Navigation – Plan du site
Articles

Des ins­­ti­­tu­­trices répu­­bli­­caines (1793‑1799)1

Republican School Teachers (1793‑1799)
Caroline Fayolle
p. 87-103

Résumés

À par­­tir des pre­­miers décrets sur l’ins­­truc­­tion publique de l’automne 1793, s’est pro­­gres­­si­­ve­­ment orga­­nisé un réseau d’écoles pri­­maires publiques ouvertes aux filles. L’objec­­tif de cet article est d’ana­­ly­­ser les moda­­li­­tés de recru­­te­­ment des ins­­ti­­tu­­trices de ces écoles, ainsi que leurs condi­­tions de vie et de tra­­vail. En s’appuyant notam­­ment sur des rap­­ports d’ins­­pec­­tion, on se pro­­pose aussi d’étu­­dier cer­­taines de leurs pra­­tiques édu­­ca­­tives ainsi que la poli­­ti­­sation de leurs fonc­­tions. On tente enfin de ques­­tion­­ner les pos­­sibles déca­­lages entre les dis­­cours des auto­­ri­­tés sur leur métier et les situa­­tions concrètes vécues au quo­­ti­­dien par les ins­­ti­­tu­­trices répu­­bli­­caines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cet article est la ver­­sion revue d’une inter­­ven­­tion à la jour­­née d’études Femmes et tra­­v (...)
  • 2  À ce sujet voir par exemple : Jean-­Luc Chappey, « Les écoles de la Révo­­lu­­tion : pour en finir (...)
  • 3  Voir par exemple : Dominique Julia, Les trois cou­­leurs du tableau noir. La Révo­­lu­­tion, Paris (...)
  • 4  On peut cepen­­dant citer par exemple : René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, (...)
  • 5  Mineke van Essen, Rebecca Rogers, « Écrire l’his­­toire des ensei­­gnantes. Enjeux et perspec­­tiv (...)

1Une légende noire est par­­fois encore aujourd’hui asso­­ciée à la poli­­tique sco­­laire de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise qui aurait détruit les ins­­ti­­tutions de l’Ancien Régime sans avoir réor­­ga­­nisé un édi­­fice sco­­laire2, et cela mal­­gré les tra­­vaux qui ont remis en cause ce juge­­ment3. Cette légende noire est d’autant plus tenace à pro­­pos de l’édu­­ca­­tion des filles et des ensei­­gnantes de la période révo­­lu­­tion­­naire qu’il existe rela­­ti­­ve­­ment peu d’études à ce sujet4. À ce manque historiographique s’ajoute, comme l’ont sou­­li­­gné Mineke van Essen et Rebecca Rogers, le faible nombre de tra­­vaux fran­­çais, toutes périodes confon­­dues, pro­­po­­sant « un regard sexué sur les tra­­jec­­toires d’ensei­­gnantes »5.

  • 6  Michèle Perrot, Les femmes ou les silences de l’his­­toire, Paris, Flammarion, 1998.
  • 7  Pour cet article, j’ai prin­­ci­­pa­­le­­ment consulté la série F17 des Archives natio­­nales. Les (...)
  • 8  Outre les textes nor­­ma­­tifs sur l’orga­­ni­­sa­­tion de l’ins­­truc­­tion publique, j’ai prin­­ (...)

2Le faible inté­­rêt de l’his­­to­­rio­­gra­­phie révo­­lu­­tion­­naire vis-­­à-vis des ins­­ti­­tu­­trices des écoles pri­­maires publiques s’explique en grande par­­tie par des dif­­fi­­cultés liées aux sources. En effet, les archives rela­­tives aux expé­­riences pro­­fes­­sion­­nelles des ins­­ti­­tu­­trices répu­­bli­­caines sont à la fois rares et très dis­­per­­sées. Le clas­­se­­ment archi­­vis­­tique ne faci­­li­­tant pas cette recherche, il est en effet néces­­saire de gla­­ner des don­­nées éparses, de ras­­sem­­bler des frag­­ments d’infor­­ma­­tion pour sor­­tir les ensei­­gnantes du « silence de l’his­­toire »6. Cela implique de croi­­ser des archives issues de dif­­fé­­rents dépar­­te­­ments et de les trai­­ter de manière qua­­li­­ta­­tive7. Mal­­gré ce carac­­tère frag­­menté, cer­­taines sources per­­mettent d’esquis­­ser des situa­­tions concrètes vécues au quo­­ti­­dien par les ins­­ti­­tu­­trices qui prouvent le fonc­­tion­­ne­­ment des écoles publiques de filles pré­­vues dès les pre­­miers décrets sur l’ins­­truc­­tion publique d’octobre 1793. Cet article s’appuie sur des lois, cir­­cu­­laires et arrê­­tés des admi­­nis­­tra­­tions, des lettres et pétitions d’ensei­­gnantes, des cer­­ti­­fi­­cats de leur civisme et de leurs bonnes mœurs, des dos­­siers de paie­­ment mais aussi des rap­­ports de visite des écoles par les auto­­ri­­tés
locales et des procès-­verbaux de séances de jurys d’ins­­truc­­tion publique8.

  • 9  Mary Wollstonecraft (1759‑1797) est une figure du radi­­ca­­lisme anglais. Venue à Paris lors des (...)
  • 10  Mary Wollstonecraft, Marie et Caroline ; ou les entre­­tiens d’une ins­­ti­­tu­­trice avec ses élè (...)

3Dans son manuel Marie et Caroline ; ou les entre­­tiens d’une ins­­ti­­tu­­trice avec ses élèves paru en l’an VII (1799), Mary Wollstonecraft9 pré­­sente la pro­­fes­­sion d’ensei­­gnante comme un moyen pour les femmes de vivre seules et d’accé­­der à une forme d’auto­­no­­mie, à la fois intel­­lec­­tuelle et finan­­cière10. En ten­­tant de déce­­ler les pos­­sibles déca­­lages entre les dis­­cours des auto­­ri­­tés et les écrits des ins­­ti­­tu­­trices, on se demandera si cette vision éman­­ci­­pa­­trice de la pro­­fes­­sion cor­­res­­pond aux expé­­riences des ensei­­gnantes publiques de la Révo­­lu­­tion. Après avoir abordé dans un pre­­mier temps les moda­­li­­tés de recru­­te­­ment des ins­­ti­­tu­­trices, on s’inté­­res­­sera à leurs salaires. Enfin, on se concen­­trera sur des aspects de leur quo­­ti­­dien pro­­fes­­sion­­nel : leurs condi­­tions de tra­­vail, la sur­­veillance dont elles sont l’objet par les auto­­ri­­tés locales et leurs pra­­tiques édu­­ca­­tives.

Les moda­­li­­tés de recru­­te­­ment des ins­­ti­­tu­­trices.

  • 11  René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., p. 194.
  • 12  Décret du 7 bru­­maire an II, article XII et XXII. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’in (...)
  • 13Ibid., article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit.(...)
  • 14  Loi du 29 fri­­maire an II, sec­­tion I, article I et III. James Guillaume, Procès-­verbaux du Com (...)
  • 15  Dominique Julia, Les trois cou­­leurs du tableau noir, op. cit., p. 11.
  • 16  AN, F17 1361.
  • 17  Raymonde Mon­nier, « Ins­­truc­­tion et édu­­ca­­tion, 1789‑1897 », dans Dominique Julia, (dir.), (...)
  • 18  AM Marseille, 6R 55. Le réper­­toire daté de l’an II des ins­­ti­­tu­­teurs et des ins­­ti­­tu­­tr (...)

4En bru­­maire an II (octobre 1793) sont votés les pre­­miers décrets de la période révo­­lu­­tion­­naire rela­­tifs à l’ins­­truc­­tion publique qui orga­­nisent à l’échelle natio­­nale des écoles pri­­maires pour les filles et les gar­­çons. Comme le sou­­ligne René Grevet, en ins­­cri­­vant le terme d’ins­­ti­­tu­­trice dans sa légis­­la­­tion, « la Révo­­lu­­tion tenta de pro­­mou­­voir la pro­­fes­­sion d’ins­­ti­­tu­­trice laïque et publique »11. Les reli­­gieux, s’ils avaient été durant les pre­­mières années de la Révo­­lu­­tion employés dans des éta­­blis­­se­­ments sou­­te­­nus par les pou­­voirs publics à la condi­­tion d’avoir prêté ser­­ment à la consti­­tution, sont, au même titre que les nobles, écar­­tés des places d’ins­­ti­­tu­­teurs et d’ins­­ti­­tu­­trices12. Pour renou­­ve­­ler le per­­son­­nel ensei­­gnant, les décrets orga­­nisent un sys­­tème de recru­­te­­ment. Pour cela, ils décident la mise en place d’une commis­­sion « compo­­sée d’hommes éclai­­rés et recom­­man­­dables par leur patrio­­tisme et leurs bonnes mœurs » qui aurait notam­­ment pour fonc­­tion d’exa­­mi­­ner publi­­que­­ment les can­­di­­dats aux postes d’ins­­ti­­tu­­trice et d’ins­­ti­­tu­­teur13. Cette commis­­sion, après avoir inter­­rogé les can­­di­­dats sur leurs connais­­sances, leurs apti­­tudes à ensei­­gner, leurs mœurs et leur patrio­­tisme (article 14), consti­­tue une liste des ins­­ti­­tu­­trices et ins­­ti­­tu­­teurs « éli­­gibles », qui est envoyée et affi­­chée dans tous les arron­­dis­­se­­ments (art. 15). Au décadi sui­­vant, « les pères de familles, les veuves mères de famille et les tuteurs se ras­­semblent pour nom­­mer l’ins­­ti­­tu­­teur parmi les éli­­gibles » (art. 16). Cepen­­dant, deux mois plus tard, la loi Bouquier du 29 fri­­maire an II (19 décembre 1793) remet en cause cette orga­­ni­­sa­­tion de la sélec­­tion puisque désor­­mais toutes les citoyennes et tous les citoyens ont le droit d’ensei­­gner à la condi­­tion de décla­­rer à leur muni­­ci­­pa­­lité ou leur sec­­tion leur inten­­tion d’ouvrir une école, de pré­­ci­­ser le contenu de leur ensei­­gne­­ment et de pro­­duire un cer­­ti­­fi­­cat de civisme et de bonnes mœurs14. Comme le sou­­ligne Dominique Julia, ce carac­­tère libé­­ral du recru­­te­­ment s’explique notam­­ment par l’idée, dif­­fu­­sée dans les milieux sans-­culottes, que « le peuple révo­­lu­­tion­­naire tout entier est devenu son propre ins­­ti­­tu­­teur »15. Les mesures pré­­vues par le décret furent appli­­quées, au moins dans les quarante-­huit sec­­tions pari­­siennes16, où les femmes repré­­sentent à la fin de l’an II 60 % du per­­son­­nel ensei­­gnant17, et à Marseille où elles consti­­tuent près de la moi­­tié des ins­­ti­­tu­­teurs publics18.

  • 19  La loi du 3 bru­­maire an IV conser­­vera ce sys­­tème de recru­­te­­ment. Selon cette loi, les ca (...)

5Le sys­­tème de recru­­te­­ment est réor­­ga­­nisé par la loi du 27 bru­­maire an III (17 novembre 1794) qui pré­­voit la mise en place des jurys d’ins­­truc­­tion publique19. Comme le note l’article 1er du cha­­pitre 2 :

  • 20  Décret du 27 bru­­maire an III, cha­­pitre II, article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comi (...)

« Les ins­­ti­­tu­­teurs et les ins­­ti­­tu­­trices sont nom­­més par le peuple : néan­­moins pen­­dant la durée du gou­­ver­­ne­­ment révo­­lu­­tion­­naire, ils seront exa­­mi­­nés, élus et sur­­veillés par un jury d’ins­­truc­­tion composé de trois membres dési­­gnés par l’admi­­nis­­tra­­tion du dis­­trict, et pris hors de son sein parmi les pères de famille »20.

6Ces jurys d’ins­­truc­­tion publique orga­­nisent loca­­le­­ment des concours pour le recru­­te­­ment. Si plu­­sieurs jurys se plaignent du faible nombre de femmes qui se pré­­sentent à l’exa­­men, le concours est pour­­tant ouvert expli­­ci­­te­­ment aux deux sexes. Ainsi, sur un imprimé affi­­ché du dis­­trict de Montargis (Loiret), on peut lire :

  • 21  AN, F17 1344 35, dos­­sier 3. Orga­­ni­­sa­­tion des écoles pri­­maires. Dépar­­te­­ment du Loiret (...)

« Tous les citoyens et citoyennes indis­­tinc­­te­­ment, sont appe­­lés au concours […]. Les pré­­ten­­dants seront exa­­mi­­nés prin­­ci­­pa­­le­­ment sur les points sui­­vants ; savoir : les élé­­ments de la langue fran­­çaise ; les prin­­cipes de la lec­­ture et de l’écri­­ture ; l’arith­­mé­­tique ; et la morale répu­­bli­­caine »21.

  • 22Ibid., F17 1360, Procès-­verbal du jury d’ins­­truc­­tion publique de Pithi­­viers, pour l’exa­­me (...)
  • 23  Décret du 27 bru­­maire an III, cha­­pitre III, article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Com (...)
  • 24Ibid., cha­­pitre III, article III.

7Pour sai­­sir les moda­­li­­tés pré­­cises de cet exa­­men, les procès-­verbaux de jurys d’ins­­truc­­tion publique consti­­tuent des sources pré­­cieuses. Par exemple, le procès-­verbal de la séance du 1er nivôse an III (21 décembre 1794) du jury d’ins­­truc­­tion du dis­­trict de Pithi­­viers (Loiret), pré­­cise les per­­son­­na­­li­­tés publiques pré­­sentes au concours (à savoir le pré­­sident du jury, les juges de paix, des repré­­sen­­tants de l’admi­­nis­­tra­­tion du dis­­trict, de la muni­­ci­­pa­­lité, du tri­­bu­­nal civil, du bureau de conci­­lia­­tion et enfin du Comité de sur­­veillance) et le dérou­­le­­ment très solen­­nel de l’exa­­men. Devant une « réunion nom­­breuse de per­­sonnes des deux sexes », est tout d’abord lue la loi du 27 bru­­maire an III. Des dis­­cours sont ensuite pro­­non­­cés par les membres du jury. Puis les can­­di­­dats subissent des épreuves de lec­­ture, d’écri­­ture et de cal­­cul. Enfin, ils pré­­sentent leur « cer­­ti­­fi­­cat de civisme et une attes­­ta­­tion de bonne vie et mœurs, signée de quatre pères ou mères de famille »22. Selon la loi, « les nomi­­na­­tions des ins­­ti­­tu­­teurs et des ins­­ti­­tu­­trices élus par le jury d’ins­­truc­­tion, [devaient ensuite être] sou­­mises à l’admi­­nis­­tra­­tion du dis­­trict »23. Le pas­­sage du concours ne signi­­fie pas pour autant la fin du pro­­ces­­sus de recru­­te­­ment. En cas de désac­­cord entre l’admi­­nis­­tra­­tion et le jury, le Comité d’ins­­truc­­tion publique devait alors tran­­cher24.

  • 25  La compa­­rai­­son entre les ins­­ti­­tu­­trices et les mères est pré­­sente par exemple dans la C (...)
  • 26  Jennifer Heuer, An­ne Ver­­jus, « Les mères de la patrie révo­­lu­­tion­­naire : entre repré­­sen­ (...)
  • 27  AN, F17 1361. Cer­­ti­­fi­­cat pour la citoyenne Jeanne Joigny épouse du citoyen Briet, no 877, 18 (...)
  • 28  AM Marseille, 6R 46. Procès-­verbal du jury d’ins­­truc­­tion publique de Marseille,
    27 ger­­mi­­n (...)

8Les cer­­ti­­fi­­cats témoignent de l’impor­­tance de la mora­­lité fami­­liale. En effet, alors que le céli­­bat est jugé contraire aux inté­­rêts de la société nou­­velle, le mariage et le fait d’avoir des enfants sont encou­­ra­­gés, car cen­­sés attester des bonnes mœurs répu­­bli­­caines. La pro­­fes­­sion d’ins­­ti­­tu­­trice a d’ailleurs pu être consi­­dé­­rée comme un pro­­lon­­ge­­ment du rôle péda­­go­­gique des mères25, conçues à l’époque révo­­lu­­tion­­naire comme les pre­­mières ins­­ti­­tu­­trices des hommes et les ins­­pi­­ra­­trices des valeurs répu­­bli­­caines26. Dans les cer­­ti­­fi­­cats, les mœurs sont asso­­ciées à l’attes­­ta­­tion de patrio­­tisme. On peut ainsi lire sur celui de la citoyenne Jeanne Joigny, épouse du citoyen Briet, domi­­ci­­liée à Paris : « Cer­­ti­­fions qu’elle est mère de famille et qu’elle a tou­­jours mani­­festé les sen­­ti­­ments les plus purs pour les prin­­cipes de notre révo­­lu­­tion fran­­çaise et que nous connais­­sons qu’elle y est for­­te­­ment atta­­chée »27. Cepen­­dant, il arrive que le cer­­ti­­fi­­cat de bonnes mœurs ne consti­­tue pas une cau­­tion morale suf­­fi­­sante. Le jury mar­­seillais exa­­mi­­nant le cas de la citoyenne Estienne Veuve Re­y la juge inapte au rôle d’ins­­ti­­tu­­trice car il estime que « sa répu­­ta­­tion […] n’est pas satis­­faisante ». Il ajoute pour pré­­ci­­ser sa pen­­sée : « l’on dit qu’elle vaque d’un domi­­cile à un autre »28.

  • 29  Nous dis­­po­­sons de 7 docu­­ments de ce type.

9Pas­­sant outre le sys­­tème de recru­­te­­ment, des femmes envoient des lettres et pétitions au Comité d’ins­­truc­­tion publique ou à l’Assem­­blée natio­­nale pour récla­­mer des places d’ins­­ti­­tu­­trice29. Pour appuyer leurs demandes, plu­­sieurs stra­­té­­gies sont uti­­li­­sées. La citoyenne Laroche, habi­­tant Paris, motive sa requête en insis­­tant sur ses dif­­fi­­cultés finan­­cières :

  • 30  AN, F17 1215. Dos­­sier 4. Lettre de la citoyenne Laroche adres­­sée au Citoyen Bar­­ras, membre d (...)

« Je n’ai pas trouvé à m’occu­­per, j’ai été obli­­gée de gagner ma vie en ven­­dant des mar­­chan­­dises qu’on me confiait, mais depuis quelques mois j’ai perdu ce qui me res­­tait, et n’ai plus rien, que mes faibles talents, que j’espère on pren­­dra en consi­­dé­­ra­­tion, en m’employant au ser­­vice de la Répu­­blique »30.

10La citoyenne Tallard, domi­­ci­­liée à Paris, pro­­po­­sant de venir se pré­­sen­­ter devant les membres du Comité d’ins­­truc­­tion publique, choi­­sit quant à elle de mettre en avant des qua­­li­­tés « fémi­­nines », cen­­sées être néces­­saires pour rem­­plir le rôle d’ins­­ti­­tu­­trice. Par­­lant d’elle à la troi­­sième per­­sonne, elle affirme :

  • 31Ibid., F17 1353. Pétition de la citoyenne Tallard aux repré­­sen­­tants du peuple compo­­sant le C (...)

« Elle ne van­­tera pas ses talents, elle se bor­­nera à faire obser­­ver que l’ami­­tié qu’elle a natu­­rel­­le­­ment pour les enfants, que sa dou­­ceur reconnue et sur­­tout sa patience, peuvent convaincre les membres du comité que le choix qu’ils feront d’elle répon­­dra aux inten­­tions bien­­fai­­santes de la Conven­­tion natio­­nale pour les qua­­li­­tés néces­­saires à l’édu­­ca­­tion des enfants de la pre­­mière classe »31.

11Loin de pré­­sen­­ter sa requête comme une doléance, la citoyenne Col­lin estime qu’une place d’ins­­ti­­tu­­trice serait une récom­­pense légi­­time pour les sacri­­fices et les risques qu’elle a pris pour la Répu­­blique en tant que femme sol­­date :

  • 32Ibid., ­DXXXVIII-2‑18. Pièce 8361. Lettre de la Citoyenne Col­lin, du dis­­trict d’Issoudun, adres (...)

« J’ai été for­­cée d’aban­­don­­ner mon [emploi] puisque la loi s’oppose for­­mel­­lement que les femmes servent la répu­­blique. […]. Ce qui m’a fait de la peine car j’aurais combattu jusqu’au der­­nier moment de ma vie mais je reçus des coups de sabres au bras et je n’ai jamais [rien] demandé à la répu­­blique. Main­­te­­nant je réclame pour être ins­­ti­­tu­­trice »32.

  • 33  Elke Harten, Hans-­Christian Harten, Femmes, culture et Révo­­lu­­tion, op. cit., p. 97‑98.
  • 34  René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., p. 195.
  • 35  Martine Son­­net, L’édu­­ca­­tion des filles au temps des Lumières, Paris, Les édi­­tions du Cerf, (...)
  • 36  AN, F17 1344 35. Dos­­sier 3. Lettre à Lakanal des admi­­nis­­tra­­teurs du direc­­toire du dis­­t (...)
  • 37Ibid., Lettre à Lakanal des admi­­nis­­tra­­teurs du dis­­trict de Montmarault (Allier), an III.
  • 38  Jean-­Clément Martin, La révolte bri­­sée, Femmes dans la Révo­­lu­­tion fran­­çaise et l’Empire, (...)
  • 39  AN, D ­XXXXVIII-2‑18. Pièce 3570. Lettre du maire de la commune de Meilhan (Lot-­­et-Garonne) au C (...)
  • 40  AM Marseille, 6R 46. Procès-­verbaux des séances du jury d’ins­­truc­­tion publique éta­­bli à Mar (...)
  • 41  Cité dans René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., p. 208. C’est moi q (...)

12Mal­­gré l’inté­­rêt qu’a pu sus­­ci­­ter cet emploi chez des femmes du peuple, les auto­­ri­­tés, tout par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment celles des zones rurales, évoquent leurs grandes dif­­fi­­cultés à recru­­ter des ins­­ti­­tu­­trices33. Le nombre des ins­­ti­­tu­­trices reste d’ailleurs lar­­ge­­ment infé­­rieur à celui des ins­­ti­­tu­­teurs pen­­dant l’ensemble de la période étu­­diée34. La volonté de rup­­ture révo­­lu­­tion­­naire avec l’ensei­­gne­­ment des reli­­gieuses, qui se char­­geaient majo­­ri­­tai­­re­­ment de l’édu­­ca­­tion des filles sous l’Ancien Régime35, res­treint en effet le choix de femmes dis­­po­­sant des savoirs élé­­men­­taires. Les admi­­nis­­tra­­teurs du dis­­trict de Neuville (Loiret) déclarent : « La plu­­part des femmes de la cam­­pagne sachant à peine lire, nous ne croyons pas qu’il soit pos­­sible de trou­­ver des ins­­ti­­tu­­trices pour être pla­­cées dans les communes où il en manque »36. De même, les admi­­nis­­tra­­teurs du dis­­trict de Montmarault (Allier) affirment qu’il n’existe aucune ins­­ti­­tu­­trice en fonc­­tion car ils n’ont pu trou­­ver des per­­sonnes réunis­­sant les qua­­li­­tés de mora­­lité, civisme et ins­­truc­­tion37. Ces pro­­blèmes de recru­­te­­ment s’accen­­tuent après l’an III, une fois passé le mili­­tan­­tisme de 1793 qui avait conduit des femmes à entrer dans cette pro­­fes­­sion pour expri­­mer leur patrio­­tisme38. Pour pal­­lier le manque d’ins­­ti­­tu­­trices, le maire de Meilhan (Lot-­­et-Garonne) par exemple demande aux auto­­ri­­tés cen­­trales s’il est pos­­sible de confier les petites filles à des ins­­ti­­tu­­teurs et donc de tolé­­rer la mixité dans les classes, pour­­tant inter­­dite par la loi de bru­­maire an III39. Le jury d’ins­­truc­­tion de Marseille, quant à lui, revoit à la baisse ses attentes en termes de savoir pour les can­­di­­dates. Alors qu’il se féli­­cite des qua­­li­­tés intel­­lec­­tuelles des can­­di­­dats mas­­cu­­lins, il jus­­ti­­fie dans son procès-­verbal du 27 ger­­mi­­nal an IV (16 avril 1796) le recru­­te­­ment de la citoyenne Mar­­gue­­rite Manché par son excellent manie­­ment de l’aiguille40. Le jury qui exa­­mine Jeanne Denise Buffard, ins­­ti­­tu­­trice à La Chapelle-­Volans (Franche-­Comté), semble lui aussi avoir moins d’exi­­gence pour les femmes puisqu’il estime qu’elle « écrit pas­­sa­­ble­­ment pour une femme »41. Les dif­­fi­­cultés pour sélec­­tion­­ner des ensei­­gnantes compé­­tentes n’abou­­tissent pas à la mise en place d’un sys­­tème de for­­ma­­tion pérenne. Le carac­­tère éphé­­mère des écoles nor­­males de l’an III ne laisse en effet aux nou­­velles recrues qu’une solu­­tion : celle d’apprendre sur le ter­­rain.

Des salaires insuf­­fi­­sants et infé­­rieurs à ceux des hommes.

13Sur une affiche rela­­tive aux écoles pri­­maires, un jury d’ins­­truc­­tion publique du dis­­trict de Montargis dans le Loiret déclare en l’an III, à pro­­pos des ins­­ti­­tu­­teurs et des ins­­ti­­tu­­trices :

  • 42  AN, F17 1344 35. Dos­­sier 3. Orga­­ni­­sa­­tion des écoles pri­­maires. Dépar­­te­­ment du Loiret (...)

« Dans un régime qui n’a pour objet que de rendre à toutes les ver­­tus leur éclat, le plus haut degré d’estime et de consi­­dé­­ra­­tion, entou­­rera tou­­jours les citoyens qui déve­­lop­­pe­­ront, au pro­­fit de la patrie, les richesses morales de la géné­­ra­­tion future »42.

  • 43  Loi du 29 fri­­maire an II, sec­­tion III, article IV. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité (...)
  • 44  Nous avons ras­­sem­­blé 30 lettres et pétitions d’ins­­ti­­tu­­trices trai­­tant de ce thème.
  • 45  Voir le tableau « Les ins­­ti­­tu­­teurs et les ins­­ti­­tu­­trices de l’an III face au coût de la (...)
  • 46  AM Marseille, 6R 41. Lettre de la citoyenne Méneaud aux citoyens compo­­sant le corps muni­­ci­­pa (...)
  • 47  AN, F17 1360.
  • 48  AN, F17 1361. Sec­­tion des Lom­­bards à Paris. Cor­­res­­pon­­dance du Comité de bien­­fai­­sance (...)
  • 49  AN, F17 1353. Pétition à la Conven­­tion natio­­nale sur les écoles pri­­maires des sec­­tions de (...)

14À l’image de ce texte, les dis­­cours des auto­­ri­­tés révo­­lu­­tion­­naires affirment la consi­­dé­­ra­­tion des pou­­voirs publics envers les ensei­­gnants. Pour­­tant, ces décla­­ra­­tions contrastent avec les moyens finan­­ciers déployés pour assu­­rer la rému­­né­­ra­­tion des ins­­ti­­tu­­teurs et des institutrices publics. Si les pre­­miers des décrets de l’an II pré­­voient que le salaire des ensei­­gnants sera fixe, la loi Bouquier ins­­taure un mode de rému­­né­­ra­­tion au pro­­rata du nombre d’élèves et éta­­blit que les ins­­ti­­tu­­trices reçoivent, à tra­­vail égal, un salaire infé­­rieur à celui des ins­­ti­­tu­­teurs. La rétri­­bu­­tion des ins­­ti­­tu­­trices, qui s’effec­­tue par tri­­mestre, est en effet de 15 livres par élève contre
20 livres pour les ins­­ti­­tu­­teurs43. Nous dis­­po­­sons de lettres et pétitions attes­­tant des très grandes dif­­fi­­cultés finan­­cières des ins­­ti­­tu­­teurs, et a for­­tiori des ins­­ti­­tu­­trices, de l’an II44. Certes, on peut objec­­ter que ces docu­­ments sont orien­­tés dans le sens où les ensei­­gnantes ont inté­­rêt à dépeindre des situa­­tions de misère pour moti­­ver leur demande d’aug­­men­­ta­­tion. Cepen­­dant, la récur­­rence de ce type de récla­­ma­­tion et la confron­­ta­­tion des salaires avec les prix des loyers et des den­­rées de base démontre un pro­­blème cer­­tain45, que les auto­­ri­­tés ne contestent d’ailleurs pas. Ainsi, dans une lettre adres­­sée aux auto­­ri­­tés muni­­ci­­pales de Marseille le 16 prai­­rial an II (4 juin 1794), la citoyenne Méneaud démontre en quoi le salaire fixé pour les ins­­ti­­tu­­trices pou­­vait dif­­fi­­ci­­le­­ment suf­­fire pour vivre. Affir­­mant qu’elle est réduite à « n’avoir que des her­­bages pour toute nour­­ri­­ture », elle explique : « La conven­­tion natio­­nale a fixé le salaire des ins­­ti­­tu­­trices à 15 livres par an pour chaque élève ce qui est 1 livre et 5 sols par mois. Avec un prix si modique il est impos­­sible de pou­­voir sub­­sis­­ter à moins d’avoir cent écolières ». Or, elle estime que, pour des rai­­sons pra­­tiques et péda­­go­­giques, il est impos­­sible de faire classe à plus de cin­­quante élèves. Mais avec ce nombre d’élèves, qui équi­­vaut à obte­­nir 62 livres et 10 sols, il reste pour vivre, une fois ôté le loyer, 47 livres, soit 1 livre et 11 sols par jour. Elle en conclut : « Vous voyez que cela ne peut pas suf­­fire à nour­­rir, entre­­te­­nir et éle­­ver ses enfants qui sont au nombre de trois ». La citoyenne Méneaud demande donc que la Conven­­tion aug­­mente le salaire des ins­­ti­­tu­­trices au moins à 30 livres par année pour chaque élève (soit 1500 livres par an ou 4 livres par jour), « car il est impos­­sible de sub­­sis­­ter à moins »46. Le paie­­ment selon le nombre d’élèves, qui abou­­tit à des situa­­tions éco­­no­­miques par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment dif­­fi­­ciles pour les ins­­ti­­tu­­trices des zones rurales, pose aussi pro­­blème pour la majo­­rité des ensei­­gnantes des grandes villes. Si on s’appuie sur les dos­­siers de paie­­ment compor­­tant le nombre d’élèves qu’ont four­­nis les 115 ins­­ti­­tu­­trices pari­­siennes réper­­to­­riées, on remarque que seule­­ment 7 d’entre elles ont plus de 100 élèves. 48 d’entre elles ont moins de 50 élèves et gagnent donc moins de 62 livres par an, ce qui est une rému­­né­­ra­­tion très faible47. Le Comité de bien­­fai­­sance de la sec­­tion des Lom­­bards, qui a pour­­tant fonc­­tion de s’occu­­per des indi­­gents, se voit d’ailleurs obligé d’avan­­cer les sommes dues aux ensei­­gnants des écoles publiques48. La répé­­tition de ces situa­­tions conduit les sec­­tions de Paris à rédi­­ger une pétition à la Conven­­tion natio­­nale en fruc­­ti­­dor an II (août 1794) exi­­geant que le trai­­te­­ment des ins­­ti­­tu­­teurs et ins­­ti­­tu­­trices « soit aug­­menté, et soit porté à une somme déter­­mi­­née, quelque soit le nombre d’élèves » afin de ne pas détour­­ner les citoyens et citoyennes ins­­truits du métier d’ensei­­gnant49.

  • 50  Décret du 27 bru­­maire an III, cha­­pitre III, article X. James Guillaume, Procès-­verbaux du Com (...)
  • 51  AN, F17 1361. Lettre de Ginguené, au nom de la Commis­­sion exé­­cu­­tive de l’ins­­truc­­tion pub (...)

15La loi du 27 bru­­maire an III (17 novembre 1794) donne rai­­son aux sec­­tions pari­­siennes puisqu’elle garan­­tit, en plus d’un loge­­ment, un salaire fixe et uni­­forme sur le ter­­ri­­toire de la Répu­­blique pour les ins­­ti­­tu­­teurs et les ins­­ti­­tu­­trices50. À nou­­veau, l’inéga­­lité de salaire entre les hommes et les femmes est expli­­ci­­te­­ment affir­­mée par la loi : les ins­­ti­­tu­­teurs reçoivent 1200 livres, tan­­dis que les ins­­ti­­tu­­trices n’obtiennent que 1000 livres. Dans les communes de plus de 20 000 habi­­tants, les hommes reçoivent 1500 livres et les femmes 1200 livres. Par ailleurs, les citoyennes, qui ont ouvert leur école pré­­cé­­dem­­ment à la loi, conservent leurs salaires fixés par la loi pré­­cé­­dente (fri­­maire an II) et donc au pro­­rata du nombre d’élèves51.

  • 52  AM Marseille, 6R 41. Pétition de plu­­sieurs ins­­ti­­tu­­trices de Marseille aux citoyens maire e (...)

16Dans le contexte de crise éco­­no­­mique et de grande hausse des prix de l’année 1795, la fixité des salaires ne résout pas pour autant les dif­­fi­­cultés finan­­cières des ins­­ti­­tu­­trices. Plu­­sieurs ins­­ti­­tu­­trices de Marseille se plaignent « que les den­­rées aug­­mentent », et en consé­­quence que leurs rému­­né­­ra­­tions « ne peuvent suf­­fire à leurs besoins ». Elles ajoutent : « Pères du peuple, vous connais­­sez les comes­­tibles, vous savez que l’indigent a peine à se sus­­tenter : les expo­­santes sont de ce nombre »52. La citoyenne Roget, ins­­ti­­tu­­trice de la sec­­tion de Mon­treuil à Paris, affirme que ses pro­­blèmes finan­­ciers l’obligent à démis­­sion­­ner dans une lettre au Comité d’ins­­truc­­tion publique datée du 23 bru­­maire an III (13 novembre 1794) :

  • 53  AN, F17 1361. Lettre de la citoyenne Roget, ins­­ti­­tu­­trice de la sec­­tion de Mon­treuil, envo (...)

« Légis­­la­­teurs, ne pou­­vant trou­­ver dans le trai­­te­­ment de douze cent livres accor­­dés par la Conven­­tion natio­­nale aux ins­­ti­­tu­­trices l’exis­­tence de trois per­­sonnes, il m’est de toute impos­­si­­bi­­lité de conti­­nuer les écoles pri­­maires »53.

  • 54  René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., p. 195.
  • 55  Loi du 3 bru­­maire an IV, titre I, article VIII. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins (...)
  • 56  AN, F17 1362. Extrait des registres de l’admi­­nis­­tra­­tion cen­­trale du dépar­­te­­ment de la (...)
  • 57  Elke Harten, Hans-­Christian Harten, Femmes, culture et Révo­­lu­­tion, op. cit., p. 96.
  • 58  AN, F17 1362. Lettre de la citoyenne Casin, ins­­ti­­tu­­trice du 6e arron­­dis­­se­­ment, sec­­ti (...)

17Mais c’est sur­­tout la loi du 3 bru­­maire an IV (25 octobre 1795) qui repré­­sente un tour­­nant défa­­vo­­rable pour les ins­­ti­­tu­­trices. Cette loi témoigne du désen­­ga­­ge­­ment finan­­cier du Direc­­toire envers les écoles pri­­maires et abou­­tit à une baisse des effec­­tifs des ins­­ti­­tu­­trices publiques54. Affir­­mant que « les ins­­ti­­tu­­teurs pri­­maires rece­­vront de cha­­cun de leurs élèves une rétri­­bu­­tion annuelle, qui sera fixée par l’admi­­nis­­tra­­tion de dépar­­te­­ment »55 (art. 8), elle met fin à la gra­­tuité de l’ins­­truc­­tion et à la rétri­­bu­­tion des ensei­­gnants par l’État, qui ne garan­­tit plus qu’un loge­­ment et un jar­­din. L’inéga­­lité sala­­riale entre les ins­­ti­­tu­­teurs et les ins­­ti­­tu­­trices n’est plus en consé­­quence ins­­crite dans la loi. Mais le règle­­ment de la Haute-­Saône, par exemple, pré­­voit que le trai­­te­­ment des ins­­ti­­tu­­trices reste infé­­rieur à celui de leurs homo­­logues mas­­cu­­lins56. En géné­­ral, la fin de la gra­­tuité de l’ensei­­gne­­ment a des consé­­quences désas­­treuses sur la rému­­né­­ra­­tion des ins­­ti­­tu­­trices, les familles pauvres déscolarisant en prio­­rité leurs filles57. La citoyenne pari­­sienne Casin, dans une lettre datée du 7 ven­­tôse an V (25 février 1797), explique que sa classe, qui comp­­tait avant la loi 68 élèves, n’en comporte désor­­mais plus que 30, du fait de l’impos­­si­­bi­­lité pour les parents de payer l’école58.

  • 59  Loi du 3 bru­­maire an IV, titre II, article VII. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins (...)

18À l’inéga­­lité sala­­riale entre les ins­­ti­­tu­­trices et les ins­­ti­­tu­­teurs, s’ajoute l’impos­­si­­bi­­lité dans la pra­­tique pour les femmes d’accé­­der aux écoles cen­­trales orga­­ni­­sées par la loi du 3 bru­­maire an IV. Or les pro­­fes­­seurs des écoles cen­­trales ont le pri­­vi­­lège de rece­­voir un salaire fixe et annuel équi­­va­­lent à celui des admi­­nis­­tra­­teurs de dépar­­te­­ment59. L’orga­­ni­­sa­­tion pyra­­mi­­dale de l’ins­­truc­­tion publique can­­tonne donc les femmes dans l’ensei­­gne­­ment pri­­maire, qui est moins bien rému­­néré.

Des condi­­tions de tra­­vail dif­­fi­­ciles.

  • 60  AM Marseille, 6R 41.
  • 61  Décret du 27 bru­­maire an III, cha­­pitre I, article V et VI. James Guillaume, Procès-­verbaux du (...)

19Confron­­tées à des pro­­blèmes éco­­no­­miques, les ins­­ti­­tu­­trices doivent aussi faire face à des condi­­tions maté­­rielles de tra­­vail dif­­fi­­ciles. Dans leurs lettres et pétitions, les ins­­ti­­tu­­trices mar­­seillaises se plaignent, durant toute la période révo­­lu­­tion­­naire, de man­­quer de locaux en bon état pour faire classe60. Il est pour­­tant prévu par la loi de bru­­maire an III que les communes four­­nissent aux ins­­ti­­tu­­teurs et ins­­ti­­tu­­trices des locaux conve­­nables, notam­­ment en uti­­li­­sant les anciens pres­­by­­tères non ven­­dus au pro­­fit de l’État61. La citoyenne Blatier, ins­­ti­­tu­­trice à Paris, sou­­ligne aussi le manque de maté­­riel sco­­laire :

  • 62  AN, F17 1360. Lettre de la citoyenne Blatier aux repré­­sen­­tants de la sec­­tion de l’Arse­­nal, (...)

« Comme la Conven­­tion a décrété qu’il serait fourni tables, bancs, papier, livres, bois, et que je manque abso­­lu­­ment de tous ces objets, je vous prie de mettre ou de faire mettre le décret en exé­­cu­­tion, fati­­guée par toutes les remises, démarches qui me font perdre un temps qui serait mieux employé à l’édu­­ca­­tion des enfants »62.

  • 63  Pour Paris par exemple, un rap­­port du dépar­­te­­ment de Seine atteste que 3952 filles sont sco­ (...)
  • 64  Loi du 29 fri­­maire an II, sec­­tion II, article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ (...)
  • 65  Décret du 27 bru­­maire an III, cha­­pitre II, article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comi (...)
  • 66  Loi du 3 bru­­maire an IV, titre I, article XI. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­ (...)

20Pour autant, des ins­­ti­­tu­­trices font classe63 et tentent d’ensei­­gner aux filles la lec­­ture, l’écri­­ture, les bases de l’arith­­mé­­tique, la morale répu­­bli­­caine et les tra­­vaux d’aiguille, comme en témoignent les rap­­ports des dif­­fé­­rents organes de sur­­veillance des écoles pri­­maires. Ces der­­niers évo­­luent durant la période révo­­lu­­tion­­naire. Dans le contexte de l’an II, où la sur­­veillance est conçue comme ins­­tru­­ment col­­lec­­tif de vigi­­lance répu­­bli­­caine, la loi spé­­ci­­fie que les ins­­ti­­tu­­teurs et les ins­­ti­­tu­­trices sont sous « la sur­­veillance immé­­diate de la muni­­ci­­pa­­lité ou sec­­tion, des pères, mères, tuteurs ou cura­­teurs, et sous la sur­­veillance de tous les citoyens »64. Ce rôle est ensuite confié en bru­­maire an III aux seuls jurys d’ins­­truc­­tion publique65, puis, par la loi de bru­­maire an IV, aux admi­­nis­­tra­­tions muni­­ci­­pales66. Cette sur­­veillance s’effec­­tue le plus sou­­vent par des tour­­nées d’ins­­pec­­tion qui se déroulent, en prin­­cipe, sans avoir pré­­venu au préa­­lable l’ensei­­gnant. Ces visites sont rela­­tives au soin des enfants (les auto­­ri­­tés veillent à l’hygiène des écoles et au respect de l’inter­­dic­­tion des châ­­ti­­ments cor­­po­­rels), au contenu des ensei­­gne­­ments, aux mœurs et au patrio­­tisme des ins­­ti­­tu­­trices et des ins­­ti­­tu­­teurs. Si, comme on l’a vu, il est attendu des can­­di­­dates aux postes d’ins­­ti­­tu­­trice de bonnes mœurs pour être recru­­tées, de même, les ensei­­gnantes en fonc­­tion sont sur­­veillées sous cet aspect. Les dénon­­cia­­tions du voi­­si­­nage sont uti­­li­­sées par les auto­­ri­­tés dépar­­te­­men­­tales de la Seine contre la citoyenne Dou­­cet, ins­­ti­­tu­­trice à Paris, accu­­sée de mener une conduite « peu régu­­lière et tout à fait immo­­rale », puisqu’elle entre­­tien­­drait des « commerces illi­­cites » avec un homme autre que son mari. Dans le registre des déli­­bé­­ra­­tions de la Seine on peut lire à son sujet :

  • 67  AN, F17 1344 33. Extrait du registre des déli­­bé­­ra­­tions du dépar­­te­­ment de la Seine, 4 ven (...)

« Quand bien même les faits qui viennent de vous être expo­­sés n’auraient pas un carac­­tère de vérité que semblent leur impri­­mer les pièces pro­­duites par la muni­­ci­­pa­­lité, le simple soup­­çon d’une immo­­ra­­lité aussi pro­­fonde que celle dont est pré­­ve­­nue la citoyenne Dou­­cet, ne vous per­­met­­trait pas de lui lais­­ser plus long­­temps exer­­cer les fonc­­tions qui exigent des mœurs pures et une conduite sans reproche »67.

  • 68Ibid. Sur­­veillance des écoles pri­­maires. Dépar­­te­­ment du Doubs, sans date (an VI ?).

21De même, les ins­­ti­­tu­­trices qui ne tiennent pas sépa­­rés les sexes dans leurs écoles, reçoivent des aver­­tis­­se­­ments. Dans le dépar­­te­­ment du Doubs par exemple, deux écoles tenues par des ins­­ti­­tu­­trices sont fer­­mées pour n’avoir pas res­­pecté l’inter­­dic­­tion de mixité68.

  • 69  AN, F17 1344 35 Dos­­sier 5. C’est moi qui sou­­ligne.
  • 70Ibid. Lettre à Lakanal du jury d’ins­­truc­­tion de Limoges (Haute-­Vienne). 21 prai­­rial an III.
  • 71  Loi du 29 fri­­maire an II, sec­­tion III, article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d (...)
  • 72Ibid., Cha­­pitre IV, article II. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion pub (...)
  • 73  AN, ­DXXXVIII-2‑18. Lettre de l’ins­­ti­­tu­­trice citoyenne Cauvet de la commune de Caen (Cal­­va (...)
  • 74  Elke Harten, Hans-­Christian Harten, Femmes, culture et Révo­­lu­­tion, op. cit., p. 109.
  • 75  AN, F17 1344 32. Règle­­ment du dépar­­te­­ment de l’Eure et Loire (article X), 9 mes­­si­­dor an (...)
  • 76  AD Rhône, 1L 446. Procès-­verbal de la fête de la jeu­­nesse, célé­­brée au temple déca­­daire, pa (...)

22L’atten­­tion qui est aussi por­­tée au contenu de l’ensei­­gne­­ment des ins­­ti­­tu­­trices est jus­­ti­­fiée par la grande influ­­ence qu’elles sont cen­­sées déte­­nir sur les enfants. Si les organes de sur­­veillance veillent à l’appli­­ca­­tion de la loi dans son ensemble, on remarque qu’ils prêtent une atten­­tion par­­ti­­cu­­lière à l’appren­­tis­­sage de la cou­­ture, pré­­pa­­rant les filles au tra­­vail domes­­tique et éven­­tuel­­le­­ment à une pro­­fes­­sion du tex­­tile. Ainsi, Lakanal, chargé par la Conven­­tion d’assu­­rer l’appli­­ca­­tion de la loi de bru­­maire an III, demande aux jurys d’ins­­truc­­tion publique des dif­­fé­­rents dis­­tricts « si les ins­­ti­­tu­­trices forment aux ouvrages manuels de leur sexe »69. Dans sa réponse, le jury d’ins­­truc­­tion de Limoges (Haute-­Vienne) pré­­cise que ce « devoir » est recom­­mandé aux ins­­ti­­tu­­trices à chaque visite70. Mais c’est sur­­tout l’ensei­­gne­­ment de la morale civique qui pré­­oc­­cupe le plus les organes de sur­­veillance. En effet, les ins­­ti­­tu­­trices de la période révo­­lu­­tion­­naire ont pour fonc­­tion prin­­ci­­pale de par­­ti­­ci­­per à l’entre­­prise de régé­­né­­ra­­tion natio­­nale en for­­mant les filles à deve­­nir de futures épouses et mères répu­­bli­­caines qui, à leur tour, trans­­mett­­ront à leurs enfants les prin­­cipes révo­­lu­­tion­­naires. Pour cela, il leur est imposé par la loi d’ensei­­gner les livres élé­­men­­taires choi­­sis par la Conven­­tion natio­­nale71, la Consti­­tution et la Décla­­ra­­tion des Droits de l’Homme et du Citoyen72. La citoyenne Cauvet, ins­­ti­­tu­­trice à Caen, dans une lettre adres­­sée au pré­­sident du Comité d’ins­­truc­­tion publique datée de mes­­si­­dor an II, déplore le manque de livres. Elle affirme que « plus des deux tiers de ses élèves ne peuvent se pro­­cu­­rer les livres décré­­tés par la Conven­­tion natio­­nale ». Elle réclame donc qu’on lui four­­nisse des ouvrages et notam­­ment « un recueil d’hymnes patrio­­tiques pour rem­­pla­­cer les Can­­tiques qu’on leur fai­­sait chan­­ter autre­­fois, ainsi que les Actions Héroïques afin d’effa­­cer pour tou­­jours les mome­­ries dont on les a nour­­ris »73. L’envoi dans toutes les écoles de la Répu­­blique du Recueil des actions héroïques et civiques des répu­­bli­­cains fran­­çais a été pour­­tant décidé par le décret du 10 nivôse an II (30 décembre 1793). Durant l’an II, il est aussi attendu des ins­­ti­­tu­­trices qu’elles assistent avec leurs élèves à des séances de socié­­tés popu­­laires. La Société popu­­laire de la sec­­tion Lepeletier à Paris orga­­nise tous les sep­­ti­­dis une réci­­ta­­tion durant laquelle une jeune élève des écoles répu­­bli­­caines récite un pas­­sage de la Consti­­tution74. Les ensei­­gnantes doivent éga­­le­­ment faire classe le dimanche et mener durant les déca­­dis leurs élèves aux fêtes révo­­lu­­tion­­naires75 pour que ces der­­nières puissent par­­ti­­ci­­per aux céré­­mo­­nies, notam­­ment en réci­­tant en public les pré­­ceptes répu­­bli­­cains appris en classe. Le procès-­verbal de l’admi­­nis­­tra­­tion muni­­ci­­pale du Millery (Rhône), daté de l’an VII, se féli­­cite de la venue à la fête de la jeu­­nesse de la citoyenne Thomet, ins­­ti­­tu­­trice à Vourles (Rhône). Arri­­vée à la tête d’un grand nombre d’élèves au son du tam­­bour, l’ins­­ti­­tu­­trice a orga­­nisé des lec­­tures patrio­­tiques et une remise de prix à ses élèves76.

  • 77  AM Marseille, 6R 47. Rap­­port d’ins­­pec­­tion de la muni­­ci­­pa­­lité du Midi, 14 fruc­­ti­­dor (...)
  • 78  AN, F17 1344 33. Rap­­port des admi­­nis­­tra­­tions cen­­trales de l’Eure au ministre de l’Inté­­ (...)
  • 79Ibid., F17 1344 32. Dos­­sier 7. Extrait des Registres des déli­­bé­­ra­­tions de l’admi­­nis­­tra (...)
  • 80Ibid., Registres de l’admi­­nis­­tra­­tion cen­­trale du dépar­­te­­ment de la Haute-­Garonne,
    8 t (...)
  • 81  Elke Harten, Hans-­Christian Harten, Femmes, culture et Révo­­lu­­tion, op. cit., p. 100.
  • 82  Michel Vovelle, (dir.), Le tour­­nant de l’an III. Réac­­tion et Ter­­reur blanche dans la France (...)
  • 83  René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., p. 196.
  • 84  AM Marseille, 6R 47. Rap­­port d’ins­­pec­­tion des écoles pri­­maires, 18 ther­­mi­­dor an VI.

23Les rap­­ports des visites effec­­tuées par les auto­­ri­­tés locales char­­gées de la sur­­veillance des écoles publiques témoignent que, dans leur grande majo­­rité, les ins­­ti­­tu­­trices rem­­plissent leur rôle poli­­tique. Le jury d’ins­­truc­­tion de Marseille féli­­cite par exemple la citoyenne Blache dont l’ensei­­gne­­ment civique « a paru dans les bons prin­­cipes »77. Cepen­­dant, des résis­­tances sont aussi per­­cep­­tibles. Après la lec­­ture des rap­­ports, l’admi­­nis­­tra­­tion cen­­trale du dépar­­te­­ment de l’Eure jus­­ti­­fie la fer­­me­­ture des écoles de trois ins­­ti­­tu­­trices de la commune de Louviers par « l’éloi­­gne­­ment de ces femmes pour les ins­­ti­­tutions répu­­bli­­caines, leur refus de mettre entre les mains de leurs élèves les livres élé­­men­­taires adop­­tés par le gou­­ver­­ne­­ment »78. De même, les citoyennes Tempié et Pradier, anciennes reli­­gieuses ins­­ti­­tu­­trices dans la muni­­ci­­pa­­lité de Tonneins (Lot-­­et-Garonne), ayant déclaré aux ins­­pec­­teurs qu’« il répu­­gnait à leur conscience de remettre entre les mains de leurs élèves [l’acte consti­­tution­­nel] »79, voient leurs écoles fer­­mées. Les auto­­ri­­tés du dépar­­te­­ment de la Haute-­Garonne fus­­tigent ces « ins­­ti­­tu­­trices, imbues de vieux pré­­ju­­gés, [qui] per­­sistent à écar­­ter des mains de leurs élèves tous les livres élé­­men­­taires où cette par­­tie inté­­res­­sante de la Société pour­­rait, en déchi­­rant le ban­­deau de l’erreur, apprendre de bonne heure les devoirs de fille modeste, de chaste épouse, de bonne mère et de citoyenne »80. Si les écoles fer­­mées pour « anti-­républicanisme » sont en majo­­rité des écoles de femmes81, rares sont les sources sur des ensei­­gnantes cri­­ti­­quées par les auto­­ri­­tés au nom d’un radi­­ca­­lisme révo­­lu­­tion­­naire contesté à par­­tir du « tour­­nant de l’an III »82. Après ther­­mi­­dor, des admi­­nis­­tra­­tions tentent de des­­ti­­tuer de leurs fonc­­tions des ins­­ti­­tu­­trices jugées trop proches des socié­­tés popu­­laires83. De même, en ther­­mi­­dor an VI (août 1798) des ins­­pec­­teurs déplorent la décou­­verte chez une ins­­ti­­tu­­trice mar­­seillaise se fai­­sant nom­­mer Car­­ma­­gnole, d’un dis­­cours pro­­noncé dans une société popu­­laire et d’un exem­­plaire de la Consti­­tution de 179384.

  • 85  AN, F17 1363. Lettre de la citoyenne Lafon aux auto­­ri­­tés dépar­­te­­men­­tales de la Dordogne, (...)

24Le rôle poli­­tique des ins­­ti­­tu­­trices implique qu’elles soient l’objet de diverses pres­­sions, notam­­ment de la part d’indi­­vi­­dus hos­­tiles aux écoles répu­­bli­­caines. Une ins­­ti­­tu­­trice nom­­mée Sophie Antoine Lafon, à l’occa­­sion d’une plainte expri­­mée en l’an XII (1803) auprès des auto­­ri­­tés de son dépar­­te­­ment (Dordogne), raconte l’inci­­dence sur sa vie de la Révo­­lu­­tion dont elle dit avoir res­­senti les « secousses ». Ensei­­gnante avant 1789 dans des écoles par­­ti­­cu­­lières, elle décida à la Révo­­lu­­tion de deve­­nir ins­­ti­­tu­­trice d’une école publique, ce qui lui aurait valu de « mau­­vais trai­­te­­ments » reçus à « l’ins­­ti­­gation des mal­­veillants sus­­ci­­tés contre elle par l’esprit de parti dans les temps de l’effer­­ves­­cence révo­­lu­­tion­­naire »85. L’exemple de la citoyenne Lafon rap­­pelle que le choix d’être ins­­ti­­tu­­trice publique sous la Révo­­lu­­tion relève de l’enga­­ge­­ment poli­­tique, avec la part de risque que cela implique.

  • 86  AN, D ­XXXXVIII-2‑18. Demande d’une place d’ins­­ti­­tu­­trice par Vic­­toire Laporte adres­­sée a (...)
  • 87  Sur le tra­­vail des femmes pen­­dant la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, voir Dominique Godineau, Les (...)

25« Hono­­rable emploi »86 fémi­­nin, le métier d’ins­­ti­­tu­­trice publique a pu appa­­raître comme une oppor­­tu­­nité pour les femmes de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise aux­­quelles était refusé l’accès à de nom­­breuses pro­­fes­­sions87. Il a aussi per­­mis à cer­­taines d’entre elles de pro­­lon­­ger leur enga­­ge­­ment poli­­tique. Cepen­­dant, leur absence de for­­ma­­tion intel­­lec­­tuelle, la sur­­veillance de leurs mœurs ou encore l’impor­­tance des tra­­vaux d’aiguille dans leur ensei­­gne­­ment nuancent la repré­­sen­­ta­­tion éman­­ci­­pa­­trice de la pro­­fes­­sion pro­­po­­sée par Mary Wollstonecraft. De plus, leurs faibles salaires, infé­­rieurs à ceux des ins­­ti­­tu­­teurs, peuvent lais­­ser sup­­po­­ser qu’un grand nombre d’entre elles ne dis­­po­­saient pas d’une réelle indé­­pen­­dance finan­­cière. Il demeure que la période révo­­lu­­tion­­naire a per­­mis à cer­­taines ins­­ti­­tu­­trices d’acqué­­rir des expé­­riences pro­­fes­­sion­­nelles contes­­tataires (comme par exemple la reven­­di­­ca­­tion col­­lec­­tive par le biais de pétitions) ou encore d’ini­­tier leurs élèves filles aux débats citoyens en les condui­­sant dans les assem­­blées poli­­tiques des socié­­tés popu­­laires.

Haut de page

Notes

1  Cet article est la ver­­sion revue d’une inter­­ven­­tion à la jour­­née d’études Femmes et tra­­vail, ques­­tions de genre, xve-xxe siècle, écri­­ture du tra­­vail, orga­­ni­­sée par Martine Son­­net, IHMC/ENS Ulm, Paris, 5 juin 2010. Je remer­­cie les per­­sonnes pré­­sentes à cette jour­­née, tout par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment Martine Son­­net et Dominique Godineau pour leurs remarques et conseils pré­­cieux.

2  À ce sujet voir par exemple : Jean-­Luc Chappey, « Les écoles de la Révo­­lu­­tion : pour en finir avec la thèse de la table rase », dans Michel Biard, (dir.), La Révo­­lu­­tion fran­­çaise, une his­­toire tou­­jours vivante, Paris, Tallandier, 2010, p. 331‑343.

3  Voir par exemple : Dominique Julia, Les trois cou­­leurs du tableau noir. La Révo­­lu­­tion, Paris, Belin, 1981 ; René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine en France (1789‑1835), Laï­­ci­­sa­­tion et confessionnalisation de la culture sco­­laire, Villeneuve-­d’Ascq, Presses Uni­­ver­­si­­taires du Sep­­ten­­trion, 2001.

4  On peut cepen­­dant citer par exemple : René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., cha­­pitre VII ; Raymonde Mon­nier, « Ins­­truc­­tion et édu­­ca­­tion, 1789‑1807 », dans Dominique Julia, (dir.), Atlas de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, vol. 2, L’ensei­­gne­­ment, 1760‑1815 (sous la direc­­tion de Serge Bonin et Claude Langlois), Paris, Édi­­tion de l’EHESS, 1987 ; Elke Harten, Hans-­Christian Harten, Femmes, culture et Révo­­lu­­tion, Paris, Édi­­tion des femmes, 1989 ; Élisabeth Liris, « Le droit à l’ins­­truc­­tion : prises de paroles et pro­­jets péda­­go­­giques des femmes : 1789‑1799 », dans Isabelle Brouard-­Arends, Marie-­Emmanuelle Plagnol-­Dieval, (dir.), Femmes édu­­ca­­trices au siècle des Lumières, Rennes, Presses Uni­­ver­­si­­taires de Rennes, 2007, p. 103‑118.

5  Mineke van Essen, Rebecca Rogers, « Écrire l’his­­toire des ensei­­gnantes. Enjeux et perspec­­tives inter­­na­­tionales », His­­toire de l’édu­­ca­­tion, mai 2003, no 98, p. 34.

6  Michèle Perrot, Les femmes ou les silences de l’his­­toire, Paris, Flammarion, 1998.

7  Pour cet article, j’ai prin­­ci­­pa­­le­­ment consulté la série F17 des Archives natio­­nales. Les car­­tons n’étant pas clas­­sés par dépar­­te­­ment, j’ai récolté des docu­­ments rela­­tifs aux dépar­­te­­ments du Cal­­va­­dos, du Doubs, de l’Eure, de la Dordogne, de la Haute-­Vienne, du Loiret, du Lot-­­et-Garonne, du Nord, de l’Oise et de la Seine. Par ailleurs, pour appro­­fon­­dir un exemple local, j’ai aussi consulté les archives muni­­ci­­pales de Marseille.

8  Outre les textes nor­­ma­­tifs sur l’orga­­ni­­sa­­tion de l’ins­­truc­­tion publique, j’ai prin­­ci­­pa­­le­­ment uti­­lisé pour cet article 46 lettres et pétitions d’ins­­ti­­tu­­trices, les dos­­siers de paie­­ments (avec la noti­­fi­­cation du nombre d’élèves) de 115 ins­­ti­­tu­­trices pari­­siennes, 25 cer­­ti­­fi­­cats et 24 lettres et procès-­verbaux des jurys d’ins­­truc­­tion rela­­tifs aux recru­­te­­ments et à la sur­­veillance des ins­­ti­­tu­­trices.

9  Mary Wollstonecraft (1759‑1797) est une figure du radi­­ca­­lisme anglais. Venue à Paris lors des évé­­ne­­ments révo­­lu­­tion­­naires, elle défend la Révo­­lu­­tion contre les attaques de son compa­­triote Edmund Burke dans son ouvrage Défense des droits des hommes (1790). Dans la Défense des Droits de la femme (1792), Mary Wollstonecraft, qui fut elle-­même ins­­ti­­tu­­trice, pro­­pose une réflexion poli­­tique sur l’ins­­truc­­tion des femmes pen­­sée comme un ins­­tru­­ment de leur éman­­ci­­pa­­tion.

10  Mary Wollstonecraft, Marie et Caroline ; ou les entre­­tiens d’une ins­­ti­­tu­­trice avec ses élèves, Paris, Dentu, an VII, p. 171‑172.

11  René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., p. 194.

12  Décret du 7 bru­­maire an II, article XII et XXII. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique de la Conven­­tion natio­­nale, IV, 3 juillet 1793‑30 bru­­maire an II (20 novembre 1793), édi­­tion nou­­velle pré­­sen­­tée, mise à jour et commen­­tée par Josiane Boulad-­Ayoub et Michel Grenon, Paris, Montréal, L’Har­­mat­­tan, 1998, t. 2, p. 514‑515.

13Ibid., article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 2, p. 513.

14  Loi du 29 fri­­maire an II, sec­­tion I, article I et III. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 3, p. 140.

15  Dominique Julia, Les trois cou­­leurs du tableau noir, op. cit., p. 11.

16  AN, F17 1361.

17  Raymonde Mon­nier, « Ins­­truc­­tion et édu­­ca­­tion, 1789‑1897 », dans Dominique Julia, (dir.), Atlas de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, vol. 2, op. cit., p. 88.

18  AM Marseille, 6R 55. Le réper­­toire daté de l’an II des ins­­ti­­tu­­teurs et des ins­­ti­­tu­­trices de la commune fait état de 24 ins­­ti­­tu­­trices sur un total de 51 ensei­­gnants.

19  La loi du 3 bru­­maire an IV conser­­vera ce sys­­tème de recru­­te­­ment. Selon cette loi, les can­­di­­dats qui ont été exa­­mi­­nés favo­­ra­­ble­­ment par le jury d’ins­­truc­­tion, sont pré­­sen­­tés par les admi­­nis­­tra­­tions muni­­ci­­pales aux admi­­nis­­tra­­tions de dépar­­te­­ment qui pro­­cèdent alors à la nomi­­na­­tion. Loi du 3 bru­­maire an IV, titre I, article III. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 6, p. 678.

20  Décret du 27 bru­­maire an III, cha­­pitre II, article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 5, p. 179.

21  AN, F17 1344 35, dos­­sier 3. Orga­­ni­­sa­­tion des écoles pri­­maires. Dépar­­te­­ment du Loiret, dis­­trict de Montargis, an III (imprimé).

22Ibid., F17 1360, Procès-­verbal du jury d’ins­­truc­­tion publique de Pithi­­viers, pour l’exa­­men des citoyens qui se vouent à l’ensei­­gne­­ment de la jeu­­nesse, 1er nivôse an III.

23  Décret du 27 bru­­maire an III, cha­­pitre III, article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 5, p. 179.

24Ibid., cha­­pitre III, article III.

25  La compa­­rai­­son entre les ins­­ti­­tu­­trices et les mères est pré­­sente par exemple dans la Cir­­cu­­laire de la commis­­sion exé­­cu­­tive de l’ins­­truc­­tion publique aux direc­­toires des dis­­tricts de la Répu­­blique fran­­çaise (28 bru­­maire an III).

26  Jennifer Heuer, An­ne Ver­­jus, « Les mères de la patrie révo­­lu­­tion­­naire : entre repré­­sen­­ta­­tion et incar­­na­­tion du poli­­tique (1792‑1801) », dans Laura Fournier-­Finocchiaro, (dir.), Les Mères de la Patrie. Repré­­sen­­ta­­tions et construc­­tions d’une figure natio­­nale, Caen, Mai­­son de la recherche en sciences humaines, 2006, p. 257‑260.

27  AN, F17 1361. Cer­­ti­­fi­­cat pour la citoyenne Jeanne Joigny épouse du citoyen Briet, no 877, 18 bru­­maire an III.

28  AM Marseille, 6R 46. Procès-­verbal du jury d’ins­­truc­­tion publique de Marseille,
27 ger­­mi­­nal an IV. C’est moi qui sou­­ligne.

29  Nous dis­­po­­sons de 7 docu­­ments de ce type.

30  AN, F17 1215. Dos­­sier 4. Lettre de la citoyenne Laroche adres­­sée au Citoyen Bar­­ras, membre du Direc­­toire exé­­cu­­tif, 17 ven­­dé­­miaire an VII.

31Ibid., F17 1353. Pétition de la citoyenne Tallard aux repré­­sen­­tants du peuple compo­­sant le Comité d’ins­­truc­­tion publique, sans date (an III ?). C’est moi qui sou­­ligne.

32Ibid., ­DXXXVIII-2‑18. Pièce 8361. Lettre de la Citoyenne Col­lin, du dis­­trict d’Issoudun, adres­­sée au Comité d’ins­­truc­­tion publique, 19 ven­­tôse an III.

33  Elke Harten, Hans-­Christian Harten, Femmes, culture et Révo­­lu­­tion, op. cit., p. 97‑98.

34  René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., p. 195.

35  Martine Son­­net, L’édu­­ca­­tion des filles au temps des Lumières, Paris, Les édi­­tions du Cerf, 1987.

36  AN, F17 1344 35. Dos­­sier 3. Lettre à Lakanal des admi­­nis­­tra­­teurs du direc­­toire du dis­­trict de Neuville (Loiret), 11 prai­­rial an III.

37Ibid., Lettre à Lakanal des admi­­nis­­tra­­teurs du dis­­trict de Montmarault (Allier), an III.

38  Jean-­Clément Martin, La révolte bri­­sée, Femmes dans la Révo­­lu­­tion fran­­çaise et l’Empire, Paris, Armand Colin, 2008, p. 233.

39  AN, D ­XXXXVIII-2‑18. Pièce 3570. Lettre du maire de la commune de Meilhan (Lot-­­et-Garonne) au Comité d’ins­­truc­­tion publique, 7 mes­­si­­dor an II.

40  AM Marseille, 6R 46. Procès-­verbaux des séances du jury d’ins­­truc­­tion publique éta­­bli à Marseille, 27 ger­­mi­­nal an IV.

41  Cité dans René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., p. 208. C’est moi qui sou­­ligne.

42  AN, F17 1344 35. Dos­­sier 3. Orga­­ni­­sa­­tion des écoles pri­­maires. Dépar­­te­­ment du Loiret, dis­­trict de Montargis, an III (imprimé).

43  Loi du 29 fri­­maire an II, sec­­tion III, article IV. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 3, p. 141. Il était par ailleurs prévu que la Répu­­blique accor­­de­­rait, dans les dis­­tricts de faible popu­­la­­tion, un trai­­te­­ment de cinq cent livres à l’unique ins­­ti­­tu­­trice ou ins­­ti­­tu­­teur.

44  Nous avons ras­­sem­­blé 30 lettres et pétitions d’ins­­ti­­tu­­trices trai­­tant de ce thème.

45  Voir le tableau « Les ins­­ti­­tu­­teurs et les ins­­ti­­tu­­trices de l’an III face au coût de la vie » dans René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., p. 199.

46  AM Marseille, 6R 41. Lettre de la citoyenne Méneaud aux citoyens compo­­sant le corps muni­­ci­­pal de Marseille, 16 prai­­rial an II.

47  AN, F17 1360.

48  AN, F17 1361. Sec­­tion des Lom­­bards à Paris. Cor­­res­­pon­­dance du Comité de bien­­fai­­sance à la commis­­sion de l’Ins­­truc­­tion publique et au pré­­sident du dépar­­te­­ment de Paris, an II-­an III.

49  AN, F17 1353. Pétition à la Conven­­tion natio­­nale sur les écoles pri­­maires des sec­­tions de Paris à la Conven­­tion natio­­nale, fruc­­ti­­dor an II.

50  Décret du 27 bru­­maire an III, cha­­pitre III, article X. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 5, p. 179.

51  AN, F17 1361. Lettre de Ginguené, au nom de la Commis­­sion exé­­cu­­tive de l’ins­­truc­­tion publique, au Comité civil de la sec­­tion Pois­­son­­nière à Paris, 27 mes­­si­­dor an III.

52  AM Marseille, 6R 41. Pétition de plu­­sieurs ins­­ti­­tu­­trices de Marseille aux citoyens maire et offi­­ciers muni­­ci­­paux de Marseille, an III.

53  AN, F17 1361. Lettre de la citoyenne Roget, ins­­ti­­tu­­trice de la sec­­tion de Mon­treuil, envoyée au Comité d’ins­­truc­­tion publique, 23 bru­­maire an III.

54  René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., p. 195.

55  Loi du 3 bru­­maire an IV, titre I, article VIII. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 6, p. 678.

56  AN, F17 1362. Extrait des registres de l’admi­­nis­­tra­­tion cen­­trale du dépar­­te­­ment de la Haute-­Saône, 3 ven­­tôse an V.

57  Elke Harten, Hans-­Christian Harten, Femmes, culture et Révo­­lu­­tion, op. cit., p. 96.

58  AN, F17 1362. Lettre de la citoyenne Casin, ins­­ti­­tu­­trice du 6e arron­­dis­­se­­ment, sec­­tion des Gravilliers, 7 ven­­tôse an V.

59  Loi du 3 bru­­maire an IV, titre II, article VII. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 6, p. 679.

60  AM Marseille, 6R 41.

61  Décret du 27 bru­­maire an III, cha­­pitre I, article V et VI. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 5, p. 178.

62  AN, F17 1360. Lettre de la citoyenne Blatier aux repré­­sen­­tants de la sec­­tion de l’Arse­­nal, an III.

63  Pour Paris par exemple, un rap­­port du dépar­­te­­ment de Seine atteste que 3952 filles sont sco­­la­­ri­­sées à la fin de 1793, contre 4914 gar­­çons. Si les chiffres res­­tent impor­­tants au début de l’an III, la situa­­tion tend cepen­­dant à se dété­­rio­­rer sous le Direc­­toire. Raymonde Mon­nier, « Ins­­truc­­tion et édu­­ca­­tion, 1789‑1807 », dans Dominique Julia, (dir.), Atlas de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, vol. 2, op. cit., p. 88.

64  Loi du 29 fri­­maire an II, sec­­tion II, article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 3, p. 141.

65  Décret du 27 bru­­maire an III, cha­­pitre II, article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 5, p. 179.

66  Loi du 3 bru­­maire an IV, titre I, article XI. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 6, p. 678.

67  AN, F17 1344 33. Extrait du registre des déli­­bé­­ra­­tions du dépar­­te­­ment de la Seine, 4 ven­­tôse an VIII.

68Ibid. Sur­­veillance des écoles pri­­maires. Dépar­­te­­ment du Doubs, sans date (an VI ?).

69  AN, F17 1344 35 Dos­­sier 5. C’est moi qui sou­­ligne.

70Ibid. Lettre à Lakanal du jury d’ins­­truc­­tion de Limoges (Haute-­Vienne). 21 prai­­rial an III.

71  Loi du 29 fri­­maire an II, sec­­tion III, article I. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 3, p. 141.

Décret du 27 bru­­maire an III, cha­­pitre III, article VII. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 5, p. 179.

72Ibid., Cha­­pitre IV, article II. James Guillaume, Procès-­verbaux du Comité d’ins­­truc­­tion publique…, op. cit., t. 5, p. 180.

73  AN, ­DXXXVIII-2‑18. Lettre de l’ins­­ti­­tu­­trice citoyenne Cauvet de la commune de Caen (Cal­­va­­dos) au pré­­sident du Comité d’ins­­truc­­tion publique, 4 mes­­si­­dor an II.

74  Elke Harten, Hans-­Christian Harten, Femmes, culture et Révo­­lu­­tion, op. cit., p. 109.

75  AN, F17 1344 32. Règle­­ment du dépar­­te­­ment de l’Eure et Loire (article X), 9 mes­­si­­dor an VI.

76  AD Rhône, 1L 446. Procès-­verbal de la fête de la jeu­­nesse, célé­­brée au temple déca­­daire, par l’admi­­nis­­tra­­tion muni­­ci­­pale de Millery, an VII.

77  AM Marseille, 6R 47. Rap­­port d’ins­­pec­­tion de la muni­­ci­­pa­­lité du Midi, 14 fruc­­ti­­dor an VI.

78  AN, F17 1344 33. Rap­­port des admi­­nis­­tra­­tions cen­­trales de l’Eure au ministre de l’Inté­­rieur, 24 ther­­mi­­dor an VI.

79Ibid., F17 1344 32. Dos­­sier 7. Extrait des Registres des déli­­bé­­ra­­tions de l’admi­­nis­­tra­­tion muni­­ci­­pale de Tonneins, séance du 8 flo­­réal an VI.

80Ibid., Registres de l’admi­­nis­­tra­­tion cen­­trale du dépar­­te­­ment de la Haute-­Garonne,
8 ther­­mi­­dor an VI (imprimé).

81  Elke Harten, Hans-­Christian Harten, Femmes, culture et Révo­­lu­­tion, op. cit., p. 100.

82  Michel Vovelle, (dir.), Le tour­­nant de l’an III. Réac­­tion et Ter­­reur blanche dans la France révo­­lu­­tion­­naire, Paris, Édi­­tions du CTHS, 1997.

83  René Grevet, L’avè­­ne­­ment de l’école contem­­po­­raine, op. cit., p. 196.

84  AM Marseille, 6R 47. Rap­­port d’ins­­pec­­tion des écoles pri­­maires, 18 ther­­mi­­dor an VI.

85  AN, F17 1363. Lettre de la citoyenne Lafon aux auto­­ri­­tés dépar­­te­­men­­tales de la Dordogne, an XII.

86  AN, D ­XXXXVIII-2‑18. Demande d’une place d’ins­­ti­­tu­­trice par Vic­­toire Laporte adres­­sée au pré­­sident du Comité d’ins­­truc­­tion publique, 4 ther­­mi­­dor an III.

87  Sur le tra­­vail des femmes pen­­dant la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, voir Dominique Godineau, Les citoyennes tri­­co­­teuses. Les femmes du peuple à Paris pen­­dant la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, Aix-­­en-Provence, Ali­­néa, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Fayolle, « Des ins­­ti­­tu­­trices répu­­bli­­caines (1793‑1799) », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 87-103.

Référence électronique

Caroline Fayolle, « Des ins­­ti­­tu­­trices répu­­bli­­caines (1793‑1799) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://ahrf.revues.org/12307 ; DOI : 10.4000/ahrf.12307

Haut de page

Auteur

Caroline Fayolle

Uni­­ver­­sité Paris 8 Vincennes-­­Saint-Denis
Centre de recherches his­­to­­riques – EA 1571
2 rue de la Liberté 93526 Saint-­Denis Cedex
carolinefayolle6@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org