Navigation – Plan du site
Articles

Les comités de surveillance et l’occupation du Brabant, (1794-1795)

The comi­­tés de sur­­veillance and the occu­­pa­­tion of Bra­­bant, 1794‑1795.
Antoine Renglet
p. 105-128

Résumés

À la suite de la vic­­toire de l’armée fran­­çaise à Fleurus le 26 juin 1794, un régime d’occu­­pa­­tion est imposé en Belgique. Afin de main­­te­­nir l’ordre public et de répri­­mer les infrac­­tions aux arrê­­tés des repré­­sen­­tants de la Conven­­tion, des comi­­tés de sur­­veillance ins­­pi­­rés du modèle révo­­lu­­tion­­naire fran­­çais sont ins­­tal­­lés dans les prin­­ci­­pales villes du pays. Compo­­sés majo­­ri­­tai­­re­­ment de citoyens ori­­gi­­naires des Pays-­Bas autri­­chiens acquis aux prin­­cipes de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise, ces comi­­tés comptent éga­­le­­ment en leur sein quelques citoyens fran­­çais. Leur tâche consiste à mener des enquêtes, sur base soit des dénon­­cia­­tions spon­­ta­­nées qui leur sont adres­­sées soit des rap­­ports des agents secrets qu’ils emploient. Véri­­table police poli­­tique, les comi­­tés de sur­­veillance du Bra­­bant fonc­­tionnent peu de temps : ins­­tal­­lés en sep­­tembre 1794, ils sont sup­­pri­­més en février 1795, au terme d’une exis­­tence contro­­ver­­sée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Mise en place, orga­­ni­­sa­­tion et compo­­si­­tion des comi­­tés
Sur­­veiller et répri­­mer : méthodes d’action
Les objets de l’atten­­tion des comi­­tés de sur­­veillance

Aperçu du début du texte

Le 26 juin 1794, l’armée de Sambre-­­et-Meuse, sous le comman­­de­­ment du géné­­ral Jourdan, met en déroute les Autri­­chiens à Fleurus. S’ouvre alors en Belgique et dans le pays de Liège, une période d’occu­­pa­­tion cor­­res­­pon­­dant à peu de choses près, dans le pay­­sage poli­­tique fran­­çais, à l’époque de la Conven­­tion thermidorienne. Bien que cette occu­­pa­­tion conduise en octobre 1795 à une annexion des pro­­vinces belges à la Répu­­blique, la poli­­tique décré­­tée par le gou­­ver­­ne­­ment fran­­çais en 1794 vise à sou­­mettre les pays nou­­vel­­le­­ment conquis à d’impor­­tantes réqui­­si­­tions et contri­­bu­­tions. Carnot, membre du Comité de salut public, s’en explique aux Repré­­sen­­tants du peuple près les armées le 23 mes­­si­­dor an II (11 juillet 1794) : « Nous ne vou­­lons, ni sou­­le­­ver le pays, ni fra­­ter­­ni­­ser avec lui : c’est un pays de conquête qui a bien des res­­ti­­tutions à nous faire et duquel il faut se hâter d’extraire toutes les res­­s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Renglet, « Les comités de surveillance et l’occupation du Brabant, (1794-1795) », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 105-128.

Référence électronique

Antoine Renglet, « Les comités de surveillance et l’occupation du Brabant, (1794-1795) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12313

Haut de page

Auteur

Antoine Renglet

Doc­­to­­rant FSR
Facultés uni­­ver­­si­­taires de Namur
Dépar­­te­­ment d’his­­toire
61, rue de Bruxelles
5000 Namur (Belgique)
antoine.renglet@fundp.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org