Navigation – Plan du site
Échos révolutionnaires

Cachez ces nippons… Ou Marie-Antoinette au pays des mangas

Michel Vovelle
p. 129-136

Texte intégral

1C’est un article du Monde en jan­­vier 2011 qui a piqué ma curio­­sité au point de m’inci­­ter à l’achat oné­­reux des trois volumes (2 200 pages) de la tra­­duc­­tion fran­­çaise d’un manga japo­­nais, une lec­­ture qui ne m’est point fami­­lière : j’ai tort sans doute, car mes petites-­filles l’ont lu ou feuilleté, le fils d’un de mes amis savait qu’il s’agis­­sait d’un manga « pour jeunes filles ». En adulte avancé, je me suis appli­­qué à cet appren­­tis­­sage, au ser­­vice de l’His­­toire. Car c’est une évo­­ca­­tion his­­to­­rique que nous pro­­pose « La rose de Versailles » (Versailles no bara), œuvre d’une auteure japo­­naise, Riyoko Ikeda, appa­­rem­­ment de renom­­mée inter­­na­­tionale même si les pré­­cé­­dents essais d’intro­­duc­­tion de sa fresque en adap­­ta­­tion fran­­çaise (films, télé) n’ont pas laissé de grandes traces. L’ouvrage ne date pas d’hier, sa pre­­mière ver­­sion en langue ori­­gi­­nale remonte à 1972, une pre­­mière édi­­tion fran­­çaise se serait faite en 2002, la sor­­tie actuelle accom­­pa­­gnée de mani­­fes­­ta­­tions dis­­crètes mais de haut niveau sera-­­t-elle déci­­sive ? Riyoko Ikeda, à 63 ans, a inter­­prété en jan­­vier 2011 au théâtre royal de Versailles des textes de la reine Marie-­Antoinette en spec­­tacle privé. L’article du Monde en prend l’allure d’un geste de défé­­rence, mais il tombe bien, dans un contexte sou­­tenu de Toinettomania sou­­te­­nue. En mars 2011 encore, Madame Figaro, une réfé­­rence, a consa­­cré une rubrique four­­nie à la mode Marie-­Antoinette. Sur le sou­­ve­­nir des ber­­ge­­ries du Petit Trianon, voici un engoue­­ment bobo-­écologique qui s’inves­­tit dans les rési­­dences et jar­­dins où le souci du bon goût s’asso­­cie à un régime ali­­men­­taire à la fois sain et dis­­tin­­gué, comme à une mode ves­­ti­­men­­taire et à un ameu­­blement d’époque. Un ques­­tion­­naire de plu­­sieurs dizaines de ques­­tions per­­met de tester le degré de votre affi­­nité avec l’esprit de Marie-­Antoinette. En ces mêmes semaines de mars, la télé­­vi­­sion (Arte) pro­­je­­tait à nou­­veau le film Marie-­Antoinette de Sofia Coppola, sorti en 2006 sur les écrans fran­­çais peu après les États-­Unis, et qui y a obtenu un suc­­cès esti­­mable sans être sans doute à même de riva­­li­­ser avec les super­­pro­­duc­­tions de son pays, appor­­tant tou­­te­­fois une touche de non-­conformisme fémi­­niste. Passé sur le petit écran, le voici adopté comme un clas­­sique tout en « rajeu­­nis­­sant » les cli­­chés reçus.

2Encore que… si j’évoque briè­­ve­­ment le film amé­­ri­­cain de 2006 avant que de m’atta­­quer à l’impo­­sant mas­­sif du manga japo­­nais, c’est qu’une compa­­rai­­son s’impose entre les deux regards qui sont por­­tés sur l’héroïne, visi­­ble­­ment ins­­pi­­rés l’un par l’autre, mais en même temps révé­­la­­teurs de réfé­­rences cultu­­relles bien dis­­sem­­blables. Dans le film de Sofia Coppola, j’avais reconnu une ver­­sion modi­­fiée d’un héri­­tage anglo-­saxon, soit une vision de la monar­­chie et de la cour de France sous le règne de Louis XVI, mar­­quée par l’image de luxe trouble et de pro­­di­­ga­­lité, non tou­­te­­fois sans une réelle admi­­ra­­tion pour ne pas dire envie. Un monarque benêt et impuis­­sant veut le bien de ses sujets et n’hésite pas à s’endet­­ter pour aider à la lutte des colo­­nies amé­­ri­­caines. Mais l’héroïne est une ado­­les­­cente, une petite archi­­du­­chesse sor­­tie du pou­­lailler fami­­lial de l’impé­­ra­­trice Marie-­Thérèse pour affron­­ter l’uni­­vers redou­­table de la cour de France. Elle force la sym­­pa­­thie et l’indul­­gence jusque dans ses erreurs pour appa­­raître comme une cham­­pionne à sa façon de l’éman­­ci­­pa­­tion fémi­­nine dans une his­­toire d’amour où le beau Sué­­dois Fersen s’impose comme un pro­­ta­­go­­niste majeur. J’étais resté per­­plexe dans l’épi­­sode fugi­­tif où l’on évoque l’aide appor­­tée aux Amé­­ri­­cains en fai­­sant cara­­co­­ler Outre-­Atlantique un brillant cham­­pion sous les traits non point de Lafayette, mais de Fersen. Une erreur, avais-­je pensé ? Atten­­dons la suite… Dans le même ordre d’idées, l’esca­­pade noc­­turne de l’espiègle Marie-­Antoinette et de ses petites copines à l’Opéra du Palais Garnier où Fersen l’attend sous le masque, m’a sem­­blé une licence par­­don­­nable, un ana­­chro­­nisme d’ordre tou­­ris­­tique. La ber­­ge­­rie du Petit Trianon accueille des amours à l’anglaise, cepen­­dant que l’insou­­ciante jeune femme au sor­­tir de ses pro­­di­­ga­­li­­tés ves­­ti­­men­­taires et de ses géné­­ro­­si­­tés impru­­dentes, res­­tée bonne mère, et épouse fidèle à sa façon commence à peine à mûrir. Le scé­­na­­rio amé­­ri­­cain lui a épar­­gné le drame de la Révo­­lu­­tion, qui n’est annoncé que par une chute tra­­gique. Au soir des jour­­nées d’octobre 1789, à la nuit plu­­tôt, voici l’intru­­sion d’une foule hur­­lante, hommes et femmes déchaî­­nés, cepen­­dant qu’à l’inté­­rieur du palais, on assiste au repas lugubre du roi nigaud, seul, aban­­donné, et qui se fait ver­­ser un grand verre de vin par un lar­­bin. Hor­­reur, c’est du rouge, on dirait du Beau­­jo­­lais ! Adieu cham­­pagne et ban­­quets. Et nous compre­­nons sou­­dain, quand Marie-­Antoinette se pré­­sente au bal­­con pour s’incli­­ner devant la foule (remored ?), que c’est la Révo­­lu­­tion. Incontes­­ta­­ble­­ment, ce film livre une approche postmoderne tout à fait sug­­ges­­tive du reflet de la fin de l’Ancien Régime fran­­çaise dans l’ima­­gi­­naire amé­­ri­­cain des années 2000, les ethno­types anciens, sur la cour, l’éti­­quette asso­­ciée à la dépra­­va­­tion, ou du moins la dis­­si­­pa­­tion, le bien man­­ger et le bien boire sont relookés dans le cadre d’une soap history. La « gender history » trouve son héroïne sous les traits d’une jeune archi­­du­­chesse. La dif­­fé­­rence notable avec la tra­­di­­tion anglo-­saxonne des tenebrosi qui, depuis Dickens, s’attardent sur le tableau des hor­­reurs de la Ter­­reur, est bien que le cours de la Révo­­lu­­tion est ici volon­­tai­­re­­ment esca­­moté.

3Et c’est là sans doute une dif­­fé­­rence essen­­tielle avec le manga japo­­nais dont il appa­­raî­­tra à l’exa­­men que la réa­­li­­sa­­trice amé­­ri­­caine s’est direc­­te­­ment ins­­pi­­rée. Serais-­je seul à m’en être aperçu, à ces détails que je viens d’évo­­quer – Fersen en Amérique ou le bal mas­­qué au Palais Garnier ? Il est vrai qu’à l’inverse les contrastes ne manquent pas. Au rang des sources aux­­quelles elles ont puisé, la réa­­li­­sa­­trice amé­­ri­­caine ren­­voie à l’une des récentes (et mul­­tiples) bio­­gra­­phies par une auteure bri­­tan­­nique (Antonia Fraser), mais Riyoko Ikeda, trente ans plus tôt, fai­­sant état de ses recherches per­­son­­nelles sur un chan­­tier encore bien méconnu tenait à payer sa dette à l’égard de Stefan Zweig, le bio­­graphe poly­­graphe et sym­­pa­­thique de l’entre-­­deux-guerres, c’est de lui sans doute qu’elle tient, avant même l’inva­­sion de la « gender history », son mélange de sym­­pa­­thie pour une héroïne fémi­­nine en même temps qu’une vision posi­­tive de la Révo­­lu­­tion, assez conforme à la lec­­ture trans­­mise de Michelet aux his­­to­­riens de la Troi­­sième Répu­­blique.

4Aux ori­­gines de la Révo­­lu­­tion : la faim, la misère du peuple à la ville comme à la cam­­pagne, l’oppres­­sion d’une caste nobi­­liaire arro­­gante et fer­­mée, dont la cour est le cou­­ron­­ne­­ment. Ce monde est rongé par les scan­­dales dont l’affaire du col­­lier de la Reine est l’illus­­tra­­tion, le pou­­voir, échu aux mains d’un roi presque enfant, après avoir été acca­­paré par des favo­­rites comme la du Barry sous le règne finis­­sant de Louis XV, échappe aux ministres réfor­­ma­­teurs comme Turgot et se heurte à l’obs­­ti­­nation des pri­­vi­­lé­­giés repré­­sen­­tés par les Par­­le­­ments, assez mal défi­­nis dans leur rôle. Voilà une vieille chan­­son que nous connais­­sons bien de longue date. Elle a ses acteurs prin­­ci­­paux, le roi por­­trai­­turé comme un faible, au visage inconsis­­tant, à la bonne volonté aussi débile que ses capa­­ci­­tés phy­­siques. Il a de bons et de mau­­vais conseillers, sélec­­tion­­nés au gré des lec­­tures, comme Mercy l’émis­­saire de l’impé­­ra­­trice Marie-­Thérèse. Au fil d’une his­­toire qui se des­­sine à grands traits assez lâches des sil­­houettes se ren­­contrent, Mirabeau un débau­­ché de talent, ensuite Robespierre et Saint-­Just qui devien­­dront les pro­­ta­­go­­nistes posi­­tifs de la Révo­­lu­­tion qui s’avance, choi­­sis dans une foule assez indis­­tincte et où l’on entre­­voit Camille Desmoulins. Mais ce n’est pas lui le Masque Noir, pré­­cise l’auteure.

5Reprises de l’his­­toire des manuels et des repères offi­­ciels, un cer­­tain nombre de scènes émergent, qui mettent en valeur l’image de la Reine, entraî­­née par le flot des évé­­ne­­ments : c’est la convo­­ca­­tion des États géné­­raux, une scé­­no­­gra­­phie orches­­trée par l’image, où la sou­­ve­­raine se voit confron­­tée à la haine popu­­laire, dont l’his­­toire du col­­lier avait donné l’avant-­goût, c’est l’irrup­­tion popu­­laire des jour­­nées d’octobre, comme ce sera la fuite par Varennes dans sa pré­­pa­­ra­­tion, son dérou­­le­­ment agencé par Fersen. En arrière-­plan de ce scé­­na­­rio, on entre­­voit « le peuple », un peuple à la fois misé­­rable, sau­­vage dans ses bas-­fonds, mais vu tou­­te­­fois avec compas­­sion comme le détenteur des valeurs de soli­­da­­rité, dans la tra­­di­­tion d’Eu­gène Sue ou de Victor Hugo. Tout cela, dira-­­t-on, nous le connais­­sons bien et on nous l’a déjà conté. Mais voici que, pour n’avoir pas la sagesse de s’arrê­­ter aux jour­­nées d’octobre 1789, comme le fera Sofia Coppola, l’auda­­cieuse his­­to­­rienne – ou roman­­cière – nip­­pone dérape, sa demi culture sco­­laire laisse appa­­raître de grosses bévues qui sont en réa­­lité des licences qu’elle s’octroie. Comme chez Alexandre Dumas ou Dickens, il y a des per­­son­­nages inven­­tés qui s’intro­­duisent au fil de l’his­­toire offi­­cielle, on voit ainsi au début des évé­­ne­­ments le « Masque noir » qui joue le numéro de « Zorro est arrivé », bri­­gand défen­­seur du peuple opprimé. D’autres per­­son­­nages, la plu­­part en fait, sont carica­­tu­­rés ou défi­­gu­­rés, une comtesse de Boulainvilliers qui finit rôtie dans son hôtel rap­­pelle de loin la Brinvilliers, la comtesse de la Motte et son gigolo sont des cri­­mi­­nels de haut vol, la du Barry tient un bien vilain rôle au début du récit, au même titre que la Polignac et ses intrigues cri­­mi­­nelles.

6Tout cela ne serait que menue mon­­naie des licences habi­­tuelles dans le roman his­­to­­rique, si d’entrée un per­­son­­nage inventé – l’un des seuls à l’être se défend l’auteure – ne pre­­nait une impor­­tance consi­­dé­­rable et qui va s’enfler jusqu’à faire concur­­rence, voire éclip­­ser l’héroïne Marie-­Antoinette. Ce per­­son­­nage qui l’accom­­pagne comme une ombre c’est Oscar, né de Jarjayes dans une famille de bonne noblesse, dont l’enfance est évo­­quée en paral­­lèle avec celle de la jeune archi­­du­­chesse, jusqu’à ce que leurs des­­ti­­nées se ren­­contrent, quand Oscar, avec titre de comman­­dant puis de colo­­nel de la garde royale, plus tard deve­­nue garde natio­­nale, (par une pirouette assez auda­­cieuse) a reçu la charge de veiller sur la Reine Marie-­Antoinette. Il a revêtu un uni­­forme cha­­marré qui évoque plu­­tôt les offi­­ciers du pre­­mier Empire (et l’auteure s’excuse de cette licence qu’elle assume) mais cela met en valeur sa sil­­houette élan­­cée et son abon­­dante che­­ve­­lure blonde, car pour tout révé­­ler sans plus tar­­der Oscar est une femme. Elevée dans le métier des armes par un père qui rêvait d’avoir un fils, il/elle assume son rôle de tra­­vesti, éner­­gique comman­­dant et garde du corps, tout en déployant un pou­­voir de séduc­­tion ambigu tant vis-­­à-vis des hommes comme Fersen, amant de la reine, que des femmes, Marie-­Antoinette ou celles qui l’entourent, comme la Polignac, rivales jalouses. Pour bien faire, Oscar a un double, un homme véri­­table, André, qui l’aime en secret et le suit comme son ombre. Pro­­tecteur de la reine, sa conscience et son conseiller dis­­cret, Oscar déjoue plus ou moins les complots dans l’entou­­rage royal, son rôle dans le scé­­na­­rio s’enfle et en vient à sup­­plan­­ter celui de Marie-­Antoinette, en même temps qu’il s’en éloigne tout en lui res­­tant fidèle. Il (ou elle) se prend de sym­­pa­­thie pour la Révo­­lu­­tion qui gronde. Il a une pro­­té­­gée Rosalie, qu’il veut arra­­cher à Madame de Polignac, sa vraie mère déna­­tu­­rée.

7Fina­­le­­ment Oscar et André vont décou­­vrir leur amour, mais impos­­sible et condamné : sym­­bo­­li­­que­­ment André perd la vue à la suite d’un combat, tous deux péris­­sent dans l’attaque de la Bas­­tille où ils se retrouvent dans le rang des assaillants de la for­­te­­resse. Ils dis­­pa­­raissent de la scène où la « grande » his­­toire reprend sa place. Marie-­Antoinette retrouve Fersen lors de la fuite par Varennes et assume son rôle et sa figure de mère, reine meur­­trie, épouse fidèle et infi­­dèle dans un mélo désor­­mais plus banal où elle rede­­vient l’héroïne que l’his­­toire connaît avec ses pas­­sages obli­­gés, le pro­­cès (« la pudeur des mères », la mort stoïque). La suite de la Révo­­lu­­tion est bâclée vite fait avec un regard sym­­pa­­thique pour Robespierre et Saint-­Just quoique celui-­ci reste confiné dans son rôle d’archange de la mort. La Ter­­reur est ter­­rible mais pré­­sen­­tée comme une fata­­lité jus­­ti­­fiée, le peuple-­foule garde le bon rôle. Les ombres enla­­cées d’Oscar et d’André planent un cer­­tain temps sur ce champ de bataille mais la suite du manga nous fait sor­­tir de la grande Révo­­lu­­tion, au gré des aven­­tures des héros secondaires au fil d’un récit mélo­­dra­­ma­­tique enchaî­­nant des épi­­sodes rocam­­bo­­lesques, enlè­­ve­­ments, séques­­tra­­tions, sectes, sor­­cières, nonnes malé­­fiques et sor­­ti­­lèges. On a l’impres­­sion que l’auteure « joue les pro­­lon­­ga­­tions » dans les suites numé­­ro­­tées 1, 2, 3, 4 et nous avons le droit de l’aban­­don­­ner. Non tou­­te­­fois sans nous être inter­­ro­­gés… sur ce mélange d’his­­toire et de roman his­­to­­rique, sui­­vant les jus­­ti­­fi­­cations de l’auteure et de son (ses) adap­­ta­­teurs. Il ren­­voie à une connais­­sance sco­­laire de l’his­­toire à un stade his­­to­­ri­­que­­ment daté. Assez appli­­quée dans sa péda­­go­­gie à l’usage de son public exo­­tique, l’auteure est sou­­cieuse d’une cer­­taine pré­­ci­­sion fac­­tuelle émaillée de déra­­pages dont elle s’excuse ou se jus­­ti­­fie. Des séquences pure­­ment sco­­laires ponc­­tuent le fil du récit.

8De quel pro­­fit cela peut-­il être pour l’his­­to­­rien ou le lec­­teur (fran­­çais) actuel ? De même que Sofia Coppola illustre le regard amé­­ri­­cain du temps de Bush en pre­­nant ses dis­­tances avec le confor­­misme ambiant, il y aurait chez Riyoko Ikeda l’illus­­tra­­tion d’un regard pro­­pre­­ment japo­­nais dans ce tableau éla­­boré dans les années 70, enri­­chi et façonné entre 1980 et 2000.

9Peut-­on par­­ler de pré­­coce appa­­ri­­tion du « gender » ? Riyoko Ikeda reven­­dique ses réfé­­rences (Stefan Zweig puis Antonia Fraser). En tout cas voilà une his­­toire au fémi­­nin qui se pré­­sente comme telle : un « manga pour filles », ado­­les­­centes. C’est l’inté­­rêt de cette lit­­té­­ra­­ture au long cours sur 2 200 pages dont plus de la moi­­tié est consa­­crée à la période Marie-­Antoinette. Cette his­­toire, on l’a dit, évite l’ana­­thème contre-­révolutionnaire, elle est à la fois prorévolutionnaire, repre­­nant les cli­­chés clas­­siques sur les tares de l’Ancien Régime, dévoi­­lant une cer­­taine fas­­ci­­na­­tion, mais tenue à dis­­tance, pour la vio­­lence ven­­ge­­resse et les bas-­fonds.

10Là n’est pas le plus étrange, ni la foca­­li­­sa­­tion sur une (des) his­­toires d’amour secret dans une cour et un palais, non plus que la fas­­ci­­na­­tion pour le cadre de Versailles, mélange d’attrac­­tion et de juge­­ment moral à la fois tolé­­rant et tra­­di­­tion­­nel. La bisexua­­lité de celui/celle qui s’impose comme le héros prin­­ci­­pal est le trait le plus remar­­quable, qui va au-­delà de la compli­­cité avec l’infi­­dé­­lité roma­­nesque du grand amour de la Reine et de Fersen, de la complai­­sance pour les ami­­tiés saphiques à peine sug­­gé­­rées de Marie-­Antoinette et de ses favo­­rites, comme la Polignac, puisqu’elle condi­­tionne toute l’atmo­­sphère de l’inti­­mité équi­­voque de la reine et de ce comman­­dant de sa garde à la séduc­­tion si écla­­tante et si fémi­­nine, sous son opu­­lente che­­ve­­lure blonde au point que tous ou presque, hommes et femmes, sont sous son charme. Et, bien sûr, on se demande à quoi rêvent les jeunes filles, le public visé par l’auteur… Ado­­les­­centes nip­­pones, par cen­­taines de mille nous dit-­on, depuis la décen­­nie 1970, rêvant d’Oscar, ou plu­­tôt d’être Oscar, en cachant leur fémi­­nité sous un brillant uni­­forme de fan­­tai­­sie, en alliant prouesses mas­­cu­­lines et sen­­si­­bi­­lité fémi­­nine, le cœur bat­­tant, au contact de la Reine et lon­­gue­­ment de Fersen, qui n’est qu’à moi­­tié dupe, avant que le fidèle André ne soit récom­­pensé in fine quand Oscar assume, mais trop tard, son hété­­ro­­sexua­­lité.

11On fait l’amour dans ce mélo plus qu’équi­­voque, mais les per­­son­­nages de la du Barry ou de Madame de la Motte sont exé­­crés, de même que leurs homo­­logues mas­­cu­­lins, ridi­­cule comme le car­­di­­nal de Rohan, dépravé comme Mirabeau. Et si l’on baise, c’est si je puis dire chas­­te­­ment dans les grandes occa­­sions, longues étreintes allu­­sives plus que dévoi­­lées, évo­­quées théâ­­tra­­le­­ment, ponc­­tuées d’ono­­ma­­to­­pées intra­­dui­­sibles ou presque (ouin-­ouin ?) mais on ne voit ni seins ni sexe, sur les longues sil­­houettes fili­­formes, seules compa­­tibles avec le code de la pudeur japo­­nais, et sus­­cep­­tibles d’être compri­­mées dans la tunique d’uni­­forme.

12On comprend qu’à l’hori­­zon des années 2000 la ver­­sion amé­­ri­­caine de Sofia Coppola, après des essais peu cou­­ron­­nés de suc­­cès sur les écrans fran­­çais (Jacques Demy) de faire pas­­ser « Oscar », ait pré­­féré « sage­­ment » (?) recen­­trer sur la petite archi­­du­­chesse trop tôt reine son plai­­doyer pour l’éman­­ci­­pa­­tion fémi­­nine vue d’en haut, dans le monde des princes.

13Le pré­­cé­­dent japo­­nais n’en appa­­raît que plus frap­­pant, reflet sinon d’une société toute entière, du moins d’un uni­­vers fémi­­nin et plus pré­­ci­­sé­­ment juvé­­nile dans ses fan­­tasmes et ses rêves. L’auteure, dont les pré­­fa­­ciers fran­­çais ou japo­­nais puis les jour­­na­­listes ont repris les pro­­pos, évoque la tra­­di­­tion japo­­naise du théâtre « takarazuka » où tous les rôles, mas­­cu­­lins comme fémi­­nins, sont tenus par des femmes, accou­­tu­­mant sans doute le public au tra­­vesti et à l’inter­­sexua­­lité. Comme beau­­coup d’étran­­gers n’ayant eu qu’un contact super­­fi­­ciel avec la civi­­li­­sa­­tion japo­­naise, je pen­­sais au contraire que le théâtre kabuki était joué par des hommes dans les rôles fémi­­nins comme mas­­cu­­lins. L’expli­­ca­­tion, telle que nous la rece­­vons sans avoir la compé­­tence de la contester, reste un peu courte pour jus­­ti­­fier l’étrange façon de faire vivre sous les traits d’une héroïne fémi­­nine dégui­­sée en homme l’ago­­nie volup­­tueuse de l’Ancien Régime et la mon­­tée de la Révo­­lu­­tion. Il y a bien du refoulé dans tout cela.

14On peut se demander quel peut être le suc­­cès de ce manga chez les jeunes ou moins jeunes Fran­­çais, aux­­quels il paraî­­tra peut-­être assez vieillot en 2011 par compa­­rai­­son avec ses homo­­logues de nou­­velle géné­­ra­­tion. On nous explique tou­­te­­fois que les tou­­ristes actuels qui visitent Versailles en foule dense cherchent volon­­tiers à retrou­­ver l’ombre d’Oscar, on ne nous pré­­cise pas leur âge.

15Il faut sor­­tir de ce qui­­proquo : l’inté­­rêt demeure pour l’his­­to­­rien des repré­­sen­­ta­­tions et des mémoires fabri­­quées, de ce regard sin­­gu­­lier en ver­­sion nip­­pone sur l’image contem­­po­­raine de la reine. Il n’y a pas de rai­­son de refu­­ser de s’en accom­­mo­­der, non plus que de celle que cer­­tains foies gras (Conser­­ve­­ries de Marie-­Antoinette) nous ont livré de Marie-­Antoinette pour leur publi­­cité, en per­­ruque et cor­­sage d’époque mais débar­­ras­­sée de ses lourds paniers pour dévoi­­ler un shorty vert pomme. N’a-­­t-on pas reconnu pen­­dant long­­temps, dans une carica­­ture révo­­lu­­tion­­naire qui repré­­sente en fait Mme de Condorcet, la sou­­ve­­raine comme une « res publica » ?

16Mais on peut, alors que les his­­to­­riens(nes) authen­­tiques comme Mona Ozouf et d’autres se plaisent aujourd’hui à accom­­pa­­gner le couple royal sur la route de la fuite par Varennes, conti­­nuer à s’inter­­ro­­ger non point sur ce qui est licite dans ces inven­­tions ou mani­­pu­­la­­tions – ques­­tion dépla­­cée au regard de la liberté du créa­­teur – mais sur ce que cela nous apporte. Vieille ques­­tion que je rumine, gar­­dant en mémoire telle émis­­sion télé­­vi­­sée chez Bernard Pivot dans les années du Bicen­­te­­naire où je fus confronté à Dominique Jamet qui venait de publier son essai « Antoine et Maximilien ou la Ter­­reur sans la vertu » récit pré­­ten­­du­­ment authen­­tique où un Robespierre éro­­to­­mane finis­­sait sous le coup de pis­­to­­let de son amant Saint-­Just sub­­sti­­tué au gen­­darme Merda lors du 9 ther­­mi­­dor. Ce n’est point ce tour de force qui a porté son auteur à la direc­­tion de la biblio­­thèque François Mitterrand.

17Tout est per­­mis et nous en avons lu d’autres. Du moins la « Rose de Versailles » m’a-­­t-elle donné l’occa­­sion de me fami­­lia­­ri­­ser avec l’exer­­cice du manga his­­to­­rique, enri­­chis­­sant mes inves­­ti­­gations vaga­­bondes à tra­­vers l’ima­­gi­­naire col­­lec­­tif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Vovelle, « Cachez ces nippons… Ou Marie-Antoinette au pays des mangas », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 129-136.

Référence électronique

Michel Vovelle, « Cachez ces nippons… Ou Marie-Antoinette au pays des mangas », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 13 février 2016. URL : http://ahrf.revues.org/12322

Haut de page

Auteur

Michel Vovelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org