fran­­çaise de Guyot). Ils illus­­trent ainsi l’impor­­tance de la dénon­­cia­­tion dans la société révo­­lu­­tion­­naire et le souci d’enca­­drer cette pra­­tique de sorte qu’elle évite les dérives de la déla­­tion ou de la calom­­nie : ainsi l’article sur l’« accu­­sa­­tion secrète », par exemple, publié dans l’Esprit de l’Ency­­clo­­pé­­die de 1798‑1800) ou celui sur la « calom­­nie », signé par Louis-­Abel Beffroy de Reigny dans son Dic­­tion­­naire néo­­lo­­gique des hommes et des choses (1799‑1800).

« Un bon­­net rouge au vieux dic­­tion­­naire » ?

91L’aven­­ture des mots qui nous concernent à tra­­vers les dic­­tion­­naires sug­­gère quelques conclu­­sions géné­­rales et bien évi­­dem­­ment pro­­vi­­soires, s’agis­­sant d’un cor­­pus de réfé­­rences qui doit trou­­ver sa place dans un contexte cultu­­rel plus large.

  • 38  Maurice Tournier, « Pré­­face » à Domenico D’Oria, Dic­­tion­­naire et idéo­­lo­­gie, Schena-­Nize (...)
  • 39  Jean-­Claude Waquet, op. cit., p. 234.

92Maurice Tournier a eu rai­­son de pen­­ser qu’« il n’y a jamais neu­­tra­­lité dans l’élec­­tion ou le rejet d’un mot pour peu qu’on touche à l’humain »38. Nous pou­­vons donc nous demander si les termes étu­­diés per­­mettent de lire les « options idéo­­lo­­giques d’une société » et d’obser­­ver, « der­­rière les conflits à pro­­pos des mots… des conflits à pro­­pos des choses », ainsi que Jean-­Claude Waquet l’a mon­­tré dans son ana­­lyse sur « la conju­­ra­­tion » des dic­­tion­­naires39. Les dic­­tion­­naires que nous avons consul­­tés laissent la même impres­­sion : l’« ordre » que les lexi­­co­­graphes ont tenté d’ins­­tau­­rer dans l’empire des mots n’était pas vrai­­ment acquis avant la Révo­­lu­­tion.

  • 40Ibid., p. 234.

93Leur ambi­­guïté appa­­raît lorsqu’on cherche à dis­­tin­­guer le degré de poli­­ti­­sation de ce voca­­bu­­laire. Jean-­Claude Waquet a mon­­tré que, géné­­ra­­le­­ment, « cabale », « complot », « conju­­ra­­tion », « conspi­­ra­­tion » ont eu une signi­­fi­­ca­­tion néga­­tive, ce qui indique l’atta­­che­­ment des lexi­­co­­graphes aux valeurs suprêmes d’ordre et de concorde dans la société (chez Estienne, Mon­et) ou leur obéis­­sance à l’auto­­rité supé­­rieure du prince ou de l’État (Richelet, Furetière, les aca­­dé­­mi­­ciens). Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, précise-­­t-il encore, la fonc­­tion que les dic­­tion­­naires reconnaissent au bon fran­­çais « est celle de dire un ordre auto­­ri­­taire », même si cer­­tains auteurs du xviiie siècle ont cessé de consi­­dé­­rer tous ces mots (en l’occur­­rence, « cabale ») comme syno­­nymes de délit ou de crime de lèse-­majesté, tan­­dis que d’autres (Diderot, Mer­­cier) ont excep­­tion­­nel­­le­­ment asso­­cié à « conspi­­ra­­tion » un sens posi­­tif40. Quelle signi­­fi­­ca­­tion pou­­vait alors acqué­­rir la « dénon­­cia­­tion » ou la « déla­­tion » de ces actions, vues comme néga­­tives ? Si les auteurs des conju­­ra­­tions ou des conspi­­ra­­tions sont des « méchants » (Richelet), comment qua­­li­­fier leurs dénon­­cia­­teurs ou leurs déla­­teurs ? Peut-­on en déduire que tout ce qui contri­­bue à l’échec de tels agis­­se­­ments néfastes devrait être regardé d’un œil bien­­veillant ?

  • 41Ibid., p. 121, note 95. Observons cepen­­dant que Furetière fait la dis­­tinction entre l’hos­­ti­ (...)

94Contrai­­re­­ment à ce qu’on pou­­vait ima­­gi­­ner, l’ana­­lyse de Jean-­Claude Waquet indique que les auteurs des dic­­tion­­naires pré­­fèrent mettre en avant « la décou­­verte » ou l’« échec » des conspi­­ra­­tions, ou admettre d’une manière ambi­­guë que les auto­­ri­­tés char­­gées de leurs répri­­mandes en été « aver­­tis », « advis » ou « ont eu avis ». Pour Furetière, celui qui « révèle le secret d’une conju­­ra­­tion » n’est rien d’autre qu’un « conjuré infi­­dèle »41.

95Le rôle des dénon­­cia­­teurs ou des déla­­teurs semble oublié dans ces cas. Les défi­­ni­­tions étu­­diées par nous vont dans le même sens. Seul Furetière évoque le « déla­­teur d’un crime commis, d’une conju­­ra­­tion », comme une réa­­lité « fort à craindre », mais il la place aus­­si­­tôt « dans l’ancienne Rome » (Furetière, 1690), exemple repris ensuite par le Dic­­tion­­naire de Trévoux.

  • 42  Lucien Jaume, op. cit., p. 111.

96La Révo­­lu­­tion marque un tour­­nant dans cette évo­­lu­­tion, sous le poids de ce que Saint-­Just a appelé, dans une for­­mule célèbre, « la force des choses »42. Le subs­­trat idéo­­lo­­gique devient alors extrê­­me­­ment visible dans les dic­­tion­­naires, depuis la forme iro­­nique adop­­tée à l’égard des dénon­­cia­­teurs pen­­dant les pre­­mières années jusqu’à la re­consi­­dé­­ra­­tion morale et civique que connaît leur action dans les dic­­tion­­naires publiés ensuite. Il serait peut-­être exces­­sif de dire que les « vieux dic­­tion­­naires » ont revêtu « un bon­­net rouge », pour uti­­li­­ser l’expres­­sion de Victor Hugo (dans ses Contem­­pla­­tions, I, 1830‑1843), mais il est évident que la réa­­lité révo­­lu­­tion­­naire a ajouté de nouvelles nuances aux anciennes défi­­ni­­tions.

Haut de page

Notes

1  Un grand merci à Yann-­Arzel Durelle-­Marc, qui a relu ce texte et m’a fait part de ses pré­­cieuses obser­­va­­tions et sug­­ges­­tions.

2  Jean-­François Gayraud, La dénon­­cia­­tion, PUF, 1995, p. 15‑16.

3  Jean-­Claude Waquet, La conju­­ra­­tion des dic­­tion­­naires. Vérité des mots et véri­­tés de la poli­­tique dans la France moderne, Presses uni­­ver­­si­­taires de Strasbourg, 2000, p. 83.

4Le grand ate­­lier his­­to­­rique de la langue fran­­çaise : his­­toire des mots du Haut Moyen-­Âge au xixe siècle : 14 grands dic­­tion­­naires de la langue fran­­çaise. Pré­­sen­­ta­­tion, Isabelle Turcan, Paris, Re­don, cédérom, 2002.

5  Comme par exemple l’ouvrage de Nicolas de La Mare, Traité de la police, I-­II, Paris, 1705.

6  Bernard Quemada, Les dic­­tion­­naires du fran­­çais moderne, Paris, Didier, 1968, p. 567 sq. ; An­nie Geffroy, « Les dic­­tion­­naires socio-­politiques, 1770‑1820 », dans Autour de Féraud. La lexi­­co­­gra­­phie en France de 1762 à 1835, Paris, École nor­­male supé­­rieure de jeunes filles, 1986, p. 193‑210.

7  Giovanni Balbi, Summa quae vocatur Catholicon, Venetiis, H. Liechtenstein, 1487.

8Dic­­tion­­naire éty­­mo­­lo­­gique de la langue fran­­çaise, Oscar Bloch, Walther von Wartburg (dir.), 3e éd., Paris, PUF, 2008, p. 15‑16, 28.

9  Jean-­Claude Waquet, op. cit., p. 180.

10  Edgar E. Bran­­don, Robert Estienne et le dic­­tion­­naire fran­­çais au xvie siècle, Genève, Slatkine, 1967, p. 66.

11  Terence R. Wooldridge, Les débuts de la lexi­­co­­gra­­phie fran­­çaise : Estienne, Nicot et le Thresor de la langue francoyse (1606), University of Toronto Press, 1980, p. 33 sq. ; Jean Baudry, Jean Nicot, Lyon, La Manu­­fac­­ture, 1989, p. 112.

12  Jean-­Claude Waquet, op. cit., p. 147.

13Cf. Laurent Bray, César-­Pierre Richelet, 1626‑169 : bio­­gra­­phie et œuvre lexi­­co­­gra­­phique, Tübingen, N. Niemeyer, 1986, p. V. ; Gilles Petrequin, Le Dic­­tion­­naire françois de P. Richelet : Genève, 1679‑1680 : étude de méta­lexico­­gra­­phie his­­to­­rique, Leuven, Peeters, 2009, p. 18.

14  Alain Re­y, Antoine Furetière : un pré­­cur­­seur des Lumières sous Louis XIV, Fayard, 2006 ; François Ost, Furetière : la démo­­cra­­ti­­sation de la langue, Paris, Michalon, 2008, p. 66.

15  Marine Roy-­Garibal, Le Par­­nasse et le palais : l’œuvre de Furetière et la genèse du pre­­mier dic­­tion­­naire ency­­clo­­pé­­dique en langue fran­­çaise, 1649‑1690, Paris, H. Cham­­pion, 2006, p. 497‑504.

16  Serge Dauchy, « Intro­­duc­­tion » au volume Les Recueils d’arrêts et dic­­tion­­naires de juris­­pru­­dence (xvie-xviiie siècle), Serge Dauchy et Véro­­nique Demars-­Sion (dir.), Paris, Édi­­tions La Mémoire du Droit, 2005, p. 19, 21, 42.

17  D’un contenu presque iden­­tique mais moins riche est le Dic­­tion­­naire uni­­ver­­sel, chro­­no­­lo­­gique et his­­to­­rique de jus­­tice, police et finance…, de François-­Jacques Chasles (Paris, 1725). L’entrée « dénon­­cia­­tions » contient seule­­ment les dis­­po­­si­­tions de l’ordon­­nance de Louis XIV en matière cri­­mi­­nelle et l’arrêt de la Chambre de jus­­tice du 20 octobre 1716.

18  Le Dic­­tion­­naire mili­­taire d’Aubert de La Chesnaye Des Bois (2e édi­­tion, 1745) apporte un témoi­­gnage de plus : l’entrée « dénon­­cia­­teur » qui rap­­pelle les dis­­po­­si­­tions des ordon­­nances mili­­taires concer­­nant les récom­­penses accor­­dées pour les dénon­­cia­­tions des déser­­tions ou des duels.

19  Witold Wolodkiewicz, « Antoine-­Gaspard et André-­Jean Bou­­cher d’Argis, père et fils, juristes éclai­­rés devant la Révo­­lu­­tion », dans Michel Vovelle (dir.), La Révo­­lu­­tion et l’ordre juri­­dique privé, ratio­­na­­lité ou scan­­dale ?, Actes du col­­loque d’Orléans, 11‑13 sep­­tembre 1986, Actes Paris, CNRS – Orléans, Uni­­ver­­sité d’Orléans, PUF, 1986, p. 187.

20  Robert Darnton, L’aven­­ture de l’« Ency­­clo­­pé­­die » : 1775‑1800. Un best-­seller au siècle des Lumières, Paris, Perrin, 1982.

21  Suzanne Tucoo-­Chala, Charles-­Joseph Panckoucke et la librai­­rie fran­­çaise : 1736‑1798, Pau, Marrimpouey jeune – Paris, J. Touzot, 1977, p. 323 sq. ; Marie Leca-­Tsiomis, « Du Dic­­tion­­naire de Furetière au Grand Voca­­bu­­laire fran­­çais de Panckoucke : les joutes confes­­sion­­nelles des dic­­tion­­naires et ency­­clo­­pé­­dies », dans L’Ency­­clo­­pé­­die d’Yverdon et sa réso­­nance euro­­péenne, éd. Jean-­Daniel Candaux [et al.], Genève, Slatkine, 2005, p. 13 sq.

22  Seule ori­­gi­­na­­lité de cette édi­­tion : elle cite un pas­­sage attri­­bué au Dau­­phin de France par l’auteur d’une orai­­son funèbre à l’occa­­sion de sa mort, qui accu­­sait les déla­­tions « comme le res­­sort d’un gou­­ver­­ne­­ment faible et cor­­rompu », A.-L. Thomas, Eloge de Louis, Dau­­phin de France, Paris, 1766.

23  Cette der­­nière édi­­tion a été repro­­duite en fac-­similé par les Édi­­tions Praxis – C. Lacour, Nîmes, 1989.

24  Witold Wolodkiewicz, loc. cit., p. 187‑204.

25  Françoise Briegel, « Asser­­vir les juge­­ments à la lettre, c’est en ban­­nir la jus­­tice » : la Juris­­pru­­dence dans l’Ency­­clo­­pé­­die métho­­dique », dans L’Ency­­clo­­pé­­die métho­­dique (1782‑1832) : des Lumières au posi­­ti­­visme, Claude Blanckaert et Michel Porret (éd.), avec la col­­la­­bo­­ra­­tion de Fabrice Brandli, Genève, Droz, 2006, p. 312.

26  Marie Leca-­Tsiomis, « L’Ency­­clo­­pé­­die et ses pre­­miers épi­­gones », dans Le tra­­vail des Lumières : pour Georges Benrekassa, Caroline Jacot Grapa et al. (éd.), Paris, H. Cham­­pion, 2002, p. 455‑471.

27  Voir les édi­­tions du Dic­­tion­­naire de Richelet parues après l’Encyclopédie ou même après 1789, cf. Laurent Bray, op. cit., p. 127 sq.

28  « Les déserts autre­­fois peu­­plés de séna­­teurs/Ne sont plus habi­­tés que par leurs déla­­teurs ». Ces vers sont lar­­ge­­ment repris par les dic­­tion­­naires du xviiie siècle qui traitent de ce sujet.

29  Carla Hesse, « La logique cultu­­relle de la loi révo­­lu­­tion­­naire », Annales. Éco­­no­­mies, Socié­­tés, Civi­­li­­sa­­tions, juillet-­août 2002, no 4, p. 927.

30  Françoise Briegel, loc. cit., p. 312.

31  Voir les mul­­tiples tra­­vaux de Jacques Guilhaumou, dont L’avè­­ne­­ment des portes-­parole de la Répu­­blique, 1789‑1792 : essai de syn­­thèse sur les lan­­gages de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, Villeneuve d’Ascq, Presses uni­­ver­­si­­taires du Sep­­ten­­trion, 1998.

32  Lucien Jaume, Le dis­­cours jaco­­bin et la démo­­cra­­tie, Paris, Fayard, 1989, p. 192‑215 ; Antoine de Baecque, Le corps de l’his­­toire. Méta­­phore et poli­­tique, 1770‑1800, Paris, Calmann-­Lévy, 1993, p. 257‑302 ; Jacques Guilhaumou, « Frag­­ments of a Discourse of Denunciation (1789‑1794) », dans Keith M. Baker, Colin Lucas, François Furet (ed.), The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, Oxford, vol. IV, The Terror, 1994, p. 139‑153 ; Colin Lucas, « The Theory and Practice of Denunciation in the French Revolution », The Jour­­nal of Modern History, vol. 68, No 4, 1996, p. 768‑785 etc.

33  Entre autres, il est l’auteur d’une Pétition à l’Assem­­blée natio­­nale, sur l’encou­­ra­­ge­­ment et les récom­­penses qu’elle doit accor­­der aux tyran­­ni­­cides, Paris, an I, et d’un Manuel des jurés, ou Code complet des lois concer­­nant les jurés, Paris, an IV.

34  Une autre édi­­tion de ce dic­­tion­­naire date­­rait de 1790, mais nous ne l’avons pas iden­­ti­­fiée.

35  La Ve édi­­tion connaît une seule dif­­fé­­rence : elle éli­­mine les sens pré­­cé­­dents de « dénon­­cer la guerre » et « dénon­­cia­­tion de la guerre ».

36Dis­­cours pro­­noncé par Cabanis, en offrant au conseil [des Cinq-­Cents] la nou­­velle édi­­tion du Dic­­tion­­naire de la ci-­devant Aca­­dé­­mie fran­­çaise, séance du 18 bru­­maire an VII, Paris, Impr. Natio­­nale, p. 3.

37  Éd. par Re­mi Ollivier, d’après Bar­­bier, ou par Sagnier et Fauvelle, d’après Quérard, selon le cata­­logue BnF.

38  Maurice Tournier, « Pré­­face » à Domenico D’Oria, Dic­­tion­­naire et idéo­­lo­­gie, Schena-­Nizet, Fasano, Paris, 1988, p. 13.

39  Jean-­Claude Waquet, op. cit., p. 234.

40Ibid., p. 234.

41Ibid., p. 121, note 95. Observons cepen­­dant que Furetière fait la dis­­tinction entre l’hos­­ti­­lité au prince ou à l’État et la sau­­ve­­garde de la « liberté publique » quand les conju­­rés s’en prennent par­­fois à des « tyrans » (ibid., p. 134).

42  Lucien Jaume, op. cit., p. 111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefan Lemny, « Essais de défi­­ni­­tion. Déla­­tion, dénon­­cia­­tion, déla­­teur, dénon­­cia­­teur dans les dic­­tion­­naires fran­­çais jusqu’à la révo­­lu­­tion », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 3-31.

Référence électronique

Stefan Lemny, « Essais de défi­­ni­­tion. Déla­­tion, dénon­­cia­­tion, déla­­teur, dénon­­cia­­teur dans les dic­­tion­­naires fran­­çais jusqu’à la révo­­lu­­tion », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 08 février 2016. URL : http://ahrf.revues.org/12287

Haut de page

Auteur

Stefan Lemny

Biblio­­thèque natio­­nale de France
Dépar­­te­­ment PHS-­Histoire
Quai François Mauriac
75013 – Paris
stefan.lemny@bnf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org