Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

Thomas Le Roux, Le labo­­ra­­toire des pol­­lu­­tions indus­­trielles. Paris, 1770‑1830

Bernard Gainot
p. 189-192
Référence(s) :

Thomas Le Roux, Le labo­­ra­­toire des pol­­lu­­tions indus­­trielles. Paris, 1770‑1830, Paris, Albin Michel, col­­lec­­tion « L’évo­­lu­­tion de l’huma­­nité », 2011, 509 p., ISBN 978 2226 20 8866, 28 €.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 juin 2015.

1L’ouvrage de Thomas Le Roux, la nui­­sance en milieu urbain, ren­­voie à un nou­­veau champ d’études, l’his­­toire de l’envi­­ron­­ne­­ment. Au croi­­se­­ment de l’his­­toire urbaine, de l’his­­toire des savoirs (hygiène publique, chi­­mie indus­­trielle), des sciences et des tech­­niques (de la proto-­industrialisation à l’indus­­tria­­li­­sa­­tion pro­­pre­­ment dite), de l’his­­toire ins­­ti­­tution­­nelle (la police en pre­­mier lieu, mais aussi les socié­­tés savantes), ce « nou­­veau » champ d’études a déjà été bien labouré dans les pays voi­­sins (Mary Anderson et Eric Ashby, The Politics of Clean Air, non tra­­duit, ou bien Ulrich Beck, La société du risque, qui a été tra­­duit de l’alle­­mand), mais il donne lieu à des publi­­ca­­tions récentes (Geneviève Massard-­Guilbaud, His­­toire de la pol­­lu­­tion indus­­trielle en France au xixe siècle, notam­­ment), parmi les­­quelles cet ouvrage fera date.

2Toutes ces études ont très net­­te­­ment sou­­li­­gné l’impor­­tance fon­­da­­trice du décret impé­­rial du 15 octobre 1810 sur les éta­­blis­­se­­ments indus­­triels insa­­lubres. Mais l’ori­­gi­­na­­lité de l’approche de Thomas Le Roux tient au contexte, qu’il appré­­hende comme période de tran­­si­­tion, ce qui per­­met de bien mettre en perspec­­tive l’épi­­sode révo­­lu­­tion­­naire, et de sou­­li­­gner notam­­ment le rôle de l’exper­­tise dans la mise en place des poli­­tiques de pré­­ven­­tion. L’ins­­tance scien­­ti­­fique, paral­­lèle et par­­fois concur­­rente, très sou­­vent complé­­men­­taire, de l’ins­­tance admi­­nis­­tra­­tive, appa­­raît dans les der­­nières décen­­nies de l’Ancien Régime, ce qui marque la conti­­nuité avec les démarches sui­­vies dans la période post-­révolutionnaire. L’autre fil direc­­teur de ce tra­­vail, c’est son ins­­crip­­tion dans un espace, celui de la capi­­tale au moment où celle-­ci va deve­­nir le pre­­mier pôle indus­­triel fran­­çais, sup­­plan­­tant les villes du tex­­tile – Rouen, Lille, Lyon – et les arse­­naux.

3À tra­­vers la per­­cep­­tion du pay­­sage urbain, du décor souillé de la grande ville, c’est toute la désil­­lu­­sion de la croyance au pro­­grès qui s’ins­­crit en fili­­grane. Dans sa pro­­gres­­sion chro­­no­­lo­­gique, le livre va suivre les étapes, les réa­­li­­sa­­tions et les contra­­dic­­tions de ces mani­­festes pour l’indus­­tria­­li­­sa­­tion déré­­gu­­lée ; le sym­­bole étant ce décret de 1810 qui, sous pré­­texte de réguler les nui­­sances, va en per­­mettre la géné­­ra­­li­­sa­­tion dans la capi­­tale.

4La régu­­la­­tion tra­­di­­tion­­nelle est le fait de la police ; elle est gui­­dée par des impé­­ra­­tifs de proxi­­mité. La police urbaine est une police des rues ; évi­­ter les encom­­bre­­ments, net­­toyer les immon­­dices, limi­­ter les pes­­ti­­lences et les tapages noc­­turnes, pré­­ve­­nir sur­­tout les incen­­dies, risque majeur dans les villes modernes. Les moyens à dis­­po­­si­­tion de l’admi­­nis­­tra­­tion sont les enquêtes de voi­­si­­nage (commodo et incommodo), l’auto­­ri­­sa­­tion préa­­lable, et l’éloi­­gne­­ment des acti­­vi­­tés reconnues insa­­lubres ou dan­­ge­­reuses (par le jeu intra-­muros, extra-­muros). C’est par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment le cas des acti­­vi­­tés qui uti­­lisent des fours, ou qui pré­­sentent un risque de défla­­gra­­tion (pou­­dre­­ries, arti­­fices). Les tan­­ne­­ries qui sont liées aux cours d’eau.

5Ces modes tra­­di­­tion­­nels de régu­­la­­tion n’ont guère évo­­lué sur un siècle, depuis l’ère du traité de Delamare. La nou­­veauté dans la der­­nière décen­­nie de l’Ancien Régime vient du recours à une exper­­tise scien­­ti­­fique, à côté de la pro­­cé­­dure admi­­nis­­tra­­tive tra­­di­­tion­­nelle. Cette exper­­tise s’appuie sur les méde­­cins et les scien­­ti­­fiques, qui énoncent des prin­­cipes dif­­fé­­rents, mais complé­­men­­taires ; pour les uns, comme Parmentier, la défense de la pré­­sence des ate­­liers intra-­muros s’appuie sur l’idée que c’est dans les lieux les plus indus­­triels que l’air est le plus salubre (l’indus­­trie nous débar­­rasse des miasmes, des immon­­dices, et des gra­­vats). Pour d’autres, s’ins­­talle le pré­­jugé que les ate­­liers arti­­sa­­naux sont dan­­ge­­reux et insa­­lubres en soi, et doivent être à ce titre éloi­­gnés le plus pos­­sible du centre des villes et regrou­­pés dans des lieux spé­­ci­­fiques. Mais il n’y a pas sépa­­ra­­tion d’avec l’indus­­trie. En ces lieux spé­­ci­­fiques, il serait plus aisé de pra­­ti­­quer un trai­­te­­ment chi­­mique. C’est le cou­­rant hygié­­niste, qui par­­ti­­cipe par exemple au même moment de l’éloi­­gne­­ment des cime­­tières de la proxi­­mité des lieux habi­­tés. Cadet de Vaux repré­­sente par­­fai­­te­­ment ce cou­­rant hygié­­niste. Par son inter­­mé­­diaire, et par le biais de ce cou­­rant hygié­­niste, les phar­­ma­­ciens se consti­­tuent en experts scien­­ti­­fiques.

6Les deux ten­­dances se retrouvent dans l’entou­­rage du lieu­­te­­nant de police Lenoir. Avec le départ de ce der­­nier en 1785, la léthar­­gie des pou­­voirs publics contri­­bue à la mul­­ti­­pli­­cation intra-­muros des acti­­vi­­tés arti­­sa­­nales sans auto­­ri­­sa­­tion préa­­lable, ten­­dance qui va se déve­­lop­­per plei­­ne­­ment à l’époque de la Révo­­lu­­tion, pro­­fi­­tant de la réor­­ga­­ni­­sa­­tion des compé­­tences poli­­cières, et de la dérégulation géné­­rale des acti­­vi­­tés éco­­no­­miques. C’est dans cette « dyna­­mique éco­­no­­mique » que la remise en ques­­tion des régu­­la­­tions tra­­di­­tion­­nelles va sur­­tout pui­­ser ses argu­­ments ; indus­­trie des acides (site de Javel), papiers peints, déri­­vés des pro­­duits ani­­maux pour les colles et les ver­­nis, emploi du char­­bon de terre (pompes à feu de Chaillot, du Gros-­Caillou). Comme il est dit p. 161 : « les acti­­vi­­tés anciennes qui repo­­saient sur la putré­­fac­­tion conti­­nuaient d’être régulées selon d’anciennes pra­­tiques, tan­­dis que les acti­­vi­­tés innovantes et modernes, qui pou­­vaient fon­­der la puis­­sance du Royaume, furent encou­­ra­­gées en vertu d’impé­­ra­­tifs éco­­no­­miques ».

7On observe le pas­­sage pro­­gres­­sif des acti­­vi­­tés arti­­sa­­nales (fours des bou­­lan­­gers, forges des ser­­ru­­riers et des maréchaux-­ferrants, tue­­ries et fon­­de­­ries de suif des bou­­chers) vers des éta­­blis­­se­­ments plus grands, pro­­duc­­teurs de nui­­sances d’un autre type. La tran­­si­­tion se fit bien sou­­vent par un chan­­ge­­ment d’échelle, et un ré­aména­­ge­­ment des espaces, des acti­­vi­­tés arti­­sa­­nales tra­­di­­tion­­nelles ; l’ins­­tal­­la­­tion de la grande tri­­perie de l’île aux cygnes, avec toutes les acti­­vi­­tés déri­­vées, se fait à proxi­­mité de nom­­breuses acti­­vi­­tés indus­­trielles modernes (acides, pompe à feu) à Javel ou au Gros-­Caillou.

8Les années 1789‑1795 sont tou­­jours tiraillées entre les deux dyna­­miques inverses (disons pour aller vite la « dyna­­mique régle­­men­­taire » et la « dyna­­mique éco­­no­­mique »). Mais c’est très net­­te­­ment la deuxième ten­­dance qui l’emporte, avec le sou­­tien du pou­­voir poli­­tique. La vacance ins­­ti­­tution­­nelle est mise à pro­­fit pour contour­­ner les régle­­men­­ta­­tions qui portent sur le bruit, ou sur l’abat­­tage domes­­tique des ani­­maux, par exemple. Tan­­dis que l’entrée en guerre trans­­forme la capi­­tale en arse­­nal de la Répu­­blique, avec toutes les acti­­vi­­tés affé­­rentes ; forge à fusils, récolte du sal­­pêtre, traité ensuite dans les chau­­dières de raf­­fi­­neurs et des bras­­seurs, et sur­­tout pou­­drières, éta­­blis­­se­­ment les plus dan­­ge­­reux. Les risques d’incen­­dies se mul­­ti­­plient, le plus grave et le plus spec­­ta­­cu­­laire étant l’explo­­sion de la pou­­dre­­rie de Gre­­nelle le 14 fruc­­ti­­dor an II (31 août 1794). Il y eut 550 morts et 840 bles­­sés.

9Cette catas­­trophe marque un peu la fin d’une époque, et le retour à des acti­­vi­­tés plus régulées. Sous le Direc­­toire, c’est le Bureau cen­­tral du dépar­­te­­ment de la Seine qui va gérer le pou­­voir de régu­­la­­tion. Il s’efforce de renouer avec l’esprit régle­­men­­taire de l’Ancien Régime ; res­­tau­­ra­­tion des enquêtes de voi­­si­­nage (commodo et incommodo) ; éra­­di­­ca­­tion des fours à plâtre dans Paris, res­tric­­tions à la pré­­sence de barques et de chan­­tiers le long de la Seine, ten­­ta­­tives pour concen­­trer le trai­­te­­ment des déchets ani­­maux. Les attri­­bu­­tions échoient sous le Consu­­lat à la pré­­fec­­ture de Police ; tou­­te­­fois, il y eut un chan­­ge­­ment dans l’état d’esprit, et une plus grande har­­mo­­ni­­sa­­tion entre les ins­­tances régu­­la­­trices et le minis­­tère de l’Inté­­rieur. La per­­son­­na­­lité de Chaptal domine la période, et l’esprit industrialiste triomphe. La nou­­veauté réside dans la créa­­tion du Conseil de salu­­brité en 1802, dans la droite ligne de l’exper­­tise scien­­ti­­fique de la fin de l’Ancien Régime ; « le pou­­voir se tour­­nait main­­te­­nant beau­­coup plus volon­­tiers vers les savants, et notam­­ment les pharmaciens-­chimistes, que vers les commis­­saires de police, pour esti­­mer les nui­­sances de l’indus­­trie, afin d’obte­­nir des exper­­tises qui se vou­­laient plus scien­­ti­­fiques » (p. 234). Ce sont ces phar­­ma­­ciens chi­­mistes qui vont ins­­pi­­rer notam­­ment l’action du Conseil de salu­­brité, davan­­tage que les méde­­cins, dont la pro­­fes­­sion est alors en pleine re­compo­­si­­tion.

10Les éta­­blis­­se­­ments indus­­triels vont se mul­­ti­­plier au centre de Paris, fonc­­tion­­nant cette fois avec les déri­­vés de la chi­­mie (la soude arti­­fi­­cielle, le chlore, l’acide sul­­fu­­rique). Les hommes de science comme Chaptal, ou bien Darcet, Fourcroy, Berthollet, sont aussi des entre­­pre­­neurs, et des hommes poli­­tiques. Science, pou­­voir et indus­­trie sont for­­te­­ment intri­­qués, et l’action du Conseil de salu­­brité ne peut s’éva­­luer indé­­pen­­dam­­ment de l’action de la Société d’encou­­ra­­ge­­ment à l’indus­­trie natio­­nale, fon­­dée en 1801. Chaptal pré­­side cette der­­nière, tan­­dis que Guyton-­Morveau est le vice-­président. C’est devant l’Ins­­ti­­tut que Chaptal pré­­sente en décembre 1804 son rap­­port sur les éta­­blis­­se­­ments indus­­triels insa­­lubres : « Il est donc de pre­­mière néces­­sité pour la pros­­pé­­rité des arts qu’on pose enfin des limites qui ne laissent plus rien à l’arbi­­traire du magis­­trat, qui tracent au manu­­fac­­tu­­rier le cercle dans lequel il peut exer­­cer son indus­­trie libre­­ment et sûre­­ment, et qui garan­­tissent au pro­­prié­­taire voi­­sin qu’il n’y a pas dan­­ger ni pour sa santé, ni pour les pro­­duits de son sol ».

11Cet esprit industrialiste assi­­mile l’esprit d’entre­­prise à l’inté­­rêt col­­lec­­tif, menacé par l’arbi­­traire poli­­cier, les pré­­ju­­gés et l’igno­­rance de l’opi­­nion publique, la jalou­­sie des voi­­sins et des concur­­rents. Il pos­­tule que la nui­­sance pro­­duite par l’entre­­prise (fumées acides, ou char­­gées de par­­ti­­cules) ainsi que le risque (chau­­dières pour les incen­­dies, bruit des mar­­teaux qui peuvent pro­­duire des ébou­­le­­ments) ne seront pas sur­­mon­­tés par des inter­­dic­­tions et des limi­­ta­­tions, mais par le déve­­lop­­pe­­ment même du pro­­grès tech­­nique, à l’image des fumi­­ga­­tions pour assai­­nir l’atmo­­sphère pré­­co­­ni­­sées par Guyton-­Morveau, ou Vicq d’Azir. Ce sont les « réformes dérégulatrices ».

12Fina­­le­­ment, il y a une éton­­nante conti­­nuité de ce cou­­rant tout à la fois industrialiste et hygié­­niste, par-­delà les divers épi­­sodes poli­­tiques. Il sem­­ble­­rait même qu’il triomphe sous l’Empire et la Res­­tau­­ra­­tion, dont on ne retient habi­­tuel­­le­­ment que l’aspect « réac­­tion poli­­tique ». Tou­­te­­fois, Thomas Le Roux sou­­ligne en conclu­­sion que cette légi­­ti­­mation ne fut pas linéaire, que la vic­­toire ne se fit pas sans résis­­tances. Après la phase de déré­­gle­­men­­ta­­tion sau­­vage et tran­­si­­toire qui fut celle des pre­­mières années de la Révo­­lu­­tion, la créa­­tion du minis­­tère de la Police générale sous le Direc­­toire (p. 224‑225) semble mar­­quer une forme de « res­­tau­­ra­­tion régu­­la­­trice ».

13La géo­­gra­­phie pari­­sienne, dans cette phase de décol­­lage indus­­triel, est vue de façon très fine. Fau­­bourgs indus­­triels contre densification démo­­gra­­phique dans les anciennes limites, l’oppo­­si­­tion n’est pas aussi tran­­chée. C’est Paris qui fixe les éta­­blis­­se­­ments de l’indus­­trie nais­­sante, les pôles majeurs du déve­­lop­­pe­­ment ulté­­rieur en ban­­lieue sont essen­­tiel­­le­­ment gui­­dés par le relâ­­che­­ment de la pres­­sion fon­­cière, et l’axe de la Seine. Les ate­­liers colo­­nisent les anciens maraî­­chages, les chan­­tiers de bois, les car­­rières, les éta­­blis­­se­­ments ecclé­­sias­­tiques désaf­­fec­­tés (on ne se las­­sera jamais de rap­­pe­­ler que c’est sous le dévôt régime de la Res­­tau­­ra­­tion, que le plus grand nombre d’anciens biens natio­­naux de pre­­mière ori­­gine furent trans­­for­­més en car­­rières de pierre, en ate­­liers de fila­­ture, en bat­­te­­ries de chau­­dières, etc…), Est contre ouest, ban­­lieue contre centre, tout cela se brouille alors ; les ate­­liers s’implantent aussi bien dans la Plaine de Gre­­nelle et à Passy, que dans l’île de la Cité, ou près de la Sal­­pê­­trière. On est bien dans une phase de muta­­tion de l’ordre public, avec ce pas­­sage entre une police des rues et une pla­­ni­­fi­­ca­­tion urbaine glo­­bale. Mais on est aussi dans le pro­­lon­­ge­­ment de la proto-­industrialisation, les nou­­velles acti­­vi­­tés conser­­vant leurs liens étroits avec le grand mar­­ché de consom­­ma­­tion de proxi­­mité.

14Ce sont là quelques aper­­çus de ce tra­­vail ori­­gi­­nal, extrê­­me­­ment docu­­menté, dont les his­­to­­riens de la décen­­nie révo­­lu­­tion­­naire peuvent tirer le plus grand pro­­fit par les pro­­blé­­ma­­tiques nou­­velles aux­­quelles il nous invite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gainot, « Thomas Le Roux, Le labo­­ra­­toire des pol­­lu­­tions indus­­trielles. Paris, 1770‑1830 », Annales historiques de la Révolution française, 368 | 2012, 189-192.

Référence électronique

Bernard Gainot, « Thomas Le Roux, Le labo­­ra­­toire des pol­­lu­­tions indus­­trielles. Paris, 1770‑1830 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 368 | avril-juin 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 avril 2014. URL : http://ahrf.revues.org/12339

Haut de page

Auteur

Bernard Gainot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org