Navigation – Plan du site
Hommage

Norman Hampson (1922‑2011)

Alan Forrest
p. 183-185

Texte intégral

1Norman Hampson, qui est mort l’année der­­nière à l’âge de 89 ans, est incontes­­ta­­ble­­ment un des meilleurs spé­­cia­­listes anglais de la Révo­­lu­­tion fran­­çaise de son époque. His­­to­­rien des idées et sur­­tout de la haute poli­­tique révo­­lu­­tion­­naire, il écri­­vit pen­­dant plus de qua­­rante ans des livres et articles impor­­tants et nuan­­cés sans jamais, me semble-­­t-il, s’ense­­ve­­lir dans les grands débats qui divi­­saient la pro­­fes­­sion en fac­­tions rivales, en par­­ti­­cu­­lier ceux entre une école clas­­sique fran­­çaise de plus en plus mar­­xiste et les soi-­disant « révi­­sion­­nistes » du monde anglo-­saxon, comme Alfred Cobban et George Taylor. Mais de cœur il s’ali­­gnait cer­­tai­­ne­­ment avec le révi­­sion­­nisme, regar­­dant la révo­­lu­­tion comme essen­­tiel­­le­­ment poli­­tique et refu­­sant toute inter­­pré­­ta­­tion théo­­rique, à sa vue trop sim­­pliste. À sa place il s’inté­­res­­sait aux ques­­tions intel­­lec­­tuelles, au rôle des idées dans le pro­­jet révo­­lu­­tion­­naire, à l’influ­­ence des Lumières et de la lit­­té­­ra­­ture phi­­lo­­sophique. Il était, en effet, parmi les pre­­miers à comprendre l’impor­­tance de l’opi­­nion publique poli­­tique dans le der­­nier quart du xviiie siècle, et il don­­nait à l’indi­­vidu, aux « grands hommes » sur­­tout, un large rôle dans le dérou­­le­­ment de l’évé­­ne­­ment.

2C’est dans cet esprit qu’il rédi­­gea des bio­­gra­­phies méti­­cu­­leuses et des ana­­lyses poli­­tiques convain­­cantes, écrites d’un style par­­fois tran­­chant mais pas sans une cer­­taine humeur sèche et bien anglaise. Mais s’il étu­­diait en pro­­fon­­deur le dis­­cours des poli­­ti­­ciens de la Révo­­lu­­tion, de Malouet à Saint-­Just, il résis­­tait à la ten­­ta­­tion de lui appli­­quer de la théo­­rie lin­­guis­­tique qui était tel­­le­­ment en vogue. Hampson n’était pas un homme à suivre la der­­nière mode de la science his­­to­­rique, se gar­­dant à l’écart des
sirènes des écoles domi­­nantes du moment. Il n’était en rien idéo­­logue, ne sous­­cri­­vant ni au mar­­xisme, ni au cou­­rant postmoderniste, ni à la phi­­lo­­sophie des Annales ; il per­­sis­­tait à faire ce qu’il aimait le plus, l’his­­toire des idées, de la poli­­tique et de ceux qui la pra­­ti­­quaient. His­­toire qu’on peut qua­­li­­fier peut-­être de tra­­di­­tion­­nelle, et sur­­tout d’empi­­rique, démon­­trant un scep­­ti­­cisme pour tout ce qui était théo­­rie ou géné­­ra­­li­­sa­­tion. Il insis­­tait – avec un brin d’exa­­gé­­ra­­tion – sur le fait qu’il était tombé par hasard sur la Révo­­lu­­tion comme sujet de recherche, et le hasard avait un rôle impor­­tant dans son inter­­pré­­ta­­tion de l’his­­toire.

3Il avait servi dans la marine pen­­dant la Seconde Guerre Mon­­diale – la marine bri­­tan­­nique d’abord, mais briè­­ve­­ment, avant d’être muté à un ser­­vice de la France Libre qu’il effec­­tua dans la Médi­­ter­­ra­­née, en compa­­gnie des esprits libres de l’équi­­page de la cor­­vette La Moqueuse, expé­­rience qui conve­­nait beau­­coup mieux à son tem­­pé­­rament légè­­re­­ment anar­­chique et à son atti­­tude envers l’esta­­blish­­ment bri­­tan­­nique. C’est au cours de la guerre d’ailleurs, que Norman – anglais de souche, édu­­qué à Manchester Grammar School et à Oxford – fit la connais­­sance de Jacqueline, la sœur d’un de ses coé­­qui­­piers, qui serait sa compagne dévouée pen­­dant près de qua­­rante ans. C’est Jacqueline qui serait à la base de son amour pour la France et de tout ce qui est fran­­çais, et qui le convain­­quit de se spé­­cia­­li­­ser dans l’his­­toire du pays. La guerre finie et de retour à Oxford, il se consa­­cra donc à une thèse d’his­­toire fran­­çaise, qui serait quelques années plus tard son pre­­mier livre, La marine de l’an II : mobi­­li­­sa­­tion de la flotte de l’Océan, 1793‑1794, publié à Paris en 1959 par Marcel Rivière. Dans cet ouvrage il tra­­hit une sym­­pa­­thie, même un enthou­­siasme pour le patrio­­tisme de la répu­­blique jaco­­bine, et une admi­­ra­­tion pour sa capa­­cité de moti­­ver la popu­­la­­tion dans la défense du pays. Ce serait le plus jaco­­bin de tous les livres d’un his­­to­­rien qui pré­­fé­­rait le compro­­mis et la modé­­ra­­tion, et sur­­tout la tolé­­rance.

4Son œuvre est impres­­sion­­nante par sa qua­­lité autant que par sa variété, et est le pro­­duit d’une car­­rière uni­­ver­­si­­taire de plus de qua­­rante ans, de ses pre­­mières études sous J. M Thompson à Oxford jusqu’à ses der­­nières, rédi­­gées après sa retraite en 1988. En 1947 il fut nommé à son pre­­mier poste dans la sec­­tion de fran­­çais de l’Uni­­ver­­sité de Manchester, avant de pas­­ser en 1967 à une chaire d’his­­toire à Newcastle, et fina­­le­­ment, en 1974, à York. Pen­­dant toute sa car­­rière il pre­­nait très au sérieux son rôle d’ensei­­gnant et figu­­rait aussi parmi les fon­­da­­teurs de la Society for the Study of French History (dont il était aussi pré­­sident), l’asso­­cia­­tion qui ras­­semble les spé­­cia­­listes de l’his­­toire fran­­çaise outre-­Manche et qui publie depuis 1986 la revue French History. Mais, insiste-­­t-il, cet inté­­rêt n’est en rien pré­­dé­­ter­­miné. Dans un court essai auto­­bio­­gra­­phique, Not Really What You’d Call a War (publié sans fanfare par une petite mai­­son anglaise en 2001), il attri­­bua sa déci­­sion de deve­­nir un his­­to­­rien de la France à ses expé­­riences au bord de la Moqueuse en temps de guerre, aux cir­­constances, au rôle de l’impré­­vi­­sible.

5Son œuvre pré­­sente une vision, lar­­ge­­ment libé­­rale, de la poli­­tique révo­­lu­­tion­­naire et des dilemmes moraux du jour. J’admire sur­­tout sa Prelude to Terror (1988), où il iden­­ti­­fie avec une luci­­dité excep­­tion­­nelle les ten­­sions déjà pré­­sentes sous la monar­­chie consti­­tution­­nelle et pen­­dant les pre­­miers mois de la Répu­­blique. Il n’hési­­tait pas non plus à écrire une histoire géné­­ra­­liste, et deux de ses pre­­miers livres, The Enlightenment (1968) et A Social History of the French Revolution (1963) – celui-­ci offre une ana­­lyse beau­­coup moins sociale que le titre ne le sug­­gère – res­­tent bien connus des étu­­diants comme du public. Ces ouvrages sou­­lignent les liens entre phi­­lo­­sophie et Révo­­lu­­tion, entre les idées de Montesquieu et Rous­­seau sur­­tout et la pre­­mière géné­­ra­­tion des révo­­lu­­tion­­naires. C’est un thème qui continua à l’intri­­guer pen­­dant toute sa car­­rière et qu’il déve­­loppa plus tard dans une de ses plus fines études, Will and Circum­stance : Montesquieu, Rous­­seau and the French Revolution, publiée en 1983. Ses pré­­fé­­rences allaient tou­­jours vers Montesquieu, plus tolé­­rant que les autres, plus prêt à accep­­ter le plu­­ra­­lisme dans la poli­­tique. Avec Rous­­seau il sen­­tait tou­­jours le dan­­ger d’une impul­­sion auto­­ri­­taire, de la dic­­ta­­ture.

6Entre temps il avait écrit une courte bio­­gra­­phie de Danton (1978) et une étude sur Robespierre dans laquelle, hési­­tant à se commettre dans une ana­­lyse linéaire du carac­­tère complexe de l’Incor­­rup­­tible, il pré­­féra offrir au lec­­teur trois opi­­nions complé­­men­­taires sous forme d’une conver­­sa­­tion nuan­­cée et intel­­li­­gente entre des per­­son­­nages ima­­gi­­naires, cha­­cun repré­­sen­­tant un des prin­­ci­­paux traits de son héros (The Life and Opi­­nions of Maximilien Robespierre, London, 1974). C’est une tech­­nique qui plai­­sait à son goût d’écri­­vain, car Norman avait été tenté dès sa jeu­­nesse par la lit­­té­­ra­­ture, et par la poé­­sie en par­­ti­­cu­­lier. En 1991, il compléta sa tri­­lo­­gie d’études bio­­gra­­phiques avec un Saint-­Just judi­­cieu­­se­­ment construit, comme était toute son œuvre, sur une lec­­ture soi­­gneuse de ses dis­­cours et rap­­ports poli­­tiques. Mais si le ton reste judi­­cieux, il ne montre pas beau­­coup de sym­­pa­­thie pour le jeune député jaco­­bin qui est, à son goût, beau­­coup trop adonné à la vio­­lence et à l’intem­­pé­­rance, et semble être un ter­­ro­­riste natu­­rel. Son der­­nier ouvrage sur la Révo­­lu­­tion, The Perfidy of Albion : French Per­­cep­­tions of En­gland during the French Revolution, s’adresse direc­­te­­ment aux grandes dif­­fé­­rences qu’il per­­çoit entre les valeurs anglaises et celles de la France répu­­bli­­caine. Ici encore il montre sa pré­­fé­­rence pour une poli­­tique tolé­­rante et plu­­ra­­liste, reje­­tant les solu­­tions ter­­ro­­ristes, répu­­gnant à la vio­­lence lin­­guis­­tique des jaco­­bins et prê­­chant la poli­­tique du juste milieu. Encore une fois il se montre fidèle à ses prin­­cipes libé­­raux et aux tra­­di­­tions de son Lancashire natal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alan Forrest, « Norman Hampson (1922‑2011) », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 183-185.

Référence électronique

Alan Forrest, « Norman Hampson (1922‑2011) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://ahrf.revues.org/12333 ; DOI : 10.4000/ahrf.12333

Haut de page

Auteur

Alan Forrest

Uni­­ver­­sité de York

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org