Navigation – Plan du site
Articles

Des ins­­ti­­tu­­trices répu­­bli­­caines (1793‑1799)

Republican School Teachers (1793‑1799)
Caroline Fayolle
p. 87-103

Résumés

À par­­tir des pre­­miers décrets sur l’ins­­truc­­tion publique de l’automne 1793, s’est pro­­gres­­si­­ve­­ment orga­­nisé un réseau d’écoles pri­­maires publiques ouvertes aux filles. L’objec­­tif de cet article est d’ana­­ly­­ser les moda­­li­­tés de recru­­te­­ment des ins­­ti­­tu­­trices de ces écoles, ainsi que leurs condi­­tions de vie et de tra­­vail. En s’appuyant notam­­ment sur des rap­­ports d’ins­­pec­­tion, on se pro­­pose aussi d’étu­­dier cer­­taines de leurs pra­­tiques édu­­ca­­tives ainsi que la poli­­ti­­sation de leurs fonc­­tions. On tente enfin de ques­­tion­­ner les pos­­sibles déca­­lages entre les dis­­cours des auto­­ri­­tés sur leur métier et les situa­­tions concrètes vécues au quo­­ti­­dien par les ins­­ti­­tu­­trices répu­­bli­­caines.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Les moda­­li­­tés de recru­­te­­ment des ins­­ti­­tu­­trices.
Des salaires insuf­­fi­­sants et infé­­rieurs à ceux des hommes.
Des condi­­tions de tra­­vail dif­­fi­­ciles.

Aperçu du début du texte

Une légende noire est par­­fois encore aujourd’hui asso­­ciée à la poli­­tique sco­­laire de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise qui aurait détruit les ins­­ti­­tutions de l’Ancien Régime sans avoir réor­­ga­­nisé un édi­­fice sco­­laire, et cela mal­­gré les tra­­vaux qui ont remis en cause ce juge­­ment. Cette légende noire est d’autant plus tenace à pro­­pos de l’édu­­ca­­tion des filles et des ensei­­gnantes de la période révo­­lu­­tion­­naire qu’il existe rela­­ti­­ve­­ment peu d’études à ce sujet. À ce manque historiographique s’ajoute, comme l’ont sou­­li­­gné Mineke van Essen et Rebecca Rogers, le faible nombre de tra­­vaux fran­­çais, toutes périodes confon­­dues, pro­­po­­sant « un regard sexué sur les tra­­jec­­toires d’ensei­­gnantes ».

Le faible inté­­rêt de l’his­­to­­rio­­gra­­phie révo­­lu­­tion­­naire vis-­­à-vis des ins­­ti­­tu­­trices des écoles pri­­maires publiques s’explique en grande par­­tie par des dif­­fi­­cultés liées aux sources. En effet, les archives rela­­tiv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Fayolle, « Des ins­­ti­­tu­­trices répu­­bli­­caines (1793‑1799) », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 87-103.

Référence électronique

Caroline Fayolle, « Des ins­­ti­­tu­­trices répu­­bli­­caines (1793‑1799) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 août 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12307

Haut de page

Auteur

Caroline Fayolle

Uni­­ver­­sité Paris 8 Vincennes-­­Saint-Denis
Centre de recherches his­­to­­riques – EA 1571
2 rue de la Liberté 93526 Saint-­Denis Cedex
carolinefayolle6@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org