Navigation – Plan du site
Sources

L’inven­­taire des biens de l’impri­­merie Jacques-­René Hébert

Archives natio­­nales, F 17 1 298, T 1684, W 78
Philippe Bourdin
p. 155-162

Texte intégral

1Au milieu d’un dos­­sier dis­­pa­­rate de la série F17 des Archives natio­­nales sur les théâtres pari­­siens en géné­­ral et l’Opéra en par­­ti­­cu­­lier (F17 1 298), quelle n’est pas la sur­­prise de décou­­vrir des infor­­ma­­tions sur Jacques-­René Hébert. Non recen­­sées par Louis Jacob, mal­­gré son effort par­­ti­­cu­­lier de dépouille­­ment1, elles ont été par­­tiel­­le­­ment men­­tion­­nées par Albert Soboul comme par­­tie inté­­grante du car­­ton W 782. Elles pro­­viennent de son confrère Jacques Christophe Marquet, qui lui était asso­­cié dans l’entre­­prise d’impri­­merie qu’ils diri­­geaient en l’an II à la Cour des Miracles. Fai­­sant preuve d’une moder­­nité éco­­no­­mique cer­­taine, Hébert aimait le prin­­cipe de l’asso­­cia­­tion : il en avait usé aupa­­ra­­vant avec son confrère Tremblay, avec d’autres encore (selon l’inven­­taire qui suit de ses biens) pour faire face aux contraintes finan­­cières, comme il avait pris des risques en s’affi­­liant à la caisse d’Épargne et de Bien­­fai­­sance de Joachim Lafarge, fon­­dée en 1791 – ton­­tine éta­­blie sur un sys­­tème via­­ger, elle réunit jusqu’à 120 000 par­­ti­­cu­­liers, leur pro­­met­­tant sans len­­de­­main des sommes consi­­dé­­rables contre une mise modeste, suite à une série d’erreurs sur le cal­­cul des taux de mor­­ta­­lité3.

2En l’an IV encore, depuis son ate­­lier du 1095, rue de Vaugirard, Marquet réclame leur dû au Théâtre de la Répu­­blique et des Arts, ex-­Académie royale de Musique. Car les deux compères, forts de la répu­­ta­­tion du Père Duchesne dans la sans-­culotterie, de l’appui de la Commune de Paris dont Hébert est procureur-­adjoint, ou du club des Cor­­de­­liers, ont pu comp­­ter avec des commandes de la muni­­ci­­pa­­lité ou de cette pres­­ti­­gieuse ins­­ti­­tution cultu­­relle. Hébert, peut-­être auteur dans les années 1780 de parades théâ­­trales pour les théâtres de société des hôtels nobi­­liaires pari­­siens4 puis contrô­­leur des loges au Théâtre des Varié­­tés5, pou­­vait en ser­­vant ce comman­­di­­taire y ajou­­ter une appé­­tence par­­ti­­cu­­lière. « Il était dû en 1793 jusqu’au 29 ven­­tôse an 2 de la répu­­blique la somme de deux mille six cent qua­­rante neuf livres dix sols » pour des affiches et des billets, insiste Marquet, s’expri­­mant aussi au nom de la fille des Hébert dont il est devenu tuteur. L’acte qui lui impose des devoirs envers Scipion Vir­­gi­­nie (née le 7 février 1793, morte le 13 juillet 1830) date du 22 ven­­tôse an III (12 mars 1795)6. L’enfant, que ses pré­­noms affi­­lient aux répu­­bliques romaine et amé­­ri­­caine ainsi qu’y invi­­tait une pra­­tique mili­­tante mino­­ri­­taire, est alors âgée de deux ans. Ses parents, Jacques René et Mar­­gue­­rite Françoise Gou­­pil, sont mon­­tés à l’écha­­faud res­­pec­­ti­­ve­­ment dans les char­­rettes des 4 et 13 ger­­mi­­nal an II (14 mars et 13 avril 1794). Ils s’étaient ren­­contrés au sein de la Société fra­­ter­­nelle des deux sexes, alors que Mar­­gue­­rite, sœur de la Pro­­vi­­dence, jusqu’alors recluse au couvent de la Concep­­tion de la rue Saint-­Honoré, venait d’aban­­don­­ner le voile, et s’étaient mariés le 7 février 17927. L’enfant est entou­­rée de son oncle, Jacques Gou­­pil, un offi­­cier inva­­lide, de Pierre Theuvenot, un quincailler de la rue du Temple (sec­­tion de la Réunion), de Jean-­Baptiste Gaignot, employé aux domaines natio­­naux, de la sec­­tion Guillaume Tell, de Pierre-­François Coignard, employé à la Tré­­so­­re­­rie natio­­nale, domi­­ci­­lié rue Denis, de son voi­­sin Joseph Barat, de Pierre François Joseph Guérin, impri­­meur rue du Temple, tous sans-­culottes amis de la famille – la Révo­­lu­­tion a visi­­ble­­ment offert à plu­­sieurs des places dans les nou­­velles admi­­nis­­tra­­tions, une pro­­mo­­tion sociale.

3Et Marquet de joindre à sa demande auprès des admi­­nis­­tra­­teurs de l’Opéra diverses pièces à convic­­tion, dont la plu­­part ont dis­­paru : modèles des tra­­vaux impri­­més, mémoire, registre extrait des papiers Hébert, inven­­taire de ceux-­ci (avec men­­tion de la créance dont le paie­­ment est demandé et fina­­le­­ment accordé à 75 francs pour cent livres en vertu de la loi du 15 ger­­mi­­nal an IV, soit 1 997 francs et douze cen­­times, ou 2 649 francs et cin­­quante cen­­times en assi­­gnats)8.

4Le Bureau du domaine natio­­nal du Dépar­­te­­ment de Paris a recueilli dif­­fé­­rentes pièces concer­­nant Hébert. Ainsi a-­­t-il versé en nivôse an III une reconnais­­sance de dette acquit­­tée à l’agence du droit d’enre­­gis­­tre­­ment : un récé­­pissé de 4 000 livres cor­­res­­pon­­dant à un prêt accordé le 30 fri­­maire an II (20 décembre 1793) au citoyen Cornu par Jacques-­René9, preuve d’une aisance finan­­cière cer­­taine de ce der­­nier, sans doute favo­­ri­­sée par les abon­­ne­­ments aux armées – Camille Desmoulins l’accu­­sera de per­­ce­­voir 120 000 livres annuelles du ministre de la guerre Bouchotte10. Il a diligenté l’inven­­taire des papiers lais­­sés à l’impri­­merie classé en no 30, des « Archives Hébert ». Il a commencé le 15 plu­­viôse an III (3 février 1795), à 10 h du matin, conduit par Ger­­main Allain, commis­­saire dudit Bureau, « spé­­cia­­le­­ment nommé pour l’inven­­taire des papiers des émi­­grés » et commis à cette mis­­sion par arrêté du 29 ther­­mi­­dor an II (16 août 1794). La compo­­si­­tion de la délé­­ga­­tion, issue du comité civil de la sec­­tion Bonne-­Nouvelle par déli­­bé­­ra­­tions des 29 fri­­maire et 9 nivôse an III (19 et 29 décembre 1794), était la sui­­vante :

Nom

Pré­­nom

Adresse pari­­sienne

Allain

Ger­­main

19, rue du Fau­­bourg Denis

Potel

Jean-­Baptiste

378, rue Neuve-­Égalité

Defrémond

Louis-­Antoine François

rue des Filles-­Dieu

5Avant que ne commence l’inven­­taire, il a été solen­­nelle­­ment pré­­cisé : « Il va être pro­­cédé à la conser­­va­­tion des inté­­rêts de la Répu­­blique et de tous », moyen­­nant quoi le tra­­vail se concen­­trera sur des papiers entas­­sés dans sept car­­tons et un registre éti­­queté du nom « du condamné Hébert, sub­­sti­­tut du pro­­cu­­reur de la Commune de Paris », tous objets sous scel­­lés entre­­po­­sés au Bureau des Archives, mai­­son d’Uzès, rue Montmartre. Plu­­sieurs jours ont été néces­­saires à l’exper­­tise : les 18, 19, 21, 23, 24, 25, 27, 29 ven­­tôse, du 1 au 9 puis du 12 au 17 ger­­mi­­nal an III. En ont résulté vingt et une cotes, dont la des­­crip­­tion som­­maire sui­­vante est four­­nie dans ce qui s’avère être une copie du 27 prai­­rial an III (15 juin 1795) de la minute dépo­­sée au Bureau du domaine natio­­nal du Dépar­­te­­ment de Paris le 26 ger­­mi­­nal an III (15 avril 1795) – toutes les pièces ayant été remises, dans des car­­tons éti­­que­­tés, au citoyen Bercon :

« 1. […] Expé­­di­­tion gros­­soyée de l’inven­­taire fait après le décès de Marie Louise Morel, décédée veuve de Jacques Gou­­pil, par Lagrenée, qui en a gardé la minute, et son confrère, notaires à Paris, en date du onze août mil sept cent quatre vingt un.
À la requête de Marie Mar­­gue­­rite Françoise Gou­­pil, fille majeure habile au dire et por­­ter suite et unique héri­­tière de la dite veuve Gou­­pil, sa mère, la dite Marie Mar­­gue­­rite Françoise Gou­­pil femme condam­­née du dit Hébert, aussi condamné.
Sur lequel inven­­taire il va être par moi, commis­­saire du Bureau, pro­­cédé au recol­­le­­ment des papiers compo­­sant les onze cottes du dit inven­­taire.
Des dix pièces de la pre­­mière cotte la pre­­mière qui é­toit la grosse d’un contrat passé devant Gaschier, qui en a la minute, et son confrère, notaires à Paris, le seize jan­­vier mil sept cent vingt un, por­­tant consti­­tution en exé­­cu­­tion de l’édit de mil sept cent vingt au pro­­fit de Margueritte Ledoux, veuve de Nicolas Tardu, de quatre vingt une livres de rente per­­pé­­tuelle au prin­­ci­­pal de trois mille deux cent qua­­rante livres.
La troi­­sième qui n’est énon­­cée seule­­ment avec d’autres que som­­mai­­re­­ment sous la qua­­li­­fi­­ca­­tion de titres de pro­­priété.
La qua­­trième qui é­toit annon­­cée être le titre nou­­vel de la dite rente, mais qui néan­­moins se trouve rem­­placée par l’imma­­tri­­cule de la dite par­­tie de rente paraffée pièce qua­­trième de la cotte, ce qui vrai­­sem­­blab­­le­­ment est une erreur.
La cin­­quième et la sixième qui sont aussi titres de pro­­priété de la dite par­­tie de rente aussi som­­mai­­re­­ment énon­­cée dans les dits inven­­taires.
Sont lettres en défficit.
Mais quand aux deuxième, sep­­tième, hui­­tième, neu­­vième et dixième pièces, elles sont en nature.
Les dix pièces de la cotte deux, les six de la cotte trois, les douze de la cotte quatre, la pièce unique de la cotte cinq, les deux pièces de la cotte six, les cent vingt deux de la cotte sept sont toutes en nature.
La cotte huit entière compo­­sée de quatre cent dix sept pièces qui étoient lettres de change acquit­­tées par les­­dits Gou­­pil et sa femme sont en défi­­cit.
La neu­­vième et la dixième cotte sont en nature.
Quand à la onzième et der­­nière cotte qui é­toit un grand registre sur lequel les­­dits Gou­­pil et sa femme inscrivoient les four­­ni­­tures qu’ils faisoient à dif­­fé­­rents par­­ti­­cu­­liers, [il] est en défficit.

2. […] L’expé­­di­­tion d’un acte passé devant Lefebvre, qui en a gardé la minute, et son confrère, notaires à Paris, le 15 sep­­tembre 1781, dument insi­­nué, por­­tant renon­­cia­­tion par Marie Mar­­gue­­rite Gou­­pil ci-­devant nom­­mée à la suc­­ces­­sion de ladite veuve Gou­­pil, sa mère, pour s’en tenir par elle aux droits et actions qu’elle a­voit exer­­cés contre la suc­­ces­­sion de la dite veuve Gou­­pil par une lors Delle Jolly, maî­­tresse lin­­gère.

3. […] Qua­­rante pièces qui concer­­naient un nommé Delahaye et sa femme, qui sont entre autres choses leur contrat de mariage, procès-­verbal de scel­­lés après le décès de ladite Delahaye, son tes­­tament qui ins­­ti­­tue Marie Jeanne Delahaye Dupuis, pre­­mière femme du dit feu Jacques Gou­­pil, père de la femme Hébert, pour sa léga­­taire uni­­ver­­selle […].

4. […] La grosse en par­­che­­min d’un acte passé devant Lepot d’Auteuil, qui en a gardé la minute, et son confrère, notaires à Paris, le 27 jan­­vier 1782, conte­­nant consti­­tution par A­lexis Paul Michel Leveneur, au pro­­fit de la dite Marie Mar­­gue­­rite François Gou­­pil, lors fille majeure de la citoyenne Leritier, alors reli­­gieuse sous le nom de sœur de la Pro­­vi­­dence de l’Ascen­­sion au couvent des ci-­devant Récolettes, rue Bucy, de 600 livres de rentes annuelles et via­­gères sur deux têtes, ladite consti­­tution faite sur le pied de neuf pour cent moyen­­nant la somme de six mille six cent soixante six livres treize sols quatre deniers payée par les sus­­nom­­mées au dit Leveneur.

5. […] Un grand registre recou­­vert en par­­che­­min ordi­­naire por­­tant sur la tranche les vingt quatre lettres alpha­­bé­­tiques, conte­­nant trois cent quatre pages dans lequel beau­­coup de feuillets sont tota­­le­­ment en blanc. Quelques autres ou par­­tie d’iceux sont écrit, ledit registre conte­­nant les noms vrai­­sem­­blab­­le­­ment des abon­­nés dudit Hébert, de son Jour­­nal et le temps pour lequel les y dénom­­més sont abon­­nés.

6. […] Un autre petit registre recou­­vert en par­­che­­min déchiré ayant sur la tranche les vingt-­quatre lettres alpha­­bé­­tiques, ayant quatre vingt quinze pages sur les­­quels sont ins­­crits les noms vrai­­sem­­blab­­le­­ment des abon­­nés du citoyen Hébert à son Jour­­nal et le temps pour lequel les y dénom­­més sont abon­­nés, dans lequel registre beau­­coup de noms ou articles se trouvent bâton­­nés et dans lequel il y a quelques feuillets et par­­tie de feuillets qui sont en blanc.

7. […] Un autre petit registre recou­­vert en par­­che­­min conte­­nant trois cent qua­­rante pages en tête inti­­tulé Dépense pour l’Impri­­merie, sur lequel sont ins­­crits des articles de recette inti­­tu­­lés Banque des samedi vingt juillet mil sept cent quatre vingt treize depuis le no 160 jusques et y compris le no 167 et le sur­­plus dudit registre se trouve tota­­le­­ment en blanc, duquel registre il paroit résul­­ter qu’il y a compte à faire entre le Cn Guignot, qui a reçu dif­­fé­­rentes sommes, et la répu­­blique comme étant aux droits desdits Hébert et sa femme, condam­­nés.

8. […] Deux autres petits registres recou­­vert en papier, le pre­­mier conte­­nant quatre vingt dix sept pages et inti­­tulé Etat des ouvrages par­­ti­­cu­­liers impri­­més dans cette impri­­merie, dans lequel registre beau­­coup de pages se trouvent tota­­le­­ment en blanc et plu­­sieurs écrittes, ledit registre pou­­vant don­­ner quelques ren­­sei­­gne­­ments. Le second conte­­nant trente six pages et inti­­tulé Etat des différens ouvrages impri­­més pour l’Opéra, dans lequel registre il se trouve aussi beau­­coup de pages en blanc et plu­­sieurs écrites, ledit registre pou­­vant aussi don­­ner quelques ren­­sei­­gne­­ments.

9. […] Vingt une pièces qui sont bor­­de­­reaux, nottes et ren­­sei­­gne­­ments sur les dépenses et béné­­fices résul­­tant de l’impri­­merie du condamné Hébert, paroissant indi­­quer qu’il é­toit, existoit une banque entre lui et d’autres pour ladite impri­­merie.

10. […] L’extrait d’ins­­crip­­tion de nais­­sance de Scipion Vir­­gi­­nie Hébert, fille à Jacques René Hébert, condamné, et de la dite Marie Mar­­gue­­rite Françoise Gou­­pil, sa femme, aussi condam­­née.

11. […] Une reconnais­­sance de mise par­­tielle de neuf livres dans la caisse d’Épargne et de Bien­­fai­­sance de Lafarge par ledit Hébert et laquelle se trouve main­­te­­nant éteinte par son décès.

12. […] Trois pièces qui sont Mémoires de mar­­chan­­dises et autres four­­ni­­tures faites au condamné Hébert, les dits mémoires non acquit­­tés.

13. […] Dix sept pièces qui sont mémoire de four­­ni­­tures et livrai­­sons au condamné Hébert, les uns non acquit­­tés, les autres fai­­sant men­­tion d’acomptes payés.

14. […] Trois pièces qui sont états d’ouvrages, impri­­merie faite par le condamné Hébert et le citoyen Marquet pour la muni­­ci­­pa­­lité de Paris et autres, les quatre pièces pou­­vant ser­­vir de ren­­sei­­gne­­ment et pour le compte qui seroit à faire entre ledit Hébert et ledit Marquet.

15. […] Deux pièces qui sont mémoires et four­­ni­­tures et livrai­­sons faites pour l’impri­­merie au condamné Hébert et au citoyen Marquet non quit­­tan­­cés.

16. […] Dix-­sept pièces qui sont mémoires quit­­tan­­cés d’ouvrages, four­­ni­­tures faites pour le condamné Hébert et pour le citoyen Marquet et pour décharge et billet par eux sous­­crit acquit­­tés.

17. […] Vingt-­huit pièces qui sont billets acquit­­tés, quit­­tances et décharges et autre pre­­mière ser­­vant de décharge au condamné Hébert.

18. […] Cin­­quante trois pièces qui sont mémoires d’ouvrages, four­­ni­­tures faits et livrés au condamné Hébert, acquit­­tés et quit­­tan­­cés, et bons remis au condamné Hébert ser­­vant de décharges.

19. […] Quatre pièces qui sont aver­­tis­­se­­ment et quit­­tance de la contri­­bu­­tion mobi­­lière payée par la femme Hébert, condam­­née lors fille, pour l’année mil sept cent quatre vingt onze.

20. […] Quatre pièces qui sont quit­­tances de loyer payé par le condamné Hébert et le citoyen Marquet pour un corps de bâti­­ment cour des Miracles qu’ils occupoient, dont la der­­nière signée Andruette et Libert est de la somme de trois cent cin­­quante livres pour le terme échu le pre­­mier jan­­vier mil sept cent quatre vingt qua­­torze vieux stile en date du six pluviose an, deux de la répu­­blique.

21. […] Quatre vingt deux pièces qui sont divi­­sées en trois sec­­tions.
La pre­­mière conte­­nant les lettres écrites au condamné Hébert par des représentans du peuple.
La seconde conte­­nant celles écrites au dit condamné Hébert des auto­­ri­­tés consti­­tuées, ou par des membres desdites auto­­ri­­tés et fonc­­tion­­naires publics.
Et la troi­­sième conte­­nant celles écrittes au dit condamné Hébert par plu­­sieurs citoyens ou autres anonimes, ainsi que quelques nottes et dénon­­cia­­tions.
Toutes les­­quelles pièces ayant trait à diverses époques de la révo­­lu­­tion et pou­­vant en cela don­­ner quelque ren­­sei­­gne­­ment ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bourdin, « L’inven­­taire des biens de l’impri­­merie Jacques-­René Hébert », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 155-162.

Référence électronique

Philippe Bourdin, « L’inven­­taire des biens de l’impri­­merie Jacques-­René Hébert », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 28 juin 2016. URL : http://ahrf.revues.org/12325

Haut de page

Auteur

Philippe Bourdin

Uni­­ver­­sité Blaise-­Pascal (Clermont 2)
Centre d’His­­toire « Espaces & Cultures »
phbourdin@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org