Navigation – Plan du site
Articles

Louis-­Pierre Dufay, député abo­­li­­tion­­niste et homme d’affaires avisé. Esquisse bio­­gra­­phique

Louis-­Pierre Dufay, an Abolitionist deputy and Shrewd Busi­­ness­­man. An Outline of a Biography
Jean-­Charles Benzaken
p. 61-85

Résumés

Pierre Louis Dufay, né en 1752, est un jeune bour­­geois pari­­sien, ébloui par son pre­­mier mariage avec une créole habi­­tante sucrière du Nord de Saint-­Domingue, bien­­tôt repoussé par cette famille pour mau­­vaise conduite. En 1789, il choi­­sit les idées révo­­lu­­tion­­naires et abo­­li­­tion­­nistes, aux côtés de Sonthonax et Polverel, idées qu’il va défendre en qua­­lité de député le 16 plu­­viôse an II (4 février 1794) devant la Conven­­tion, empor­­tant l’adhé­­sion de l’assem­­blée qui pro­­clame l’abo­­li­­tion de l’escla­­vage.
Bien que res­­tant abo­­li­­tion­­niste, son rêve de deve­­nir habi­­tant sucrier et les chan­­ge­­ments poli­­tiques sur­­ve­­nus tant à Paris qu’à Saint-­Domingue avec l’affir­­ma­­tion au pou­­voir de Tous­­saint Louverture, vont le faire déri­­ver – il est devenu le pro­­prié­­taire de l’habi­­ta­­tion Trémondrie au Petit-­­Saint-Louis du Nord de l’île – et il mourra dans la tour­­mente de l’indé­­pen­­dance haï­­tienne, après le départ de son ami Rochambeau qui comman­­dait les der­­nières troupes fran­­çaises en 1804 et la pro­­cla­­ma­­tion de l’indé­­pen­­dance d’Haïti par le géné­­ral noir Dessalines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Auguste Kuscinski, Dic­­tion­­naire des conven­­tion­­nels, Paris, 1916.

1Pour l’his­­to­­rio­­gra­­phie de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, le nom de Dufaÿ est lié à la séance mémo­­rable de la Conven­­tion natio­­nale, au cours de laquelle fut aboli l’escla­­vage. Le 15 plu­­viôse an II (3 février 1794), la Conven­­tion véri­­fia l’élec­­tion et admit la délé­­ga­­tion tri­­co­­lore de la pro­­vince du Nord de Saint-­Domingue dans son sein : le Blanc Dufaÿ, le Noir Belley, l’homme de cou­­leur Mills. Le len­­de­­main, 16 plu­­viôse (4 février) Dufaÿ pro­­non­­çait le dis­­cours qui sus­­cita l’enthou­­siasme et emporta l’adhé­­sion una­­nime de la Conven­­tion qui vota l’abo­­li­­tion de l’escla­­vage. Mais qui était Dufaÿ ? Un cher­cheur aussi sérieux et scru­­pu­­leux qu’Auguste Kuscinski a pu écrire : « Les docu­­ments que nous avons consul­­tés sur ce per­­son­­nage, tant au minis­­tère des colo­­nies qu’aux Archives natio­­nales, ainsi que des notices qu’il a publiées pour sa défense, sont tel­­le­­ment contra­­dic­­toires qu’il est bien dif­­fi­­cile d’y démê­­ler la vérité »1. Et le lec­­teur curieux pourra consta­­ter que, mal­­heu­­reu­­se­­ment, la notice qu’il consacre à notre conven­­tion­­nel contient plus d’erreurs que de faits avé­­rés.

2Nous avons voulu ici don­­ner un peu de pro­­fon­­deur à ce per­­son­­nage très complexe. Cepen­­dant, la mise en perspec­­tive de sa car­­rière avec celle des autres abo­­li­­tion­­nistes, ses contem­­po­­rains, et qu’il pro­­pose lui-­même, est mal­­heu­­reu­­se­­ment impos­­sible. Nous devons nous contenter dans le cadre de cet article d’insis­­ter sur trois aspects : sa jeu­­nesse et son mariage, peu connus, sa car­­rière d’homme poli­­tique à par­­tir de 1793, bien documentée dans l’ensemble, sa car­­rière d’homme d’affaires et sa fin tra­­gique, que nous croyons entiè­­re­­ment méconnues.

Jeu­­nesse et mariage

  • 2  M. C. ET VI 556.

3Bien que l’état civil pari­­sien ait brûlé en 1871, nous avons retrouvé la date de sa nais­­sance dans un acte nota­­rié2. Il est né le 19 jan­­vier 1752, dans la paroisse de Saint-­Eustache à Paris.

  • 3  Archives de la Pré­­fec­­ture de police, AB 314.

4À défaut de por­­trait, voici le signa­­le­­ment de Dufaÿ lors de son incar­­cé­­ra­­tion à Saint-­Lazare, dont nous par­­lons plus loin : « taille de
5 pieds, quatre pouces, che­­veux et sour­­cils bruns, yeux idem, nez aqui­­lin, bouche ordi­­naire, front décou­­vert, men­­ton rond, visage ovale »3.

  • 4  C’est ainsi qu’il se rap­­pelle de la date de son arri­­vée au Cap, le 23 mars 1792 et du nom du n (...)
  • 5  C’est éga­­le­­ment ainsi qu’il se rap­­pelle du nom du pro­­cu­­reur de l’habi­­ta­­tion de sa fe (...)

5Nous ne savons rien de ses études, mais il paraît évident qu’il en fit, d’assez solides au demeu­­rant. Il parle par exemple espa­­gnol. Il connais­­sait ses clas­­siques et était par exemple capable de citer des vers de Cor­­neille dans Cinna. Il s’expri­­mait avec faci­­lité, tant à l’écrit qu’à l’oral. Il avait en outre une bonne mémoire, des dates4 comme des noms de per­­sonnes, comme nous aurons l’occa­­sion de le voir5. C’est lui que choi­­sit Sonthonax pour être can­­di­­dat à la dépu­­ta­­tion de Saint-­Domingue (vide infra) et c’est lui qui a presque tou­­jours porté la parole ou rédigé des lettres et bro­­chures au nom des dépu­­tés de la par­­tie du Nord de Saint-­Domingue, et sans doute a-­­t-il rédigé, en grande par­­tie au moins, le dis­­cours qu’il a pro­­noncé le 16 plu­­viôse, même s’il est pro­­bable qu’il en ait dis­­cuté avec Sonthonax avant son départ de Saint-­Domingue, et aux États-­Unis avec Genet. Il sait ana­­ly­­ser une situa­­tion poli­­tique dif­­fi­­cile.

  • 6  p. 21.

6Comme il l’écrira lui-­même en l’an III dans Un repré­­sen­­tant du peuple calom­­nié à un repré­­sen­­tant du peuple calom­­nia­­teur, et sa vie le prouve, « Je n’ai pas eu jusqu’ici la répu­­ta­­tion d’un homme tout à fait absurde et inepte »6.

  • 7  AN, F7 4685, dos­­sier 4.

7Lors de l’inter­­ro­­ga­­toire pra­­ti­­qué au moment de son arres­­ta­­tion, à son arri­­vée à Paris, venant de Saint-­Domingue par le port de Lorient, daté du 29 jan­­vier 1794, il déclare que ses parents ne sont pas nobles, qu’il était bour­­geois, que son père était fer­­mier des domaines et demeu­­rait rue Montmartre au coin de celle du Jour7, alors que d’après son cer­­ti­­fi­­cat de mariage daté du 29 mai 1780 dans la paroisse de la Grande Rivière à Saint-­Domingue il se pré­­sente comme

  • 8  CAOM, État civil de la Grande Rivière à Saint-­Domingue, 85 MIOM 54.

« Louis Pierre Dufaÿ de la Tour, écuyer, offi­­cier au régi­­ment du Cap, fils majeur et légi­­time de feus mes­­sire Pïerre Dufaÿ de la Tour écuyer, ancien bri­­ga­­dier des gardes du Roy, et de dame Jeanne Marie Chireix, ses père et mère, natif de la ville de Paris, paroisse Saint-­Eustache »8.

8Les colons de Saint-­Domingue et en par­­ti­­cu­­lier les commis­­saires des colons en France, Page et Brulley, ses enne­­mis achar­­nés, affirment qu’il était

  • 9  AN, F7 4685, dos­­sier 4.

« fils légi­­time d’un hon­­nête mar­­chand fri­­pier, ce citoyen avait laissé une belle for­­tune à son fils ; celui-­ci en fit un rapide usage, et fier de ses richesses, que son père lui laissa, il se crut désho­­noré d’être né dans la classe du peuple ; il prit le titre et les airs de mar­­quis, après avoir dis­­sipé presque toute sa for­­tune, il passa à Saint-­Domingue ; il porta dans cette colo­­nie tout le faste d’un grand sei­­gneur, car­­rosse, beau­­coup de domes­­tiques à livrée… »9.

  • 10Ibid., Parc civil du Châtelet, Y 1774.

9Il est alors obligé de vendre sa mai­­son à Paris rue Mon­détour, adju­­gée pour la somme de 15 000 livres à Pierre Jacques Pichard, mar­­chand épi­­cier, afin de satis­­faire des créan­­ciers10 ; ceux-­ci sont des mar­­chands tailleurs d’habits, mar­­chands de tapis­­se­­ries, mar­­chand cha­­pe­­lier, mar­­chand peintre, ce qui don­­ne­­rait une cer­­taine vérité au fait que son père aurait été fri­­pier. Mais les colons, sciem­­ment ou non, déforment la réa­­lité. Dans l’inven­­taire après décès de son épouse le 27 avril 1758, le père est qua­­li­­fié de fer­­mier des domaines du Roi alors que, lorsque meurt son fils cadet le 22 mars 1760, il est décrit comme inté­­ressé aux affaires du roi. Enfin dans le tes­­tament que rédige le père le 25 mai 1768, il est qua­­li­­fié de bour­­geois. Pierre Louis choi­­sit donc à sa conve­­nance la qua­­lité de son père. La pro­­cé­­dure de lici­­ta­­tion va durer en lon­­gueur car les créan­­ciers ne s’entendent pas sur l’ordre à suivre, ce qui lui donne la pos­­si­­bi­­lité de pas­­ser à Saint-­Domingue afin d’échap­­per à la pri­­son pour dettes et, comme beau­­coup d’autres, dans l’espoir de refaire sa for­­tune.

10Si l’on revient à son inter­­ro­­ga­­toire :

  • 11Ibid., F7 4685, dos­­sier 4.

« Inter­­rogé s’il n’a pas servi et dans quel régi­­ment, a répondu qu’il a servi dans un corps de volon­­taires chas­­seurs, qu’il a fait la cam­­pagne du Géné­­ral Des­­tin [sic] en Amérique, ensuite au régi­­ment du Cap puis dans les troupes colo­­niales ; sitôt son mariage à Saint-­Domingue pour n’être plus dans la dépen­­dance il a donné sa démis­­sion au régi­­ment du Cap et n’a plus servi que comme les autres citoyens dans les inté­­rêts du pays »11.

  • 12  CAOM, D2C 41.

11On le trouve en effet dans la revue faite au Cap du corps de chas­­seurs volon­­taires de Saint-­Domingue depuis sa créa­­tion le 12 mars 1779, jusqu’au mois d’août au moins, en qua­­lité de sous-­lieutenant du pre­­mier bataillon, compa­­gnie de Beaury12. Il est indi­­qué qu’il avait été pré­­cé­­dem­­ment sur­­nu­­mé­­raire dans les gen­­darmes.

12Au sujet de son mariage avec « dame Catherine Thérèse Jolly, veuve de feu sieur René Jean François Bou­­ché, vivant comman­­dant hono­­raire du quar­­tier de l’A­cul, fille majeure et légi­­time de feu sieur Jean François Jolly, vivant offi­­cier des milices dudit quar­­tier de l’A­cul et de dame Perrine Catherine Chaillot » on constate qu’y avaient assisté les per­­sonnes les plus dis­­tin­­guées et les repré­­sen­­tants les plus éle­­vés de l’aris­­to­­cra­­tie de l’île. Il peut ainsi péné­­trer dans le cercle assez res­­serré de l’aris­­to­­cra­­tie sucrière, même s’il ne s’agit pas des plus grands et des plus riches. Y assis­­tèrent en effet

  • 13  État civil. François Reynaud de Villeverd était né à Grenoble le 15 février 1731, comman­­dant gén (...)

« comme témoins audit mariage savoir du côté de l’époux, François Reynaud de Villeverd, bri­­ga­­dier d’infan­­te­­rie, lieu­­te­­nant au gou­­ver­­ne­­ment géné­­ral des îles fran­­çaises de l’Amérique sous le Vent, et comman­­dant en cette qua­­lité des dites îles, et Hya­­cinthe Louis vicomte de Choiseuil [sic, barré], bri­­ga­­dier des armées du roi, ancien comman­­dant de la par­­tie du Nord, ins­­pec­­teur géné­­ral des fron­­tières et limites de la colo­­nie, et du côté de l’épouse, mes­­sieurs Charles François Jolly, comman­­dant du quar­­tier de l’A­cul, et Jean-­Pierre François Jolly, ses frères, capi­­taine des dra­­gons chas­­seurs du dit quar­­tier de l’A­cul, les­­quels ont signé avec nous ainsi que l’époux et l’épouse et plu­­sieurs autres parents et amis »13.

13La fré­­quen­­ta­­tion des membres de la grande famille de sa femme va lui per­­mettre de se fami­­lia­­ri­­ser avec la ges­­tion d’une habi­­ta­­tion sucrière, visites, leçons et conseils qu’il n’oubliera pas, comme nous le ver­­rons. Les deux époux mènent d’ailleurs une vie mon­­daine dans l’île : ils assistent aux nom­­breuses céré­­mo­­nies telles que bap­­têmes, mariages et enter­­re­­ments, les nom­­breuses visites que se rendent réci­­pro­­que­­ment les colons sont pour Dufaÿ un moyen d’explo­­rer de l’inté­­rieur les habi­­ta­­tions dont il ne per­­dra pas le sou­­ve­­nir. Son épouse se fait soi­­gner par les dis­­ciples de Mes­mer de pas­­sage au Cap, et ils voyagent à Paris en 1782.

  • 14  AN, D III 358.
  • 15  CAOM, F3 90.

14L’épouse pos­­sé­­dait une sucre­­rie, pote­­rie et caféterie à la Grande Rivière : « J’avais avant la révo­­lu­­tion un revenu consi­­dé­­rable dans une habi­­ta­­tion en sucre­­rie et une caféyère (sou­­li­­gné dans le texte) à Saint-­Domingue, outre un mobi­­lier fort consé­­quent », déclarera-­­t-il en ven­­dé­­miaire an IV, lors de la décla­­ra­­tion de leur for­­tune par les dépu­­tés de la Conven­­tion. Il y insis­­tera à plu­­sieurs reprises. Cette habi­­ta­­tion ne comp­­tait pas moins de 141 esclaves toutes caté­­go­­ries confon­­dues. Elle avait été esti­­mée en 1782 à 778 840 livres et était gre­­vée d’une dette de 352 673 livres. Mais en réa­­lité Louis Pierre et son épouse étaient sépa­­rés de biens, ce qui appa­­raît en toutes lettres dans les actes nota­­riés. Ainsi il n’a jamais, de par son mariage, rien pos­­sédé en propre même s’il s’est cer­­tai­­ne­­ment beau­­coup inté­­ressé à la ges­­tion de l’habi­­ta­­tion, comme le démontre par exemple un docu­­ment inti­­tulé Essai sur le trai­­te­­ment des nègres, recueilli par les colons14 qui n’est rien moins que la trans­­crip­­tion d’un frag­­ment non daté et non signé certes, mais écrit de la main de Dufaÿ d’un docu­­ment beau­­coup plus long, rédigé par Malouet en 1776, inti­­tulé Du trai­­te­­ment et de l’emploi des nègres dans les Colo­­nies et dont l’ori­­gi­­nal se trouve dans la col­­lec­­tion Moreau de Saint Méry15.

  • 16Ibid., NOT SDOM 192.
  • 17  AN, ET/XIX/912.

15Grâce à un acte nota­­rié daté du Cap le 19 novembre 1785, nous appre­­nons que Louis Pierre Dufaÿ était « sur son départ pour France »16. Son épouse, la fille et le mari de celle-­ci, le comte Charles d’Agoult, et nombre de domes­­tiques de cou­­leur iront éga­­le­­ment en France quelques semaines plus tard pour se fixer à Arpaillargues, dans le Gard, d’où était ori­­gi­­naire le comte et où il pos­­sé­­dait des biens. Grâce à un acte de noto­­riété concer­­nant la citoyenne Dufaÿ daté du 18 flo­­réal an IV nous savons que dès 1788 Dufaÿ ne vivait plus avec sa femme dont il disait d’ailleurs être sans nou­­velles17.

  • 18  Registre d’écrou de la Force, Archives de la pré­­fec­­ture de police, AB 321.
  • 19  Cf. A. C. Thibaudeau, Mémoires sur la Conven­­tion et le Direc­­toire, tome 1, Paris, Baudoin Frèr (...)
  • 20  Gabriel Debien, Les colons de Saint-Dominique, Essai sur le Club Massiac (Août 1789-Août 1792), Pa (...)
  • 21  Alphonse Aulard, La société des Jaco­­bins, Paris, 1889, tome 1, 1789‑1790, p. XLVII.

16Mais à Paris, rat­­trapé par la pro­­cé­­dure de rem­­bour­­se­­ment de ses créan­­ciers qui avait traîné en lon­­gueur, Dufaÿ est arrêté puis conduit à la pri­­son de la Force pour dette, où il est écroué le 26 février 1788 à 8 heures du soir18. Il n’y res­­tera qu’un jour, sauvé par un cer­­tain Lehoc qui se porte cau­­tion pour lui19. En 1789, il se trouve tou­­jours à Paris. Le nom Dufay de la Tour figure sous le numéro 129 sur la liste éta­­blie par Gabriel Debien des membres du Club Massiac dans sa thèse Les colons de Saint-­Domingue, Essai sur le Club Massiac (Août ­1789-Août 1792)20. À la fin de cette année il figure sur la liste des Jaco­­bins sous le nom de Dufay de la Tour21 et ne quitta Paris pour Saint-­Domingue qu’à la fin de 1791.

17Dufaÿ va bien­­tôt deve­­nir un intime des commis­­saires natio­­naux civils et spé­­cia­­le­­ment de Sonthonax et Rochambeau qui l’avaient nommé ins­­pec­­teur des fron­­tières entre la France et l’Espagne à Saint-­Domingue : il tou­­chait 24 000 livres – 18 000 livres selon Kuscinski – comme connais­­sant la langue espa­­gnole. Il avait quitté cette place lorsqu’éclata la guerre entre la France et l’Espagne, pour deve­­nir chef du dépôt du greffe du Cap.

Car­­rière poli­­tique

18Mais c’est évi­­dem­­ment en qua­­lité de député – élu par la pro­­vince du Nord de Saint-­Domingue à la Conven­­tion le 22 sep­­tembre 1793 –, que se mani­­feste son impor­­tance. Après un court pas­­sage en pri­­son à Saint-­Lazare à Paris, où les intrigues des colons ont réussi à l’envoyer, il est mis en liberté.

19Comment jus­­ti­­fier et expli­­quer aux conven­­tion­­nels réunis les rai­­sons d’avoir donné la liberté géné­­rale aux esclaves ?

« Vous serez convain­­cus, j’espère, que c’est la force des évé­­ne­­ments qui a amené ensuite, qui a entraîné la grande mesure de liberté dans la par­­tie du Nord, comme le seul port de salut pour conser­­ver la popu­­la­­tion blanche et même les citoyens du 4 avril […] On ne pou­­vait plus espé­­rer de les [les esclaves noirs] faire jamais ren­­trer dans leur devoir […]. Les Espa­­gnols et les Anglais aux­­quels s’était déjà réuni un grand nombre de contre-­révolutionnaires, étaient là tous prêts qui les appe­­laient et leur ten­­daient les bras […]. N’étaient-­ils pas d’une poli­­tique sage et éclai­­rée de créer de nou­­veaux citoyens à la répu­­blique pour les oppo­­ser à nos enne­­mis ? Au reste, si nous devions perdre nos colo­­nies (ce que je suis bien loin de croire ni de craindre), n’était-­il pas plus glo­­rieux d’être justes, et plus rai­­son­­nable de faire tour­­ner cette perte au pro­­fit de l’huma­­nité ? (Applau­­dis­­se­­ments) »

20Dufaÿ amorce ici un argu­­ment sur lequel il va reve­­nir lon­­gue­­ment plus loin, l’impor­­tance des prin­­cipes. En atten­­dant il s’étend sur l’aspect éco­­no­­mique de la mesure :

« Cepen­­dant la pro­­cla­­ma­­tion, en les décla­­rant libres, les assu­­jet­­tit à rési­­dence sur leurs habi­­ta­­tions res­­pec­­tives, et les sou­­met à une dis­­ci­­pline sévère en même temps qu’à un tra­­vail jour­­na­­lier moyen­­nant un salaire déter­­miné ; ils sont en quelque sorte comme atta­­chés à la glèbe […]. Que les habi­­tants de nos villes de commerce soient détrom­­pés ; que les commer­­çants se ras­­surent, se tran­­quillisent : qu’ils sachent que les pro­­prié­­tés ne sont et ne seront point bou­­le­­ver­­sées à Saint-­Domingue […]. Vous ver­­rez que votre colo­­nie de Saint-­Domingue, sera bien plus flo­­ris­­sante, culti­­vée par des mains libres, que votre tré­­sor n’éprou­­vera pas long­­temps de défi­­cit ; que cette nou­­velle colo­­nie pro­­duira plus à la métro­­pole que ci-­devant ; que votre influ­­ence poli­­tique est assu­­rée à Saint-­Domingue, et que bien­­tôt elle domi­­nera sur tout l’archi­­pel mexi­­cain ».

21Et il ajou­­tait :

« Les noirs ont même le germe des ver­­tus : ces ver­­tus leur appar­­tiennent, leurs défauts viennent seuls de nous ; ils sont natu­­rel­­le­­ment doux, cha­­ri­­tables, hos­­pi­­ta­­liers, très sen­­sibles à la piété filiale ; ils aiment la jus­­tice et ont le plus grand respect pour la vieillesse : ces ver­­tus, peuple fran­­çais, les rendent encore plus dignes de toi…. ils sont à Saint-­Domingue au nombre de quatre cent mille à votre dis­­po­­si­­tion, dont il ne tient qu’à vous de faire autant de sol­­dats »

22Mais dans une lettre écrite de Paris le 23 mai 1796 à Laveaux, Dufaÿ lais­­sera entendre clai­­re­­ment qu’il avait déguisé sa véri­­table opi­­nion sur l’armée for­­mée des nou­­veaux libres qui se ran­­geaient sous les dra­­peaux de la Répu­­blique :

  • 22  BN, Ms FR 12102

« Je suis de ton avis sur le besoin d’avoir à Saint-­Domingue une force impo­­sante de troupes euro­­péennes. Si dans le temps j’ai dit qu’on trou­­ve­­rait de grandes res­­sources dans les seules troupes du pays, c’est qu’alors il fal­­lait tenir ce lan­­gage, et j’étais sûr qu’on ne m’en aurait pas don­­nés ; mais dans le par­­ti­­cu­­lier, dans l’inté­­rieur des comi­­tés de gou­­ver­­ne­­ment, je par­­lais confi­­den­­tiel­­le­­ment d’une autre manière : un jour je t’expli­­que­­rai tout cela »22.

  • 23  Nous ren­­voyons au livre de Jean Daniel Piquet, L’éman­­ci­­pa­­tion des Noirs dans la Révo­­lu­­ (...)

23À par­­tir du 16 plu­­viôse an II débute une guerre de plume achar­­née entre les commis­­saires des colons Page, Brulley, Clausson, Deraggis, etc… et les dépu­­tés des trois cou­­leurs, Dufaÿ, Belley et Mills. Mais c’est Dufaÿ qui est leur cible prin­­ci­­pale. Elle est si intense et si longue que nous nous contente­­rons d’en indi­­quer cer­­tains épi­­sodes seule­­ment23. S’il est facile à Dufaÿ de se défendre sur les prin­­cipes, cela l’est beau­­coup moins en ce qui concerne cer­­tains faits concrets. En voici un exemple que nous trou­­vons dans son plai­­doyer non daté mais pos­­té­­rieur au 9 ther­­mi­­dor, inti­­tulé Sur les 22 dépu­­tés et autres connus sous le nom de la Gironde. Il y écrit :

  • 24  S.l., Impri­­merie de Pain, Paris, s.d.

« Il faut que je donne un éclair­­cis­­se­­ment sur quelques mots, non pas pro­­non­­cés à la tri­­bune, mais insé­­rés dans un aver­­tis­­se­­ment, à la tête d’un ouvrage que j’ai publié il y a 18 mois (sou­­li­­gné dans le texte), rela­­ti­­ve­­ment à Saint-­Domingue. Je veux épar­­gner dans le public, aux méchants, de m’en faire un reproche ; et je veux don­­ner une expli­­ca­­tion franche aux gens de bien qu’on aurait pu éga­­rer à ce sujet. Je venais de 2500 lieues…Depuis plus d’un an nous n’avions pas reçu à Saint-­Domingue, un seul des jour­­naux de France, nous étions sans commu­­ni­­ca­­tion aucune, nous ne savions rien de ce qui s’était passé »24.

24On voit que Dufaÿ tente ici de faire croire qu’il n’était pas au cou­­rant de la chute des giron­­dins pour mieux faire comprendre son ral­­lie­­ment aux mon­­ta­­gnards. Mais ceci n’est pas exact, comme le prouve la longue lettre, par­­fai­­te­­ment ren­­sei­­gnée, qu’il adresse le 4 décembre 1793 de New York, à Sonthonax et Polverel qui étaient à Saint-­Domingue et dans laquelle il ne mani­­feste pas une grande compas­­sion sur le sort des dépu­­tés giron­­dins qui étaient pour­­tant leurs amis :

  • 25  AN, D XXV 6.

« Toute la France était lasse, indi­­gnée même de toutes ces dis­­putes, de toutes ces divi­­sions dans le corps légis­­la­­tif, de toutes ces que­­relles par­­ti­­cu­­lières. Tout lan­­guis­­sait, le gou­­ver­­ne­­ment était sans force et sans éner­­gie. La Conven­­tion ne fai­­sait rien ; tout était négligé, on murmu­­rait de tous côtés. La majo­­rité de l’assem­­blée pour mettre fin à cette lutte funeste au salut de la répu­­blique pré­­féra de sacri­­fier 33 indi­­vi­­dus dont on deman­­dait la des­­ti­­tution ou l’expul­­sion, et le 31 mai elle fut pro­­non­­cée. Ainsi suc­­com­­bèrent Brissot et ses amis, ce qui assura le triomphe du parti de Roberspierre et de Danton. On reproche sur­­tout au parti de Brissot, Condorcet, de la Gironde et à leurs amis d’avoir voulu mener et régen­­ter la Conven­­tion natio­­nale. Voilà ce qui les a per­­dus, parce que les autres n’ont pas voulu le souf­­frir. On dit que sitôt après l’expul­­sion de ces trente trois membres les dis­­putes ont cessé et que les tra­­vaux ont repris »25.

25En voici un second dans Un repré­­sen­­tant du peuple calom­­nié à un repré­­sen­­tant du peuple calom­­nia­­teur. Il s’agit de Defrance. Dès qu’il prend à son compte la défense des prin­­cipes, Dufaÿ devient inat­­ta­­quable :

  • 26  S.l., Impri­­merie de Pain, s.d., p. 19.

« qu’ils [les colons] lisent donc une bonne fois la décla­­ra­­tion des droits, qu’ils l’inculquent bien dans leur tête, qu’ils la méditent, et qu’ils jugent si le jour qu’elle a été pro­­cla­­mée n’a pas été celui de l’affran­­chis­­se­­ment des esclaves. Ils connaissent bien peu la Conven­­tion et le peuple fran­­çais sils pensent que la Conven­­tion aurait pu, ou pour­­rait joindre une décla­­ra­­tion d’escla­­vage à une décla­­ra­­tion des droits. Comment dire que les hommes sont libres, et que les hommes ne sont pas libres »26 ?

26Par contre il fait une confu­­sion de date, lui qui a une si bonne mémoire :

« Il m’a entendu, dit-­on, tenir des pro­­pos contre la révo­­lu­­tion dans un dîner, vers la fin de jan­­vier 1792, sur l’habi­­ta­­tion Saint-­Michel, où je n’ai jamais dîné…. c’est que j’étais sur mer, à cette époque à 15 ou 1600 lieues de la table, et je ne suis arrivé à Saint-­Domingue que le 23 ou 24 mars de cette année 1792 ».

27Ce qui est faux. Ou encore il gros­­sit tel­­le­­ment le chiffre des esclaves qu’il aurait pos­­sédés, selon les colons, que cela en devient ridi­­cule pour le lec­­teur et il s’en tire par une pirouette :

  • 27Op. cit., respectivement p. 5 et p. 21.

« Tes colons disent que j’ai eu 600 esclaves, ils mentent. Au reste, que j’en ai eu 600 ou seule­­ment 300, qu’est-­ce que cela fait ? Mais si j’avais 600 esclaves, j’ai donc fait un plus grand sacri­­fice ! J’en ai donc plus de mérite »27 !

28Détail amu­­sant, il pour­­rait dire qu’il n’a jamais pos­­sédé d’esclave, ce qui est vrai puisque c’est sa femme qui les pos­­sé­­dait et qu’ils étaient sépa­­rés de biens, mais appa­­rem­­ment il pré­­fère main­­te­­nir une fic­­tion qui lui donne de l’impor­­tance.

29Ayant été main­­tenu au Corps légis­­la­­tif, comme tous les repré­­sen­­tants des colo­­nies, Dufaÿ sié­­gea au Conseil des Cinq – Cents jusqu’au 1er prai­­rial an VI (20 mai 1798).

30Depuis le 9 bru­­maire an III il avait entre­­pris une car­­rière d’homme d’affaires, ache­­tant d’abord les biens de l’émi­­gré Jacques Marie Duchemin à Montrouge, en col­­la­­bo­­ra­­tion avec Mirdonday, puis deux habi­­ta­­tions à Saint-­Domingue, le 12 ger­­mi­­nal an IV au Petit Saint-­Louis et le 5 flo­­réal an VI au quar­­tier Morin (voir plus loin). Il fera machine arrière pour cette der­­nière car elle lui posait des pro­­blèmes juri­­diques et poli­­tiques et était sans doute dans un état rui­­neux. Il ne pou­­vait pro­­vi­­soi­­re­­ment pas se dépla­­cer à Saint-­Domingue mais les citoyens Mirdonday père, en qua­­lité de géné­­ral, et fils, de lieu­­te­­nant, tous deux atta­­chés à l’état-­major du géné­­ral Rochambeau, son épouse et ses deux filles, par­­ti­­ci­­pèrent à la deuxième mis­­sion de Sonthonax qui allait par­­tir. D’un autre côté d’ailleurs Dufaÿ deman­­dait à Laveaux de lui trans­­mettre des lettres au Petit Saint-­Louis dès prai­­rial an IV, et il lui commu­­nique par la même occa­­sion la lettre qu’il vient d’écrire à Tous­­saint Louverture :

« Je t’envoie, mon cher Laveaux, copie d’une lettre que j’ai écrite au géné­­ral Tous­­saint Louverture. La conduite que je sais qu’il a tenue envers toi, en secondant toutes tes opé­­ra­­tions, lui a conci­­lié toute mon estime. J’ai cru devoir te la commu­­ni­­quer, pour que tu connaisses à fond mes sen­­ti­­ments. Depuis que j’ai quitté Saint-­Domingue, je ne l’ai vu que par ta cor­­res­­pon­­dance, c’est donc par toi et par tes yeux ; si je me suis trompé, c’est de bien bonne foi ; mais j’ai tou­­jours voulu agir dans le même sens et le même esprit que toi, enfin mar­­cher avec toi. »

31Pour­­quoi Dufaÿ a-­­t-il écrit à Tous­­saint Louverture ? C’est qu’il veut le convaincre de l’aider à s’occu­­per de l’habi­­ta­­tion Trémondrie, en échange de quoi il s’occu­­pera des enfants de Toussaint-­Louverture lorsqu’ils seront arri­­vés en France. Voici un extrait de la lettre qu’il lui écrit en ven­­dé­­miaire an V :

  • 28  On voit bien que Dufaÿ, par­­fai­­te­­ment ren­­sei­­gné par Laveaux sur la bigo­­te­­rie de Tous­ (...)

« Le Direc­­toire exé­­cu­­tif de France a pris en votre faveur un arrêté par­­ti­­cu­­lier qui est un titre à jamais inef­­fa­­çable qui consacre votre gloire, vos ser­­vices et en même temps la reconnais­­sance natio­­nale, puisqu’il a déter­­miné que vos enfants seront éle­­vés par la nation et à ses frais (sou­­li­­gné dans le texte). Voyez comme le Gou­­ver­­ne­­ment fran­­çais honore les ver­­tus ! Voyez comme le Ciel pro­­tège, récom­­pense et aime les gens de bien comme vous »28 !

32En outre il n’hésite pas à s’enga­­ger et à pro­­mettre :

« Vos enfants deviennent les miens, mon cher géné­­ral, per­­met­­tez que je les adopte en votre absence, je veille­­rai sur eux et à leur édu­­ca­­tion, comme vous-­même, ils seront peut-­être à 15 ou 16 lieues de Paris, à la belle École natio­­nale de Liancourt. Je quit­­te­­rai mes affaires, mes devoirs même un moment, et j’irai les voir tous les mois. Je convien­­drai avec le Direc­­teur de cette École natio­­nale que je lui écri­­rai toutes les décades et qu’il me don­­nera aussi des nou­­velles de vos enfants toutes les décades, et je vous les ferai pas­­ser »

33C’est un pro­­cédé qui nous semble très géné­­reux, mais nous connais­­sons l’état d’esprit véri­­table de Dufaÿ grâce à la lettre sui­­vante dont voici quelques extraits :

  • 29  CAOM, F2C 13.

« Paris le 12 fri­­maire an 5 de la Répu­­blique Fran­­çaise Une et indi­­vi­­sible [2 décembre 1796].
Dufaÿ repré­­sen­­tant du peuple au Corps légis­­la­­tif au Ministre de la Marine et des Colo­­nies.
Mon cher géné­­ral, il faut que vous veniez sans délai, à mon secours, pour me tirer d’un grand embar­­ras. Voici ce dont il s’agit. […]
Depuis leur séjour à [l’École de] Liancourt, ces enfants m’écri­­vaient tous les jours, ou tous les deux jours, et vou­­laient que j’allasse les retirer, j’ai eu la complai­­sance de répondre exac­­te­­ment à ces mar­­mots, pour les encou­­ra­­ger à la patience, afin d’évi­­ter quelque esca­­pade. J’ima­­gi­­nais que peu à peu ils s’accou­­tu­­me­­raient à la Règle et à la dis­­ci­­pline, et que je les contien­­drais par l’espoir que je leur don­­nais de les pla­­cer à Paris. Eh bien ! géné­­ral, ces petits mutins ont déserté au nombre de 4, les 4 plus grands, les deux fils du géné­­ral Tous­­saint Louverture, et les deux fils du géné­­ral Pier­­rot, et sont arri­­vés à Paris d’hier au soir.
Si nous ne pre­­nons pas un parti vigou­­reux, ces enfants vont se répandre dans Paris, des mal­­veillants vont s’en empa­­rer, bien­­tôt nous ne sau­­rons plus ce qu’ils sont deve­­nus, ils échap­­pe­­ront à toute sur­­veillance ; vous sen­­tez toutes les consé­­quences qui peuvent résul­­ter de cet aban­­don, sans comp­­ter que nous per­­drions des otages pré­­cieux pour nous répondre de la fidé­­lité de quelques hommes qui ont à Saint-­Domingue des comman­­de­­ments impor­­tants. […]
Je crois qu’il fau­­drait don­­ner vous-­même des ordres ou en avoir du ministre de la guerre, un du ministre de la Police géné­­rale, pour les faire arrê­­ter comme déser­­teurs, et reconduire à l’ins­­tant par la gen­­dar­­me­­rie, de bri­­gade en bri­­gade, jusqu’à l’école natio­­nale de Liancourt, où ils seront remis à la dis­­po­­si­­tion du Direc­­teur.
Dufaÿ »29

  • 30  AN, AF III 450, pla­­quette 2658.

34Truguet, le ministre de la Marine et des Colo­­nies, le 23 ger­­mi­­nal an V, écrit un rap­­port au Direc­­toire exé­­cu­­tif, assorti d’un pro­­jet d’arrêté pour faire nom­­mer Dufaÿ, ex-­député au Conseil des Cinq-Cents, en qua­­lité d’Agent mari­­time à la Havane. Mais cette lettre n’est pas prise en consi­­dé­­ra­­tion30.

  • 31Ibid., AF IV 1212.

35Tous­­saint Louverture, qui veut réta­­blir la splen­­deur de Saint-­Domingue qu’il a connue sous l’Ancien Régime, tout comme Dufaÿ d’ailleurs, s’entoure de colons sou­­vent « auto­­no­­mistes », par exemple Borgella. Un divorce s’ins­­talle alors avec la dépu­­ta­­tion de Saint-­Domingue à Paris, domi­­née par Sonthonax, et par voie de consé­­quence avec le Direc­­toire. C’est dans ce contexte que Dufaÿ écrit La vérité sur les colo­­nies, réflexions sur l’état actuel de Saint-­Domingue31, rédigé pro­­ba­­ble­­ment anté­­rieu­­re­­ment, et actua­­lisé en l’an VII, où il pro­­pose les mesures sui­­vantes :

« En géné­­ral il ne faut point faire une guerre de baïon­­nettes, mais une guerre de poli­­tique, d’espion­­nage, de séduc­­tion, mais il faut des forces pour pro­­té­­ger les bons, conte­­nir les méchants, et empê­­cher les désordres, il faut tâcher de faire enle­­ver les chefs ambi­­tieux soit à prix d’argent ou autre­­ment.
On peut aussi tâcher en les flat­­tant et en van­­tant leur cou­­rage, de les employer dans des entre­­prises périlleuses qui pour­­ront tour­­ner au pro­­fit de la Répu­­blique, comme à des expé­­di­­tions dans les îles enne­­mies.
S’ils réus­­sissent c’est l’avan­­tage de la Répu­­blique. S’ils péris­­sent, ils expie­­ront par une mort hono­­rable des crimes que leur ambi­­tion leur a fait commettre envers elle.
Il faut désar­­mer les can­­tons sus­­pects.
Il faut lais­­ser les armes aux can­­tons fidèles mais qu’elles soient dépo­­sées dans le chef lieu, sous la sur­­veillance de commis­­saires du gou­­ver­­ne­­ment, de l’admi­­nis­­tra­­tion muni­­ci­­pale ou chez le comman­­dant de la compa­­gnie mais il faut que ce soit un homme sûr.
Il faut tâcher de prendre des otages, des proches parents, les femmes, les enfants, les vieillards, les tenir sous une bonne sur­­veillance, mais les bien trai­­ter, sur­­tout les femmes, les enfants, les vieillards, on peut se ser­­vir avec suc­­cès de quelques uns d’entre eux comme émis­­saires.
Il faut faire publier par­­tout « Ren­­dez vos armes et vous aurez vos parents, vos femmes, vos enfants et vos bes­­tiaux.
On peut employer avec suc­­cès le res­­sort de la musique et des fêtes. Les noirs sont pas­­sion­­nés pour la musique et la danse, avec un corps de musi­­ciens on est sûr de les sou­­mettre, on pour­­rait même les enchaî­­ner. […]
Le peuple noir en géné­­ral est bon, il est trompé, il est opprimé, il est sub­­ju­­gué ; il faut le faire jouir pai­­si­­ble­­ment de la liberté et du tra­­vail […]
Les blancs sont dans l’abjec­­tion, et sous l’oppres­­sion. Il n’y a de loi que la volonté des mili­­taires igno­­rants et des­­potes. Il n’y a pas d’appel d’une vexa­­tion ni aucun moyen d’en avoir jus­­tice ».

  • 32Ibid., AF III 572, pla­­quette 3893.

36Dufaÿ semble bien s’écar­­ter dan­­ge­­reu­­se­­ment des prin­­cipes, même s’il admet tou­­jours que les noirs sont bons, mais n’est-­ce pas éga­­le­­ment ce que disent les colons dans leur écra­­sante majo­­rité ? Ex-­membre du Corps légis­­la­­tif, il est ensuite nommé à la place d’ins­­pec­­teur de la Poste aux lettres à A­miens le 9 plu­­viôse an VII32. Cette place ne semble pas l’avoir inté­­ressé, et il semble même ne pas l’avoir occu­­pée.

37Dufaÿ demande alors à ses ex-­collègues dépu­­tés de Saint-­Domingue de faire une ten­­ta­­tive d’approche auprès de Sieyès pour obte­­nir le poste d’agent du Direc­­toire exé­­cu­­tif à Saint-­Domingue, comme en témoigne la lettre sui­­vante :

  • 33Ibid., 284 AP13.

« À Paris le 17 fruc­­ti­­dor an 7.
La dépu­­ta­­tion de Saint-­Domingue au citoyen Sieyès, Pré­­sident du Direc­­toire exé­­cu­­tif.
Citoyen pré­­sident,
Quoiqu’il ne soit guères [sic] dans l’ordre de refu­­ser dans une Répu­­blique une place confiée par le gou­­ver­­ne­­ment, sur­­tout lorsqu’elles pré­­sentent quelques dan­­gers, à côté de la gloire et de ser­­vices impor­­tants à lui rendre, le citoyen Fau­­chet néan­­moins vient encore de don­­ner sa démis­­sion de celle d’agent du Direc­­toire à Saint-­Domingue, et nous en sommes vive­­ment affli­­gés.
Mais si cette mis­­sion a quelque chose d’aussi effrayant pour les hommes qui ne connaissent pas le pays, il est donc indis­­pen­­sable de jeter les yeux sur ceux qui, ins­­truits des cir­­constances qui s’y passent, n’ont pas les mêmes craintes, ni les mêmes inquié­­tudes.
Le citoyen Dufaÿ ex-­conventionnel, et député de Saint-­Domingue désire rem­­plir cette mis­­sion.
Le ministre de la Marine a dû le por­­ter sur la liste des can­­di­­dats.
Il est très capable de répondre à la confiance du gou­­ver­­ne­­ment.
Peut-­être qu’un sys­­tème mal entendu a-­­t-il porté le ministre à ne vou­­loir faire choix pour cette place que de citoyens étran­­gers à la Colo­­nie, et en cela c’est une très grande erreur [c’est pour­­tant grâce à cette dis­­po­­si­­tion que Sonthonax et Polverel s’étaient débar­­ras­­sés du pro­­prié­­taire Galbaud avant la ten­­ta­­tive du 20 juin 1793 et l’incen­­die du Cap, or Dufaÿ était lui aussi pro­­prié­­taire dans l’île]. Car où en serions-­nous si nous n’appe­­lions au Direc­­toire que des hommes inconnus à la France et étran­­gers à la Révo­­lu­­tion. Quelle garan­­tie le peuple fran­­çais aurait-­il dans ses pre­­miers magis­­trats, lorsqu’ils doivent au contraire être envi­­ron­­nés de la confiance natio­­nale en arri­­vant à ce poste émi­­nent.
Il en est de même pour Saint-­Domingue s’il est pos­­sible de compa­­rer les petites choses aux grandes.
Les envoyant sans forces il faut bien au moins qu’ils puissent par la confiance qu’ils peuvent ins­­pi­­rer, y avoir des amis en débar­­quant, ou au moins, ne pas paraître y tom­­ber comme des nues, et être entou­­rés d’enne­­mis qui s’en empareront.
Mais sans doute qu’il faut en écar­­ter les hommes à pas­­sions, à ven­­geances, qui exas­­pé­­re­­raient toutes les têtes. Il n’y faut non plus des enne­­mis de la Liberté, ils seraient bien­­tôt ren­­voyés.
Il est cepen­­dant beau­­coup d’autres qui ont servi la révo­­lu­­tion à Saint-­Domingue qui ont toutes les qua­­li­­tés néces­­saires et morales, et qui ont pour avan­­tage unique de connaître le pays.
Le citoyen Dufaÿ a été le défen­­seur des droits des hommes de cou­­leur, de la liberté des noirs, et des pro­­prié­­taires blancs res­­tés fidèles à la Répu­­blique. Il fut, comme député de Saint-­Domingue, celui qui pro­­vo­­qua la loi du 16 plu­­viôse an II.
Ainsi, il offre une garan­­tie cer­­taine qu’il ne peut faire un pas en arrière. Il y serait vu avec plai­­sir.
C’est d’après ces consi­­dé­­ra­­tions, citoyen Pré­­sident, que nous vous pré­­sen­­tons Dufaÿ, pour rem­­pla­­cer Fau­­chet, et cer­­tai­­ne­­ment il ne don­­nera pas sa démis­­sion.
Salut et Fra­­ter­­nité ». Signé Et. Men­­tor, Leborgne, Annecy (de la main de Leborgne)33.

38Dufaÿ a les yeux rivés sur son habi­­ta­­tion de Saint-­Domingue, d’autant que Mirdonday père est mort. Aussi monte-­­t-il un pro­­jet de société, car il n’a tou­­jours pas d’argent, pour exploi­­ter son habi­­ta­­tion.

Un homme d’affaires

  • 34  Lettre datée de ven­­dé­­miaire an V, obli­­geam­­ment signa­­lée par M. Jeremy Popkin, qui se tro (...)

39Trémondrie devient exi­­geant : il veut être payé de son habi­­ta­­tion qui jusqu’alors n’a rien coûté à Dufaÿ… En réa­­lité d’ailleurs, il ne pos­­sède presque rien de cette habi­­ta­­tion car la moi­­tié appar­­tient à sa belle-­sœur et il va vendre le tiers de son autre moi­­tié à son asso­­cié, ce qui lui appor­­tera du bel et bon argent. En rai­­son du fait qu’il ira à Saint-­Domingue avec la sœur de sa belle-­sœur, qu’il épouse (du moins l’affirme-­­t-il), mais aussi de sa grande connais­­sance du milieu dominguois, par rap­­port à son asso­­cié qui n’y connaît rien, Dufaÿ se conduit comme le maître incontesté de l’habi­­ta­­tion. Il écrit d’ailleurs à Tous­­saint Louverture le [blanc] ven­­dé­­miaire an V : « j’en ai l’admi­­nis­­tra­­tion à moi seul pen­­dant dix ans »34 dont il a empo­­ché le tiers de la moi­­tié du prix, une coquette somme comme nous le ver­­rons plus loin. C’est par consé­­quent une excel­­lente opé­­ra­­tion.

40L’acte de vente de Trémondrie nous prouve que, déjà, Dufaÿ avait su faire cet achat à moindre coût. On comprend qu’il a su pro­­fi­­ter des leçons apprises à Saint-­Domingue lors de son pre­­mier séjour au sein de la famille de sa femme.

41Dufaÿ se lan­­çait donc, en se ser­­vant indi­­rec­­te­­ment au moins de sa qua­­lité de conven­­tion­­nel, dans une opé­­ra­­tion immo­­bi­­lière qui met­­tait en cause un membre émi­­nent de la famille Trémondrie, puisqu’il s’agit rien moins que Louis Frédéric Pichon de Premeslé sieur de Trémondrie, au bas de Sainte An­ne, quar­­tier du Petit Saint-­Louis, dépen­­dance du Port-­­de-Paix, qui était pré­­sident de l’Assem­­blée de la Pro­­vince du Nord au début de la Révo­­lu­­tion à Saint-­Domingue. Louis Frédéric Pichon de Premeslé, sieur ou sei­­gneur de Témondrie, était un par­­ti­­san du statu quo colo­­nial, même s’il n’était pas aussi for­­cené sur la ques­­tion de l’auto­­no­­mie, voire de l’indé­­pen­­dance, comme les léopardins de l’assem­­blée colo­­niale de Saint-­Marc, mais, néan­­moins, c’était un de ces colons que Dufaÿ atta­­quait dans ses mani­­fes­­ta­­tions publiques.

42Alors pour­­quoi Dufaÿ s’est-­il tourné vers Trémondrie et son habi­­ta­­tion alors qu’il y avait bien d’autres colons dans la même situa­­tion à Paris ?

  • 35  Voir aussi plus haut NOT SDOM 410, Vente d’habi­­ta­­tion du 2 mai 1785.

43Trémondrie, dans sa décla­­ra­­tion, parle des « héri­­tiers Hubinon », or il est pro­­bable que Dufaÿ les ait connus lorsqu’il venait d’épou­­ser sa pre­­mière femme. En effet, lors du bap­­tême, le 23 avril 1778, de la fille du notaire Filledier, qui s’était sui­­cidé le 30 mars pré­­cé­­dent, « le par­­rain, M. Charles François Jolly, capi­­taine des dra­­gons et habi­­tant de ce quar­­tier (l’A­cul), oncle mater­­nel de la bap­­ti­­sée, avait été repré­­senté dans la céré­­mo­­nie par M. Jean-­Baptiste Hubinon, offi­­cier de milices de ce quar­­tier… »35. Ainsi Dufaÿ n’avait peut-­être pas jeté son dévolu sur l’habi­­ta­­tion de Trémondrie par pur hasard…Voici quelques extraits de l’acte de vente qui nous a paru impor­­tant :

  • 36Liste des habi­­tants de Saint-­Domingue qui, confor­­mé­­ment à la loi du 25 août 1792, rela­­tiv (...)
  • 37  M. C. ET/XXXII/107.

« 12 ger­­mi­­nal an 4
Vente d’une habi­­ta­­tion par le citoyen Trémondrie au citoyen Dufaÿ et à la citoyenne Chanuel
Par devant les notaires à Paris sous­­si­­gnés, furent pré­­sents :
Frédéric Louis Pichon Trémondrie, demeu­­rant ordi­­nai­­re­­ment commune de Godisson, can­­ton de Seez, dépar­­te­­ment de l’Orne, de présent à Paris, logé grande mai­­son de Vauban rue de la Loi no 882, sec­­tion de la Butte des Mou­­lins,
Lequel a… vendu… sous la seule garan­­tie de ses faits et pro­­messes à Louis Pierre Dufaÿ, repré­­sen­­tant du peuple, député au Corps légis­­la­­tif par l’île de Saint-­Domingue, membre du Conseil des 500, demeu­­rant à Paris, rue Basse du Rem­­part no 353, sec­­tion de la place Vendôme et à An­ne Made­­leine Chanuel, fille majeure, demeu­­rant à Paris aussi rue Basse du rem­­part no 353, tous deux à ce présent et accep­­tant, acqué­­reurs cha­­cun par moi­­tié pour eux, leurs héri­­tiers et ayant cause tous les droits de pro­­priété que le citoyen Pichon Trémondrie peut avoir à pré­­tendre à Saint-­Domingue, et notam­­ment son habi­­ta­­tion dite le Lata­­nier, située au Bas de Sainte-­Anne, commune du Petit Saint-­Louis, dépen­­dance du Port-­­de-Paix […].
Le tout compo­­sant une sur­­face de 249 car­­reaux de terre ou envi­­ron […].
Plus les bâti­­ments d’exploi­­ta­­tion et d’habi­­ta­­tion, les meubles manu­­fac­­tu­­riers et meublants, les che­­vaux, mulets, bêtes à cornes, fruits, reve­­nus fabri­­qués depuis le 5 juin 1792, à l’excep­­tion cepen­­dant de ceux qui auraient été embar­­qués pour la France, les États-­Unis ou tout autre endroit jusqu’à ce jour […].
La pré­­sente vente ainsi faite moyen­­nant mille marcs d’argent fin, poin­­çon de Paris, les­­quels seront payables au ven­­deur en 5 termes et paie­­ments égaux d’année en année consé­­cu­­tive à rai­­son de 200 marcs pour chaque paie­­ment, avec les inté­­rêts à 5 % en même matière et au même titre et sans aucun retenu quel­­conque, les­­quels inté­­rêts dimi­­nue­­ront à fur et mesure du rem­­bour­­se­­ment des capi­­taux ; tous les­­quels paie­­ments seront faits à Paris à domi­­cile connu, au citoyen Trémondrie ou à son fondé de pou­­voir ; ce à quoi les acqué­­reurs affectent, obligent et hypo­­thèquent soli­­dai­­re­­ment l’un pour l’autre, un d’eux seul pour le tout sous la renon­­cia­­tion requise aux béné­­fices de droit tous leurs biens meubles et immeubles pré­­sents et à venir ; et en outre sans qu’une obli­­ga­­tion déroge à l’autre, tous les biens compris en la pré­­sente vente et trans­­port y demeurent par pri­­vi­­lège spé­­cial expres­­sé­­ment réser­­vés, affec­­tés, obligé et hypo­­thé­­qués ; et en outre les acqué­­reurs seront tenus de four­­nir à la pre­­mière réqui­­si­­tion du ven­­deur cau­­tion bonne et stable […].
Il est convenu entre les par­­ties que les paie­­ments des capi­­taux seront sus­­pen­­dus pen­­dant toute la durée de la guerre actuelle de la Répu­­blique fran­­çaise avec l’Angleterre ; mais qu’aus­­si­­tôt la publi­­ca­­tion de la paix ou la ces­­sa­­tion d’hos­­ti­­li­­tés notoi­­re­­ment connus, et qui ne pro­­vien­­draient pas d’une simple armis­­tice, trêve, ou sus­­pen­­sion d’armes momen­­ta­­nées, avec cette puis­­sance, ces paie­­ments se feront exac­­te­­ment d’année en année à commen­­cer le pre­­mier paie­­ment un an après la paix ou la ces­­sa­­tion d’hos­­ti­­li­­tés comme il est dit ci-­dessus. […]
Observe le citoyen Trémondrie que par décret de la Conven­­tion natio­­nale du 19 fruc­­ti­­dor an 2 il a obtenu sa radia­­tion de la liste des émi­­grés sur laquelle il avait été porté par erreur dans le dépar­­te­­ment de l’Orne, que ce décret a été envoyé à Saint-­Domingue par le ministre de la Marine et des Colo­­nies, qu’en sa qua­­lité de pro­­prié­­taire dans les colo­­nies, il a sui­­vant la loi fourni exac­­te­­ment ses cer­­ti­­fi­­cats de rési­­dence, mais que ces­­sant dès ce moment d’avoir des pro­­prié­­tés à Saint-­Domingue il fait cette obser­­va­­tion afin que le citoyen Dufaÿ et la citoyenne Chanuel subro­­gés à ses droits prennent à cet égard les moyens qu’ils croiront conve­­nables pour faire connaître leur nou­­velle qua­­lité au bureau des colo­­nies et s’y faire subro­­ger au lieu et place du citoyen Trémondrie lequel au moyen de la pré­­sente vente ne sera plus tenu de pro­­duire aucun cer­­ti­­fi­­cat de rési­­dence comme ne pos­­sé­­dant plus rien à Saint-­Domingue36 […] Fait et passé à Paris en la demeure du citoyen Dufaÿ, l’an 4 de la Répu­­blique Fran­­çaise Une et Indi­­vi­­sible, le 12 ger­­mi­­nal avant midi et ont signé,
Pichon Trémondrie A M Chanuel Neveu Trémondrie Dufaÿ Brocq Tiron »37.

44Le 13 flo­­réal an X (3 mars 1802) voici comment Dufaÿ évoque devant son asso­­cié Sibille (voir plus loin) l’habi­­ta­­tion Trémondrie, ce qui prouve qu’il la connais­­sait bien :

  • 38  CAOM, 8 SUPSDOM 363, Dos­­sier Sibille.

« Ladite habi­­ta­­tion fai­­sait autre­­fois (cer­­tai­­ne­­ment à l’époque où Dufaÿ vivait avec sa femme Catherine Thérèse Jolly) 150 milliers de café par année, et pou­­vait même en faire davan­­tage, puisqu’elle avait 200 000 pieds de café plan­­tés et mis en culture, et une grande quan­­tité de ter­­rain en bois debout où on pou­­vait en plan­­ter encore bien long­­temps, et en grande quan­­tité, de manière à sou­­te­­nir le revenu de l’habi­­ta­­tion tou­­jours au même point, ou même à l’aug­­men­­ter à volonté ; le ter­­rain en bois debout placé à proxi­­mité des éta­­blis­­se­­ments étant tou­­jours d’une grande valeur et d’une grande res­­source. Cette habi­­ta­­tion était des plus belles manu­­fac­­tures de tout Saint-­Domingue et des mieux mon­­tées. Elle avait été esti­­mée 780 000 livres en 1790, et les bâti­­ments d’exploi­­ta­­tion et éta­­blis­­se­­ments qui seuls avaient coûté 500 000 livres n’avaient été por­­tés à leur valeur et au prix qu’ils avaient coûté au fon­­da­­teur »38.

  • 39Ibid., SUPSDOM 220. Godet Dubrois père était conseiller au Conseil supé­­rieur de la Guadeloupe, h (...)

45Nou­­velle opé­­ra­­tion immo­­bi­­lière le 5 flo­­réal an VI. Si Dufaÿ se lance dans cette opé­­ra­­tion c’est aussi, croyons nous, parce que, comme dans le cas de Trémondrie, si ce n’est lui, du moins la famille de sa pre­­mière femme connais­­sait la famille Lamolère : Claire Nicole Lamolère, sans doute la sœur de Jean-­Baptiste Lamolère, dont il est ici ques­­tion, était femme Sans39.

  • 40  M. C. ET/XIX/914.

« Par devant les notaires publics au dépar­­te­­ment de la Seine rési­­dant à Paris sous­­si­­gnés
Fut pré­­sente la citoyenne Made­­leine Godet Dubrois, épouse du citoyen Jean-­Baptiste Lamolère demeu­­rant à Paris, rue Cerutti, mai­­son d’Avranche, divi­­sion du Montblanc, tant en son nom per­­son­­nel que comme fon­­dée de pou­­voir de la pro­­cu­­ra­­tion de son mari… laquelle a par ces pré­­sentes vendu… à Louis Pierre Dufaÿ, repré­­sen­­tant du peuple, demeu­­rant à Paris, rue Basse du rem­­part, divi­­sion de la place Vendôme :
1) la moi­­tié indi­­vise dans l’inté­­gra­­lité d’une habi­­ta­­tion compo­­sée d’envi­­ron 100 car­­reaux de terre, sise à Saint-­Domingue, aujourd’hui can­­ton et ci-­devant quar­­tier Morin, dépar­­te­­ment du Nord, près le Cap […].
2) la moi­­tié des débris et maté­­riaux qui peuvent res­­ter des bâti­­ments qui ser­­vaient à l’exploi­­ta­­tion de ladite habi­­ta­­tion depuis qu’ils ont été incen­­diés et dévas­­tés lors de l’insur­­rec­­tion arri­­vée dans cette colo­­nie.
3) Plus et enfin la moi­­tié de la petite place à vivres atta­­chée à la grande habi­­ta­­tion dont la moi­­tié est ci-­dessus ven­­due. Ainsi que les dites habi­­ta­­tions, place et bâti­­ments se pour­­suivent et comportent sans en rien rete­­nir excep­­ter ni réser­­ver »40.

  • 41  Archives de la Seine, D1 U1, car­­ton 37.

46Mais un fait nou­­veau appa­­raît et cette opé­­ra­­tion se révèle ne pas être aussi inté­­res­­sante que prévu puisque le 27 ther­­mi­­dor an VI, soit quelques mois à peine plus tard, il fait la décla­­ra­­tion sui­­vante devant Antoine Joseph Martin, juge de paix de la divi­­sion de la place Vendôme et offi­­cier de police judi­­ciaire du can­­ton de Paris, dépar­­te­­ment de la Seine41 :

« …le dit citoyen Dufaÿ crut pou­­voir acqué­­rir avec toute sécu­­rité ; il était de bonne foi et par­­fai­­te­­ment en règle ; – Dufaÿ nous livre ici le manuel du par­­fait spé­­cu­­la­­teur dans les colo­­nies en temps de guerre – : il ne s’agis­­sait plus que de faire son mar­­ché, plus ou moins avan­­ta­­geux sui­­vant son inté­­rêt. Il a dû cal­­cu­­ler la dis­­tance de l’Europe à l’Amérique, l’état de trouble de Saint-­Domingue, la des­­truc­­tion de tous les bâti­­ments de manu­­fac­­ture, la dis­­per­­sion des noirs qui étant libres pou­­vaient bien ne pas res­­ter atta­­chés à la même habi­­ta­­tion, la dimi­­nu­­tion, la rareté des culti­­va­­teurs, la dif­­fi­­culté ou l’impos­­si­­bi­­lité de s’en pro­­cu­­rer, enfin toutes les chances de la guerre et du non suc­­cès dans une pareille spé­­cu­­la­­tion. Il a consi­­déré qu’il ne pou­­vait ache­­ter que la terre nue. Les bâti­­ments étant détruits et que si dans la France euro­­péenne vic­­to­­rieuse puis­­sante et intacte, les terres sont à si bas prix à cause de la rareté du numé­­raire, à plus forte rai­­son devaient-­elles être à bon mar­­ché à 1800 lieues dans un pays dévasté depuis 8 ans, envahi par les Anglais sur plu­­sieurs points, agité par la guerre civile et par l’ambi­­tion des divers par­­tis qui s’y dis­­putent l’auto­­rité et sur­­tout dans un pays dont le sol vient d’être aug­­menté des deux tiers par la réunion à la France de la par­­tie espa­­gnole et où il y a un grand nombre de biens natio­­naux qui bien­­tôt seront mis en vente ce qui les réduira à un très bas prix à cause de l’immense quan­­tité, laquelle sera telle qu’on sera obligé sans doute d’en concé­­der gra­­tui­­te­­ment pour favo­­ri­­ser la culture. D’après toutes ces combi­­nai­­sons et ces motifs majeurs le citoyen Dufaÿ ne vou­­lant pas faire une spé­­cu­­la­­tion trop oné­­reuse et rui­­neuse cal­­cu­­lant encore les avances immenses qu’il serait obligé de faire pour réta­­blir l’habi­­ta­­tion, la dif­­fi­­culté de se pro­­cu­­rer des fonds, le haut inté­­rêt de l’argent, enfin les embar­­ras sans nombre dans un éta­­blis­­se­­ment nou­­veau, le citoyen Dufaÿ après plu­­sieurs pour­­par­­lers fort longs a acquis seule­­ment la moi­­tié de l’habi­­ta­­tion de ladite citoyenne Lamolère moyen­­nant 25 400 francs et a affermé l’autre moi­­tié, afin d’être le maître d’ordon­­ner les répa­­ra­­tions et tra­­vaux sans être contra­­rié. Il n’a rien payé comp­­tant, il a acquis à des termes conve­­nus ; l’acte, loin de por­­ter quit­­tance porte obli­­ga­­tion payable à la paix. Le dit citoyen Dufaÿ s’est même sou­­mis à payer les inté­­rêts, enfin l’acte en bonne forme prouve sa bonne foi. Depuis son acqui­­si­­tion le citoyen Dufaÿ, quoiqu’il n’eût rien payé comp­­tant sur le capi­­tal, s’est aperçu qu’il avait fait une fort mau­­vaise spé­­cu­­la­­tion et qu’il ne pour­­rait jamais four­­nir aux dépenses néces­­saires. En consé­­quence il a fait pro­­po­­ser il y a cinq décades par un de ses anciens col­­lègues au Conseil des Anciens et par deux hommes de loi et il a pro­­posé lui-­même par écrit à la dite citoyenne Lamolère de rompre son mar­­ché amia­­ble­­ment, obser­­vant qu’il était trop oné­­reux pour lui et qu’il ne pour­­rait pas le tenir. »

47Mais de nou­­velles dif­­fi­­cultés sur­­viennent, concer­­nant l’habi­­ta­­tion Trémondrie comme nous le montre l’acte sui­­vant, daté du 29 plu­­viôse an VIII :

  • 42  AN, M.C. ET XXXII 107.

« Sont compa­­rus devant les notaires publics du dépar­­te­­ment de la Seine à la rési­­dence de Paris, les citoyens Pichon Trémondrie, Dufaÿ, la citoyenne Chanuel et Brocq… les­­quels ont fait les obser­­va­­tions et conven­­tions qui suivent :
Depuis l’ins­­tant où le citoyen Trémondrie a vendu au citoyen Dufaÿ et à la citoyenne Chanuel son habi­­ta­­tion dite le Lata­­nier sui­­vant le traité du 12 ger­­mi­­nal an 4, dont la minute pré­­cède, les cir­­constances dif­­fi­­ciles ont empê­­ché le citoyen Dufaÿ et la citoyenne Chanuel de pou­­voir ser­­vir les inté­­rêts conve­­nus du prix de ladite habi­­ta­­tion aux époques sti­­pu­­lées par ce traité.
Le citoyen Trémondrie a jusqu’à la fin de nivôse der­­nier retardé de for­­mer aucune demande des inté­­rêts, espé­­rant tou­­jours qu’il lui en serait offert des acomptes.
Mais vic­­time lui-­même des cir­­constances et privé momen­­ta­­nément par la guerre des chouans de tous ses reve­­nus, il s’est enfin vu forcé de faire valoir ses droits pour récla­­mer le paie­­ment de ses inté­­rêts échus et à cet effet il a fait un comman­­de­­ment et éta­­bli des pour­­suites judi­­ciaires tant contre
le citoyen Dufaÿ que contre la citoyenne Chanuel et le citoyen Brocq.
Ces débi­­teurs hon­­nêtes autant tour­­men­­tés du désir de satis­­faire leur enga­­ge­­ment que de la dif­­fi­­culté d’y par­­ve­­nir ont exposé leur embar­­ras au citoyen Trémondrie et lui ont démon­­tré l’impos­­si­­bi­­lité où ils étaient et de pou­­voir en ce moment payer la tota­­lité de l’arriéré et de pou­­voir tant que dure­­rait la guerre ser­­vir les inté­­rêts du prix de la vente tels qu’ils sont sti­­pu­­lés par le traité des autres parts.
Le citoyen Trémondrie a senti la vérité des objec­­tions de ses débi­­teurs et il a voulu leur don­­ner une preuve d’ami­­tié et de sa dis­­po­­si­­tion à les obli­­ger.
En consé­­quence il a été à titre de tran­­sac­­tion amiable fait les conven­­tions qui suivent :
1° série : conven­­tions rela­­tives à l’arriéré
Article 1° : Sur les 100 marcs d’argent fin d’inté­­rêts cal­­cu­­lés du
12 ger­­mi­­nal an 4 au 12 ger­­mi­­nal an 8, il en sera payé comp­­tant et à l’ins­­tant même de la signa­­ture des pré­­sentes, celle de 24 marcs. […]
2° série : Conven­­tions rela­­tives au ser­­vice de l’inté­­rêt des capi­­taux […]
Article 3 : Le citoyen Trémondrie a éga­­le­­ment consenti que pen­­dant la durée de la guerre actuelle de la Répu­­blique fran­­çaise avec l’Angleterre, le ser­­vice des inté­­rêts des 1000 marcs d’argent fin, mon­­tant du prix du traité seront réduits à 18 marcs d’argent fin annuel­­le­­ment et ce à comp­­ter du 12 ger­­mi­­nal pro­­chain et à l’ave­­nir jusqu’à la ces­­sa­­tion de la guerre avec l’Angleterre […] »42.

48C’est pour­­quoi Chanuel et Dufaÿ sont for­­cés de se mettre à la recherche d’un nou­­veau par­­te­­naire riche et compétent. Ainsi la der­­nière spé­­cu­­la­­tion, à notre connais­­sance, de Dufaÿ est la vente d’une par­­tie de l’habi­­ta­­tion Trémondrie à l’archi­­tecte pari­­sien Agnès Séra­­phin Sibille, en date du 13 flo­­réal an X (3 mai 1802), pas­­sée devant Chodron à Paris, dont voici quelques extraits :

  • 43  M.C. ET XV 1147.

« Le citoyen Dufaÿ, comme pro­­prié­­taire de la moi­­tié de la dite habi­­ta­­tion et de tout ce qu’elle contient à vendu…au citoyen Sibille…le tiers complet dans tous ses droits sur ladite habi­­ta­­tion. […] La pré­­sente vente est faite moyen­­nant la somme de 5 000 francs que le citoyen Dufaÿ reconnaît avoir reçue dudit citoyen Sibille en espèces d’argent ayant cours. Les bâti­­ments d’habi­­ta­­tion et d’exploi­­ta­­tion, les trois mou­­lins qui servent à la manu­­fac­­ture, les meubles manu­­fac­­tu­­riers et meu­­blant, les che­­vaux, mulets, bêtes à cornes et aussi les fruits et reve­­nus fabri­­qués à comp­­ter du jour de la pré­­sente vente, les­­quels dès cette époque appar­­tiennent pour sa part au citoyen Sibille… tous objets ne sont point esti­­més et ne sont comp­­tés que pour mémoire vu les désastres et les dévas­­ta­­tions notoires qui ont eu lieu à Saint-­Domingue. Il n’est point fait men­­tion aussi que pour mémoire des 119 culti­­va­­teurs [il n’est plus ques­­tion d’esclaves mais ce qui suit nous montre que leur sta­­tut n’en est point très dif­­fé­­rent] por­­tés dans l’état remis au citoyen Dufaÿ par le citoyen Trémondrie les­­quels culti­­va­­teurs appar­­te­­naient autre­­fois à ladite habi­­ta­­tion, on ne les consi­­dère ici que comme moyen de culture puisque sui­­vant les règle­­ments ils doivent res­­ter et se fixer sur les habi­­ta­­tions aux­­quelles ils étaient atta­­chés. […] Ladite habi­­ta­­tion sera gérée et admi­­nis­­trée en commun et les reve­­nus par­­ta­­gés entre les copro­­prié­­taires Sibille et Dufaÿ sui­­vant leurs por­­tions d’inté­­rêts res­­pec­­tive tant que l’un et l’autre seront réunis à Saint-­Domingue, il sera fait à cet effet un acte de société »43.

49Cette vente est immé­­dia­­te­­ment sui­­vie par l’éta­­blis­­se­­ment de la société qu’il fonde avec le même Sibille le même jour 13 flo­­réal an X (3 mai 1802). Voici comment ils se répar­­tissent les rôles :

  • 44Ibid.

« Le citoyen Dufaÿ sera chargé des écri­­tures, de la cor­­res­­pon­­dance, de la tenue des livres et registres, de la pas­­sa­­tion de tous les mar­­chés d’après les notes et ren­­sei­­gne­­ments qui lui seront four­­nis par le citoyen Sibille, d’en suivre l’exé­­cu­­tion et de faire ren­­trer tous les recou­­vre­­ments, de faire tous les paie­­ments néces­­saires avec les fonds de la société, enfin tout ce qui concerne la comp­­ta­­bi­­lité…Le citoyen Sibille se char­­gera d’enga­­ger pour la société au moyen d’actes par devant notaires, quatre ou six ouvriers méca­­ni­­ciens pour les mou­­lins, char­­pen­­tiers, menui­­siers ou autres pour les trans­­por­­ter à Saint-­Domingue »44.

50Ainsi Dufaÿ se donne-­­t-il le rôle le plus impor­­tant et le moins fati­­gant…

51C’est un moment d’espoir et même d’enthou­­siasme pour les deux hommes, et sur­­tout pour Dufaÿ qui va réa­­li­­ser son rêve, deve­­nir un habi­­tant, ce qu’il n’a pas réussi à faire lors de son pre­­mier mariage. Son pro­­jet est fondé sur l’ana­­lyse du moment poli­­tique :

« Les citoyens Dufaÿ et Sibille sont conve­­nus et s’engagent sur leur hon­­neur de pas­­ser ensemble à Saint-­Domingue le plu­­tôt pos­­sible et au plus tard d’ici à deux ou trois mois…On peut appré­­cier l’impor­­tance de cet enga­­ge­­ment et le dom­­mage qui en résul­­te­­rait s’il n’était promp­­te­­ment exé­­cuté, parce que d’un côté on ris­­que­­rait de perdre la récolte de café de cette année, laquelle commence vers le 15 fruc­­ti­­dor, d’un autre côté l’on man­­que­­rait les entre­­prises les plus avan­­ta­­geuses qui se ren­­contre­­ront sur­­tout dans le commen­­cement et s’offri­­ront à ceux qui arri­­ve­­ront les pre­­miers [sous entendu après la conclu­­sion du traité d’A­miens qui a lieu le 4 ger­­mi­­nal an X (25 mars 1802) et le réta­­blis­­se­­ment de l’escla­­vage le 30 flo­­réal an X (20 mai 1802)] ».

52Mais cet acte doit être complété par un autre sous seing privé fait à Paris le 13 flo­­réal an X (3 mai 1802) passé entre Dufaÿ et Sibille, dans lequel le pre­­mier déclare : « quoiqu’il n’y ait que la somme de 5 000 francs por­­tée dans l’acte, la vérité est que la por­­tion de pro­­priété ven­­due au citoyen Sibille l’a été pour la somme de 48 000 francs. Le citoyen Sibille a payé au citoyen Dufaÿ le sur­­plus de la somme por­­tée dans l’acte de vente, c’est-­­à-dire la somme de 43 000 francs ». La rai­­son de cette manœuvre est de frau­­der le fisc. En effet,

  • 45  CAOM, 8 SUPSDOM 363, Dos­­sier Sibille.

« le citoyen Dufaÿ pro­­met au citoyen Sibille et s’engage vis-­­à-vis de lui, de lui rati­­fier la pré­­sente quit­­tance aus­­si­­tôt qu’ils y (à Saint-­Domingue) seront arri­­vés, afin de lui complé­­ter sa quit­­tance pour la tota­­lité du prix de la vente, décla­­rant que s’ils ne le font pas devant notaire en Europe, ce n’est que pour évi­­ter des frais et des dépenses que leurs facultés actuelles ne leur per­­mettent pas de faire »45.

53Et les deux asso­­ciés ont attendu que l’expé­­di­­tion Leclerc réta­­blisse manu militari le contrôle sur l’île, du moins pouvaient-­ils le sup­­po­­ser, et ils ont même attendu la prise de comman­­de­­ment de Rochambeau, avant de s’embar­­quer au Havre et de débar­­quer au Cap le 1er plu­­viôse an XI (21 jan­­vier 1803).

54Arrivé au Cap, Dufaÿ se trouve confronté à deux dif­­fi­­cultés majeures. D’une part il ne peut sor­­tir de la ville pour se rendre sur son habi­­ta­­tion car les insur­­gés contrôlent l’inté­­rieur du pays. D’autre part il doit faire face à la haine des colons, entre autres Clausson devenu juge, contre les­­quels il a tant bataillé, qui veulent se ven­­ger de son action en faveur de l’abo­­li­­tion de l’escla­­vage et ce mal­­gré l’ancienne ami­­tié de Rochambeau qu’il sup­­plie de l’aider en lui écri­­vant qu’il n’est plus l’homme du 16 plu­­viôse. Mal­­gré des menaces de mort ou de rem­­bar­­que­­ment, ce qui lui ferait perdre tout espoir d’exploi­­ter son habi­­ta­­tion, il par­­vient à res­­ter au Cap et un mois envi­­ron avant la chute de la ville, il s’embarque, accom­­pa­­gné de sa femme, Jeanne Chanuel, et de son asso­­cié Sibille et de quelques-­uns au moins de leurs ouvriers, pour rejoindre l’ancienne par­­tie espa­­gnole de l’île où il réuti­­lise pour le géné­­ral Ferrand les mêmes argu­­ments qu’il a déve­­lop­­pés pour Rochambeau. Mais puisqu’il ne veut plus retour­­ner en France et qu’il veut res­­ter à Saint-­Domingue, il décide alors de retour­­ner au Cap où il arrive quelques jours après l’entrée de Dessalines et ses géné­­raux, à qui il fait allé­­geance au nom de sa conduite anti­­es­­cla­­va­­giste pas­­sée.

  • 46Ibid., SUPSDOM 204.

55C’est alors que nous per­­dons sa trace. Il est pro­­ba­­ble­­ment mort à Saint-­Domingue, mas­­sa­­cré comme les autres blancs (à l’excep­­tion des chi­­rur­­giens et de cer­­tains ouvriers), sans doute en 1804. C’est pro­­ba­­ble­­ment par le réseau des colons, et peut-­être par M. Millot (Louis Emard), ancien pré­­sident de la Chambre de commerce du Cap, que Catherine Thérèse Jolly appren­­dra la mort de Pierre Louis à Saint-­Domingue, sans doute peu de temps avant le 18 février 180546, et qu’elle pren­­dra le titre de veuve, qu’accep­­tera l’admi­­nis­­tra­­tion impé­­riale.

  • 47  Nous ren­­voyons le lec­­teur à l’article très éclai­­rant et très concis de Bernard Gainot, « Mét (...)

56Le lec­­teur res­­tera sans doute sur sa faim tant le per­­son­­nage et la situa­­tion sont complexes47, aussi préparons-­nous une véri­­table bio­­gra­­phie de ce per­­son­­nage pour sor­­tir enfin des sté­­réo­­types.

Haut de page

Notes

1  Auguste Kuscinski, Dic­­tion­­naire des conven­­tion­­nels, Paris, 1916.

2  M. C. ET VI 556.

3  Archives de la Pré­­fec­­ture de police, AB 314.

4  C’est ainsi qu’il se rap­­pelle de la date de son arri­­vée au Cap, le 23 mars 1792 et du nom du navire, le Darcy.

5  C’est éga­­le­­ment ainsi qu’il se rap­­pelle du nom du pro­­cu­­reur de l’habi­­ta­­tion de sa femme à la Grande Rivière, Souton (Décla­­ra­­tion du citoyen Gervais…, AN, D III 358).

6  p. 21.

7  AN, F7 4685, dos­­sier 4.

8  CAOM, État civil de la Grande Rivière à Saint-­Domingue, 85 MIOM 54.

9  AN, F7 4685, dos­­sier 4.

10Ibid., Parc civil du Châtelet, Y 1774.

11Ibid., F7 4685, dos­­sier 4.

12  CAOM, D2C 41.

13  État civil. François Reynaud de Villeverd était né à Grenoble le 15 février 1731, comman­­dant géné­­ral du 10 sep­­tembre 1777, colo­­nel du régi­­ment du Cap et lieu­­te­­nant au gou­­ver­­ne­­ment géné­­ral de Saint-­Domingue du 4 jan­­vier 1780. Quant au vicomte de Choiseul, il était ins­­pec­­teur géné­­ral des fron­­tières par ordre du 13 mai 1776. Il meurt le 14 juin 1790 comman­­dant dans la par­­tie du Nord de Saint-­Domingue.

14  AN, D III 358.

15  CAOM, F3 90.

16Ibid., NOT SDOM 192.

17  AN, ET/XIX/912.

18  Registre d’écrou de la Force, Archives de la pré­­fec­­ture de police, AB 321.

19  Cf. A. C. Thibaudeau, Mémoires sur la Conven­­tion et le Direc­­toire, tome 1, Paris, Baudoin Frères Libraires, 1824, p. 136‑137.

20  Gabriel Debien, Les colons de Saint-Dominique, Essai sur le Club Massiac (Août 1789-Août 1792), Paris, 1953, p. 391.

21  Alphonse Aulard, La société des Jaco­­bins, Paris, 1889, tome 1, 1789‑1790, p. XLVII.

22  BN, Ms FR 12102

23  Nous ren­­voyons au livre de Jean Daniel Piquet, L’éman­­ci­­pa­­tion des Noirs dans la Révo­­lu­­tion fran­­çaise (1789‑1795), Paris, 2002 et au nôtre, l’édi­­tion de la pièce de François Marie Bottu, La liberté géné­­rale ou les colons à Paris, Paris, 2010.

24  S.l., Impri­­merie de Pain, Paris, s.d.

25  AN, D XXV 6.

26  S.l., Impri­­merie de Pain, s.d., p. 19.

27Op. cit., respectivement p. 5 et p. 21.

28  On voit bien que Dufaÿ, par­­fai­­te­­ment ren­­sei­­gné par Laveaux sur la bigo­­te­­rie de Tous­­saint Louverture, le conforte dans ses croyances.

29  CAOM, F2C 13.

30  AN, AF III 450, pla­­quette 2658.

31Ibid., AF IV 1212.

32Ibid., AF III 572, pla­­quette 3893.

33Ibid., 284 AP13.

34  Lettre datée de ven­­dé­­miaire an V, obli­­geam­­ment signa­­lée par M. Jeremy Popkin, qui se trouve à la New York Public Library et photo­­co­­piée par les soins de Mlle Claire Payton.

35  Voir aussi plus haut NOT SDOM 410, Vente d’habi­­ta­­tion du 2 mai 1785.

36Liste des habi­­tants de Saint-­Domingue qui, confor­­mé­­ment à la loi du 25 août 1792, rela­­tive aux biens que pos­­sèdent les émi­­grés dans les colo­­nies, ont fait pas­­ser avant la loi du 20 décembre, au ministre de la Marine, leur cer­­ti­­fi­­cat de rési­­dence dans le ter­­ri­­toire de la Répu­­blique, Paris, 1793. À Paris le 6 février 1793, Louis Frédéric Pichon Trémondrie, paroisse du Petit Saint-­Louis. CAOM, G1 512.

37  M. C. ET/XXXII/107.

38  CAOM, 8 SUPSDOM 363, Dos­­sier Sibille.

39Ibid., SUPSDOM 220. Godet Dubrois père était conseiller au Conseil supé­­rieur de la Guadeloupe, hono­­raire du 8 juillet 1766. Son fils prend la relève à cette date.

40  M. C. ET/XIX/914.

41  Archives de la Seine, D1 U1, car­­ton 37.

42  AN, M.C. ET XXXII 107.

43  M.C. ET XV 1147.

44Ibid.

45  CAOM, 8 SUPSDOM 363, Dos­­sier Sibille.

46Ibid., SUPSDOM 204.

47  Nous ren­­voyons le lec­­teur à l’article très éclai­­rant et très concis de Bernard Gainot, « Métro­­pole / Colo­­nies, pro­­jets consti­­tution­­nels et rap­­ports de forces 1798‑1802 », dans Yves Bénot et Marcel Dorigny (dir.), Réta­­blis­­se­­ment de l’escla­­vage dans les colo­­nies fran­­çaises, aux ori­­gines de Haïti, Paris, 2003, p. 13 sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-­Charles Benzaken, « Louis-­Pierre Dufay, député abo­­li­­tion­­niste et homme d’affaires avisé. Esquisse bio­­gra­­phique », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 61-85.

Référence électronique

Jean-­Charles Benzaken, « Louis-­Pierre Dufay, député abo­­li­­tion­­niste et homme d’affaires avisé. Esquisse bio­­gra­­phique », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 30 juillet 2016. URL : http://ahrf.revues.org/12301 ; DOI : 10.4000/ahrf.12301

Haut de page

Auteur

Jean-­Charles Benzaken

doc­­teur en His­­toire de l’Uni­­ver­­sité de Paris I Panthéon-­Sorbonne
1 rue Pas­­teur
83170 Brignoles
fabienneb83@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org